[Dispositif #13] Un sommet international pour le génome humain

Julie nous propose pour la sélection 2016 de nous intéresser au sommet international sur la modification du génome humain, qui s’est tenu à Washington du 1er au 3 décembre 2015.

L’enjeu est de taille : l’apparition d’un outil démocratisé d’édition du génome, permettant la réparation des gènes par simple couper-coller. Un couteau suisse de la génétique, à la portée de n’importe quel laboratoire, et ses possibilités d’applications vertigineuses.

Elles vont de la guérison de la leucémie, du paludisme, de la stérilité masculine à la greffe d’organes d’animaux à l’humain. Le problème est que cette démocratisation ouvre grand la porte aux dérapages eugénistes, contrôlés jusqu’ici grâce à l’autocensure des chercheurs. Aujourd’hui, le bouillonnement technologique et les possibilités démesurées qu’ouvre l’utilisation massive de ces techniques met en danger le cadre rigoureux que s’étaient fixé les scientifiques depuis 40 ans.

Ce qu’en pense Julie :

Ce sommet fait écho à la conférence d’Asilomar de 1975, aux États-Unis, sur les premières techniques d’assemblage d’ADN d’espèces différentes. Le premier se déroulait à huis clos, celui de 2015 a été ouvert au grand public : même si seuls quelques journalistes ont été accrédités, les débats ont été retransmis en ligne. La science fait participer le monde à ses avancées, et lui fait aussi partager ses craintes.

A la suite de cette conférence a déferlé une vague médiatique internationale gigantesque. Les réseaux sociaux, la télévision, le web regorgent de sujets liés à cette découverte. L’enjeu est mondial, il concerne l’avenir de l’humanité, et les dérapages éthiques de certaines équipes chinoises ont mis en émoi la communauté internationale.

L’importance de ce sommet tient au fait qu’il est une réaction aux inquiétudes des chercheurs.  Il est une première étape dans cette nouvelle configuration de la science que fournit le génie génétique.  L’Académie américaine des sciences devra rendre un rapport fin 2016, le début d’un consensus ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.