[Dispositif #20] Brassens dans le cosmos, quand Boulet défend la beauté de la connaissance

Le dispositif sélectionné aujourd’hui et proposé par Justine, est une BD en ligne de Boulet publiée sur son blog et illustrant un thème qui lui tient à cœur : la beauté de la science.

Boulet est un dessinateur et scénariste de bande-dessinées. C’est aussi le tenancier d’un blog BD, bouletcorp.com, où il partage en notes dessinées (plus ou moins régulièrement) son quotidien, ses états d’âme et ses pensées philosophiques.

En août dernier, il a publié une note s’intitulant Brassens dans le cosmos qui est partie d’une réflexion suite aux paroles de la chanson Le grand Pan de Georges Brassens qui selon Boulet reprochent à la science d’avoir tué la poésie. Et cette réflexion « l’agace un peu ».

brassens_cosmos

Ce qu’en pense Justine :

Boulet se lance alors dans un argumentaire illustré de toute beauté, appuyé par une utilisation du support web, de la technique et du dessin parfaitement maîtrisée, pour montrer par son expérience personnelle de l’astronomie que non, la science, la connaissance ne font pas du tout perdre sa beauté à l’univers. Le tout d’une façon très poétique, tant dans le fond en empruntant le style lyrique (et se permettant des clins d’œil) de Brassens, que dans la forme qui m’a fait penser à la chute d’Alice dans le terrier du lapin blanc pour découvrir le pays des merveilles.

Nous visitons le système solaire et le ciel visible (grâce à des jumelles ou un petit télescope) en compagnie de Boulet, et on se rend bien compte par ses commentaires que malgré toutes les connaissances que nous avons aujourd’hui de notre univers proche, il n’en reste pas moins astronomiquement vaste, merveilleux et empreint de mystère.

Boulet en profite également pour rappeler les limites de nos connaissances (car n’oublions pas l’univers est infini, et rien que ça quand on y réfléchit, ça donne le vertige !), ce qu’il reste à découvrir et certains thèmes propres à l’astronomie (pollution lumineuse, existence d’une vie extra-terrestre…). Et en plus il termine par une petite note d’humour, ce qui ne gâche rien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.