2014 ♦ Albert Einstein (figurine)

Le designer Chris Collicott a conçu une figurine solaire d’Einstein capable d’animer nos étagères, nos méditations et nos zygomatiques.

Des photons dans la tête : Einstein solaire, icône du génie ou de la folie ?

(par Delphine BLANCHARD, Cnam Magister 2018)

Au dernier étage des Galeries Lafayette de Paris Haussmann, entourée de dizaines de Reines d’Angleterre miniatures, une petite statue d’Albert Einstein (1879-1955) propage sa réflexion. A priori.

Commercialisée par Kikkerland, une société américaine fondée par le hollandais Jan van der Lande, la « Einstein Solar Figurine » est emblématique de la marque. Depuis sa sortie en 2014, elle connaît un succès conséquent dans les rayons gadgets et objets scientifiques de ses revendeurs internationaux. Le fabricant lui a même dédié une vidéo officielle tourbillonnante sur YouTube, sous le slogan « Why don’t you just use your head ? » (« Pourquoi n’utilisez-vous pas simplement votre tête ? »). Les commentaires en sont cependant désactivés, allez savoir pourquoi…

Du haut de ses 18 cm, cet Einstein en résine et aux cheveux hirsutes se présente en complet-cravate brun d’époque, le regard fixe et la posture raide. Un détail rompt avec l’ensemble statique vertical : la main droite est animée d’un léger mouvement horizontal de va-et-vient qui conduit l’index à la tempe et l’en éloigne… Cette action est déclenchée par une cellule à énergie solaire, localisée sur un support plat aux pieds du physicien et surmontée de l’inscription « E=mc», formule consacrée pour l’évocation d’Einstein. Il est toutefois cocasse que cette égalité ne s’applique pas telle quelle à l’énergie produite par la barrette photovoltaïque. En effet, celle-ci réceptionne des photons, lesquels ont une masse nulle, donc une énergie nulle si l’on en croit l’équation. Or, la main d’Albert s’agite bel et bien en plein soleil ! Pour tenter de résoudre ce mystère, ne comptez pas sur les calculs griffonnés à l’arrière-plan de l’étui qui contient le personnage… Il vaut mieux chercher du côté de l’effet photoélectrique, théorisé par le même Einstein en 1905 et sujet de son Prix Nobel, mais curieusement non-mentionné sur notre bibelot !

Là n’est pas la moindre des facéties du designer britannique Chris Collicott (1953-2016). Respecté pour son souci du détail, il confectionnait tous ses prototypes à la main, avec l’objectif de toujours surprendre et faire sourire. Ainsi, au dos de l’emballage du physicien, quelques lignes précisent que, grâce à l’élan de son index, « Einstein réfléchira sans cesse [et] vous rappellera gentiment qu’il faut réfléchir avant d’agir ». Concédons tout de même que ce geste possède une seconde interprétation connue et d’ailleurs soulignée par l’un des détaillants français de l’objet : « Vous êtes fou, non ? ». Ou se pourrait-il autrement que le bonhomme soit touché par des crises de migraines saugrenues ?

Pourquoi pas ? La postérité du personnage a bien de quoi donner le tournis. Notre statuette s’inscrit dans une longue lignée de gadgets, tirelires, chansons, films à l’effigie de celui qui fut la personnalité du XXème siècle selon le Time. La justesse d’analyse et l’humour de Collicott se révèlent dans les concordances entre la créature et son modèle.

Par exemple, le signe équivoque de l’index sur la tempe témoigne d’un paradoxe. Einstein a révolutionné notre appréhension du monde, quelle que soit l’échelle concernée. Son don pour l’explication imagée et drôle confère à ses théories un certain sens commun tout en redéfinissant de façon subtile des concepts aussi courants que la masse ou le temps. L’enthousiasme dévolu à la connaissance scientifique devient, à travers le physicien allemand, conciliable avec une perplexité assumée devant l’exotisme séditieux d’un formalisme quasi-incompréhensible mais dont on devine la portée. Cette extravagance de génie l’a rendu familièrement attrayant dès l’entre-deux-guerres. Sans oublier que ses thèses correspondent à un changement de paradigme, en phase avec les turbulences de son temps. D’une façon similaire, le mouvement spontané de la figurine intercepte l’attention du regardeur pour lui manifester son impertinente dualité, sérieuse et burlesque, et l’interroger à son tour par effet de miroir.

D’autre part, Chris Collicott a choisi de représenter le savant avec ses cheveux gris-blancs ébouriffés des années de vieillesse à Princeton. Or, les contributions scientifiques les plus remarquables d’Albert datent d’avant son quarantième anniversaire ! Ce ne sont donc pas elles seules que l’on célèbre. Une pseudo-incohérence répandue puisque la majorité des produits dérivés promeut cette image d’un homme ridé et amical, dont on ne peut douter.

Sous sa forme iconique, Einstein se fait l’incarnation paternaliste, masculine, de l’intelligence, de la créativité et, peut-être surtout, d’une sagesse humaniste un tantinet rebelle. Issu du monde scientifique, son rayonnement a fait de lui une autorité morale et sociétale. C’est à cet équilibre construit pour inspirer le public que se rapporte la statuette. Un Einstein pondéré par le poids des ans, au regard franc, aux traits expressifs, à la stature ancrée, presque au garde-à-vous, dominant formules et théories scientifiques, dont la moustache dissimule peut-être un sourire et dont la main appelle, en même temps, à la rationalité et à l’originalité. Un Einstein universel, une figurine ingénieuse et impertinente, qui prétend réfléchir mais profite de nos réflexions !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.