2014 ◊ gouvernance de la CST (table ronde)

f83f269a7e

Au Sénat, salle Clemenceau à 10h00 : Table ronde, ouverte au public et à la presse, sur la nouvelle gouvernance de la culture scientifique, technique et industrielle – Mme Maud OLIVIER (SRC – Essonne), députée, et M. Jean-Pierre LELEUX (UMP – Alpes-Maritimes), auteurs du rapport “Faire connaître et partager les cultures scientifiques, techniques et industrielles : un impératif” fait au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) ; M. Daniel CHARBONNEL, président de Cap Sciences (Bordeaux) ; M. Didier MOREAU, directeur de l’Espace Mendès France (Poitiers) ; M. Hervé PRÉVOST, référent du Comité pour les relations nationales et internationales des Associations de jeunesse et d’éducation populaire (CNAJEP) sur les questions de culture scientifique, technique et industrielle ; Mme Isabelle THIS SAINT JEAN, vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France et vice-présidente de la commission « enseignement supérieur, recherche et innovation » de l’Association des régions de France (ARF) ; M. Bernard CHEVASSUS-AU-LOUIS, président du comité de pilotage des investissements d’avenir sur la CSTI ; M. François BOUVIER, vice-président de l’association Les petits débrouillards ; M. Jean TKACZUK, président de la commission “recherche et enseignement supérieur” du conseil régional de Midi-Pyrénées.

http://www.senat.fr/agenda.html#J2_SEANCE

Faire connaître et partager les cultures scientifiques, techniques et industrielles: un impératif

Consultez le dernier rapport de l’OPECST sur la CST (version définitive) : ici

Ce rapport se penche sur la question du développement de la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI). Les auteurs privilégient le pluriel pour parler des cultures scientifique, technique et industrielle, souhaitant à la fois « marquer leurs spécificités respectives et mieux mettre en évidence qu’elles sont des composantes à part entière de la culture et non plus seulement des appendices des cultures littéraire et artistique ». La première partie du rapport revient sur les acteurs qui œuvrent en faveur du partage de connaissance (musées, associations, centres de culture scientifique, technique et industrielle, médias, etc.), soulignant notamment que le partage des savoirs a été favorisé par le développement des nouvelles technologies. La seconde partie du rapport expose les motifs des recommandations et les cadres d’actions que les auteurs ont souhaité proposer en vue, d’une part, d’améliorer le partage des savoirs et, d’autre part, de promouvoir une meilleure gouvernance des CSTI, tout en rappelant les dispositions concernant les CSTI contenues dans les lois sur la refondation de l’école et sur l’enseignement supérieur et la recherche.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search