2021 ◊ Dansons la science des mouvements

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

 

Les instantanés chorégraphiques pris en photos révèlent beaucoup d’informations sur les techniques propre à la photographie, aux lumières de scène et aussi sur les corps en mouvements. La médiation scientifique par la danse va être illustrée à travers cette photo, extraite d’un des spectacles de danse du chorégraphe anglais de danse contemporaine Russell Maliphant.

Contexte et description du dispositif

Cette photo récente des années 2015 met en scène des mouvements dansés par un duo de danseurs lors d’une répétition de danse ou d’un spectacle devant un public. On devine que l’un des deux artistes porte l’autre allongé sur son dos, les bras et les jambes dans le vide à un instant donné. On ignore dans quel sens va basculer celui qui est porté (à gauche ou à droite ?). Il s’agit ici de mettre en avant des termes utilisés pour qualifier une qualité de mouvement en danse. Ils feront le lien avec le monde scientifique et des mécanismes sociaux, amplifiés par le flou artistique de la photo.

Du flou de mouvements a été créé sous un éclairage bleu-vert sur fond noir. On y aperçoit à la fois la forme, le volume, la profondeur, les courbes, la rotation et des projections. Les deux corps dessinent un espace sur la scène. Il est possible de décortiquer la cinétique des gestes et des mouvements de pieds de la personne portée, plutôt une exécution d’un temps rapide au ralenti. Un mélange de parties nettes et floues des deux corps peut rendre les postures irréalistes. Le genre de ces artistes est masqué par cet effet artistique. Les deux corps fusionnent quasiment, laissant imaginer une autre forme de vie étrange, comme un corps humain avec une tête de monstre et deux bras qui font des hélices.

Après cette parenthèse imaginative, revenons à la danse. L’exécution de ce porté nécessite un ancrage dans le sol de la personne qui fait l’appui. Les centres de gravité des deux danseurs sont en jeu pour acquérir une stabilité avant d’arriver au déséquilibre. Quand cette succession de mouvements est réalisée et maîtrisée, alors on y ressent de la légèreté, fluidité et de l’harmonie.

 

Les aspects culturels et scientifiques de la danse

Cette séquence photographiée met l’accent sur les points suivants :

  • Un phénomène artistique et culturel

Outre son appartenance aux arts vivants, la danse est un moyen de rassembler les personnes, comme les ballets et les danses folkloriques. Elle fait partie intégrante d’une culture et favorise les interactions sociales.

  • Science du mouvement

La photo représente un extrait de danse contemporaine où la rencontre de deux corps va être régie par des forces physiques. Ce choc s’entremêle de dynamisme et de statique.

En la décryptant, on parle de gravité, d’équilibre-déséquilibre, de force d’attraction dans les portées.

Ces qualités de mouvements demandent de connaître son corps (anatomie, biologie, physiologie), de l’accepter et de les contraindre à sortir d’une zone de confort. On s’approprie de la mécanique du corps. Certains chorégraphes de danse contemporaine conçoivent leur chorégraphie sur le déséquilibre ou le contact ou bien la maîtrise de l’équilibre dans des dizaines et des dizaines de tours.

Des chercheurs scientifiques étudient différentes thématiques à travers ces mouvements (la proprioception, la cognition, la robotique etc).

 

  • Mémoire par l’apprentissage et la notation chorégraphique

Quand il s’agit de chorégraphie, la mémoire est sollicitée ! Des zones de notre cortex cérébral sont donc activées pour l’apprentissage et la mémoire du corps par les cinq sens. La mémoire d’une séquence dansée fait souvent appel à la visualisation.

A ce propos, les plus vielles notations chorégraphiques datent du 17ème siècle. Elles ont été enrichies au début du 20ème siècle par des architectes et mathématiciens passionnés de danse (Laban, Benesh). On aperçoit un système organisé avec la symétrie, des rondes… caractéristiques des ballets de danse classique.

 

Notation de Laban

Notation de Laban

  • Moyen de communication et inspirations de la nature (vols d’étourneaux, parade nuptiale des oiseaux de paradis) ?

 

  • Modélisation 3D du corps

Ces corps en mouvements ont donné des idées à des concepteurs et des modélisateurs de films d’animation, de jeux interactifs de danse et de robots humanoïdes.

L’ensemble de ces mouvements de danse peuvent être considérés comme une représentation artistique des sciences. La danse est donc vectrice d’une multitude de messages relevant de la médiation culturelle et scientifique (biologie, physique, les mathématiques et la communication par le langage corporel) ! 

 

Claire Semler


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search