L’Or en Guerre

Cette affiche de propagande datant de 1915 est l’une des œuvres les plus célèbres d’Abel Faivre, illustrateur français renommé pour ses représentations politiques et ses caricatures. Elle est composée d’une pièce de monnaie et d’un soldat allemand se détachant sur un fond blanc. Le soldat est représenté avec une arme à la main, une baïonnette au canon et des yeux exorbités, comme pris d’effroi. Il semble terrassé par la pièce d’or qui le surplombe et d’où surgit un coq qui l’attaque.

Ce qui attire l’attention dès le premier regard, c’est l’omniprésence de l’or. Tout d’abord à travers sa mention dans les slogans en haut et en bas de l’affiche : « Pour la France, versez votre or » et « L’Or Combat Pour La Victoire ». L’or est également représenté sous la forme d’une pièce de monnaie qui occupe plus d’un quart de l’affiche. Cette pièce d’or française est facilement identifiable grâce au coq et à la devise de la république : Liberté, Égalité, Fraternité. Elle symbolise une pièce de 20 Francs Or Marianne Coq de 1914.

Cette symbolique forte de l’or renvoie à l’articulation entre technique, science économique et système monétaire à l’époque. Depuis 1803, l’or joue un rôle central dans le système monétaire français. Le franc est défini par son poids strictement contrôlé d’or et d’argent. Le système de l’étalon-or est un pilier de la stabilité économique et une garantie de confiance dans les échanges internationaux. Les nations qui possèdent un important stock sont considérées comme les plus solides économiquement et les plus stables sur le plan monétaire. En 1914, la France possède quasiment le quart de tout l’or monétaire en circulation dans le monde. Les Français sont aussi les champions du monde de la thésaurisation. Ils détiennent presque la moitié du stock d’or du pays, garnissant leurs bas de laine de ces pièces d’or de 20 francs que l’on observe au premier plan sur cette affiche.

Au début du XXe siècle, la production d’or dans les colonies est une activité économique importante. Elle est rendue possible grâce aux technologies de l’industrie minière et métallurgique qui permettent d’extraire l’or, aux politiques gouvernementales régulant l’exploitation minière et aux relations commerciales internationales. La transformation de l’or en pièces nécessite toute une série de procédés qui requièrent une technologie de précision et des ouvriers qualifiés pour imprimer les motifs et les inscriptions sur la surface de la pièce. L’esthétique de l’affiche reflète très bien la précision de ces procédés et le degré de technicité nécessaire pour frapper la monnaie d’or avec une telle finesse.

En 1914, la Banque de France décide de suspendre le remboursement des billets en pièces d’or de 20 Francs pour conserver son stock d’or nécessaire à la guerre. Cette décision affaiblit le rôle monétaire de l’or en France et entraîne une inflation. Au cours de la première année du conflit, la France voit ses réserves d’or fondre, ce qui souligne l’importance de la technologie financière et des pratiques économiques pour soutenir l’effort de guerre. Afin de reconstituer le stock d’or, l’Etat lance en 1915 une campagne de propagande pour inciter les Français à soutenir l’effort de guerre en versant leur or thésaurisé.

À cette époque, le seul moyen de communication à grande échelle du gouvernement est l’affiche. La technique de la lithographie est utilisée pour permettre une diffusion rapide et à faible coût. « Pour la France versez votre or » est ainsi largement diffusée dans le but de convaincre un maximum de citoyens.

Les stéréotypes présents sur l’affiche permettent une lecture rapide et claire du message visuel. La structure en “Z” met en scène une allégorie de la guerre avec des éléments populaires faciles à comprendre. L’or versé se transforme en arme, symbolisée par la pièce, qui est une métaphore des armes françaises. Les armes produites grâce à l’or attaquent le soldat allemand, avec pour objectif final la victoire. Les slogans présents sur l’affiche appellent au civisme et au patriotisme des citoyens pour qu’ils versent leur or.

Cette affiche met en évidence l’importance de l’or au début du 20e siècle dans l’économie, la technologie et la société de l’époque. Aujourd’hui, l’or est toujours un actif important pour les investisseurs et les banques centrales, mais il ne joue plus le même rôle prépondérant dans le système monétaire. Le système actuel est largement dématérialisé et basé sur des devises qui ne sont pas adossées à l’or ou à toute autre marchandise physique. L’avènement des “crypto-monnaies” dans les années 2000 représente le point culminant de cette dématérialisation et décentralisation de la monnaie. Cette évolution montre comment les systèmes monétaires et économiques sont profondément liés aux croyances, aux valeurs sociales, politiques, économiques et technologiques de chaque époque.

Par Loïc DUCARME

CONTE DES TEMPS MODERNES

Par Marie PRIEUR

Il était une fois, au plus haut sommet de la plus haute tour du campus, la Belle Marjolaine rêvait. En ce dimanche pluvieux, elle regarde défiler le générique de sa rom-com d’un œil hagard. 

À quoi rêve-t’elle demandez vous ? Mais à son prince charmant bien sûr ! Un doux mélange entre le Marc Darcy de Bridget Jones et celui d’Elizabeth Bennet. 

Se rappelant soudain l’acte valeureux de l’héroïne du film pour retrouver l’âme sœur, la Belle Marjolaine reprend ses esprits et sent jaillir en elle la flamme de l’espoir. 

Ni une, ni deux, elle attrape son téléphone et en quelques clics se retrouve au bal des célibataires du XXIe siècle. Sur cette application magique où l’on retrouve la fine fleur du célibat mondial, elle trouvera, c’est sûr, celui qui fera battre son cœur. 

Virevoltant de gauche à droite sur le bottin, la Belle Marjolaine fait défiler les prétendants. On trouve de tout sur cette application miraculeuse : des grands, des petits, des musclés, des drôles, des Transformers…

Pardon ? Des quoi ? Que signifient ces sacrées sornettes* ? Pourquoi diantre y a-t-il un capot de voiture au beau milieu de la galerie des portraits ?! La Belle Marjolaine est perplexe. Ce n’est pourtant pas un bal masqué ici !

Elle avait déjà vu beaucoup de prétendants passionnés poser devant leur véhicule, mais encore jamais la voiture n’avait remplacé l’individu ! Les hommes-machines de La Mettrie et de Chaplin auraient-ils pris le dessus sur le monde ?!

Interloquée, la Belle Marjolaine décide d’aller trouver le grand sage Internetus Le-Sais-Tus affinâtes de répondre à questions : 

“- Oh Grand sage Internetus, sais-tu pourquoi les gentilshommes choisissent leur voiture en guise de portrait pour séduire les dames ?”

Et le Grand Sage de répondre : 

“- Et bien mon enfant, c’est parce que cela fonctionne tout simplement. Regardez, Belle Marjolaine, les travaux de mon confrère anglais, l’elfe Click4Reg. Il y a trois années de cela, ce spécialiste des voitures s’est intéressé à leur utilisation dans les philtres d’amour : le résultat est sans appel ! Après deux centaines de tentatives, il apparaît que la présence d’une voiture augmente significativement le taux de popularité du portrait**. Attention toutefois ! Le succès de la recette n’est assuré que par certains types de véhicules très précieux originaires d’Allemagne (le top 3 : BMW, Audi, Mercedes). Or, il semble que votre prétendant ne respecte pas ces critères avec une voiture tchèque. De plus, Click4Reg n’a pas étudié les portraits de voitures seules, selon lui, l’humain reste central”.

En prenant congé du sage, la tête de notre Belle Marjolaine reste bien pleine de questions. Elle décide donc de poursuivre sa quête dans les vieux grimoires de la bibliothèque. 

Dans un volume de sociologie et de philosophie, elle apprend que la voiture est un “objouet” social total***, c’est-à-dire que l’impact des voitures dépasse celui du code de la route pour s’insinuer dans tous les domaines de la société. En effet, si posséder une voiture est un signe social d’intégration, de réussite et de liberté, des mages Ansay et Pervanchon relèvent une relation plus ontologique entre les gentilshommes et leur carrosse. 

Maryse Pervanchon a écrit dans ses manuscrits qu’ “avoir une voiture c’est être”, au sens où l’entendait feu Baruch Spinoza : être puissant. Ceci s’expliquerait par le sentiment de maîtrise de l’espace-temps que l’on ressent depuis nos voitures. En plus de nous apporter une nouvelle façon d’occuper l’espace et de le parcourir à notre guise, nous sommes désormais maîtres du temps. Il ne dépend plus, ni des saisons, nu de l’horloge, mais bien du nombre de chevaux sous le capot de notre carrosse, et de nos capacités de pilote.

Ce détail est d’ailleurs fondamental pour le mage Pierre Ansay, dont la plume décrit la relation presque charnelle de “seconde peau”, que certains partagent avec leur voiture. Il ajoute même que “ma voiture montre mon désir, ma manière d’être à moi”.

La Belle Marjolaine est pensive… Si ce gentilhomme considère sa voiture comme une seconde peau, cela explique pourquoi il l’a choisie pour le représenter. Cela rappelle à notre protagoniste une vieille comptine du mage Philippe Descola****:

Les animistes et les totémiques, 

Partagent leur âme avec la Nature, 

Et le corps des joyeux totémistes, 

Ne fait qu’un avec les créatures, 

Non comme les strictes analogistes, 

Qui eux séparent Nature et Culture, 

Enfin chez nous les naturalistes, 

Nos corps font partie de la Nature, 

Mais nos âmes ne sont que Culture. 

Si la comptine dit vrai, alors où se place donc notre prince charmant ? Et où se place notre automobile ? Peut-on parler d’un totémisme technique où l’homme ne formerait qu’un esprit (libre et puisant) et qu’un corps avec sa voiture, au point de considérer son image suffisante pour le présenter au monde ? 

Après avoir retourné les ouvrages de la bibliothèque, notre Belle Marjolaine n’est pas beaucoup plus avancée. Elle sait tout de même que ce portrait n’est pas le signe que les Transformers ont conquis le monde. Au contraire, notre protagoniste a découvert qu’en plus d’être un objet technique omniprésent dans le monde d’aujourd’hui, la voiture est un objet social total.

Au final, se dit notre Belle Marjolaine en rentrant chez elle, peut-être que ce prince n’est pas si mal. Friand de liberté, capable de maîtriser le temps et l’espace, il serait sûrement capable de terrasser bien des dragons. Et s’il suffit d’un simple baiser pour rompre le sortilège qui a enfermé cet homme dans une seconde peau de métal, alors peut-être cela vaut il le coup de l’inviter à danser sur la droite…

… En plus, la Belle Marjolaine a toujours rêvé d’un voyage à Prague. 

 

*Note de l’auteur : les jurons ont été légèrement poétisés afin de ne pas heurter la sensibilité de nos lecteurs. 

**En langage scientifique, cela signifie que le portrait obtient plus de “match”.

***Paroles du grimoire La voiture, cet incontournable objet du désir.

****Ces mots ne sont pas ceux exacts de Descola, mais reprennent sa pensée sur l’air qu’il vous plaira de chanter. 

 

L’Inserm met la science insipide au placard

Durant 6 mois, une campagne de publicité de l’Inserm s’est emparée des murs du métro parisien et des gares françaises. Ces affiches, colorées au ton humoristique, sont brodées de mystérieux termes scientifiques à côté de photographies qui portraient des personnes dans des situations du quotidien.

Sur l’affiche ci-dessus, nous avons un texte en police informelle, voire enfantine et une photo d’une personne âgée, hilare, contorsionnée dans ce qui semble être un placard. Un texte plus petit nous propose un slogan “ On gagne tous les jours à s’intéresser à la santé” au-dessous duquel l’affiche semble être expliquée. Un logo Inserm nous informe du commanditaire de cette publicité et une phrase nous propose d’en savoir plus sur leur site.

Le texte principal, en gros, ne nous donne pas d’information sur le lieu d’être de cette publicité ni sur ce qu’il se passe sur la photographie. Il nous apprend que “les chondrocytes sont pratiques”. Ce qui semble être du jargon de laboratoire. Lorsque l’on ne sait pas ce que sont les chondrocytes, on ne sait pas ce que cela veut dire. Si nous avons du temps d’attente pour notre train ou notre métro, la curiosité suscitée par le gros texte nous incite à lire le plus petit texte, espérant y trouver plus d’informations. C’est ainsi que l’on comprend que les
“chondrocytes” sont des cellules du cartilage. Les personnes souffrant d’arthrose ayant un cartilage “abîmé”. Et c’est ainsi que l’on comprend le lien entre la phrase principale et la photographie, le cartilage en bonne santé de la personne dans le placard lui permettant de jouer à des jeux d’enfant. Mais par le petit texte, l’Inserm ne nous dit pas qu’il guérit l’arthrose, il nous dit qu’il “envisage” cette possibilité. Que sa recherche dans le domaine permettra peut-être un jour de réparer le cartilage abîmé. Que sa recherche pourrait aller plus loin, mais à quelle condition ? 

Le lecteur ou le public de cette affiche devrait donc se demander comment aider l’Inserm à parvenir à cette possibilité. Il pourrait ainsi être prêt à chercher plus d’informations sur le site internet mentionné.

Le but de cette publicité se joue sûrement à ce niveau-là. Quel besoin à l’Inserm de faire campagne de notoriété dans ce registre ? Elle cherche à impliquer le lecteur dans la recherche publique. Elle ne fait pas appel aux dons, mais elle montre aux contribuables l’intérêt de l’existence de cet institut public. Elle nous présente de façon réductrice mais ludique le rôle de la recherche dans la société. En effet, au lieu du pathos désormais habituel employé par les campagnes de publicité liées à la santé, nous avons ici l’emploi d’une énigme scientifique. C’est un jeu de piste moins austère que des photos de chercheurs dans des laboratoires.

Ceci est finalement l’emploi d’un dispositif de médiation scientifique. Il explique de façon légère et plus ou moins accessible des termes employés seulement par les connaisseurs. Et il offre une raison de s’y intéresser par une ouverture sur la santé publique. Est-ce réussi ? Est-ce que le public va lire le petit texte ? Est-ce qu’il va ensuite surfer sur Internet pour avoir plus d’informations sur cet institut qu’il finance indirectement par les subventions de l’Etat ? Peut-être que non. Mais il a un accès soudain à une certaine proximité avec cet institut. Ce qui est potentiellement une autre motivation de l’Inserm pour une telle campagne.

Après les flagrantes contradictions des experts de la communauté scientifique durant les premiers pics de l’épidémie de SARS-COV-2, la confiance du public envers la communauté scientifique s’affaiblit. Il s’agit donc de renforcer cette confiance en se mettant à disposition du public. À disposition pour lui apprendre des “trucs”, et à disposition pour lui donner de plus amples informations.

Avec cette affiche, la fonction de compréhension et de transmission dans la médiation est réalisée. Cependant, il manque la fonction d’échange et d’écoute. Car ici, nous avons la réponse à des questions que le grand public ne se pose peut-être pas. Et être sensibilisé à la fonction des chondrocytes paraît un peu superficiel. Si nous gagnons tous les jours à nous intéresser à la science, peut-elle nous apprendre des “trucs” plus utiles ? Des “trucs” plus essentiels ? Le pari fait par cette campagne est qu’avec des informations scientifiques légères, elle peut nous impliquer dans la recherche scientifique. Est-ce que cette vieille dame dans le placard nous donne envie d’aller plus loin ? Pour répondre à cette question un sondage grand public semble tout indiqué.

Par Anaïs DEVOUGE

“Pensez à vous équiper” … ou l’art de tomber dans le panneau

Depuis quand ce panneau est-il là ? Sur le bord de la départementale D461 aux portes d’une zone montagneuse appelée le Haut Doubs ? Je suis bien incapable de le dire. Sa couleur bleue n’alerte pas, il ne fait pas partie des panneaux de signalisation que mon cerveau surentrainé analyse de manière automatique. Je classe rapidement ce panneau dans la case des nuisances inutiles qui bordent nos routes et décide de l’ignorer.

Mais le panneau ne disparaît pas pour autant. Il reste là, bien planté le long de mon trajet domicile-travail et enlaidit, par son unique présence, le superbe paysage qui se trouve juste d’arrière. Malgré mon souhait d’admirer la campagne comme s’il n’existait pas, je repère son pictogramme : une roue et un flocon, une façon simple et efficace pour évoquer un pneu-neige. L’État a déjà inondé la région de ses propres panneaux, rappelant que la loi a rendu, l’an dernier, les pneus-neige obligatoires dans la région pendant toute la période hivernale. Pourquoi en rajouter ? 

Mon cerveau me trahit à nouveau, les études montrent qu’il n’est pas possible pour un lecteur de ne pas lire un texte qui se présente à lui. Alors malgré moi, le message s’incruste dans ma tête: « cet hiver, le Doubs met le cap sur la sécurité. Pensez à vous équiper ! » Département du Doubs.

Première réaction : je commence par m’énerver et  par pester contre la société de plus en plus sécuritaire… les services publics qui se désengagent… l’État qui oblige la population à s’équiper toujours davantage… le département qui va en profiter pour arrêter de déneiger les routes…. Bref, une grosse dose de parti pris et de mauvaise foi. Totalement en décalage avec le panneau bleu rassurant, bienveillant, que je viens de croiser.

…. jusqu’à ce que je m’interroge.

Pourquoi le Conseil Départemental a-t-il jugé important de nous rappeler qu’il nous faut nous équiper de pneus neige? Pourquoi maintenant, alors que le réchauffement climatique a rendu les équipements hivernaux de moins en moins nécessaires ? Pourquoi ici, dans le Haut Doubs alors que la limite pluie-neige ne cesse de monter? Les automobilistes seraient-ils devenus irresponsables et inconscients des dangers de l’hiver ? Les scientifiques et industriels n’ont-ils pas fait progresser l’adhérence des pneus ?

Le Conseil Départemental a mis en place des applications pour connaître en temps réel l’état des routes. Il a également multiplié les chasse-neige et autres sableuses et saleuses. Finalement, comme le rappelle le panneau, le Doubs veille sur notre sécurité. Combien de fois l’état des routes a-t-il vraiment nécessité des pneus-neige ces trois dernières années ? 5 ou 6 fois maximum par an sur cette portion de route D461, autant que dans d’autres départements qui n’ont besoin d’aucune obligation. Ce n’est rien par rapport à ce qu’ont pu vivre les générations précédentes.

« Dans le Haut Doubs, il pleut 6 mois et neige 6 mois » avait pour habitude de dire ma grand-mère, avec une pointe d’exagération. « Les routes étaient enneigées tout l’hiver, il fallait chaque jour pelleter, gratter, pousser, pour dégager les véhicules. » 

C’est ici que mon cerveau d’humain me fait défaut : d’après Tobias Brosch (de la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève) : « notre cerveau n’est pas optimisé pour reconnaître la menace des changements climatiques. Homo sapiens a évolué de manière à réagir aux dangers immédiats et concrets qu’il peut percevoir directement. Le réchauffement global, lui, est un phénomène lent, complexe, abstrait et probabiliste. »

Finalement, je suis passée tant de fois devant ce panneau que j’ai fini par lui trouver une raison d’exister: il est devenu mon signal d’alerte. Il me rappelle notre propension à oublier à quoi ressemblait notre environnement avant l’accélération du réchauffement climatique : les hirondelles qui peuplaient les fils électriques… les insectes qui collaient aux pare-brises… le chant des oiseaux dans les forêts… les grandes épaisseurs de neige sur les routes du Haut Doubs. Il m’alerte surtout sur les actions que nous devions mener pour préserver ce qui peut l’être encore. 

Ironie du sort, alors que je termine cet article : Nous sommes mi-avril, les Pyrénées-Orientales connaissent leurs premiers feux, nos nappes phréatiques sont vides, mais dans le Haut Doubs… il neige ! 

Par Rachel DUBIEZ 

Le voyage dans la lune

Cette affiche nous parle d’un temps que les moins de 55 ans ne peuvent pas connaître… le temps où à la lune gardait encore toute une part de mystère. Un temps où l’Homme pouvait fantasmer sur ce qu’il découvrirait lorsqu’il aurait trouvé le moyen d’en fouler le sol. Un temps où je n’étais pas née et que j’aurais souhaité connaître. 

Année 1902, au détour d’une attraction de fête foraine, le public découvre l’affiche présentant le film de Georges Méliès : « Le Voyage dans la lune ». Impossible de ne pas focaliser son regard sur la grosse lune blanche représentée au centre de l’affiche, se détachant du fond noir.  Les motifs floraux sur les côtés suggèrent que l’astre est observé depuis la terre. La lune semble très proche, telle que l’a découverte le grand public grâce à la grande lunette présentée lors de l’exposition universelle de 1900 qui montre sur grand écran « la lune à un mètre ».

Mais même à cette époque, personne n’est dupe du côté irréaliste de la représentation proposée par Méliès. Les traits anthropomorphiques attribués à la lune en carton-pâte ne trompent personne. La deuxième figure sur le bord de la Lune rappelle les représentations humaines des différentes phases de la lune. L’affiche n’annonce donc pas un film scientifique, la vision de Méliès est volontairement fantaisiste, poétique et intemporelle, proche de la vision fantasmagorique de la lune. Le spectateur est prévenu. 

Le second élément marquant de cette affiche est l’obus qui se plante « en plein dans l’œil » dira Méliès. Cet obus est totalement démesuré par rapport à la taille réelle de la lune. L’impact est présenté comme violent. De l’œil coulent des larmes et du sang (plus visibles sur la même affiche colorisée). La figure humaine nous amène à compatir, elle semble bouleversée que l’Homme, sur qui elle a veillé si longtemps, l’attaque aussi violemment. Mais elle semble également résignée, acceptant par là le désir et l’envie de l’homme de fouler son territoire. Il y a d’ailleurs un décalage entre le titre « Le voyage dans la lune» qui amène au rêve et l’impact violent représenté. 

C’est d’ailleurs la première fois que la science-fiction propose un voyage « dans » la lune. Les découvertes scientifiques de la fin du 19e siècle ont peut-être contribué à ce choix : les observations de plus en plus précises des astronomes et physiciens, ainsi que les premières photographies de notre satellite naturel confirment la structure géologique de la lune. Rien d’étonnant à ce que Méliès ait recherché un nouvel horizon inconnu plus propice à la fantaisie « dans » la lune.

Cette affiche nous présente l’alunissage de l’obus afin de bien montrer que les voyageurs du film sont arrivés à destination et aiguiser la curiosité chez le futur spectateur. Atteindre la lune est également une source d’inspiration inépuisable pour la science-fiction du 19e siècle. Ce n’est qu’un demi-siècle plus  tard, que les scientifiques et ingénieurs commenceront à considérer ce rêve d’un trajet terre-lune accessible après avoir mis au point les premiers moteurs de fusée.

Moins de 70 ans après le succès du film de Georges Méliès, l’homme marchera sur la lune et la réalité a tué le rêve. Des milliers de spectateurs et auditeurs du monde entier suivent l’événement à la télévision ou à la radio. « C’est un petit pas pour l’Homme, mais c’est un pas-de-géant pour l’humanité », affirme Neil Armstrong. C’est surtout une grosse désillusion. Les images envoyées par la mission Apollo montrent une lune sous un jour plus cru et « décevant », loin, très loin des rêves de Méliès et de ses contemporains. 

Cet événement est décisif pour le monde et tout particulièrement pour notre société occidentale. Il démontre la puissance scientifique et technique de l’être humain et des Américains en particulier qui ont pour objectif d’assumer leur supériorité sur le reste du monde. Dès le moment où l’homme pose le pied sur la lune, le fantasme change de dimension. Une nouvelle ère spatiale est ouverte et les êtres humains rêvent de fouler d’autres astres plus lointains et d’explorer toujours plus loin notre univers. La conquête de l’espace ne fait que commencer.

Aujourd’hui, la réalité a rattrapé la fiction : le retour vers la lune est à nouveau amorcé, elle devient cruciale pour les entreprises privées qui souhaitent développer le tourisme spatial, extraire des matières premières sur d’autres astres ou poursuivre le trajet vers l’espace. Les plus riches de notre monde ont déjà fabriqué et présenté leurs « alunisseurs » privés. Donald Trump a demandé à la NASA d’y envoyer des êtres humains en 2024 en vue d’y rester. 

La vision de Georges Méliès, décrite dans cette affiche était donc prémonitoire. La représentation de la lune éborgnée par un projectile de fabrication terrestre est restée dans l’imagerie populaire et est représentée sur divers goodies. Que nous dit-elle aujourd’hui alors que nous savons que la prophétie s’est réalisée ? Que l’homme, de tout temps, a cherché à connaître son environnement et qu’il est capable d’énormes prouesses technologiques, mais également de grands dégâts. Après avoir détruit son environnement, exploité les ressources de sa planète et pollué l’univers, il est capable de « crever l’œil » des astres. 

Je n’aurais vécu ni le temps où notre satellite restait à découvrir, ni l’événement du premier pas de l’homme sur la lune.  Cette affiche, d’un autre siècle, devrait nous alerter sur l’actualité : nous pourrions assister au moment où la lune sera « défigurée » par l’activité humaine.

Par Rachel DUBIEZ

2e expérience aérostatique à Versailles (vue d’optique). Science populaire ou démonstration royale ?

Voler ! Que d’hommes n’y ont-ils pas funestement rêvé depuis Icare ? C’est fait en cette fin de 18e siècle ! Cette vue d’optique célèbre la deuxième expérience du genre à Versailles devant la famille royale. La montgolfière appelée « Marie-Antoinette » est décorée d’un bras portant une couronne de laurier. On distingue sur le côté le chiffre de la Reine, c’est-à-dire son monogramme, ses initiales entrelacées. Cette montgolfière a des dimensions disproportionnées au regard du château en dessous, elle domine la population qui est représentée dans la cour et aux abords du château. Le message est double mais clair : en ce siècle des lumières, le Roi (à travers son épouse) apporte la science à son peuple, mais le Roi, reste au-dessus du peuple. Cette montgolfière devient une métaphore du pouvoir royal.

Cette vue d’optique est assez grossière : les personnages et les carrosses sont rapidement brossés, sans beaucoup de détails, la peinture du ciel dépasse le cadre, très peu de couleurs sont utilisées. Le coût de production devait être faible. Contrairement aux estampes fines, de luxe, ces vues d’optiques étaient vendues à un prix très modique et destinées à être diffusées massivement. D’ailleurs, cette image a été reprise d’une gravure plus ancienne où ne figurait pas la montgolfière : une façon de baisser les coûts en limitant les nouvelles créations, voire en réutilisant les planches de gravure. Cette diffusion massive explique d’ailleurs qu’il soit difficile de retracer son parcours bien qu’on retrouve la trace de cette planche en particulier dans une collection du 19e siècle : celle du baron de Vinck que les enfants cèdent à la Bibliothèque nationale de France au début du 20e siècle, signe que, d’objet populaire, elle est devenue un objet de collection.

Les vues d’optiques sont très à la mode au 18e siècle. Il s’agit de gravures parfois peintes comme c’est le cas ici, qu’on regarde à travers un zograscope, un appareil optique composé d’une lentille et d’un miroir, qui permet d’augmenter l’impression de relief induite par la perspective. Ainsi, l’image est vue dans l’autre sens, ce qui explique que l’inscription au-dessus du carré est écrite à l’envers. De même, la chapelle royale est dessinée sur le côté gauche alors qu’elle se situe à droite du château. Mais elle retrouve sa place lorsqu’on regarde l’image à travers un zograscope ! En revanche, la lettre est écrite à l’endroit afin de pouvoir lire la description même sans cet appareil.

Les vues d’optiques sont alors vendues à des particuliers, mais aussi beaucoup à des colporteurs ambulants qui les montrent dans les foires de Paris et de province avec un zograscope : une manière aussi de colporter les événements de la capitale auprès du peuple. Le spectacle réside autant dans l’image elle-même que dans le procédé : on peut imaginer la fascination des populations, pour beaucoup encore illettrées, devant non seulement l’évènement (des hommes ont volé dans les airs !) mais aussi la technique (quel est cet étrange appareil qui transforme les images ?). On est en effet au 18e siècle, le siècle des cabinets de curiosités où on amasse moult objets curieux et techniques.

D’ailleurs, plus que la qualité, c’est plutôt le sujet qui est important et vendeur. Il s’agit d’une estampe d’actualité. Ce n’est alors pas le genre le plus prisé, mais certains sujets dopent tout de même la production : les expériences aérostatiques en font partie et provoquent un pic de production d’estampes d’actualité en 1784, preuve que le peuple est fasciné par cette technique nouvelle. Au-delà de cette vue d’optique, on constate toute une mode d’objets à l’effigie de montgolfières. La Marie-Antoinette se retrouve précisément sur de nombreuses vues d’optiques et autres objets en tout genre.

Cette image illustre également les liens entre la science et le pouvoir monarchique. La montgolfière porte le nom et la signature de la reine. Au-delà du caractère purement informatif, le message diffusé à travers cette estampe est clair : le Roi soutient les innovations. À cette époque, on montre la science en train de se construire au public. La valeur de la preuve tient plus de la position sociale du public, signe, à cette époque, de sa valeur, que de la reproductibilité de l’expérience.

C’est aussi le siècle des grandes avancées techniques illustrées par la montgolfière : l’homme accède enfin à son désir de voler ! Et cela se passe en France, à Versailles et Paris, haut lieu du développement des sciences. Et cela doit se savoir ! La diffusion des vues d’optiques participe à ce message, dans toute la France, mais aussi à l’étranger, car ces objets s’exportent bien. Le message est diffusé dans toutes les couches sociales à travers le colportage et les foires.

C’est enfin l’illustration d’une science visible dans l’espace public, d’une science encore le fait d’amateurs. Mais c’est la fin de ce courant. En effet, le 19e siècle verra à la fois la professionnalisation du scientifique et le renfermement de la recherche à l’intérieur des laboratoires. Le souci de rendre la science visible dans l’espace public perdurera cependant, et les besoins de vulgarisation puis de médiation émergeront alors… 

 

Par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI 

L’impact de l’alliance Coca-Cola/Marvel sur la Culture Populaire

En rentrant chez moi avec mes colocataires, nous avons partagé notre dîner ensemble. Pendant le repas, l’une de mes colocataires a siroté sa traditionnelle canette de Coca-Cola, un rituel pour elle, mais aussi une addiction au sucre. Après le repas, alors que je commençais à débarrasser la table, je me suis dirigée vers la poubelle pour jeter la canette. Toutefois, j’ai remarqué que cette canette était différente de celles que nous avions l’habitude de boire. Elle était estampillée Avengers avec le logo de Black Widow, un personnage féminin fort de la saga, le tout en couleur argentée. J’ai trouvé cette canette particulièrement jolie et ai choisi de la conserver comme une sorte d’objet collector. 

Cependant en la regardant plus attentivement, j’ai réalisé l’impact que cette alliance entre deux marques mondialement connues avait sur moi. J’ai même pris une photo de cette canette avant de la jeter à la poubelle. Cela m’a fait prendre conscience que cette canette était un reflet de la culture populaire omniprésente dans notre vie quotidienne. En effet, cette rencontre entre les univers de Coca-Cola et de Marvel illustre parfaitement l’influence qu’ont ces deux industries sur nos comportements et notre perception de la culture. 

D’un côté, Coca-Cola a établi un lien étroit avec le public depuis de nombreuses années grâce notamment à ses publicités iconiques, comme celle du Père Noël ou de l’ours polaire. Ces images sont devenues des symboles emblématiques de la culture populaire, associées à la saison des fêtes, à la convivialité et à la joie de vivre.

D’un autre côté, la franchise Marvel est devenue un phénomène cinématographique majeur. Depuis le lancement du premier film de l’univers cinématographique Marvel en 2008, “Iron Man”, les films ont connu un succès commercial et critique considérable. Ils ont attiré un large public de fans du monde entier, générant un engouement médiatique, des discussions en ligne, des théories de fans et des attentes élevées pour chaque nouvelle sortie. Les films Marvel sont devenus de véritables événements culturels, marquant les tendances et les modes de notre époque. 

Coca-Cola et Marvel ont su créer des communautés de fans inconditionnels, suscitant un engouement médiatique pour leurs divers produits. Leur influence sur la culture populaire est immense, touchant la mode, les tendances culturelles, les produits dérivés, la culture geek, les médias sociaux et bien d’autres aspects de la vie moderne. Ces marques sont devenues des icônes mondiales de la culture populaire, façonnant les tendances culturelles et sociales de notre temps. 

Cette rencontre à travers cette canette de Coca-Cola est un exemple de la manière dont ces deux industries ont su se rejoindre utiliser les avantages de l’une et l’autre et laisser leur marque dans la culture populaire.

Par Alice BAMAS

De l’eau !

Seule, au bord de l’eau, cette borne à incendie s’est revêtue de bleu. Est-ce par simple coquetterie pour s’assortir avec le reflet du ciel dans l’eau ?

On aurait pu le croire, tant elle est gracieuse ainsi posée au bord du Tarn.

Et bien non, sa couleur bleue signifie qu’elle fait partie de la famille des poteaux d’aspiration, les pompiers devront aspirer l’eau de la rivière avec une pompe.

Elle n’est donc ni comme sa sœur rouge, reliée directement au réseau d’eau potable, ni comme sa sœur jaune, réservée au milieu industriel, ni comme sa sœur verte, utilisée comme réserve d’eau pour les professionnels hors pompiers.

Datant de la fin du XIXe siècle, la borne à incendie est apparue petit à petit dans l’espace public jusqu’à devenir omniprésente. Cette présence l’a rendue banale, voire insipide aux yeux du passant. Sa forme n’a que peu évolué et elle se pare parfois d’un coffre comme par pudeur.

Elle est un symbole de la révolution industrielle et technique et démontre que malgré son grand âge, elle est toujours utile.

Elle nous rappelle également à quel point l’eau est précieuse à la vie, à quel point aussi elle est nécessaire aux pompiers dans la lutte contre le feu, avec les sinistres incendies de l’été 2022.

Par Muriel BEN SOUSSAN

La conquête de l’air en l’an 2000 : l’apogée du dirigeable

Cette lithographie date de 1899 et fait partie d’un ensemble de 87 dessins réalisés par Jean-Marc Côté associé à d’autres peintres. Cet ensemble nommé “En l’an 2000” a été créé pour l’exposition universelle de Paris en 1900 et distribué sous forme de vignettes dans les boîtes à cigares. Le projet aurait dû également se décliner en cartes postales en 1910, mais faute de financement n’a pas abouti. La seule série de cartes postales connue aujourd’hui a été retrouvée par l’écrivain Isaac Asimov qui les a rendues publiques dans son livre “Futuredays : A Nineteenth Century Vision of the Year 2000”, paru aux Editions Henry Holt & Co le 1er novembre 1986.

L’illustration présentée a pour titre “Aéronat au long cours”. Elle représente un système de voyage aérien composé de deux ballons dirigeables, reliés à une même nacelle. À l’arrière de ces ballons, deux petites voiles sont dessinées, jouant sans doute le rôle d’empennage. La nacelle a une forme de bateau, avec un pont sur lequel on peut voir des voyageurs. Ce choix résonne avec le fait que cette scène se passe au-dessus d’une étendue d’eau. Sur l’avant de cette embarcation, une armature en bois soutient un mât sur lequel est fixée l’hélice du moteur. En effet, avec l’avènement du moteur au XIXe siècle, les aérostats en ont rapidement été équipés, cela permettant une plus grande maniabilité. Le drapeau français entre les deux ballons rappelle l’excellence scientifique de la France, qui doit être démontrée lors de cette exposition universelle. 

Les falaises en arrière-plan évoquent la Normandie, il est possible que ce voyage soit donc un voyage transatlantique. À cette époque, le seul moyen de se rendre sur le continent américain était par voie maritime, l’avion motorisé n’est pas encore apparu et les aérostats commencent à l’être. Cela explique que la représentation d’un voyage dans les airs en l’an 2000 utilise cet engin.

La conquête de l’air est un thème récurrent depuis bien longtemps et en cette fin du XIXe siècle, dans la France de la Belle époque, la société est dans une époque faste, marquée par des progrès sociaux, économiques et technologiques. Grâce à l’influence de la révolution industrielle, le progrès technique est synonyme d’espoir, l’ère industrielle continue, la mécanisation est de plus en plus présente et rien ne semble impossible, y compris la conquête de l’air, tant fantasmée depuis toujours. L’industrie naissante permet de développer des matières innovantes telles celles utilisées dans les ballons.

La couleur jaune de ces derniers en est un parfait exemple. En effet, les toiles des ballons ont évolué au fil du temps et en cette fin du XIXe siècle, elles sont souvent caoutchoutées, spécificité reconnaissable à leur couleur jaune, comme sur la lithographie de Jean-Marc Côté. Ces étoffes étaient plus résistantes et plus imperméables que les étoffes vernies et se sont surtout développées après la mise au point du procédé de vulcanisation en 1839, rendant notamment le caoutchouc plus élastique et supprimant la thermosensilbilité de ce dernier. Cette teinture jaune était à base de chromate de plomb ou d’aniline et servait à protéger le caoutchouc des ultra-violets. La toile des ballons était composée d’un tissu jaune à l’extérieur du ballon, une pellicule de caoutchouc, un autre tissu et une autre pellicule de caoutchouc côté intérieur du ballon. 

Au moment de la parution de cette illustration, il est possible que le public ait vu en elle, un rêve inaccessible, mais tout de même empreint d’une possible réalité, car le ballon dirigeable se développait à ce moment-là. En effet, comme toutes les œuvres de cette série, celle-ci s’appuie sur des éléments réels et sur l’optimisme et l’espoir illimité dans les prouesses techniques. Cette démarche permet de rendre crédible l’engin décrit. Ce dessin n’est pas sans rappeler le monde imaginaire de Jules Verne, contemporain de cette époque, ou encore les dessins visionnaires de Léonard de Vinci, on se trouve ici dans le domaine du rétrofuturisme.

Ceci étant, cette illustration n’était pas qu’un rêve. À partir de cette époque, la conquête de l’air s’est accélérée et aujourd’hui fait partie de notre réalité. De nos jours, quels sont les rêves techniques qui pourraient donner lieu à des séries d’illustrations ? Voyager sur Mars ? Voyager dans le temps ? Atteindre l’immortalité ? Coloniser d’autres planètes ? 

La liste pourrait être longue, depuis toujours l’homme rêve de conquêtes et d’explorations et le progrès technique ouvre le champ des possibles, pour le meilleur ou pour le pire…

Par Muriel BEN SOUSSAN

La Bouillotte : un objet d’innovation caché dans les placards de mamie ?

Bouillotte, bassinette, chauffe-lit ; en métal, en bois, en caoutchouc ; remplie de braise ou d’eau. On connaît toutes et tous cet objet hivernal. Dans l’imaginaire collectif, il évoque l’ancien temps, quand nos ancêtres sans chauffage avaient froid aux mains, aux pieds, dans les draps de leurs lits, ou même dans les chaires d’églises.

Des pierres chauffées dans la cheminée aux peluches en noyaux de cerise à mettre au micro-ondes, le concept de la bouillotte a su se réinventer au fil des siècles. Inspirant inventeurs et hommes d’affaires, la bouillotte se décline sous les formes les plus variées, et parfois les plus farfelues en fonction des évolutions techniques et sociétales : effigie de star américaine, bouillotte magique…(voir publicités ci-dessous). Une légende urbaine raconte même qu’un cordonnier en 1770 aurait inventé des chaussures avec un talon rempli d’eau chaude pour tenir les pieds de sa femme au chaud !

Aujourd’hui, les habitations sont chauffées, efficacement… parfois même avec excès. Les bouillottes de notre époque sont devenues un simple objet de bien-être et composées de noyaux de cerise. La peluche à mettre au micro-ondes est plus proche du gadget que de l’objet indispensable pour passer l’hiver. 

Mais la bouillotte n’a pas dit son dernier mot. Elle est aussi l’image des sports nature, à la montagne, en forêt, où les mains et les pieds se réchauffent sur des chaufferettes chimiques. On est loin du durable (et de la nature) ! C’est aussi l’image d’un hiver 2022-2023 où on doit économiser l’énergie et baisser le chauffage. La revanche de la bouillotte en somme !

Par Muriel BEN SOUSSANFloriane MALVOLTI-BERNARDINIMarie PRIEUR et  Delphine Ya-CHEE-CHAN

Twitter, ou le mythe de Narcisse 2.0

Cette image est une capture d’écran du clip de Stromae “Carmen”. Sur une musique réarrangée à partir de la partition “L’amour est un oiseau rebelle” de l’opéra Carmen de Georges Bizet, Stromae dépeint les affres d’une surconsommation des réseaux sociaux, en particulier de Twitter. 

Les personnages qui marquent en premier lieu sont ces oiseaux bleus, à la moue froncée. Certains sont grands, d’autres plus petits, mais tous sont chevauchés par des personnages humains et reconnaissables. En effet, sur l’oiseau le plus gros, nous pouvons reconnaître Barack Obama, président des États-Unis d’Amérique, au moment où sort le clip. Au centre et sur l’oiseau le plus petit, c’est la Reine d’Angleterre Elizabeth II. Et enfin, l’auteur de la chanson lui-même, Stromae, chevauche le dernier oiseau, le plus à droite. Tous ont une attitude très passive sur leurs oiseaux, semblant ignorer ce qu’il y a autour d’eux. 

Au milieu de ce monde hagard, une jeune fille court, seul personnage qui semble libre de ses mouvements. Elle aussi va cependant dans la même direction.

En arrière-plan, de grandes flèches de néons criards de couleur vertes, jaunes, roses et violettes sont accrochées à différentes hauteurs sur des poteaux métalliques. Toutes indiquent la même direction : celle que suivent les oiseaux, et avec eux, les personnages juchés dessus. Le sol très lisse, qui semble artificiel, reflète les néons. La scène baigne de surcroît dans une lumière blafarde, créant par métonymie une impression d’artificialité.

Cette ambiance angoissante dénonce la superficialité des réseaux sociaux et les addictions qui résultent d’une surconsommation de ces médias. En effet, Stromae utilise l’image d’un oiseau bleu, logo de Twitter, un des réseaux les plus utilisés au monde. C’est le réseau sur lequel toute personne qui cherche une visibilité se doit d’être active. Mais ces oiseaux ne sont pas exactement ceux du logo. Ils font peur. Ils sont repris du graphisme du dessin animé “Angry Birds”, peut-être un moyen pour inclure les enfants dans cet univers. 

Mais en tout cas, en regardant cette image, tout le monde reconnaît une métaphore de Twitter, nul besoin de le mentionner. Même les non-utilisateurs de Twitter n’ont aucun mal à faire le lien, signe de la place que ce réseau social a gagné dans nos sociétés, occidentales ou non d’ailleurs !

Twitter est par excellence le monde de l’immédiateté, de la superficialité représentée par ces lumières et ce sol blafard : les utilisateurs (les “twittos”) publient des messages courts (les “tweets”), limités à 280 caractères. Ces messages se doivent d’être percutants et accrocheurs, à l’équivalent des slogans utilisés par les publicistes. Les sujets traités ne sont pas approfondis, on ne fait que réagir, et le plus brièvement possible. Twitter reprend ainsi les standards courants de la communication publicitaire normés aux besoins du capital. Le développement des nouvelles technologies de communication réduit les êtres pensants que nous sommes à l’équivalent de machines narcissiques restreintes dans leurs capacités d’échange à des messages les plus brefs possibles.

Les personnages sont juchés sur des oiseaux dont la taille symbolise le nombre d’abonnés à leur compte. La scène apparaît en plan large, les personnages sont issus de différents pays, symbole de la globalisation de Twitter.

Mais Stromae dénonce également un monde désincarné, où les utilisateurs ne sont que le pâle reflet d’eux même. Ce sol lisse qui reflète les néons et les personnages, rappelle que ces réseaux ne sont que des miroirs pour leurs utilisateurs, Narcisses des temps modernes. On s’y épanche sans filtre, on montre sa vie sous toutes les coutures, ou au contraire, on ne laisse filtrer qu’une image déformée. Twitter incite à devenir de plus en plus égocentré. 

Tout le monde va dans le même sens, celui indiqué par les flèches. Désincarnation toujours : les personnages ne maîtrisent pas leur déplacement, ils se laissent porter, donnant l’impression d’être sur un tapis roulant. Ils semblent même totalement absents. Une manière encore de dénoncer la norme induite : les personnages n’ont d’autre choix que de suivre le mouvement de tout le monde, ils semblent d’ailleurs ne pas s’en préoccuper. A-t-on des personnages encore conscients ou de simples enveloppes corporelles ? L’image ne permet pas de le dire. 

Cette scène arrive pendant le refrain du clip : “C’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime ; c’est comme ça qu’on somme, somme, somme”. Refrain entêtant, les paroles tournent dans la tête (vous savez le genre de parole dont on n’arrive pas à se débarrasser), et renvoient à l’addiction aux réseaux sociaux. “C’est comme ça qu’on s’aime” : on mesure sa popularité au nombre d’abonnés, au nombre d’utilisateurs qui remarquent et partagent nos tweets. “C’est comme ça qu’on somme” : on compte, on décompte, on classe seulement en fonction du nombre d’abonnés, pas en fonction de la pertinence du tweet. La superficialité, toujours ! Et le jeu de mots qu’on somme/consomme est on ne peut plus explicite. 

Seule cette jeune fille, sans oiseau, semble encore réellement vivante. Elle court après son amoureux, le personnage de Stromae, pour tenter de le sauver. Un peu plus loin dans le clip, elle tombe dans un fossé tandis que les autres tombent dans le bec d’un oiseau. Ou plutôt le terme de “gueule” est-il plus juste, car l’oiseau est devenu un énorme monstre, se nourrissant sans distinction de l’ego et de la superficialité des hommes.

Cet arrêt sur image met en perspective les relations entre sciences, techniques et société. Le développement des réseaux sociaux associés aux innovations de la sphère numérique, impacte la société sur ses aspects fondamentaux, en l’occurrence l’échange et la communication entre humains. Alors que le propre du réseau social devrait être justement de créer du lien, son utilisation et ses besoins de standardisation demandent à l’homme d’intégrer ces normes. Exacerbant les travers de la personnalité, les réseaux sociaux, quintessence des technologies modernes de la communication, exploitent la nature humaine pour mieux la contrôler. L’individu développe ainsi son égocentrisme et son individualisme à l’image de la société capitaliste moderne. Ces nouveaux moyens de communication sont un exemple montrant combien la science et la technologie peuvent nuire à la société et à l’individu. 

L’entièreté du clip reflète tout à fait cet aspect mettant en scène la rupture de ce jeune couple passant d’un amour pour l’autre à un amour pour soi. Quand la réalité des sentiments cherche à s’imposer, c’est un échec.

 

Par Muriel BEN SOUSSANLoïc DUCARME et Floriane MALVOLTI-BERNARDINI . 

Quand l’affiche publicitaire devient une porte ouverte vers le monde des Sciences :  promouvoir la connaissance au XIXe siècle.

De nos jours, tout le monde a un dictionnaire à la maison. Soit en version papier, soit en se connectant à internet. La connaissance est donc seulement à un clic de souris. Mais quand on remonte le temps, 126 ans en arrière pour être exact, la situation est bien différente. 

1897, à l’aube du XXe siècle, cette affiche publicitaire « dictionnaire général des sciences théoriques et pratiques » est placardée dans les rues de Paris. Chromolithographie typique de cette période avec des couleurs flamboyantes et un style artistique extrêmement travaillé. Pourquoi autant de détails dans une simple affiche, pourrait-on s’interroger ? Les raisons sont simples. 

Première raison, c’est qu’à cette époque les affiches s’avèrent être encore le meilleur moyen pour faire sa publicité. Être dans la presse coûte trop cher et bien souvent les annonces sont mal présentées reléguées en quatrième page et entassées avec d’autres annonces qui pour bon nombre d’entre elles sont fallacieuses. Les éditeurs ne lésinent donc pas sur les moyens en engageant des artistes connus, ici Besnier pour réaliser cette affiche qui promeut un dictionnaire des sciences. 

Deuxième raison, capter l’attention et déclencher des émotions chez le passant en utilisant les couleurs. Ici, deux couleurs primaires dominent ; le rouge et le bleu. Pendant que re rouge captant le regard recouvre quasiment la totalité de l’affiche, le bleu utilisé avec parcimonie vient y apporter de la profondeur. Ces couleurs n’ont pas été choisies au hasard. La couleur rouge attise les émotions fortes, pour créer un sentiment d’urgence, pousser à l’achat impulsif. À l’inverse, le bleu invite au calme et à l’apaisement. Mais c’est l’association des deux qui est la plus pertinente. Le bleu met en confiance et le rouge invite à consommer plus rapidement. C’est une alliance bien connue dans le divertissement, l’alimentation et les jeux. On comprend donc l’utilité d’avoir utilisé ces deux couleurs dans cette affiche publicitaire. 

Troisième raison, c’est qu’à travers le dessin on étaie un propos pour amplifier, prolonger un texte. L’encadrement formé par l’arc et les colonnes imite de façon symbolique une porte ou bien une ouverture par laquelle on peut entrevoir un nouvel univers. Un univers où il est possible de découvrir et de comprendre un monde jusque-là peut-être inconnu. Un monde de sciences. Les dessins qui se trouvent à l’intérieur viennent sublimer les thématiques retrouvées dans le dictionnaire. La locomotive et les bateaux pour la mécanique, l’homme noir pour l’ethnologie. L’éléphant animal spectaculaire tant par sa taille que par sa forme, pour les sciences naturelles. Ou bien encore, représentée par les astres et le ciel bleu nuit ; l’astronomie sujet phare du XIXe siècle. En-dehors de sublimer les dessins questionnent. Certains objets sont complexes et inconnus. L’éléphant interroge, à cette époque qui pouvait avoir la chance d’observer cet animal ? 

Mais pourquoi en cette fin de XIXe siècle promouvoir un dictionnaire qui inventorie tout ce qui gravite de près ou de loin aux sciences ? L’essor fulgurant des progrès scientifiques et techniques de ces deux derniers siècles a aussi favorisé en parallèle l’essor de la vulgarisation scientifique. 

Les sciences et techniques, ne sont plus perçues comme une propriété privée à laquelle ne peuvent accéder que de rares privilégiés (la bourgeoisie). Ceux qui leur accordent de l’intérêt sont de plus en plus nombreux.  De plus, la compétition est rude à cette époque, puisqu’un florilège de revues de vulgarisation scientifique existent déjà. 

Donc pour capter et vendre à ces nouveaux curieux l’esthétisme de l’affiche est capital. Mais pas seulement, un dictionnaire relié à la fin du XIXe siècle coûte excessivement cher.  À cette époque, seule une certaine élite peut s’en procurer. Le système d’achat est donc adapté en utilisant la vente par livraison (ici à 10 centimes). Le principe est simple. L’acheteur achète chapitre (parfois juste quelques feuillets) par chapitre le dictionnaire. Une fois la totalité achetée, l’acheteur retourne chez l’éditeur qui lui relie gratuitement l’ouvrage. Ce système permet aux classes sociales les plus modestes la possibilité d’avoir accès à la culture scientifique.

En conclusion, cette affiche pourrait être le reflet de l’état des connaissances de la société en cette fin de XIXe siècle. Mais aussi le reflet d’une population qui a la soif d’apprendre et de comprendre la société dans laquelle elle évolue. Une population à qui on offre la possibilité d’avoir accès à une culture scientifique longtemps réservée à une certaine partie de la bourgeoisie. Cela irait dans la continuité de la volonté de la IIIe République de transformer la société, en faisant de l’éducation son fer de lance. 

Pourtant, des questions demeurent. Ce genre d’ouvrage pouvait-il vraiment être proposé à la population entière, quand on sait qu’un ouvrier de cette époque gagnait tout juste de quoi se nourrir et se loger. 

La culture scientifique, si elle n’était pas à un clic de souris, était elle vraiment à portée de main ? 

Par Alice BAMAS 

Dans le cabinet de physique d’un lycée

Ici un appareil étrange avec des tiges en métal circulaires, le tout relié à une courroie et une poulie. Les tiges, sous l’effet de la rotation, s’aplatissent. L’appareil montre l’effet de la rotation sur la forme aplatie de la Terre. On tourne la tête et des étincelles jaillissent d’un appareil à grandes roues : c’est une machine de Wimshurst destinée à accumuler de l’électricité statique issue du frottement de balais métalliques sur les deux roues. Et puis à côté, d’autres objets aux noms tout aussi mystérieux : électroscope, tube de Crookes. Nous sommes dans les recoins d’un laboratoire de physique d’un lycée, ou d’un cabinet de physique comme on disait auparavant.

Ces objets sont beaux, ils nous fascinent même ! Ils sont les témoins d’une époque où l’émerveillement était le point de départ de l’enseignement. Mais surtout une époque où l’expérience était bien plus concrète, plus sensorielle même. On faisait des travaux pratiques. Le geste était aussi important que le savoir, le geste appuyait le savoir. Agir avant de penser, agir pour bien penser. Ces travaux pratiques permettaient de voir, de toucher, d’entendre les phénomènes, parfois même de les sentir en chimie. La science n’était pas seulement sur la paillasse, on expérimentait la science à travers ses sens, on intériorisait la science.

Aujourd’hui, les travaux pratiques n’ont plus cours, place aux activités expérimentales ! On a gommé le geste, jusque dans le nom même des pratiques pédagogiques. A la précision nécessaire de ces gestes, on a substitué le déroulé de la démarche : c’est la compréhension du déroulé qui prime. La réalisation, le geste, sa précision ne sont que secondaires.

Donc les ordinateurs et python (le langage de programmation utilisé dans les classes) ont remplacé la main de l’élève. Alors, les professeurs tournent, nostalgiques, les pages des inventaires réalisés au début du 20ème siècle. Ils tentent parfois de ressusciter ces objets et en font de brèves petites démonstrations ! Et tout de suite, les yeux des élèves pétillent. Et malgré eux, ils leur transmettent un peu de leur nostalgie. Mais surtout, ils leur transmettent la beauté de la science et l’émerveillement qu’elle suscite !

par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI.

 

1ère page de l’inventaire du cabinet de physique du lycée de jeunes filles de Saint Cloud (actuellement lycée Alexandre Dumas), photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.
machine de Wimshurst, photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.
Appareil servant à montrer l’aplatissement de la Terre, photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.

De formidables médiateurs scientifiques, avec près de 170 volcans en éruption à leur actif.

LE FILM “FIRE OF LOVE” (93′ – 2022) réalisé par Sara Dosa 
 © Sandbox Films – Intuitive Pictures – Cottage M

Sorti en salles via le réseau MK2, diffusé en ouverture du dernier festival Pariscience  (13 au 31 octobre 2022 au MNHN/Paris) et multi-primé en festivals, le documentaire de Sara Dosa, “Fire of Love” présente les images d’archives des deux volcanologues français Katia et Maurice Krafft. Dès leur enfance, ils sont emportés par la passion des volcans lors de vacances familiales au pied du Stromboli. Tous deux originaires de Strasbourg, ils se rencontrent à l’université, où Katia étudie la géochimie et Maurice la géologie. Amoureux, ils se marient et, amoureux des volcans, ils décident de ne pas avoir d’enfant pour se consacrer à leur passion : les volcans.Pendant vingt ans, caméra et appareil photos en mains, Katia et Maurice Krafft sillonnent la planète entière pour nous rapporter quantités d’images, uniques à l’époque, des éruptions volcaniques en cours. Formidables médiateurs scientifiques, ils sont bien les seuls à pouvoir se rendre sur place à tout moment, grâce à l’indépendance financière que leur confèrent leurs images.Avec près de 170 volcans en éruption à leur actif, Katia et Maurice Krafft définissent ainsi deux types de volcans : Les Gris et les Rouges.Selon eux, les volcans “Gris” sont les volcans recouverts de cendres d’une température dépassant les 600°, qui dévalent les pentes jusqu’à 70 km/h, telle une avalanche de poudreuse.  Par opposition, les volcans “Rouges” produisent beaucoup de lave visqueuse et incandescente, coulant tel un fleuve le long des pentes, et dont la trajectoire est facile à prévoir, donc facile à éviter. Cependant, le besoin de capturer de nouvelles images sensationnelles, celles-là même qui financent leurs expéditions, les précipitent vers leur destin.C’est au Japon, en juin 1991, qu’une avalanche de poudreuse grise les ensevelit, au pied du funeste Mont Unzen. Ils entraînent avec eux dans la mort les 41 journalistes japonais qui les suivent, pensant qu’avec leur connaissance exceptionnelle du terrain, il n’y a pas de danger….A la place de la localisation de leur caméra, on ne retrouve qu’une montre indiquant 15h18 et une paire de chaussures.

par Christine CHAPON.

Star Trek : l’utopie grâce à la science

Publicité pour la série Star Trek Strange New Worlds prise sur le site dédié à l’univers créé par Gene Roddenberry (copyright Paramount)

La saga Star Trek n’a pas en France le succès qu’elle a dans son pays d’origine. Les nouvelles séries arrivent tout de même dans l’hexagone. Les dernières arrivées en decembre 2022 sont sur la nouvelle plateforme Paramount + : Star Trek Prodigy et Star Trek Strange New World.

L’originalité de cet univers est qu’il part d’une situation utopique : la Terre a résolu, grâce aux technologiques, tous ses problèmes de pauvreté et de guerre. Après être passé par des événements terribles, l’humanité a pris conscience de la nécessité de faire sienne un certain nombre de valeurs pacifistes. Les héros sont donc des exploratrices et des explorateurs qui ont choisi de quitter la sécurité de leurs planètes pour découvrir de nouvelles civilisations et, si l’avancée technologique le permet, entreprendre un premier contact. Aujourd’hui la majorité des œuvres d’anticipation décrivent un avenir sombre et distopique. Star Trek c’est de la Science-Fiction du qui croit au progrès.

 

par Delphine YA-CHEE-CHAN.

Le réchauffement climatique en France s’annonce 50% plus élevé que prévu

D’après de nouvelles projections climatiques, sans une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre, la température moyenne de la France pourrait augmenter de 3,8°C à l’horizon 2100 par rapport au début du XXe siècle.  

Après les canicules, les sécheresses, les incendies et les orages de cet été, les dernières prévisions climatiques s’annoncent encore plus sombres que prévu pour l’Hexagone. Le réchauffement climatique en France pourrait être 50% plus élevé que ce que montraient les dernières prévisions publiées par Météo-France en 2021. C’est le résultat des dernières projections climatiques publiées dans la revue Earth System Dynamics le 4 octobre 2022 par une équipe du CNRS, du CERFACS (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en Calcul Scientifique) et de Météo-France. 

Ces projections se basent sur un scénario intermédiaire, comme défini par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce scénario intermédiaire envisage une trajectoire dans laquelle les tendances d’émissions de gaz à effet de serre (GES) actuelles se maintiennent. Ce qui semble le plus probable d’après les chercheurs. Dans ce cas, la température en France pourrait augmenter de 3,8°C en 2100 comparativement au début du XXe siècle. 

Une nouvelle méthodologie prometteuse 

Afin d’arriver à ces résultats, les chercheurs ont utilisé des modèles utilisés par le GIEC, qu’ils ont adapté à la France et pour lesquels ils ont utilisé une nouvelle méthodologie. Cette méthodologie présente une innovation majeure, consistant en l’utilisation de données climatiques observées sur le terrain pour contraindre les modèles. Pour cela les chercheurs se sont basés sur des données récoltées sur plus de 30 stations météorologiques en France. Les plus anciennes utilisées et considérées comme robustes datent de 1899. Les plus récentes datent de 2020. Ils comparent ensuite ces mesures de terrains, avec les résultats issus des modèles afin de les calibrer et diminuer les incertitudes. Lorsque les modèles reproduisent au mieux les tendances observées par les mesures, alors les chercheurs font des projections sur le futur. Ces projections suivent différents scénarios présentés par le GIEC, du plus optimiste au plus pessimiste.  

Un modèle à l’échelle de la France 

L’autre élément innovant de cette méthodologie est qu’elle permet de faire des projections climatiques à l’échelle de la France seulement. Contrairement, aux résultats du groupe d’experts du GIEC, simulant les projections climatiques à l’échelle de grandes régions comme le bassin méditerranéen ou l’Europe, cette méthodologie permet une réduction d’échelle dans les projections. Ce qui est une grande avancée. En effet, la prise de décision, la planification à l’adaptation climatique, ainsi que les politiques de prévention se font à une échelle locale et nationale. D’où l’importance de pouvoir avoir des projections à une échelle plus réduite.  

Des prévisions plus dramatiques que prévu 

Basé sur cette nouvelle méthodologie, les scientifiques ont tout d’abord montré que la température en France actuelle est supérieure de 1,66°C par rapport aux températures mesurées entre 1900 et 1930. D’après l’étude, 1,63°C degré serait à attribuer uniquement à l’activité humaine.  

L’analyse de données de températures plus précises entre 2010 et 2019, montre que sur cette courte période, la France se réchauffe de 0,1°C tous les 3 ans. Ce réchauffement est à imputer seulement à l’activité humaine. Ce qui de manière plus concrète aura pour conséquence, toujours à partir d’un scénario intermédiaire, une hausse des températures moyenne de 3,2°C en hiver et de 5,1°C en été à l’horizon 2100. L’hexagone connaîtra alors des étés avec des canicules quasi permanentes et les sécheresses seront plus longues de 5 à 10 jours. La neige aura quasiment disparu des régions de moyenne montagne, et dans le sud du massif alpin il neigera moins de 5 jours par an. 

Ces nouvelles prévisions sont encore plus dramatiques que les dernières prévues par Météo-France publiées en 2021. Cette dernière étude prévoyait alors une hausse des températures de 2,2°C dans un scénario intermédiaire et de 3.9°C dans un scénario pessimiste à l’horizon 2100. Ces nouvelles prévisions montrent que le scénario pessimiste correspond finalement à un scénario modéré, à l’échelle de la France.  

L’étude publiée dans la revue Earth System Dynamics, présente également différents scénarios possibles, en fonction du choix fait par nos sociétés. En considérant le scénario le plus optimiste, envisageant une évolution croissante vers des pratiques durables, alors l’augmentation de la température pourrait se limiter à 2,3 °C en 2100 par rapport au début du XXe siècle. En considérant le scénario le plus pessimiste, où nos sociétés continueraient à augmenter leurs émissions de GES, alors la température en France pourrait augmenter de 6,7°C en 2100. Des chiffres qui posent d’immenses défis d’adaptation et qui promettent des changements sévères dans l’agriculture, les écosystèmes et la société française.  

Ces projections sonnent comme un véritable cri d’alarme et montrent l’importance d’une action rapide des gouvernements si l’on veut limiter les impacts du changement climatique. Bien que, comme le soulignent les chercheurs, cette nouvelle méthodologie doit encore être validée par d’autres études dans le monde, il n’en reste pas moins que l’avenir climatique de la France s’annonce sombre. 

par Loïc DUCARME.

Pourquoi pleure-t-elle ?

Femme à la larme, cire anatomique,  cire, bois et coton, 1784, MNHN. Photo B. Faye 

Cette grosse larme translucide qui lui perle de l’œil gauche pour aller rouler sur le haut de la joue, la jeune femme ne peut manifestement la retenir. Signifie-t-elle la souffrance de la maladie, le deuil d’un corps intact ou un autre chagrin plus secret, qui nous échappe nécessairement ? 

La Femme à la larme, conservée au Musée de l’Homme, est la cire anatomique la plus connue d’André-Pierre Pinson, chirurgien, anatomiste et artiste de la fin du XVIIIe siècle. Elle présente une tête scindée en deux profils, le profil gauche exposant l’anatomie interne de la tête (cerveau, œsophage, trachée, intérieur du nez et de la bouche), le profil droit représentant une jeune femme gracieuse aux longs cheveux avec une larme sur la joue.  

Les premières cires anatomiques datent du XVIIe siècle. Elles étaient principalement destinées aux étudiants en médecine, mais servaient aussi aux artistes en quête d’une meilleure connaissance du corps humain. Elles étaient censées faciliter ou compléter l’enseignement de l’anatomie par la dissection du corps humain. La cire permettait de reproduire de façon à la fois réaliste et artistique les parties qui le composent. Le Musée de l’Homme possède une très belle collection de ces cires anatomiques colorées, principalement issues du cabinet du Duc d’Orléans, pour qui André-Pierre Pinson en a réalisé des centaines. 

France Culture a consacré une série de 6 podcasts de 7 minutes à des objets de la collection du Musée de l’Homme. Le premier épisode est consacré aux cires anatomiques de M. Pinson.

par Estèle AUSSANT.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search