Game of Thrones, encore et toujours !

Je vous invite à découvrir un épisode du podcast “La Science, CQFD”, intitulé “Game of Thrones : Science is coming”

Vous aussi elle vous manque, cette époque où nous attendions, chaque année à la même période, la sortie d’un nouvel épisode chaque lundi ? A regarder seul·e ou entre amis (pas trop en famille, hein), les séances de visionnage de Game of Thrones étaient très répandues, notamment dans une certaine tranche d’âge. Un jour j’ai entendu la musique du générique chez mes voisins, j’ai écris sur post-it “Winter is coming” et l’ai collé sur leur porte. Si vous êtes tout aussi nostalgique de cet univers et que vous n’avez pas été repu·e·s par le spin off La Maison des Dragons, je vous invite à découvrir un épisode du podcast “La Science, CQFD”, intitulé “Game of Thrones : Science is coming”.

La science dans GoT ? Mais je ne suis pas scientifique! – Je vais vous dire quelque chose, moi non plus !

Et pourtant, j’ai adoré passer une heure à écouter parler de la géographie des 7 couronnes, de la météo à Westeros, de la linguistique du dothraki… plus généralement de la création d’un monde par George R. R. Martin. Comment on crée un monde tout entier? Quelles sont les influences de l’auteur? Vous connaissiez le métier de “conlanger”? Moi non plus, mais Jean-Sébastien Steyer et Frédéric Landragin l’expliquent mieux que moi alors allez les écouter si vous souhaitez en savoir plus ! Venez écouter ces chercheurs nous parler de cet univers que nous avons adoré, écouter des extraits du film, des extraits du livre, et de la musique !

Sur ce je vous laisse, mon dragon m’attend.

Crédit photo : page du podcast sur radiofrance.fr

Lien vers l’épisode : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-science-cqfd/game-of-thrones-science-is-coming-8663057 

Lien vers la carte interactive de Game of Thrones : http://quartermaester.info/ 

La médecine sportive. De la cigarette tolérée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories. La médecine sportive. De la cigarette tolérée aux régimes alimentaires stricts.

La compétence sportive dépend en grande partie du talent intrinsèque mais aussi de
l’outil qui lui permet de l’exploiter au maximum et de l’exprimer à savoir : le corps. Être le
plus talentueux ne suffit plus, il est nécessaire de profiter de la meilleur condition physique
possible. Le sport de haut niveau étant une compétition, comprendre les mécanismes du
corps pour arriver à de meilleurs résultats est une aide salutaire, de même que l’entretien du
corps, la guérison des blessures, la rééducation et même la nutrition.

On remarque de plus en plus la présence de la médecine dans le monde du sport surtout
professionnel ou elle cohabite jusqu’au foyer des sportifs. L’accompagnant à sa table, dans
son assiette, dans son bain glacé après un effort pour une meilleure récupération musculaire ; elle est sa conscience professionnelle. Prescripteur, manuel de mode de vie sain utile à quiconque prétend remporter la compétition, le sportif sérieux est un sportif qui l’emporte partout avec soi.

Les équipes olympiques ont des staffs médicaux, les critiques sportives sont moins indulgentes lorsqu’un joueur traîne quelques kilos en trop. Et pourtant si l’on s’aventure quelques décennies en arrière l’exigence athlétique n’étaient pas aussi liberticides pour les compétiteurs. Aucune révolution incroyable n’a impacté les connaissances anatomiques. C’est le comportement, l’adoption d’un esprit dans le sport qui s’est imposé de lui-même mais pas que… La médecine sportive a bénéficié d’un coup de pouce, elle fut impulsée par les dirigeants de club, les sponsors etc.. qui ont de gros désavantages à voir leur écurie décimée par les blessures perdre face à des adversaires dont les sucres lents ont composé le déjeuner. Ce faisant, les athlètes se sont calqués sur l’hygiène de vie des vainqueurs et la rigueur médicale a accrue la compétitivité.

Une histoire de gros sous ?

De manière croissante, le sport génère de plus en plus d’argent avec la démocratisation des télévisions – donc des droits d’image -, la publicité et les sponsors. En NBA, golf ou football, jamais les salaires n’ont atteint un tel palier. Jamais une victoire du championnat n’attirait autant de rentrée d’argent par les sponsors (20 millions annuels déboursés en 2017 par Rakuten afin d’avoir son logo visible sur le maillot des Warriors de San Francisco en NBA). Jamais un titre de meilleur joueur des play-offs n’attirait autant d’entreprises, chéquier à la main en proposant à une star de tourner une publicité de shampoing. Johan Cruyff sur cette photo commet un acte qui serait aujourd’hui sanctionné par les dirigeants de club. Rappelons qu’un joueur de football est sous contrat, son corps est l’outil de travail de ses employeurs. Comme un industriel qui assurerait une machine contre la dégradation, les dirigeants contractent des assurances sur les mains des gardiens ou les jambes des attaquants. Celles de C. Ronaldo ont été assurées à 103 millions d’euros par le Real Madrid en 2013. On comprend mieux pourquoi les joueurs sont incités à adopter une attitude médicinale d’eux même. Imaginons que les 4 joueurs fumeurs de l’équipe de France de Tennis affronte l’équipe Suisse composée de 4 joueurs non-fumeurs. Est-ce que Lacoste serait ravis de perdre contre Nike et glanerait l’innocente maxime « L’important c’est de participer » ? Il est donc possible que l’explication trouve son origine dans la dimension monétaire du sport. Johan Cruyff gagnait 360 000 euros annuels au FC Barcelone en 1973. C’était le transfert record de l’époque. Cristiano Ronaldo au Réal Madrid, 40 ans plus tard avait un salaire annuel de 21 millions, soit 58 fois plus ! En 1973 Cruyff fumait devant les photographes, C. Ronaldo a son nutritionniste personnel. Nous ne pouvons à ce stade que nous interroger sur l’évolution simultanée de la médecine dans le sport de haut niveau et de l’évolution des capitaux, sans ne pouvoir rien affirmer. Notons également que le comportement sain dit « professionnel » gagne les amateurs mais aussi les futurs professionnels du sport à savoir les étudiants STAPS disposant d’Unité d’Enseignement théoriques concernant l’anatomie et la prévention des blessures.


Sources :
https://www.basketusa.com/news/446725/les-lakers-devoilent-un-sponsor-maillot-pour-12-a-14-millions-de-dollars-annuels/
https://ufr-staps.univ-lyon1.fr/formations/licence-et-master
https://www.footichiste.com/2020/05/27/footballeurs-fumeurs-cigarettes/

https://www.sofoot.com/johan-cruijff-le-business-man-volant-204691.html

Néonicotinoïdes : Une contamination irrémédiable des écosystèmes d’Europe?

Plusieurs années après leur interdiction, les néonicotinoïdes ont envahi nos sols et nos écosystèmes selon des études récentes. Trois pesticides, reconnus toxiques pour les abeilles et autres pollinisateurs, sont interdits d’utilisation en Union Européenne (UE) depuis 2018. Ces pesticides, de la famille des néonicotinoïdes, continuent de faire des ravages aujourd’hui. Malgré des conditions d’utilisation fortement restreintes et contrôlées, ils ne cessent de se propager dans l’environnement et de menacer la biodiversité. Ces derniers mois, de nombreuses études portées par des équipes européennes, ont mis en évidence une dissémination non négligeable de ces néonicotinoïdes dans les sols et les eaux de rivière. Les conséquences sont visibles. Les organismes vivants dans ces écosystèmes : abeilles, fourmis, vers de terre ou encore insectes d’eau douce, sont fortement impactés.

Réglementation en Union Européenne

Pesticides les plus utilisés à travers le monde, les néonicotinoïdes sont également les plus dangereux pour nos écosystèmes. Trois d’entre eux ont vu leur utilisation restreinte dans les États de l’UE en 2013, avant d’être bannis en 2018. Certaines cultures possèdent des dérogations. C’est le cas de plantations sous serre entre les années 2013 et 2018. Elles étaient alors considérées comme sécurisées avec des chances de contamination extérieures très faibles. Plus récemment, on peut noter l’autorisation accordée en décembre 2020 pour le traitement des betteraves à sucre, dans l’optique de lutter contre un puceron vert transmetteur de la jaunisse.

Malheureusement, des études récentes ont démontré, par le biais d’expériences en laboratoire et d’ analyses sur des terrains agricoles français, que les contaminations étaient monnaie courante et les conséquences importantes. Une contamination généralisée des sols Une étude française 1 a analysé des prélèvements de sols agricoles datant de 2016 et provenant de la zone Atelier Plaine; Val de Sèvre, un territoire d’étude de la biodiversité de 450km 2 . Le résultat est sans appel. Tous les sols, qu’ils aient été ou non traités par le passé, présentent des traces d’au moins un pesticide. Dans 90% des cas, il s’agit d’imidaclopride, un des trois néonicotinoïdes interdit depuis 2013. Une seconde étude française 2 , datant de 2020, a aussi enregistré une contamination de fleurs sauvages dans l’ouest de la France, que celles-ci soient proches ou à distance d’un champs traité ou anciennement traité.

La propagation à une aussi grande échelle de ces pesticides, a plusieurs origines. Dans une culture traitée par pulvérisation, seulement 5% des pesticides se retrouvent sur les plants. Les 95% restant sont absorbés par le sol, charriés par les vents vers de nouveaux terrains, ou encore emportés dans les eaux de ruissellement et d’irrigation qui rejoignent ensuite les rivières. La durée de vie des néonicotinoïdes dans les sols est variable, parfois jusqu’à plusieurs années. Dans un champ n’ayant jamais été traité, les risques de contamination dépendent de différents paramètres : son emplacement, plus ou moins proche d’un champs traité ou anciennement traité ; les vents, vecteurs de propagation ; et la nature de son sol. En cas de pluie et de retombées de néonicotinoïdes, il a été démontré qu’un sol argileux, ayant une meilleure capacité de rétention d’eau qu’un sol calcaire, présente des quantités d’imidaclopride supérieures.

Un impact sur la faune

Si les disséminations sont nombreuses et peuvent être expliquées, les conséquences à long terme sur la faune commencent juste à être étudiées. En répercussion à la contamination de l’environnement, le miel issu du butinage du nectar de colza présente encore des traces de néonicotinoïdes trois ans après leur interdiction. Les abeilles, au centre de la lutte anti-néonicotinoïdes depuis les années 1990, ne cessent d’être en première ligne. De même, des niveaux de pesticides pouvant mettre en danger les vers de terre des terrains agricoles de l’ouest de la France sont retrouvés chez la moitié d’entre eux. Parmi les pesticides retrouvés, l’imidaclopride y est surreprésenté et retrouvé en quantité encore plus importante que dans les sols.

D’autres études, réalisées en laboratoire, ont cherché à observer le comportement des organismes présents naturellement dans ces écosystèmes pollués. Ainsi, en mimant les quantités de néonicotinoïdes retrouvées dans la nature, des chercheurs suisses 3 ont mis en évidence un impact à long terme sur les colonies de fourmis noires de jardin. Ils remarquent une diminution de la taille et du nombre d’ouvrières, en répercussion à une diminution des capacités à rechercher de la nourriture ou à se reproduire. De même, une équipe des Pays-Bas 4 a étudié le risque associé à la présence d’imidaclopride à la surface des eaux douces. Si les poissons et amphibiens ne sont pas impactés, ce n’est pas le cas des insectes aquatiques. Le déclin d’insectes aux Pays-Bas est documenté et les résultats de cette expérience apportent une explication plausible au phénomène. Le taux de néonicotinoïdes retrouvé à la surface de l’eau serait toxique pour certains insectes.

Si le mode d’action et les effets des néonicotinoïdes sur les cultures traitées sont connus, nos connaissances sur leur dissémination dans les écosystèmes et les conséquences à long terme le sont moins. La contamination des sols atténue les effets bénéfiques de l’agriculture biologique et menace la biodiversité. Malgré la décision d’interdire certains néonicotinoïdes, leur utilisation dans le passé et les dérogations accordées continuent d’affecter nos écosystèmes. Certains pays de l’UE demandent régulièrement des dérogations. Une responsabilisation des États serait nécessaire afin de diminuer les demandes de dérogations et favoriser la mise en place d’alternatives naturelles aux pesticides.

 

  1. D. Wintermantel et al. Science of the Total Environment (2020)
  2. C. Pelosi et al. Agric. Ecosyst. Environ. (2021)
  3. D. Schläppi et al. Communications biology (2020)
  4. N. Thunnissen et al. Chemosphere (2020)

 

The Parisianer s’invite au jardin des plantes

La science et l’art font-ils bon ménage ? La réponse nous la connaissons : c’est oui !

Ces dernières années les initiatives se sont multipliées. Une des dernières en date : la collaboration entre le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et l’association d’artistes La lettre P.  Depuis 2013, ce collectif d’artistes réalise les couvertures d’un magazine fictif, The Parisianer, qui met à l’honneur la ville de Paris à travers des séries d’illustrations.

Du 20 mai au 13 octobre 2021 des couvertures de The Parisianer sont exposés à l’entrée du Jardin des plantes.  Une dizaine d’illustrations crées à cette occasion, accompagnées d’un texte sur les sciences, y sont exposées.

Toutes signées par des artistes aux genres variés, magnifiques et pleines d’humour, elles sont une porte d’entrée du muséum et des controverses scientifiques et environnementales que nous traversons. Ainsi, sont mises à l’honneur les grandes idées scientifiques portées par les galeries et le jardin du muséum.

Un exemple, comment expliquer la reproduction des plantes ? Dans un premier temps, transformez chaque arbre et plante du jardin afin de faire apparaitre leurs organes reproducteurs. Ensuite, faite jouer l’imaginaire collectif en rapprochant leurs organes mâles et femelles de ceux que nous connaissons bien.  Le résultat, une magnifique illustration colorée et drôle qui aura su très facilement véhiculer un contenu scientifique.

Ces illustrations nous rappellent que chaque interrogation, découverte et développement scientifique a pour origine la curiosité, l’imagination et le rêve. Elle ne sont pas uniquement réservées aux arts. Ce sont des notions communes à deux mondes trop souvent opposés.

Ces affiches méritent le détour et que l’on prenne le temps de les déchiffrer.

 

 Où retrouver l’exposition physique :

Jardin des plantes, 57 Rue Cuvier, 75005 Paris

Où retrouver une partie de l’exposition virtuelle :

https://www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/exposition/parisianer-chroniques-museum

 

5G puis 6G : la course au pouvoir des rêves

Le monde hyperconnecté se rapproche à grands pas. Fantasmée et convoitée par les puissances mondiales et les entreprises, cette vision passionne les geeks mais elle est aussi redoutée par les particuliers. La frontière entre rêve et réalité semble de plus en plus mince. Mais est-ce un besoin réel ou une déconnection pour aller vers un monde virtuel où tout désir peut se réaliser ?

C’est une course qui paraît sans fin. Alors que son déploiement en est encore à ses débuts, la 5G suscite nombre de débats et controverses. La 6G commence à pointer le bout de son nez, laissant entrevoir un monde baigné par l’intelligence artificielle qui devra répondre aux problématiques du monde actuel.

Alimenter le fantasme du pouvoir et la compétitivité

Ces nouvelles générations de technologies de réseaux mobiles restent au cœur d’enjeux géopolitiques notamment les rivalités sino-américaines, une lutte de pouvoir et de conquête entre ces deux superpuissances pour la course du leadership. L’Asie est toutefois bien avancée sur ce sujet depuis 2018, puis depuis novembre 2020 avec les premiers satellites chinois pour tester la 6G. Les Etats-Unis sous Trump sont tombés dans une lubie de vouloir à tout prix remporter cette bataille. Fin 2020, ils entraient aussi dans la compétition de la 6G avec la Chine. Les supposés soupçons de risques d’espionnage par la Chine sont le principal motif de cette course. Cette lutte acharnée se fait ressentir jusqu’en Europe où les attendent deux potentiels concurrents, les entreprises Nokia et Ericsson.

Les industriels et les chercheurs attendent la 5G avec impatience puisqu’elle a été conçue pour répondre en particulier à leurs demandes. Outre le secteur militaire, les exemples souvent cités sont : le domaine de la santé avec des opérations chirurgicales très pointues réalisées à distance, des voitures connectées et autonomes pour le secteur automobile et la gestion du réseau des transports routiers.

Le développement de la 5G favorisera donc le maintien de la performance. Il relancera la compétitivité et l’économie. Il naviguera sur une meilleure productivité et une incitation à la consommation.

L’ultra-rapide rêvé

L’arrivée de la 4G dans les années 2010 avait déjà permis de faire un bond énorme dans la rapidité de la communication des données. Avec la 5G, finis les problèmes de latence et de saturation du réseau ! C’est de la 4G améliorée. Le temps de réponse des réseaux passera à 2 millisecondes au lieu de 20 à 40 millisecondes. Autrement dit, vous n’aurez pas le temps de souffler que la donnée apparaîtra sous vos yeux en un claquement de doigt. C’est magique, si le futur réseau ne rencontre pas trop d’obstacles physiques importants ! Concrètement, pour les utilisateurs d’internet et passionnés de technologies, vous téléchargerez une vidéo en quelques minutes au lieu d’1h30. Vous regarderez des vidéos en streaming sans coupure du flux. Vous aurez accès à davantage de jeux vidéo avec une meilleure résolution. Le monde de la 5G vous plongera dans un mélange entre virtuel et réalité.

Un avant-goût de la 6G

Pensez-vous que vous aurez tout vu avec la 5G ? Eh bien, pas tout à fait, puisque la 6G est bien en route. Comme pour la 5G, la 6G aura surtout sa place dans l’industrie avec un débit en théorie cent fois plus rapide que la 5G. Le premier sommet « 6G wireless summit » a eu lieu en mars 2019 en Finlande. Les experts et les scientifiques de 28 pays se sont projetés dans les rêves du monde en 2030, en tenant compte des problèmes du monde actuel. Car il s’agit peut-être bien d’un rêve de repousser encore plus loin les limites du progrès technologique. Le monde sera confronté à une population croissante et de plus en plus vieillissante, à des demandes d’augmentation de la productivité et à la nécessité de connecter des milliards de personnes qui ne le sont pas encore.

La vidéo « 6G vision for 2030 » de l’université Oulu en Finlande vous propulse dans un monde hyperconnecté avec des hologrammes. Les industries et les villes intelligentes se développeront encore plus rapidement. Vous ne seriez plus dans un de ces films de fiction fantasy. Les désirs des chercheurs et des geeks deviendront réalité dans quelques années.

Et le bien commun des particuliers ?

Le particulier va s’adapter à cette course technologique. Mais jusqu’où et à quel prix sera-t-il prêt à accepter tous ces changements ? En France, le sondage Ifop de décembre 2020 pour l’Académie des technologies révèle l’inquiétude des particuliers face aux nouvelles technologies, peut-être par manque d’informations et par les controverses suscitées. L’impact de l’évolution des technologies est perçu de moins en moins positivement sur la santé, l’environnement, l’alimentation et les loisirs numériques. Pour autant, l’attirance des nouvelles technologies reste palpable avec une amélioration acceptée pour certains secteurs et pour la vie quotidienne.

Vous serez sans doute contents d’avoir une bonne réactivité du réseau et de découvrir la connectivité entre objets. Cependant, ne vous attendez pas à aller au nirvana du réseau sans fil ! Si vous en restez à une utilisation du smartphone uniquement, il est bien possible que rien ne change à vos yeux sur un petit écran. L’intégration de ces technologies dans votre quotidien dépendra donc de votre utilisation future, du choix de vos équipements et de vos besoins réels. Vous finissez par adopter l’hyperconnectivité mais agissez-vous réellement pour votre bien-être ? Comment sera géré le flux d’informations instantanées ? Le bouleversement écologique et la problématique énergétique supporteront-ils à terme l’implantation de ces technologies ? Le risque de dangerosité des ondes reviendra avec la multiplication des antennes. Voilà bien des questions qui amènent à d’autres réflexions. Et rappelez-vous, la 5G ne sera pas opérationnelle avant 2025 et rien ne vous empêche de continuer à rêver d’intelligence artificielle avec de la fiction.

 

Claire Semler

 

 

 

Une nouvelle chaîne de podcasts pour le Muséum National d’Histoire Naturelle

 

Après “Bestioles”, la série de 12 podcasts à destination des enfants, et consacrée
aux animaux inaccessibles, Le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) propose aux
internautes une nouvelle émission : “Les curieuses histoires du Muséum”, coproduite avec
France Culture.


A travers ce nom intriguant, Le MNHN fait la part belle aux pièces emblématiques,
parfois méconnues mais néanmoins importantes, de l’ensemble de ses collections, tous
sites confondus.

Quels secrets se trouvent derrière le crâne de René Descartes, conservé au Musée
de l’Homme ? Quelles sont les spécificités de l’hippocampe moucheté, observable au
Marinarium de Concarneau ? Quelle est donc la fameuse cloche du naturaliste Jean-Henri
Fabre ou la technique si particulière derrière la réalisation du Plateau de table florentine dite
au collier de perles, que les visiteurs ont pu, par ailleurs, apprécier lors de l’exposition
Trésors de la Terre en 2019 ? Les curieuses histoires du Muséum répondront à ces
énigmes.

Objets artistiques et techniques, pièces scientifiques, espèces vivantes…Ce nouveau
podcast, découpé en 40 éppisodes de 7 minutes, apportera des éclairages sur ces pièces,
rarissimes, fragiles ou uniques, que vous avez, peut-être, déjà vues ou dont vous ne
soupçonniez pas l’existence. Il vous permettra également de comprendre ce qui fait leur
spécificité, ainsi que leurs intérêts historique, scientifique et patrimonial. Ces curieuses histoires sont racontées par des spécialistes tels que Ronan Allain, paléontologue, Aude Bourgeois, vétérinaire, ou encore Éric Joly, ancien directeur du Jardin des Plantes de Paris. Cette série, produite par Tao Favre, et réalisée par Vincent Decque, est disponible directement sur les sites internet du Muséum et de France Culture ainsi que
sur les plateformes de téléchargement. 

Crédits : MNHN – Bernard Faye

Aime ton chien

Aime ton chien, il est dans tes gènes

Des chiots se sont montrés réceptifs aux gestes, aux regards et aux voix d’une équipe de chercheurs américains, au cours d’une étude sur la sociabilité du chien, publiée dans la revue Current Biology début juin 2021. Ces petites bouilles recherchaient déjà le contact alors qu’elles n’étaient pas encore habituées à la présence humaine. Elles prouvent une fois de plus que les chiens sont en général motivés par un mode de communication et de coopération basée sur la confiance dans la relation homme-animal. 40 % des variations dans les aptitudes sociales observées sur ce groupe de 375 chiots viendraient de l’influence de facteurs génétiques. Ces capacités apparaîtraient alors très tôt dans le développement du chien, sans apprentissage nécessaire, tout comme chez les bébés humains. Un pas de plus pour tenter de déficeler les origines de la domestication du chien et de mieux nous sociabiliser avec nos braves toutous !

Claire Semler

Lumiere sur Le mystère du monde quantique

Les mystères du monde quantique :

 

En savez-vous assez sur les lois qui régissent notre univers? N’avez-vous pas envie de comprendre tout ce qui se passe dans votre smartphone ou comment expliquer la couleur des braises par le prisme de la physique quantique ? Il faudra réussir à déconstruire votre intuition pour la comprendre ! C’est la mission que se sont lancés Thibault Damour,physicien théoricien, et Mathieu Burniat, auteur de BD. Thibault Damour avait depuis longtemps envie de partager son grand savoir de manière plus accessible et Mathieu s’y intéressait beaucoup et voulait en faire un roman graphique. En contactant Thibault, Mathieu s’est rendu compte que son savoir et sa vulgarisation seraient bien nécessaires…! Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années de discussion sur ce que veut dire le monde quantique et la façon de le rendre visuellement attractif et compréhensible. Pour les aider à accomplir leur mission, partez avec Bob, un jeune garçon attachant qui ne comprend rien à la physique et Rick son chien, pour une aventure dans un monde onirique sur les traces des découvertes en physique quantique. L’explication est très progressive et nos auteurs partent toujours d’une observation de Bob, le personnage principal du récit. Lors de la lecture vous rencontrerez les nombreux scientifiques qui ont participé à l’histoire de la physique quantique, admirerez les belles planches de Mathieu Burniat et en plus vous comprendrez !
Aude Chandellier

Dérogation aux néonicotinoïdes des: reculer pour mieux avancer ?


Pour sauver les cultures de betteraves touchées par la jaunisse, le gouvernement vient de réautoriser l’utilisation de ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Un plan de recherche proposé cet automne au ministre de l’agriculture va réunir les spécialistes du secteur pour trouver des solutions alternatives durables d’ici la fin de la dérogation, en 2023.

Pourquoi le retour des néonicotinoïdes ? 
Depuis leur utilisation massive en agriculture dans les années 90, les néonicotinoïdes (NNI) ont fait l’objet de nombreuses études démontrant leur toxicité et notamment leurs conséquences désastreuses sur le système nerveux des abeilles. L’interdiction de leur utilisation en France a été votée en 2016 dans le cadre de la « loi biodiversité » et définitivement appliquée en 2018. Pourquoi le gouvernement revient-il donc sur sa décision 2 ans après ? La cause de ce revirement : la jaunisse virale. Transmise par les pucerons verts qui piquent les feuilles de betteraves, la jaunisse entraîne des baisses de rendement des cultures. Or, si elle est présente tous les ans à des degrés plus ou moins importants, la jaunisse a touché cette année beaucoup plus de parcelles qu’en 2019. La faute à un hiver très doux, mais aussi à une intervention moins importante qu’espérée des auxiliaires, ces insectes comme les coccinelles qui limitent naturellement les populations de pucerons verts.

La perte de rendement liée à la jaunisse de la betterave pourrait être fatale à la filière sucrière française 
© Confédération des Générales de planteurs de Betteraves

Les incidences de la jaunisse sur les rendements de 2020 ne sont pas encore connues mais les professionnels prévoient une baisse élevée, jusqu’à 50 % des récoltes selon les départements. Un coup dur, voire fatal, pour la filière française déjà fragilisée par la suppression des quotas européens sur le sucre fin 2017. Le ministère de l’agriculture évalue à 46 000 le nombre d’emplois qui seraient menacés. Pour sauver le secteur, le gouvernement a donc répondu positivement à la demande des betteraviers et promulgue, ce 14 décembre, la loi ré-autorisant jusqu’en 2023 usage des NNI pour les seules cultures de la betterave sucrière.

La filière à court de moyens
Cette dérogation sonne pourtant comme une dernière chance pour les betteraviers
français, car sans alternatives viables d’ici 2023, la filière s’arrêtera. Depuis plusieurs années, l’INRAE (Institut national de la recherche agronomique) et l’ITB (Institut Technique de la Betterave) collaborent afin de trouver des alternatives à ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Si des pistes prometteuses ont été identifiées, aussi bien du côté de la génétique que des solutions chimiques sur le terrain, il n’existe à ce jour aucun traitement aussi efficace que les NNI. Le Teppeki et le Movento, qui faisaient partie des alternatives chimiques possibles,
ont très bien fonctionné en 2019… mais pas en 2020, car les pucerons verts ont
développé une résistance à ces produits. Il est donc indispensable d’amplifier les efforts de recherche et de développer des solutions à la fois économiquement viables et respectueuses du vivant et des terroirs.

Un programme de sauvetage sur mesure
Tous les espoirs se tournent donc vers le Plan national de recherche et innovation
monté par l’INRAE et l’ITB afin de renforcer les efforts de recherche autour de la
jaunisse. « Ce qu’on cherche à faire c’est que l’année 2020 ne se reproduise pas »,
explique Alexandre Quillet, Président de l’ITB.
Ce vaste plan, qui bénéficiera d’un financement supérieur à 20 M€, est construit
autour de 4 grands axes :
 Mieux comprendre les conditions favorables au développement de la jaunisse
et son vecteur, le puceron vert
 Identifier et tester des solutions à l’échelle de la culture betteravière
 Identifier et tester des solutions à l’échelle des paysages
 Construire un modèle économique durable
Ce projet associera donc recherche fondamentale et expérimentations, avec des
essais sous serre et grandeur nature, en ferme, pour délivrer aux agriculteurs des
solutions opérationnelles d’ici 2024. « On est rarement sur des projets de recherche
aussi opérationnels » a déclaré Philippe Mauguin, PDG de l’INRAE.

Une combinaison de solutions
Cependant les équipes sont lucides sur la difficulté du problème et le temps qui leur
est imparti pour le résoudre. « L’objectif n’est pas de dire qu’on aura une solution équivalente aux néonicotinoïdes valable à 100% dans les 2 ans et demi, 3 ans », explique Alexandre Quillet, mais de proposer aux professionnels une combinaison de solutions qui auront réduit le risque. Les chercheurs vont notamment explorer la sélection par la génétique des variétés de betteraves les plus résistantes à la jaunisse. Ils vont aussi se pencher sur la recherche d’outils de biocontrôle dont certains lutteraient aussi efficacement que les produits chimiques contre les pucerons verts. Parmi ceux-là, le champignon Lecanicillium muscarium, est particulièrement prometteur. Des solutions étudiées pour la culture de la betterave mais aussi à une échelle plus globale. Pour Christian Huyghe, directeur scientifique à l’INRAE, « la façon de cultiver les betteraves en 2023-2024 sera très différente car les paysages agricoles seront très différents. »

Les bandes fleuries, un moyen de lutter contre les nuisibles © Agroscope, Matthias Tschumi

 

Ainsi, une piste envisagée serait d’introduire à proximité des cultures de betteraves, des espèces végétales ayant un effet répulsif sur le puceron. Mais la piste majeure serait l’implantation de bandes fleuries, ou d’autres cultures, qui puissent héberger une forte population d’auxiliaires, en particulier les hyménoptères parasitoïdes, redoutables prédateurs des pucerons. Ce genre d’aménagement pourrait être bénéfique à d’autres productions impactées par les pucerons, et est aussi occasion de repenser les paysages agricoles d’une
façon qui soit plus favorable à la biodiversité.

VIRAGO sur la chaîne youtube de Aude Gogny-Goubert

 

L’oeuvre vidéo de Aude Gogny Goubert est feministe, elle veut réatribuer sa place à la
femme dans l’histoire. Politicienne, musicienne, peintre, navigatrice, révolutionnaire,
scientifique, son œuvre présente les exploits de femmes qui sont trop souvent oubliées. Elle
réécrit l’histoire en y replaçant celles qui y ont contribué. Dans sa série de vidéos
disponibles sur youtube, elle nous en présente 26.
On pourra alors découvrir des bribes d’histoire, et donc bien sûr des bribes de l’histoire des
sciences. Sa série de vidéo sur youtube l’a poussé à en faire un livre avec plus de 60
portraits de femmes. Parmi celles-ci, Caroline Herschel, Irène Joliot Curie et Ellen
MacArthur. Pour chacun de ces tableaux, elle y interprète la figure historique elle-même
quand elle le peut et confie la tâche à d’autres actrices lorsque le portrait concerne une
femme non-blanche. Elle la présente seule ou accompagnée d’un.e spécialiste.

Caroline Herschel, première femme a découvrire une comète en 1786 et première femme
astronome professionelle. Née en 1750, c’est l’enfant du milieu d’une fratrie de 10, relayée
au tache ménagère elle fuit le domicile parental pour retrouver son frère William Herschel
qui fabrique des télescopes lui-même dans son jardin. Il a au passage découvert la planète
Uranus en 1781 et deviendra astronome privé du roi George III. Cette passionnée
d’astronomie classifie 560 étoiles et 2500 nébuleuses dont 14 qu’elle a découvertes.Elle
reprendra les erreurs du catalogue d’étoiles créé par John Flamsteed, premier astronome
royal. Première femme a recevoir la medaille d’or pour ces travaux par la Royal
Astronomical Society, elle en recoit une deuxième pour son 96e anniversaire par le roi de
Prusse.

On nous raconte également l’histoire de Irène Joliot Curie, fervente défenseuse de la cause
des femmes, plus particulièrement de leur droit d’exercer et de la nécessité d’être reconnu
pour et par son travail. Dans le récit de son histoire, Aude Gogny-Goubert réattribue à Marie
Curie son deuxième prix Nobel obtenu en 1911 trop souvent oublié. Sa fille Irène qui a suivi
sa mère en tant qu’infirmière au front, calcule en 1922 la vitesse d’émission des rayons
alpha du polonium par la méthode de la déviation magnétique. Elle détermine en 1924 la
constante radioactive du radon et découvre en 1934 avec son mari Frédéric Joliot-Curie la
radioactivité artificielle. Cette femme dont-on n’entend peu parler et qui a pourtant joué un
rôle important pour la science et pour la cause feministe est enfin mise en lumière pour le
grand public.

L’auteure nous parle ensuite de Ellen MacArthur, première navigatrice de renom, ce qui lu
permet d’aborder les problèmes écologiques et la lutte qui en découle. En 1998, Ellen MacArthur est la seule femme engagée (et la plus jeune de tout les candidats) pour une traversée de l’Atlantique. A 24 ans, elle est deuxième du Vendée Globe et à 26 elle gagne la Route du Rhum. Elle arrête sa carrière assez jeune et se reconvertit alors dans l’économie circulaire et construit la Fondation à son nom qui a pour but d’accélérer la transition écologique en passant par l’industrie, la communication et l’éducation. Cela lui a été inspiré en grande partie grâce au réflexe d’optimisation sur son bateau, de l’espace, de l’eau, des provisions, de l’électronique et de la vision d’autant de plastique dans les océans. La fin de la partie sur Ellen MacArthur s’adresse directement au public et donne quelques conseils pour faire de petits gestes et diminuer les déchets plastiques. Là, la médiation est directe et passe du récit à l’interpellation du lecteur. La démarche de Aude Gogny-Goubert ressemble beaucoup à celle de Pénélope Bagieu, auteure de la série de roman graphique Les Culottés. De part leure mise en avant de femme dans l’histoire, elles nous permettent de connaitre des moments de l’histoire des peuples, des sciences, de la sociologie, de la mode, du cinéma … que les livres d’histoire ne nous partage pas.

The Line

Une ville construite sur une ligne de 170 km en plein désert et alimentée à 100% d’énergie verte. Incroyable ? C’est pourtant le projet présenté par le prince Mohammed Ben Salmane le 10 janvier dernier.

 

Cette ville innovante, appelée The Line, est développée par la compagnie Néom, en plein désert d’Arabie Saoudite. Selon les grandes lignes annoncées du projet, le prince prévoit de bâtir cette ville futuriste en 2025. A l’image des cités linéaires imaginées par le passé par d’autres urbanistes, la ville s’organise autour d’un axe central et comporte tous les services nécessaires. Construite sans rues, où ne circule aucune voiture et ne rejetant aucune émission à effet carbone, cette ville est un joyau dans un écrin de nature. Le prince promet que tout y est accessible en moins de 20 minutes grâce à un système de transport ultra-rapide situé sous la ville. 

S’inscrivant dans le plan de développement « Vision 2030 », Mohammed Ben Salmane projette de diversifier l’économie de l’Arabie Saoudite en misant moins sur le pétrole et plus sur le tourisme. Il est vrai qu’avec ses 26 500km², répartie entre la mer Rouge et la Jordanie et son budget de 500 milliards de dollars, la ville futuriste The Line, intégrée en pleine nature, promet d’être plus que spectaculaire. 

Autre point sur lequel le prince a mis l’accent, est que chaque site, bien qu’ayant sa propre spécificité, comme l’architecture ou les loisirs, est connecté grâce aux dernières technologies de pointe. Les robots feront partie intégrante de la vie des habitants, afin de faciliter certaines tâches à ces derniers ou encore de s’occuper des cultures prévues dans d’immenses serres. Deux lunes artificielles brilleront dans le ciel de The Line et même des taxis volants sont imaginés. La ville sera organisée par couches, avec les transports en sous sol, puis la couche de services, elle aussi sous terre, afin de laisser un espace dégagé en surface pour les piétons. 

Mohammed Bon Salmane promet un endroit où il fera bon vivre, sans pollution, entouré de nature et où les maîtres-mots seront : bien-être et haute technologie. Rêve ou réalité ?

 

MD

« PLASTIK PANIC DANS L’OCÉAN »

Billes plastiques que l’on retrouve dans le sable. Photo tirée du site Océanopolis, de Erwan Amice /CNRS

            En me promenant sur Brest, je suis tombé sur l’exposition photos « Plastik Panic dans l’océan » pilotée par Océanopolis. Sur le long d’une voie piétonne, 8 panneaux recto/verso montrent de manière artistique et scientifique l’impact de la pollution plastique dans l’océan. Les photos de Erwan Amice (CNRS) ou de Sébastien Hervé (UBO) nous montrent comment les scientifiques travaillent sur cette problématique ainsi que sur le devenir du plastique dans l’océan. Certaines sont percutantes comme les billes de plastique qui se confondent avec les grains de sables d’autres nous font rêver comme la photo prise sur le bateau avec comme fond la rade de Brest.

 

           

            Ne donnant que peu d’informations sur le sujet (seulement des légendes sur les photos) je suis allé sur le site d’Océanopolis afin de mieux comprendre l’objectif de cette exposition. Les scientifiques que nous y voyons sont ceux du laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin (LEMAR) de Plouzané (CNRS, Ifremer, UBO) qui étudient la pollution marine par les microplastiques. Ils nous apprennent que plus de 90 % des déchets plastiques ont une taille inférieure à 5 mm. C’est plutôt déroutant lorsqu’on s’étonne déjà de la quantité de macrodéchets sur nos plages. D’ailleurs, il semblerait que les brestois soient bien loti puisque la rade de Brest serait 1 000 fois moins contaminée en plastique que la mer Méditerranée.

 

            Pour plus d’informations, je vous invite donc à faire un tour le temps d’une balade à la promenade du Moulin Blanc, à l’extérieur d’Océanopolis pour y découvrir les effets de la pollution plastique sur l’océan. Ou bien vous pouvez vous renseigner sur leur site internet où vous aurez accès à un large panel d’informations.

 

Des insectes comestibles dans nos assiettes : un plat problématique ?

Des insectes comestibles dans nos assiettes : « une alternative alimentaire aux vrais atouts environnementaux » (20minutes, 15/10/2020), « l’avenir de la santé de l’homme » (Le Figaro, 11/10/2017) ? Et si la production industrielle d’insectes avait des retombées néfastes sur la biodiversité ? Comme nous l’apprenons à travers l’article d’Alok Bang and Franck Courchamp « Industrial rearing of edible insects could be a major source of new biological invasions » paru dans Ecology Letters, certains insectes comestibles sont produits à une échelle industrielle. Il s’agit d’un marché de plus de 400 millions de dollars par an et qui concerne déjà plus de 2 milliards de consommateurs à travers le monde. Les insectes sont choisis pour leur haut teneur en protéines, leur faible empreinte carbone et faible besoin en eau, leur reproduction rapide ou encore leur haute résistance aux maladies et aux changements climatiques. Certains de ces atouts font d’eux un danger pour l’environnement, avec un haut risque de propagation. En effet, la dispersion d’insectes dans la nature est un réel problème : les centres d’élevages sont mal équipés et il existe peu de contrôle. Il est nécessaire de développer une réglementation efficace et des protocoles de surveillances pour que la production massive d’insectes comestibles ne devienne pas une nouvelle menace pour la biodiversité.

Exposition-évènement Pierres Précieuses.

Depuis le 16 septembre 2020, l’exposition pierres précieuses s’est installée dans la grande galerie de l’évolution à Paris. Dans celle-ci, en collaboration avec Van Cleef & Arpels, la minéralogie, la gemmologie et la joaillerie sont rassemblées pour créer un univers à l’intersection de l’art et de la science.

Continuer la lecture de « Exposition-évènement Pierres Précieuses. »

5G : les maires ont-ils leur mot à dire ?

La 5G commence sa mise en service, mais les maires s’interrogent sur la stratégie à adopter. De nombreuses communes ont changé d’édile lors des dernières élections municipales, et les nouveaux élus demandent du temps. Côté opérateurs, soutenus par l’État, on annonce déjà une couverture nationale fin 2021. Les temporalités locales et nationales n’ont jamais paru aussi éloignées.

A l’ère de la compétition des métropoles et de l’attractivité des territoires, la ville connectée est devenue un impératif. Il faut dire que les promesses font saliver : imaginez des villes sans embouteillages. Imaginez de ne plus avoir à se déplacer pour voir son médecin, ou encore une réunion de télétravail sans avoir à éteindre sa caméra pour libérer de la bande passante ! Autant d’arguments à même d’attirer habitants et entreprises. Et pourtant…

5G, fromage et amish : le débat de société aura-t-il lieu ?

Hormis à Nice, première ville couverte en 5G, où l’on pratique un « solutionnisme » technologique fervent, et mises à part quelques villes comme Lannion, qui bénéficient des retombées économiques directes des entreprises leaders du secteur, la tendance n’est pas à l’engouement.

Sébastien Soriano, président jusqu’à la fin de l’année dernière de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (ARCEP), analyse : les progrès technologiques « ne sont plus nécessairement vus comme positifs par défaut ».

Sur fond de crise sanitaire, la méfiance parait avoir augmenté, tout comme semblent avoir changées les priorités données par les citoyens à l’action publique. Les nouvelles assemblées municipales s’en font l’écho.

Après Grenoble, c’est Strasbourg, Bordeaux, Lyon ou encore Marseille qui demandent désormais un moratoire sur le déploiement, dans une tribune parue le 13 septembre dans le Journal du Dimanche, accompagnés de plusieurs dizaines de maires. Lille adopte le même principe quelques jours plus tard, alors que Paris promet une concertation citoyenne et Nantes un débat.

On y invoque un impact environnemental majeur et peu étudié. La hausse attendue de la consommation de donnée augmentera les besoins énergétiques des serveurs. Le remplacement des appareils non compatibles obligera à une intensification de l’extraction de terres rares, extrêmement polluante. C’est enfin l’internet des objets (IoT) qui est discuté, et à travers lui un modèle de société : a-t-on vraiment besoin d’« un frigo qui nous dit quand on a plus de fromage » ? s’interroge Delphine Jamet, première adjointe au maire de Bordeaux.

 « On risque encore d’être oubliés »

Mais à la tête de l’État, on veut aller vite, rattraper le retard. En comparant les auteurs de la tribune à des « amishs », M. Macron se positionne en champion du progrès technologique, quitte à caricaturer les positions divergentes ou attentistes, convention citoyenne incluse.

Qu’importe, depuis cette tribune, d’autres voix continuent de s’élever. A Mitry-Mory (Seine-et-Marne), la maire Charlotte Blandiot-Faride rappelle la réalité du terrain : raccordement à la fibre « toujours problématique », « déconnexions sauvages par les opérateurs »… Chaque changement de technologie induit une obsolescence de la précédente, et son lot de laissés-pour-compte.

Sans oublier que des centaines de communes rurales sont encore en zone blanche. Francis Fagegaltier, maire de Saint-Maurice-aux-riches-hommes (Yonne), partage son pessimisme : « on risque encore d’être oubliés ».

Les élus locaux, entre influence et impuissance

Après la fronde contre les compteurs Linky et les arrêtés anti-pesticides, les maires semblent soucieux de cultiver une image de premier acteur écologiste de terrain. Positionnement opportuniste ou sursaut de démocratie en l’absence d’un grand débat national ? Nombre de villes continuent quoiqu’il en soit de se vivre comme la caisse de résonance des préoccupations sociétales, à l’instar de Fontenay-Sous-Bois, ainsi devenue le 26 novembre dernier la première ville à prendre un « arrêté anti-5G ».

L’influente Association des Maires de France (AMF), souvent en tension avec le gouvernement ces dernières années, joue cette fois-ci la carte du dialogue, sans prendre parti. Ce rôle de tampon convient bien au gouvernement, qui accède à quasi toutes les demandes de l’AMF : simulations d’implantation, augmentation des contrôles, information préalable… les maires seront réaffirmés dans leur rôle d’organisateur local. De quoi remettre en perspective les débats qui se jouent dans les arènes médiatiques ?

Début décembre, l’ANFR a annoncé que 6 886 communes bénéficiaient d’au moins une autorisation de site en 5G. On ne sait s’il faut voir dans cette majorité silencieuse le signe d’une adhésion, de l’indifférence ou d’une résignation, surtout que c’est l’ARCEP qui régit les modalités de déploiement des antennes. Les maires ne peuvent s’y opposer que lorsque le domaine public communal est sollicité. Force est de constater malgré tout que les grandes orientations technologiques peinent toujours à trouver un espace de discussion apaisé et légitime.

Les élus donnent rendez-vous au printemps 2021, date à laquelle l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) doit rendre un nouveau rapport sur le sujet. Pour patienter, le rapport sur l’impact carbone de la 5G du Haut Conseil pour le Climat, paru le 17 décembre dernier, n’a pas été de nature à clore le débat. Prudent, il émet des recommandations de bon sens, sans s’engager sur des mesures contraignantes. L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) avait, quant à elle, conclu en septembre à une absence d’explosion de l’exposition aux ondes.

Avec un temps de latence de l’ordre de la milliseconde, soit des performances 10 à 20 fois supérieures à la 4G, la 5G offre une promesse d’instantanéité et de fluidité à peine pensable. Pourtant, la rencontre entre les préoccupations citoyennes locales et l’agenda national reste encore à imaginer.

 

Sources :

https://www.lagazettedescommunes.com/714497/5g-le-haut-conseil-pour-le-climat-publie-son-evaluation/

https://www.banquedesterritoires.fr/5g-le-manque-de-concertation-irrite-les-grandes-villes

https://www.lejdd.fr/Societe/5g-une-soixantaine-de-maires-et-de-deputes-demandent-un-moratoire-au-moins-jusqua-lete-2021-3991401

https://www.anses.fr/fr/content/d%C3%A9ploiement-de-la-5g-en-france-l%E2%80%99anses-se-mobilise-pour-%C3%A9valuer-les-risques-pour-la-sant%C3%A9

https://www.maire-info.com/numerique/5g-des-centaines-de-communes-couvertes-avant-la-fin-de-l%27annee-article-24779

https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/macron-et-les-amish-anti-5g-reactions-des-ong-qui-denoncent-un-renoncement-du-president-857253.html

https://www.lagazettedescommunes.com/714694/fontenay-sous-bois-ouvre-le-bal-des-arretes-anti-5g/

https://www.lagazettedescommunes.com/714249/sebastien-soriano-le-rejet-de-la-5g-a-pris-tout-le-monde-de-court/

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/pres-de-80-emplois-crees-autour-de-la-5g-a-lannion-une-tres-bonne-nouvelle-22-12-2020-12678978.php

https://reporterre.net/5G-l-impossible-moratoire-des-maires

https://www.linfodurable.fr/technomedias/nice-premiere-ville-couverte-par-la-5g-21484

https://www.linfodurable.fr/technomedias/5g-la-situation-dans-les-grandes-villes-francaises-22021

https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/experimentations-5g-en-france/tableau-de-bord-des-experimentations-5g-en-france.html

https://www.mitry-mory.fr/actualite/5g-la-ville-applique-le-principe-de-precaution/

https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/en-attendant-la-5g-dans-l-yonne-une-soixantaine-de-communes-sont-toujours-en-zone-blanche-1601311483

2019 ◊ 8e Forum national de la CSTI

21 et 22 mars 2019

Le département des Relations entre science et société du M.E.S.R.I. organise, en partenariat avec le Secrétariat Général pour l’Investissement et l’ANRU, la 8ème édition du Forum national de la Culture scientifique, technique et industrielle, les 21 et 22 mars prochains au 20 avenue de Ségur à Paris.

Rendez-vous national et annuel d’échange autour de  la politique publique de culture scientifique, technique et industrielle, le Forum national permet : l’identification des lignes de force structurant le paysage et notamment le lien entre l’État et les collectivités territoriales, les Régions étant désormais chargées de la coordination des actions de C.S.T.I. à l’échelle de leur territoire ; la mise en débat des enjeux émergents qui caractérisent les relations entre science et société ; l’analyse des évolutions à l’œuvre dans le paysage national ; la mise en réflexion des dynamiques et des relations entre les acteurs de terrain.

Inscription ICI

2019 ◊ L’art de la rencontre chercheurs-publics : comment en mesurer l’impact ?

20 mars 2019

Rencontre nationale, le 20 mars 2019, à l’Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes ESPCI Paris – PSL, à Paris

Dans le cadre de sa mission d’observation et de développement professionnels, l’Ocim organise depuis 2016 L’art de la rencontre. Ce rendez-vous annuel, construit pour et avec les acteurs de terrain et les chercheurs offre un espace d’échange, questionnement et valorisation des pratiques.
L’édition 2019 interrogera plus spécifiquement l’impact des projets. Pourquoi et comment formaliser certains éléments de bilan ? Sur quels indicateurs s’appuyer et selon quelles méthodologies au regard des objectifs et des attentes plus ou moins spécifiques ? Quels sont des bénéfices pour les équipes, les partenaires et pour soi en termes de pratiques professionnelles et de compétences des médiateurs-formateurs ? Jusqu’où prendre en compte ensuite ces enseignements pour adapter et faire évoluer l’ingénierie des actions ? A partir de retours d’expérience, cette journée invite à poursuivre la réflexion autour des enjeux et des réceptions qui fondent la rencontre chercheurs-publics.

Rencontre nationale organisée par l’Ocim dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir Réseau des Experimentarium co-porté par l’Université de Bourgogne, l’Université de Franche-Comté, l’Université d’Aix-Marseille et Science Action Normandie.

Inscription ICI

2019 ◊ Remise du Prix Jean Perrin

13 mars 2019

Azar Khalatbari, journaliste scientifique, lauréate du prix Jean Perrin 2018

La Société Française de Physique décernera le 13 mars le prix Jean Perrin 2018 à Azar Khalatbari pour son travail de journaliste scientifique qui allie la rigueur scientifique, le souci de l’intelligibilité de l’information et une volonté permanente de mise en perspective, à la fois historique, épistémologique et sociale. Responsable des sciences de l’Univers et cheffe du service « fondamental, sciences de la Terre » du magazine Sciences et Avenir, Azar Khalatbari donnera une conférence sur les méandres du métier de journaliste scientifique, à travers des exemples d’actualités sur la physique et l’astrophysique qu’elle a traitées au cours de sa carrière.

Conférence d’Azar Khalatbari aura lieu au Palais de la Découverte le 13 mars à 19h.

2019 ◊ Muse-IC : quand science et musique se rencontrent

12 mars 2019

Concert de musique de chambre, le 12 mars, salle Cortot, 78 rue Cardinet, 75017 Paris

Le projet Muse-IC propose à six compositeurs de réaliser une oeuvre musicale inspirée directement d’une découverte scientifique récente de haut niveau dans les domaines de l’astrophysique, la biologie, et la biophysique. Ce concert mêle vulgarisation scientifique et valorisation de la musique contemporaine.

Info et inscription ICI

2019 ◊ Vera Rubin

La voix du féminisme dans l’astrophysique du XXème siècle

Vera Rubin, femme pionnière en astrophysique pour ses travaux sur les mouvements de galaxie, la fusion des galaxies et la découverte de la matière noire.

Article de Nathalie Bauchet, à lire ci-dessous et à retrouver sur AMA2 et sur le Journal Je Science donc Je Suis (n°8)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search