L’Or en Guerre

Cette affiche de propagande datant de 1915 est l’une des œuvres les plus célèbres d’Abel Faivre, illustrateur français renommé pour ses représentations politiques et ses caricatures. Elle est composée d’une pièce de monnaie et d’un soldat allemand se détachant sur un fond blanc. Le soldat est représenté avec une arme à la main, une baïonnette au canon et des yeux exorbités, comme pris d’effroi. Il semble terrassé par la pièce d’or qui le surplombe et d’où surgit un coq qui l’attaque.

Ce qui attire l’attention dès le premier regard, c’est l’omniprésence de l’or. Tout d’abord à travers sa mention dans les slogans en haut et en bas de l’affiche : « Pour la France, versez votre or » et « L’Or Combat Pour La Victoire ». L’or est également représenté sous la forme d’une pièce de monnaie qui occupe plus d’un quart de l’affiche. Cette pièce d’or française est facilement identifiable grâce au coq et à la devise de la république : Liberté, Égalité, Fraternité. Elle symbolise une pièce de 20 Francs Or Marianne Coq de 1914.

Cette symbolique forte de l’or renvoie à l’articulation entre technique, science économique et système monétaire à l’époque. Depuis 1803, l’or joue un rôle central dans le système monétaire français. Le franc est défini par son poids strictement contrôlé d’or et d’argent. Le système de l’étalon-or est un pilier de la stabilité économique et une garantie de confiance dans les échanges internationaux. Les nations qui possèdent un important stock sont considérées comme les plus solides économiquement et les plus stables sur le plan monétaire. En 1914, la France possède quasiment le quart de tout l’or monétaire en circulation dans le monde. Les Français sont aussi les champions du monde de la thésaurisation. Ils détiennent presque la moitié du stock d’or du pays, garnissant leurs bas de laine de ces pièces d’or de 20 francs que l’on observe au premier plan sur cette affiche.

Au début du XXe siècle, la production d’or dans les colonies est une activité économique importante. Elle est rendue possible grâce aux technologies de l’industrie minière et métallurgique qui permettent d’extraire l’or, aux politiques gouvernementales régulant l’exploitation minière et aux relations commerciales internationales. La transformation de l’or en pièces nécessite toute une série de procédés qui requièrent une technologie de précision et des ouvriers qualifiés pour imprimer les motifs et les inscriptions sur la surface de la pièce. L’esthétique de l’affiche reflète très bien la précision de ces procédés et le degré de technicité nécessaire pour frapper la monnaie d’or avec une telle finesse.

En 1914, la Banque de France décide de suspendre le remboursement des billets en pièces d’or de 20 Francs pour conserver son stock d’or nécessaire à la guerre. Cette décision affaiblit le rôle monétaire de l’or en France et entraîne une inflation. Au cours de la première année du conflit, la France voit ses réserves d’or fondre, ce qui souligne l’importance de la technologie financière et des pratiques économiques pour soutenir l’effort de guerre. Afin de reconstituer le stock d’or, l’Etat lance en 1915 une campagne de propagande pour inciter les Français à soutenir l’effort de guerre en versant leur or thésaurisé.

À cette époque, le seul moyen de communication à grande échelle du gouvernement est l’affiche. La technique de la lithographie est utilisée pour permettre une diffusion rapide et à faible coût. « Pour la France versez votre or » est ainsi largement diffusée dans le but de convaincre un maximum de citoyens.

Les stéréotypes présents sur l’affiche permettent une lecture rapide et claire du message visuel. La structure en “Z” met en scène une allégorie de la guerre avec des éléments populaires faciles à comprendre. L’or versé se transforme en arme, symbolisée par la pièce, qui est une métaphore des armes françaises. Les armes produites grâce à l’or attaquent le soldat allemand, avec pour objectif final la victoire. Les slogans présents sur l’affiche appellent au civisme et au patriotisme des citoyens pour qu’ils versent leur or.

Cette affiche met en évidence l’importance de l’or au début du 20e siècle dans l’économie, la technologie et la société de l’époque. Aujourd’hui, l’or est toujours un actif important pour les investisseurs et les banques centrales, mais il ne joue plus le même rôle prépondérant dans le système monétaire. Le système actuel est largement dématérialisé et basé sur des devises qui ne sont pas adossées à l’or ou à toute autre marchandise physique. L’avènement des “crypto-monnaies” dans les années 2000 représente le point culminant de cette dématérialisation et décentralisation de la monnaie. Cette évolution montre comment les systèmes monétaires et économiques sont profondément liés aux croyances, aux valeurs sociales, politiques, économiques et technologiques de chaque époque.

Par Loïc DUCARME

L’Inserm met la science insipide au placard

Durant 6 mois, une campagne de publicité de l’Inserm s’est emparée des murs du métro parisien et des gares françaises. Ces affiches, colorées au ton humoristique, sont brodées de mystérieux termes scientifiques à côté de photographies qui portraient des personnes dans des situations du quotidien.

Sur l’affiche ci-dessus, nous avons un texte en police informelle, voire enfantine et une photo d’une personne âgée, hilare, contorsionnée dans ce qui semble être un placard. Un texte plus petit nous propose un slogan “ On gagne tous les jours à s’intéresser à la santé” au-dessous duquel l’affiche semble être expliquée. Un logo Inserm nous informe du commanditaire de cette publicité et une phrase nous propose d’en savoir plus sur leur site.

Le texte principal, en gros, ne nous donne pas d’information sur le lieu d’être de cette publicité ni sur ce qu’il se passe sur la photographie. Il nous apprend que “les chondrocytes sont pratiques”. Ce qui semble être du jargon de laboratoire. Lorsque l’on ne sait pas ce que sont les chondrocytes, on ne sait pas ce que cela veut dire. Si nous avons du temps d’attente pour notre train ou notre métro, la curiosité suscitée par le gros texte nous incite à lire le plus petit texte, espérant y trouver plus d’informations. C’est ainsi que l’on comprend que les
“chondrocytes” sont des cellules du cartilage. Les personnes souffrant d’arthrose ayant un cartilage “abîmé”. Et c’est ainsi que l’on comprend le lien entre la phrase principale et la photographie, le cartilage en bonne santé de la personne dans le placard lui permettant de jouer à des jeux d’enfant. Mais par le petit texte, l’Inserm ne nous dit pas qu’il guérit l’arthrose, il nous dit qu’il “envisage” cette possibilité. Que sa recherche dans le domaine permettra peut-être un jour de réparer le cartilage abîmé. Que sa recherche pourrait aller plus loin, mais à quelle condition ? 

Le lecteur ou le public de cette affiche devrait donc se demander comment aider l’Inserm à parvenir à cette possibilité. Il pourrait ainsi être prêt à chercher plus d’informations sur le site internet mentionné.

Le but de cette publicité se joue sûrement à ce niveau-là. Quel besoin à l’Inserm de faire campagne de notoriété dans ce registre ? Elle cherche à impliquer le lecteur dans la recherche publique. Elle ne fait pas appel aux dons, mais elle montre aux contribuables l’intérêt de l’existence de cet institut public. Elle nous présente de façon réductrice mais ludique le rôle de la recherche dans la société. En effet, au lieu du pathos désormais habituel employé par les campagnes de publicité liées à la santé, nous avons ici l’emploi d’une énigme scientifique. C’est un jeu de piste moins austère que des photos de chercheurs dans des laboratoires.

Ceci est finalement l’emploi d’un dispositif de médiation scientifique. Il explique de façon légère et plus ou moins accessible des termes employés seulement par les connaisseurs. Et il offre une raison de s’y intéresser par une ouverture sur la santé publique. Est-ce réussi ? Est-ce que le public va lire le petit texte ? Est-ce qu’il va ensuite surfer sur Internet pour avoir plus d’informations sur cet institut qu’il finance indirectement par les subventions de l’Etat ? Peut-être que non. Mais il a un accès soudain à une certaine proximité avec cet institut. Ce qui est potentiellement une autre motivation de l’Inserm pour une telle campagne.

Après les flagrantes contradictions des experts de la communauté scientifique durant les premiers pics de l’épidémie de SARS-COV-2, la confiance du public envers la communauté scientifique s’affaiblit. Il s’agit donc de renforcer cette confiance en se mettant à disposition du public. À disposition pour lui apprendre des “trucs”, et à disposition pour lui donner de plus amples informations.

Avec cette affiche, la fonction de compréhension et de transmission dans la médiation est réalisée. Cependant, il manque la fonction d’échange et d’écoute. Car ici, nous avons la réponse à des questions que le grand public ne se pose peut-être pas. Et être sensibilisé à la fonction des chondrocytes paraît un peu superficiel. Si nous gagnons tous les jours à nous intéresser à la science, peut-elle nous apprendre des “trucs” plus utiles ? Des “trucs” plus essentiels ? Le pari fait par cette campagne est qu’avec des informations scientifiques légères, elle peut nous impliquer dans la recherche scientifique. Est-ce que cette vieille dame dans le placard nous donne envie d’aller plus loin ? Pour répondre à cette question un sondage grand public semble tout indiqué.

Par Anaïs DEVOUGE

Le voyage dans la lune

Cette affiche nous parle d’un temps que les moins de 55 ans ne peuvent pas connaître… le temps où à la lune gardait encore toute une part de mystère. Un temps où l’Homme pouvait fantasmer sur ce qu’il découvrirait lorsqu’il aurait trouvé le moyen d’en fouler le sol. Un temps où je n’étais pas née et que j’aurais souhaité connaître. 

Année 1902, au détour d’une attraction de fête foraine, le public découvre l’affiche présentant le film de Georges Méliès : « Le Voyage dans la lune ». Impossible de ne pas focaliser son regard sur la grosse lune blanche représentée au centre de l’affiche, se détachant du fond noir.  Les motifs floraux sur les côtés suggèrent que l’astre est observé depuis la terre. La lune semble très proche, telle que l’a découverte le grand public grâce à la grande lunette présentée lors de l’exposition universelle de 1900 qui montre sur grand écran « la lune à un mètre ».

Mais même à cette époque, personne n’est dupe du côté irréaliste de la représentation proposée par Méliès. Les traits anthropomorphiques attribués à la lune en carton-pâte ne trompent personne. La deuxième figure sur le bord de la Lune rappelle les représentations humaines des différentes phases de la lune. L’affiche n’annonce donc pas un film scientifique, la vision de Méliès est volontairement fantaisiste, poétique et intemporelle, proche de la vision fantasmagorique de la lune. Le spectateur est prévenu. 

Le second élément marquant de cette affiche est l’obus qui se plante « en plein dans l’œil » dira Méliès. Cet obus est totalement démesuré par rapport à la taille réelle de la lune. L’impact est présenté comme violent. De l’œil coulent des larmes et du sang (plus visibles sur la même affiche colorisée). La figure humaine nous amène à compatir, elle semble bouleversée que l’Homme, sur qui elle a veillé si longtemps, l’attaque aussi violemment. Mais elle semble également résignée, acceptant par là le désir et l’envie de l’homme de fouler son territoire. Il y a d’ailleurs un décalage entre le titre « Le voyage dans la lune» qui amène au rêve et l’impact violent représenté. 

C’est d’ailleurs la première fois que la science-fiction propose un voyage « dans » la lune. Les découvertes scientifiques de la fin du 19e siècle ont peut-être contribué à ce choix : les observations de plus en plus précises des astronomes et physiciens, ainsi que les premières photographies de notre satellite naturel confirment la structure géologique de la lune. Rien d’étonnant à ce que Méliès ait recherché un nouvel horizon inconnu plus propice à la fantaisie « dans » la lune.

Cette affiche nous présente l’alunissage de l’obus afin de bien montrer que les voyageurs du film sont arrivés à destination et aiguiser la curiosité chez le futur spectateur. Atteindre la lune est également une source d’inspiration inépuisable pour la science-fiction du 19e siècle. Ce n’est qu’un demi-siècle plus  tard, que les scientifiques et ingénieurs commenceront à considérer ce rêve d’un trajet terre-lune accessible après avoir mis au point les premiers moteurs de fusée.

Moins de 70 ans après le succès du film de Georges Méliès, l’homme marchera sur la lune et la réalité a tué le rêve. Des milliers de spectateurs et auditeurs du monde entier suivent l’événement à la télévision ou à la radio. « C’est un petit pas pour l’Homme, mais c’est un pas-de-géant pour l’humanité », affirme Neil Armstrong. C’est surtout une grosse désillusion. Les images envoyées par la mission Apollo montrent une lune sous un jour plus cru et « décevant », loin, très loin des rêves de Méliès et de ses contemporains. 

Cet événement est décisif pour le monde et tout particulièrement pour notre société occidentale. Il démontre la puissance scientifique et technique de l’être humain et des Américains en particulier qui ont pour objectif d’assumer leur supériorité sur le reste du monde. Dès le moment où l’homme pose le pied sur la lune, le fantasme change de dimension. Une nouvelle ère spatiale est ouverte et les êtres humains rêvent de fouler d’autres astres plus lointains et d’explorer toujours plus loin notre univers. La conquête de l’espace ne fait que commencer.

Aujourd’hui, la réalité a rattrapé la fiction : le retour vers la lune est à nouveau amorcé, elle devient cruciale pour les entreprises privées qui souhaitent développer le tourisme spatial, extraire des matières premières sur d’autres astres ou poursuivre le trajet vers l’espace. Les plus riches de notre monde ont déjà fabriqué et présenté leurs « alunisseurs » privés. Donald Trump a demandé à la NASA d’y envoyer des êtres humains en 2024 en vue d’y rester. 

La vision de Georges Méliès, décrite dans cette affiche était donc prémonitoire. La représentation de la lune éborgnée par un projectile de fabrication terrestre est restée dans l’imagerie populaire et est représentée sur divers goodies. Que nous dit-elle aujourd’hui alors que nous savons que la prophétie s’est réalisée ? Que l’homme, de tout temps, a cherché à connaître son environnement et qu’il est capable d’énormes prouesses technologiques, mais également de grands dégâts. Après avoir détruit son environnement, exploité les ressources de sa planète et pollué l’univers, il est capable de « crever l’œil » des astres. 

Je n’aurais vécu ni le temps où notre satellite restait à découvrir, ni l’événement du premier pas de l’homme sur la lune.  Cette affiche, d’un autre siècle, devrait nous alerter sur l’actualité : nous pourrions assister au moment où la lune sera « défigurée » par l’activité humaine.

Par Rachel DUBIEZ

L’impact de l’alliance Coca-Cola/Marvel sur la Culture Populaire

En rentrant chez moi avec mes colocataires, nous avons partagé notre dîner ensemble. Pendant le repas, l’une de mes colocataires a siroté sa traditionnelle canette de Coca-Cola, un rituel pour elle, mais aussi une addiction au sucre. Après le repas, alors que je commençais à débarrasser la table, je me suis dirigée vers la poubelle pour jeter la canette. Toutefois, j’ai remarqué que cette canette était différente de celles que nous avions l’habitude de boire. Elle était estampillée Avengers avec le logo de Black Widow, un personnage féminin fort de la saga, le tout en couleur argentée. J’ai trouvé cette canette particulièrement jolie et ai choisi de la conserver comme une sorte d’objet collector. 

Cependant en la regardant plus attentivement, j’ai réalisé l’impact que cette alliance entre deux marques mondialement connues avait sur moi. J’ai même pris une photo de cette canette avant de la jeter à la poubelle. Cela m’a fait prendre conscience que cette canette était un reflet de la culture populaire omniprésente dans notre vie quotidienne. En effet, cette rencontre entre les univers de Coca-Cola et de Marvel illustre parfaitement l’influence qu’ont ces deux industries sur nos comportements et notre perception de la culture. 

D’un côté, Coca-Cola a établi un lien étroit avec le public depuis de nombreuses années grâce notamment à ses publicités iconiques, comme celle du Père Noël ou de l’ours polaire. Ces images sont devenues des symboles emblématiques de la culture populaire, associées à la saison des fêtes, à la convivialité et à la joie de vivre.

D’un autre côté, la franchise Marvel est devenue un phénomène cinématographique majeur. Depuis le lancement du premier film de l’univers cinématographique Marvel en 2008, “Iron Man”, les films ont connu un succès commercial et critique considérable. Ils ont attiré un large public de fans du monde entier, générant un engouement médiatique, des discussions en ligne, des théories de fans et des attentes élevées pour chaque nouvelle sortie. Les films Marvel sont devenus de véritables événements culturels, marquant les tendances et les modes de notre époque. 

Coca-Cola et Marvel ont su créer des communautés de fans inconditionnels, suscitant un engouement médiatique pour leurs divers produits. Leur influence sur la culture populaire est immense, touchant la mode, les tendances culturelles, les produits dérivés, la culture geek, les médias sociaux et bien d’autres aspects de la vie moderne. Ces marques sont devenues des icônes mondiales de la culture populaire, façonnant les tendances culturelles et sociales de notre temps. 

Cette rencontre à travers cette canette de Coca-Cola est un exemple de la manière dont ces deux industries ont su se rejoindre utiliser les avantages de l’une et l’autre et laisser leur marque dans la culture populaire.

Par Alice BAMAS

Quand l’affiche publicitaire devient une porte ouverte vers le monde des Sciences :  promouvoir la connaissance au XIXe siècle.

De nos jours, tout le monde a un dictionnaire à la maison. Soit en version papier, soit en se connectant à internet. La connaissance est donc seulement à un clic de souris. Mais quand on remonte le temps, 126 ans en arrière pour être exact, la situation est bien différente. 

1897, à l’aube du XXe siècle, cette affiche publicitaire « dictionnaire général des sciences théoriques et pratiques » est placardée dans les rues de Paris. Chromolithographie typique de cette période avec des couleurs flamboyantes et un style artistique extrêmement travaillé. Pourquoi autant de détails dans une simple affiche, pourrait-on s’interroger ? Les raisons sont simples. 

Première raison, c’est qu’à cette époque les affiches s’avèrent être encore le meilleur moyen pour faire sa publicité. Être dans la presse coûte trop cher et bien souvent les annonces sont mal présentées reléguées en quatrième page et entassées avec d’autres annonces qui pour bon nombre d’entre elles sont fallacieuses. Les éditeurs ne lésinent donc pas sur les moyens en engageant des artistes connus, ici Besnier pour réaliser cette affiche qui promeut un dictionnaire des sciences. 

Deuxième raison, capter l’attention et déclencher des émotions chez le passant en utilisant les couleurs. Ici, deux couleurs primaires dominent ; le rouge et le bleu. Pendant que re rouge captant le regard recouvre quasiment la totalité de l’affiche, le bleu utilisé avec parcimonie vient y apporter de la profondeur. Ces couleurs n’ont pas été choisies au hasard. La couleur rouge attise les émotions fortes, pour créer un sentiment d’urgence, pousser à l’achat impulsif. À l’inverse, le bleu invite au calme et à l’apaisement. Mais c’est l’association des deux qui est la plus pertinente. Le bleu met en confiance et le rouge invite à consommer plus rapidement. C’est une alliance bien connue dans le divertissement, l’alimentation et les jeux. On comprend donc l’utilité d’avoir utilisé ces deux couleurs dans cette affiche publicitaire. 

Troisième raison, c’est qu’à travers le dessin on étaie un propos pour amplifier, prolonger un texte. L’encadrement formé par l’arc et les colonnes imite de façon symbolique une porte ou bien une ouverture par laquelle on peut entrevoir un nouvel univers. Un univers où il est possible de découvrir et de comprendre un monde jusque-là peut-être inconnu. Un monde de sciences. Les dessins qui se trouvent à l’intérieur viennent sublimer les thématiques retrouvées dans le dictionnaire. La locomotive et les bateaux pour la mécanique, l’homme noir pour l’ethnologie. L’éléphant animal spectaculaire tant par sa taille que par sa forme, pour les sciences naturelles. Ou bien encore, représentée par les astres et le ciel bleu nuit ; l’astronomie sujet phare du XIXe siècle. En-dehors de sublimer les dessins questionnent. Certains objets sont complexes et inconnus. L’éléphant interroge, à cette époque qui pouvait avoir la chance d’observer cet animal ? 

Mais pourquoi en cette fin de XIXe siècle promouvoir un dictionnaire qui inventorie tout ce qui gravite de près ou de loin aux sciences ? L’essor fulgurant des progrès scientifiques et techniques de ces deux derniers siècles a aussi favorisé en parallèle l’essor de la vulgarisation scientifique. 

Les sciences et techniques, ne sont plus perçues comme une propriété privée à laquelle ne peuvent accéder que de rares privilégiés (la bourgeoisie). Ceux qui leur accordent de l’intérêt sont de plus en plus nombreux.  De plus, la compétition est rude à cette époque, puisqu’un florilège de revues de vulgarisation scientifique existent déjà. 

Donc pour capter et vendre à ces nouveaux curieux l’esthétisme de l’affiche est capital. Mais pas seulement, un dictionnaire relié à la fin du XIXe siècle coûte excessivement cher.  À cette époque, seule une certaine élite peut s’en procurer. Le système d’achat est donc adapté en utilisant la vente par livraison (ici à 10 centimes). Le principe est simple. L’acheteur achète chapitre (parfois juste quelques feuillets) par chapitre le dictionnaire. Une fois la totalité achetée, l’acheteur retourne chez l’éditeur qui lui relie gratuitement l’ouvrage. Ce système permet aux classes sociales les plus modestes la possibilité d’avoir accès à la culture scientifique.

En conclusion, cette affiche pourrait être le reflet de l’état des connaissances de la société en cette fin de XIXe siècle. Mais aussi le reflet d’une population qui a la soif d’apprendre et de comprendre la société dans laquelle elle évolue. Une population à qui on offre la possibilité d’avoir accès à une culture scientifique longtemps réservée à une certaine partie de la bourgeoisie. Cela irait dans la continuité de la volonté de la IIIe République de transformer la société, en faisant de l’éducation son fer de lance. 

Pourtant, des questions demeurent. Ce genre d’ouvrage pouvait-il vraiment être proposé à la population entière, quand on sait qu’un ouvrier de cette époque gagnait tout juste de quoi se nourrir et se loger. 

La culture scientifique, si elle n’était pas à un clic de souris, était elle vraiment à portée de main ? 

Par Alice BAMAS 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search