Archives pour la catégorie Scène

2018 ♦ Gucci (scène)

Cliché pris par le groupe Imaxtree lors du défilé Automne-Hiver Gucci le 21 février 2018 à Milan

Gucci habille un avenir post-humain

(par Meryem HAMEG, Cnam Magister 2018)

Ce cliché a été pris le 21 février 2018, à l’occasion de la Fashion Week milanaise durant laquelle Alessandro Michele, directeur artistique de la marque Gucci a présenté sa collection Automne-Hiver 2018/2019. Depuis son arrivée à la tête de la maison de luxe en 2015, le créateur star ne cesse de faire parler de lui, autant pour ses choix artistiques que pour son audace marketing. Cette année, il semble avoir carrément fasciné le monde de la mode, moins par ses créations vestimentaires que par la mise en scène troublante de son défilé. Jugés dérangeants, voire perturbants, les choix d’Alessandro Michele n’ont pas laissé indifférent. Continuer la lecture de 2018 ♦ Gucci (scène) 

2014 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers (exposition)

Quand la culture technique et l’art populaire se rencontrent

Affiche officielle de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris.
Affiche officielle de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris. 

Situé au cœur de Paris, le Musée des Arts et Métiers est le temple national de l’histoire des techniques. Ses collections témoignent du génie technicien au travers de l’exposition d’œuvres d’art associées à la plus haute culture matérielle. Par le seul fait muséal, ces objets ont une valeur historique et esthétique, matérialisent la grande Culture des arts de la technique. Le cadre monumental, comme le mode d’exposition des objets – c’est-à-dire donnés à voir pour eux-mêmes, renseignés à minima et figés derrière leurs vitrines – confirment leur condition d’œuvres plus proches des arts traditionnels que de la culture populaire.

L’exposition MécanHumAnimal rompt avec les usages qui consistent à se conformer aux canons de la culture classique et des beaux-arts. Contredit-elle pour autant la revendication de faire entrer en culture sciences et techniques ? Le temps de l’exposition, les objets du Musée quittent leur précieux mode d’exposition pour rencontrer une culture populaire cultivant la distance avec la culture scientifique et technique telle que pensée et pratiquée par ses prescripteurs officiels.

Continuer la lecture de 2014 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers (exposition) 

1909 – Le salon aéronautique

02_01
Affiche créée par Edouard Montaut (1909) – dim. 57.5 x 79.3 cm. impr. Mabileau et compagnie

Le salon aéronautique, une émotion technique

(par Sandrine Balza, Licence médiation culturelle, avril 2014)

1909 : l’époque des aventuriers, des prix et des meetings aériens qui galvanisent les foules. Des records de distance, vitesse et durée de vol sont homologués. Santos – Dumont, Farman, Blériot, Latham marquent les esprits. Des constructeurs de génie améliorent les machines volantes. Cette émulation pousse vers l’audace. Ainsi, Blériot le 25 juillet 1909 à son arrivée à Douvres après la traversée de la Manche, alors qu’il ne sait pas nager, est salué en véritable héros populaire. L’évènement a un retentissement mondial. L’homme savoure son exploit. Son avion, le Blériot XI, est exposé à Paris devant la façade du journal « Le matin ». Fin 1909, il  rejoindra  le musée des Arts et Métiers, musée vivant, ouvert aux progrès techniques les plus récents. Les prouesses intriguent, elles font rêver.

Continuer la lecture de 1909 – Le salon aéronautique 

1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme)

Blow-RDO2
E. Doyen filmé par C. Maurice le 9 février 1902

Bistouri & Caméra

(par Robert NARDONE, HT2S Cnam Paris)

Ce photogramme n’est pas seulement l’image d’un exploit chirurgical. Il témoigne de l’émergence du cinématographe dans les salles d’opération et paradoxalement de la naissance d’un nouveau public.

Le 9 février 1902, le chirurgien Eugène Doyen sépare Doodica et Radica, les sœurs xiphopages exposées au cirque Barnum. À la demande de Doyen, l’opération est filmée par Clément Maurice. Doyen est mondialement connu, réputé pour sa rapidité d’exécution. La séance de séparation des soeurs siamoises dure dix minutes. Dix minutes c’est la durée d’un chargeur de caméra. Le chirurgien et l’opérateur se sont concertés pour que l’acte ne dépasse pas le temps imposé par la technique filmique. Tout au long de l’acte Doyen interroge son opérateur afin de s’assurer qu’il reste dans les temps. Clément Maurice est celui qui a organisé la première projection publique des frères Lumière le 28 décembre 1895 au Salon indien du Grand café de l’hôtel Scribe à Paris. Continuer la lecture de 1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme) 

1895 ♦ accident gare de l’Ouest (photographie)

Accident de train à la gare de l’Ouest (maintenant gare Montparnasse) – 25 octobre 1895

Quand la technologie traverse les murs

(par Pisca CEZ, Cnam Certificat 2018)

Un évènement bien particulier va marquer les esprits en octobre 1895. L’un des plus spectaculaires accidents ferroviaires du siècle va se produire à Paris. Que s’est-il passé ?

Le 22 octobre 1895, le train express n°56 part de Granville à 8h55. A 16h55, il pénètre dans la gare avec 7 minutes de retard à une vitesse supérieure à la normale. Le train se compose d’une locomotive, de deux fourgons bagages, d’un wagon-poste, de six wagons occupés par 131 voyageurs et le fourgon de queue. Dans sa course, il renversa le buttoir, le trottoir entre les buttoirs sur 15 mètres pour heurter au final le mur du fond et le balcon de la façade pour s’échouer sur la place de Rennes en contrebas de la gare de l’Ouest (maintenant la gare Montparnasse) vers 16h00.  Continuer la lecture de 1895 ♦ accident gare de l’Ouest (photographie) 

1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau)

Une leçon clinique à la Salpêtrière – Tableau d’André Brouillet (290 x 430 cm) représentant le Professeur Charcot pendant l’une de ses leçons sur l’hystérie

De l’art de mettre en scène la science

(par Christophe THOMAS, Cnam Certificat 2018)

« Une leçon clinique à la Salpêtrière » est une peinture d’André Brouillet réalisée en 1887 et exposée au Salon des artistes à Paris à partir du 1er Mai de cette même année. L’œuvre est ensuite achetée par l’Etat et attribuée au musée de Nice. De type réaliste, elle met en scène le professeur Charcot, célèbre neurologue français du XIXe siècle, lors de l’une de ses fameuses « Leçons », expériences médicales publiques qui sont peu à peu devenues un rendez-vous mondain incontournable dans le Paris des années 1880. Continuer la lecture de 1887 ♦ Charcot à la Salpêtrière (tableau)