Twitter, ou le mythe de Narcisse 2.0

Cette image est une capture d’écran du clip de Stromae “Carmen”. Sur une musique réarrangée à partir de la partition “L’amour est un oiseau rebelle” de l’opéra Carmen de Georges Bizet, Stromae dépeint les affres d’une surconsommation des réseaux sociaux, en particulier de Twitter. 

Les personnages qui marquent en premier lieu sont ces oiseaux bleus, à la moue froncée. Certains sont grands, d’autres plus petits, mais tous sont chevauchés par des personnages humains et reconnaissables. En effet, sur l’oiseau le plus gros, nous pouvons reconnaître Barack Obama, président des États-Unis d’Amérique, au moment où sort le clip. Au centre et sur l’oiseau le plus petit, c’est la Reine d’Angleterre Elizabeth II. Et enfin, l’auteur de la chanson lui-même, Stromae, chevauche le dernier oiseau, le plus à droite. Tous ont une attitude très passive sur leurs oiseaux, semblant ignorer ce qu’il y a autour d’eux. 

Au milieu de ce monde hagard, une jeune fille court, seul personnage qui semble libre de ses mouvements. Elle aussi va cependant dans la même direction.

En arrière-plan, de grandes flèches de néons criards de couleur vertes, jaunes, roses et violettes sont accrochées à différentes hauteurs sur des poteaux métalliques. Toutes indiquent la même direction : celle que suivent les oiseaux, et avec eux, les personnages juchés dessus. Le sol très lisse, qui semble artificiel, reflète les néons. La scène baigne de surcroît dans une lumière blafarde, créant par métonymie une impression d’artificialité.

Cette ambiance angoissante dénonce la superficialité des réseaux sociaux et les addictions qui résultent d’une surconsommation de ces médias. En effet, Stromae utilise l’image d’un oiseau bleu, logo de Twitter, un des réseaux les plus utilisés au monde. C’est le réseau sur lequel toute personne qui cherche une visibilité se doit d’être active. Mais ces oiseaux ne sont pas exactement ceux du logo. Ils font peur. Ils sont repris du graphisme du dessin animé “Angry Birds”, peut-être un moyen pour inclure les enfants dans cet univers. 

Mais en tout cas, en regardant cette image, tout le monde reconnaît une métaphore de Twitter, nul besoin de le mentionner. Même les non-utilisateurs de Twitter n’ont aucun mal à faire le lien, signe de la place que ce réseau social a gagné dans nos sociétés, occidentales ou non d’ailleurs !

Twitter est par excellence le monde de l’immédiateté, de la superficialité représentée par ces lumières et ce sol blafard : les utilisateurs (les “twittos”) publient des messages courts (les “tweets”), limités à 280 caractères. Ces messages se doivent d’être percutants et accrocheurs, à l’équivalent des slogans utilisés par les publicistes. Les sujets traités ne sont pas approfondis, on ne fait que réagir, et le plus brièvement possible. Twitter reprend ainsi les standards courants de la communication publicitaire normés aux besoins du capital. Le développement des nouvelles technologies de communication réduit les êtres pensants que nous sommes à l’équivalent de machines narcissiques restreintes dans leurs capacités d’échange à des messages les plus brefs possibles.

Les personnages sont juchés sur des oiseaux dont la taille symbolise le nombre d’abonnés à leur compte. La scène apparaît en plan large, les personnages sont issus de différents pays, symbole de la globalisation de Twitter.

Mais Stromae dénonce également un monde désincarné, où les utilisateurs ne sont que le pâle reflet d’eux même. Ce sol lisse qui reflète les néons et les personnages, rappelle que ces réseaux ne sont que des miroirs pour leurs utilisateurs, Narcisses des temps modernes. On s’y épanche sans filtre, on montre sa vie sous toutes les coutures, ou au contraire, on ne laisse filtrer qu’une image déformée. Twitter incite à devenir de plus en plus égocentré. 

Tout le monde va dans le même sens, celui indiqué par les flèches. Désincarnation toujours : les personnages ne maîtrisent pas leur déplacement, ils se laissent porter, donnant l’impression d’être sur un tapis roulant. Ils semblent même totalement absents. Une manière encore de dénoncer la norme induite : les personnages n’ont d’autre choix que de suivre le mouvement de tout le monde, ils semblent d’ailleurs ne pas s’en préoccuper. A-t-on des personnages encore conscients ou de simples enveloppes corporelles ? L’image ne permet pas de le dire. 

Cette scène arrive pendant le refrain du clip : “C’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime ; c’est comme ça qu’on somme, somme, somme”. Refrain entêtant, les paroles tournent dans la tête (vous savez le genre de parole dont on n’arrive pas à se débarrasser), et renvoient à l’addiction aux réseaux sociaux. “C’est comme ça qu’on s’aime” : on mesure sa popularité au nombre d’abonnés, au nombre d’utilisateurs qui remarquent et partagent nos tweets. “C’est comme ça qu’on somme” : on compte, on décompte, on classe seulement en fonction du nombre d’abonnés, pas en fonction de la pertinence du tweet. La superficialité, toujours ! Et le jeu de mots qu’on somme/consomme est on ne peut plus explicite. 

Seule cette jeune fille, sans oiseau, semble encore réellement vivante. Elle court après son amoureux, le personnage de Stromae, pour tenter de le sauver. Un peu plus loin dans le clip, elle tombe dans un fossé tandis que les autres tombent dans le bec d’un oiseau. Ou plutôt le terme de “gueule” est-il plus juste, car l’oiseau est devenu un énorme monstre, se nourrissant sans distinction de l’ego et de la superficialité des hommes.

Cet arrêt sur image met en perspective les relations entre sciences, techniques et société. Le développement des réseaux sociaux associés aux innovations de la sphère numérique, impacte la société sur ses aspects fondamentaux, en l’occurrence l’échange et la communication entre humains. Alors que le propre du réseau social devrait être justement de créer du lien, son utilisation et ses besoins de standardisation demandent à l’homme d’intégrer ces normes. Exacerbant les travers de la personnalité, les réseaux sociaux, quintessence des technologies modernes de la communication, exploitent la nature humaine pour mieux la contrôler. L’individu développe ainsi son égocentrisme et son individualisme à l’image de la société capitaliste moderne. Ces nouveaux moyens de communication sont un exemple montrant combien la science et la technologie peuvent nuire à la société et à l’individu. 

L’entièreté du clip reflète tout à fait cet aspect mettant en scène la rupture de ce jeune couple passant d’un amour pour l’autre à un amour pour soi. Quand la réalité des sentiments cherche à s’imposer, c’est un échec.

 

Par Muriel BEN SOUSSANLoïc DUCARME et Floriane MALVOLTI-BERNARDINI . 

De formidables médiateurs scientifiques, avec près de 170 volcans en éruption à leur actif.

LE FILM “FIRE OF LOVE” (93′ – 2022) réalisé par Sara Dosa 
 © Sandbox Films – Intuitive Pictures – Cottage M

Sorti en salles via le réseau MK2, diffusé en ouverture du dernier festival Pariscience  (13 au 31 octobre 2022 au MNHN/Paris) et multi-primé en festivals, le documentaire de Sara Dosa, “Fire of Love” présente les images d’archives des deux volcanologues français Katia et Maurice Krafft. Dès leur enfance, ils sont emportés par la passion des volcans lors de vacances familiales au pied du Stromboli. Tous deux originaires de Strasbourg, ils se rencontrent à l’université, où Katia étudie la géochimie et Maurice la géologie. Amoureux, ils se marient et, amoureux des volcans, ils décident de ne pas avoir d’enfant pour se consacrer à leur passion : les volcans.Pendant vingt ans, caméra et appareil photos en mains, Katia et Maurice Krafft sillonnent la planète entière pour nous rapporter quantités d’images, uniques à l’époque, des éruptions volcaniques en cours. Formidables médiateurs scientifiques, ils sont bien les seuls à pouvoir se rendre sur place à tout moment, grâce à l’indépendance financière que leur confèrent leurs images.Avec près de 170 volcans en éruption à leur actif, Katia et Maurice Krafft définissent ainsi deux types de volcans : Les Gris et les Rouges.Selon eux, les volcans “Gris” sont les volcans recouverts de cendres d’une température dépassant les 600°, qui dévalent les pentes jusqu’à 70 km/h, telle une avalanche de poudreuse.  Par opposition, les volcans “Rouges” produisent beaucoup de lave visqueuse et incandescente, coulant tel un fleuve le long des pentes, et dont la trajectoire est facile à prévoir, donc facile à éviter. Cependant, le besoin de capturer de nouvelles images sensationnelles, celles-là même qui financent leurs expéditions, les précipitent vers leur destin.C’est au Japon, en juin 1991, qu’une avalanche de poudreuse grise les ensevelit, au pied du funeste Mont Unzen. Ils entraînent avec eux dans la mort les 41 journalistes japonais qui les suivent, pensant qu’avec leur connaissance exceptionnelle du terrain, il n’y a pas de danger….A la place de la localisation de leur caméra, on ne retrouve qu’une montre indiquant 15h18 et une paire de chaussures.

par Christine CHAPON.

Star Trek : l’utopie grâce à la science

Publicité pour la série Star Trek Strange New Worlds prise sur le site dédié à l’univers créé par Gene Roddenberry (copyright Paramount)

La saga Star Trek n’a pas en France le succès qu’elle a dans son pays d’origine. Les nouvelles séries arrivent tout de même dans l’hexagone. Les dernières arrivées en decembre 2022 sont sur la nouvelle plateforme Paramount + : Star Trek Prodigy et Star Trek Strange New World.

L’originalité de cet univers est qu’il part d’une situation utopique : la Terre a résolu, grâce aux technologiques, tous ses problèmes de pauvreté et de guerre. Après être passé par des événements terribles, l’humanité a pris conscience de la nécessité de faire sienne un certain nombre de valeurs pacifistes. Les héros sont donc des exploratrices et des explorateurs qui ont choisi de quitter la sécurité de leurs planètes pour découvrir de nouvelles civilisations et, si l’avancée technologique le permet, entreprendre un premier contact. Aujourd’hui la majorité des œuvres d’anticipation décrivent un avenir sombre et distopique. Star Trek c’est de la Science-Fiction du qui croit au progrès.

 

par Delphine YA-CHEE-CHAN.

Pourquoi pleure-t-elle ?

Femme à la larme, cire anatomique,  cire, bois et coton, 1784, MNHN. Photo B. Faye 

Cette grosse larme translucide qui lui perle de l’œil gauche pour aller rouler sur le haut de la joue, la jeune femme ne peut manifestement la retenir. Signifie-t-elle la souffrance de la maladie, le deuil d’un corps intact ou un autre chagrin plus secret, qui nous échappe nécessairement ? 

La Femme à la larme, conservée au Musée de l’Homme, est la cire anatomique la plus connue d’André-Pierre Pinson, chirurgien, anatomiste et artiste de la fin du XVIIIe siècle. Elle présente une tête scindée en deux profils, le profil gauche exposant l’anatomie interne de la tête (cerveau, œsophage, trachée, intérieur du nez et de la bouche), le profil droit représentant une jeune femme gracieuse aux longs cheveux avec une larme sur la joue.  

Les premières cires anatomiques datent du XVIIe siècle. Elles étaient principalement destinées aux étudiants en médecine, mais servaient aussi aux artistes en quête d’une meilleure connaissance du corps humain. Elles étaient censées faciliter ou compléter l’enseignement de l’anatomie par la dissection du corps humain. La cire permettait de reproduire de façon à la fois réaliste et artistique les parties qui le composent. Le Musée de l’Homme possède une très belle collection de ces cires anatomiques colorées, principalement issues du cabinet du Duc d’Orléans, pour qui André-Pierre Pinson en a réalisé des centaines. 

France Culture a consacré une série de 6 podcasts de 7 minutes à des objets de la collection du Musée de l’Homme. Le premier épisode est consacré aux cires anatomiques de M. Pinson.

par Estèle AUSSANT.

Game of Thrones, encore et toujours !

Je vous invite à découvrir un épisode du podcast “La Science, CQFD”, intitulé “Game of Thrones : Science is coming”

Vous aussi elle vous manque, cette époque où nous attendions, chaque année à la même période, la sortie d’un nouvel épisode chaque lundi ? A regarder seul·e ou entre amis (pas trop en famille, hein), les séances de visionnage de Game of Thrones étaient très répandues, notamment dans une certaine tranche d’âge. Un jour j’ai entendu la musique du générique chez mes voisins, j’ai écris sur post-it “Winter is coming” et l’ai collé sur leur porte. Si vous êtes tout aussi nostalgique de cet univers et que vous n’avez pas été repu·e·s par le spin off La Maison des Dragons, je vous invite à découvrir un épisode du podcast “La Science, CQFD”, intitulé “Game of Thrones : Science is coming”.

La science dans GoT ? Mais je ne suis pas scientifique! – Je vais vous dire quelque chose, moi non plus !

Et pourtant, j’ai adoré passer une heure à écouter parler de la géographie des 7 couronnes, de la météo à Westeros, de la linguistique du dothraki… plus généralement de la création d’un monde par George R. R. Martin. Comment on crée un monde tout entier? Quelles sont les influences de l’auteur? Vous connaissiez le métier de “conlanger”? Moi non plus, mais Jean-Sébastien Steyer et Frédéric Landragin l’expliquent mieux que moi alors allez les écouter si vous souhaitez en savoir plus ! Venez écouter ces chercheurs nous parler de cet univers que nous avons adoré, écouter des extraits du film, des extraits du livre, et de la musique !

Sur ce je vous laisse, mon dragon m’attend.

Crédit photo : page du podcast sur radiofrance.fr

Lien vers l’épisode : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-science-cqfd/game-of-thrones-science-is-coming-8663057 

Lien vers la carte interactive de Game of Thrones : http://quartermaester.info/ 

La Pat’ Patrouille part en mission ! De médiation bien sûr ! (série)

Par Aurélie Brulle, CNAM 2022.

La Pat’ Patrouille est une série d’animation canadienne créée en 2013 et toujours en production. Bien connue des enfants et de leurs parents, notamment grâce à son refrain entêtant, elle met en scène une équipe de 6 chiots qui parlent ! Menés par Ryder, un jeune garçon de 10 ans, les chiots sont chargés de protéger et aider les habitants de la Grande Vallée. Ils interviennent dans toutes sortes de situations, comme retrouver un animal perdu (un chat, une poule ou même un hippopotame), piéger un voleur, aider une baleine perdue ou encore retrouver le trésor d’un pirate. Très attachants, réussissant toujours avec brio leurs missions, ils ravissent les enfants à chaque épisode. Chaque chiot possède des compétences particulières : spécialiste du recyclage, pilote d’avion et d’hélicoptère, pompier, policier, sauveteur en mer ou spécialiste de la construction. Tous de races différentes, ils ont également une couleur et un slogan associés à leur spécialité. Cela permet aux enfants de bien les différencier, et surtout d’avoir leur chiot préféré (ou deux, ou trois, …). Au fur et à mesure des saisons, 3 nouveaux chiots viennent ponctuellement en aide à la Pat’ Patrouille, avec des compétences particulières associées à la neige, la jungle ou aux dinosaures.

En regardant rapidement cette série, il est facile de penser que ce ne sont que des histoires mignonettes pour enfants, avec des morales simples, comme le fait de s’entraider ou de ne pas voler les biens d’autrui. Si des chiots protègent la ville, comment pourrait-il y avoir un fond réaliste, voir même scientifique ? Et pourtant les exemples sont nombreux, en voici un.

Dans un épisode de la saison 7, l’antagoniste récurrent de la série, Mr Hellinger, maire de la ville voisine de Foggy Bottom, a créé par accident un tart’ouragan. Comme un véritable ouragan, il est formé de vents tourbillonnants et envoie partout des tartes, tandis qu’il se déplace dans la Grande Vallée. Mais comment un tel ouragan a-t-il pu se créer ? Presque comme un vrai ouragan, enfin si l’on excepte les tartes. Et pour expliquer cela le plus simplement possible au jeune public, le capitaine Turbot, le biologiste et scientifique de la série, montre une courte vidéo, dont les captures d’écran sont présentées en tête d’article. L’air chaud s’élevant des tartes tout juste cuites a rencontré une rafale d’air froid, soufflée par une machine censée refroidir ces tartes. Comme dans n’importe quelle représentation actuelle en sciences, l’air chaud est représenté en rouge, et l’air froid en bleu. Les deux masses d’air se sont alors mises à tourbillonner ensemble, créant un ouragan, plus précisément un tart’ouragan. Dans le monde réel, un ouragan, ou cyclone, se forme lorsque l’air chaud s’élevant de l’océan rencontre des vents latéraux froids et constants. La mécanique est donc la même dans la Pat’ Patrouille et les enfants, sans le savoir, apprennent les bases de la création d’un ouragan.

Et comment se termine donc ce tart’ouragan ? Pas par magie en tout cas. Pour stopper le tart’ouragan, un chiot est héliporté dans l’œil du tart’ouragan puis frappe les tartes pour les expulser du tart’ouragan. Sans sa source de chaleur, le tart’ouragan disparaît, comme un vrai ouragan. En effet, lorsqu’il se déplace sur terre, un ouragan perd sa source de chaleur qu’était l’océan, et s’affaiblit rapidement jusqu’à disparaitre. Alors oui la façon de faire sortir les tartes fera sourire, mais la mécanique est scientifiquement correcte.

Même si au premier coup d’œil, cet épisode, comme tant d’autres, paraît complètement irréaliste, il s’appuie quand même sur des bases scientifiques, que les enfants comprennent sans difficulté, car elles sont modifiées et intégrées de façon fluide et logique dans l’épisode. Serez-vous capable de regarder cette série avec un œil nouveau et chercher les nombreux exemples de médiation scientifique informelle ?

« Don’t look up, déni cosmique » : un dispositif informel de médiation ? (film)

Ce film est paru en 2021, mettant en scène Leonardo Di Caprio et Jennifer Lawrence. La découverte d’une comète dont l’impact destructeur avec la Terre est inéluctable à très court terme et la recherche de solutions sont traitées dans une comédie dramatique parfois caricaturale, mais qui donne à réfléchir.

Le titre « Don’t look up » signifie « ne regardez pas en l’air » ; il invite à penser que le thème du film est le déni d’un événement imminent, aux conséquences dramatiques. La création des mouvements « look up » par les trois protagonistes scientifiques et « Don’t look up » par le gouvernement américain à la moitié du film semble figer la controverse sur la réalité de la comète et son impact avec notre planète. Or, de mon point de vue, le sujet du film est celui de la prise de décision par le gouvernement américain pour une solution technologique hasardeuse, non validée par la communauté scientifique mais proposée par une firme technologique privée.

Au départ, il y a effectivement un moment de déni par les politiques, très court, le temps que les données scientifiques établies par les chercheurs d’une université peu connue soient vérifiées par d’autres scientifiques de plus grande notoriété. Cette première partie du film informe implicitement le public de la façon dont est habituellement validée une information scientifique majeure, par les pairs.

On assiste également dans le film à l’impuissance des trois scientifiques à faire entendre la dangerosité de l’impact de la comète sur Terre et ses conséquences, à savoir l’anéantissement de toute forme de vie sur la planète. Face au scepticisme de la Présidence américaine, ils tentent de convaincre le grand public grâce aux médias, la presse écrite d’abord puis une émission de télévision de grande audience. Effectivement, tant que la comète n’apparaît pas dans le ciel nocturne, le message semble ne pas passer auprès du public : et quand sa présence est évidente, il ne reste que quelques jours avant l’impact ; il est trop tard pour réagir. C’est ici l’administration de la preuve qui est évoquée de façon informelle ; au public, les paroles telles que « on l’a vue au télescope, on l’a même prise en photo », ou encore, « maintenant qu’on vous la dit » ne semblent pas suffire quand c’est la conception même du risque encouru qui est en jeu. Il faut voir la comète de ses propres yeux pour croire les scientifiques qui préviennent pourtant depuis des semaines.

Le mouvement Don’t look up a pour but de retarder le plus longtemps possible la prise de conscience du danger ; l’impact avec la comète signifiant la fin du monde, le gouvernement craint effectivement les réactions de violence d’une population qui n’a plus rien à perdre.

Pour moi, le véritable sujet du film se situe au niveau des prises de décision :

Dans cette fiction, le gouvernement américain paraît légitime pour régler le problème au nom du monde entier, au moins dans un premier temps. Il monte tout d’abord une opération pour détourner la comète, opération qui semble-t-il paraît la solution cohérente validée par la communauté scientifique internationale. C’est sans compter sur l’appât du gain !

En effet, influencée par un milliardaire américain à la tête d’une entreprise technologique de première envergure, la Présidente ordonne pendant son lancement le sabordage de cette opération. Sa prise de décision est unilatérale, sans aucune concertation et à partir de ce moment-là, on comprend que la communauté scientifique mondiale n’a plus son mot à dire dans la solution choisie par la première puissance mondiale, celle proposée par un richissime illuminé.

La promesse technologique joue alors son rôle à plein, doublée d’une promesse sociale annonçant des richesses inouïes qui permettraient d’éradiquer tous les problèmes de l’humanité, dont la faim dans le monde. La solution proposée par le milliardaire visionnaire est certes imaginée et modélisée par quelques scientifiques détenteurs de Prix Nobel employés dans sa firme ; cependant, exalté par la promesse de richesse, de pouvoir, de reconnaissance, il convainc la présidence de le suivre au mépris de la règle élémentaire de certification scientifique de sa proposition, à savoir la validation indépendante par les pairs.

Etablir un parallèle entre l’arrivée fictive d’une comète tueuse sur Terre et la réalité du changement climatique à venir est facile à faire ; là encore, j’y vois un dispositif informel de médiation, qui vise à illustrer dans une fiction parfois outrancière l’inaction actuelle de la majorité des gouvernements du monde face aux menaces du changement climatique. L’issue du film, qui met en image la catastrophe annoncée de la fin du monde, envoie un avertissement à ceux qui ne prennent pas très au sérieux la menace, toute énorme qu’elle soit, et justement sans doute parce qu’elle l’est, énorme. Rapports très sérieux des scientifiques du GIEC, parallèle moins sérieux d’une fiction comme Don’t look up, en termes de lutte pour la transition écologique, tout est bon à prendre ; alors, ne boudons pas notre plaisir !

Nathalie Lenormand, juin 2022

Kerbal space programme: Vers l’infini et au-delà!

 

Kerbal space programme (KSP) est un jeu vidéo de simulation de construction, lancement et pilotage de fusée, satellite et vaisseaux spatiaux. Le jeu propose une expérience extrêmement réaliste d’un point de vue de la physique (gravité, friction, vélocité, calcule des trajectoires) tout en affichant une direction artistique très cartoon. À cet égard, le jeu peut paraître assez simple aux premiers abords, mais dès lors que vous vous retrouvez aux manettes, la réalité de la physique cruelle et immuable vous rattrape. KSP est un jeu difficile. C’est ce qui en fait tout l’attrait. S’extirper de la gravité terrestre* est un défi. Vous raterez beaucoup, vraiment beaucoup… vos premières fusées vont pour la plupart exploser au décollage. Ici vous comprenez pourquoi le jeu possède des graphismes cartoon, il est judicieux de s’écarter du photoréalisme quand vos 50 premières fusées explosent sur le Pas de tire avec vos astronautes à l’intérieur ! Quand par miracle au bout d’un nombre d’essais un peu trop élevé à votre goût, votre fusée atteint enfin l’espace, le jeu vous rappelle immédiatement à la réalité : « gravity is a bitch ». Votre fusée amorce sa chute et se désintégrera durant sa réentrée dans l’atmosphère dans un feu d’artifice digne des plus beaux 14 juillets. Piqué dans votre ego vous vous relancez, bientôt le vocabulaire spatial n’a plus de secret pour vous. Vous parlez couramment de « Delta V », d’ergol liquide et solide, d’Apoapsis et de Periapsis. Vous êtes un expert. Vous maîtrisez la mécanique orbitale comme personne. Votre fusée « SPOUTNIK 56 » arrive en orbite stable autour de la terre à tous les coups. Vous êtes un génie. Le champ des possibles s’ouvre à vous.

Préparer une mission lunaire habitée, construire une station spatiale, envoyer des sondes vers toutes les planètes du système solaire ou encore construire un réseau de satellite géostationnaire ou GPS : tout est possible. Le jeu est un immense bac à sable à l’image du vrai monde véritable. Bientôt vous vous retrouvez sur YouTube à regarder tantôt des documentaires sur les missions Apollo pour essayer de reproduire les plus emblématiques d’entre elles, tantôt sur des tutos KSP parce que vous avez tout compris, mais vous ne crachez pas sur un peu d’aide. Rien n’est facile, chaque mission vous demande des recherches sur le fonctionnement d’une fusée, sur les mécaniques stellaires ou encore sur la chimie des différents moyens de propulsion que vous utilisez. Mais les sensations d’accomplissement sont réelles, la sensation quand votre premier cosmonaute pose le pied sur la Lune est indescriptible (teinté d’une légère tension, vous n’êtes pas vraiment sûr d’avoir embarqué assez de carburant pour le trajet retour)

KSP est un jeu difficile qui ne fait pas de cadeaux et qui ne plaira sans doute pas à tout le monde. C’est aussi une aventure extraordinaire de laquelle on ressort avec des connaissances que l’on n’aurait jamais imaginé avoir. Une compréhension des mécanismes d’orbite et bien d’autres concepts qu’aucun autre support que le jeu vidéo nous aurait poussés à aller chercher. L’envie de réussir l’exploit, de poser notre petite sonde sur une autre planète pousse le joueur à à creuser toujours un peu plus pour comprendre le monde de l’espace et les règles qui le régis. Je propose de vous quitter une nouvelle fois sur une vidéo YouTube que j’ai moi-même publiée il y a quelques années à l’occasion de la mission « Exo Mars » de l’ESA. J’essaie d’y simuler la mission au sein du jeu.

 

https://youtu.be/U2atEbzrlGU

 

* Pour des raisons de simplicité je parle du système solaire alors que KSP ne reproduit pas exactement le système solaire mais une version légèrement modifiée de celui-ci, mes excuses aux experts qui l’auront sûrement remarqué.

Yoko Tsuno, une électronicienne aux confins du réel

Yoko Tsuno, c’est un souvenir nostalgique de jeunesse, peut-être aussi l’amie que j’aurais rêvée avoir. Belge d’origine Japonaise, la belle Yoko est ingénieure en électronique, ceinture noire d’aïkido et pilote le planneur comme l’hélicoptère. Vous trouvez ça too much ? C’est sans compter sur sa profonde humanité qui en font un personnage extrêmement attachant, loin des standards de super-héroïnes.

Née sous le crayon de Roger Leloup en 1970, Yoko évolue depuis 29 albums entre science-fiction et fantastique. Généralement accompagnée de ses deux amis, Vic et Pol, la jeune électronicienne se retrouve toujours embarquée au détour d’une mission dans une aventure extraordinaire. Des intrigues qui la conduisent en Allemagne, en Chine, mais aussi dans le passé et dans l’espace !

Très jeune, Roger Leloup se passionne pour la mécanique. Il confectionne des maquettes en bois et collectionne des insectes qui lui servent d’inspiration. L’auteur ne manque jamais de peupler les aventures de Yoko d’avions, de vaisseaux ou d’autres moyens de locomotion en tous genres, à la beauté et au réalisme saisissants. Une habitude qui n’est pas sans rappeler un certain Hayao Miyazaki. La passion de Roger Leloup transparait nettement dans les univers dans lesquels Yoko évolue. Et celui-ci ne fait pas les choses à moitié ! Son œuvre est à la fois bien documentée et bien illustrée. On ne peut qu’apprécier la qualité du dessin, à la limite parfois du dessin industriel : le trait est précis, minutieux. Tout est pensé dans les moindres détails, des machines aux décors. Et Leloup est aussi généreux dans ses dessins qu’à fournir des explications techniques concernant le fonctionnement de ses inventions.

 

Mais Yoko Tsuno n’est pas juste une bande-dessinée intelligente. Ce petit bijou ne serait rien sans son héroïne, indépendante, déterminée et courageuse, élégante en toutes circonstances. Même, dans ses aventures les plus sombres, face aux ennemis les plus terribles, Yoko nous rappelle toujours la valeur de la vie humaine, l’importance de la famille et des amis. Ainsi, que ce soit au côté des Vinéens, ce peuple extra-terrestre à la peau bleue, ou dans le Bruges du XVI e siècle, les aventures de Yoko nous happent et nous relâchent toujours à la fin avec le sourire aux lèvres et la tête pleine de rêves…

2021 ◊ Death Stranding, un jeu vidéo ambivalent

Fort de ses nombreuses distinctions, dont celle du meilleur jeu de l’année (2019), ses critiques voient en lui une forme d’écho avec la pandémie que nous traversons…

Le jeu se déroule aux Etats-Unis suite à un évènement cataclysmique… Aux commandes de Sam porter Bridges (acteur de la célèbre série The Walking dead), le joueur incarnera un coursier en charge de livrer des fournitures aux colonies humaines isolées. Il s’emploiera également à les reconnecter à l’aide d’un réseau de communication sans fil.





Sorti fin 2019, le jeux vidéo Death Stranding a suscité notre curiosité en raison de son mode de réalisation et du soin apporté à sa narration. Une trame narrative aux qualités de production cinématographique avec la participation de divers acteurs : Norman Reedus, connu pour un rôle principal dans The Walking Dead, Mads Mikkelsen connu pour jouer le célèbre psychopathe dans la série Hannibal, Léa Seydoux, Guillermo Del Toro…  Tous modélisés à l’aide du procédé de performance capture, un procédé qui permet un réalisme plutôt bluffant. De quoi s’agit-il ?  D’un procédé « technique vidéographique qui permet d’enregistrer les déplacements d’un être vivant ou d’un objet dans l’espace, et de les restituer sur un ordinateur afin de réaliser des images de synthèse ou des effets spéciaux » (Larousse.fr).

A gauche, Madd Mikelsen avec un casque de performance capture. A droite, le rendu vidéographique.
A gauche, Madd Mikelsen avec un casque de performance capture. A droite, le rendu vidéographique.

La dernière création du studio japonais dirigé par Hideo Kojima (créateur du célèbre Metal Gear) a été depuis sa conception, dépeinte à la fois comme une production originale et un pari risqué. Le journaliste au pseudonyme « Panthaa » de la rédaction de jeuxvidéo.com récapitule assez bien ce dont une large partie de ses joueurs témoignent : « une aventure qui se doit d’être jouée pour être jugée »[1].

Trame 

Dans un monde détruit par un phénomène surnaturel, le « death stranding » – un phénomène cataclysmique à l’allure fantaisiste – le monde des vivants et celui des morts a plus de frontière. Pour se protéger d’une pluie qui provoque le vieillissement de quiconque s’en fait asperger, les humains se sont réfugiés dans des souterrains.  Parallèlement, une société privée tente de construire un réseau de livraison de matériel et de souvenirs du monde passé. Pour cela, les humains ont besoin de livreurs.

Dispositif Bridge baby

On incarne donc l’une de ces rares personnes qui a encore le courage de quitter la vie sous terre pour sortir à l’aire libre. Equipé d’une capsule dans laquelle se trouve un fœtus qui a le pouvoir de détecter les fantômes ( Voir photo ci contre) dans un environnement hostile, le personnage principal s’est vu confier une mission, celle de redonner de l’espoir aux Etats-Unis en reliant les différents îlots de survivants entre eux. Le personnage va effectuer un tas de livraisons à pied ou en véhicule en sillonnant des Etats-Unis dévastés.

Mêlant une conception surnaturelle à celle d’un monde qui ne nous est pas étranger, la production de Kojima est empreinte d’une dimension philosophique, politiques, sociologique et ésotérique « qui tentent de relier d’un même fil narratif la question de l’origine de l’univers et celle de la mort »[2]. S’ajoute à cette amplitude de sens, la possibilité pour le joueur d’entrevoir des références à la physique quantique compte tenu par exemple des lois physiques qui régissent l’extraordinaire pluie vieillissante qui tombe sur l’environnement du jeu… Plusieurs références donc avec en toile de fond la question « de l’ubérisation de la société, de la guerre, de toutes les guerres, de l’apocalypse nucléaire… » …

Photo du jeu Death stranding tirée de la présentation du jeu lors du salon de l’E3 en 2018.

Hormis tous ces soubassements quelques peu agités, le jeu se démarque des productions habituelles. En termes de jouabilité, il ne s’agira pas de tirer sur le premier venu, ni de s’infiltrer, non… Le jeu s’apparente davantage à une autogestion réaliste de son personnage pour réaliser de longues randonnées (voire d’escalade) dans des décors somptueux laissant place à la contemplation. Death stranding est donc un parfait mélange entre une œuvre cinématographique dystopique et un jeu d’aventure pour lequel il semble difficile d’identifier ce qui constitue sa réussite et sa capacité à émouvoir.

[1] Panthaa « Le test sans spoiler d’un chef d’œuvre dépaysant… », in jeuxvidéo.com, 2020

[2] Corentin Lamy « On a testé Death stranding », le jeu vidéo hors des santiers battus », in LeMonde, 2019

La Tronche en Biais (YouTube)

La tronche en Biais est une chaîne YouTube créée par Thomas C. Durand et Vled Tapas, biologiste et musicologue. Sur cette chaîne, ils nous aident à distinguer le vrai du faux, ce qui relève de la science ou de la croyance. Mais leur contenu n’évoque pas que les sciences mais bien tous les biais cognitifs en rapport avec la rhétorique, le débat, la controverse. Un guide pour débattre en toute conscience et avec intelligence. Ils replacent la vérité dans des controverses qui prêtent trop souvent à confusion. Thomas C. Durand et Vled Tapas se veulent critiques et déchiffrent les malentendus scientifiques. Ils ont pour but d’éclairer leur public sur les défauts de rationalité et de leur perception des événements.

Plusieurs formats de vidéo sont disponibles sur leur chaîne:

“La boutique des erreurs” dans laquelle ils interprètent un disciple et un maître qui “explore les limites de la mauvaise foi” en combattant les sophismes, plusieurs exemples sont donnés et par la force des choses plusieurs faux arguments concernant les controverses du monde scientifique. Les créateurs abordent par exemple la question de la théorie de l’évolution et de la religion dans un entretien de presque deux heures avec un chercheur en philosophie : sont-elles compatibles ?

Dans le format “Interviews” ils réalisent des entretiens avec plusieurs chercheurs, physiciens, médecins, cosmologues. Ils y soulèvent la question de l’expertise, parlent de la relation entre la science et la société, décrypte le vrai du faux des médecines alternatives …

Dans la playlist “Tronche de fake”, les deux passionnés décortiquent la très controversée et mal racontée théorie de la mémoire de l’eau. Ils y déchiffrent les principes de l’homéopathie et de toutes les déviances et fausses vérité qui l’accompagnent.

BREF un tas de sujets captivants qu’ils développent en vidéo de manière intelligente, décalée et pleine de pédagogie.

 

Une nouvelle chaîne de podcasts pour le Muséum National d’Histoire Naturelle

 

Après “Bestioles”, la série de 12 podcasts à destination des enfants, et consacrée
aux animaux inaccessibles, Le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) propose aux
internautes une nouvelle émission : “Les curieuses histoires du Muséum”, coproduite avec
France Culture.


A travers ce nom intriguant, Le MNHN fait la part belle aux pièces emblématiques,
parfois méconnues mais néanmoins importantes, de l’ensemble de ses collections, tous
sites confondus.

Quels secrets se trouvent derrière le crâne de René Descartes, conservé au Musée
de l’Homme ? Quelles sont les spécificités de l’hippocampe moucheté, observable au
Marinarium de Concarneau ? Quelle est donc la fameuse cloche du naturaliste Jean-Henri
Fabre ou la technique si particulière derrière la réalisation du Plateau de table florentine dite
au collier de perles, que les visiteurs ont pu, par ailleurs, apprécier lors de l’exposition
Trésors de la Terre en 2019 ? Les curieuses histoires du Muséum répondront à ces
énigmes.

Objets artistiques et techniques, pièces scientifiques, espèces vivantes…Ce nouveau
podcast, découpé en 40 éppisodes de 7 minutes, apportera des éclairages sur ces pièces,
rarissimes, fragiles ou uniques, que vous avez, peut-être, déjà vues ou dont vous ne
soupçonniez pas l’existence. Il vous permettra également de comprendre ce qui fait leur
spécificité, ainsi que leurs intérêts historique, scientifique et patrimonial. Ces curieuses histoires sont racontées par des spécialistes tels que Ronan Allain, paléontologue, Aude Bourgeois, vétérinaire, ou encore Éric Joly, ancien directeur du Jardin des Plantes de Paris. Cette série, produite par Tao Favre, et réalisée par Vincent Decque, est disponible directement sur les sites internet du Muséum et de France Culture ainsi que
sur les plateformes de téléchargement. 

Crédits : MNHN – Bernard Faye

2021 ◊ Dans la combi de Thomas Pesquet, Marion Montaigne (bande dessinée)

La bande dessinée peut être un formidable outil de vulgarisation scientifique. Marion Montaigne a réussi le pari en 2017 en publiant Dans la combi de Thomas Pesquet peu de temps après le retour sur terre de l’astronaute. Elle nous fait entrer dans son quotidien sur le ton de l’humour, nous raconte les coulisses du métier et donne à voir un autre visage de l’astronaute très médiatisé. La BD et ses 200 pages se lisent bien. On sourit, on apprend. Et c’est là sa force. Un ton léger et un propos qui vient démystifier un métier réservé à une certaine élite. Petit déjà, Thomas Pesquet rêvait d’espace. Il suit un cursus scientifique, obtient un diplôme d’ingénieur et fini pilote chez Air France. Mais ce n’était pas tout à fait ça, son rêve. Alors quand l’occasion se présente, il intègre le processus de sélection de l’Agence
Spatiale Européenne. Les différentes épreuves, toutes plus complexes les unes que les autres, sont dévoilées dans la BD et on se rend à l’évidence, oui ce métier n’est pas pour tout le monde. Il faut une volonté sans faille et faire preuve d’une abnégation totale puisque la sélection, ce n’est que le début …


Rescapé des quelques 5 000 candidats, le futur astronaute intègre le centre d’entraînement des astronautes. Pourtant il lui faudra encore attendre 5 ans pour s’envoler pour la première fois dans l’espace. Ces années de préparation sont décortiquées de long
en large et donne un aperçu de ce qu’est la vie d’astronaute, loin de l’imaginaire collectif.
Les plannings sont surchargés. Entraînements physiques et cours théoriques s’enchaînent
à un rythme effréné. Les astronautes doivent tout savoir. Connaître sur le bout des doigts la
notice de chaque équipement présent dans la station spatiale internationale. Et comme son
nom l’indique, c’est une station dans laquelle cohabite plusieurs nationalités. Les
astronautes partagent donc leur temps entre les différentes agences (russe, américaine,
canadienne, japonaise et européenne). Ils doivent connaître le matériel et les notices de
chaque agence, et dans la langue du pays ! Outre l’apprentissage théorique, ce qui impressionne dans cette BD, c’est l’entraînement physique auquel ils sont soumis. Au fil des pages, on découvre les nombreux équipements de préparation : les centrifugeuses, les piscines d’entraînement, les simulateurs de soyouz … Tous sont schématisés, expliqués. Ces notions complexes deviennent alors accessibles. L’utilisation de comparaisons plutôt inattendues mais finalement très parlantes, comme celle d’un poivrier pour représenter un soyouz, s’avèrent redoutablement efficaces. Les ajustements concernant la vie quotidienne pour faire face à l’impesanteur sont eux aussi explicités. Et l’auteure n’oublie aucun détails, ce qui donne lieu à des passages assez comiques. En somme, cette bande dessinée est un vrai plaisir à lire et une réussite en terme de vulgarisation scientifique. Toutes les facettes du métier d’astronaute sont explorées, des notions les plus complexes aux éléments de la vie quotidienne les plus anodins. Elle est accessible à tous et gagne facilement son public grâce à son ton humoristique et décomplexé. Véritable succès de librairie, elle s’avère être une porte d’entrée séduisante pour aborder le monde de l’aérospatial aux côtés de son représentant français.

 

Salomé Giron

Lumière sur : De cause à effets, le magazine de l’environnement (podcast)

Il s’ouvre sur une version remaniée du Requiem pour un con de Gainsbourg, pourtant on se le sent un peu moins après avoir écouté ce podcast.

Si vous aimez la nature et la touche France Culture, cette émission est faite pour vous. Au programme, une heure de débats sur des questions environnementales et sociétales autour de spécialistes : scientifiques, agriculteurs, journalistes, avocats… L’émission traite à voix libre des sujets qui fâchent : dérèglement climatique, pollution, disparition de la biodiversité, lobbys… mais aussi de solutions, de villes en transition, d’économie circulaire, de permaculture.

Découvrez ainsi aux côtés de Nicolas Hulot, de Sasha l’influenceuse virtuelle ou encore de
photographes animaliers les transformations de notre monde et comment agir pour une société plus durable.

Présentée par Aurélie Luneau, docteure en histoire et diplômée de sciences politiques,
documentariste et productrice notamment de l’émission « La Marche des sciences » (de 2009 à
2016), ce podcast est disponible sur toutes les plateforme de podcasts et sur le site de France
Culture.

Lumiere sur Le mystère du monde quantique (bande dessinée)

Les mystères du monde quantique :

 

En savez-vous assez sur les lois qui régissent notre univers? N’avez-vous pas envie de comprendre tout ce qui se passe dans votre smartphone ou comment expliquer la couleur des braises par le prisme de la physique quantique ? Il faudra réussir à déconstruire votre intuition pour la comprendre ! C’est la mission que se sont lancés Thibault Damour,physicien théoricien, et Mathieu Burniat, auteur de BD. Thibault Damour avait depuis longtemps envie de partager son grand savoir de manière plus accessible et Mathieu s’y intéressait beaucoup et voulait en faire un roman graphique. En contactant Thibault, Mathieu s’est rendu compte que son savoir et sa vulgarisation seraient bien nécessaires…! Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années de discussion sur ce que veut dire le monde quantique et la façon de le rendre visuellement attractif et compréhensible. Pour les aider à accomplir leur mission, partez avec Bob, un jeune garçon attachant qui ne comprend rien à la physique et Rick son chien, pour une aventure dans un monde onirique sur les traces des découvertes en physique quantique. L’explication est très progressive et nos auteurs partent toujours d’une observation de Bob, le personnage principal du récit. Lors de la lecture vous rencontrerez les nombreux scientifiques qui ont participé à l’histoire de la physique quantique, admirerez les belles planches de Mathieu Burniat et en plus vous comprendrez !
Aude Chandellier

VIRAGO sur la chaîne youtube de Aude Gogny-Goubert

 

L’oeuvre vidéo de Aude Gogny Goubert est feministe, elle veut réatribuer sa place à la
femme dans l’histoire. Politicienne, musicienne, peintre, navigatrice, révolutionnaire,
scientifique, son œuvre présente les exploits de femmes qui sont trop souvent oubliées. Elle
réécrit l’histoire en y replaçant celles qui y ont contribué. Dans sa série de vidéos
disponibles sur youtube, elle nous en présente 26.
On pourra alors découvrir des bribes d’histoire, et donc bien sûr des bribes de l’histoire des
sciences. Sa série de vidéo sur youtube l’a poussé à en faire un livre avec plus de 60
portraits de femmes. Parmi celles-ci, Caroline Herschel, Irène Joliot Curie et Ellen
MacArthur. Pour chacun de ces tableaux, elle y interprète la figure historique elle-même
quand elle le peut et confie la tâche à d’autres actrices lorsque le portrait concerne une
femme non-blanche. Elle la présente seule ou accompagnée d’un.e spécialiste.

Caroline Herschel, première femme a découvrire une comète en 1786 et première femme
astronome professionelle. Née en 1750, c’est l’enfant du milieu d’une fratrie de 10, relayée
au tache ménagère elle fuit le domicile parental pour retrouver son frère William Herschel
qui fabrique des télescopes lui-même dans son jardin. Il a au passage découvert la planète
Uranus en 1781 et deviendra astronome privé du roi George III. Cette passionnée
d’astronomie classifie 560 étoiles et 2500 nébuleuses dont 14 qu’elle a découvertes.Elle
reprendra les erreurs du catalogue d’étoiles créé par John Flamsteed, premier astronome
royal. Première femme a recevoir la medaille d’or pour ces travaux par la Royal
Astronomical Society, elle en recoit une deuxième pour son 96e anniversaire par le roi de
Prusse.

On nous raconte également l’histoire de Irène Joliot Curie, fervente défenseuse de la cause
des femmes, plus particulièrement de leur droit d’exercer et de la nécessité d’être reconnu
pour et par son travail. Dans le récit de son histoire, Aude Gogny-Goubert réattribue à Marie
Curie son deuxième prix Nobel obtenu en 1911 trop souvent oublié. Sa fille Irène qui a suivi
sa mère en tant qu’infirmière au front, calcule en 1922 la vitesse d’émission des rayons
alpha du polonium par la méthode de la déviation magnétique. Elle détermine en 1924 la
constante radioactive du radon et découvre en 1934 avec son mari Frédéric Joliot-Curie la
radioactivité artificielle. Cette femme dont-on n’entend peu parler et qui a pourtant joué un
rôle important pour la science et pour la cause feministe est enfin mise en lumière pour le
grand public.

L’auteure nous parle ensuite de Ellen MacArthur, première navigatrice de renom, ce qui lu
permet d’aborder les problèmes écologiques et la lutte qui en découle. En 1998, Ellen MacArthur est la seule femme engagée (et la plus jeune de tout les candidats) pour une traversée de l’Atlantique. A 24 ans, elle est deuxième du Vendée Globe et à 26 elle gagne la Route du Rhum. Elle arrête sa carrière assez jeune et se reconvertit alors dans l’économie circulaire et construit la Fondation à son nom qui a pour but d’accélérer la transition écologique en passant par l’industrie, la communication et l’éducation. Cela lui a été inspiré en grande partie grâce au réflexe d’optimisation sur son bateau, de l’espace, de l’eau, des provisions, de l’électronique et de la vision d’autant de plastique dans les océans. La fin de la partie sur Ellen MacArthur s’adresse directement au public et donne quelques conseils pour faire de petits gestes et diminuer les déchets plastiques. Là, la médiation est directe et passe du récit à l’interpellation du lecteur. La démarche de Aude Gogny-Goubert ressemble beaucoup à celle de Pénélope Bagieu, auteure de la série de roman graphique Les Culottés. De part leure mise en avant de femme dans l’histoire, elles nous permettent de connaitre des moments de l’histoire des peuples, des sciences, de la sociologie, de la mode, du cinéma … que les livres d’histoire ne nous partage pas.

2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock

 

Pochette de The 2nd Law, 6ème album de Muse

Comme pour tous leurs disques, MUSE trouve dans The 2nd Law une place pour parler de sciences. De la couverture représentant les connexions cérébrales modélisée par Human Connectome Project, jusqu’au titre qui se réfère à la seconde loi de la thermodynamique, leur sixième album est profondément inspiré par le concept d’entropie qui sera présent dans plusieurs titres. Parmi eux, Big Freeze est une ode à la mort thermique de l’univers, l’une des hypothèses proposées par les physiciens sur la façon dont notre univers pourrait se terminer, dans des millions d’années. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock »

2018 ◊ Numerus clausus et annus horibilis (film)

« Première année » met en scène deux étudiants en première année de médecine. L’occasion pour Thomas Lilti de dresser un constat doux-amer, entre camaraderie, bachotage absurde et ascenseur social en panne.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Numerus clausus et annus horibilis (film) »

2018 ◊ Cycle Cinéma Présences extraterrestres Saison 2

Du 07 novembre 2018 au 18 juin 2019

Cycle de films-débats à découvrir au Grand Action (5 rue des Ecoles, Paris 5e), dans le cadre du projet Origines et conditions d’apparition de la vie (OCAV) de Paris Sciences et Lettres et en partenariat avec Sciences et Avenir.

En compagnie d’écrivains, d’astrophysiciens, de chercheurs en sciences physiques, en sciences naturelles et en sciences humaines et sociales, ce cycle de 8 films-débats invite à réfléchir à ce que sont, ou pourraient être, des vies humaines dans l’espace. Programme

2018 ◊ Les secrets de notre mémoire (radio)

Le mardi 6 novembre 2018 à 20:00

Le cycle de conférences de France Inter Bien vivre ensemble, a rassemblé 45 000 spectateur.trices.s partout en France. Face à ce succès, une seconde saison, autour du cerveau, voit le jour. Celle-ci sera diffusée en direct dans les salles de cinéma partenaires et depuis le studio 104 de la Maison de la Radio. Cette conférence sera animée par Mathieu Vidard, le producteur de La tête au carré, le magazine scientifique de France Inter et L’édito carré dans la matinale. Ainsi que par Lionel Naccache, neurologue et auteur de Parlez-vous cerveau (Éditions Odile Jacob).


Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les secrets de notre mémoire (radio) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search