Archives pour la catégorie Au fil des siècles

2018 ◊ le cerveau comme machine (affiche)

Cliché pris le 3 mai 2018 dans la station Porte de Choisy du métro de la ligne 7

[proposition de Vera de Sousa]

Deux cerveaux connectés tels des cartes à puces électroniques pour un bonheur partagé du futur ? Le cerveau n’est-il décidément qu’une machine ? Ce que semble suggérer cette figuration d’un mécanisme évoquant l’évolution de la mécanique vers le numérique.

2018 ♦ Gucci (scène)

Cliché pris par le groupe Imaxtree lors du défilé Automne-Hiver Gucci le 21 février 2018 à Milan

Gucci habille un avenir post-humain

(par Meryem HAMEG, Cnam Magister 2018)

Ce cliché a été pris le 21 février 2018, à l’occasion de la Fashion Week milanaise durant laquelle Alessandro Michele, directeur artistique de la marque Gucci a présenté sa collection Automne-Hiver 2018/2019. Depuis son arrivée à la tête de la maison de luxe en 2015, le créateur star ne cesse de faire parler de lui, autant pour ses choix artistiques que pour son audace marketing. Cette année, il semble avoir carrément fasciné le monde de la mode, moins par ses créations vestimentaires que par la mise en scène troublante de son défilé. Jugés dérangeants, voire perturbants, les choix d’Alessandro Michele n’ont pas laissé indifférent. Continuer la lecture de 2018 ♦ Gucci (scène) 

2018 ♦ Quai des savoirs vs TBS (affiches expo)

[proposition de Ariane Rudelle]

Le Quai des Savoirs versus Toulouse Business School : l’un nous propose ce que sera l’humain de demain, l’autre l’y prépare ? Est-ce la conclusion de ces deux visuels ? En effet, en se baladant dans Toulouse ces derniers temps, on pouvait croiser ces deux affiches aux ressemblances troublantes :

  • Une première sur l’expo du Quai des Savoirs (article sur l’expo ici), centre dédié à la culture scientifique, technique et industrielle ;
  • Une deuxième de « Toulouse Business School » (TBS), ex-ESC Toulouse, école de de commerce réputée de la ville, réalisée pour ses journées portes ouvertes (photo du 8/02/2018, métro).

Dominantes de fond noir, texte blanc, logos rouges, visages d’homme au regard clair, barbe naissante bien taillée avec en fond une mosaïque d’images évoquant le futur : robots, images suggérant des expériences scientifiques, lignes de code etc.  Sur l’une se dégage le titre « Future is Coming », sur l’autre « #Humain Demain », en lettres capitales. Surprenant cette appétence pour le futur envahissant la ville, non ? Continuer la lecture de 2018 ♦ Quai des savoirs vs TBS (affiches expo) 

2018 ♦ alambics en cuivre (objet)

Alambics traditionnels en cuivre et outils de distillation exposés fièrement dans un magasin de cosmétiques parisien

L’essence de la vie : le rôle bénéfique de l’alambic pour notre santé et notre bien-être

(par Nathalie POUDEROUX, Cnam Magister 2018)

On découvre parfois dans les boutiques de cosmétiques d’anciens alambics en cuivre, témoins de l’ancestrale création de nos essences naturelles aux mille et une vertus vers lesquelles on semble tous se retourner.

On parle souvent d’un retour à la nature comme si celle-ci paraissait avoir été perdue par la civilisation moderne au profit des innovations industrielles et des évolutions technologiques. Pourtant, les nombreuses scénographies sur le thème de la chimie dans les magasins de cosmétiques ne sont pas rares. J’ai immortalisé en guise d’exemple le mur d’un magasin de cosmétiques garni d’étagères sur lesquelles trônent des alambics traditionnels en cuivre de formes et de tailles variées ainsi que d’autres outils de distillation comme des pots en cuivre. Ce magasin possède son propre laboratoire, ce n’est pas le seul ! Ces curiosités et mon intérêt pour les produits naturels m’ont conduit à tenter d’expliquer pourquoi l’alambic est valorisé pour témoigner de l’omniprésence de la nature dans notre société et dans nos progrès scientifiques. Continuer la lecture de 2018 ♦ alambics en cuivre (objet) 

2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché)

photo de la Grande Perspective prise le 3 juin 2018 dans les Jardins de Versailles (inauguration le 6 mai 1682)

sciences et techniques au service du pouvoir

(par Jeanne-Thalie DEPRINCE, Cnam Magister 2018)

Le pouvoir a besoin d’être matérialisé, ritualisé pour être ressenti par les masses ; que cela soit par l’intermédiaire d’un trône ou d’un bureau ovale, d’un château ou d’une maison blanche. Et lorsque cette matérialisation fait appel aux sciences et techniques, le rayonnement de ces dernières en est décuplé. Ainsi, le château de Versailles et les jardins sont une concrétisation emblématique du pouvoir du roi Louis XIV. Continuer la lecture de 2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché) 

2017 ◊ L’air du futur selon Nike (publicité)

Cliché pris le 28 juillet à 19h22 à la station Bibliothèque François Mitterrand sur le quai en direction Saint-Lazare.

Vous achèterez bien des runnings avant de crever dans la pollution, non ?

Paris estival et caniculaire le 28 juillet. Ligne 14 du métro, station bibliothèque François Mitterrand aux heures les plus fréquentées, au moment le plus infréquentable. La foule piétine densément devant les parois de séparation en verre entre la plateforme et les voies. Cette surface de protection avec ses portes automatiques offre un espace publicitaire avantageux si l’annonceur veut bien y mettre le prix. Nike y a ainsi fait récemment apposer les affiches de sa campagne pour ses chaussures de sport de la gamme Vapormax®. Avec un choix graphique qui paraît au premier abord un peu étrange. Continuer la lecture de 2017 ◊ L’air du futur selon Nike (publicité) 

2017 ♦ ta mère la terre (chronique radio)

Hier en ouvrant le journal on pouvait lire ceci : avertissement à l’humanité, deuxième mise en garde. Pour le 1er avertissement ils étaient 1700, aujourd’hui 25 ans plus tard ils sont 15000 scientifiques issus de 184 pays […] pour nous dire « Il sera bientôt trop tard ». […] Regarde comme c’est urgent : car en 25 ans, 1,2 Milliards de km2 de forêts ont disparu […]  80% des insectes ont disparu aussi, les 3 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Et ils nous disent : « mais humain qu’est-ce que tu fais ? » Tu es né dans une maison splendide avec un frigo plein et tu la saccages alors que tu es le plus chanceux du monde. La science nous dit la vie est un miracle franchement. Gagner à l’euromillion à côté de la probabilité de la vie est d’une banalité consternante, l’euromillion c’est les doigts dans le nez alors que la vie c’est être sur cette planète qui :
  • Si elle avait été 4% plus près du soleil aurait été une fournaise comme Vénus
  • Si elle avait été 1% plus loin aurait été glacée comme Mars,
  • Si elle avait été plus petite elle aurait perdu toute son atmosphère comme Mercure
  • Si elle avait été un peu plus grosse comme Jupiter, elle aurait retenu une atmosphère d’ammoniac et de méthane irrespirable.

Continuer la lecture de 2017 ♦ ta mère la terre (chronique radio) 

2017 ♦ décoration chez Alinea (objet)

Panneau de décoration murale en métal, vendu dans le magasin de décorations et de mobiliers Alinéa en décembre 2017

Cadeau de Noël pour un « vegan »

(par Morgane PETIT, Cnam Certificat 2018)

Me voici partie, en ce weekend de décembre 2017, à la recherche de cadeaux pour Noël. Chemin faisant, je passe les portes à tambour du magasin de meubles et décorations Alinéa, un endroit où, somme toute, on ne s’attend pas à trouver de la science.

Et pourtant… c’est au sous-sol, dans le rayon libre-service, que je tombe sur cette grande affiche murale en métal (90 cm de hauteur quand même). Mon œil est immédiatement attiré par ces quatre animaux noirs ; une poule, un cochon, un mouton et une vache, qui se découpent nettement sur le fond blanc de l’affiche. Plus étrange encore, leurs corps sont défigurés par des écritures en lettres blanches. Elles sont en anglais, mais je comprends malgré tout leur signification (de haut en bas) : « œuf », « bacon », « laine », « lait ». Continuer la lecture de 2017 ♦ décoration chez Alinea (objet) 

2017 ♦ Rachel Carson (photographie)

Portrait de Rachel Carson par Irving Penn (1951), photographié au Grand Palais le 7 octobre 2017 lors d’une rétrospective consacrée à Irving Penn.

L’appel de la nature

(par Tanit HALFON, Cnam Certificat 2018)

Une femme d’un certain âge observe les visiteurs se pressant au Grand Palais. Attirée par son regard triste, je m’arrête pour contempler ce portrait en noir et blanc d’Irving Penn. Immortalisée en 1951, la photographie de Rachel Carson était exposée au Grand Palais lors de la rétrospective consacrée au photographe, du 21 septembre 2017 au 29 janvier 2018. Avec pour légende : « Rachel Carson, biologiste marin et zoologiste, a lancé une mise en garde contre l’emploi massif du pesticide DDT. Son ouvrage Printemps silencieux (1962) est à l’origine du mouvement écologiste moderne. » Si Rachel Carson m’est inconnue, les mots « pesticide » et « mouvement écologiste » n’ont jamais été autant d’actualité. Continuer la lecture de 2017 ♦ Rachel Carson (photographie) 

2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)

Campagne Publicitaire TSF JAZZ – Print – Avril 2017 – Photo : Vincent DIXON (photo issue d’un des trois visuels disponibles)

le jazz comme expression de notre humanité créatrice à travers la nouvelle campagne publicitaire de la radio TSF JAZZ.

par Vera sur Si tu savais STS

Studio d’enregistrement, trompette posée au sol, micro en attente. Au centre de la photo en noir et blanc, un robot à l’air dubitatif est assis sur une chaise. Objet étrange que cet humanoïde dans ce décor. Cette intelligence artificielle saura-t-elle faire preuve de créativité et trouver l’inspiration ?

La radio française spécialisée en jazz a déjà sa réponse : « It’s a human thing. »

A l’heure où les algorithmes et les big databases permettent de créer des titres de musique au succès quasi garanti, TSF Jazz rappelle ici que ce courant musical est fait d’humanité et ne peut être la création d’un robot. Deux questions se posent alors : la première, concernant la représentation du jazz dans la création musicale, la seconde,  l’impossibilité pour une intelligence artificielle de pouvoir créer.

Le jazz est difficile à définir. Courant musical aux multiples sous genres, loin des compositions de musique classique qui doivent être jouées de façon rigoureuse et précise, il laisse une part importante à l’interprétation et à l’improvisation. Continuer la lecture de 2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité) 

2016 ◊ AnthropoScène (festival)

Le théâtre du Grain, le projet ARTisticc et le collectif INFLEXION présentent

ANTHROPOSCÈNE*
Arts, sciences et politique
du 8 au 11 juin 2016 au Maquis à Brest

Des crapahutages sur des îles à marée basse, un environnement sans plastique, des huîtres qui dansent, des marches performatives, une inondation, une agora, une campagne océanographique, une cantine, du covoiturage… ; nous proposons quatre jours de réflexion et de pratique


pour questionner l’échange entre scientifiques et artistes,
pour élaborer un terrain commun,
pour mutualiser les efforts de leurs recherches respectives,
pour poser des actes artistiques et scientifiques avec une résonance politique,
pour questionner les représentations du Monde,
pour chercher ensemble à imaginer d’autres possibles.

plus de détails ici

2015 ◊ le tennis augmenté (publicité)

le tennis augmente

Tennis augmenté ? … bigre !!!

Depuis quelques jours fleurissent sur les espaces publicitaires du réseau des transports parisiens plusieurs affiches de celle présentée ci-dessus. Sous son titre « le tennis augmenté » figurent tour à tour chacune des stars mondiales du tennis. Le qualificatif « augmenté », habituellement accolé au mot « homme » semble ici pourtant un peu étrange. Mais pourquoi pas… Après tout, l’un des champs d’application des technosciences en dehors du domaine militaire est bien le matériel sportif pour la haute compétition. Les nanomatériaux y sont testés, les pratiques éprouvées avant de finir en innovations commerciales pour la consommation de masse.

Cette affiche publicitaire pose néanmoins bien d’autres questions, renvoie à des images plus ou moins ambiguës sur le rôle que tiennent les technosciences aujourd’hui dans la fabrication de nos imaginaires. Richard Gasquet n’a-t-il pas sur cette affiche un faux air d’homme bionique ou même valant 3 milliards ? N’est-il pas dit ici qu’au-delà du tennis il est évident que l’excellence et la performance ne sont désormais  possibles qu’à condition de recourir aux techniques d’augmentation des capacités humaines ? … A prendre le temps de la réflexion, cette image renvoie assurément à bien des interrogations plus ou moins subtiles, à bien des interprétations de sens derrière l’intention première des créatifs de nous inciter à venir voir s’affronter sur le court les monstres sacrés du moment. Vous avez des questions ou des interprétations à suggérer ? Indiquez-les s’il vous plaît dans le fil des commentaires !

2015 ♦ Paris Match (couverture)

Couverture du magazine Paris Match, n° 3463, octobre 2015.

peut-on agir pour nos enfants ?

[par Béatrice PARISI, Certificat CNAM Paris]

La couverture de ce numéro 3463 de Paris Match présente une photographie de la famille princière à l’aquarium du Musée Océanographique de Monaco. L’accroche annonce : avant la conférence sur le climat, l’appel de la terre du Prince Albert « Il faut agir pour nos enfants » Continuer la lecture de 2015 ♦ Paris Match (couverture) 

2015 ■ Stop plastic pollution (street art)

RAEMANN Street art deviant_2015
Impression photographique sur papier – affiche murale collée – angle de la Kopernikusstraße et Libauer Straße (Berlin) – attribuée au groupe Raemann (2015) – 120 x 80 cm env.
Street art déviant

(par Michel LETTE, Cnam Paris, 2015)

Ce cliché a été pris le 6 août 2015 dans Berlin, à l’angle de la Kopernikusstraße et de la Libauer Straße. Il cadre une affiche murale, totalement délavée par la pluie, noyée dans une composition de graffitis et de tags s’étalant du sol au plafond. Impossible de l’ignorer pourtant. L’image, intrigante, interpelle forcément la multitude des passants.

L’impression photographique sur papier collé à même le mur est une des techniques employées par les artistes d’art de rue –  « street art » – une des formes d’expression culturelle qui s’est largement répandue à Berlin. Agglomération en perpétuelle transformation depuis la chute de son mur en 1989, elle offre à ces artistes contemporains des espaces particulièrement adaptés à ce type de créativité. Les réhabilitations, opérations de rénovation ou de réaffectation d’anciens sites industriels font exister autant de zones en transition, multipliant les opportunités de créer de véritables galeries d’art en plein air. Tout est support potentiel pour une transformation temporaire ou éphémère de l’environnement urbain : façades et entrées d’immeubles, conteneurs de poubelles et palissades de chantiers, lampadaires et mobiliers urbains, et même toits et trottoirs sont habillés (ou souillés, c’est selon) par les pinceaux ou rouleaux de peinture, les bombes et vaporisateurs, les pochoirs et posters, les collages et bandes adhésives, les marqueurs et autres moyens non conventionnels de création aux antipodes de l’art traditionnel des musées et galeries. Quelques artistes de rue sont néanmoins devenus célèbrent et se vendent plutôt bien. Ils sont désormais nombreux à s’exposer et à répondre à la commande officielle, témoignant de l’évolution des canons de l’art contemporain. Continuer la lecture de 2015 ■ Stop plastic pollution (street art) 

2015 ♦ la COP21 selon Liam Gillick (installation)

L’inaccessible message de Liam Gillick

(par Alexandre Ben Othman, Cnam Magister 2018)

Le changement climatique est un problème majeur pour notre planète. En effet, notre surpopulation et nos méthodes de production ont de plus en plus d’impact sur l’environnement et l’écosystème global, engendrant de nombreux effets néfastes tels que :  les catastrophes “naturelles” ayant de plus en plus d’ampleur au niveau mondial, la disparition d’espèces animales et végétales, la pollution des océans, rivières, fleuves et autres points d’eau, des records de températures atteints d’année en année … Continuer la lecture de 2015 ♦ la COP21 selon Liam Gillick (installation) 

2015 ■ Mobile Lovers (graffe)

Mobile Lovers graffe de Banksy
« Mobile Lovers », tag découvert à Clement Street à Bristol (UK) et reconnu par Banksy
Cet objet chéri qui nous veut du bien

(par Jérôme GAZEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Angleterre, 15 avril 2014, comme bien d’autres dans la bouillonnante banlieue de Bristol, éclot sur une vieille porte condamnée, un graffe. Le lendemain, Banksy, le célèbre et énigmatique tagueur anarchiste britannique, figure emblématique de la contestation griffant sur les murs les dérives de la science, des techniques et de la société, le reconnaît sur son site officiel. Continuer la lecture de 2015 ■ Mobile Lovers (graffe) 

2014 ♦ The Imitation Game (film)

imitation-game-poster
Affiche du film « The Imitation Game », version UK, 2014.
Alan Turing, Prométhée de l’intelligence artificielle ?

(par Loïc PETITGIRARD, HT2S CNAM Paris, 2015)

Un homme de dos devant une machine étrange, un titre qui l’est tout autant – “The imitation game” (le jeu de l’imitation) – le tout suggérant une première question : qui de l’homme ou de la machine imite l’autre ? La lumière du plafonnier accentue ici un peu plus ce face à face entre la tête de cet homme doté d’un cerveau et cette machine formée de ses rouages. Quelques minutes de plongée dans le film suffisent néanmoins à nous livrer une première réponse : l’homme anonyme de l’affiche veut réaliser une machine qui “pense”, et plus précisément une machine qui imite l’homme qui pense. “The imitation game” est un biopic sur le mathématicien et logicien britannique, Alan Turing, inventeur d’une machine destinée à décrypter les codes secrets Allemands durant la Seconde guerre mondiale.

Ne pas mentionner le nom de Turing, ni dans le titre, ni sur l’affiche, est significatif : il ne s’agit pas seulement de romancer la vie et l’œuvre d’un génie, mais d’inviter à un voyage dans le temps, à une archéologie des machines que nous appelons aujourd’hui “ordinateur”. L’objet du film est autant l’homme Turing, la machine à décrypter, qu’une interrogation sur les rapports que nous entretenons (hier comme aujourd’hui) avec ces ordinateurs, conçus pour calculer, très vite, et pour penser… tout au moins dans le sens des propos de Turing. Continuer la lecture de 2014 ♦ The Imitation Game (film) 

2014 ■ Zone sur écoute (street art)

oreille_butteauxcaille_orange
Photo d’une des oreilles (zone sur écoute) du duo d’artistes: Urban Solid prise dans le quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris au printemps 2014. Ici cliché en provenance de instagram : http://tofo.me/p/757727916227554552_1405067298
– « Mur, que vous avez de grandes oreilles ! »
– « C’est pour mieux vous entendre … »

(par Corinne Burlaud, Cnam Paris, 2015)

Cette « maxi-oreille » d’un orange vif et sa légende « zone sur écoute », collées sur une façade d’un immeuble du quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris, ont été prises en photo au printemps 2014. Véritable appendice sortant littéralement du mur, cette sculpture envahit de façon irrévérencieuse l’espace public ouvrant un dialogue inattendu avec les passants.

Déambulant dans une métropole comme Paris, qui n’est pas déjà tombé sur un tag, un graffiti, un pochoir, un collage etc. ? Cette forme d’expression culturelle, le Street Art, ne date en effet pas d’hier. Son émergence remonte en France au milieu des années 1960. Ernest Pignon-Ernest installe alors un parcours de pochoirs sur le plateau d’Albion (Vaucluse) afin d’alerter les citoyens de l’installation de la force de frappe atomique sur leur territoire : une performance artistique assurément militante face au déploiement de la technologie nucléaire. Depuis, le Street Art s’est répandu et diversifié, tant sur la forme que sur le fond : les possibilités sont infinies. Même si certains artistes renommés s’exposent au musée ou en galerie, le Street Art s’exprime avant tout dans les rues ! Ces artistes, honnis ou admirés, investissent la plupart du temps l’espace public en toute illégalité. En France, les tags, les graffitis et autres inscriptions non autorisées sont considérés comme des actes de vandalisme. Les peines encourues peuvent être des amendes s’élevant jusqu’à 4000 euros et des travaux d’intérêt général. Certes pratiquer le Street art est une transgression, mais il permet à l’artiste de faire de la rue un musée « à ciel ouvert », de s’adresser directement au passant : « Monsieur tout le monde ». Continuer la lecture de 2014 ■ Zone sur écoute (street art)