Archives pour la catégorie 20ème

1953 ♦ Objectif Lune (bande-dessinée)

Tournesol
Les aventures de Tintin, Objectif Lune, extrait page ?? (Casterman édition)
Tournesol, un scientifique dans la Lune ?

(par Quentin HOFFER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Paris, juin 2015)

Zouave (n.m.) : (Familier) (Péjoratif) Individu excentrique.

  • Par ex : Faire le zouave.

Seizième album des Aventures de Tintin, Objectif Lune est d’abord publié dans Le Journal de Tintin sous forme de feuilleton entre 1950 et 1953, avant de connaître une édition couleur sous forme d’album indépendant en 1953. C’est également l’album incluant le plus d’éléments scientifiques.

La réputation internationale des Aventures de Tintin n’est plus à prouver. Avec 24 albums vendus à plus de 230 millions d’exemplaires et traduits dans 90 langues, une série animée et plusieurs adaptations au cinéma, le reporter et ses acolytes ont intégré la culture populaire mondiale.

Tryphon Tournesol, un des personnages secondaires parmi les plus importants de l’univers de Tintin, n’est pas représenté par Hergé comme le savant fou archetypal incarné par les docteurs Moreau et Frankenstein. Inventeur de génie, tout au plus est-il fantaisiste et étourdi. Il est ainsi capable, dans Le Trésor de Rackham le Rouge, de construire un sous-marin d’exploration seul dans son atelier, mais aussi de se fier à la pseudo-science en se pliant aux indications de son pendule de radiesthésie. Un gentil farfelu aux capacités intellectuelles au-delà de la moyenne, en somme. Continuer la lecture de 1953 ♦ Objectif Lune (bande-dessinée) 

1948 ♦ École nationale supérieure d’électrotechnique et d’hydraulique de Toulouse (affiche)

Ecole Electrotechnique et hydraulique

L’École Nationale Supérieure d’Électrotechnique et dHydraulique de Toulouse saffiche !

(par Nathalie RUDLOFF, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Toulouse, 2015)

« Les affiches ont lobligation, du haut de leur mur, dasséner un coup de poing dans l’œil du passant distrait. Laffiche doit parler à tous les passants par elle-même, sans le secours daucun mot, daucun texte » (Mauzan 1923)

L’histoire de la grande servante moderne qu’est l’électricité est riche de repères : pendant des siècles, dans de nombreux pays du monde, les chercheurs et les savants ont patiemment rassemblé leurs observations, leurs théories, leurs initiatives ; elles furent confrontées, coordonnées, puis exploitées. Les Pyrénées devinrent une sorte d’immense laboratoire, et leurs richesses hydrauliques en lacs et en torrents allaient permettre à des hommes audacieux d’étudier, de créer, de poser les premiers jalons d’une nouvelle industrie. Continuer la lecture de 1948 ♦ École nationale supérieure d’électrotechnique et d’hydraulique de Toulouse (affiche) 

1943 ■ Ravage (roman)

ravage
Extrait du livre de René BARJAVEL « Ravage » paru en 1943.

 

L’utopie contrariée des technosciences

(par Asta Sibide, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

« L’humanité ne cultivait presque plus rien en terre. Légumes, céréales, fleurs, tout cela poussait à l’usine, dans des bacs.

Les végétaux trouvaient là, dans de l’eau additionnée des produits chimiques nécessaires, une nourriture bien plus riche et plus facile à assimiler que celle dispensée chichement pas la marâtre Nature. Des ondes et des lumières de couleurs et d’intensités calculées, des atmosphères conditionnées accéléraient la croissance des plantes et permettaient d’obtenir, à l’abri des intempéries saisonnières, des récoltes continues, du premier janvier au trente et un décembre.

Continuer la lecture de 1943 ■ Ravage (roman) 

1937 – L’inauguration du Palais de la Découverte

Science(s) en action

(par Diane Masclary, 2014)

MASCLARY_diane Extrait 1937 Palais de la decouverte
Extrait d’un article paru le 17 juillet 1937 dans le quotidien « l’Humanité » , organe central du Parti Communiste

Le titre initial de cet article du quotidien « l’Humanité » paru le 17 juillet 1937 invite à la balade. « Visitons le palais de la découverte » écrit G. Vigué. L’originalité réside dans la qualité de cet auteur ; il n’est pas journaliste mais agrégé de l’université et c’est hors de son amphithéâtre et de son parterre d’étudiants captifs, qu’il s’adresse au grand public, ciblant à travers l’organe quotidien du Parti Communiste les classes populaires et ouvrières. En 1937, l’Humanité comptabilise un tirage de 300 000 exemplaires. G. Vigué y endosse le rôle de passeur de savoir, à l’instar du médiateur d’aujourd’hui. Le fait est nouveau ; Les chercheurs, les scientifiques étaient jusque-là enfermés dans leur laboratoire, leur « tour d’ivoire », ne s’adressant qu’à des publics avertis. Mais l’environnement a changé. La période est marquée en France par de profonds bouleversements politiques et sociaux. Après les ravages de la grande guerre, les intellectuels du monde entier se mobilisent pour la paix et tentent de faire partager des valeurs fondées sur un esprit de raison. Universitaires et chercheurs affirment la nécessité d’organiser et professionnaliser la recherche scientifique. Ils veulent aussi montrer qu’il est possible de mettre la science à la portée de tous car c’est un moyen avec la culture de lutter « contre l’aliénation de l’homme. » Ils revendiquent également pour la science une place au sein du gouvernement.

Continuer la lecture de 1937 – L’inauguration du Palais de la Découverte 

1934 – Tho-Radia (publicité)

Tho Radia 1934

La science radieuse

(Par la promotion de la Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM 2014)

La publicité est un puissant vecteur de diffusion des représentations populaires. Elle contribue aussi largement à les forger. À ce titre, la science est un excellent candidat pour pourvoir aux besoins de l’entreprise publicitaire. Sous couvert de promotion de ce qu’elle a à vendre, elle convoque la science, ou du moins certains de ses aspects. Elle cultive de cette façon l’association de son objet avec les notions positives de modernité, d’innovation ou de progrès. La publicité alimente en permanence l’espoir d’une science et de techniques toujours plus performantes et sophistiquées, répondant aux besoins, réels ou fantasmés, du public. Au demeurant, s’est là sa fonction principale : inviter le consommateur à s’identifier au produit tout en partageant ce qu’il véhicule de significations les plus positives. La science comme valeur, gage de progrès ou de qualité fait dès lors l’objet de traitements les plus variés. Elle est mise scène, en image, en situation de délivrer discours et messages. Les liens avec la science cependant peuvent parfois paraître bien étranges à quelques années de distance. Le présent document en est un bel exemple, évoquant la question des risques sanitaires et des dangers auxquels les consommateurs peuvent être soumis au prétexte d’une promesse d’amélioration de leurs conditions d’existence.

Continuer la lecture de 1934 – Tho-Radia (publicité) 

1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale)

Buste_E-Livet-d60b5
Inauguration du buste d’Eugène Livet le 8 janvier 1933 à Nantes, fondateur de l’École national professionnelle (carte postale, Saby éditeur) – Archives Lycée Livet
L’enseignement technique mis sur un piédestal

(par Prisca GNAEDIG, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes 2015)

La scène se passe le 8 janvier 1933 : on inaugure à Nantes le monument sur lequel repose le buste d’Eugène Livet, personnalité locale et figure de l’enseignement technique en France. Cette inauguration résulte d’une volonté politique de la Ville et du don par l’association des anciens élèves du lycée Livet (Amicale Nationale des Nant’z’Arts) du buste de Livet, copie d’un premier réalisé par Charles-Auguste Lebourg à l’occasion du cinquantenaire de l’École nationale professionnelle (ENP) en 1894.

On se trouve sur l’ancienne place Notre Dame, rebaptisée place E. Livet en 1913 peu après sa mort (sur proposition du Maire P. Bellamy) : la commémoration de 1933 est donc une nouvelle marque d’attention à Livet dans ce lieu de mémoire.

Sont présents le sous-secrétaire d’État à l’enseignement technique, H. Ducos, le directeur de l’ENP, R. Bayle, quelques élus locaux ainsi que des anciens élèves et élèves de l’époque de l’établissement. Continuer la lecture de 1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale) 

1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre)

L’optimisme candide des technosciences

(par Matthieu LEFRANCOIS, Magister Médiation socioculturelle sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Un bâtiment gris et trapu de trente-quatre étages seulement. Au-dessus de l’entrée principale, les mots : CENTRE D’INCUBATION ET DE CONDITIONNEMENT DE LONDRES-CENTRAL, et, dans un écusson, la devise de l’État mondial : COMMUNAUTÉ, IDENTITÉ. STABILITÉ.
L’énorme pièce du rez-de-chaussée était exposée au nord. En dépit de l’été qui régnait au-delà des vitres, en dépit de toute la chaleur tropicale de la pièce elle-même, ce n’étaient que de maigres rayons d’une lumière crue et froide qui se déversaient par les fenêtres. Les blouses des travailleurs étaient blanches, leurs mains, gantées de caoutchouc pâle, de teinte cadavérique. La lumière était gelée, morte, fantomatique. Ce n’est qu’aux cylindres jaunes des microscopes qu’elle empruntait un peu de substance riche et vivante, étendue le long des tubes comme du beurre.
— Et ceci, dit le Directeur, ouvrant la porte, c’est la Salle de Fécondation.
Au moment où le Directeur de l’Incubation et du Conditionnement entra dans la pièce, trois cents Fécondateurs, penchés sur leurs instruments, étaient plongés dans ce silence où l’on ose à peine respirer, dans ce chantonnement ou ce sifflotement inconscient, par quoi se traduit la concentration la plus profonde. Une bande d’étudiants nouvellement arrivés, très jeunes, roses et imberbes, se pressaient, pénétrés d’une certaine appréhension, voire de quelque humilité, sur les talons du Directeur. Chacun d’eux portait un cahier de notes, dans lequel, chaque fois que le grand homme parlait, il griffonnait désespérément. Ils puisaient ici leur savoir à la source même. C’était un privilège rare. Le D.I.C. de Londres-Central s’attachait toujours à faire faire à ses nouveaux étudiants, sous sa conduite personnelle, le tour des divers services. […] Continuer la lecture de 1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre) 

1931 ♦ Plombières-les-Bains (publicité)

Jean_d_Ylen_Plombières

La fièvre thermale

(par Claire SANCHEZ, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM, 2015)

Affiche de publicité pour les cures thermales de Plombières-les-bains, cette illustration de Jean d’Ylen a été éditée en France en 1931 par l’agence publicitaire Vercasson. Les origines du thermalisme remontent à l’antiquité, avec l’édification de thermes romains. Réputés pour leurs vertus thérapeutiques, ces thermes sont devenus populaires dans toute l’Europe, avec un tournant décisif d’amélioration des infrastructures au 18e siècle. Mais c’est autour de 1850 que le thermalisme a pris réellement son envol en France avec sur tout le territoire l’édification d’établissements prestigieux, sous l’impulsion de Napoléon III. Devenues un véritable phénomène de la haute société, les cures thermales sont prescrites par les médecins pour le traitement de toutes sortes de maux, des rhumatismes aux problèmes intestinaux. Néanmoins, au lendemain du crash économique de 1929, cet engouement connait un certain fléchissement, avec l’arrêt de la dynamique des investissements. Cette affiche publicitaire aspire donc vraisemblablement à renverser cette tendance, en ressuscitant l’intérêt de la bourgeoisie pour les cures thermales. Continuer la lecture de 1931 ♦ Plombières-les-Bains (publicité) 

1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative)

Plaque_Scott_de_Martinville,_9_rue_Vivienne,_Paris_2
Plaque commémorative en l’honneur d’Édouard-Léon SCOTT DE MARTINVILLE au 9 rue Vivienne dans le IIème arrondissement de Paris. (Photo : By Wikimedia Commons / Mu (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons)
Un amateur de science au 19ème siècle

(par Christophe BOURRIAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Gravé sur les murs du monument où sont conservés les oeuvres de la littérature et des sciences, il sera l’objet, nous en prenons ici l’engagement solennel, de l’immortel respect du peuple de Paris. ». Le 15 novembre 1929, un conseiller municipal clôture par ces mots le discours inaugural de la plaque à la mémoire d’Edouard-Léon Scott de Martinville. Elle est apposée sur les murs de la Bibliothèque Nationale au 9 de la rue Vivienne dans le IIe arrondissement de Paris. À ce numéro, se dressait la maison dans laquelle il mourut le 26 avril 1879.

Continuer la lecture de 1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative) 

1927 – Metropolis (film)

La fusion de l’être et de la machine

metropolis10
Fritz Lang (1927) Metropolis (version restaurée 2001), Kino Lorber Inc. – durée : 2h28 [séquence à 1h27]
(par Michel Letté, Cnam, mars 2013)

Metropolis est un film expressionniste allemand de science-fiction réalisé en 1927 par Fritz Lang. Tout en musique philarmonique, le film est muet et en noir et blanc. Le scénario a été écrit par Lang et sa femme, Thea Von Harbou. Il a été l’une des premières superproductions de l’histoire du cinéma mais aussi un échec financier. Il fut néanmoins le premier film inscrit en 2001 par l’Unesco au Registre de la Mémoire du monde.

Continuer la lecture de 1927 – Metropolis (film) 

1922 ♦ l’automobile populaire (affiche)

Affiche pour l’Enquête nationale de l’automobile populaire menée par la Compagnie Michelin en 1922

Sondage mené par la Compagnie Michelin en 1922 pour le déploiement d’un nouveau concept : l’automobile populaire

(par Antonella CAVANNA, CNAM 2018)

Ce document est exposé au musée « L’aventure Michelin » de Clermont-Ferrand. Il s’agit d’une affiche publique diffusée en 1922 sur la France entière, par la manufacture des pneumatiques Michelin. Elle s’intitule « Enquête nationale de l’automobile populaire ». Elle lance un appel au peuple français afin de répondre à une enquête publique. Avec ce sondage, la manufacture des pneumatiques Michelin cherche à cerner les attentes des usagers vis-à-vis de l’automobile. Précurseur, Michelin annonce la volonté de démocratiser l’automobile pour relancer l’économie. Des milliers de questionnaires sont diffusés à travers la France. Continuer la lecture de 1922 ♦ l’automobile populaire (affiche) 

1909 ▪ Traversée de la Manche par Blériot (presse)

2014-06-09_102654
Première page du quotidien Le Matin le 26 juillet 1909 sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k569134s.langFR

Quelle extraordinaire aventure humaine, vue par le journal Le Matin !

(par Claire Bigeault, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Toulouse, juin 2014)

Quelle extraordinaire aventure humaine ce 25 juillet 1909 !

En ce matin du 26 juillet les vendeurs de journaux de rue crient « Blériot a traversé La Manche en aéroplane! Achetez Le Matin ! Des photos exceptionnelles » !
Quel remarquable « jour de fête de la science et de l’histoire donné par la France » !
Jour de fête populaire ! 2000 personnes étaient à 4h30 aux Baraques à côté de Sangatte, ce dimanche 25 juillet au départ pour encourager ce futur héros !
C’est le journal britannique Le Daily Mail, initiateur de cet exploit. Lord Northcliffe, directeur de ce journal avait annoncé le 5 octobre 1908, offrir une prime de 1000 livres ou 25 000 francs à tout aviateur traversant la Manche avant la fin de l’année 1909. Quelques conditions étaient imposées : voler entre le lever et le coucher du soleil, prévenir le journal britannique 48h avant l’exploit.
Un autre concurrent Hubert Latham a tenté 4 jours auparavant, le 19 juillet. Malheureusement il échoue 2 fois, dont la dernière dans la Manche à quelques 500 m des côtes anglaises.
C’est dans ce contexte que Louis Blériot arrive aux Baraques le 24 juillet avec M. Leblanc et toute son équipe. En cette veille de record, ce pilote, surnommé, roi de la casse, est blessé à la jambe par une brûlure d’huile de moteur et ne peut marcher qu’avec des béquilles.
Le temps n’est pas clément. Il profite d’une accalmie pour s’envoler.

Continuer la lecture de 1909 ▪ Traversée de la Manche par Blériot (presse) 

1909 – Le salon aéronautique

02_01
Affiche créée par Edouard Montaut (1909) – dim. 57.5 x 79.3 cm. impr. Mabileau et compagnie

Le salon aéronautique, une émotion technique

(par Sandrine Balza, Licence médiation culturelle, avril 2014)

1909 : l’époque des aventuriers, des prix et des meetings aériens qui galvanisent les foules. Des records de distance, vitesse et durée de vol sont homologués. Santos – Dumont, Farman, Blériot, Latham marquent les esprits. Des constructeurs de génie améliorent les machines volantes. Cette émulation pousse vers l’audace. Ainsi, Blériot le 25 juillet 1909 à son arrivée à Douvres après la traversée de la Manche, alors qu’il ne sait pas nager, est salué en véritable héros populaire. L’évènement a un retentissement mondial. L’homme savoure son exploit. Son avion, le Blériot XI, est exposé à Paris devant la façade du journal « Le matin ». Fin 1909, il  rejoindra  le musée des Arts et Métiers, musée vivant, ouvert aux progrès techniques les plus récents. Les prouesses intriguent, elles font rêver.

Continuer la lecture de 1909 – Le salon aéronautique 

1908 ♦ Le Familistère de Guise (carte postale)

FamilistA-re-guise.jpg-3_diaporama_main
Le Familistère : un phalanstère pour les familles ouvrières – Vue du Familistère de Godin, à Guise – Carte postale – vers 1905-1908, Paris, BNF.
Le familistère de Guise… une utopie réalisée « au poêle »

(par Estelle LEONARD, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Plongeons en l’an 1908. En France, plusieurs gros-titres ont fait la Une. Le quotidien Les Echos a fait paraître sa première, le régime local est né en Alsace et Moselle. Le 18 mai, le Pourquoi Pas, navire d’exploration polaire du commandant Charcot, est lancé à Saint-Malo. Mais à l’autre bout du monde, des exécutions se déroulent en Indochine, et les cartes postales relatant cet évènement arrivent en France. D’ailleurs, cela fait une cinquantaine d’années que la carte postale circule. Ces premières cartes étaient des cartes commerciales en papier glacé, pouvant circuler à découvert car l’administration des postes l’avait admis en 1856. Enfin… on ne connaît pas vraiment la date officielle de l’invention de la carte postale puisque les vexations franco-germaniques ont monté en épingle l’existence d’un inventeur antérieur à un autre… Bref. Continuer la lecture de 1908 ♦ Le Familistère de Guise (carte postale) 

1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument)

Monument_à_Levassor_1907
Émile Levassor et le « Monument de l’automobiliste » par Jules Dalou érigé en 1907 – actuellement au square Alexandre-et-René-Parodie.
La course au progrès

(par Maïté CARRIVE, Licence CNAM Paris, 2015)

Place de la porte Maillot ; Un flot de voiture incessant ; Un bruit assourdissant. Coincé entre le périphérique et les grands boulevards, le square Alexandre-et-René Parodi apparaît comme un îlot de verdure qui contraste avec le gris des grandes artères routières. Pour y accéder, il faut emprunter un passage souterrain.

Parmi les allées désertes bordées de bancs se dresse un cadre de pierre richement orné. A l’intérieur du cadre, c’est l’effervescence. Pierre Giffard, directeur du Petit journal est là, au bras de sa femme, pour saluer l’exploit. Derrière, la foule est venue acclamer l’arrivée triomphale d’Emile Levassor au volant de son bolide, La Panhard. Penché en avant sur son « automobile sans chevaux », le visage déterminé, il vient de franchir l’arrivée de la course historique Paris-Bordeaux-Paris, en un temps record de 48 heures et 47 minutes. Sa femme, Louise, un pichet d’eau à la main, se précipite pour accueillir le héros. Quel exploit ! Une moyenne de 24 km/h avec des pointes à 30 km/h….. La scène se déroulait au printemps 1895. Continuer la lecture de 1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument) 

1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture)

chicotot
L’auto-portrait d’un des pionniers de la radiothérapie : le docteur Georges Chicotot

Naissance de la Radiothérapie à l’hôpital Boucicaut

(par Dominique Pareyn, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

La Science suscite souvent des espoirs et des craintes : espoirs de bienfaits, craintes d’applications incontrôlées à des fins néfastes. Elle peut solliciter la curiosité ou au contraire suggérer des sentiments de méfiance. C’est le cas notamment de la découverte et des premières utilisations des rayons X par Wilhelm Röntgen (premier prix Nobel en 1901) en novembre 1895: ce type de rayons est produit par des électrons fortement accélérés sous une haute tension de centaines de kilovolts. Cette découverte est immédiatement médiatisée par la presse, photographies de la main de sa propre épouse Mme Röntgen à l’appui. L’émission de rayons X et leurs comportements étranges (fluorescence) en font rapidement un phénomène de distraction et de spectacle, tout comme l’invention contemporaine des frères Lumière : le cinématographe.

Continuer la lecture de 1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture) 

1906 ▪ Chocolat de Guyenne … vendu dans toutes les pharmacies (publicité)

2007-01-09_235941_4_chocolat_de_guyenne
Bouisset, Firmin. 1906. Chocolat de Guyenne… vendu dans toutes les pharmacies… [affiche]. [S.l.]: [s.n.].
Science et savoirs au service de la stratégie publicitaire

(par Delphine THOMAS, Magistère Cnam, juin 2014)

Affiche de publicité pour le chocolat médicinal de Guyenne, cette illustration de Firmin Bouisset est éditée en France en 1906. À l’heure où les classes ouvrières se réveillent, les Corn flakes® font leur apparition ventant l’importance du petit déjeuner. Dans ce contexte, cette affiche appartient à l’une des dernières campagnes de publicité pour du chocolat médicinal. Depuis le 17ème siècle, et surtout au 19ème siècle, le chocolat est reconnu et utilisé en France comme « confiserie hygiénique ». Nutritif, il permet de « garder la santé », mais il a également la réputation « d’apporter la guérison », en soignant par exemple les maladies vénériennes. Cependant avec le début du 20ème siècle, les modes de consommation évoluent et le chocolat devient une gourmandise. Une telle publicité semble donc vouloir renforcer l’utilisation du chocolat médicinal de Guyenne dont la vente exclusive est réservée aux pharmaciens.

Continuer la lecture de 1906 ▪ Chocolat de Guyenne … vendu dans toutes les pharmacies (publicité) 

1902 ▪ « La catastrophe de la Martinique » (affiche)

extrait journal officiel matinique 1902
Décision nommant une commission chargée de constater l’importance et les progrès de l’éruption volcanique de la montagne Pelée

L’éruption de la Montagne Pelée en 1902

(par Nadia Guerguadj, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

Communiqué de la Commission Scientifique (7 mai 1902)

« La Commission chargée d’étudier les phénomènes volcaniques de la montagne Pelée s’est réunie hier soir, 7 mai, à Saint-Pierre, à l’hôtel de l’intendance, sous la présidence de M. le Gouverneur. Après examen des faits constatés successivement depuis le commencement de l’éruption, la Commission a reconnue :

Continuer la lecture de 1902 ▪ « La catastrophe de la Martinique » (affiche) 

1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme)

Blow-RDO2
E. Doyen filmé par C. Maurice le 9 février 1902

Bistouri & Caméra

(par Robert NARDONE, HT2S Cnam Paris)

Ce photogramme n’est pas seulement l’image d’un exploit chirurgical. Il témoigne de l’émergence du cinématographe dans les salles d’opération et paradoxalement de la naissance d’un nouveau public.

Le 9 février 1902, le chirurgien Eugène Doyen sépare Doodica et Radica, les sœurs xiphopages exposées au cirque Barnum. À la demande de Doyen, l’opération est filmée par Clément Maurice. Doyen est mondialement connu, réputé pour sa rapidité d’exécution. La séance de séparation des soeurs siamoises dure dix minutes. Dix minutes c’est la durée d’un chargeur de caméra. Le chirurgien et l’opérateur se sont concertés pour que l’acte ne dépasse pas le temps imposé par la technique filmique. Tout au long de l’acte Doyen interroge son opérateur afin de s’assurer qu’il reste dans les temps. Clément Maurice est celui qui a organisé la première projection publique des frères Lumière le 28 décembre 1895 au Salon indien du Grand café de l’hôtel Scribe à Paris. Continuer la lecture de 1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme)