Ariane 6 : Du russe Roscosmos à l’américain Amazon

Sanctionné économiquement en février 2022 par l’Europe du fait du conflit russo-ukrainien, Moscou, par la voix de Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos, a décidé de ne plus permettre l’exploitation de son lanceur Soyouz implanté au Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou. Une alternative à cet arrêt catastrophique pour l’institution européenne spatiale semble avoir été trouvée : Amazon, nouveau partenaire.

Le Centre Spatial Guyanais, fer de lance technologique de l’Europe spatiale

Pour rivaliser avec la concurrence internationale et pour se développer techniquement, l’Agence Spatiale Européenne (ASE ou ESA) et l’Agence Spatiale Russe, Roscosmos s’étaient associées en 2002. En effet, le lancement-test concluant du lanceur Soyouz depuis la Guyane, le 21 octobre 2001, avait permis d’envoyer dans l’espace les deux premiers satellites européens Galiléo IOV (In Orbit Validation) à la constellation(1) spatiale dédiée. L’entente avec Moscou, complétant alors l’offre de services de l’ASE, a été actée.

Arianespace SAS est la société française créée pour commercialiser et exploiter les systèmes des lanceurs civils européens : Ariane 5, Soyouz, Véga et prochainement Ariane 6 et Véga C. Elle planifie la mise en orbite des satellites destinés à l’internet de haut débit.

L’ASE et Arianespace SAS en panne de moteurs

Soyouz permettait à la France de rivaliser avec les lanceurs américains de SpaceX, dont le Falcon 9. Il assurait les lancements annuels des quatre « fusées » des institutions européennes ainsi que ceux d’autres clients. Soyouz était l’engin le plus adapté pour ces voyages en orbite basse, soit environ à 600 km d’altitude au-dessus de la Terre (l’équivalent de 2000 Tour Eiffel superposées). Pour assurer ces prestations, Arianespace SAS exploitait le lanceur Soyouz. Avec le conflit russo-ukrainien, ces lancements étaient bloqués.

Les clients des satellites Galiléo, Oneweb(2) et autres européens auraient-ils patienter ?

Coup de théâtre : la plus grande acquisition commerciale de lanceurs de l’histoiredixit Amazon

Désormais les clients peuvent retrouver une place sur le carnet de commande d’Arianespace SAS, aujourd’hui réactivé. En effet, le 5 avril 2022, un nouveau partenariat avec le géant américain de la vente en ligne, Amazon, assure au nouveau lanceur Ariane 6 d’effectuer 18 tirs au lieu des 11 prévus. « Un grand moment dans l’histoire » de la société selon son président exécutif, Stéphane Israël.

« La fourniture de services de lancement de charges lourdes dans le cadre du Projet de la constellation Kuiper » désormais financé par Amazon permettra à l’ASE de mettre en orbite 35 satellites par lancement avec une prévision de 6 tirs par an pendant trois ans.

Amazon, qui diversifie largement le champ de ses activités économiques, a prévu de positionner pas moins de 3236 satellites en 5 ans.

L’aura d’Amazon

Toutefois, Amazon est accusé par des ONG, des députés français et européens, d’évasion fiscale. Par ailleurs, Attac, les Amis de la Terre, Droit au Logement et l’Union Syndicale Solidaire accusent la société américaine d’avoir un impact désastreux sur l’environnement et d’infliger des conditions de travail déplorables à ses salarié.e.s. Le ministère de la Culture et le Syndicat de la Librairie française pointent également Amazon du doigt pour ses pratiques commerciales agressives. Toutes ces accusations ne semblent pas freiner la France et l’Europe dans leur volonté de s’associer avec le géant américain.

La pollution terrestre sera-t-elle reproduite dans l’espace malgré la catastrophe climatique à nos portes ? La volonté de conquête spatiale européenne(3) mettra-t-elle un voile sur ces enjeux ? Peut-on convenir aussi aisément d’une telle collaboration sans entendre les palpitations de la planète ?

Et si le désaccord géopolitique franco-russe avait signé la première guerre … spatiale ?

P. Nathalie DESIREE

 

(1) Zone formée par l’agglutination de satellites mis en orbite

(2) ex WorldVu, mégaconstellation de 650 satellites de télécommunication de 150 kilo circulant sur une orbite basse permettant l’accès à l’internet à haut débit dans les régions mal desservies par les liaisons terrestres. Elle devrait atteindre 6372 satellites selon l’étude en cours

(3) consulter l’article “Algérie et Guyane : Spots de l’histoire du Spatial français” sur   https://lamediacuscitech.wixsite.com/gwankarayib-e-sud/post/algerie-et-guyane-spots-de-l-histoire-du-spatial-francais

 

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-conflit-ukraine-russie-suspend-utilisation-soyouz-depuis-kourou-marque-point-97007/

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/internet-spatial-contrats-geants-d-amazon-avec-trois-lanceurs-dont-ariane-6_162701

 

L’impossible débat public sur le nucléaire

Par Adélaïde Robault (promotion 2022)

centrale nucléaire
©Carol M. Highsmith

 

La décision de construire de nouvelles centrales, annoncée par Emmanuel Macron, s’est fait sans concertation préalable, au grand regret des opposants au nucléaire et des défenseurs de la démocratie participative. Mais un débat sur ce sujet est-il possible ?

 

Le président de la République ne s’est pas embarrassé de consulter l’Assemblée nationale ou les Français avant de dévoiler, le 9 novembre dernier, un plan de relance du nucléaire civil qui prévoit la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, les SMR (small modular reactors, ou petits réacteurs modulaires). Aucun débat public sur la question n’est prévu à ce jour alors qu’il s’agit « d’un choix démocratique majeur engageant les générations futures » a relevé la Commission nationale du débat public (CNDP). Cette instance indépendante, dont la mission est justement d’organiser des débats publics sur des projets qui touchent à l’environnement, s’est poliment mais fermement exprimée sur le sujet dans son avis du 1 décembre 2021. Elle y déplore que « les annonces de la relance ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information ; la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ainsi que l’article 7 de la Charte de l’environnement, de portée constitutionnelle ». En clair, l’exécutif ne respecte pas ses engagements nationaux et internationaux. « Dans tous les cas, la CNDP sera saisie projet par projet comme le prévoit le Code de l’environnement, précise sa présidente, Chantal Jouanno, mais la recommandation du 1 décembre demande un débat public sur la politique générale d’ensemble sur la place et le besoin du nucléaire dans la transition ». Sauf que rien n’oblige le gouvernement à aller dans ce sens et que toute possibilité de consultation citoyenne a tout bonnement été rayée du Plan de programmation pluriannuel sur l’énergie. Affaire réglée donc, dans le dos de la CNDP si on en croit sa présidente qui regrette d’avoir découvert ce tour de passe-passe a postériori.

 

« Chevelus », « khmers verts », les militants antinucléaires sont caricaturés par leurs adversaires

 

Quand bien même un débat public était envisagé, comment l’organiser de manière équilibré, dans de bonnes conditions avec un sujet clivant, technique, idéologique et parasité par de nombreux biais. Chez Sortir du nucléaire, une fédération de 895 associations, on ne veut pas discuter mais arrêter le nucléaire. Le plan de relance a « sonné » les militants. «  Il y a un défaitisme chez les anciens antinuc, c’est compliqué de leur demander de débattre du nucléaire civil, c’est une question qu’on aurait du poser il y a quarante ans mais c’est trop tard, témoigne Angélique Huguin, administratrice du réseau Sortir du nucléaire. Et comment débattre alors qu’on est de la génération « fée électricité », maintenant que toute la population est habituée à l’électricité et que la radioactivité reste invisible ? Comment être audible alors qu’on est caricaturés par certaines figure médiatiques comme Jean-Marc Jancovici, ou traités de gauchistes, de sectaires, de khmers verts ? comment se faire entendre ? voilà ce qui fausse le contexte et la possibilité de la discussion ». La bataille de la communication et de l’image fait rage. « Les youtubeurs qui vont voir l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) croient rencontrer des scientifiques, et nous on est que des chevelus » résume la militante. Sous entendu des hippies idéologues et non des experts dotés d’un argument d’autorité.

 

« Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum »

 

En plus d’exiger un cadre neutre débarrassé des a priori idéologiques et des clichés véhiculés par les uns et les autres, la tenue d’un débat public dépend d’un paramètre essentiel : l’argent. Les associations savent qu’elles auront du mal à rivaliser avec les experts « en blouse blanche » et les industriels concernant les moyens de communication et la possibilité d’effectuer certaines recherches scientifiques pour nourrir les échanges. Quant à la CNDP, elle ne possède qu’un budget de fonctionnement et une équipe de 13 salariés. Le travail de terrain qu’elle effectue sous forme de rencontres, d’ateliers, avec les citoyens volontaires, sur des projets d’infrastructures qui touchent à l’environnement (implantations d’éoliennes, projets de transports,…), est financé par un fond spécial, abondé par les maitres d’ouvrage et les responsables de chaque projet concerné. L’Etat dans le cas du nucléaire. « Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum. Il faudrait une campagne de communication énorme, acheter des espaces, car l’un des enjeux majeurs serait que tout le monde soit informé » précise Chantal Jouanno. Un investissement de taille pour répondre aussi à trois prérequis posés par la CNDP : la transparence de l’information, son accessibilité et sa compréhensibilité. L’information disponible sur le nucléaire répond-elle à ces exigences ? « Le sujet de la transparence est très clivant. On nous renvoie le secret défense ou industriel ce qui crée des tensions et est très mal vécu par le public comme on l’a vu lors du débat sur la centrale de Penly, en 2010, rapporte la présidente de la CNDP. Nous n’avons pas été confrontés à cette difficulté dans le débat sur le plan de gestion des déchets du fait que la Cour des comptes a beaucoup publié sur le nucléaire ». Concernant l’accessibilité de l’information, la CNDP rassemble les données de l’Etat, des associations et de la Cour des comptes. Quant à la compréhensibilité, elle commande des outils de communication (films, etc) pour faire de la pédagogie.

 

Entre bataille de l’image et de communication, enjeux industriels et militaires, débattre collectivement du nucléaire semble hypothétique et les choix politiques en la matière relever du domaine réservé de l’exécutif. A cela s’ajoute le calendrier de 2022 et l’élection présidentielle qui favorise d’avantage les tensions que la sérénité espérée pour confronter calmement les opinions divergentes. L’annonce de la relance de la filière a de facto propulsé le sujet dans la campagne et obligé les candidats à prendre position, ce qui peut être interprété comme une stratégie pour lancer le débat public sans impliquer l’État, lequel se contentera de regarder comment chaque camp s’affronte.

La PAVAC, une innovation réunionnaise

Par Aurélie Brulle (promotion 2022)

Crédit photo de couverture : la1ere.francetvinfo.fr

 

À La Réunion, le programme réunionnais de pêche de prévention fait suite aux programmes CAPREQUINS 1 et 2 avec un même objectif : éliminer les individus de requins tigre ou bouledogue présents dans les zones côtières. Tuer les requins limiterait le risque d’attaques de squales dans les zones d’activités nautiques et de baignade.

La pêche préventive de requins s’effectue avec un filet ou une palangre (drumline), techniques utilisées partout dans le monde (McPhee et al., 2021). La palangre verticale est un fil de pêche avec un appât relié à des flotteurs et maintenue au fond par une ancre (image 1). Cette technique entraîne la capture d’espèces non ciblées, comme les tortues marines ou les dauphins. Ces prises accessoires posent un problème environnemental et éthique, car la majorité des animaux ne survivent pas. Plusieurs techniques ont été testées en Australie pour diminuer ces prises accessoires, comme modifier les hameçons ou ajouter des filets (Sumpton et al., 2010). Cependant, aucune ne semble fonctionner.

Image 1 : palangre verticale classique de pêche aux requins (crédit : Aurélie Brulle).

 

À la Réunion, la palangre verticale a été améliorée par l’ajout d’une innovation technique : le système “Catch-A-Live”©. La palangre verticale avec alerte de capture (PAVAC), ou SMART drumline, permet d’augmenter le taux de survie des espèces non cibles (Guyomard et al., 2019). En effet, le système “Catch-A-Live”© se déclenche dès qu’un animal capturé tire sur l’hameçon de la palangre. Équipée d’un GPS, l’alerte de capture (image 2) permet aux pêcheurs de se rendre rapidement à la palangre concernée pour libérer le plus vite possible les espèces non cibles. À l’arrivée des pêcheurs au niveau de la PAVAC, presque 87% des animaux capturés étaient vivants (cibles ou non), avec de grandes variabilités selon les espèces (Guyomard et al., 2019). Ce résultat est bien meilleur que ceux obtenus avec des palangres classiques en Australie (Sumpton et al., 2011) et en Afrique du Sud (Cliff et Dudley, 2011).

Image 2 : palangre verticaleavec alerte de capture (crédit : www.info-requin.re).

Intéressés par la PAVAC, qu’ils qualifient eux-mêmes d’innovation, les Australiens l’ont testée pendant 2 ans, en Australie occidentale, de 2019 à 2021, sur les grands requins blancs (rapport DPIRD 2021). Plus de 90% des animaux capturés ont été relâchés vivants, confirmant que la technique est efficace, à condition que l’animal soit rapidement retiré de la palangre (rapport DPIRD 2021). Malheureusement, la mesure n’a pas fonctionné pour capturer les grands requins blancs, alors même que des individus ont été repérés à proximité des PAVAC.

 

Comme toute technique, innovante ou non, la PAVAC est source de controverses. Le stress et les blessures engendrées par la capture peuvent affecter la survie des prises accessoires relâchées (Skomal, 2007). En 2020, un programme de marquage acoustique a donc été mis en place à La Réunion, pour vérifier la survie à long terme des animaux relâchés après leur capture par une PAVAC. La mise à mort des requins est de plus en plus controversée à travers le monde (Meeuwig and Ferreira, 2014 ; Gibbs and Warren, 2015). Y compris à La Réunion, où des associations écologistes comme Sea Shepherd luttent pour les stopper. En effet, la mise à mort n’est pas une obligation. Depuis 1989, à KwaZulu-Natal en Afrique du Sud, tous les requins capturés vivants, dont même considérés comme dangereux pour les humains, sont relâchés à distance des côtes, sans augmentation du nombre d’attaques (Cliff et Dudley, 2011).

 

Sources :

Cliff G., Dudley S.F.J. Reducing the environmental impact of shark-controlprograms: a case study from KwaZulu-Natal, South Africa. Marine and Freshwater Research. 2011(62): 700-709.

DPIRD. Results of the non-lethal SMART drumline trial in south-western Australia between 21 february 2019 and 20 february 2021. Fisheries Occasional Publication n°140. Mai 2021. Department of Primary Industries and Regional Development, Western Australia. 48 p.

Gibbs L., Warren A. Transforming shark hazard policy: Learning from ocean-users and shark encounter in Western Australia. Marine Policy. 2015(58): 116-124.

Guyomard D., Perry C., Tournoux P.U., Cliff G., Peddemors V., Jacquemet S. An innovative fishing gear to enhance the release of non-target species in coastal shark-control programs: The SMART (shark management alert in real-time) drumline. Fisheries research. 2019(216): 6-17.

McPhee D., Blount C., Lincoln Smith M., Peddemors V. A comparison of alternative systems to catch and kill for mitigating unprovoked shark bite on bathers or surfers at ocean beaches. Ocean & Coastal Management. 2021(201): 105492.

Meeuwig J., Ferreira L. Moving beyond lethal programs for shark hazard mitigation. Animal Conservation 2014(17): 297-298.

Skomal G.B. Evaluating the physiological and physical consequences of capture on post-release survivorship in large pelagic fishes. Fisheries Management and Ecology. 2007(14): 81-89.

Sumpton W., Lane B., Ham A. Gear modifications and alternative baits that reduce bait scavenging and minimize by-catch on baited drum-lines used in the Queensland shark control program. Proceedings of the Royal Society of Queensland. 2010(116): 23-34.

Sumpton W., Taylor S.M., Gribble N.A., McPherson G., Ham T. Gear selectivity of large-mesh nets and drumlines used to catch sharks in the Queensland Shark Control Program. African journal of marine science. 2011(33): 37-43.

Greffes de reins de porcs : un futur qui a une longue histoire

Ces derniers mois ont été le théâtre de révolutions en matière de greffes dans un contexte de chute de dons d’organes humains. Des organes provenant de porcs ont pu être greffés avec succès à des patients humains. Essayer de greffer des organes d’animaux à des humains est une longue histoire, composée de nombreux échecs. Mais, ces échecs ont permis d’arriver aux victoires d’aujourd’hui.

Durant la fin de l’année 2021 et le début de 2022, plusieurs équipes médicales ont fait des avancées majeures dans la recherche sur les greffes d’organes d’animaux sur l’Homme. Il s’agit de xénogreffes. Le donneur est ici un porc et le receveur un humain. Le 25 septembre et le 21 novembre 2021, une équipe de l’Université de New York a réussi à greffer a un homme en état de mort cérébrale un rein provenant d’un porc génétiquement modifié. Celui-ci a été placé à l’extérieur du corps et connecté à la jambe du patient. Cette technique permet d’observer si le rein produit de l’urine, signe de la réussite de la greffe. Le 30 septembre 2021, une équipe de l’Université d’Alabama à Birmingham a réussi à greffer à l’intérieur d’un corps humain deux reins porcins génétiquement modifiés. Ceux-ci ont été greffé à un homme de 57 ans. Ils ont filtré le sang et produit de l’urine. Puis, le 7 janvier 2022, un homme a bénéficié de la greffe d’un cœur porcin génétiquement modifié. Cette opération a été réalisé par une équipe médicale de l’Université de médecine du Maryland.

Ces xénogreffes interviennent dans un contexte où les listes d’attentes pour des greffes de ne font que grandir. Cela s’est aggravé depuis mars 2020 à cause de la pandémie. Pouvoir greffer des organes issus de porcs élevés pour est source d’espoirs.

Réussir à parer à la défaillance d’un organe humain est un but recherché par de nombreux scientifiques depuis de longues années. Les greffes rénales furent les premières greffes réalisées chez l’Homme. D’abord parce qu’il est possible de vivre avec un seul rein. De plus, la taille des vaisseaux et la fonction de filtration du rein sont faciles à reconstruire. Même si les xénogreffes nous paraissent révolutionnaire aujourd’hui, les premiers reins greffés étaient des reins d’animaux. Le premier à tenter l’expérience fut, en 1906, Mathieu Jaboulay, chirurgien à Lyon. Il greffa un rein de porc sur les vaisseaux du coude d’une jeune femme souffrant d’insuffisance rénale grave. Dans la femme décéda. Ernest Unger retenta l’expérience en 1909 à Berlin. Il greffa deux reins de macaques, d’un bloc, à une jeune fille souffrant d’une maladie rénale en phase terminale. Même si une faible production d’urine fut observé, la jeune fille mourut au bout de 32 heures. Puis en 1913, Schonstadt essaya à son tour. Il greffa un rein de singe japonais sur les vaisseaux du coude d’une jeune fille. Celle-ci mourut au bout de 60 heures. Mais, le rein produisit de l’urine. À partir de ces expériences, les médecins démontrèrent l’absence de survie des organes lors de xénogreffes. L’hypothèse d’une réaction immunitaire à l’origine du rejet des organes germa.

En 1923, Williamson à la Mayo Clinic travailla sur la réaction de rejet. Il mit en évidence les atteintes tissulaires des organes greffés. Il insista sur la nécessité de trouver des donneurs compatibles avec les receveurs. Il proposa les groupes sanguins comme critère de compatibilité. À sa suite, Holman au John Hopkins Hospital démontra que greffer à plusieurs reprises un organe ou un tissu d’un même donneur au même individu provoque un rejet de plus en plus rapide et de plus en plus fort.

Ce n’est qu’en 1933 que les premières greffes entre humains furent réalisées. Le chirurgien russe Yuri Voronoy tenta la première greffe d’un rein issu d’un donneur mort. Il le greffa au niveau de la cuisse d’une femme dont c’était le dernier espoir. Bien qu’une faible production d’urine fut observée, la jeune femme décéda au bout de 4 jours. Voronoy fut le premier à démontrer que la réaction de rejet est bien une réaction immunitaire. C’est en 1950 que Lawler à Chicago greffa à une patiente un rein en lieu et place du rein malade. Mais, la patiente décéda au bout de 60 jours. Le premier succès fut une greffe rénale entre deux jumeaux identiques. Ce sont Murray et Merril qui réalisèrent cela à Boston en 1954. L’identité génétique des jumeaux permit d’éviter que l’organe soit rejeté par le système immunitaire du receveur.

À partir de années 1960, la recherche scientifique aboutit à différentes solutions pour éviter le rejet lors d’une greffe. Il s’agit d’affaiblir le système immunitaire du receveur. Une technique, toujours utilisée, est médicamenteuse. Mais il y a des limites. Les doses de médicaments ne peuvent être trop fortes. Il est donc essentiel que donneur et receveur présente une grande similarité. Bien que les premières greffes ai été réalisé avec des organes d’animaux, les xénogreffes furent abandonnées. En effet, les réaction de rejet étaient bien trop fortes et il n’y avait pas de possibilité de les contrer.

Mais alors, qu’est-ce qui a changé depuis ?

Les xénogreffes réalisées ces derniers mois ont été des succès. Les organes greffés proviennent de lignés de porcs modifiés génétiquement. La première modification vise à supprimer un motif présent à la surface des cellules porcines. Il est composé de deux sucres : alpha-Gal. Le système immunitaire humain le reconnaît comme un danger. Il va alors réagir extrêmement fort et rapidement à ce motif. On parle alors de rejet hyper aigu. L’organe greffé est détruit en quelques minutes. Des scientifiques cherchent à supprimer ce motifs à la surface des organes porcins depuis 1993. Les premières lignées de porcs ne les produisant pas ont vues le jour en 2002. On parle de porcs Gal-KO. D’autres éléments sont reconnus par le système immunitaire humain. Les techniques de génie génétiques ont grandement évoluées ces dernières années. Ainsi, la technique CRISPR-Cas9 permet de créer des lignées porcines ayant plus de dix modifications de leur génomes. Les organes de ces porcs sont bien mieux tolérés par les receveurs humains lors de greffes. Cela est associé à des avancées dans la recherche médicamenteuse. De nouvelles substances permettent de diminuer la réaction du système immunitaire du receveur. Les xénogreffes redeviennent un espoir.

Sources :

https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/don-d-organes/transplantation-d-un-rein-de-porc-sur-un-humain-c-est-un-espoir-majeur-analyse-un-specialiste_4816277.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/don-d-organes/dons-et-greffes-d-organes-l-agence-de-biomedecine-espere-retrouver-cette-annee-le-niveau-d-avant-la-crise-du-covid-19_4673803.html

https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/us-surgeons-successfully-test-pig-kidney-transplant-human-patient-2021-10-19/

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/la-premiere-greffe-d-un-rein-de-porc-chez-l-humain

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003394402008209

https://www.revmed.ch/view/642850/5029603/RMS_117_1632.pdf

https://www.agence-biomedecine.fr/annexes/bilan2016/donnees/organes/06-rein/synthese.htm

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0001407919302298

https://journals.openedition.org/terrain/13610#tocto1n4

https://www.researchgate.net/profile/Beatrice-Charreau/publication/272873864_La_xenogreffe_chez_l’homme_acquis_et_perspectives/links/54f5b9550cf226f2a49dfc41/La-xenogreffe-chez-lhomme-acquis-et-perspectives.pdf

https://www.umms.org/ummc/news/2022/first-successful-transplant-of-porcine-heart-into-adult-human-heart

https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/avis061.pdf

https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2005/03/medsci2005213p302/medsci2005213p302.html

Comment prévoir et gérer une éruption volcanique ?

Eruption du volcan Cumbre Vieja

 

Le 19 septembre 2021, le volcan Cumbre vieja entre en éruption, entrainant le déplacement de plus de 5000 personnes dans les heures qui suivent. Les observations des jours précédents laissaient pourtant présager une éruption dans cette zone volcanique. Malgré une surveillance accrue des scientifiques, ces phénomènes restent en partie imprévisibles. L’exemple du Cumbre Vieja est l’occasion de revenir sur ce que peuvent prévoir les volcanologues et comment est géré le risque volcanique.

Si les volcans ont longtemps été un mystère pour l’humanité, les progrès de la volcanologie depuis la seconde moitié du XXe siècle permettent néanmoins d’avoir une idée des dangers à venir1. Le risque volcanique peut être apprécié par deux principales variables2. La première d’entre elles est l’activité sismique de la zone, c’est-à-dire les tremblements de terre qui témoignent de l’activité souterraine du volcan observé. Ces petits séismes sont appelés « trémors ». Dans le cas de La Palma, plus de 1000 tremblements de cette sorte ont été enregistrés la semaine précédant l’éruption (on parle alors d’essaim sismique)3.

L’autre variable étudiée est la déformation de la terre à la surface provoquée par les mouvements souterrains. Des chercheurs espagnols avaient justement publié une étude sur La Palma en janvier 20214. Grâce à l’analyse d’images satellites, les scientifiques avaient pu mettre en évidence que l’activité volcanique était à l’origine de légères déformations depuis une dizaine d’années dans le sud de l’île.

Il faut cependant noter que ces indicateurs ne permettent pas de déterminer quand une éruption va avoir lieu, ni même si elle va avoir lieu. Les scientifiques restent donc mesurés dans leurs conclusions. Dans l’étude sur La Palma publiée début 2021, les auteurs précisaient que les troubles observés ne présageaient probablement pas d’une éruption avant une décennie5. Trois jours avant le début de l’éruption, David Calvo, de l’Institut Volcanologique des Canaries (INVOLCAN), parlait d’une « probable éruption » qui pourrait avoir lieu dans « des semaines, des mois, voire des années »6.

Gérer le risque volcanique

On l’aura compris, la décision d’évacuer une zone à risques est donc compliquée à prendre. Les éruptions étant incertaines, les politiques doivent arbitrer entre le danger volcanique et les coûts socio-économiques du déplacement des populations. Une mauvaise décision peut entrainer des drames humains (exemple du Nevado del Ruiz en 1985) ou des coûts sociaux et économiques importants et avoir un impact négatif sur la légitimité des scientifiques ayant donné l’alerte et des politiques ayant pris la décision7.

Les zones à risques volcaniques se dotent généralement d’institutions, mêlant scientifiques et autorités locales, dont est but est justement de prévenir les dangers. Aux Canaries, cette organisation est la PEVOLCA. Mise en place en 2018 par le gouvernement canarien, elle est composée de comités de direction et de coordination, conseillés par un « Comité scientifique d’évaluation et de surveillance des phénomènes volcaniques ». Ce dernier est chargé d’alerter les comités de direction et de coordination en cas d’anomalie et d’établir la dangerosité des situations sur une échelle allant de 1 à 4 (le niveau 1 signifiant qu’une éruption à court terme est peu probable, le niveau 4 étant une situation d’urgence, d’éruption volcanique)8. L’essaim sismique précédant l’éruption avait fait passer le niveau d’alerte de 1 à 2 le 14 septembre. La population était donc au courant du risque et les autorités locales prêtes à intervenir en cas de danger. Le 19 septembre, l’importante activité sismique du Cumbre Vieja entraine l’évacuation des personnes à mobilité réduite dans la matinée9. Le volcan entre en éruption dans l’après-midi et plus de 5000 personnes sont déplacées dans les heures qui suivent.

Le Cumbre Vieja restera en activité pendant presque trois mois et entrainera l’évacuation de plus de 7000 personnes (sur les 83000 que compte l’île), la destruction de 3000 bâtiments et d’importants dégâts sur les cultures. La surveillance des scientifiques et les plans mis en place par les autorités auront au moins évité que cet épisode devienne un drame humain (aucun mort)10. Cet événement nous rappelle que, malgré les progrès scientifiques de ces dernières décennies, les éruptions volcaniques restent des phénomènes en partie imprévisibles face auxquels les populations et les autorités doivent réagir rapidement.


sources :

1 Richet, Pascale, « L’imaginaire des volcans et les progrès de la volcanologie », In. Comité français d’histoire de la géologie, Troisième série, T.XXI, 2007, consulté en ligne le 20/12/2021 : http://www.annales.org/archives/cofrhigeo/volcans.html

2 Futura Science. « Volcan : surveillance, prévision et prévention ». Publié le 07/11/2016, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/volcanologie-risques-volcaniques-441/page/4/

3 Courrier International. « Espagne. Les îles Canaries craignent la survenue d’une éruption volcanique ». Publié le 16/09/2021, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.courrierinternational.com/article/espagne-les-iles-canaries-craignent-la-survenue-dune-eruption-volcanique

4 José Fernández, Joaquín Escayo, Zhongbo Hu, Antonio G. Camacho, Sergey V. Samsonov, Juan F. Prieto, Kristy F.Tiampo, Mimmo Palano, Jordi J. Mallorquí & EumenioAncochea, « Detection of volcanic unrest onset in La Palma, Canary Islands, evolution and implications », In. Nature, Scientific Reports, 15p. Publié le 28 janvier 2021, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.nature.com/articles/s41598-021-82292-3

5 Ibid. p1.

6 Diaro de Avisos. « La Palma continúa dando pasos hacia una “potencial erupción” ». Publié le 16/09/2021, consulté en ligne le 04/01/2022 : https://diariodeavisos.elespanol.com/2021/09/la-palma-continua-dando-pasos-hacia-una-potencial-erupcion/

7 Gouvernement du Canada, « Comment peut-on prévoir le moment où un volcan entrera en éruption, et comment se prépare-t-on à une éruption ? ». Publié le 19/03/2020, consulté en ligne le 05/01/2022 : https://scir.rncan.gc.ca/volcano-volcan/how-comment-fr.php

8 Gobierno de Canarias, « Plan Especial De Protección Civil Y Atención De Emergencias Por Riesgo Volcánico En La Comunidad Autónoma De Canarias (PEVOLCA) », In. Boletín Oficial de Canarias, n. 154, 09/08/2018, pp.26312-26542. Consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.involcan.org/wp-content/uploads/2018/10/boc-a-2018-154-3785.pdf

9 Europapress. «Comienza la evacuación preventiva de personas con movilidad reducida en núcleos de riesgo de La Palma ». Publié le 19/09/2021, consulté en ligne le 06/01/2022 : https://www.europapress.es/islas-canarias/noticia-comienza-evacuacion-preventiva-personas-movilidad-reducida-nucleos-riesgo-20210919145001.html

10 Futura sciences « Quel bilan pour les 3 mois d’éruption volcanique du Cumbre Vieja ? ». Publié le 06/01/2022, consulté en ligne le 08/01/2022 : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcan-bilan-3-mois-eruption-volcanique-cumbre-vieja-5243/

Le blob : qu’est-ce que c’est ?

De son petit nom savant Physarum Polycephalum, le blob n’est ni un animal, ni un végétal, ni un champignon. Il est généralement jaune, informe, à la texture spongieuse et bouge très lentement (2 à 4cm par heure). Ce curieux organisme est totalement dépourvu de cerveau ou d’appareil digestif. Il n’a ni jambes pour se déplacer, ni bouche pour manger. Le blob, qui a l’air de sortir tout droit d’un film de science-fiction, se révèle être une étrange créature, insolite, nous réservant de multiples surprises !


Son surnom « blob » a été inspiré par le film « The Blob » avec Steve McQueen (1958). Le film raconte l’histoire d’un organisme extraterrestre gélatineux arrivant sur Terre et dévorant tout sur son passage. Heureusement pour nous, le blob terrien est inoffensif.

Selon des études sur son génome, le blob serait apparu il y a 500 millions à 1 milliard d’années, soit bien avant l’arrivée des végétaux et animaux (430 à 500 millions d’années).

À ce jour, il existe 1000 espèces différentes de blobs répertoriées. Il est présent sur toute la planète, sous n’importe quel climat. Pour en trouver, il faut d’abord un peu de chance et fouiller dans les zones humides forestières. En général, les blobs aiment l’humidité et l’obscurité et adorent s’agglutiner sur du bois mort. Nous pouvons également trouver certaines espèces dans notre jardin, notamment dans le composteur car le blob raffole de la décomposition.

 

Un organisme intelligent et grandissant

Le blob est unicellulaire, il ne possède donc qu’une seule et unique cellule, avec plusieurs noyaux. Le blob grandit au gré des divisions de ses noyaux.

Il est capable d’atteindre une taille gigantesque contenant des milliards de noyaux. Sa plus grande taille jamais observée dans un laboratoire est de 5 m2, et dans un milieu naturel, un blob s’étendait jusqu’à 1.3 km2 (soit 138 terrains de football). Mais nous sommes loin du blob envahisseur de notre film de 1958. À maturité, le blob disparaît en dispersant de multiples spores dans l’environnement.

Le blob est doté d’une certaine intelligence sans posséder de cerveau et il a même de la mémoire. Il est capable d’apprendre, et de résoudre des problèmes complexes comme trouver le chemin le plus court dans un labyrinthe. De plus, il peut transmettre de nombreuses informations en fusionnant avec ses congénères.

Il a une capacité d’adaptation assez exceptionnelle, il peut modifier ses goûts, son comportement selon son environnement et se révèle également être sensible au stress.

 

Le blob-trotteur

Sans bras ni jambes, cet organisme est capable de se déplacer grâce à son réseau veineux. Concrètement, les mouvements internes du courant sanguin le propulsent dans une direction choisie. Et comme son réseau veineux est très dense et très complexe, il peut se déplacer dans plusieurs directions à la fois, en générant des extensions : des bras appelés « pseudopodes » (ce qui lui donne cette figure multiforme). Et qu’importe sa taille, le blob est capable de se faufiler dans un trou de 1 micromètre de diamètre !

Lorsque le blob se déplace, il laisse derrière lui du mucus, comme un escargot. Ce mucus lui permet de circuler en évitant d’explorer plusieurs fois la même zone afin de trouver sa nourriture de façon plus efficace.

 
Ça mange quoi un blob ?

Sans bouche, ni estomac, il enveloppe sa nourriture puis la digère grâce à des substances chimiques. Il peut maintenir un apport optimal de nutriments essentiels à sa croissance et à sa survie. Le blob peut se nourrir de différentes choses : bactéries, moisissures, levures et même ses congénères ! Les chercheurs étudiant les blobs les nourrissent généralement de flocons d’avoine. Le blob raffole des repas protéinés. Un blob sustenté peut doubler sa taille chaque jour. Un blob bien nourri est un blob bien portant !

 
Reproduction du blob

Existe-t-il des blobs mâles ou femelles ? La réponse à cette question est complexe car le blob ne possède pas d’appareil reproducteur, pourtant il possède 720 sexes différents. Chez le blob, on parle davantage de fusion que de reproduction.

Plus précisément, les cellules sexuées du blob sont appelées des spores. Une spore va libérer une cellule (gamète) en quête d’une cellule sexuellement opposée. Quand deux cellules sexuées compatibles se rencontrent, elles fusionnent en une seule cellule devenant ainsi un blob. De plus, deux blobs génétiquement identiques peuvent fusionner s’ils sont à proximité l’un de l’autre.

Plus étonnant encore, nous pouvons obtenir plusieurs clones d’un seul et même blob. En effet, si vous coupez un blob en plusieurs morceaux (il saigne mais cicatrise en moins de deux minutes), vous créerez des clones. En quelques heures, chaque morceau de blob coupé aura réorganisé tout un système veineux à part entière.

 
Du laboratoire à l’ISS

Le blob est longtemps resté comme un sujet scientifique sans grand intérêt pour le grand public. Mais ces dernières années, le blob a obtenu une certaine médiatisation grâce aux travaux de recherche d’Audrey Dussutour, éthologue (spécialiste du comportement des espèces animales) et chercheuse au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), et de son équipe.

En avril 2021, des blobs ont voyagé dans l’espace à bord de la Station Spatiale Internationale avec Thomas Pesquet. Ce projet intitulé « Élève ton blob » fut mené conjointement par le CNRS et le CNES (Centre National d’Études Spatiales). Le but était d’étudier le vieillissement cellulaire du blob ainsi que son comportement en impesanteur. 4500 écoles ont effectué les mêmes expériences que l’astronaute, permettant ainsi de comparer les données terriennes et spatiales.

Plus tard, en octobre 2021, le CNRS lançait un projet de science participative : « Derrière le blob, la recherche ». 10 000 apprentis scientifiques furent invités à participer à une expérience inédite dirigée par Audrey Dussutour. L’expérience commencera en printemps 2022, avec pour but d’étudier les effets du changement climatique sur le blob.



Pour en savoir plus sur ce fameux blob, je vous invite à vous procurer l’ouvrage d’Audrey Dussutour, « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur LE BLOB sans jamais oser le demander » aux éditions J’ai Lu. Prix du livre Sciences pour Tous, ce livre a très largement inspiré l’écriture de cet article.



FRANS Gwenaëlle

Jusqu’à quand l’Homme négligera-t-il les débris spatiaux ?

Alors que l’organisation de notre société nécessite le bon fonctionnement des satellites en activité, la prolifération des débris spatiaux le compromet.

En novembre 2021, par deux fois, les astronautes de la Station Spatiale Internationale (ISS) ont dû se protéger d’une éventuelle collision avec des débris : le 16, un satellite russe obsolète a explosé en de multiples fragments, suite à un tir de missile visant à le détruire. Les astronautes d l’ISS ont dû se mettre à l’abri pendant deux heures, prêts à quitter la station. Toujours pour éviter une collision, la semaine précédente, ils avaient dû ajuster leur altitude en raison du passage à proximité de débris d’un ancien satellite chinois. L’orbite basse dans laquelle évolue l’ISS est maintenant encombrée d’une quantité phénoménale d’objets spatiaux ; il s’agit essentiellement d’objets artificiels issus de l’exploitation spatial : à chaque lancement de satellite, les composants de la fusée se séparent et restent à tourner en orbite. A l’issue de sa période d’activité vient s’ajouter le satellite lui-même qui devient un débris spatial. Chaque fois que deux objets dérivant en orbite se percutent, ils se fragmentent et contribuent à la prolifération des débris. On estime que la part des satellites actifs représente seulement 7% des objets orbitaux parmi lesquels on compte 27 000 « grosses » pièces. L’orbite terrestre basse, la plus utile à notre vie quotidienne, s’encombre à un rythme exponentiel.

Quand les satellites jouent à la pétanque

En quoi la formation de cette véritable décharge orbitale représente-t-elle une menace pour l’Homme qui l’a créée ? Les risques sont de deux natures : la retombée d’objets sur Terre, et les conséquences des collisions en orbite.

Lorsqu’un objet spatial finit par quitter son orbite de départ, il peut d’abord adopter une orbite inférieure, puis, à terme, il traverse l’atmosphère terrestre et se désagrège en brûlant à son contact. En fonction de son poids, de sa taille, de l’épaisseur de l’atmosphère ce jour-là, cet objet est entièrement désintégré, ou pas : il peut alors tomber au sol, de façon aléatoire, n’importe où. Les plus gros objets orbitaux sont référencés, leur trajectoire en orbite est surveillée, mais trop de variables entrent dans le calcul de leur point d’impact sur Terre pour que celui-ci puisse être prévu à l’avance au moment de leur retombée.

La collision entre objets dans l’espace représente cependant la plus grande menace ; en effet, la vie quotidienne de notre société moderne repose en grande partie sur le bon fonctionnement des satellites en activité. La NASA estime à plus de 100 000 le nombre de débris spatiaux supérieurs à 1mm ; chacun de ces objets est potentiellement une boule de pétanque qui circule sans contrôle à 7 ou 8 km/seconde. Les satellites actifs endommagés lors des collisions avec ces débris n’assurent alors plus les services pour lesquels ils ont été lancés, qu’il s’agisse de communication, de positionnement GPS, d’heure officielle ou d’observation météorologique. Les répercussions sont immenses et illustrent la dépendance grandissante de notre société à l’exploitation de l’espace.

Consciente de la menace, la communauté internationale affirme sa volonté de maîtriser la prolifération des débris spatiaux, dans ce contexte de dépendance et d’intense concurrence. Le but affiché est de préserver un accès possible à l’espace pour tous les pays, afin que chacun soit en capacité de tirer les bénéfices issus de la technologie spatiale. Pourtant, les grands projets publics et privés multiplient les lancements dans la course au déploiement des constellations de nouveaux satellites de communication, qui se compteront par milliers.

Vœu de tout déchet orbital : quitter la décharge et vivre l’incandescence

Cependant, force est de constater qu’il existe en réalité bien peu de façon de réduire le nombre de déchets orbitaux et de libérer l’orbite utile. La désintégration lors du retour dans l’atmosphère est aujourd’hui la seule solution technique ; encore faut-il que les objets ne soient pas trop gros pour brûler entièrement. Quelques scénarios de nettoyage orbital se dessinent donc : d’abord, cesser de faire exploser les anciens satellites, comme le font les USA, l’Inde, la Russie et la Chine, car cette technique est contre-productive, leur fragmentation générant une multitude de débris plus petits.

Les agences spatiales concentrent leurs recherches sur le fait d’alléger les nouveaux satellites et d’en allonger la durée de vie, grâce à la mise en place de services en orbite tel que la recharge en énergie. Ils travaillent également sur la capacité des lanceurs à se séparer en morceaux plus petits, de taille à brûler entièrement dans l’atmosphère lors de la retombée ; ils étudient également comment intégrer dès la conception des objets spatiaux l’ordre de changer de cap en fin de vie, afin qu’ils enclenchent automatiquement leur entrée dans l’atmosphère. Enfin, les recherches portent sur la capture des gros objets pour les amener sur une orbite « cimetière » ou les faire tomber vers l’atmosphère pour désintégration.

Recherche solutions désespérément

Aucune de ces solutions n’est encore opérationnelle, et toutes nécessitent de gros investissements qui ne sont pas provisionnés dans les coûts de lancement actuels. Ce scénario nous rappelle sans aucun doute celui du dérèglement climatique : nos modes de production et de consommation continuent à produire le gaz à effet de serre qui modifie dangereusement les conditions de la vie sur Terre. De même, nous continuons à lancer nombre d’engins dans l’espace tendant à rendre l’orbite basse non navigable. Dans les deux cas, l’Homme use et abuse du milieu naturel sans en régler les conséquences à temps, au risque de payer lourdement le prix de sa pollution. Apprendra-t-il un jour à respecter les milieux qui lui assurent pourtant son propre cadre de vie ? Peut-être, si chacun se met à penser à ce qui lui importe vraiment.

Nathalie Lenormand

Vénus, l’enquête continue !

 

En septembre dernier une équipe d’astronomes annonçait la découverte de phosphine (un gaz
marqueur d’activité bactérienne) sur Vénus. La nouvelle crée immédiatement un Buzz international. Mais pour les scientifiques, le débat ne fait que commencer. Plongée dans les rouages de la controverse scientifique.

De la vie sur Vénus ?


La nouvelle tombe le 14 septembre 2020. Une équipe d’astrophysiciens de l’université de
Cambridge au Royaume-Uni mené par Jane Greaves publie un article intitulé : « du gaz
Phosphine dans les nuages de Vénus ». La phosphine (PH 3 ) est un gaz bien connu sur
terre. Il est produit quasiment uniquement par des bactéries. La phosphine est donc un
marqueur biologique, signe indirect, mais sérieux d’une possible activité vivante sur
Vénus. Le monde académique accueille la nouvelle avec prudence, mais la parution de
l’article dans Nature Astronomy, une revue scientifique d’excellence, est prise très au
sérieux.


La phosphine, un gaz difficile à saisir.


Toute la question réside là. A-t-on réellement observé de la phosphine dans l’atmosphère
vénusienne ? Pour détecter ce gaz, les astronomes utilisent la spectrométrie. Chaque Gaz
présent dans l’atmosphère absorbe une partie de la lumière qui la traverse. En observant quelle partie de la lumière est retenue par le ciel les astronomes en déduisent les gaz qui
le composent. Il faut alors identifier comment la phosphine absorbe la lumière pour
observer si cette « empreinte » est présente dans les images prises de Vénus. Jane Greaves a mené deux séries d’observations. La première en juin 2017 avec le télescope JCMT (Hawaï) ou elle trouve une empreinte d’absorption qui correspond à la phosphine. La seconde est programmée sur le télescope ALMA au Chili. En mars 2019 le signal est une nouvelle fois confirmé. L’équipe évalue la concentration du gaz dans l’atmosphère : 20ppb (molécules par milliard). C’est infime, mais déjà trop pour une atmosphère comme celle de Vénus. L’équipe publie ses résultats dans « Nature Astronomy » le 14 septembre 2020.

À gauche L’empreinte de la phosphine est bien visible sur ce graphique issu des données d’ALMA. On y lit verticalement l’intensité de l’absorption lumineuse après la correction due à la vitesse de déplacement de venues par rapport au télescope (en horizontale) À droite: La même chose avec la détection aux niveaux polaire (noir) « mid-latitude » bleue et équatoriale (rouge)

 

La controverse, un moteur pour la science.


La qualité d’une publication scientifique est définie par plusieurs critères. Le plus important
est celui du « peer review » (évaluation par les pairs). Un journal scientifique qui reçoit un
article le fait relire par d’autres experts du domaine. Ces experts sont des scientifiques non
auteurs du papier, ne travaillant pas dans le même laboratoire que les auteurs et n’ayant
pas de conflit d’intérêts au niveau du sujet abordé. Ils ont pour mission d’identifier
d’éventuelles erreurs ou imprécisions et d’évaluer l’article qui leur est soumis par l’éditeur.
Ce procédé garantit le sérieux et la rigueur méthodologique de l’article. C’est à ces
conditions que le débat scientifique peut se tenir. La saga de la phosphine est une
démonstration de ce mécanisme parfois lent, mais garant de qualité.

Après la parution de l’article dans Nature, c’est l’effervescence dans les universités
du monde entier. Les astronomes étudient les données publiées et parcourent leurs
propres données issues d’anciennes observations de télescopes ou de sondes spatiales
pour recouper et comparer les données. En octobre 2020 une équipe de la NASA publie
une première réanalyse. Les auteurs adressent plusieurs problèmes dans les mesures.
Pour l’observation de JCMT, ils indiquent que l’empreinte de phosphine constatée par spectrographie peut s’expliquer par la présence de dioxyde de soufre (SO 2 ), un gaz qui a
les mêmes propriétés lumineuses que la phosphine dans certaines conditions. Pour les
données d’ALMA, ils identifient des problèmes de calibration de l’appareil qui invalident
une partie des observations. Selon eux on ne peut pas conclure à la détection de
phosphine sur Vénus. Quelques semaines plus tard, Jane Greaves répond par article
interposé. Elle rejette le premier argument : pour que la détection de Phosphine soit
confondue avec celle de dioxyde de souffre il en faudrait une concentration « aberrante »
dans l’atmosphère. Par ailleurs, elle reconnaît l’argument qui concerne la calibration
d’ALMA. Ce qui ne disqualifie pas la mesure, mais oblige l’équipe à revoir son estimation
initiale à la baisse. On passe de 20ppb à 8ppb. Une concentration bien moindre.
D’autres approches sont également utilisées. Une équipe de l’University of
Hertfordshire (UK) analyse les outils mathématiques et statistiques utilisés par Jane
Greaves. Selon eux les algorithmes utilisés provoquent des imprécisions qui rendent le
résultat non significatif. Cette analyse pousse une nouvelle fois Jane Greaves à publier un
article décortiquant les méthodes mathématiques utilisées et la cohérence des résultats
obtenus. Une équipe de l’Observatoire de Paris apporte également sa pierre à l’édifice. Ils
étudient depuis 2012 différents aspects de l’atmosphère de Vénus. Selon eux les
conditions atmosphériques et la concentration de dioxyde de soufre limitent fortement la
probabilité de trouver des concentrations importantes de phosphine.


Depuis la publication initiale, les analyses et publications se multiplient. Confirmant ou
infirmant l’hypothèse de détection de phosphine sur Vénus. Les chercheurs corrigent,
affinent, réfutent et argumentent autour de ces nouvelles observations. Ce va-et-vient
entre les chercheurs est une vrai stimulation pour la recherche. Cette recrudescence
d’activité autour de Vénus crée également l’intérêt chez les agences spatiales qui
pourraient financer de nouvelles missions vers Vénus, délaissée jusqu’alors en faveur de
Mars depuis de nombreuses années. En attendant, l’enquête continue !

 

Sources :
14 sept 2020 : Phosphine Gas in the Cloud Decks of Venus – Jane S.Greaves et al
https://arxiv.org/abs/2009.06593
10 Dec 2020 : On The Robustness of Phosphine Signatures in Venus’ Clouds – Jane S.
Greaves et al : https://arxiv.org/abs/2012.05844
27 sept 2020 : Is Phosphine in the Mass Spectra from Venus’ Clouds? – Rakesh Mogul et
al
https://arxiv.org/abs/2009.12758
28 oct 2020 : The statistical reliability of 267 GHz JCMT observations of Venus: No
significant evidence for phosphine absorption – M.A. Thompson
https://arxiv.org/abs/2010.15188
19 oct 2020 : Re-analysis of the 267-GHz ALMA observations of Venus: No statistically
significant detection of phosphine – I.A.G. Snellen et al
https://arxiv.org/abs/2010.09761v2
16 nov 2020 : Re-analysis of Phosphine in Venus’ Clouds – Jane S. Greaves et al
https://arxiv.org/abs/2011.08176
décembre 2020 Science et vie N°1239 « De la vie sur Vénus ? »- B.R

Les dessous techniques des sons

Dans son journal en ligne, le Centre National de Recherche Scientifique a réalisé un dossier sur « La science en musique » en 2017. Deux extraits en audio et vidéo vont illustrer un ensemble non exhaustif de techniques à redécouvrir relevant de l’artisanat, de l’ingénierie, du corps sans oublier les sciences. Les sons musicaux et non musicaux sont scannés au peigne fin par les chercheurs. L’ethnomusicologie et un instrument de musique : plusieurs cultures, des chants, des notes de musiques mais pas que ! C’est aussi une alliance de techniques complexes et incroyables qui évoluent dans le temps pour donner du son et le retransmettre, sur fond de sciences.

 

Que nous dit l’ethnomusicologie ?

 

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie CNRS-Musée de l’Homme de Nanterre (CREM) recense plus de 48000 enregistrements sonores et vidéos numérisés dans sa base de données, la plus importante dans le monde entier. On y trouve principalement des chants de peuples pour continuer à valoriser le patrimoine culturel de certaines régions du globe où il manque les infrastructures. Plus récemment, des environnements sonores, hors musique, sont également captés. Dans cet audio, le CREM nous dévoile quelques-unes de ses archives sonores et musicales avec des supports anciens et actuels, accessibles aux amateurs et professionnels de la musique.

Les premiers extraits datent de l’exposition universelle de Paris de 1900 sur des cylindres de cires ! Notons aussi la technique de voix polyphoniques de Pygmées gravées sur disque puis d’expressions vocales des chants mauritaniens sur les premières bandes magnétiques dans les années 1950.

 

La guitare

 

L’assemblage d’une guitare fait appel à des théories et des applications de la physique, principalement de la vibration, et du savoir-faire d’un luthier pour le choix des matériaux (bois et cordes). Entre vibromètre et microphones, le laboratoire d’Acoustique de l’Université du Mans nous montre dans cette vidéo les instruments utilisés pour mesurer et cartographier la vibration de la corde et du son. Quant à la guitare électrique, la problématique repose sur l’aimant et la bobine qui vont influer sur le timbre de l’instrument. Avec ces nouvelles méthodes de mesure enregistrées dans une base de données, le luthier va pouvoir choisir les matériaux adéquats pour fabriquer une guitare sur mesure qui donnera le bon timbre.

 

 

Pour en savoir plus :

https://archives.crem-cnrs.fr/

https://lejournal.cnrs.fr/dossiers/la-science-en-musique

 

Claire Semler

L’entente cordiale entre la science et le capital: le cas de l’obsolescence programmée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Le modèle capitaliste de l’économie mondiale prend son envol au XIXème siècle avec
l’innovation et l’invention de nouveaux procédés de production. Parmi eux, le machinisme
effréné qui selon Karl Marx est inarrêtable (sauf par une révolution du prolétariat) depuis
que le libre-échange légiféré entraine la concurrence. Cette dernière est mû par la volonté
de réduire toujours et toujours les frais de production afin d’être le plus compétitif.


Le XIXème siècle est alors une période d’augmentation spectaculaire de la quantité de biens
produits. Parallèlement, les industriels cherchent à se démarquer sur le marché en s’intéressant -cette fois- à la dimension qualitative du bien. La tâche est de créer le produit le
plus fiable possible, celui qui résiste à la dégradation du temps et que le poids des années
d’utilisation n’use qu’un peu.


Cependant, cette ingénierie du produit ultime est vite abandonnée pour des raisons
économiques. Le capital ayant comme condition de survie une consommation continue, il ne
peut se permettre de produire les outils de sa propre destruction : des objets qui ne
s’achètent qu’une fois car trop robuste.


La science et la technologie s’alignent donc sur ce modèle économique qui leur sied bien, en
plus d’être un terreau fertile pour leur développement. C’est le début de l’entente cordiale
dans laquelle le rôle de la science est d’innover afin d’amener de la diversité et du choix pour
le consommateur. En revanche, dans ce pacte nous le verrons explicite, elle doit poliment se
brider en ce qui concerne la quête du qualitatif. La survie de l’économie capitaliste a fait
stagner l’avancé scientifique et technologique dans certains domaines. Plus que cela, elle l’a
même contraint à reculer. Voyons cela avec quelques exemples :


L’ampoule incandescente


L’ampoule est une découverte de Thomas Edison. En 1881, elle durait 1500 heures.
La marche naturelle de la science, qui amène au perfectionnement et à la maitrise d’une
nouvelle technologie a permis à l’ampoule en 1924 d’atteindre 2500 heures d’utilisation. Par
des recherches et des expérimentations sur les composants des filaments, le produit s’est
bonifié. Jusque-là, rien d’anormal. Pourtant dans les années 40, l’ampoule ne dure plus que
1000 heures.

 

Une ampoule à Livermore


brille depuis 1901 !L’explication se trouve simplement dans la logique économique. Une ampoule qui s’achète toutes les 1000 heures est plus rentable qu’une ampoule vendue toutes les 2500. « C’est dangereux pour les affaires » pour reprendre les mots déclarés dans les rapports de réunion du premier cartel du monde : Phoebus. Cartel industriel, il réunit les principaux fabricants d’ampoule pour trouver un point d’accord sur la durée de vie des produits découlant de la découverte d’Edison.

 Leur concurrence ne profite qu’au consommateur qui s’éclaire deplus en plus longtemps pour le même prix. Suite à cela, les recherches des services d’ingénierie et prototype recommencent à 0. Ils établissent de nouveaux calculs dans l’objectif d’atteindre la médiocrité : une ampoule durant 1000 heures soit 2/3 de la durée de vie d’il y a 60 ans à l’époque de l’inventeur américain. Dans cette union d’industrielle de l’ampoule, un cahier était tenu. Celui qui produisait des trop bons produits était sanctionné financièrement.

Les collants en nylon

Dans le même cas de figure, l’entreprise DuPont trouve après des années de
commercialisation, la composition chimique garantissant aux collants résistance et élasticité
pour le plus grand plaisir du consommateur. La solution scientifique aux bas qui s’effilochent
n’est appliquée encore une fois qu’un court temps pour ne pas enrayer un modèle
économique qui doit sans cesse recommencer de produire. Petit à petit la formule
synthétique du Nylon remonte dans le temps, les collants s’appauvrissent en additif
protecteur de la fibre. Tout le progrès qualitatif obtenu par la recherche est alors
abandonné.


L’imprimante

Si l’on veut se rattacher à des phénomènes récents en lien avec notre société de consommation contemporaine ; nous pouvons deviner la tentation pour l’industriel d’inclure
le concept d’obsolescence programmée dans l’électronique. Aujourd’hui les circuits imprimés sont omniprésents dans nos foyers, vous êtes d’ailleurs en train de lire ce texte via un smartphone, un ordinateur ou une tablette qui n’est sûrement pas votre premier appareil acheté. L’exemple qui nous intéresse est celui de l’imprimante. Un logiciel permet aux puces de certaines imprimantes de se réinitialiser


En effet, si l’avancé technologique a pu se brider avec l’ampoule ou revenir en arrière avec
les collants ; elle va jusqu’à devenir purement destructrice pour le cas de cet outil de travail
indispensable. Greffée aux circuits imprimés des imprimantes se trouve une puce
comptabilisant le nombre d’impression. Une fois la quantité atteinte, elle bloque le
mécanisme entier de l’appareil en affichant un message d’erreur la rendant inutilisable. De
manière imagée, la recherche a façonné un cœur fragile dépérissant par l’usure de la
matière (filaments d’ampoule fin, nylon) puis à créer un organe en pleine santé mais
programmée pour s’arrêter après une attaque cardiaque subite. On passe alors d’un
processus voulu d’usure, de mort lente à un processus de sabotage, de meurtre soudain.

Les résistances à ce modèle


Cette mouvance de l’obsolescence programmé s’est naturellement calibrée avec la
loi du marché. La même règle autodestructrice du calcul financier régit tous les aspects de
l’existence comme disait Keynes. Cependant la victoire de ce mode de production qui a
façonné notre mode de consommation puis notre rapport au matériel, notre conception des
biens, a connu des résistances.


Les premières furent éthiques avec un débat interne chez les ingénieurs dans les années 50.
La seconde, idéologique était portée par l’ennemi séculaire de l’économie capitaliste à savoir
l’économie communiste. Son marché régulé à outrance et centralisé ne trouve pas d’intérêt
dans le cycle court de consommation. C’est de là que naît le mythe de l’outillage
d’Allemagne de l’Est incassable. En 1981, une entreprise de Berlin-Est déposait le brevet
d’une ampoule longue durée. La commercialisation n’a jamais eu lieu.


Une loi d’URSS stipulait aussi que l’électro-ménager devait tenir au moins 25 ans alors qu’un
des pères du concept d’obsolescence programmé : Bernard London déclarait que tout
devrait avoir une durée de vie légale de 2 ans, puis être remis à l’Etat afin d’être détruit pour
recommencer les cycles de production, de consommation et de circulation des capitaux.
Selon la droite lignée de l’entente cordiale de la science et du capital depuis plus de 100 ans,
il apparait évident que ce mariage est solide. Malgré certaines crises, le compromis a profité
aux deux partis qui ne cessent de prendre de la proportion jour après jour. Qui des deux
conditionne le comportement de l’autre ? Et surtout la science sera-t-elle capable de trouver
la solution à ce jeu risqué pour la planète ?


Source principale : Prêt à jeter, ARTE, https://www.youtube.com/watch?v=5eSoBBapXCg

La cuisine moléculaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans les années 80, la cuisine moléculaire est encore en gestation. Il faudra attendre
que les grands chefs s’approprient l’apport de la science à la cuisine pour que ce mouvement
se développe, impulsé par les porte-étendards étoilés.


Alternative à la cuisine traditionnelle, elle fascine et conquiert les estomacs voyant dans ses
compositions, une pratique nouvelle portée par une vision neuve de l’art culinaire. Le
raffinement de ses assiettes s’oppose d’emblée à la cuisine grossière, les pots-au-feu et
autres plats à consonance rurale. Par une association d’idée, la cuisine dite du terroir ou
généreuse appartient à la campagne, elle-même souvent perçue comme en retard sur l’ère
du temps. La cuisine moléculaire s’inscrit pour ce qui la concerne dans le modernisme.
Cuire, mixer plusieurs légumes pour ne former qu’un tout, fouetter la mayonnaise ; toutes
ces actions banales sont déjà une chimie des aliments. On parle d’une recette de cuisine
comme on parle d’une recette pharmaceutique. Lavoisier, figure française de la chimie a
travaillé en 1783 sur le bouillon de bœuf. Le lien étroit entre ces 2 disciplines est établi
depuis longtemps.

Le mouvement culinaire moderne des années 80-90 se rapproche toujours plus de la science de Mendeleïev et d’Alfred Nobel jusqu’à devenir une synthèse de cette dernière et de la science du régal, à la manière d’un métissage.

Il se caractérise par l’étude poussée des propriétés physiques des aliments, des réactions chimiques qui interviennent lors de la cuisson dans un but de sublimation ultime du produit.

La cuisine moléculaire c’est alors penser la cuisine, l’expérimenter, la définir, la pratiquer
avec le prisme de l’exactitude scientifique. En d’autres mots, c’est une assiette dressée avec
des mains de chefs et des yeux de scientifique.

Pour appuyer le propos, voyons les similitudes entre la cuisine moléculaire et la physique-
chimie.


Le vocabulaire :

Les analogies de vocabulaire avec la physique forment le premier point commun. Le
chef Thierry Marx – un des précurseurs – dispose dans son restaurant à Paulhac d’un
laboratoire dans lequel lui et ses compères mènent des expériences sans blouses ni gants en
latex mais bien en tablier. Ils cherchent la transformation physique d’un aliment pour selon
le chef étoilé « trouver le meilleur confort de dégustation » que ce soit pure, glacé, en
mousse, en sphère etc… Encore plus équivoque ; Marx est le fondateur du «Food Lab» dans
lequel il organise la réunion d’esprits scientifiques (physiciens, chimistes) et de cuisiniers de
métier, comme un parfait symbole du mariage entre les différentes disciplines.


Scientification du goût :

La cuisine moléculaire emprunte également des notions et des résultats de recherche scientifique afin de tendre vers la perfection. Cuire un aliment à la poêle jusqu’à ce que se forme une légère croute brunit porte le nom de réaction de Maillard. Elle intervient selon les aliments (180° pour un steack) lorsqu’une certaine température est atteinte, ce qui provoque un chamboulement atomique dans le produit. Ce phénomène entraine un éclatement des protéines en une multitude d’acides aminés qui viennent se fixer sur le glucose. Le résultat de cette réaction chimique est un goût plus prononcé. Les grands cuisiniers cherchent à tout prix à atteindre la cuisson Maillard.

De même, ils privilégient la mousse car la recherche anatomique a démontré que l’arôme
présent dans les bulles d’air montait dans le réseau rétro-nasal lorsque celles-ci éclataient.
Ce qui en quelques sortes multiplierait le goût car les capteurs de la langue et les muqueuses
olfactives traitent plus d’information que les capteurs de la langue seul.

 

La méthode et le matériel utilisé.


Cryogénisation, émulsification, floculation, sphérification, azote liquide.. Oui nous
parlons toujours de cuisine moléculaire. Et pourtant ce sont des phénomènes physiques que
l’on manipule en laboratoire. Le cuisinier moléculaire s’essaye à des transformations
atomiques complexes à la manière d’un physicien.

Pour se faire il ajoute aux couteaux affutés de sa besace du véritable matériel scientifique tel-
que : le thermomètre pour la température idéale de libération des arômes, le siphon pour la
mousse, ou même un scanner IRM afin de repérer les nerfs de l’anguille parasitant le goût !
Selon Hervé This physicien-chimiste, auteur de la thèse « La gastronomie moléculaire et
physique » en 1996 ; la cuisine moléculaire consiste simplement à accepter le progrès
matériel et à s’aider de l’outillage des physiciens. Seul la technologie de pointe permettrait
d’atteindre la précision scientifique dans la cuisine moléculaire. C’est ainsi que la cheffe
Christèle Gendre propose sur sa carte des mouilletes de jaune d’œuf cuit à 68° précisément.
Toutes ces données nous amènent à penser que la cuisine moléculaire est une discipline qui
pour passer un cap d’excellence a sût recourir à la science, à ses procédés et son matérielle.
Ce n’est peut-être que le commencement. La vision scientiste de la cuisine a encore de
beaux jours devant elle puisque les futurs chefs ont désormais dans leur cursus une
formation scientifique.

 

Sources
http://secrets-de-la-casserole.e-monsite.com/pages/histoire-de-la-cuisine-moleculaire.html
http://tpecuisinemol.e-monsite.com/pages/qu-est-ce-que-la-gastronomie-moleculaire/les grands-chefs-de-la-cuisine-moleculaire.html
https://www.lemonde.fr/dans-l-assiette/article/2015/04/07/les-electrons-libres-de-la-cuisine-
moleculaire_4610896_4575442.html
https://nouvellesgastronomiques.com/la-gastronomie-moleculaire-ce-nest-pas-la-cuisine-moleculaire-par-herve-this/
https://www.youtube.com/watch?v=Kc2fjylFIa4
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/18613_1
https://www.youtube.com/watch?v=MTgx5m7JNCI

IA l’esprit informatique

 

200m², 10 ilots, une quarantaine d’expériences interactives, c’est ce que propose le centre
science, à travers son exposition « IA l’esprit informatique ».


Cette exposition interactive a pour but de mettre en relation le public et les domaines de l’innovation informatique, du numérique et de l’intelligence artificielle. Dès le plus jeune âge,
tous pourront évoluer selon trois axes tournés autour de l’intelligence artificielle. Tous d’abord, des expériences et manipulations dites « débranchées », c’est-à-dire non connectées, feront découvrir les bases du codage, des algorithmes et de la programmation.


Même les plus jeunes seront ravis de pouvoir explorer cette partie du monde de
l’informatique. Puis, la suite de l’exposition portera sur les évolutions récentes en
informatique et les avancées de l’intelligence artificielle grâce à des robots et différents
dispositifs numériques. L’accent est mis sur les relations homme-machine et la place du Big
Data dans notre monde. Puis le troisième axe donnera la parole à des scientifiques qui
partageront leurs questionnements au sujet de l’impact de l’IA sur les grands enjeux de notre
quotidien, comme le transport, la sécurité, l’environnement ou encore la santé.


Petits et grands pourront, à travers une quarantaine d’éléments interactifs, se poser des
questions sur des thèmes comme : Tout est code / Algorithmes au quotidien / Vitesse de
calcul / Triez et Empilez / Est-ce bien logique ? / La nature programmée / Robots et automates
/ Calculs et stratégies / Informations et stockage / Un monde numérique ou hyper connecté ? /
Perspectives de l’IA.

MD

 

 

Source : https://www.centre-sciences.org/ressources/ia-lesprit-informatique

CRISPR-CAS9 Nobélisé, jusqu’où peut-on aller ?


La révision de la loi bioéthique au sujet de l’outil Crispr-cas9 tout récemment nobélisé,
autorise les recherches sur les embryons jusqu’à 14 jours et les modifications du génome
sur les cellules souches embryonnaires. L’augmentation de l’être humain inquiète toujours
autant et c’est à l’international que les futures lois devront se faire.


Le 7 octobre dernier, Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna recevaient le prix Nobel
de chimie pour leur invention d’une technique révolutionnaire : Crispr-Cas9. Un nouvel
“outil pour réécrire le code de la vie” selon le jury, qui déclare également que “seule
l’imagination peut fixer la limite de l’utilisation de l’outil”. Ces dernières déclarations nous
font nous interroger sur les limites légales de l’utilisation de cet outil. Justement le projet de
révision de la loi de bioéthique déposé le 24 juillet 2019 a été adopté le 3 août dernier.
Pour rappel, Crispr-Cas9 est un ciseau génétique qui permet d’éditer le génome avec une
simplicité surprenante et un moindre coût. L’alliance CRISPR-Cas9 permet de localiser le
segment d’ADN à modifier et de le supprimer ou le remplacer.


Cela soulève un grand nombre de questionnements éthiques. En effet, la possibilité
d’implanter un embryon transgénique et la modification des cellules germinales (donc
transmissible à la descendance) inquiètent.


La révision de la loi bioéthique


La Convention d’Oviedo sur les droits de l’homme et la biomédecine (article 13 : ”une
intervention ayant pour objet de modifier le génome humain ne peut être entreprise que
pour des raisons préventives, diagnostiques ou thérapeutiques et seulement si elle n’a pas
pour but d’introduire une modification dans le génome de la descendance”) et l’article 16-4
du code civil (“Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine. Toute pratique
eugénique tendant à l’organisation de la sélection est interdite […], aucune transformation
ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de
la personne.”) encadrent les recherches génétiques sur l’embryon humain.


Mais dernièrement, le projet de loi relatif à la bioéthique a permis de réviser quelques textes
de lois concernant ces décisions.


Lors de la séance du 28 juillet, Mme Cécile Cukierman, vice-Présidente de la commission des
lois constitutionnelles, souligne l’importance de cadrer la recherche dans ce domaine car
elle pourrait amener à l’amélioration du génome et de ce fait à de l’eugénisme : “Ce que je
sais, c’est qu’aujourd’hui, en fonction de ce que nous allons voter, ou non, nous ouvrons, ou
non, le champ des possibles pour dans dix, vingt, trente ou quarante ans.”


Dans le compte rendu de la séance du 31 juillet 2020, la différence entre cellule souche
embryonnaire et embryon est détaillée et permet à la ministre de l’Enseignement supérieur,
Recherche et Innovation, Mme Frédérique Vidal, de modifier l’article 17 qui stipule
désormais que la modification génétique des embryons reste illégale mais plus celle des
cellules souches embryonnaires (cellules souches pluripotentes prélevées dans un embryon
de 4 jours, elles n’ont pas vocation à devenir embryon). Selon plusieurs participants, ces
recherches aboutiront à de nombreuses avancées et de nouvelles thérapies pourront être
développées.


De plus, l’autorisation de recherche sur les embryons surnuméraires (embryons donnés en
plus et non utilisés pour la PMA) est étendue à 14 jours au lieu de 7. Cette décision était très
attendue par la communauté scientifique, la majorité des signataires de la convention
d’Oviedo l’ayant déjà prise. Selon Mme Anne France Brunet, cela “permettrait de
comprendre la différenciation des cellules souches embryonnaires humaines, [..] Les
retombées médicales qui pourraient en découler sont très attendues. Ce serait un atout pour
la recherche française.”


Le futur de Crispr-cas9 et de ses lois


Pour l’instant, cette technique et les résultats éventuels ne sont pas encore suffisamment
connus. Une modification du génome d’un embryon serait, en plus d’être illégale, assez
dangereuse. Mais plusieurs sociologues s’interrogent sur le futur de cette méthode, qui
finira certainement par être utilisable sans trop de danger pour la vie de l’humain à venir.
Dans un article de Télérama, Céline Lafontaine déplore cette course à la nouveauté et à la
technique : “On juge de plus en plus souvent ce qui est bien ou mal non pas en fonction de
l’éthique, mais de la disponibilité des technologies et de leur innocuité supposée”. Mme
Lafontaine s’inquiète sur un possible avenir où les lois seraient du côté “des industries
concernées, déjà dans les starting-blocks”.


Pour Alain Fischer, médecin et ancien titulaire de la chaire Médecine expérimentale au
collège de France :« La modification du génome […] doit rester sur le seul terrain de la
médecine. Ces rêves de perfectionnement ne pourraient qu’aboutir à la dictature de ceux qui
seraient augmentés sur ceux qui ne le seraient pas. Corriger une maladie génétique, ce n’est
pas augmenter un homme, c’est soulager une personne qui souffre. Si les deux objectifs font
appel aux mêmes techniques, il faut promouvoir le soin et empêcher le développement de
l’augmentation.”.


Quoi qu’il en soit, l’encadrement législatif de ce futur devra se faire de manière
internationale afin de diminuer le dumping éthique, c’est-à-dire la possibilité d’aller dans un
pays qui autorise des activités scientifiques interdites en France.


Sur ces idées, le Comité Consultatif National d’Ethique, le comité d’éthique allemand et le
comité d’éthique anglais se sont réunis. Ils appellent les Etats à étudier de façon réelle
l’édition du génome transmissible et à légiférer cette pratique. Il faudrait bien sûr que ce
sujet soit discuté en amont avec l’ensemble de la société et que des moyens de contrôle et
des sanctions soient mis en place au niveau international.

La médecine sportive. De la cigarette tolérée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories. La médecine sportive. De la cigarette tolérée aux régimes alimentaires stricts.

La compétence sportive dépend en grande partie du talent intrinsèque mais aussi de
l’outil qui lui permet de l’exploiter au maximum et de l’exprimer à savoir : le corps. Être le
plus talentueux ne suffit plus, il est nécessaire de profiter de la meilleur condition physique
possible. Le sport de haut niveau étant une compétition, comprendre les mécanismes du
corps pour arriver à de meilleurs résultats est une aide salutaire, de même que l’entretien du
corps, la guérison des blessures, la rééducation et même la nutrition.

On remarque de plus en plus la présence de la médecine dans le monde du sport surtout
professionnel ou elle cohabite jusqu’au foyer des sportifs. L’accompagnant à sa table, dans
son assiette, dans son bain glacé après un effort pour une meilleure récupération musculaire ; elle est sa conscience professionnelle. Prescripteur, manuel de mode de vie sain utile à quiconque prétend remporter la compétition, le sportif sérieux est un sportif qui l’emporte partout avec soi.

Les équipes olympiques ont des staffs médicaux, les critiques sportives sont moins indulgentes lorsqu’un joueur traîne quelques kilos en trop. Et pourtant si l’on s’aventure quelques décennies en arrière l’exigence athlétique n’étaient pas aussi liberticides pour les compétiteurs. Aucune révolution incroyable n’a impacté les connaissances anatomiques. C’est le comportement, l’adoption d’un esprit dans le sport qui s’est imposé de lui-même mais pas que… La médecine sportive a bénéficié d’un coup de pouce, elle fut impulsée par les dirigeants de club, les sponsors etc.. qui ont de gros désavantages à voir leur écurie décimée par les blessures perdre face à des adversaires dont les sucres lents ont composé le déjeuner. Ce faisant, les athlètes se sont calqués sur l’hygiène de vie des vainqueurs et la rigueur médicale a accrue la compétitivité.

Une histoire de gros sous ?

De manière croissante, le sport génère de plus en plus d’argent avec la démocratisation des télévisions – donc des droits d’image -, la publicité et les sponsors. En NBA, golf ou football, jamais les salaires n’ont atteint un tel palier. Jamais une victoire du championnat n’attirait autant de rentrée d’argent par les sponsors (20 millions annuels déboursés en 2017 par Rakuten afin d’avoir son logo visible sur le maillot des Warriors de San Francisco en NBA). Jamais un titre de meilleur joueur des play-offs n’attirait autant d’entreprises, chéquier à la main en proposant à une star de tourner une publicité de shampoing. Johan Cruyff sur cette photo commet un acte qui serait aujourd’hui sanctionné par les dirigeants de club. Rappelons qu’un joueur de football est sous contrat, son corps est l’outil de travail de ses employeurs. Comme un industriel qui assurerait une machine contre la dégradation, les dirigeants contractent des assurances sur les mains des gardiens ou les jambes des attaquants. Celles de C. Ronaldo ont été assurées à 103 millions d’euros par le Real Madrid en 2013. On comprend mieux pourquoi les joueurs sont incités à adopter une attitude médicinale d’eux même. Imaginons que les 4 joueurs fumeurs de l’équipe de France de Tennis affronte l’équipe Suisse composée de 4 joueurs non-fumeurs. Est-ce que Lacoste serait ravis de perdre contre Nike et glanerait l’innocente maxime « L’important c’est de participer » ? Il est donc possible que l’explication trouve son origine dans la dimension monétaire du sport. Johan Cruyff gagnait 360 000 euros annuels au FC Barcelone en 1973. C’était le transfert record de l’époque. Cristiano Ronaldo au Réal Madrid, 40 ans plus tard avait un salaire annuel de 21 millions, soit 58 fois plus ! En 1973 Cruyff fumait devant les photographes, C. Ronaldo a son nutritionniste personnel. Nous ne pouvons à ce stade que nous interroger sur l’évolution simultanée de la médecine dans le sport de haut niveau et de l’évolution des capitaux, sans ne pouvoir rien affirmer. Notons également que le comportement sain dit « professionnel » gagne les amateurs mais aussi les futurs professionnels du sport à savoir les étudiants STAPS disposant d’Unité d’Enseignement théoriques concernant l’anatomie et la prévention des blessures.


Sources :
https://www.basketusa.com/news/446725/les-lakers-devoilent-un-sponsor-maillot-pour-12-a-14-millions-de-dollars-annuels/
https://ufr-staps.univ-lyon1.fr/formations/licence-et-master
https://www.footichiste.com/2020/05/27/footballeurs-fumeurs-cigarettes/

https://www.sofoot.com/johan-cruijff-le-business-man-volant-204691.html

L’Arbre aux Hérons ou la joie de donner vie à ses rêves

Depuis 2004, l’Ile aux Machines est installée sur l’Ile de Nantes, aux bords de la Loire. Un partenariat entre Nantes Métropole et la compagnie « La Machine », croisant le théâtre et l’urbanisme, a permis l’installation d’un atelier où collaborent des artistes, techniciens et décorateurs de théâtre. Né de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le public a découvert en 2007 le Grand Eléphant et la Galerie des Machines, puis en 2012, le Carrousel des Mondes Marins. Le projet initial prévoyait aussi la conception de l’Arbre aux Hérons dont une branche prototype est visible depuis 2007. Les visiteurs admirent, se promènent et patientent en observant les gestes et le savoir-faire de ceux qui donnent vie à ce projet rêvé. Au cœur de la création d’un nouveau jardin urbain, le Jardin Extraordinaire, l’Arbre aux Hérons s’inscrit petit à petit dans l’environnement. Dessiné, rêvé, imaginé, ce sont des techniciens, des artistes peintres, des mécaniciens, hommes et femmes qui œuvrent à sa conception. 1700 tonnes d’acier feront une sculpture de 35 m de haut et 50 m de diamètre. Le tronc, de 15 m de diamètre, portera des jardins suspendus où les visiteurs pourront déambuler. Le monde souterrain sera également accessible aux curieux. Un bestiaire mécanique de trente animaux et plantes habitera les lieux, surplombés par un couple de hérons, nichant à la cime de l’arbre. Ces oiseaux mécaniques déploieront leurs 91 plumes sur 16 m d’envergure pour faire voler une quinzaine de passagers à plus de 40 m au-dessus de la ville ! Une occasion de voir les lieux autrement et de célébrer l’ingéniosité des techniciens et l’imagination des artistes qui feront partager leurs rêves au public. Chaque jour, ils œuvrent à donner vie à cet incroyable projet grâce à leur savoir-faire. Le projet s’inscrit dans une aventure artistique, humaine et industrielle. Des temps de partage avec les habitants permettent de l’inclure dans la vie locale, les ateliers sont ouverts aux visiteurs plusieurs mois par an, exposant les avancées en cours. Les artistes présentent les machines au public, leur fonctionnement et leur donnent vie. Plusieurs animaux du bestiaire sont déjà prêts (créations de Pierre De Menecquenem) : une chenille, un colibri, un paresseux et depuis peu un caméléon aux couleurs irisées qui étend sa langue pour attraper des mouches ! L’aventure se poursuit jusqu’en 2024 où l’Arbre aux Hérons deviendra réalité. Souhaitons que d’autres rêves fleurissent d’ici-là, pour continuer de les partager à l’Ile aux Machines.

Nathalie ROTH

Sahara et le Césium

Début février 2021, un nuage de poussière de sable du Sahara arrive en France grâce à des conditions météorologiques favorables. Après analyse des échantillons, les scientifiques retrouvent des traces de césium 137, un élément radioactif issu des tests nucléaires français dans les années 60.

Pas de danger radiologique d’après l’IRSN.

Au total, il est retombé 80 000 Bq (becquerels) au km² de césium 137. Cette valeur est extrêmement faible et n’est heureusement pas synonyme de dangerosité pour la santé. L’IRSN (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) indique que les retombées radiologiques sont négligeables.

Le césium a une demi-vie d’environ 30 ans. Il faut 30 ans pour que la moitié des atomes se désintègrent et que la dangerosité baisse d’autant. On considère qu’il faut 10 périodes pour que la radiotoxicité d’un élément tombe en dessous du niveau de radioactivité naturelle. Le fait que ces retombées de césium 137 soient négligeables pour la radioprotection vient de deux facteurs :

– La désintégration naturelle : les essais ont eu lieu dans les années 60, la radiotoxicité adonc été divisé par 4 depuis.

– La dilution : Le césium 137 produit par les explosions nucléaire a été largement dilué dans l’immensité du Sahara, la quantité de césium réellement présente dans ces retombées est infime. 

Néanmoins si le danger radiologique est écarté, ce phénomène de retombé de poussière augmente considérablement la concentration en particule fine et provoque une pollution atmosphérique qui n’est pas négligeable.

Un rappel des agissements de la France.

Le Césium 137 n’existe pas dans la nature et provient exclusivement d’activités humaines. On le retrouve notamment après des accidents nucléaires comme ceux de Tchernobyl ou Fukushima. En l’occurrence ici, vu la provenance du sable, ce césium 137 est un reliquat des essais nucléaires français menés pendant les années 60 dans le désert du Sahara. Le premier essai : « La gerboise bleue » date de 1960.  Entre 1960 et 1966, ça n’est pas moins de 17 essais nucléaires qui seront réalisés par la France dans le sud de l’Algérie. Les accords d’Evian signés en 1962 obligeront la France à quitter le territoire Algérien pour ses essais atomiques à partir de 1967. La France continuera les essais atomique en Polynésie pendant près de 30 ans jusque 1996, fin officielle des essais français.

Avec Holo-Math : Plongez au cœur des maths

Comprendre des concepts mathématiques grâce à l’immersion dans la réalité virtuelle ? C’est

le pari du projet Holo-math de l’Institut Henri Poincaré à Paris.




Source : https://www.holoforge.io/project/holomath/

La réalité mixte 1930 est l’année où le terme « réalité virtuelle » a été utilisé pour la première fois. Et la première expérience date des années 1960. Tandis que celle-ci plonge l’utilisateur dans un monde virtuel composé d’images de synthèse, la réalité mixte permet, grâce à des lunettes Hololens ou encore Meta 2 par exemple, l’ajout d’objets de synthèse sous forme d’hologrammes, dans l’environnement réel. L’utilisateur a la possibilité d’interagir avec ces objets. Les lunettes de réalité mixte ne sont pas composées d’écrans, mais d’une visière transparente sur laquelle sont projetés des éléments virtuels. Ces éléments apparaitront en 3D dans l’environnement réel de l’utilisateur. Cette réalité mixte est souvent utilisée par les professionnels pour la maintenance de matériels de pointe ou encore par des concepteurs, ingénieurs ou architectes pour visualiser un produit futur et l’améliorer ou corriger les défauts. Le deuxième pôle d’utilisation est l’enseignement et la formation.

L’Institut Henri Poincaré à Paris lance d’ailleurs un nouveau projet de réalité mixte grâce à un casque HoloLens : le projet Holo-Math. Comprendre des concepts mathématiques grâce à l’immersion dans la réalité virtuelle  Le projet débute en 2017 avec une expérience et des tests pilotes au Palais de la découverte. Puis elle est testée auprès du grand public un an après, au Panthéon. Les années suivantes, le premier « épisode » sur le mouvement brownien est développé, designé et expérimenté lors de sessions d’immersion. Le concept, présenté dans des musées, des centres scientifiques, des écoles et lors d’évènements spéciaux, réuni une dizaine de personnes autour d’un médiateur.

Grâce à un casque HoloLens qui les plongent dans un univers d’objets et de théories mathématiques, les participants se déplacent, tournent dans la pièce et cliquent sur les objets virtuels. Contrairement à la réalité virtuelle « totale », les participants peuvent encore se percevoir les uns les autres. Mais la réalité est augmentée grâce aux hologrammes du casque et l’utilisateur voit se matérialiser devant lui des concepts mathématiques et physique comme le mouvement brownien ou la planche de Galton. La Maison Poincaré, dédié aux mathématiques, qui ouvrira à Paris en 2022 a prévu un espace dédié pour l’expérience Holo- Math. Cela permettra de tester une autre manière de « voir les mathématiques ».

MD

 

Kerbal space programme: Vers l’infini et au-delà!

 

Kerbal space programme (KSP) est un jeu vidéo de simulation de construction, lancement et pilotage de fusée, satellite et vaisseaux spatiaux. Le jeu propose une expérience extrêmement réaliste d’un point de vue de la physique (gravité, friction, vélocité, calcule des trajectoires) tout en affichant une direction artistique très cartoon. À cet égard, le jeu peut paraître assez simple aux premiers abords, mais dès lors que vous vous retrouvez aux manettes, la réalité de la physique cruelle et immuable vous rattrape. KSP est un jeu difficile. C’est ce qui en fait tout l’attrait. S’extirper de la gravité terrestre* est un défi. Vous raterez beaucoup, vraiment beaucoup… vos premières fusées vont pour la plupart exploser au décollage. Ici vous comprenez pourquoi le jeu possède des graphismes cartoon, il est judicieux de s’écarter du photoréalisme quand vos 50 premières fusées explosent sur le Pas de tire avec vos astronautes à l’intérieur ! Quand par miracle au bout d’un nombre d’essais un peu trop élevé à votre goût, votre fusée atteint enfin l’espace, le jeu vous rappelle immédiatement à la réalité : « gravity is a bitch ». Votre fusée amorce sa chute et se désintégrera durant sa réentrée dans l’atmosphère dans un feu d’artifice digne des plus beaux 14 juillets. Piqué dans votre ego vous vous relancez, bientôt le vocabulaire spatial n’a plus de secret pour vous. Vous parlez couramment de « Delta V », d’ergol liquide et solide, d’Apoapsis et de Periapsis. Vous êtes un expert. Vous maîtrisez la mécanique orbitale comme personne. Votre fusée « SPOUTNIK 56 » arrive en orbite stable autour de la terre à tous les coups. Vous êtes un génie. Le champ des possibles s’ouvre à vous.

Préparer une mission lunaire habitée, construire une station spatiale, envoyer des sondes vers toutes les planètes du système solaire ou encore construire un réseau de satellite géostationnaire ou GPS : tout est possible. Le jeu est un immense bac à sable à l’image du vrai monde véritable. Bientôt vous vous retrouvez sur YouTube à regarder tantôt des documentaires sur les missions Apollo pour essayer de reproduire les plus emblématiques d’entre elles, tantôt sur des tutos KSP parce que vous avez tout compris, mais vous ne crachez pas sur un peu d’aide. Rien n’est facile, chaque mission vous demande des recherches sur le fonctionnement d’une fusée, sur les mécaniques stellaires ou encore sur la chimie des différents moyens de propulsion que vous utilisez. Mais les sensations d’accomplissement sont réelles, la sensation quand votre premier cosmonaute pose le pied sur la Lune est indescriptible (teinté d’une légère tension, vous n’êtes pas vraiment sûr d’avoir embarqué assez de carburant pour le trajet retour)

KSP est un jeu difficile qui ne fait pas de cadeaux et qui ne plaira sans doute pas à tout le monde. C’est aussi une aventure extraordinaire de laquelle on ressort avec des connaissances que l’on n’aurait jamais imaginé avoir. Une compréhension des mécanismes d’orbite et bien d’autres concepts qu’aucun autre support que le jeu vidéo nous aurait poussés à aller chercher. L’envie de réussir l’exploit, de poser notre petite sonde sur une autre planète pousse le joueur à à creuser toujours un peu plus pour comprendre le monde de l’espace et les règles qui le régis. Je propose de vous quitter une nouvelle fois sur une vidéo YouTube que j’ai moi-même publiée il y a quelques années à l’occasion de la mission « Exo Mars » de l’ESA. J’essaie d’y simuler la mission au sein du jeu.

 

https://youtu.be/U2atEbzrlGU

 

* Pour des raisons de simplicité je parle du système solaire alors que KSP ne reproduit pas exactement le système solaire mais une version légèrement modifiée de celui-ci, mes excuses aux experts qui l’auront sûrement remarqué.

Néonicotinoïdes : Une contamination irrémédiable des écosystèmes d’Europe?

Plusieurs années après leur interdiction, les néonicotinoïdes ont envahi nos sols et nos écosystèmes selon des études récentes. Trois pesticides, reconnus toxiques pour les abeilles et autres pollinisateurs, sont interdits d’utilisation en Union Européenne (UE) depuis 2018. Ces pesticides, de la famille des néonicotinoïdes, continuent de faire des ravages aujourd’hui. Malgré des conditions d’utilisation fortement restreintes et contrôlées, ils ne cessent de se propager dans l’environnement et de menacer la biodiversité. Ces derniers mois, de nombreuses études portées par des équipes européennes, ont mis en évidence une dissémination non négligeable de ces néonicotinoïdes dans les sols et les eaux de rivière. Les conséquences sont visibles. Les organismes vivants dans ces écosystèmes : abeilles, fourmis, vers de terre ou encore insectes d’eau douce, sont fortement impactés.

Réglementation en Union Européenne

Pesticides les plus utilisés à travers le monde, les néonicotinoïdes sont également les plus dangereux pour nos écosystèmes. Trois d’entre eux ont vu leur utilisation restreinte dans les États de l’UE en 2013, avant d’être bannis en 2018. Certaines cultures possèdent des dérogations. C’est le cas de plantations sous serre entre les années 2013 et 2018. Elles étaient alors considérées comme sécurisées avec des chances de contamination extérieures très faibles. Plus récemment, on peut noter l’autorisation accordée en décembre 2020 pour le traitement des betteraves à sucre, dans l’optique de lutter contre un puceron vert transmetteur de la jaunisse.

Malheureusement, des études récentes ont démontré, par le biais d’expériences en laboratoire et d’ analyses sur des terrains agricoles français, que les contaminations étaient monnaie courante et les conséquences importantes. Une contamination généralisée des sols Une étude française 1 a analysé des prélèvements de sols agricoles datant de 2016 et provenant de la zone Atelier Plaine; Val de Sèvre, un territoire d’étude de la biodiversité de 450km 2 . Le résultat est sans appel. Tous les sols, qu’ils aient été ou non traités par le passé, présentent des traces d’au moins un pesticide. Dans 90% des cas, il s’agit d’imidaclopride, un des trois néonicotinoïdes interdit depuis 2013. Une seconde étude française 2 , datant de 2020, a aussi enregistré une contamination de fleurs sauvages dans l’ouest de la France, que celles-ci soient proches ou à distance d’un champs traité ou anciennement traité.

La propagation à une aussi grande échelle de ces pesticides, a plusieurs origines. Dans une culture traitée par pulvérisation, seulement 5% des pesticides se retrouvent sur les plants. Les 95% restant sont absorbés par le sol, charriés par les vents vers de nouveaux terrains, ou encore emportés dans les eaux de ruissellement et d’irrigation qui rejoignent ensuite les rivières. La durée de vie des néonicotinoïdes dans les sols est variable, parfois jusqu’à plusieurs années. Dans un champ n’ayant jamais été traité, les risques de contamination dépendent de différents paramètres : son emplacement, plus ou moins proche d’un champs traité ou anciennement traité ; les vents, vecteurs de propagation ; et la nature de son sol. En cas de pluie et de retombées de néonicotinoïdes, il a été démontré qu’un sol argileux, ayant une meilleure capacité de rétention d’eau qu’un sol calcaire, présente des quantités d’imidaclopride supérieures.

Un impact sur la faune

Si les disséminations sont nombreuses et peuvent être expliquées, les conséquences à long terme sur la faune commencent juste à être étudiées. En répercussion à la contamination de l’environnement, le miel issu du butinage du nectar de colza présente encore des traces de néonicotinoïdes trois ans après leur interdiction. Les abeilles, au centre de la lutte anti-néonicotinoïdes depuis les années 1990, ne cessent d’être en première ligne. De même, des niveaux de pesticides pouvant mettre en danger les vers de terre des terrains agricoles de l’ouest de la France sont retrouvés chez la moitié d’entre eux. Parmi les pesticides retrouvés, l’imidaclopride y est surreprésenté et retrouvé en quantité encore plus importante que dans les sols.

D’autres études, réalisées en laboratoire, ont cherché à observer le comportement des organismes présents naturellement dans ces écosystèmes pollués. Ainsi, en mimant les quantités de néonicotinoïdes retrouvées dans la nature, des chercheurs suisses 3 ont mis en évidence un impact à long terme sur les colonies de fourmis noires de jardin. Ils remarquent une diminution de la taille et du nombre d’ouvrières, en répercussion à une diminution des capacités à rechercher de la nourriture ou à se reproduire. De même, une équipe des Pays-Bas 4 a étudié le risque associé à la présence d’imidaclopride à la surface des eaux douces. Si les poissons et amphibiens ne sont pas impactés, ce n’est pas le cas des insectes aquatiques. Le déclin d’insectes aux Pays-Bas est documenté et les résultats de cette expérience apportent une explication plausible au phénomène. Le taux de néonicotinoïdes retrouvé à la surface de l’eau serait toxique pour certains insectes.

Si le mode d’action et les effets des néonicotinoïdes sur les cultures traitées sont connus, nos connaissances sur leur dissémination dans les écosystèmes et les conséquences à long terme le sont moins. La contamination des sols atténue les effets bénéfiques de l’agriculture biologique et menace la biodiversité. Malgré la décision d’interdire certains néonicotinoïdes, leur utilisation dans le passé et les dérogations accordées continuent d’affecter nos écosystèmes. Certains pays de l’UE demandent régulièrement des dérogations. Une responsabilisation des États serait nécessaire afin de diminuer les demandes de dérogations et favoriser la mise en place d’alternatives naturelles aux pesticides.

 

  1. D. Wintermantel et al. Science of the Total Environment (2020)
  2. C. Pelosi et al. Agric. Ecosyst. Environ. (2021)
  3. D. Schläppi et al. Communications biology (2020)
  4. N. Thunnissen et al. Chemosphere (2020)

 

5G puis 6G : la course au pouvoir des rêves

Le monde hyperconnecté se rapproche à grands pas. Fantasmée et convoitée par les puissances mondiales et les entreprises, cette vision passionne les geeks mais elle est aussi redoutée par les particuliers. La frontière entre rêve et réalité semble de plus en plus mince. Mais est-ce un besoin réel ou une déconnection pour aller vers un monde virtuel où tout désir peut se réaliser ?

C’est une course qui paraît sans fin. Alors que son déploiement en est encore à ses débuts, la 5G suscite nombre de débats et controverses. La 6G commence à pointer le bout de son nez, laissant entrevoir un monde baigné par l’intelligence artificielle qui devra répondre aux problématiques du monde actuel.

Alimenter le fantasme du pouvoir et la compétitivité

Ces nouvelles générations de technologies de réseaux mobiles restent au cœur d’enjeux géopolitiques notamment les rivalités sino-américaines, une lutte de pouvoir et de conquête entre ces deux superpuissances pour la course du leadership. L’Asie est toutefois bien avancée sur ce sujet depuis 2018, puis depuis novembre 2020 avec les premiers satellites chinois pour tester la 6G. Les Etats-Unis sous Trump sont tombés dans une lubie de vouloir à tout prix remporter cette bataille. Fin 2020, ils entraient aussi dans la compétition de la 6G avec la Chine. Les supposés soupçons de risques d’espionnage par la Chine sont le principal motif de cette course. Cette lutte acharnée se fait ressentir jusqu’en Europe où les attendent deux potentiels concurrents, les entreprises Nokia et Ericsson.

Les industriels et les chercheurs attendent la 5G avec impatience puisqu’elle a été conçue pour répondre en particulier à leurs demandes. Outre le secteur militaire, les exemples souvent cités sont : le domaine de la santé avec des opérations chirurgicales très pointues réalisées à distance, des voitures connectées et autonomes pour le secteur automobile et la gestion du réseau des transports routiers.

Le développement de la 5G favorisera donc le maintien de la performance. Il relancera la compétitivité et l’économie. Il naviguera sur une meilleure productivité et une incitation à la consommation.

L’ultra-rapide rêvé

L’arrivée de la 4G dans les années 2010 avait déjà permis de faire un bond énorme dans la rapidité de la communication des données. Avec la 5G, finis les problèmes de latence et de saturation du réseau ! C’est de la 4G améliorée. Le temps de réponse des réseaux passera à 2 millisecondes au lieu de 20 à 40 millisecondes. Autrement dit, vous n’aurez pas le temps de souffler que la donnée apparaîtra sous vos yeux en un claquement de doigt. C’est magique, si le futur réseau ne rencontre pas trop d’obstacles physiques importants ! Concrètement, pour les utilisateurs d’internet et passionnés de technologies, vous téléchargerez une vidéo en quelques minutes au lieu d’1h30. Vous regarderez des vidéos en streaming sans coupure du flux. Vous aurez accès à davantage de jeux vidéo avec une meilleure résolution. Le monde de la 5G vous plongera dans un mélange entre virtuel et réalité.

Un avant-goût de la 6G

Pensez-vous que vous aurez tout vu avec la 5G ? Eh bien, pas tout à fait, puisque la 6G est bien en route. Comme pour la 5G, la 6G aura surtout sa place dans l’industrie avec un débit en théorie cent fois plus rapide que la 5G. Le premier sommet « 6G wireless summit » a eu lieu en mars 2019 en Finlande. Les experts et les scientifiques de 28 pays se sont projetés dans les rêves du monde en 2030, en tenant compte des problèmes du monde actuel. Car il s’agit peut-être bien d’un rêve de repousser encore plus loin les limites du progrès technologique. Le monde sera confronté à une population croissante et de plus en plus vieillissante, à des demandes d’augmentation de la productivité et à la nécessité de connecter des milliards de personnes qui ne le sont pas encore.

La vidéo « 6G vision for 2030 » de l’université Oulu en Finlande vous propulse dans un monde hyperconnecté avec des hologrammes. Les industries et les villes intelligentes se développeront encore plus rapidement. Vous ne seriez plus dans un de ces films de fiction fantasy. Les désirs des chercheurs et des geeks deviendront réalité dans quelques années.

Et le bien commun des particuliers ?

Le particulier va s’adapter à cette course technologique. Mais jusqu’où et à quel prix sera-t-il prêt à accepter tous ces changements ? En France, le sondage Ifop de décembre 2020 pour l’Académie des technologies révèle l’inquiétude des particuliers face aux nouvelles technologies, peut-être par manque d’informations et par les controverses suscitées. L’impact de l’évolution des technologies est perçu de moins en moins positivement sur la santé, l’environnement, l’alimentation et les loisirs numériques. Pour autant, l’attirance des nouvelles technologies reste palpable avec une amélioration acceptée pour certains secteurs et pour la vie quotidienne.

Vous serez sans doute contents d’avoir une bonne réactivité du réseau et de découvrir la connectivité entre objets. Cependant, ne vous attendez pas à aller au nirvana du réseau sans fil ! Si vous en restez à une utilisation du smartphone uniquement, il est bien possible que rien ne change à vos yeux sur un petit écran. L’intégration de ces technologies dans votre quotidien dépendra donc de votre utilisation future, du choix de vos équipements et de vos besoins réels. Vous finissez par adopter l’hyperconnectivité mais agissez-vous réellement pour votre bien-être ? Comment sera géré le flux d’informations instantanées ? Le bouleversement écologique et la problématique énergétique supporteront-ils à terme l’implantation de ces technologies ? Le risque de dangerosité des ondes reviendra avec la multiplication des antennes. Voilà bien des questions qui amènent à d’autres réflexions. Et rappelez-vous, la 5G ne sera pas opérationnelle avant 2025 et rien ne vous empêche de continuer à rêver d’intelligence artificielle avec de la fiction.

 

Claire Semler

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search