La Tronche en Biais

La tronche en Biais est une chaîne YouTube créée par Thomas C. Durand et Vled Tapas, biologiste et musicologue. Sur cette chaîne, ils nous aident à distinguer le vrai du faux, ce qui relève de la science ou de la croyance. Mais leur contenu n’évoque pas que les sciences mais bien tous les biais cognitifs en rapport avec la rhétorique, le débat, la controverse. Un guide pour débattre en toute conscience et avec intelligence. Ils replacent la vérité dans des controverses qui prêtent trop souvent à confusion. Thomas C. Durand et Vled Tapas se veulent critiques et déchiffrent les malentendus scientifiques. Ils ont pour but d’éclairer leur public sur les défauts de rationalité et de leur perception des événements.

Plusieurs formats de vidéo sont disponibles sur leur chaîne:

“La boutique des erreurs” dans laquelle ils interprètent un disciple et un maître qui “explore les limites de la mauvaise foi” en combattant les sophismes, plusieurs exemples sont donnés et par la force des choses plusieurs faux arguments concernant les controverses du monde scientifique. Les créateurs abordent par exemple la question de la théorie de l’évolution et de la religion dans un entretien de presque deux heures avec un chercheur en philosophie : sont-elles compatibles ?

Dans le format “Interviews” ils réalisent des entretiens avec plusieurs chercheurs, physiciens, médecins, cosmologues. Ils y soulèvent la question de l’expertise, parlent de la relation entre la science et la société, décrypte le vrai du faux des médecines alternatives …

Dans la playlist “Tronche de fake”, les deux passionnés décortiquent la très controversée et mal racontée théorie de la mémoire de l’eau. Ils y déchiffrent les principes de l’homéopathie et de toutes les déviances et fausses vérité qui l’accompagnent.

BREF un tas de sujets captivants qu’ils développent en vidéo de manière intelligente, décalée et pleine de pédagogie.

 

Lumière sur : De cause à effets, le magazine de l’environnement

Il s’ouvre sur une version remaniée du Requiem pour un con de Gainsbourg, pourtant on se le sent un peu moins après avoir écouté ce podcast.

Si vous aimez la nature et la touche France Culture, cette émission est faite pour vous. Au programme, une heure de débats sur des questions environnementales et sociétales autour de spécialistes : scientifiques, agriculteurs, journalistes, avocats… L’émission traite à voix libre des sujets qui fâchent : dérèglement climatique, pollution, disparition de la biodiversité, lobbys… mais aussi de solutions, de villes en transition, d’économie circulaire, de permaculture.

Découvrez ainsi aux côtés de Nicolas Hulot, de Sasha l’influenceuse virtuelle ou encore de
photographes animaliers les transformations de notre monde et comment agir pour une société plus durable.

Présentée par Aurélie Luneau, docteure en histoire et diplômée de sciences politiques,
documentariste et productrice notamment de l’émission « La Marche des sciences » (de 2009 à
2016), ce podcast est disponible sur toutes les plateforme de podcasts et sur le site de France
Culture.

Aime ton chien

Aime ton chien, il est dans tes gènes

Des chiots se sont montrés réceptifs aux gestes, aux regards et aux voix d’une équipe de chercheurs américains, au cours d’une étude sur la sociabilité du chien, publiée dans la revue Current Biology début juin 2021. Ces petites bouilles recherchaient déjà le contact alors qu’elles n’étaient pas encore habituées à la présence humaine. Elles prouvent une fois de plus que les chiens sont en général motivés par un mode de communication et de coopération basée sur la confiance dans la relation homme-animal. 40 % des variations dans les aptitudes sociales observées sur ce groupe de 375 chiots viendraient de l’influence de facteurs génétiques. Ces capacités apparaîtraient alors très tôt dans le développement du chien, sans apprentissage nécessaire, tout comme chez les bébés humains. Un pas de plus pour tenter de déficeler les origines de la domestication du chien et de mieux nous sociabiliser avec nos braves toutous !

Claire Semler

Lumiere sur Le mystère du monde quantique

Les mystères du monde quantique :

 

En savez-vous assez sur les lois qui régissent notre univers? N’avez-vous pas envie de comprendre tout ce qui se passe dans votre smartphone ou comment expliquer la couleur des braises par le prisme de la physique quantique ? Il faudra réussir à déconstruire votre intuition pour la comprendre ! C’est la mission que se sont lancés Thibault Damour,physicien théoricien, et Mathieu Burniat, auteur de BD. Thibault Damour avait depuis longtemps envie de partager son grand savoir de manière plus accessible et Mathieu s’y intéressait beaucoup et voulait en faire un roman graphique. En contactant Thibault, Mathieu s’est rendu compte que son savoir et sa vulgarisation seraient bien nécessaires…! Cet ouvrage est le résultat de plusieurs années de discussion sur ce que veut dire le monde quantique et la façon de le rendre visuellement attractif et compréhensible. Pour les aider à accomplir leur mission, partez avec Bob, un jeune garçon attachant qui ne comprend rien à la physique et Rick son chien, pour une aventure dans un monde onirique sur les traces des découvertes en physique quantique. L’explication est très progressive et nos auteurs partent toujours d’une observation de Bob, le personnage principal du récit. Lors de la lecture vous rencontrerez les nombreux scientifiques qui ont participé à l’histoire de la physique quantique, admirerez les belles planches de Mathieu Burniat et en plus vous comprendrez !
Aude Chandellier

Dérogation aux néonicotinoïdes des: reculer pour mieux avancer ?


Pour sauver les cultures de betteraves touchées par la jaunisse, le gouvernement vient de réautoriser l’utilisation de ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Un plan de recherche proposé cet automne au ministre de l’agriculture va réunir les spécialistes du secteur pour trouver des solutions alternatives durables d’ici la fin de la dérogation, en 2023.

Pourquoi le retour des néonicotinoïdes ? 
Depuis leur utilisation massive en agriculture dans les années 90, les néonicotinoïdes (NNI) ont fait l’objet de nombreuses études démontrant leur toxicité et notamment leurs conséquences désastreuses sur le système nerveux des abeilles. L’interdiction de leur utilisation en France a été votée en 2016 dans le cadre de la « loi biodiversité » et définitivement appliquée en 2018. Pourquoi le gouvernement revient-il donc sur sa décision 2 ans après ? La cause de ce revirement : la jaunisse virale. Transmise par les pucerons verts qui piquent les feuilles de betteraves, la jaunisse entraîne des baisses de rendement des cultures. Or, si elle est présente tous les ans à des degrés plus ou moins importants, la jaunisse a touché cette année beaucoup plus de parcelles qu’en 2019. La faute à un hiver très doux, mais aussi à une intervention moins importante qu’espérée des auxiliaires, ces insectes comme les coccinelles qui limitent naturellement les populations de pucerons verts.

La perte de rendement liée à la jaunisse de la betterave pourrait être fatale à la filière sucrière française 
© Confédération des Générales de planteurs de Betteraves

Les incidences de la jaunisse sur les rendements de 2020 ne sont pas encore connues mais les professionnels prévoient une baisse élevée, jusqu’à 50 % des récoltes selon les départements. Un coup dur, voire fatal, pour la filière française déjà fragilisée par la suppression des quotas européens sur le sucre fin 2017. Le ministère de l’agriculture évalue à 46 000 le nombre d’emplois qui seraient menacés. Pour sauver le secteur, le gouvernement a donc répondu positivement à la demande des betteraviers et promulgue, ce 14 décembre, la loi ré-autorisant jusqu’en 2023 usage des NNI pour les seules cultures de la betterave sucrière.

La filière à court de moyens
Cette dérogation sonne pourtant comme une dernière chance pour les betteraviers
français, car sans alternatives viables d’ici 2023, la filière s’arrêtera. Depuis plusieurs années, l’INRAE (Institut national de la recherche agronomique) et l’ITB (Institut Technique de la Betterave) collaborent afin de trouver des alternatives à ces insecticides « tueurs d’abeilles ». Si des pistes prometteuses ont été identifiées, aussi bien du côté de la génétique que des solutions chimiques sur le terrain, il n’existe à ce jour aucun traitement aussi efficace que les NNI. Le Teppeki et le Movento, qui faisaient partie des alternatives chimiques possibles,
ont très bien fonctionné en 2019… mais pas en 2020, car les pucerons verts ont
développé une résistance à ces produits. Il est donc indispensable d’amplifier les efforts de recherche et de développer des solutions à la fois économiquement viables et respectueuses du vivant et des terroirs.

Un programme de sauvetage sur mesure
Tous les espoirs se tournent donc vers le Plan national de recherche et innovation
monté par l’INRAE et l’ITB afin de renforcer les efforts de recherche autour de la
jaunisse. « Ce qu’on cherche à faire c’est que l’année 2020 ne se reproduise pas »,
explique Alexandre Quillet, Président de l’ITB.
Ce vaste plan, qui bénéficiera d’un financement supérieur à 20 M€, est construit
autour de 4 grands axes :
 Mieux comprendre les conditions favorables au développement de la jaunisse
et son vecteur, le puceron vert
 Identifier et tester des solutions à l’échelle de la culture betteravière
 Identifier et tester des solutions à l’échelle des paysages
 Construire un modèle économique durable
Ce projet associera donc recherche fondamentale et expérimentations, avec des
essais sous serre et grandeur nature, en ferme, pour délivrer aux agriculteurs des
solutions opérationnelles d’ici 2024. « On est rarement sur des projets de recherche
aussi opérationnels » a déclaré Philippe Mauguin, PDG de l’INRAE.

Une combinaison de solutions
Cependant les équipes sont lucides sur la difficulté du problème et le temps qui leur
est imparti pour le résoudre. « L’objectif n’est pas de dire qu’on aura une solution équivalente aux néonicotinoïdes valable à 100% dans les 2 ans et demi, 3 ans », explique Alexandre Quillet, mais de proposer aux professionnels une combinaison de solutions qui auront réduit le risque. Les chercheurs vont notamment explorer la sélection par la génétique des variétés de betteraves les plus résistantes à la jaunisse. Ils vont aussi se pencher sur la recherche d’outils de biocontrôle dont certains lutteraient aussi efficacement que les produits chimiques contre les pucerons verts. Parmi ceux-là, le champignon Lecanicillium muscarium, est particulièrement prometteur. Des solutions étudiées pour la culture de la betterave mais aussi à une échelle plus globale. Pour Christian Huyghe, directeur scientifique à l’INRAE, « la façon de cultiver les betteraves en 2023-2024 sera très différente car les paysages agricoles seront très différents. »

Les bandes fleuries, un moyen de lutter contre les nuisibles © Agroscope, Matthias Tschumi

 

Ainsi, une piste envisagée serait d’introduire à proximité des cultures de betteraves, des espèces végétales ayant un effet répulsif sur le puceron. Mais la piste majeure serait l’implantation de bandes fleuries, ou d’autres cultures, qui puissent héberger une forte population d’auxiliaires, en particulier les hyménoptères parasitoïdes, redoutables prédateurs des pucerons. Ce genre d’aménagement pourrait être bénéfique à d’autres productions impactées par les pucerons, et est aussi occasion de repenser les paysages agricoles d’une
façon qui soit plus favorable à la biodiversité.

VIRAGO sur la chaîne youtube de Aude Gogny-Goubert

 

L’oeuvre vidéo de Aude Gogny Goubert est feministe, elle veut réatribuer sa place à la
femme dans l’histoire. Politicienne, musicienne, peintre, navigatrice, révolutionnaire,
scientifique, son œuvre présente les exploits de femmes qui sont trop souvent oubliées. Elle
réécrit l’histoire en y replaçant celles qui y ont contribué. Dans sa série de vidéos
disponibles sur youtube, elle nous en présente 26.
On pourra alors découvrir des bribes d’histoire, et donc bien sûr des bribes de l’histoire des
sciences. Sa série de vidéo sur youtube l’a poussé à en faire un livre avec plus de 60
portraits de femmes. Parmi celles-ci, Caroline Herschel, Irène Joliot Curie et Ellen
MacArthur. Pour chacun de ces tableaux, elle y interprète la figure historique elle-même
quand elle le peut et confie la tâche à d’autres actrices lorsque le portrait concerne une
femme non-blanche. Elle la présente seule ou accompagnée d’un.e spécialiste.

Caroline Herschel, première femme a découvrire une comète en 1786 et première femme
astronome professionelle. Née en 1750, c’est l’enfant du milieu d’une fratrie de 10, relayée
au tache ménagère elle fuit le domicile parental pour retrouver son frère William Herschel
qui fabrique des télescopes lui-même dans son jardin. Il a au passage découvert la planète
Uranus en 1781 et deviendra astronome privé du roi George III. Cette passionnée
d’astronomie classifie 560 étoiles et 2500 nébuleuses dont 14 qu’elle a découvertes.Elle
reprendra les erreurs du catalogue d’étoiles créé par John Flamsteed, premier astronome
royal. Première femme a recevoir la medaille d’or pour ces travaux par la Royal
Astronomical Society, elle en recoit une deuxième pour son 96e anniversaire par le roi de
Prusse.

On nous raconte également l’histoire de Irène Joliot Curie, fervente défenseuse de la cause
des femmes, plus particulièrement de leur droit d’exercer et de la nécessité d’être reconnu
pour et par son travail. Dans le récit de son histoire, Aude Gogny-Goubert réattribue à Marie
Curie son deuxième prix Nobel obtenu en 1911 trop souvent oublié. Sa fille Irène qui a suivi
sa mère en tant qu’infirmière au front, calcule en 1922 la vitesse d’émission des rayons
alpha du polonium par la méthode de la déviation magnétique. Elle détermine en 1924 la
constante radioactive du radon et découvre en 1934 avec son mari Frédéric Joliot-Curie la
radioactivité artificielle. Cette femme dont-on n’entend peu parler et qui a pourtant joué un
rôle important pour la science et pour la cause feministe est enfin mise en lumière pour le
grand public.

L’auteure nous parle ensuite de Ellen MacArthur, première navigatrice de renom, ce qui lu
permet d’aborder les problèmes écologiques et la lutte qui en découle. En 1998, Ellen MacArthur est la seule femme engagée (et la plus jeune de tout les candidats) pour une traversée de l’Atlantique. A 24 ans, elle est deuxième du Vendée Globe et à 26 elle gagne la Route du Rhum. Elle arrête sa carrière assez jeune et se reconvertit alors dans l’économie circulaire et construit la Fondation à son nom qui a pour but d’accélérer la transition écologique en passant par l’industrie, la communication et l’éducation. Cela lui a été inspiré en grande partie grâce au réflexe d’optimisation sur son bateau, de l’espace, de l’eau, des provisions, de l’électronique et de la vision d’autant de plastique dans les océans. La fin de la partie sur Ellen MacArthur s’adresse directement au public et donne quelques conseils pour faire de petits gestes et diminuer les déchets plastiques. Là, la médiation est directe et passe du récit à l’interpellation du lecteur. La démarche de Aude Gogny-Goubert ressemble beaucoup à celle de Pénélope Bagieu, auteure de la série de roman graphique Les Culottés. De part leure mise en avant de femme dans l’histoire, elles nous permettent de connaitre des moments de l’histoire des peuples, des sciences, de la sociologie, de la mode, du cinéma … que les livres d’histoire ne nous partage pas.

The Line

Une ville construite sur une ligne de 170 km en plein désert et alimentée à 100% d’énergie verte. Incroyable ? C’est pourtant le projet présenté par le prince Mohammed Ben Salmane le 10 janvier dernier.

 

Cette ville innovante, appelée The Line, est développée par la compagnie Néom, en plein désert d’Arabie Saoudite. Selon les grandes lignes annoncées du projet, le prince prévoit de bâtir cette ville futuriste en 2025. A l’image des cités linéaires imaginées par le passé par d’autres urbanistes, la ville s’organise autour d’un axe central et comporte tous les services nécessaires. Construite sans rues, où ne circule aucune voiture et ne rejetant aucune émission à effet carbone, cette ville est un joyau dans un écrin de nature. Le prince promet que tout y est accessible en moins de 20 minutes grâce à un système de transport ultra-rapide situé sous la ville. 

S’inscrivant dans le plan de développement « Vision 2030 », Mohammed Ben Salmane projette de diversifier l’économie de l’Arabie Saoudite en misant moins sur le pétrole et plus sur le tourisme. Il est vrai qu’avec ses 26 500km², répartie entre la mer Rouge et la Jordanie et son budget de 500 milliards de dollars, la ville futuriste The Line, intégrée en pleine nature, promet d’être plus que spectaculaire. 

Autre point sur lequel le prince a mis l’accent, est que chaque site, bien qu’ayant sa propre spécificité, comme l’architecture ou les loisirs, est connecté grâce aux dernières technologies de pointe. Les robots feront partie intégrante de la vie des habitants, afin de faciliter certaines tâches à ces derniers ou encore de s’occuper des cultures prévues dans d’immenses serres. Deux lunes artificielles brilleront dans le ciel de The Line et même des taxis volants sont imaginés. La ville sera organisée par couches, avec les transports en sous sol, puis la couche de services, elle aussi sous terre, afin de laisser un espace dégagé en surface pour les piétons. 

Mohammed Bon Salmane promet un endroit où il fera bon vivre, sans pollution, entouré de nature et où les maîtres-mots seront : bien-être et haute technologie. Rêve ou réalité ?

 

MD

Fouloscopie, ce que la foule dit de nous.

 

Mehdi Moussaïd est chercheur à l’Institut Max Planck de Berlin où il étudie le comportement de la foule. Dans son livre, Fouloscopie, il partage son parcours : ses interrogations, ses expériences, ses rencontres et ses découvertes. Ce terme, qui n’existe pas dans la langue française, a été inventé par l’illustratrice Marion Montaigne. Mehdi Moussaïd se l’est approprié pour désigner la science du comportement des foules et ainsi parler de son travail. Il nous donne à comprendre les questions et les enjeux de ses recherches d’une manière très accessible.

 

On apprend que cette science utilise de la biologie, des mathématiques, de la physique, de l’informatique ou de la psychologie ! On se laisse volontiers porter vers des thèmes aussi différents que les déplacements collectifs, la contagion sociale ou l’intelligence collective.

 

M. Moussaïd illustre ses propos par des exemples récents qui nous montrent combien ces études sont au cœur de notre vie quotidienne : comment se propagent les informations ou les fake news, comment se comportent les piétons lors d’une évacuation d’urgence, comment prévoir la propagation d’une épidémie, comment des internautes collaborent à la résolution de problèmes scientifiques…

 

Et ces découvertes profitent à bien des domaines : de la biologie à l’économie, de la sécurité à la politique, du cinéma à la rédaction d’encyclopédies… Les applications sont nombreuses et montrent que ce nouveau mot pourrait bientôt trouver sa place dans un dictionnaire entre la biologie et la sociologie. Une science qui a tout pour attirer les foules. 

 

On retrouve aussi Mehdi Moussaïd sur son blog (articles et vidéos complètent son livre) : http://www.mehdimoussaid.com/

 

Le livre est édité par humenSciences, éditeur qui donne la parole aux chercheurs les plus en pointe dans leur domaine afin de partager leurs découvertes avec le grand public.

https://www.humensciences.com/livre/Fouloscopie/53

Des insectes comestibles dans nos assiettes : un plat problématique ?

Des insectes comestibles dans nos assiettes : « une alternative alimentaire aux vrais atouts environnementaux » (20minutes, 15/10/2020), « l’avenir de la santé de l’homme » (Le Figaro, 11/10/2017) ? Et si la production industrielle d’insectes avait des retombées néfastes sur la biodiversité ? Comme nous l’apprenons à travers l’article d’Alok Bang and Franck Courchamp « Industrial rearing of edible insects could be a major source of new biological invasions » paru dans Ecology Letters, certains insectes comestibles sont produits à une échelle industrielle. Il s’agit d’un marché de plus de 400 millions de dollars par an et qui concerne déjà plus de 2 milliards de consommateurs à travers le monde. Les insectes sont choisis pour leur haut teneur en protéines, leur faible empreinte carbone et faible besoin en eau, leur reproduction rapide ou encore leur haute résistance aux maladies et aux changements climatiques. Certains de ces atouts font d’eux un danger pour l’environnement, avec un haut risque de propagation. En effet, la dispersion d’insectes dans la nature est un réel problème : les centres d’élevages sont mal équipés et il existe peu de contrôle. Il est nécessaire de développer une réglementation efficace et des protocoles de surveillances pour que la production massive d’insectes comestibles ne devienne pas une nouvelle menace pour la biodiversité.

Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible.

Art d’exception et milieu secret, la joaillerie nécessite de maîtriser de nombreuses techniques avant de créer une œuvre : la gemmologie, le travail traditionnel à l’établi, la ciselure, le repoussé, le sertissage… la taille des pierres, le polissage. Mais pas seulement. Comptent aussi la culture, la curiosité, l’expérience et la recherche créative. C’est l’art de l’infiniment petit.

Continuer la lecture de « Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible. »

Foldit : Un jeu informatique qui permet de faire contribuer les publics dans la recherche médicale.

Connaître la structure d’une protéine est essentiel pour saisir son fonctionnement et la cibler avec des médicaments… Mais le nombre de façons qu’une protéine peut avoir de se plier est juste colossale. Déterminer comment ces protéines sont pliées reste un problème de taille pour la biologie ! Une meilleure compréhension des processus de repliement permet une fabrication de nouvelle protéine et donc de nouveaux médicaments ! Et si c’était un jeu qui pouvait aider les chercheurs à avancer sur la question ?

Continuer la lecture de « Foldit : Un jeu informatique qui permet de faire contribuer les publics dans la recherche médicale. »

5G : les maires ont-ils leur mot à dire ?

La 5G commence sa mise en service, mais les maires s’interrogent sur la stratégie à adopter. De nombreuses communes ont changé d’édile lors des dernières élections municipales, et les nouveaux élus demandent du temps. Côté opérateurs, soutenus par l’État, on annonce déjà une couverture nationale fin 2021. Les temporalités locales et nationales n’ont jamais paru aussi éloignées.

A l’ère de la compétition des métropoles et de l’attractivité des territoires, la ville connectée est devenue un impératif. Il faut dire que les promesses font saliver : imaginez des villes sans embouteillages. Imaginez de ne plus avoir à se déplacer pour voir son médecin, ou encore une réunion de télétravail sans avoir à éteindre sa caméra pour libérer de la bande passante ! Autant d’arguments à même d’attirer habitants et entreprises. Et pourtant…

5G, fromage et amish : le débat de société aura-t-il lieu ?

Hormis à Nice, première ville couverte en 5G, où l’on pratique un « solutionnisme » technologique fervent, et mises à part quelques villes comme Lannion, qui bénéficient des retombées économiques directes des entreprises leaders du secteur, la tendance n’est pas à l’engouement.

Sébastien Soriano, président jusqu’à la fin de l’année dernière de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (ARCEP), analyse : les progrès technologiques « ne sont plus nécessairement vus comme positifs par défaut ».

Sur fond de crise sanitaire, la méfiance parait avoir augmenté, tout comme semblent avoir changées les priorités données par les citoyens à l’action publique. Les nouvelles assemblées municipales s’en font l’écho.

Après Grenoble, c’est Strasbourg, Bordeaux, Lyon ou encore Marseille qui demandent désormais un moratoire sur le déploiement, dans une tribune parue le 13 septembre dans le Journal du Dimanche, accompagnés de plusieurs dizaines de maires. Lille adopte le même principe quelques jours plus tard, alors que Paris promet une concertation citoyenne et Nantes un débat.

On y invoque un impact environnemental majeur et peu étudié. La hausse attendue de la consommation de donnée augmentera les besoins énergétiques des serveurs. Le remplacement des appareils non compatibles obligera à une intensification de l’extraction de terres rares, extrêmement polluante. C’est enfin l’internet des objets (IoT) qui est discuté, et à travers lui un modèle de société : a-t-on vraiment besoin d’« un frigo qui nous dit quand on a plus de fromage » ? s’interroge Delphine Jamet, première adjointe au maire de Bordeaux.

 « On risque encore d’être oubliés »

Mais à la tête de l’État, on veut aller vite, rattraper le retard. En comparant les auteurs de la tribune à des « amishs », M. Macron se positionne en champion du progrès technologique, quitte à caricaturer les positions divergentes ou attentistes, convention citoyenne incluse.

Qu’importe, depuis cette tribune, d’autres voix continuent de s’élever. A Mitry-Mory (Seine-et-Marne), la maire Charlotte Blandiot-Faride rappelle la réalité du terrain : raccordement à la fibre « toujours problématique », « déconnexions sauvages par les opérateurs »… Chaque changement de technologie induit une obsolescence de la précédente, et son lot de laissés-pour-compte.

Sans oublier que des centaines de communes rurales sont encore en zone blanche. Francis Fagegaltier, maire de Saint-Maurice-aux-riches-hommes (Yonne), partage son pessimisme : « on risque encore d’être oubliés ».

Les élus locaux, entre influence et impuissance

Après la fronde contre les compteurs Linky et les arrêtés anti-pesticides, les maires semblent soucieux de cultiver une image de premier acteur écologiste de terrain. Positionnement opportuniste ou sursaut de démocratie en l’absence d’un grand débat national ? Nombre de villes continuent quoiqu’il en soit de se vivre comme la caisse de résonance des préoccupations sociétales, à l’instar de Fontenay-Sous-Bois, ainsi devenue le 26 novembre dernier la première ville à prendre un « arrêté anti-5G ».

L’influente Association des Maires de France (AMF), souvent en tension avec le gouvernement ces dernières années, joue cette fois-ci la carte du dialogue, sans prendre parti. Ce rôle de tampon convient bien au gouvernement, qui accède à quasi toutes les demandes de l’AMF : simulations d’implantation, augmentation des contrôles, information préalable… les maires seront réaffirmés dans leur rôle d’organisateur local. De quoi remettre en perspective les débats qui se jouent dans les arènes médiatiques ?

Début décembre, l’ANFR a annoncé que 6 886 communes bénéficiaient d’au moins une autorisation de site en 5G. On ne sait s’il faut voir dans cette majorité silencieuse le signe d’une adhésion, de l’indifférence ou d’une résignation, surtout que c’est l’ARCEP qui régit les modalités de déploiement des antennes. Les maires ne peuvent s’y opposer que lorsque le domaine public communal est sollicité. Force est de constater malgré tout que les grandes orientations technologiques peinent toujours à trouver un espace de discussion apaisé et légitime.

Les élus donnent rendez-vous au printemps 2021, date à laquelle l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) doit rendre un nouveau rapport sur le sujet. Pour patienter, le rapport sur l’impact carbone de la 5G du Haut Conseil pour le Climat, paru le 17 décembre dernier, n’a pas été de nature à clore le débat. Prudent, il émet des recommandations de bon sens, sans s’engager sur des mesures contraignantes. L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) avait, quant à elle, conclu en septembre à une absence d’explosion de l’exposition aux ondes.

Avec un temps de latence de l’ordre de la milliseconde, soit des performances 10 à 20 fois supérieures à la 4G, la 5G offre une promesse d’instantanéité et de fluidité à peine pensable. Pourtant, la rencontre entre les préoccupations citoyennes locales et l’agenda national reste encore à imaginer.

 

Sources :

https://www.lagazettedescommunes.com/714497/5g-le-haut-conseil-pour-le-climat-publie-son-evaluation/

https://www.banquedesterritoires.fr/5g-le-manque-de-concertation-irrite-les-grandes-villes

https://www.lejdd.fr/Societe/5g-une-soixantaine-de-maires-et-de-deputes-demandent-un-moratoire-au-moins-jusqua-lete-2021-3991401

https://www.anses.fr/fr/content/d%C3%A9ploiement-de-la-5g-en-france-l%E2%80%99anses-se-mobilise-pour-%C3%A9valuer-les-risques-pour-la-sant%C3%A9

https://www.maire-info.com/numerique/5g-des-centaines-de-communes-couvertes-avant-la-fin-de-l%27annee-article-24779

https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/macron-et-les-amish-anti-5g-reactions-des-ong-qui-denoncent-un-renoncement-du-president-857253.html

https://www.lagazettedescommunes.com/714694/fontenay-sous-bois-ouvre-le-bal-des-arretes-anti-5g/

https://www.lagazettedescommunes.com/714249/sebastien-soriano-le-rejet-de-la-5g-a-pris-tout-le-monde-de-court/

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/pres-de-80-emplois-crees-autour-de-la-5g-a-lannion-une-tres-bonne-nouvelle-22-12-2020-12678978.php

https://reporterre.net/5G-l-impossible-moratoire-des-maires

https://www.linfodurable.fr/technomedias/nice-premiere-ville-couverte-par-la-5g-21484

https://www.linfodurable.fr/technomedias/5g-la-situation-dans-les-grandes-villes-francaises-22021

https://www.arcep.fr/cartes-et-donnees/nos-publications-chiffrees/experimentations-5g-en-france/tableau-de-bord-des-experimentations-5g-en-france.html

https://www.mitry-mory.fr/actualite/5g-la-ville-applique-le-principe-de-precaution/

https://www.numerama.com/tech/147723-5g-tout-savoir-sur-le-reseau-mobile-du-futur.html

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/en-attendant-la-5g-dans-l-yonne-une-soixantaine-de-communes-sont-toujours-en-zone-blanche-1601311483

2019 ◊ La machine de Turing (théâtre)

billet proposé par clancyaddict

Alan TURING, à quelques instants de son suicide, vous raconte comment sa vie qui aurait dû être faite de reconnaissance et de renommée l’a conduit à choisir la mort par pomme empoisonnée.

Par une série de flash back nous conduisant des années 30 aux années 50, il nous est révélé mathématicien de génie, héros de guerre, amoureux transis, mais aussi dépravé et proscrit.

Benoît Soles nous fait découvrir un Alan Turing, mi-génie attachant, mi-savant fou émouvant, appuyé par un Amaury de Crayencour qui le pousse à dévoiler ses failles et ses secrets.

Une immanquable découverte de la bouleversante et fascinante histoire de ce mathématicien britannique.

 

2019 ◊ Vera Rubin

La voix du féminisme dans l’astrophysique du XXème siècle

Vera Rubin, femme pionnière en astrophysique pour ses travaux sur les mouvements de galaxie, la fusion des galaxies et la découverte de la matière noire.

Article de Nathalie Bauchet, à lire ci-dessous et à retrouver sur AMA2 et sur le Journal Je Science donc Je Suis (n°8)

2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ?

Une culture scientifique à domination masculine…

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Image de .

Des victoires récentes, un combat incessant

Aujourd’hui, c’est le 8 Mars, la Journée Internationale des Droits des Femmes. Une bonne occasion pour débroussailler un peu le thème du genre dans les sciences (ce n’est absolument pas une étude qui se veut exhaustive !).

Pour commencer, quelques rappels de dates historiques françaises sur les droits des femmes en sciences et dans le milieu professionnel :

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre
Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Ce ne sont que quelques dates clés illustrant les combats menés pour la recherche d’une égalité entre les hommes et les femmes, au niveau professionnel et, en particulier, dans les sciences.

Mais il y a encore beaucoup de chemin à faire et de combats à mener ! Car oui, la science a un « genre » et est inégalitaire…

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ? »

2018 ◊ Intelligence artificielle et santé. Quoi de neuf ?

Le 21 novembre dernier s’est déroulé sur Nancy la première journée de l’IA, avec pour thème “Intelligence artificielle en santé. Le CHRU de demain à l’ère de l’IA”.

Petit tour d’horizon sur les points qui ont été abordés à cette occasion.

01-prog-ia-vf_mail-1
Continuer la lecture de « 2018 ◊ Intelligence artificielle et santé. Quoi de neuf ? »

2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent

Parce que nous avons tous connu des petits soucis un jour ou l’autre…

© Pxhere.

Des échecs, nous en rencontrons tous dans notre vie quotidienne. Il y a pléthore de citations et autres expressions à ce sujet. Churchill lui-même disait que “le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme”.

Donc, oui, des erreurs et des échecs nous en faisons et nous en côtoyons partout. Tant dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle. Pourtant, au final, c’est ce qui nous fait avancer et nous fait grandir.  Sans échec, nous ne pouvons pas apprendre de nos erreurs.

Le monde de la communication scientifique, et en particulier les événements de communication scientifique, ne fait pas exception. Qu’est-ce que l’on entend par “événement de communication scientifique” ? Si l’on en croit Wikipédia, la communication scientifique correspond à la diffusion des problématiques et des résultats de recherche fondamentale ou appliquée vers un large public. L’événement ici sert d’outil pour la transmission et peut prendre des formes variées : festivals, conférences, mais aussi l’annonce de nouvelles expositions avec un caractère temporaire et sensationnel.

Parfois, ces événements ne sont pas des réussites, voire même carrément des échecs. Pourquoi ? À quoi cela peut-il servir de les analyser ? Quelles leçons tirer de ces erreurs ?

Elodie Chabrol, directrice de Pint of Science France, Robin Jamet, médiateur scientifique au département mathématiques du Palais de la Découverte, Marion Sabourdy, chargée des nouveaux médias au CCSTI (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle) de Grenoble, La Casemate, et responsable éditoriale d’Echosciences Grenoble et Pascal Moutet, web project manager et média lab manager à La Casemate ont accepté de témoigner pour nous et de nous livrer leurs réflexions sur le sujet.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent »

2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI !

Compte-rendu du Science Shakers du 30 octobre 2018

Et si on se retrouvait autour d’apéros tout en parlant médiation scientifique ? Rien d’étonnant me diriez-vous, mais si on rajoutait à ces ingrédients quelques zombies de compagnie. Voilà qui devient intéressant aussitôt répliquerez-vous.
Le mardi mardi 30 octobre, à la veille de Halloween, les passionnées de la médiation scientifique se sont donnés rendez-vous au pub écossais The Highlander pour discuter Zombies et médiation scientifique. Science Shakers, est un projet qui propose mensuellement des apéros thématiques pour réunir passionnés, scientifiques, étudiants, chercheurs, etc. dans l’ambiance chaleureuse d’un bar parisien.
Après avoir détendu l’atmosphère avec un quizz cinéma et quelques bières, trois experts ont répondu à l’appel des zombies pour nous faire immerger dans leur monde.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI ! »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search