De la minette aux fleurs…

Hey-ho, Hey-ho, on rentre du boulot ! … oui mais quel boulot ? 

L’image associée à cette ritournelle, montrant les 7 nains de Blanche Neige poussant des berlines pleines à craquer de gemmes et de diamants dans le rire et la bonne humeur, n’a toujours été qu’une lointaine utopie, particulièrement en Lorraine. 

Des années durant, les mines de la région ont charrié des tonnes de charbon et de fer. Moins connues, pourtant plus nombreuses, ces mines ont fait naitre la plus forte industrie du pays : la sidérurgie. 

Cette époque bénie fît la richesse de tout un pays, de toute une région, de tout un peuple. Derrière le drame de la fermeture des mines et des aciéries lorraines, s’est jouée la vie de nombreuses familles, dont le seul revenu perlait au front du paternel…mineur de son état. Qu’il fût robineur (qui remplissait les berlines) ou herscheurs (qui poussait les berlines), la mine était toute sa vie et elle réglait, pour ne pas dire régulait, le rythme de milliers de gens. Ainsi, ces derniers passaient des années à descendre dans le puits, à creuser, à charger et manœuvrer ces berlines de « cailloux de fer » qui une fois fondus, servaient à produire les rails sur lesquels roulent encore de nos jours tant de trains, au milieu de nos belles campagnes fleuries. 

Le minerai lorrain, appelé minette à cause de sa faible teneur en fer (30% environ), fût exploité très tôt. Des fouilles ont mis à jour un important site près de Nancy, remontant au VIIIe – Xe siècles. Mais sa haute teneur en phosphore, qui rend l’acier cassant, limita son utilisation à la fonderie principalement. Sa pleine exploitation fût donc retardée jusqu’à la mise au point du procédé Thomas, qui permet une déphosphoration efficace de la fonte. Ainsi, avec des réserves de minerai estimées à 6 milliards de tonnes, le gisement Lorrain fût classé parmi les plus vastes du monde. La Lorraine devint même la deuxième productrice de fer au monde, derrière les Etats-Unis, en 1913, avec une production dépassant les 41 millions de tonnes. 

Malheureusement, au début des années 1960 le prix des minerais importés devient plus avantageux, notamment grâce à la baisse des prix de transport par bateau ! La concurrence s’accroît, le marché devient mondial et non plus régional. Les usines sidérurgiques devant être au plus prêt des sources de fer, on privilégie celles dites « côtières » qui peuvent décharger les bateaux facilement. Le choc pétrolier de 1973, l’apparition de nouveaux procédés (fours électriques à arc qui permettent de produire des aciers et alliages en recyclant la ferraille usagée et à faible coût, laminage à chaud en continue…) et de nouveaux matériaux (plastiques, béton précontraint) affecteront grandement l’industrie sidérurgique, entrainant les mines de Lorraine dans un inexorable déclin. 

La vallée de la Fensch, que chante si bien Bernard Lavilliers, organise alors la résistance autour de son laminoir à chaud, l’un des plus vieux et des plus performants d’Europe, pour produire des tôles. La production s’oriente vers le marché de l’automobile, grâce aux aciers à haute valeur ajoutée qui sortent de l’usine de Florange, en Moselle, dès 1984. 

Mais cela ne suffira pas à sauver les mines de fer de Lorraine qui fermeront les unes après les autres. Les coûts d’exploitations trop élevés, sonnent le glas des chevalements, porions et autres briquets (le casse-croûte des mineurs) remisant ainsi au placard, tout un vocable local. La dernière mine de fer ferme en 1997, c’est celle des Terres Rouges à Audun-le-Tiche en Moselle. 

Aujourd’hui les jolies fleurs de nos campagnes existent toujours (et c’est tant mieux !) mais elles garnissent les berlines, réduites au simple rôle de bac à fleurs, qui ornent places publiques et autres rondpoints lorrains. Ces wagonnets de mine, rappellent aux dernières générations encore en vie et témoins de ce drame de la sidérurgie, un passé glorieux (et pas si lointain) que ne peuvent comprendre, voir ignorer totalement, les nouvelles générations… 

 

Thierry HOTTON, CNAM 2022 

L’école La Cigogne à Bois-Colombes

Par Damien Prevosto, CNAM 2022.

 

L’école La Cigogne, à Bois-Colombes, en banlieue parisienne, est un grand bâtiment blanc, d’apparence moderne, dont les façades sont en partie cachées par les arbres du parc des Bruyères qui l’entourent. Ce qui frappe le regard, quand on s’approche de l’école, c’est l’immense ouverture circulaire qui surplombe l’entrée du bâtiment. Et, de manière symétrique, une deuxième ouverture apparait à l’arrière du bâtiment, recouverte de 3 grands anneaux concentriques.

Si cet étrange édifice semble aujourd’hui banal pour les écoliers et les visiteurs du parc, il a pourtant hébergé la soufflerie privée la plus importante du monde pendant les années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale. Il est le dernier témoin de la riche histoire industrielle du constructeur Hispano-Suiza dans ce quartier de Bois-Colombes.

Quand Hispano-Suiza décide de construire cette soufflerie, en 1936, l’entreprise est déjà implantée sur ce site depuis plus de 20 ans. D’abord spécialisée dans l’assemblage des automobiles de luxe de la marque espagnole, l’usine de Bois-Colombes oriente rapidement sa production vers l’aéronautique pour soutenir l’effort de guerre français pendant la première guerre mondiale. C’est un moteur conçut par Hispano-Suiza qui équipera les célèbres avions de chasse SPAD, dont les exploits seront rendus célèbres par les “as” de l’escadrille des Cigognes : Georges Guynemer et René Fonck.

Avec la construction de la soufflerie, peu avant la deuxième guerre mondiale, Hispano-Suiza accélère encore le développement de son activité aéronautique: cet équipement lui permet en effet de réaliser des essais de moteurs d’avion en reproduisant les conditions de vol.
Cette soufflerie, longue de 55 mètres, fonctionne selon un principe de “circuit ouvert” mis au point par Gustave Eiffel au début du 20ème siècle : le flux d’air est capté sur un côté du bâtiment grâce à un collecteur en forme d’entonnoir; il circule ensuite au travers d’une chambre d’expérience où sont placés les moteurs testés; puis il ressort du bâtiment par un diffuseur.

Cette installation prestigieuse souffre néanmoins d’un défaut majeur : le bruit qu’elle génère lorsqu’elle est activée. Les riverains de l’usine déposent à plusieurs reprises des plaintes pour nuisance sonore ! Certaines mauvaises langues disent qu’on entend la soufflerie jusqu’à Paris…

Malgré les bombardements de 1943, la soufflerie tourne à plein régime jusque dans les années 1950, avant d’être progressivement délaissée et reconvertie en bureaux pour les employés. Puis c’est tout le site industriel d’Hispano-Suiza qui est touché par des réorganisations successives, avant une fermeture définitive en avril 1999. La soufflerie échappe cependant à la destruction, grâce à la mobilisation d’anciens salariés et d’habitants de Bois-Colombes qui souhaitaient conserver une trace emblématique de cet ancien grand site industriel. Elle est ainsi inscrite en 2000 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, puis réhabilitée en école. De nombreuses rues aux alentours ont également été renommées (rue Guynemer, rue Hispano-Suiza, …), comme autant d’indices d’un passé qu’on a du mal à imaginer tant le quartier a été reconstruit depuis une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, plusieurs grands panneaux illustrés, accrochés aux grilles de l’école, retracent l’histoire de la soufflerie. Les passants curieux découvrent alors l’origine de ce bâtiment étrange, qui fait maintenant partie du patrimoine industriel de la ville.

Minecraft, un terrain de jeu pour les futurs ingénieurs

Minecraft fait partie de ces jeux vidéo appelés bac à sable, ou plus communément, Sandbox. Le principe de ces derniers est très simple : donner quelques règles de bases et ensuite laisser la plus grande liberté possible aux joueurs. Ainsi, certains se spécialisent dans l’exploration, la construction, la création de musique etc. Le tout est proposé avec une approche très ludique qui ravit les petits comme les plus grands.

En jouant à Minecraft, il est tout à fait possible de se passer de l’aspect ingénierie car ce n’est clairement pas son objectif principal. Il existe malgré tout une partie dans le jeu qui permettra une initiation à la logique algorithmique avec ce qui est appelé dans le jeu : “la redstone”. Cela en fait un parfait dispositif informel de médiation culturel scientifique.

A l’aide de cette petite poudre rouge trouvable en profondeur, il sera possible de créer des machines, d’émettre des signaux, créer des filtres, compter le temps qui défile, effectuer des tests en tout genre et surtout créer des circuits logiques se rapprochant de ce qu’il est possible d’avoir en électronique. Bref, la Redstone est une source d’énergie qui peut être transmise à des appareils ou récepteurs qui produiront des actions en conséquent.

Démonstration du fonctionnement du piston dans Minecraft à l’aide de la redstone

Introduction à la logique algorithmique

En ingénierie, que ce soit en informatique ou en électronique, nous faisons très souvent appel à l’algèbre de Boole. Cette dernière est fondamentale car c’est celle-ci qui permet aux ordinateurs d’effectuer des calculs.

Avec l’arithmétique classique nous sommes habitués aux opérateurs tel que +, -, *, /. Ces derniers sont toujours bel et bien utilisables avec un ordinateur. En revanche si cela est possible c’est grâce à d’autres opérateurs tels quel OU, ET, NON etc… Ces derniers proposent une approche directement traitable par un ordinateur. C’est ce que l’on va appeler du langage machine de bas niveau. C’est une traduction du comportement des signaux électriques permises par des portes logiques.

En effet un opérateur pourra prendre en entrée deux signaux. Ces derniers pourront être de nature électrique dans le cadre d’un processeur mais aussi de redstone dans celui de Minecraft. A la sortie de cet opérateur sortira un signal 1 ou 0, c’est ici que l’on retrouve l’aspect binaire du numérique. Soit il y a un courant, soit il n’y en a pas.

Prenons l’exemple d’un opérateur OU qui prends en entrée un signal A et un autre B. Si le signal A est actif, soit à une valeur 1 et le signal B est inactif, soit une valeur de 0, la sortie de l’opérateur sera de 1. Cela revient à écrire : 1 OU 0 = 1. La sortie de l’opérateur OU sera active si au moins l’un des deux signaux d’entré est active aussi. L’opérateur ET en revanche sera actif uniquement si les deux signaux d’entrés sont actifs.

Pour que cela soit plus clair, il est possible de représenter ceci dans ce qu’on appelle un tableau de Karnaugh comme ceci :

A\B

0

1

0

0

1

1

1

1

Sorties de l’opérateur OU

A\B

0

1

0

0

0

1

0

1

Sorties de l’opérateur ET

En bleu apparait la valeur du signal d’entrée A, en Violet la valeur d’un signal d’entrée B et en rouge, la valeur du signal de sortie

 

Pour en apprendre plus sur cette logique algorythmique,je recommande cette excellente vidéo d’un ex-ingénieur informatique à propos des portes logiques dans Minecraft :

Pour en revenir à Minecraft, cette logique est importante dans la création de circuits logiques. En effet cela sera permis si l’on souhaite activer la récolte de canne à sucre lorsque les stocks de ces derniers sont bas OU qu’une demande forcée du joueur intervient. Bien que non essentiels, l’utilisation de ces opérateurs prend tout son sens si l’on souhaite commencer à automatiser certaines tâches.

Il faut toutefois bien garder en tête que les possibilités permises par la redstone sont bien plus vastes. Certaines personnes sont même allées jusqu’à recréer un processeur capable d’effectuer de nombreux calculs. Cela n’est pas très utile comme utilisation directe, certes, mais pour un objectif pédagogique, Minecraft est une véritable mine d’or. La redstone a le pouvoir d’inspirer toute une génération de futurs ingénieurs.

Camille Geourjon, CNAM 2022

La stèle Farman, hommage invisible à un exploit oublié

C’est un bloc de pierre posé entre une voie de tramway et un boulevard périphérique, aux confins de Paris et d’Issy-les-Moulineaux. Pour les usagers du tram en attente à la station Suzanne-Lenglen, les automobilistes coincés au feu rouge tout proche et les piétons pressés de rallier leur bureau ou le centre commercial de l’Aquaboulevard, il passe un peu inaperçu.

Pour qui a le temps et la curiosité de s’approcher, la stèle prend un peu plus de sens, en face de l’héliport de Paris et des bâtiments de la Direction de l’Aviation civile. Réalisée par Paul Landowski, sculpteur français de renommée mondiale, inaugurée en 1930, elle célèbre un pionnier de l’aéronautique, Henri Farman, et scelle le souvenir d’un vol accompli le 13 janvier 1908 ici même où pas très loin, là où vrombissent désormais les hélicoptères.

La principale face du monument est divisée en 5 « étages » : un aigle, un pilote aux commandes, des ingénieurs et un schéma, un dessin d’avion, un texte ainsi libellé : « Sous le contrôle de l’Aéro-Club de France sur ce terrain, le 13 janvier 1908 pour la première fois au monde un kilomètre en circuit fermé a été parcouru par Henri Farman sur biplan conçu et construit par les frères Gabriel et Charles Voisin moteur Antoinette créé par Levavasseur gagnant ainsi le Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon et portant les records mondiaux d’aviation à distance : 1000m, durée : 1m28s. » 

La stèle est surmontée d’un aigle aux ailes spectaculaires. Comme un rappel que l’aventure de l’aviation a commencé avec le désir de l’homme d’imiter les oiseaux. Vainqueur des lois de la nature et de l’attraction terrestre, il semble convoquer cet aigle, ici, pour se mettre sous sa protection en même temps qu’il lui signifie la domination définitive de la technique humaine.

Le vainqueur, en l’occurrence, est l’aviateur Henri Farman, représenté dans la posture classique des premiers pilotes des premiers avions : lové dans un entrelacs de baguettes qui maintiennent la voilure, tenant un volant, moustache et barbe, casquette à l’envers. Suivant le même itinéraire que nombre de ses pairs, il s’intéressait, à tout ce qui permettait d’aller toujours plus vite au tournant du siècle. D’abord coureur cycliste en 1892-1893, Farman se lance dans la course automobile dans les années 1900 avant de multiplier les performances aux commandes de ces drôles de machines volantes. À noter que l’orthographe de son prénom, Henri et non Henry, naturalise définitivement cet Anglais né à Paris.

La progression de l’industrie aéronautique au début du XXe siècle passionnait la presse et le public. La technique, alors, cette « locomotion mécanique dans les airs » nourrissait les rêves et l’imagination. Chaque vol un peu plus long que les autres, un peu plus haut ou un peu plus rapide se racontait à la une de nombreux journaux à grand tirage, déplaçait les foules sur les terrains d’aviation dont celui qui fait face à la stèle, aujourd’hui occupé par l’héliport de Paris.

Ainsi, l’action pour laquelle Farman est célébré faisait à l’époque figure d’exploit et le jour de son accomplissement, le 13 janvier 1908, reste une date dans l’histoire de l’aviation. Un schéma montre où se situa, entre Issy et la porte de Sèvres, la boucle effectuée par Farman. Près de 120 ans après, ce « kilomètre en circuit fermé » n’a pas la résonance d’un exploit comme c’est le cas, par exemple des traversées de Blériot (1909) ou Lindbergh (1927). Sa technicité n’a pas résisté au temps. En fait, Farman est le premier à effectuer un virage en avion à une époque où certains jugeaient cela impossible. C’est donc, en effet, un jour décisif pour tous ceux qui conçoivent et fabriquent les avions.

En notamment les frères Charles et Gabriel Voisin, ingénieurs également mis à l’honneur sur la stèle, où figurent leurs deux profils sculptés. Eux aussi sont des acteurs de premier plan des débuts de l’aviation moderne (leur nom résonne toujours dans le quartier à travers une école, une allée, un terminus d’autobus). Leurs ateliers et leurs usines à Issy et Boulogne fournissent les appareils qui vont entrer dans la légende en même temps que leurs pilotes. Le biplan de Farman est représenté de face et de façon stylisée sur le monument mais décrit de manière détaillée : « un biplan Voisin avec moteur Antoinette créé par [Léon] Levavasseur », autre ingénieur renommé.

Le texte, enfin, au bas de la stèle, précise que la performance de Farman a été dûment homologuée par l’Aéro-Club de France, organisme né dès 1898 pour encourager la « locomotion aérienne », qui édicte les règlements et délivre les brevets de pilote. Enfin, elle a eu lieu dans le cadre du Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon, du nom d’Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon, deux des cofondateurs de l’Aéro-Club de France. L’un est avocat, l’autre gère une société de pétrole; les deux ont mis leur fortune au service de cette industrie naissante, qui progresse au gré de compétitions (Grand Prix d’aviation, coupe Gordon-Bennett, courses à étapes…) dont ils financent les primes.

Cette stèle n’oublie donc rien ni personne de l’écosystème qui a fait progresser l’aviation jusqu’à la Première guerre mondiale : des ingénieurs à la pointe de l’innovation, des pilotes prêts à risquer leur vie pour un record, des mécènes fortunés et passionnés.

Bientôt, ce sont les guerres qui feront progresser l’aéronautique avant que le développement de l’aviation commerciale et du tourisme ne fasse du voyage en avion un événement banal… désormais montré du doigt pour sa lourde contribution au dérèglement climatique. Ainsi à quelques mètres du monument, autour du terrain de l’héliport de Paris, il n’est plus question de héros mais de nuisances: trop de pollution, trop de bruit…

En 92 ans d’existence, la stèle Farman a été déplacée deux fois, pour cause de travaux, mais elle a survécu au chamboulement du quartier. Hommage quasi invisible à un exploit oublié, mais témoignage préservé d’une époque glorieuse.

Isabelle Thalès, CNAM 2022

 

 

L’arsenal de Brest

Un projet urbain

Cette fresque de Benjamin Flao s’inscrit dans le cadre d’un important programme de revitalisation du quartier des Quatre Moulins de Brest intitulé « Les murs prennent la parole », destiné à améliorer la qualité urbaine de ces habitants.

Cette initiative d’embellissement urbain du quartier s’aménage d’un parcours de neuf fresques dont les thématiques sont diverses : le voyage, la musique, l’océanographie, etc. Toutes ces thématiques sont reliées au patrimoine et à l’identité de la ville de Brest.

Initié en 2000, le projet est issu de l’implication et de la collaboration des habitants, des acteurs du territoire, et du chanteur Miossec, parrain du projet. Le parcours a été réalisé par CitéCréation, une entreprise coopérative lyonnaise spécialiste mondiale en matière de décoration et de scénographie urbaine.

C’est Benjamin Flao, illustrateur et auteur de bande dessinée, qui a été retenu pour concevoir cette fresque ; elle évoque à travers la construction d’un bateau imaginaire, l’ambiance et l’atmosphère des chantiers de construction navale de l’ancien arsenal de Brest au XIXe siècle.



De l’imaginaire à l’histoire

En regardant l’oeuvre, notre imaginaire s’envole. Nous pouvons imaginer le bruit des machines, du chantier, des hommes et des mouettes volant au-dessus du site industriel. Nous pouvons imaginer l’odeur de différentes émanations produites par le chantier, nous pouvons imaginer les éclats de voix des ouvriers tantôt entrain de pester, tantôt entrain de rire le temps d’une pause ou à la fin d’une dure journée. À travers cette fresque, nous retournons dans le passé de l’arsenal de Brest, dans son histoire.

C’est une histoire riche, avec un passé industriel unique. Car l’histoire de l’arsenal de Brest fait partie de l’histoire militaire-naval de la France. L’arsenal de Brest fût créé en 1631 par le cardinal Richelieu, le but était de renouveler la flotte royale. L’arsenal a été conçu de manière à pouvoir accueillir les grands navires de guerre du XVIIe siècle. Niché au cœur de la ville, l’arsenal construisait, armait et réparait en partie les vaisseaux de guerre devenant ainsi un gigantesque complexe militaro-industriel, à l’image des ports Toulon et de Rochefort.



Technico-industriel

L’arsenal était donc le siège d’une véritable activité industrielle. La construction d’un navire met en jeu, tout un panel de savoir-faire complexe et de techniques. Des innovations voient le jour pour mécaniser, rationaliser et faciliter ces opérations qui demandent une logistique considérable, en raison des poids et des volumes à assembler et à déplacer.

Les principaux corps de métiers sont les maîtres de haches, qui deviennent les maîtres-constructeurs (architectes navals), les charpentiers, les calfats, les sculpteurs. Les corps de métiers dominants concernent directement la fabrication de la coque du navire. De nombreux ateliers spécialisés préparent les pièces nécessaires aux navires : corderie, voilerie, menuiserie, sculpture, forges.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, il se modernise considérablement pour répondre aux nouvelles exigences de la flotte. Car la Marine s’engage dans trois innovations technologiques majeures : la propulsion à vapeur, l’obus explosif et la construction métallique. Ces mutations techniques imposent à l’arsenal d’entreprendre d’importantes transformations de son infrastructure : creusement de nouveaux bassins et agrandissement des anciens, création d’ateliers d’ajustage, de forges et de fonderies.

Véritable poumon de la ville, l’arsenal a rythmé la croissance et la prospérité de la cité au fil des siècles.

C’est donc au détour d’une rue que le street-art met en scène par l’imaginaire, le souvenir de l’histoire d’une ville. Au-delà de la seule charge nostalgique d’une activité industrielle disparue, la fresque expose la relation entre l’art et l’industrie dans le nouveau paysage urbain brestois.



FRANS Gwenaëlle



Maître d’ouvrage : Brest Métropole Océane – Communauté urbaine / Maitre d’œuvre : CitéCréation

La Pat’ Patrouille part en mission ! De médiation bien sûr !

Par Aurélie Brulle, CNAM 2022.

La Pat’ Patrouille est une série d’animation canadienne créée en 2013 et toujours en production. Bien connue des enfants et de leurs parents, notamment grâce à son refrain entêtant, elle met en scène une équipe de 6 chiots qui parlent ! Menés par Ryder, un jeune garçon de 10 ans, les chiots sont chargés de protéger et aider les habitants de la Grande Vallée. Ils interviennent dans toutes sortes de situations, comme retrouver un animal perdu (un chat, une poule ou même un hippopotame), piéger un voleur, aider une baleine perdue ou encore retrouver le trésor d’un pirate. Très attachants, réussissant toujours avec brio leurs missions, ils ravissent les enfants à chaque épisode. Chaque chiot possède des compétences particulières : spécialiste du recyclage, pilote d’avion et d’hélicoptère, pompier, policier, sauveteur en mer ou spécialiste de la construction. Tous de races différentes, ils ont également une couleur et un slogan associés à leur spécialité. Cela permet aux enfants de bien les différencier, et surtout d’avoir leur chiot préféré (ou deux, ou trois, …). Au fur et à mesure des saisons, 3 nouveaux chiots viennent ponctuellement en aide à la Pat’ Patrouille, avec des compétences particulières associées à la neige, la jungle ou aux dinosaures.

En regardant rapidement cette série, il est facile de penser que ce ne sont que des histoires mignonettes pour enfants, avec des morales simples, comme le fait de s’entraider ou de ne pas voler les biens d’autrui. Si des chiots protègent la ville, comment pourrait-il y avoir un fond réaliste, voir même scientifique ? Et pourtant les exemples sont nombreux, en voici un.

Dans un épisode de la saison 7, l’antagoniste récurrent de la série, Mr Hellinger, maire de la ville voisine de Foggy Bottom, a créé par accident un tart’ouragan. Comme un véritable ouragan, il est formé de vents tourbillonnants et envoie partout des tartes, tandis qu’il se déplace dans la Grande Vallée. Mais comment un tel ouragan a-t-il pu se créer ? Presque comme un vrai ouragan, enfin si l’on excepte les tartes. Et pour expliquer cela le plus simplement possible au jeune public, le capitaine Turbot, le biologiste et scientifique de la série, montre une courte vidéo, dont les captures d’écran sont présentées en tête d’article. L’air chaud s’élevant des tartes tout juste cuites a rencontré une rafale d’air froid, soufflée par une machine censée refroidir ces tartes. Comme dans n’importe quelle représentation actuelle en sciences, l’air chaud est représenté en rouge, et l’air froid en bleu. Les deux masses d’air se sont alors mises à tourbillonner ensemble, créant un ouragan, plus précisément un tart’ouragan. Dans le monde réel, un ouragan, ou cyclone, se forme lorsque l’air chaud s’élevant de l’océan rencontre des vents latéraux froids et constants. La mécanique est donc la même dans la Pat’ Patrouille et les enfants, sans le savoir, apprennent les bases de la création d’un ouragan.

Et comment se termine donc ce tart’ouragan ? Pas par magie en tout cas. Pour stopper le tart’ouragan, un chiot est héliporté dans l’œil du tart’ouragan puis frappe les tartes pour les expulser du tart’ouragan. Sans sa source de chaleur, le tart’ouragan disparaît, comme un vrai ouragan. En effet, lorsqu’il se déplace sur terre, un ouragan perd sa source de chaleur qu’était l’océan, et s’affaiblit rapidement jusqu’à disparaitre. Alors oui la façon de faire sortir les tartes fera sourire, mais la mécanique est scientifiquement correcte.

Même si au premier coup d’œil, cet épisode, comme tant d’autres, paraît complètement irréaliste, il s’appuie quand même sur des bases scientifiques, que les enfants comprennent sans difficulté, car elles sont modifiées et intégrées de façon fluide et logique dans l’épisode. Serez-vous capable de regarder cette série avec un œil nouveau et chercher les nombreux exemples de médiation scientifique informelle ?

« Don’t look up, déni cosmique » : un dispositif informel de médiation ?

Ce film est paru en 2021, mettant en scène Leonardo Di Caprio et Jennifer Lawrence. La découverte d’une comète dont l’impact destructeur avec la Terre est inéluctable à très court terme et la recherche de solutions sont traitées dans une comédie dramatique parfois caricaturale, mais qui donne à réfléchir.

Le titre « Don’t look up » signifie « ne regardez pas en l’air » ; il invite à penser que le thème du film est le déni d’un événement imminent, aux conséquences dramatiques. La création des mouvements « look up » par les trois protagonistes scientifiques et « Don’t look up » par le gouvernement américain à la moitié du film semble figer la controverse sur la réalité de la comète et son impact avec notre planète. Or, de mon point de vue, le sujet du film est celui de la prise de décision par le gouvernement américain pour une solution technologique hasardeuse, non validée par la communauté scientifique mais proposée par une firme technologique privée.

Au départ, il y a effectivement un moment de déni par les politiques, très court, le temps que les données scientifiques établies par les chercheurs d’une université peu connue soient vérifiées par d’autres scientifiques de plus grande notoriété. Cette première partie du film informe implicitement le public de la façon dont est habituellement validée une information scientifique majeure, par les pairs.

On assiste également dans le film à l’impuissance des trois scientifiques à faire entendre la dangerosité de l’impact de la comète sur Terre et ses conséquences, à savoir l’anéantissement de toute forme de vie sur la planète. Face au scepticisme de la Présidence américaine, ils tentent de convaincre le grand public grâce aux médias, la presse écrite d’abord puis une émission de télévision de grande audience. Effectivement, tant que la comète n’apparaît pas dans le ciel nocturne, le message semble ne pas passer auprès du public : et quand sa présence est évidente, il ne reste que quelques jours avant l’impact ; il est trop tard pour réagir. C’est ici l’administration de la preuve qui est évoquée de façon informelle ; au public, les paroles telles que « on l’a vue au télescope, on l’a même prise en photo », ou encore, « maintenant qu’on vous la dit » ne semblent pas suffire quand c’est la conception même du risque encouru qui est en jeu. Il faut voir la comète de ses propres yeux pour croire les scientifiques qui préviennent pourtant depuis des semaines.

Le mouvement Don’t look up a pour but de retarder le plus longtemps possible la prise de conscience du danger ; l’impact avec la comète signifiant la fin du monde, le gouvernement craint effectivement les réactions de violence d’une population qui n’a plus rien à perdre.

Pour moi, le véritable sujet du film se situe au niveau des prises de décision :

Dans cette fiction, le gouvernement américain paraît légitime pour régler le problème au nom du monde entier, au moins dans un premier temps. Il monte tout d’abord une opération pour détourner la comète, opération qui semble-t-il paraît la solution cohérente validée par la communauté scientifique internationale. C’est sans compter sur l’appât du gain !

En effet, influencée par un milliardaire américain à la tête d’une entreprise technologique de première envergure, la Présidente ordonne pendant son lancement le sabordage de cette opération. Sa prise de décision est unilatérale, sans aucune concertation et à partir de ce moment-là, on comprend que la communauté scientifique mondiale n’a plus son mot à dire dans la solution choisie par la première puissance mondiale, celle proposée par un richissime illuminé.

La promesse technologique joue alors son rôle à plein, doublée d’une promesse sociale annonçant des richesses inouïes qui permettraient d’éradiquer tous les problèmes de l’humanité, dont la faim dans le monde. La solution proposée par le milliardaire visionnaire est certes imaginée et modélisée par quelques scientifiques détenteurs de Prix Nobel employés dans sa firme ; cependant, exalté par la promesse de richesse, de pouvoir, de reconnaissance, il convainc la présidence de le suivre au mépris de la règle élémentaire de certification scientifique de sa proposition, à savoir la validation indépendante par les pairs.

Etablir un parallèle entre l’arrivée fictive d’une comète tueuse sur Terre et la réalité du changement climatique à venir est facile à faire ; là encore, j’y vois un dispositif informel de médiation, qui vise à illustrer dans une fiction parfois outrancière l’inaction actuelle de la majorité des gouvernements du monde face aux menaces du changement climatique. L’issue du film, qui met en image la catastrophe annoncée de la fin du monde, envoie un avertissement à ceux qui ne prennent pas très au sérieux la menace, toute énorme qu’elle soit, et justement sans doute parce qu’elle l’est, énorme. Rapports très sérieux des scientifiques du GIEC, parallèle moins sérieux d’une fiction comme Don’t look up, en termes de lutte pour la transition écologique, tout est bon à prendre ; alors, ne boudons pas notre plaisir !

Nathalie Lenormand, juin 2022

Du code-barres au QR code, ce qu’ils nous racontent…

Par Mari le Diraison, promotion 2021-2022

 

 

Depuis quelques années le QR code s’est inséré dans notre vie quotidienne. La banalité de son usage, du passe-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants aux cartels d’exposition, témoigne de l’accessibilité des technologies dans notre société moderne ainsi que l’entreprise qu’elles exercent sur nos vies. 

 

Un peu d’histoire nous permettra d’éclairer l’interprétation de ce dispositif. Lee QR code a pour ancêtre le code-barres, et tous deux trouvent leurs origines dans le secteur de l’industrie. Ces signes de notre modernité agissent comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle, ils sont une porte entre deux mondes : le monde physique et le monde numérique. Créés dans une logique économique, ils sont les symboles des mutations du capitalisme dans son ensemble. 

Tout commence en 1952, quand Bernard Silver et Norman Joseph, deux ingénieurs américains, s’inspirent du code Morse et proposent un nouveau dispositif : des points et des barres qui se succèdent pour transmettre une information. Partant d’une motivation commerciale, le but de cette innovation était d’accélérer le travail et la productivité. L’idée était née, mais son usage quotidien n’était pas encore possible, il nécessitait quelques améliorations. C’est en 1976 que Georges Laurer propose la forme finale du code-barres tel qu’on le connait aujourd’hui. Mais il faudra attendre la fin des années 1980 pour qu’il se standardise et s’impose sur toutes les marchandises du monde. Ce dispositif se présente alors comme un véritable jackpot dans le secteur industriel : il augmente la productivité du travail et facilite la collecte d’informations qui serviront à guider la production industrielle. 

Quelques années plus tard, en 1994, le QR code fait son apparition dans le secteur de l’automobile au Japon. Acronyme de Quick Response Code, c’est un type de code-barres au design de labyrinthe en noir et blanc, capable de stocker une grande quantité d’informations. Cette fois-ci c’est surtout une motivation logistique qui poussera l’ingénieur Taiichi Ohno, grand maître d’œuvre de l’organisation scientifique du travail, à créer ce dispositif pour améliorer la production de l’entreprise Toyota dans laquelle il travaillait. 200 fois plus puissant qu’un code-barres standard, il aura dû attendre le passe sanitaire pour percer chez nous.

L’histoire de ces dispositifs témoigne en premier lieux de la part industrielle entourant chaque innovation informatique. Si la technologie et l’avancée des sciences et techniques ont rendu cela possible, c’est avant tout une motivation commerciale, logistique et économique qui poussent à l’innovation. De plus, l’exemple du code-barres et du QR code nous montre l’enjeu du progrès technique dans l’organisation sociale et économique. Que ce soit dans le secteur marchand, administratif, médical, culturel ou éducatif, le QR code s’est inséré dans tous les domaines et a mainte fois prouvé sa valeur, notamment durant durant la crise sanitaire. La simplicité apparente de cette technologie, ainsi que son accessibilité font qu’elle a réussie à se fonder très facilement et à une vitesse ahurissante dans nos vies quotidiennes. La standardisation de ce dispositif témoigne en second lieu de la démocratisation et de l’accessibilité des nouvelles technologies. Symboles du progrès technique dans notre société moderne où tout nous semble pouvoir être simplifié et amélioré, ce genre de technologie apporte des avantages tels que nous faisons abstraction des inconvénients qu’elle peut apporter. 

Le code-barres et le QR code, quel que soit le contexte d’usage, ont su répondre aux besoins et aux désirs de notre société. Difficile de les diaboliser. Pourtant, ils poussent à remettre en question certaines normes d’usage, et à s’interroger sur ka place que nous donnons aux technologies dans nos vies. Avons-nous réellement besoin d’un QR code remplaçant les menus de restaurant ? Est-ce nécessaire à la médiation culturelle d’un musée de disposer un QR code sous chaque œuvre, donnant des explicatifs au lieu de faire appel à un guide ? Comme les nombreuses applications sur votre smartphone, nombre de leurs usages ne sont pas nécessaires, mais ils le semblent pour nous. Les technologies, par leur accessibilité et leur pouvoir de simplifier nos actions quotidiennes, permettent de créer des besoins imaginaires et de nouveaux désirs insatiables, car le consommateur en veut toujours plus. Signes du langage du commerce, de la grande distribution, de la consommation de masse et du toujours plus, ils sont aussi les symboles de notre société capitaliste, dans laquelle la vitesse, la productivité et l’efficacité sont devenus le nouvel orgasme de l’être humain contemporain. La performance de la technologie et de l’informatique permet de rentabiliser et de simplifier nombre de nos actions quotidiennes, mais cela au détriment de l’humain et de la relation sociale. Des caisses automatiques aux bornes dans les gares, ou encore internet, reliant tout ce qui est dans ce monde sans les contraintes de la matérialité et du face à face, ces phénomènes on transformé la pensé moderne, et marquent la naissance d’un nouveau paradigme où notre relation au monde et à l’autre s’est transformé. Bien qu’ils nous facilitent la vie, de nombreuses conséquences en émanent, et parfois néfastes. L’avancée des sciences et techniques et leur insertion dans nos vies se font à une vitesse telle que nous ne prenons pas toujours du recul face à elles. Désormais omniprésentes, il nous parait difficile de vivre sans toutes ces technologies. Crées pour nous servir, leurs usages ont un pouvoir considérable sur nos vies, tant que nous en sommes parfois soumis, et ce sans que nous nous en rendions compte. 

Finalement, le QR code, symbole des technologies invasives, nous poussent à nous interroger sur notre manière de vivre et la place que nous donnons à ce genre de dispositif. Leurs avantages nous paraissent directement, nous remarquons tout de suite ce qu’ils nous apportent. A contrario, les désavantages peuvent êtres perçus que si nous prenons du recul et que nous remettons en question les normes d’usage qui régissent nos vies. Enfon, ce n’est pas un appel au boycott, ou a la lutte contre le progrès technique, mais un encouragement à la prise de recul et à la remise en question. Pour Simone Weil, le progrès technique apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Avait-elles raison ? A vous d’y réfléchir… 

Le méchant médecin dans l’imagerie populaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans notre société et notre imaginaire, le médecin tient un rôle tout à fait singulier. De par ses grandes responsabilités, sa capacité à influer sur la santé soit, sur la vie, il est parfois perçu comme un membre à part, un individu avec de grands pouvoirs. Sur un bateau, il est surnommé le sorcier. Son surnom marin représente bien la superstition qui entoure le personnage. L’imagerie mystique s’est fixée sur cet homme comprenant mieux le corps d’autrui qu’autrui. Manipulant l’invisible pour le commun des mortels à savoir les bactéries, les os sous la peau, les muscles, il détient alors la connaissance et voit ce que l’on ne voit pas. Soulignons également le fait qu’un docteur défie l’ordre naturel de la vie et de la mort et qu’il se heurte très vite à notre conception traditionnelle héritée du christianisme.
Pour toutes ces raisons, il est possiblement vu comme un être au grand pouvoir, un « sorcier ». Or le pouvoir en définition politique est la « capacité de nuisance ». Puisqu’il détient de tel pouvoir, le médecin a fait l’objet d’une crainte qui se retrouve dans l’imagerie populaire. Malheureusement pour lui, le médecin est un voir – le – symbole de la médecine.
Pour comprendre pourquoi James Bond se bat contre le méchant Dr. No ou Spiderman affronte le Dr. Norman Osborn ou le Dr. Octopuss, il est nécessaire de faire un saut jusqu’ au XIXème siècle et d’y trouver un début de piste. Deux phénomènes historiques ont à la fois forgé l’imaginaire du médecin mais furent aussi des traductions de cette méfiance déjà ancrée. Il s’agît de l’histoire de Jack L’Eventreur et du roman de Stevenson, L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mr. Hyde.

Jack l’éventreur :

La série de meurtre spectaculaire dans le quartier de White Chapel a été un évènement traumatisant pour les londoniens. Elle s’inscrit en plus de cela dans une époque révolutionnaire concernant la transmission de l’information. C’est la grande mode du journal, son succès repose déjà sur le sensationnalisme et l’émotion, ici, celle de la peur.
L’information n’est pas le seul apport du journal. Il diffuse des idées, amène le débat public, la discussion entre deux londoniens sur un fait divers etc… Jack l’éventreur devient vite un sujet d’ampleur. Tout comme le XVIème siècle est le siècle d’or de l’Espagne, le XIXème, lui, est celui des Royaumes Unis. La city a une influence idéologique immense sur le monde entier. Si le coton est la meilleure fibre vestimentaire pour l’économie londonienne alors le coton gagne les autres pays au profit de la laine. Si la city a peur des hommes en blouse, alors le Portugal en aura peur après avoir eu écho des meurtres sanguinaire dont le suspect est… un médecin !
En effet, sans s’étaler sur le caractère glauque des crimes, Jack l’éventreur opérait de manière assez chirurgical et plusieurs éléments ont conduit les autorités britanniques à établir le profil type d’un médecin. L’opinion populaire s’est vite accommodé de ce bouc-émissaire social. Peut-être par méfiance patente à l’égard de la profession ? Tout cela est difficile à cerner, nous ne pouvons que rappeler que l’acteur principal de ce feuilleton traumatisant dans la capitale de ce qui était à l’époque le plus grand empire du monde est un médecin dans l’esprit des anglo-saxons.


Dr Jekyll et Mr. Hyde

 



Depuis tout temps et sous toutes ces formes, l’art véhicule le ressentit de son auteur sur le monde qui l’environne. Si le XVème siècle est celui de la peinture et des grands maîtres (Michel Ange, Botticelli), le XIXème est communément admis comme étant celui du roman (Victor Hugo, Zola, Charles Dickens). A cette époque, le succès du genre littéraire a des répercussions sur l’imaginaire des lecteurs par le biais des protagonistes symbolisant un élément de la société (Gavroche par exemple). Presque tous les atomes de la société sont traités dans les romans. Le médecin n’y échappe guère dans la célèbre histoire de Stevenson : L’étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde.

Ce livre nous intéresse car il est une œuvre majeure dont la portée et l’influence se ressent possiblement 140 ans plus tard. De plus il caractérise l’ambivalence du médecin chez un personnage dans la dualité du bien et du mal. C’est le mal qui triomphe et Mr.Hyde qui assassine. Fut-ce un témoignage de la méfiance envers le médecin, son point de départ, ou les deux ? Quoiqu’il en soit nous retiendrons qu’un monument de l’art majeur de son temps dont la renommée a traversé plus d’un siècle met en scène un docteur assassin. Pour ne pas arranger les choses dans un Londres victorien déjà associé au lugubre avec l’épisode de Jack l’éventreur et les quartiers malfamés de bar à opium entre autres. Il est alors fort probable que cette œuvre soit une influence dans l’imagerie populaire.

Cependant, le cas du médecin n’est pas aussi simpliste et manichéen. Ils échangent parfois leurs blouses contre des capes de super-héros dans l’univers Marvel comme l’indique l’article en annexe.

Méchant ? Gentil ? Les deux assurément. C’est là toute la spécificité de la profession. Le médecin dans l’imaginaire populaire est un personnage ambivalent, affilié à la sécurité (Dr. Jekyll) et au danger (Mr. Hyde). Peut-être est-il associé à la fois au bien (la vie) ou au mal (la mort) puisqu’il est aussi bien un passeur vers la vie à la maternité et un passeur vers la mort au moment de l’extrême vieillesse ?

 

 


Sources :
https://www.historia.fr/la-chronique-de-nota-bene/jack-leventreur-et-le-r%C3%B4le-de-la-presse
https://www.londresmag.com/2019/08/01/jack-leventreur-la-realite-a-lorigine-du-mythe/
https://nospensees.fr/jekyll-et-hyde-le-bien-et-le-mal/

Annexe :
Les Scientifiques ‘Marvel’ : Des (Super) Héros en Blouses Blanches, Sylvain Rimbault

La technologie éloquente. Et si l’utilisation des robots en disait long sur nous ?

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Contrairement aux idées reçues, l’automate que l’on pourrait qualifier de premier prototype de machines date de bien avant Vaucanson. L’automate est un animatromate mécanique capable de copier des actions humaines, de se mouvoir comme lui et pourtant sans conscience ni connexion allant du cortex jusqu’aux muscles. La différence avec les machines au sens contemporain du terme est purement formelle. Les machines requièrent une énergie supplémentaire, un apport qui les alimentent, soit de l’essence pour créer l’explosion dans le cylindre et ainsi entraîner l’engrenage du moteur ou plus simplement de l’électricité. Les automates reposent exclusivement sur l’énergie d’un mouvement entraînant une mécanique continue.

Si l’on se dispense de la distinction purement technique pour se concentrer sur l’aspect pratique (car c’est tout le cœur du sujet), ils sont tous deux une entité, une création de l’ingéniosité capable de mimer le comportement humain. Pratique dans certains cas pour s’épargner des tâches risquées ou ennuyeuses ! Ils seraient alors des auxiliaires pour suppléer l’homme. Et ce, depuis l’antiquité. Mais dans quel but l’espèce humaine s’est efforcée de créer ces animaux de compagnies sans conscience, dociles et obéissants ? Peut-être que l’utilisation que nous avons cherché à faire des automates et des machines depuis plus de 2000 ans en révélera d’avantages sur nous ? Intéressons-nous aux parallèles historiques, voir s’ils dégagent une tendance.

 

Le divertissement et le service 

Les sociétés quelle que fût l’époque ont souvent trouvé du plaisir dans le spectacle qu’offre un autre individu. Visuel, auditif ou d’autre nature, le divertissement est une affaire d’être vivant aux premiers abords. Un tigre plantant ses griffes dans un gladiateur de la Rome antique, un esclave romain jouant de la harpe pour le bon plaisir de sa domina, un bouffon qui jongle lors d’un repas seigneurial etc.. Aujourd’hui le divertissement humain s’est libéré de cet aspect servile. Les musiciens d’un mariage sont, par exemple, payés. Au moment de sa performance, le rôle de l’amuseur est de servir de source de plaisir. Durant l’antiquité, avoir un esclave divertissant est le privilège des riches citoyens. Ce privilège ne peut nier la nature humaine : les sentiments, les émotions comme la colère qui anima les révoltes d’esclaves. En quelques sortes, le robot ou l’automate serait un esclave parfait. 

Dans le mythe de Prométhée ; l’espèce humaine est créée par les dieux grecs pour les divertir dans leur ennuie d’après-guerre contre les Titans (la Titanomachie). Toujours dans la mythologie, juive cette fois, le golem est une créature artificielle, dénuée de capacité décisionnelle. Polyvalent, il doit protéger ou bien épauler son créateur.

Tout cela n’est qu’interprétation mais voyons quelques exemples comparés :

 

Mosaïque romaine, IIIème siècle après J-C, Musée National du Bardo, Tunis. Deux esclaves servent à boire à leurs maîtres en tunique

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite : Reconstitution de la servante automate par Phylon de Byzance, IIIème siècle avant J-C, Musée des technologies des grecs de l’antiquité, Katakolon.

 

Peinture de Jean-Léon Gérôme « Bas les pouces » 1872. Combat de gladiateur

 

 

Affrontement de « robot tueur » devant la foule du Salon Vivatechnology de Paris

 

 

 

Peinture sur vase de Nicias, IVème siècle avant J-C. Une aulétride lors d’un banquet

 

 

 

XVIIème siècle. Le joueur de flûte, un des trois automates de Vaucansson exposé au Palais Royal

 

 

 

 

 

 

 

A gauche : La docile Cendrillon /A droite : Un robot aspirateur et nettoyeur de sol

La protection :

Le fantasme d’un garde du corps aux os de métal, insensible à la douleur perdure à travers les époques. L’automate ou bien robot sans conscience, robuste, efficace, est un allié intimidant. 

Talos, un des premiers automates est une création du dieu forgeron Ephaïstos. Ce géant de bronze est offert au grand Roi Minos (roi de Crête) afin de garder une île en son absence. Il sera vaincu par Jason et les argonautes. Dans l’art contemporain cette fois, Terminator est envoyé par John Connor pour le protéger lui-même (dans le passé) et répondre à ses ordres. Pour trouver le vocabulaire adéquat il faut piocher dans la saga de jeu-vidéo Halo.

Dans cet univers de sciences fiction, une race surévoluée et disparue laissa son héritage disséminé aux quatre coins de l’espace : des robots appelés « sentinelle » protège la galaxie de la propagation du parasite, une forme de vie infectieuse. Les « gardiens » sont eux des robots géants en capacité de détruire une planète que le parasite aurait conquis.

Toutefois, les scénarios distopiques des œuvres contemporaines trahissent la méfiance des hommes envers leurs créations robotiques. Comme une leçon apprise par l’histoire des révoltes esclaves, nous retrouvons – principalement dans le cinéma – ce conflit millénaire entre dominant et dominé. La trilogie Matrix est évocatrice de cette vengeance des machines sur l’homme. Il y est mentionné nombreuses fois les notions de prise de pouvoir et d’exploitation. Est-ce une vision clairvoyante, une forme de culpabilité inconsciente ou simplement du divertissement ?

 

 

 

Yoko Tsuno, une électronicienne aux confins du réel

Yoko Tsuno, c’est un souvenir nostalgique de jeunesse, peut-être aussi l’amie que j’aurais rêvée avoir. Belge d’origine Japonaise, la belle Yoko est ingénieure en électronique, ceinture noire d’aïkido et pilote le planneur comme l’hélicoptère. Vous trouvez ça too much ? C’est sans compter sur sa profonde humanité qui en font un personnage extrêmement attachant, loin des standards de super-héroïnes.

Née sous le crayon de Roger Leloup en 1970, Yoko évolue depuis 29 albums entre science-fiction et fantastique. Généralement accompagnée de ses deux amis, Vic et Pol, la jeune électronicienne se retrouve toujours embarquée au détour d’une mission dans une aventure extraordinaire. Des intrigues qui la conduisent en Allemagne, en Chine, mais aussi dans le passé et dans l’espace !

Très jeune, Roger Leloup se passionne pour la mécanique. Il confectionne des maquettes en bois et collectionne des insectes qui lui servent d’inspiration. L’auteur ne manque jamais de peupler les aventures de Yoko d’avions, de vaisseaux ou d’autres moyens de locomotion en tous genres, à la beauté et au réalisme saisissants. Une habitude qui n’est pas sans rappeler un certain Hayao Miyazaki. La passion de Roger Leloup transparait nettement dans les univers dans lesquels Yoko évolue. Et celui-ci ne fait pas les choses à moitié ! Son œuvre est à la fois bien documentée et bien illustrée. On ne peut qu’apprécier la qualité du dessin, à la limite parfois du dessin industriel : le trait est précis, minutieux. Tout est pensé dans les moindres détails, des machines aux décors. Et Leloup est aussi généreux dans ses dessins qu’à fournir des explications techniques concernant le fonctionnement de ses inventions.

 

Mais Yoko Tsuno n’est pas juste une bande-dessinée intelligente. Ce petit bijou ne serait rien sans son héroïne, indépendante, déterminée et courageuse, élégante en toutes circonstances. Même, dans ses aventures les plus sombres, face aux ennemis les plus terribles, Yoko nous rappelle toujours la valeur de la vie humaine, l’importance de la famille et des amis. Ainsi, que ce soit au côté des Vinéens, ce peuple extra-terrestre à la peau bleue, ou dans le Bruges du XVI e siècle, les aventures de Yoko nous happent et nous relâchent toujours à la fin avec le sourire aux lèvres et la tête pleine de rêves…

2021 ◊ Death Stranding, un jeu vidéo ambivalent

Fort de ses nombreuses distinctions, dont celle du meilleur jeu de l’année (2019), ses critiques voient en lui une forme d’écho avec la pandémie que nous traversons…

Le jeu se déroule aux Etats-Unis suite à un évènement cataclysmique… Aux commandes de Sam porter Bridges (acteur de la célèbre série The Walking dead), le joueur incarnera un coursier en charge de livrer des fournitures aux colonies humaines isolées. Il s’emploiera également à les reconnecter à l’aide d’un réseau de communication sans fil.





Sorti fin 2019, le jeux vidéo Death Stranding a suscité notre curiosité en raison de son mode de réalisation et du soin apporté à sa narration. Une trame narrative aux qualités de production cinématographique avec la participation de divers acteurs : Norman Reedus, connu pour un rôle principal dans The Walking Dead, Mads Mikkelsen connu pour jouer le célèbre psychopathe dans la série Hannibal, Léa Seydoux, Guillermo Del Toro…  Tous modélisés à l’aide du procédé de performance capture, un procédé qui permet un réalisme plutôt bluffant. De quoi s’agit-il ?  D’un procédé « technique vidéographique qui permet d’enregistrer les déplacements d’un être vivant ou d’un objet dans l’espace, et de les restituer sur un ordinateur afin de réaliser des images de synthèse ou des effets spéciaux » (Larousse.fr).

A gauche, Madd Mikelsen avec un casque de performance capture. A droite, le rendu vidéographique.
A gauche, Madd Mikelsen avec un casque de performance capture. A droite, le rendu vidéographique.

La dernière création du studio japonais dirigé par Hideo Kojima (créateur du célèbre Metal Gear) a été depuis sa conception, dépeinte à la fois comme une production originale et un pari risqué. Le journaliste au pseudonyme « Panthaa » de la rédaction de jeuxvidéo.com récapitule assez bien ce dont une large partie de ses joueurs témoignent : « une aventure qui se doit d’être jouée pour être jugée »[1].

Trame 

Dans un monde détruit par un phénomène surnaturel, le « death stranding » – un phénomène cataclysmique à l’allure fantaisiste – le monde des vivants et celui des morts a plus de frontière. Pour se protéger d’une pluie qui provoque le vieillissement de quiconque s’en fait asperger, les humains se sont réfugiés dans des souterrains.  Parallèlement, une société privée tente de construire un réseau de livraison de matériel et de souvenirs du monde passé. Pour cela, les humains ont besoin de livreurs.

Dispositif Bridge baby

On incarne donc l’une de ces rares personnes qui a encore le courage de quitter la vie sous terre pour sortir à l’aire libre. Equipé d’une capsule dans laquelle se trouve un fœtus qui a le pouvoir de détecter les fantômes ( Voir photo ci contre) dans un environnement hostile, le personnage principal s’est vu confier une mission, celle de redonner de l’espoir aux Etats-Unis en reliant les différents îlots de survivants entre eux. Le personnage va effectuer un tas de livraisons à pied ou en véhicule en sillonnant des Etats-Unis dévastés.

Mêlant une conception surnaturelle à celle d’un monde qui ne nous est pas étranger, la production de Kojima est empreinte d’une dimension philosophique, politiques, sociologique et ésotérique « qui tentent de relier d’un même fil narratif la question de l’origine de l’univers et celle de la mort »[2]. S’ajoute à cette amplitude de sens, la possibilité pour le joueur d’entrevoir des références à la physique quantique compte tenu par exemple des lois physiques qui régissent l’extraordinaire pluie vieillissante qui tombe sur l’environnement du jeu… Plusieurs références donc avec en toile de fond la question « de l’ubérisation de la société, de la guerre, de toutes les guerres, de l’apocalypse nucléaire… » …

Photo du jeu Death stranding tirée de la présentation du jeu lors du salon de l’E3 en 2018.

Hormis tous ces soubassements quelques peu agités, le jeu se démarque des productions habituelles. En termes de jouabilité, il ne s’agira pas de tirer sur le premier venu, ni de s’infiltrer, non… Le jeu s’apparente davantage à une autogestion réaliste de son personnage pour réaliser de longues randonnées (voire d’escalade) dans des décors somptueux laissant place à la contemplation. Death stranding est donc un parfait mélange entre une œuvre cinématographique dystopique et un jeu d’aventure pour lequel il semble difficile d’identifier ce qui constitue sa réussite et sa capacité à émouvoir.

[1] Panthaa « Le test sans spoiler d’un chef d’œuvre dépaysant… », in jeuxvidéo.com, 2020

[2] Corentin Lamy « On a testé Death stranding », le jeu vidéo hors des santiers battus », in LeMonde, 2019

2021 ◊ Dansons la science des mouvements

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant
Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

 

Les instantanés chorégraphiques pris en photos révèlent beaucoup d’informations sur les techniques propre à la photographie, aux lumières de scène et aussi sur les corps en mouvements. La médiation scientifique par la danse va être illustrée à travers cette photo, extraite d’un des spectacles de danse du chorégraphe anglais de danse contemporaine Russell Maliphant.

Contexte et description du dispositif

Cette photo récente des années 2015 met en scène des mouvements dansés par un duo de danseurs lors d’une répétition de danse ou d’un spectacle devant un public. On devine que l’un des deux artistes porte l’autre allongé sur son dos, les bras et les jambes dans le vide à un instant donné. On ignore dans quel sens va basculer celui qui est porté (à gauche ou à droite ?). Il s’agit ici de mettre en avant des termes utilisés pour qualifier une qualité de mouvement en danse. Ils feront le lien avec le monde scientifique et des mécanismes sociaux, amplifiés par le flou artistique de la photo.

Du flou de mouvements a été créé sous un éclairage bleu-vert sur fond noir. On y aperçoit à la fois la forme, le volume, la profondeur, les courbes, la rotation et des projections. Les deux corps dessinent un espace sur la scène. Il est possible de décortiquer la cinétique des gestes et des mouvements de pieds de la personne portée, plutôt une exécution d’un temps rapide au ralenti. Un mélange de parties nettes et floues des deux corps peut rendre les postures irréalistes. Le genre de ces artistes est masqué par cet effet artistique. Les deux corps fusionnent quasiment, laissant imaginer une autre forme de vie étrange, comme un corps humain avec une tête de monstre et deux bras qui font des hélices.

Après cette parenthèse imaginative, revenons à la danse. L’exécution de ce porté nécessite un ancrage dans le sol de la personne qui fait l’appui. Les centres de gravité des deux danseurs sont en jeu pour acquérir une stabilité avant d’arriver au déséquilibre. Quand cette succession de mouvements est réalisée et maîtrisée, alors on y ressent de la légèreté, fluidité et de l’harmonie.

 

Les aspects culturels et scientifiques de la danse

Cette séquence photographiée met l’accent sur les points suivants :

  • Un phénomène artistique et culturel

Outre son appartenance aux arts vivants, la danse est un moyen de rassembler les personnes, comme les ballets et les danses folkloriques. Elle fait partie intégrante d’une culture et favorise les interactions sociales.

  • Science du mouvement

La photo représente un extrait de danse contemporaine où la rencontre de deux corps va être régie par des forces physiques. Ce choc s’entremêle de dynamisme et de statique.

En la décryptant, on parle de gravité, d’équilibre-déséquilibre, de force d’attraction dans les portées.

Ces qualités de mouvements demandent de connaître son corps (anatomie, biologie, physiologie), de l’accepter et de les contraindre à sortir d’une zone de confort. On s’approprie de la mécanique du corps. Certains chorégraphes de danse contemporaine conçoivent leur chorégraphie sur le déséquilibre ou le contact ou bien la maîtrise de l’équilibre dans des dizaines et des dizaines de tours.

Des chercheurs scientifiques étudient différentes thématiques à travers ces mouvements (la proprioception, la cognition, la robotique etc).

 

  • Mémoire par l’apprentissage et la notation chorégraphique

Quand il s’agit de chorégraphie, la mémoire est sollicitée ! Des zones de notre cortex cérébral sont donc activées pour l’apprentissage et la mémoire du corps par les cinq sens. La mémoire d’une séquence dansée fait souvent appel à la visualisation.

A ce propos, les plus vielles notations chorégraphiques datent du 17ème siècle. Elles ont été enrichies au début du 20ème siècle par des architectes et mathématiciens passionnés de danse (Laban, Benesh). On aperçoit un système organisé avec la symétrie, des rondes… caractéristiques des ballets de danse classique.

 

Notation de Laban
Notation de Laban
  • Moyen de communication et inspirations de la nature (vols d’étourneaux, parade nuptiale des oiseaux de paradis) ?

 

  • Modélisation 3D du corps

Ces corps en mouvements ont donné des idées à des concepteurs et des modélisateurs de films d’animation, de jeux interactifs de danse et de robots humanoïdes.

L’ensemble de ces mouvements de danse peuvent être considérés comme une représentation artistique des sciences. La danse est donc vectrice d’une multitude de messages relevant de la médiation culturelle et scientifique (biologie, physique, les mathématiques et la communication par le langage corporel) ! 

 

Claire Semler

2021 ◊ Les sciences du recyclage

 

Poubelle sur le campus de la Faculté de Sciences à Angers.
Poubelle sur le campus de la Faculté de Sciences à Angers.

Le symbole du recyclage est présent sur de nombreux emballages, poubelles, notices ou publicités. D’où vient-il ? Que représente-t-il ? Qu’indique-t-il ? A quoi sert-il ? A quelles technologies fait-il référence ?

On le voit souvent en France comme à l’étranger, un triangle composé de trois flèches qui tournent dans le sens horaire nous fait penser au recyclage. Sur une poubelle, il nous indique qu’elle reçoit les déchets recyclables. Sur un produit, il signifie qu’il est recyclable et invite les citoyens à le déposer dans un bac de tri. L’universalité de ce symbole permet de s’y retrouver même quand on change de région ou de pays. En effet, la politique de gestion des déchets est territoriale. Les consignes varient d’un endroit à l’autre et évidemment d’un pays à l’autre.

Il rappelle le ruban de Moebius. C’est une surface qui ne possède qu’une seule face. On peut aisément en fabriquer un à partir d’une bande de papier : faisons-lui subir une torsion d’un demi-tour avant de coller les deux extrémités. Ainsi il n’y a plus ni intérieur ni extérieur. C’est une figure mathématique découverte en 1858 indépendamment par deux mathématiciens A. F. Möbius et J. B. Listing. Mais on la retrouve également dans le monde industriel du XIXème siècle quand les machines fonctionnaient à l’aide de courroies. Les courroies étaient croisées à la jonction éviter l’usure toujours du même côté.

Ce logo a été conçu par un graphiste, Gary Anderson lors d’un concours organisé par la Container Corporation of America à l’occasion du premier Jour de la Terre le 22 avril 1970. Il désigne les produits potentiellement recyclables. Complété par un numéro au centre il indique de quel matériau il s’agit. Un système de codes internationaux a été mis en place pour permettre de trier les différents matériaux. Par exemple pour le verre, on trouve différents logotypes dont les codes vont de 70 à 79. Pour les plastiques, numérotés de 01 à 07. Tous ne sont pas encore recyclables.

Quand il y a un pourcentage au centre, cela change la signification : il indique la quantité de matière recyclée que contient l’emballage.

 

C’est une représentation de l’économie circulaire : un objet est fabriqué, vendu, acheté, utilisé, jeté puis ses composants sont triés en fonction de leurs matériaux. Chaque matériau est recyclé puis sert de nouveau à fabriquer un objet qui sera vendu, acheté, utilisé, etc. Il symbolise donc l’infini de ce cycle. Le recyclage est un procédé de traitement des déchets qui permet de réintroduire des matériaux issus de déchets dans la production de nouveaux produits. Il vise à réduire le volume des déchets et à préserver les ressources naturelles. Il est l’un des trois axes de la stratégie de gestion des déchets : réduction, réutilisation et recyclage.

En France, l’Etat délègue tous les 5 ans le développement du recyclage sur le territoire à une entreprise agréée. Depuis 2017, c’est CITEO (fusion de Eco-Emballages et Ecofolio). Localement, les collectivités organisent la collecte des déchets, des entreprises et des associations trient et recyclent les déchets collectés. Quelques grosses entreprises françaises qui mettent en œuvre des technologies pour transformer les déchets en matériaux réutilisables : Guy Dauphin Environnement, Paprec, Suez, Ecosystem (dans mon département c’est Séché Environnement). La recherche dans ce domaine est désormais stratégique.

Des symboles sont mis en place dans chaque pays selon les législations en vigueur. On évolue vers des normes européennes voire internationales permettant aux usagers de les comprendre et de pouvoir trier les déchets quels que soit le pays où ils se trouvent.

Il est souvent confondu avec le point vert qui est un label marquant l’adhésion à un système de contribution au recyclage de déchets. Il est parfois accompagné du slogan « Pensez au tri ». Plusieurs associations ont dénoncé un symbole qui fait penser aux consommateurs à un produit recyclé ou recyclable alors qu’il fait que traduire une volonté de soutenir le recyclage. 

Depuis 2012, les consignes info-tri sont complémentaires, elles précisent la destination des déchets aux usagers.

 

 

A partir de 2021 il est remplacé par le logo Triman (créé en 2015) composé d’un cercle qui entoure un personnage qui tend une main vers 3 flèches. Symboliquement, la silhouette met en avant la démarche citoyenne pour trier, les trois grosses flèches incarnent le tri et la flèche circulaire le recyclage.

 

Le symbole du recyclage est présent dans notre quotidien et fait référence à un secteur économique très important. Il concerne à la fois les citoyens, les collectivités, des entreprises et des associations. Les consignes de tri évoluent au gré des avancées technologiques et modifient notre quotidien. Des pictogrammes explicites internationaux favorisent le recyclage et la préservation de l’environnement et des ressources naturelles. 

Nathalie ROTH

2021 ◊ Dans la combi de Thomas Pesquet, Marion Montaigne

La bande dessinée peut être un formidable outil de vulgarisation scientifique. Marion Montaigne a réussi le pari en 2017 en publiant Dans la combi de Thomas Pesquet peu de temps après le retour sur terre de l’astronaute. Elle nous fait entrer dans son quotidien sur le ton de l’humour, nous raconte les coulisses du métier et donne à voir un autre visage de l’astronaute très médiatisé. La BD et ses 200 pages se lisent bien. On sourit, on apprend. Et c’est là sa force. Un ton léger et un propos qui vient démystifier un métier réservé à une certaine élite. Petit déjà, Thomas Pesquet rêvait d’espace. Il suit un cursus scientifique, obtient un diplôme d’ingénieur et fini pilote chez Air France. Mais ce n’était pas tout à fait ça, son rêve. Alors quand l’occasion se présente, il intègre le processus de sélection de l’Agence
Spatiale Européenne. Les différentes épreuves, toutes plus complexes les unes que les autres, sont dévoilées dans la BD et on se rend à l’évidence, oui ce métier n’est pas pour tout le monde. Il faut une volonté sans faille et faire preuve d’une abnégation totale puisque la sélection, ce n’est que le début …


Rescapé des quelques 5 000 candidats, le futur astronaute intègre le centre d’entraînement des astronautes. Pourtant il lui faudra encore attendre 5 ans pour s’envoler pour la première fois dans l’espace. Ces années de préparation sont décortiquées de long
en large et donne un aperçu de ce qu’est la vie d’astronaute, loin de l’imaginaire collectif.
Les plannings sont surchargés. Entraînements physiques et cours théoriques s’enchaînent
à un rythme effréné. Les astronautes doivent tout savoir. Connaître sur le bout des doigts la
notice de chaque équipement présent dans la station spatiale internationale. Et comme son
nom l’indique, c’est une station dans laquelle cohabite plusieurs nationalités. Les
astronautes partagent donc leur temps entre les différentes agences (russe, américaine,
canadienne, japonaise et européenne). Ils doivent connaître le matériel et les notices de
chaque agence, et dans la langue du pays ! Outre l’apprentissage théorique, ce qui impressionne dans cette BD, c’est l’entraînement physique auquel ils sont soumis. Au fil des pages, on découvre les nombreux équipements de préparation : les centrifugeuses, les piscines d’entraînement, les simulateurs de soyouz … Tous sont schématisés, expliqués. Ces notions complexes deviennent alors accessibles. L’utilisation de comparaisons plutôt inattendues mais finalement très parlantes, comme celle d’un poivrier pour représenter un soyouz, s’avèrent redoutablement efficaces. Les ajustements concernant la vie quotidienne pour faire face à l’impesanteur sont eux aussi explicités. Et l’auteure n’oublie aucun détails, ce qui donne lieu à des passages assez comiques. En somme, cette bande dessinée est un vrai plaisir à lire et une réussite en terme de vulgarisation scientifique. Toutes les facettes du métier d’astronaute sont explorées, des notions les plus complexes aux éléments de la vie quotidienne les plus anodins. Elle est accessible à tous et gagne facilement son public grâce à son ton humoristique et décomplexé. Véritable succès de librairie, elle s’avère être une porte d’entrée séduisante pour aborder le monde de l’aérospatial aux côtés de son représentant français.

 

Salomé Giron

Le charme discret de l’intestin:

Ce livre écrit par l’Allemande Giulia Enders, est là pour nous faire découvrir les secrets méconnus de notre système digestif. Elle même victime de nombreux troubles digestifs, elle a voulu découvrir d’elle même ce qu’il se passait dans son intestin et qui lui causait tant de tort. Avec une écriture détendue qui ne manque pas d’humour, elle nous décrit premièrement notre système digestif dans son ensemble et ajoute même la classification de nos excréments ! Mais la plus grande partie de l’ouvrage sert à l’exposé sur l’organe mal aimé, notre allié : l’intestin ! Son récit est très bien structuré avec un ordre de passage de nos organes le plus naturel possible, celui que prend notre nourriture ! L’on y découvre de nombreuses informations qui peuvent être utiles pour notre bien-être comme par exemple : à quoi sont dus nos intolérance et allergie, d’où viennent elles et comment vivre avec. Le fonctionnement de l’intestin est livré en détails, de ses villosités jusqu’à son microbiote en passant bien-sûr par son système nerveux autonome. Mais surtout on y apprend les exploits impressionnants dont l’intestin est capable, des découvertes que l’on n’aurait osé imaginer. Son résumé du système digestif en introduction permet de rendre son livre très abordable, d’une simplicité plus qu’agréable qui permet d’en faire un livre de chevet que l’on peut lire sans avoir besoin d’un dictionnaire médical à ses côtés. De plus, la traductrice Isabelle Liber rend la lecture de cet ouvrage très plaisante. Donc si vous voulez en savoir plus sur notre incroyable machinerie interne, n’hésitez pas !

« Toi, le virus et moi »

« Toi, le virus et moi »

Quelles sont les répercussions de la pandémie du coronavirus sur notre rapport à l’autre ?

 

            La pandémie du coronavirus a transformé nos rapports à l’autre: méfiance, peur et rejet sont de mise. Cette xénophobie est une réaction malheureusement commune qui a déjà été observée lors de précédentes épidémies. Les mesures de distanciation mises en œuvre pour contenir la progression du phénomène confirment le rôle de l’autre dans la transmission du virus et font que ces sentiments ont progressivement atteints toutes les échelles de la société. Les impacts sont forts sur l’animal social qu’est l’être humain.

            Des répercussions sociales à toutes les échelles de la société

 

            C’est en premier lieu à l’échelle internationale que la peur de l’autre s’est fait ressentir. Avec la fermeture des frontières comme élément de protection, on a vite observé une stigmatisation des personnes issues de l’immigration et des étrangers. De nombreux cas de violence raciste ont été répertoriés envers des individus de nationalité chinoise ou qui y ont été associés. C’est le cas aux États-Unis où 32% de la population sondée blâment les chinois d’avoir répandu la maladie. Ces derniers se sont vus empêcher l’accès à des lieux publics comme des restaurants ou ont dû fermer leurs commerces à la suite de menaces. Au lendemain du reconfinement, en région parisienne, on a compté plus d’une vingtaine de victimes chinoises d’agression physique avec des appels à la violence sur les réseaux sociaux. Des messages comme « Dehors les jaunes » ou « Coronavirus dégage » ont été retrouvés sur les portes d’entrée de leur appartement ou de leur commerce.

            Au niveau national, on a assisté à des comportements xénophobes de populations locales face à l’afflux de populations venant d’autres régions. Dans ce contexte, il est apparu qu’il était acceptable de rejeter l’autre ce qui a renforcé les clivages entre régions, particulièrement entre Paris et le reste de la France. À titre d’exemple, en Mars, dans le but de rejoindre leurs maisons secondaires pour s’y confiner, l’arrivée de Parisiens sur l’Île d’Yeu a donné lieu à un renforcement des contrôles par arrêté préfectoral. Cette démarche a été très bien accueillie par les habitant.es de l’Île. Cet été, lors du dé-confinement, l’arrivée de masses venues d’ailleurs a provoqué une promiscuité indésirable et un fort mécontentement. Ici, le port du masque a permis de maintenir l’autre à distance pour préserver l’entre-soi.

            A l’échelle locale, la peur de l’autre s’est notamment dirigée contre le voisinage, devenu la cible de suspicion et d’évitement. C’est d’autant plus le cas pour les personnes ayant été placées en quarantaine ou les personnes considérées « à risque » comme le personnel soignant. Pendant le confinement, ces derniers se sont vus adresser des messages visant à inciter leur départ de la part de leurs voisins, syndicats ou propriétaires, parfois même anonymement. D’autres populations, comme les jeunes, sont stigmatisées comme ne respectant pas les gestes barrières, ce qui alimente les suspicions à leur égard.

            A l’échelle individuelle, le port du masque, transforme l’apparence visuelle et ce qu’elle signifie, induisant des conséquences sur les interactions sociales. En effet, en cachant la partie inférieure du visage, le masque trouble les repères de communication et les expressions non verbales. Les expressions faciales ou les mimiques permettent d’apprécier l’état émotionnel de l’autre et d’agir en conséquence. Aussi le port du masque empêche ce système de régulation et entraîne réserve et quiproquos. Il réduit au silence et entrave la cohésion sociale.

 

Le besoin de proximité humaine incompatible avec la distanciation imposée

 

            L’injonction à garder ses distances a un impact fort sur nos modes de vie et remet en question les formes de relations entre personne. On assiste à un clivage dans les modalités d’interaction : on ne croise plus les regards, on ne s’adresse plus la parole, on change de trottoirs… Cette peur de l’autre encourage un repli sur soi, un isolement social et affectif. Pour l’animal social qu’est l’être humain, la distanciation sociale provoque une confusion car elle n’est pas naturelle. En effet, selon la théorie de l’Évolution Darwiniste, la recherche de contact est de l’ordre de l’adaptation dans un but de sécurité et de survie. L’autre étant désormais associé au danger et à la mort, il s’agit de combattre les réflexes dictés par le système nerveux dit « adaptatif ».

Les études de « proxémique » élaborées en 1966 par l’anthropologue Edward Hall, visent à étudier l’impact de l’absence de contacts physiques sur l’individu. Celles-ci ont mis en évidence que 4 zones de confort entouraient l’individu et correspondaient à des zones émotionnelles particulières et garantes de sécurité individuelle. Bien que leurs dimensions varient selon les cultures, il a été identifiée une distance intime à grande implication physique et échange sensoriel élevé, celle de l’amour utilisée pour embrasser et toucher ; puis une distance personnelle qui correspond aux conversations particulières et aux interactions amicales et familiales ; une distance sociale qui s’applique bien dans le cadre professionnel et enfin une distance publique qui s’impose dans la vie quotidienne lorsque qu’on s’adresse à des groupes. Ces études permettent de comprendre que derrière le contact physique se cache le contact social et que sa limitation entraîne une perte de confort et de repères.

 

            Selon ces études, la proximité géographique que représente la distance physique se combine avec la proximité organisée qui se définit par le partage de ressources cognitives, culturelles et émotionnelles. Cette dernière permet de s’affranchir des contraintes de la proximité géographique, et, en ces temps de pandémie, est à privilégier et à développer, par le recours à la technologie. Le développement de relations sociales virtuelles nous permettra-t-il de combler l’absence de contacts physiques ?

 

Germinal, la mémoire des corons


Germinal est le 13 ème roman de la saga des Rougon-Macquart écrit par Zola entre 1870 et
1893, et paru en 1885. A travers l’histoire d’Etienne Lantier, un chômeur qui recherche du
travail dans le Nord de la France et se fait embaucher aux mines de charbon (fictives) de
Montsou, Germinal nous décrit le travail harassant des mineurs et leurs conditions de vie
dans les corons.


En 1885, Zola est déjà un écrivain renommé et le chef de file du naturalisme. Le naturalisme
est ce mouvement littéraire né dans la seconde moitié du XIXème siècle, mû par la volonté
de décrire la réalité de façon objective et fortement influencé par les sciences naturelles et
sociales. Le naturalisme traite de sujets quotidiens, rendant par-là la littérature accessible au
plus grand nombre, et met notamment en scène la réalité sociale, participant également à la
prise de conscience des inégalités sociales et à l’émergence du droit d’expression. L’écriture
naturaliste est donc dictée par le réalisme et le souci documentaire.


Afin de retranscrire le plus fidèlement possible le métier et les conditions de travail dans les
fosses, Zola s’est rendu dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, notamment sur le site
d’Anzin, allant à la rencontre des mineurs, des porions, les contremaîtres de la mine, et des
ingénieurs qui les commandent.


Germinal immerge ainsi avec précision dans le quotidien des mineurs : le réveil matinal (à
4h), le petit-déjeuner frugal, la marche à travers la campagne, du coron jusqu’à la fosse, en
passant devant les hauts fourneaux et les fours à coke. Puis la descente dans la cage qui
emmène dans les entrailles de la terre, jusqu’à 550m de profondeur et l’eau qui ruisselle
autour comme une pluie continue. Le labyrinthe des galeries, boueuses et glissantes,
soutenues par des étais de bois. La galerie de roulage glacée qui contraste avec les voies
isolées par les portes d’aérage où la chaleur est telle que les ouvriers au bord du malaise en
retirent leurs vêtements et travaillent nus, les hommes comme les femmes.


Zola nous présente les métiers de la mine : les « haveurs » qui exploitent les veines à coup
de pelle et de pioche et les « herscheurs » qui poussent les berlines remplies de charbon –
à cette profondeur, on trouve même des chevaux de traie. Et il n’épargne pas les risques
encourus par ces travailleurs : les boisages rapidement exécutés qui cèdent parfois faisant
s’effondrer les galeries, le grisou qui se dégage imperceptiblement et peut tout faire
exploser, le charbon qui rentre dans les poumons et fait cracher noir, sans parler de la
pauvreté qui mènera les mineurs de Montsou à la grève. Zola complète sa fresque sociale
en montrant aussi l’autre versant de la mine : les exploitants, des familles bourgeoises dont
les soucis contrastent dramatiquement avec les conditions de vie des principaux
protagonistes qui ont à peine de quoi manger.

Le décor planté, Zola peut alors dérouler son histoire : celle d’ouvriers acculés par la pauvreté qui déclarent la grève, mettant ainsi en scène l’éveil de la conscience ouvrière à son époque.

Germinal est à la fois un récit romanesque et bien ancré dans le réel. C’est aussi une œuvre plurielle, monument littéraire adapté de nombreuses fois au cinéma, au théâtre ou encore en bande-dessinée. Sa dernière adaptation cinématographique fut dantesque pour l’époque. Le film réalisé par Claude Berri mettant en scène des acteurs(chanteurs) populaires tels que Renaud, Gérard Depardieu, Miou-Miou ou encore Jean Carmet a nécessité 165 millions de francs, ce qui en faisait à sa sortie en 1993 le film le plus cher de histoire du cinéma français.

Autant de déclinaisons qui élargissent la portée de Germinal, tant dans son message
politique que dans sa retranscription sans fard d’un corps de métiers d’un autre temps.

 

 

 

Affiche Emile Lévy (fin du XIXe siècle) pour une
représentation au Théâtre du Châtelet, à Paris, de la
pièce Germinal tirée du roman de Zola, sur laquelle
sont représentés des scènes et artefacts typiques de
l’exploitation minière, aussi bien sur que sous la
terre.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search