La technologie éloquente. Et si l’utilisation des robots en disait long sur nous ?

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Contrairement aux idées reçues, l’automate que l’on pourrait qualifier de premier prototype de machines date de bien avant Vaucanson. L’automate est un animatromate mécanique capable de copier des actions humaines, de se mouvoir comme lui et pourtant sans conscience ni connexion allant du cortex jusqu’aux muscles. La différence avec les machines au sens contemporain du terme est purement formelle. Les machines requièrent une énergie supplémentaire, un apport qui les alimentent, soit de l’essence pour créer l’explosion dans le cylindre et ainsi entraîner l’engrenage du moteur ou plus simplement de l’électricité. Les automates reposent exclusivement sur l’énergie d’un mouvement entraînant une mécanique continue.

Si l’on se dispense de la distinction purement technique pour se concentrer sur l’aspect pratique (car c’est tout le cœur du sujet), ils sont tous deux une entité, une création de l’ingéniosité capable de mimer le comportement humain. Pratique dans certains cas pour s’épargner des tâches risquées ou ennuyeuses ! Ils seraient alors des auxiliaires pour suppléer l’homme. Et ce, depuis l’antiquité. Mais dans quel but l’espèce humaine s’est efforcée de créer ces animaux de compagnies sans conscience, dociles et obéissants ? Peut-être que l’utilisation que nous avons cherché à faire des automates et des machines depuis plus de 2000 ans en révélera d’avantages sur nous ? Intéressons-nous aux parallèles historiques, voir s’ils dégagent une tendance.

 

Le divertissement et le service 

Les sociétés quelle que fût l’époque ont souvent trouvé du plaisir dans le spectacle qu’offre un autre individu. Visuel, auditif ou d’autre nature, le divertissement est une affaire d’être vivant aux premiers abords. Un tigre plantant ses griffes dans un gladiateur de la Rome antique, un esclave romain jouant de la harpe pour le bon plaisir de sa domina, un bouffon qui jongle lors d’un repas seigneurial etc.. Aujourd’hui le divertissement humain s’est libéré de cet aspect servile. Les musiciens d’un mariage sont, par exemple, payés. Au moment de sa performance, le rôle de l’amuseur est de servir de source de plaisir. Durant l’antiquité, avoir un esclave divertissant est le privilège des riches citoyens. Ce privilège ne peut nier la nature humaine : les sentiments, les émotions comme la colère qui anima les révoltes d’esclaves. En quelques sortes, le robot ou l’automate serait un esclave parfait. 

Dans le mythe de Prométhée ; l’espèce humaine est créée par les dieux grecs pour les divertir dans leur ennuie d’après-guerre contre les Titans (la Titanomachie). Toujours dans la mythologie, juive cette fois, le golem est une créature artificielle, dénuée de capacité décisionnelle. Polyvalent, il doit protéger ou bien épauler son créateur.

Tout cela n’est qu’interprétation mais voyons quelques exemples comparés :

 

Mosaïque romaine, IIIème siècle après J-C, Musée National du Bardo, Tunis. Deux esclaves servent à boire à leurs maîtres en tunique

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite : Reconstitution de la servante automate par Phylon de Byzance, IIIème siècle avant J-C, Musée des technologies des grecs de l’antiquité, Katakolon.

 

Peinture de Jean-Léon Gérôme « Bas les pouces » 1872. Combat de gladiateur

 

 

Affrontement de « robot tueur » devant la foule du Salon Vivatechnology de Paris

 

 

 

Peinture sur vase de Nicias, IVème siècle avant J-C. Une aulétride lors d’un banquet

 

 

 

XVIIème siècle. Le joueur de flûte, un des trois automates de Vaucansson exposé au Palais Royal

 

 

 

 

 

 

 

A gauche : La docile Cendrillon /A droite : Un robot aspirateur et nettoyeur de sol

La protection :

Le fantasme d’un garde du corps aux os de métal, insensible à la douleur perdure à travers les époques. L’automate ou bien robot sans conscience, robuste, efficace, est un allié intimidant. 

Talos, un des premiers automates est une création du dieu forgeron Ephaïstos. Ce géant de bronze est offert au grand Roi Minos (roi de Crête) afin de garder une île en son absence. Il sera vaincu par Jason et les argonautes. Dans l’art contemporain cette fois, Terminator est envoyé par John Connor pour le protéger lui-même (dans le passé) et répondre à ses ordres. Pour trouver le vocabulaire adéquat il faut piocher dans la saga de jeu-vidéo Halo.

Dans cet univers de sciences fiction, une race surévoluée et disparue laissa son héritage disséminé aux quatre coins de l’espace : des robots appelés « sentinelle » protège la galaxie de la propagation du parasite, une forme de vie infectieuse. Les « gardiens » sont eux des robots géants en capacité de détruire une planète que le parasite aurait conquis.

Toutefois, les scénarios distopiques des œuvres contemporaines trahissent la méfiance des hommes envers leurs créations robotiques. Comme une leçon apprise par l’histoire des révoltes esclaves, nous retrouvons – principalement dans le cinéma – ce conflit millénaire entre dominant et dominé. La trilogie Matrix est évocatrice de cette vengeance des machines sur l’homme. Il y est mentionné nombreuses fois les notions de prise de pouvoir et d’exploitation. Est-ce une vision clairvoyante, une forme de culpabilité inconsciente ou simplement du divertissement ?

 

 

 

2021 ◊ Les sciences du recyclage

 

Poubelle sur le campus de la Faculté de Sciences à Angers.
Poubelle sur le campus de la Faculté de Sciences à Angers.

Le symbole du recyclage est présent sur de nombreux emballages, poubelles, notices ou publicités. D’où vient-il ? Que représente-t-il ? Qu’indique-t-il ? A quoi sert-il ? A quelles technologies fait-il référence ?

On le voit souvent en France comme à l’étranger, un triangle composé de trois flèches qui tournent dans le sens horaire nous fait penser au recyclage. Sur une poubelle, il nous indique qu’elle reçoit les déchets recyclables. Sur un produit, il signifie qu’il est recyclable et invite les citoyens à le déposer dans un bac de tri. L’universalité de ce symbole permet de s’y retrouver même quand on change de région ou de pays. En effet, la politique de gestion des déchets est territoriale. Les consignes varient d’un endroit à l’autre et évidemment d’un pays à l’autre.

Il rappelle le ruban de Moebius. C’est une surface qui ne possède qu’une seule face. On peut aisément en fabriquer un à partir d’une bande de papier : faisons-lui subir une torsion d’un demi-tour avant de coller les deux extrémités. Ainsi il n’y a plus ni intérieur ni extérieur. C’est une figure mathématique découverte en 1858 indépendamment par deux mathématiciens A. F. Möbius et J. B. Listing. Mais on la retrouve également dans le monde industriel du XIXème siècle quand les machines fonctionnaient à l’aide de courroies. Les courroies étaient croisées à la jonction éviter l’usure toujours du même côté.

Ce logo a été conçu par un graphiste, Gary Anderson lors d’un concours organisé par la Container Corporation of America à l’occasion du premier Jour de la Terre le 22 avril 1970. Il désigne les produits potentiellement recyclables. Complété par un numéro au centre il indique de quel matériau il s’agit. Un système de codes internationaux a été mis en place pour permettre de trier les différents matériaux. Par exemple pour le verre, on trouve différents logotypes dont les codes vont de 70 à 79. Pour les plastiques, numérotés de 01 à 07. Tous ne sont pas encore recyclables.

Quand il y a un pourcentage au centre, cela change la signification : il indique la quantité de matière recyclée que contient l’emballage.

 

C’est une représentation de l’économie circulaire : un objet est fabriqué, vendu, acheté, utilisé, jeté puis ses composants sont triés en fonction de leurs matériaux. Chaque matériau est recyclé puis sert de nouveau à fabriquer un objet qui sera vendu, acheté, utilisé, etc. Il symbolise donc l’infini de ce cycle. Le recyclage est un procédé de traitement des déchets qui permet de réintroduire des matériaux issus de déchets dans la production de nouveaux produits. Il vise à réduire le volume des déchets et à préserver les ressources naturelles. Il est l’un des trois axes de la stratégie de gestion des déchets : réduction, réutilisation et recyclage.

En France, l’Etat délègue tous les 5 ans le développement du recyclage sur le territoire à une entreprise agréée. Depuis 2017, c’est CITEO (fusion de Eco-Emballages et Ecofolio). Localement, les collectivités organisent la collecte des déchets, des entreprises et des associations trient et recyclent les déchets collectés. Quelques grosses entreprises françaises qui mettent en œuvre des technologies pour transformer les déchets en matériaux réutilisables : Guy Dauphin Environnement, Paprec, Suez, Ecosystem (dans mon département c’est Séché Environnement). La recherche dans ce domaine est désormais stratégique.

Des symboles sont mis en place dans chaque pays selon les législations en vigueur. On évolue vers des normes européennes voire internationales permettant aux usagers de les comprendre et de pouvoir trier les déchets quels que soit le pays où ils se trouvent.

Il est souvent confondu avec le point vert qui est un label marquant l’adhésion à un système de contribution au recyclage de déchets. Il est parfois accompagné du slogan « Pensez au tri ». Plusieurs associations ont dénoncé un symbole qui fait penser aux consommateurs à un produit recyclé ou recyclable alors qu’il fait que traduire une volonté de soutenir le recyclage. 

Depuis 2012, les consignes info-tri sont complémentaires, elles précisent la destination des déchets aux usagers.

 

 

A partir de 2021 il est remplacé par le logo Triman (créé en 2015) composé d’un cercle qui entoure un personnage qui tend une main vers 3 flèches. Symboliquement, la silhouette met en avant la démarche citoyenne pour trier, les trois grosses flèches incarnent le tri et la flèche circulaire le recyclage.

 

Le symbole du recyclage est présent dans notre quotidien et fait référence à un secteur économique très important. Il concerne à la fois les citoyens, les collectivités, des entreprises et des associations. Les consignes de tri évoluent au gré des avancées technologiques et modifient notre quotidien. Des pictogrammes explicites internationaux favorisent le recyclage et la préservation de l’environnement et des ressources naturelles. 

Nathalie ROTH

2021 ◊ Terraforming Mars 

« Terraforming Mars » est un jeu de société paru en 2016, conçu pour 1 à 5 joueurs et créé par Jacob Fryxelius. Il est produit par Fryxgames et édité et traduit en France par Intrafin Games. L’auteur propose de faire l’expérience de la terraformation de Mars, c’est-à-dire rendre la planète Mars habitable pour l’être humain. Pour ce faire les joueurs devront faire évoluer 3 paramètres principaux : augmenter la température moyenne à la surface de -30C° à +8C , augmenter le niveau d’oxygène de 0 à 14% et créer de grandes quantités d’eau liquide à la surface. Les joueurs font évoluer ces paramètres via des « projets » qui ont la particularité d’être scientifiquement et techniquement vraisemblables. Un projet est une action de jeu, qui représente un dispositif technique et qui aura un impact significatif sur le climat de mars. Par exemple, le projet « grands réflecteurs solaires » permet de réchauffer l’atmosphère et d’augmenter la température moyenne. Le jeu compte plus de 300 projets différents. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Terraforming Mars  »

[kosmopoliːt]

Aujourd’hui c’est jour de fête ! On retourne enfin au restau !

Bienvenu à [kosmopoliːt] le restaurant le plus cosmopolite du monde !

 

[kosmopoli:t] est le fruit d’un projet de médiation scientifique mené par le laboratoire dynamique des langues de Lyon (CNRS / Université Lumière Lyon 2).

Le but est de sensibiliser le public à la diversité des langues du monde et aux enjeux de leur conservation via la création d’un jeu de société. Aujourd’hui près de 40 % des langues sont menacées et beaucoup sont déjà éteintes.

            

          «[kosmopoliːt] se joue de 4 à 8 joueurs parmi lesquels il y a toujours une Serveuse, un Maître d’Hôtel et des Cuistots. La Serveuse gérera la salle de restaurant sur l’appli. Elle aura ses écouteurs sur les oreilles et pourra prendre les commandes des clients qu’elle transmettra aux Cuistots et surtout au Maître d’Hôtel. Sauf que nos clients viennent du monde entier, et souhaitent déguster des plats typiques qu’ils demandent dans l’une de leurs 60 langues natives !
Le Maître d’Hôtel note du mieux qu’il peut toutes les commandes de la Serveuse, et les répète en permanence aux Cuistots. Il a le rôle pivot du restaurant, il fait le lien durant toute la partie entre la salle et la cuisine, et a la charge de coordonner et manager l’ensemble.

Chaque Cuistot gère des types d’aliments en ayant les tas de cartes correspondant, et est aussi le cuisinier expert d’un continent : il a donc toutes les cartes de ce continent. Chacune de ces cartes correspond à une langue, et comprend les 6 plats que l’on sert dans cette langue. Chaque plat est écrit par une translittération (tel qu’on l’entend en français), et accompagné du nom et dessin d’un de ses ingrédients.                                                       

Quand un Cuistot a trouvé un plat sur une carte, il demande aux autres l’ingrédient nécessaire (s’il ne l’a pas lui-même) et donne ces 2 cartes (langue + ingrédient) au Maître d’hôtel. Ce dernier ajoute donc à ces 2 cartes la carte Table adéquate (qu’il avait normalement bien noté !!) et donne le tout à la Serveuse. Dès que la Serveuse le peut, elle va servir la table sur l’appli en sélectionnant la table en question, puis le bon ingrédient, puis la bonne langue »

     

                                                                                                       

            Il faut insister sur un point essentiel [kosmopoli:t] n’est pas un « serious game » mais bien un « game » tout court. C’est un bijou ludique d’une efficacité redoutable. [kosmopoli:t] ne sera pas rangé sur une étagère à l’écart de la ludothèque. Comme ce jeu  qu’on a tous acheté à un moment ou un autre, il a de belles illustrations des plus beaux châteaux de France, avec quelques mots sur l’histoire du lieu. Apprendre en s’amusant… Youpi ! Sauf que personne ne veut jamais y jouer, parce que soyons honnête, les illustrations sont chouettes mais l’expérience de jeu l’est nettement moins. Il prend la poussière quelque part, personne ne sait plus trop où.

 

            Avec [kosmopoli:t] on joue une partie, puis une autre et encore une. Vers 1h du matin, après les avoir enchaîné toute la soirée, vous avez parlé ou entendu 60 langues différentes. C’est probablement plus que la totalité des langues auxquelles vous avez été exposé tout le long de votre vie. Des langues des 4 coins du monde. Carrément, des 5 continents ! Vous aurez découvert également autant de spécialités culinaires. Vous vous êtes arrêté uniquement pour aller manger, ce jeu a la fâcheuse tendance de donner faim.                                                                                         

À ce stade la médiation est déjà une réussite. On a expérimenté la diversité incroyable des langues du monde et entraperçu l’entremêlement d’une langue et sa culture.

 

Mais le voyage ne s’arrête pas là ! A l’intérieur de la boîte on trouve un « petit » livret, (60 pages quand même) qui propose une médiation plus en profondeur. On y plonge dans les choix et les difficultés conceptuelles auxquels ont été confrontées les auteurs du jeu. On y apprend par exemple que les 60 langues du jeu ont été enregistrées uniquement avec des locuteurs dont c’est la langue maternelle. Mais aussi comprendre certains choix éditoriaux. Parler de langue, c’est parler de sujets complexes, de rapport de force entre les cultures, de colonisation, de langues et cultures en danger. Les choix d’édition ne sont pas à prendre à la légère. Le simple fait de nommer une langue avec son nom « francais » est par certains aspects problématique. Le livret est rempli également d’informations sur chacune des langues du jeu. Le nom endogène de la langue, le nom francisé, la région du monde ou elle est parlé, le nombre de locuteurs et bien plus encore.

Ça n’est pas tout ! On y découvre une multitude de concepts linguistique : phonologie, morphologie, syntaxe, sociolinguistique, origine des langues…

Enfin, il y a aussi un making-of dans le quel les auteurs racontent la collecte des données, leur méthode de travail mais aussi l’élaboration de la translittération utilisée dans le jeu. En effet le jeu n’utilise pas la translittération phonétique « officielle » qui ne serait pas accessible aux joueurs non habitué à la lire. Ils formulent également un bilan sur leur travail de représentation de la diversité des langues, des cultures et des régions du monde. Car il n’y a jamais que 60 langues dans le jeu pour 6 000 à 7 000 langues répertoriées dans le patrimoine mondial. Cela représente des choix à faire et forcément, des concessions.

 

            Pour finir  on peut parcourir l’application en mode «exploration» et se laisser simplement porter par l’enregistrement des langues du monde entier.

 

            Je vous propose de vous laisser avec un avant goût sous forme de musique. Vous connaissez peut-être Miriam Makeba, chanteuse Sud Africaine. Mais savez-vous qu’elle chante en Khoekhoegowab ? Une des très rare langue à « click », les sons sont produits avec de l’air qui entre dans la bouche et ne sont pas liés à la respiration.

 

 

 

2018 ♦ alambics en cuivre (objet)

Alambics traditionnels en cuivre et outils de distillation exposés fièrement dans un magasin de cosmétiques parisien

L’essence de la vie : le rôle bénéfique de l’alambic pour notre santé et notre bien-être

(par Nathalie POUDEROUX, Cnam Magister 2018)

On découvre parfois dans les boutiques de cosmétiques d’anciens alambics en cuivre, témoins de l’ancestrale création de nos essences naturelles aux mille et une vertus vers lesquelles on semble tous se retourner.

On parle souvent d’un retour à la nature comme si celle-ci paraissait avoir été perdue par la civilisation moderne au profit des innovations industrielles et des évolutions technologiques. Pourtant, les nombreuses scénographies sur le thème de la chimie dans les magasins de cosmétiques ne sont pas rares. J’ai immortalisé en guise d’exemple le mur d’un magasin de cosmétiques garni d’étagères sur lesquelles trônent des alambics traditionnels en cuivre de formes et de tailles variées ainsi que d’autres outils de distillation comme des pots en cuivre. Ce magasin possède son propre laboratoire, ce n’est pas le seul ! Ces curiosités et mon intérêt pour les produits naturels m’ont conduit à tenter d’expliquer pourquoi l’alambic est valorisé pour témoigner de l’omniprésence de la nature dans notre société et dans nos progrès scientifiques. Continuer la lecture de « 2018 ♦ alambics en cuivre (objet) »

1962 ♦ Moulinex (publicité)

Moulinex libère la femme

(par Charlène LAVOIR, Magistère Médiation soio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Moulinex pub

Je vous propose de poser un instant les yeux sur cette publicité Moulinex de 1962. Il est possible que vous n’ayez jamais vu cette réclame mais vous ne pouvez pas avoir entendu son slogan : “Moulinex libère la femme …”. Il a fait date dans l’histoire de la publicité et celle du féminisme pour s’inscrire durablement dans la culture et l’imaginaire populaire. A tel point que ce slogan partage les mêmes initiales que le Mouvement de Libération des femmes ! Le MLF l’utilisait toujours dans ses manifestations des années 70, comme une sorte de clin d’œil.

Prenons le temps aujourd’hui de comprendre pourquoi ce slogan est resté si présent dans nos esprits, même après plus de cinquante ans. Pourquoi est-il devenu si emblématique d’une société se modernisant par ses innovations techniques ? Et comment la publicité a-t-elle mis en scène cette évolution ?

Cette publicité est très représentative de la société de consommation naissante où les marques assènent l’idée que c’est en achetant des « machines » modernes que nous deviendrons modernes nous aussi. De ce point de vue, les arts ménagers tiennent le haut du pavé. Vous évoluerez heureuse si vous avez une belle maison dans laquelle vous disposez des derniers équipements électroménagers. Continuer la lecture de « 1962 ♦ Moulinex (publicité) »

1959 ♦ Pyrex® sedlex (publicité)

Publicité presse “Merci Pyrex® sedlex” (1959)

plat de résistance

[par Gabrielle RIPERT, Magister Cnam Paris]

Un couple, un plat, la Tour Eiffel. Pour cette campagne publicitaire, Pyrex met en scène les talents de cuisinière de la ménagère grâce au Pyrex Sedlex, matériau innovant qui faciliterait la cuisine. Le progrès technique au service du quotidien des femmes en somme.
« Merci Pyrex ! ». Tout est dit dans le slogan : grâce à cette invention, simplifiez-vous la vie ! Pyrex promet d’améliorer votre cuisine, optimiser votre budget et entretenir votre couple ! Rien que ça ! Continuer la lecture de « 1959 ♦ Pyrex® sedlex (publicité) »

1958 ♦ cafetière Bodum® (objet)

Publicité presse pour la cafetière Santos-Bodum, accompagnée de la mention ” Entertain your guests AND make an exceptional pot of coffee at the same time!”

le vide, cette dépression qui nous fait du bien

[par Yannick MAHE, Certificat Cnam Paris]

Au premier plan un objet ressemblant à un distillateur sorti directement d’un laboratoire. Il est formé de deux sphères en verre disposées l’une par-dessus l’autre et dont les contenants sont reliés par une forme cylindrique.
Au second plan, une femme au look des années 1960. Elle est souriante. Elle tient dans sa main une tasse. Sa présence détruit l’illusion qu’il pourrait s’agir au premier plan d’un outil issu d’un laboratoire d’expérimentation chimique, et nous met sur la piste d’un breuvage du type thé ou café. Continuer la lecture de « 1958 ♦ cafetière Bodum® (objet) »

1955 ♦ Aspirateur de Noël (publicité)

Affiche publicitaire pour les aspirateurs de la marque Hoover diffusée dans les années 1950

le bonheur est dans Hoover

[par Marion NEDELEC, Certificat Cnam Nantes]

Un pitch : « Le matin de noël elle sera la plus heureuse avec un Hoover ». Telle est la promesse faite par la société d’aspirateur Hoover sur cette affiche des années 1950. Entreprise fondée en 1908 par William Henry Hoover, elle domine le secteur du nettoyage domestique la première moitié du vingtième siècle, à tel point que le mot Hoover devint synonyme d’aspirateur en anglais. Continuer la lecture de « 1955 ♦ Aspirateur de Noël (publicité) »

1889 ♦ Inventions & découvertes (jeu)

Apprendre les sciences, une partie de plaisir ?

(par Amélie HUYNH LE MAUX, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Lorsque j’étais enfant, un de nos rituels nécessitait un coffret défraîchi ayant appartenu à ma grand-mère. La première fois que mon père avait sorti cette vielle boîte écornée, j’avais soupiré, redoutant une nouvelle lubie de collectionneur. Pourtant, je m’étais vite prise au jeu, au sens littéral. En effet, cet écrin rouge renfermait un loto dit « instructif et amusant ». Pourtant féru d’objets liés aux sciences et techniques, mon père n’a jamais réussi à trouver son éditeur, ce fameux « H.C. » gravé sur le devant de la boîte. Ce jeu revêtait un intérêt tout particulier pour lui, au-delà de son attachement sentimental. En effet, il avait été édité lors de l’exposition universelle de Paris de 1889, image flagrante de la révolution industrielle en marche accessible à tous les publics. Ainsi, ce jeu avait participé, à son échelle, à l’éducation scientifique des foules. Même si je doute, étant donné la valeur de l’objet, qu’il ait été vraiment abordable pour les classes populaires. Le jeu est organisé en 24 cartons, chacun composé de deux scénettes représentant grands inventeurs et explorateurs. Continuer la lecture de « 1889 ♦ Inventions & découvertes (jeu) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search