Le méchant médecin dans l’imagerie populaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans notre société et notre imaginaire, le médecin tient un rôle tout à fait singulier. De par ses grandes responsabilités, sa capacité à influer sur la santé soit, sur la vie, il est parfois perçu comme un membre à part, un individu avec de grands pouvoirs. Sur un bateau, il est surnommé le sorcier. Son surnom marin représente bien la superstition qui entoure le personnage. L’imagerie mystique s’est fixée sur cet homme comprenant mieux le corps d’autrui qu’autrui. Manipulant l’invisible pour le commun des mortels à savoir les bactéries, les os sous la peau, les muscles, il détient alors la connaissance et voit ce que l’on ne voit pas. Soulignons également le fait qu’un docteur défie l’ordre naturel de la vie et de la mort et qu’il se heurte très vite à notre conception traditionnelle héritée du christianisme.
Pour toutes ces raisons, il est possiblement vu comme un être au grand pouvoir, un « sorcier ». Or le pouvoir en définition politique est la « capacité de nuisance ». Puisqu’il détient de tel pouvoir, le médecin a fait l’objet d’une crainte qui se retrouve dans l’imagerie populaire. Malheureusement pour lui, le médecin est un voir – le – symbole de la médecine.
Pour comprendre pourquoi James Bond se bat contre le méchant Dr. No ou Spiderman affronte le Dr. Norman Osborn ou le Dr. Octopuss, il est nécessaire de faire un saut jusqu’ au XIXème siècle et d’y trouver un début de piste. Deux phénomènes historiques ont à la fois forgé l’imaginaire du médecin mais furent aussi des traductions de cette méfiance déjà ancrée. Il s’agît de l’histoire de Jack L’Eventreur et du roman de Stevenson, L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mr. Hyde.

Jack l’éventreur :

La série de meurtre spectaculaire dans le quartier de White Chapel a été un évènement traumatisant pour les londoniens. Elle s’inscrit en plus de cela dans une époque révolutionnaire concernant la transmission de l’information. C’est la grande mode du journal, son succès repose déjà sur le sensationnalisme et l’émotion, ici, celle de la peur.
L’information n’est pas le seul apport du journal. Il diffuse des idées, amène le débat public, la discussion entre deux londoniens sur un fait divers etc… Jack l’éventreur devient vite un sujet d’ampleur. Tout comme le XVIème siècle est le siècle d’or de l’Espagne, le XIXème, lui, est celui des Royaumes Unis. La city a une influence idéologique immense sur le monde entier. Si le coton est la meilleure fibre vestimentaire pour l’économie londonienne alors le coton gagne les autres pays au profit de la laine. Si la city a peur des hommes en blouse, alors le Portugal en aura peur après avoir eu écho des meurtres sanguinaire dont le suspect est… un médecin !
En effet, sans s’étaler sur le caractère glauque des crimes, Jack l’éventreur opérait de manière assez chirurgical et plusieurs éléments ont conduit les autorités britanniques à établir le profil type d’un médecin. L’opinion populaire s’est vite accommodé de ce bouc-émissaire social. Peut-être par méfiance patente à l’égard de la profession ? Tout cela est difficile à cerner, nous ne pouvons que rappeler que l’acteur principal de ce feuilleton traumatisant dans la capitale de ce qui était à l’époque le plus grand empire du monde est un médecin dans l’esprit des anglo-saxons.


Dr Jekyll et Mr. Hyde

 



Depuis tout temps et sous toutes ces formes, l’art véhicule le ressentit de son auteur sur le monde qui l’environne. Si le XVème siècle est celui de la peinture et des grands maîtres (Michel Ange, Botticelli), le XIXème est communément admis comme étant celui du roman (Victor Hugo, Zola, Charles Dickens). A cette époque, le succès du genre littéraire a des répercussions sur l’imaginaire des lecteurs par le biais des protagonistes symbolisant un élément de la société (Gavroche par exemple). Presque tous les atomes de la société sont traités dans les romans. Le médecin n’y échappe guère dans la célèbre histoire de Stevenson : L’étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde.

Ce livre nous intéresse car il est une œuvre majeure dont la portée et l’influence se ressent possiblement 140 ans plus tard. De plus il caractérise l’ambivalence du médecin chez un personnage dans la dualité du bien et du mal. C’est le mal qui triomphe et Mr.Hyde qui assassine. Fut-ce un témoignage de la méfiance envers le médecin, son point de départ, ou les deux ? Quoiqu’il en soit nous retiendrons qu’un monument de l’art majeur de son temps dont la renommée a traversé plus d’un siècle met en scène un docteur assassin. Pour ne pas arranger les choses dans un Londres victorien déjà associé au lugubre avec l’épisode de Jack l’éventreur et les quartiers malfamés de bar à opium entre autres. Il est alors fort probable que cette œuvre soit une influence dans l’imagerie populaire.

Cependant, le cas du médecin n’est pas aussi simpliste et manichéen. Ils échangent parfois leurs blouses contre des capes de super-héros dans l’univers Marvel comme l’indique l’article en annexe.

Méchant ? Gentil ? Les deux assurément. C’est là toute la spécificité de la profession. Le médecin dans l’imaginaire populaire est un personnage ambivalent, affilié à la sécurité (Dr. Jekyll) et au danger (Mr. Hyde). Peut-être est-il associé à la fois au bien (la vie) ou au mal (la mort) puisqu’il est aussi bien un passeur vers la vie à la maternité et un passeur vers la mort au moment de l’extrême vieillesse ?

 

 


Sources :
https://www.historia.fr/la-chronique-de-nota-bene/jack-leventreur-et-le-r%C3%B4le-de-la-presse
https://www.londresmag.com/2019/08/01/jack-leventreur-la-realite-a-lorigine-du-mythe/
https://nospensees.fr/jekyll-et-hyde-le-bien-et-le-mal/

Annexe :
Les Scientifiques ‘Marvel’ : Des (Super) Héros en Blouses Blanches, Sylvain Rimbault

Yoko Tsuno, une électronicienne aux confins du réel

Yoko Tsuno, c’est un souvenir nostalgique de jeunesse, peut-être aussi l’amie que j’aurais rêvée avoir. Belge d’origine Japonaise, la belle Yoko est ingénieure en électronique, ceinture noire d’aïkido et pilote le planneur comme l’hélicoptère. Vous trouvez ça too much ? C’est sans compter sur sa profonde humanité qui en font un personnage extrêmement attachant, loin des standards de super-héroïnes.

Née sous le crayon de Roger Leloup en 1970, Yoko évolue depuis 29 albums entre science-fiction et fantastique. Généralement accompagnée de ses deux amis, Vic et Pol, la jeune électronicienne se retrouve toujours embarquée au détour d’une mission dans une aventure extraordinaire. Des intrigues qui la conduisent en Allemagne, en Chine, mais aussi dans le passé et dans l’espace !

Très jeune, Roger Leloup se passionne pour la mécanique. Il confectionne des maquettes en bois et collectionne des insectes qui lui servent d’inspiration. L’auteur ne manque jamais de peupler les aventures de Yoko d’avions, de vaisseaux ou d’autres moyens de locomotion en tous genres, à la beauté et au réalisme saisissants. Une habitude qui n’est pas sans rappeler un certain Hayao Miyazaki. La passion de Roger Leloup transparait nettement dans les univers dans lesquels Yoko évolue. Et celui-ci ne fait pas les choses à moitié ! Son œuvre est à la fois bien documentée et bien illustrée. On ne peut qu’apprécier la qualité du dessin, à la limite parfois du dessin industriel : le trait est précis, minutieux. Tout est pensé dans les moindres détails, des machines aux décors. Et Leloup est aussi généreux dans ses dessins qu’à fournir des explications techniques concernant le fonctionnement de ses inventions.

 

Mais Yoko Tsuno n’est pas juste une bande-dessinée intelligente. Ce petit bijou ne serait rien sans son héroïne, indépendante, déterminée et courageuse, élégante en toutes circonstances. Même, dans ses aventures les plus sombres, face aux ennemis les plus terribles, Yoko nous rappelle toujours la valeur de la vie humaine, l’importance de la famille et des amis. Ainsi, que ce soit au côté des Vinéens, ce peuple extra-terrestre à la peau bleue, ou dans le Bruges du XVI e siècle, les aventures de Yoko nous happent et nous relâchent toujours à la fin avec le sourire aux lèvres et la tête pleine de rêves…

2021 ◊ Dans la combi de Thomas Pesquet, Marion Montaigne

La bande dessinée peut être un formidable outil de vulgarisation scientifique. Marion Montaigne a réussi le pari en 2017 en publiant Dans la combi de Thomas Pesquet peu de temps après le retour sur terre de l’astronaute. Elle nous fait entrer dans son quotidien sur le ton de l’humour, nous raconte les coulisses du métier et donne à voir un autre visage de l’astronaute très médiatisé. La BD et ses 200 pages se lisent bien. On sourit, on apprend. Et c’est là sa force. Un ton léger et un propos qui vient démystifier un métier réservé à une certaine élite. Petit déjà, Thomas Pesquet rêvait d’espace. Il suit un cursus scientifique, obtient un diplôme d’ingénieur et fini pilote chez Air France. Mais ce n’était pas tout à fait ça, son rêve. Alors quand l’occasion se présente, il intègre le processus de sélection de l’Agence
Spatiale Européenne. Les différentes épreuves, toutes plus complexes les unes que les autres, sont dévoilées dans la BD et on se rend à l’évidence, oui ce métier n’est pas pour tout le monde. Il faut une volonté sans faille et faire preuve d’une abnégation totale puisque la sélection, ce n’est que le début …


Rescapé des quelques 5 000 candidats, le futur astronaute intègre le centre d’entraînement des astronautes. Pourtant il lui faudra encore attendre 5 ans pour s’envoler pour la première fois dans l’espace. Ces années de préparation sont décortiquées de long
en large et donne un aperçu de ce qu’est la vie d’astronaute, loin de l’imaginaire collectif.
Les plannings sont surchargés. Entraînements physiques et cours théoriques s’enchaînent
à un rythme effréné. Les astronautes doivent tout savoir. Connaître sur le bout des doigts la
notice de chaque équipement présent dans la station spatiale internationale. Et comme son
nom l’indique, c’est une station dans laquelle cohabite plusieurs nationalités. Les
astronautes partagent donc leur temps entre les différentes agences (russe, américaine,
canadienne, japonaise et européenne). Ils doivent connaître le matériel et les notices de
chaque agence, et dans la langue du pays ! Outre l’apprentissage théorique, ce qui impressionne dans cette BD, c’est l’entraînement physique auquel ils sont soumis. Au fil des pages, on découvre les nombreux équipements de préparation : les centrifugeuses, les piscines d’entraînement, les simulateurs de soyouz … Tous sont schématisés, expliqués. Ces notions complexes deviennent alors accessibles. L’utilisation de comparaisons plutôt inattendues mais finalement très parlantes, comme celle d’un poivrier pour représenter un soyouz, s’avèrent redoutablement efficaces. Les ajustements concernant la vie quotidienne pour faire face à l’impesanteur sont eux aussi explicités. Et l’auteure n’oublie aucun détails, ce qui donne lieu à des passages assez comiques. En somme, cette bande dessinée est un vrai plaisir à lire et une réussite en terme de vulgarisation scientifique. Toutes les facettes du métier d’astronaute sont explorées, des notions les plus complexes aux éléments de la vie quotidienne les plus anodins. Elle est accessible à tous et gagne facilement son public grâce à son ton humoristique et décomplexé. Véritable succès de librairie, elle s’avère être une porte d’entrée séduisante pour aborder le monde de l’aérospatial aux côtés de son représentant français.

 

Salomé Giron

Le charme discret de l’intestin:

Ce livre écrit par l’Allemande Giulia Enders, est là pour nous faire découvrir les secrets méconnus de notre système digestif. Elle même victime de nombreux troubles digestifs, elle a voulu découvrir d’elle même ce qu’il se passait dans son intestin et qui lui causait tant de tort. Avec une écriture détendue qui ne manque pas d’humour, elle nous décrit premièrement notre système digestif dans son ensemble et ajoute même la classification de nos excréments ! Mais la plus grande partie de l’ouvrage sert à l’exposé sur l’organe mal aimé, notre allié : l’intestin ! Son récit est très bien structuré avec un ordre de passage de nos organes le plus naturel possible, celui que prend notre nourriture ! L’on y découvre de nombreuses informations qui peuvent être utiles pour notre bien-être comme par exemple : à quoi sont dus nos intolérance et allergie, d’où viennent elles et comment vivre avec. Le fonctionnement de l’intestin est livré en détails, de ses villosités jusqu’à son microbiote en passant bien-sûr par son système nerveux autonome. Mais surtout on y apprend les exploits impressionnants dont l’intestin est capable, des découvertes que l’on n’aurait osé imaginer. Son résumé du système digestif en introduction permet de rendre son livre très abordable, d’une simplicité plus qu’agréable qui permet d’en faire un livre de chevet que l’on peut lire sans avoir besoin d’un dictionnaire médical à ses côtés. De plus, la traductrice Isabelle Liber rend la lecture de cet ouvrage très plaisante. Donc si vous voulez en savoir plus sur notre incroyable machinerie interne, n’hésitez pas !

« Toi, le virus et moi »

« Toi, le virus et moi »

Quelles sont les répercussions de la pandémie du coronavirus sur notre rapport à l’autre ?

 

            La pandémie du coronavirus a transformé nos rapports à l’autre: méfiance, peur et rejet sont de mise. Cette xénophobie est une réaction malheureusement commune qui a déjà été observée lors de précédentes épidémies. Les mesures de distanciation mises en œuvre pour contenir la progression du phénomène confirment le rôle de l’autre dans la transmission du virus et font que ces sentiments ont progressivement atteints toutes les échelles de la société. Les impacts sont forts sur l’animal social qu’est l’être humain.

            Des répercussions sociales à toutes les échelles de la société

 

            C’est en premier lieu à l’échelle internationale que la peur de l’autre s’est fait ressentir. Avec la fermeture des frontières comme élément de protection, on a vite observé une stigmatisation des personnes issues de l’immigration et des étrangers. De nombreux cas de violence raciste ont été répertoriés envers des individus de nationalité chinoise ou qui y ont été associés. C’est le cas aux États-Unis où 32% de la population sondée blâment les chinois d’avoir répandu la maladie. Ces derniers se sont vus empêcher l’accès à des lieux publics comme des restaurants ou ont dû fermer leurs commerces à la suite de menaces. Au lendemain du reconfinement, en région parisienne, on a compté plus d’une vingtaine de victimes chinoises d’agression physique avec des appels à la violence sur les réseaux sociaux. Des messages comme « Dehors les jaunes » ou « Coronavirus dégage » ont été retrouvés sur les portes d’entrée de leur appartement ou de leur commerce.

            Au niveau national, on a assisté à des comportements xénophobes de populations locales face à l’afflux de populations venant d’autres régions. Dans ce contexte, il est apparu qu’il était acceptable de rejeter l’autre ce qui a renforcé les clivages entre régions, particulièrement entre Paris et le reste de la France. À titre d’exemple, en Mars, dans le but de rejoindre leurs maisons secondaires pour s’y confiner, l’arrivée de Parisiens sur l’Île d’Yeu a donné lieu à un renforcement des contrôles par arrêté préfectoral. Cette démarche a été très bien accueillie par les habitant.es de l’Île. Cet été, lors du dé-confinement, l’arrivée de masses venues d’ailleurs a provoqué une promiscuité indésirable et un fort mécontentement. Ici, le port du masque a permis de maintenir l’autre à distance pour préserver l’entre-soi.

            A l’échelle locale, la peur de l’autre s’est notamment dirigée contre le voisinage, devenu la cible de suspicion et d’évitement. C’est d’autant plus le cas pour les personnes ayant été placées en quarantaine ou les personnes considérées « à risque » comme le personnel soignant. Pendant le confinement, ces derniers se sont vus adresser des messages visant à inciter leur départ de la part de leurs voisins, syndicats ou propriétaires, parfois même anonymement. D’autres populations, comme les jeunes, sont stigmatisées comme ne respectant pas les gestes barrières, ce qui alimente les suspicions à leur égard.

            A l’échelle individuelle, le port du masque, transforme l’apparence visuelle et ce qu’elle signifie, induisant des conséquences sur les interactions sociales. En effet, en cachant la partie inférieure du visage, le masque trouble les repères de communication et les expressions non verbales. Les expressions faciales ou les mimiques permettent d’apprécier l’état émotionnel de l’autre et d’agir en conséquence. Aussi le port du masque empêche ce système de régulation et entraîne réserve et quiproquos. Il réduit au silence et entrave la cohésion sociale.

 

Le besoin de proximité humaine incompatible avec la distanciation imposée

 

            L’injonction à garder ses distances a un impact fort sur nos modes de vie et remet en question les formes de relations entre personne. On assiste à un clivage dans les modalités d’interaction : on ne croise plus les regards, on ne s’adresse plus la parole, on change de trottoirs… Cette peur de l’autre encourage un repli sur soi, un isolement social et affectif. Pour l’animal social qu’est l’être humain, la distanciation sociale provoque une confusion car elle n’est pas naturelle. En effet, selon la théorie de l’Évolution Darwiniste, la recherche de contact est de l’ordre de l’adaptation dans un but de sécurité et de survie. L’autre étant désormais associé au danger et à la mort, il s’agit de combattre les réflexes dictés par le système nerveux dit « adaptatif ».

Les études de « proxémique » élaborées en 1966 par l’anthropologue Edward Hall, visent à étudier l’impact de l’absence de contacts physiques sur l’individu. Celles-ci ont mis en évidence que 4 zones de confort entouraient l’individu et correspondaient à des zones émotionnelles particulières et garantes de sécurité individuelle. Bien que leurs dimensions varient selon les cultures, il a été identifiée une distance intime à grande implication physique et échange sensoriel élevé, celle de l’amour utilisée pour embrasser et toucher ; puis une distance personnelle qui correspond aux conversations particulières et aux interactions amicales et familiales ; une distance sociale qui s’applique bien dans le cadre professionnel et enfin une distance publique qui s’impose dans la vie quotidienne lorsque qu’on s’adresse à des groupes. Ces études permettent de comprendre que derrière le contact physique se cache le contact social et que sa limitation entraîne une perte de confort et de repères.

 

            Selon ces études, la proximité géographique que représente la distance physique se combine avec la proximité organisée qui se définit par le partage de ressources cognitives, culturelles et émotionnelles. Cette dernière permet de s’affranchir des contraintes de la proximité géographique, et, en ces temps de pandémie, est à privilégier et à développer, par le recours à la technologie. Le développement de relations sociales virtuelles nous permettra-t-il de combler l’absence de contacts physiques ?

 

Germinal, la mémoire des corons


Germinal est le 13 ème roman de la saga des Rougon-Macquart écrit par Zola entre 1870 et
1893, et paru en 1885. A travers l’histoire d’Etienne Lantier, un chômeur qui recherche du
travail dans le Nord de la France et se fait embaucher aux mines de charbon (fictives) de
Montsou, Germinal nous décrit le travail harassant des mineurs et leurs conditions de vie
dans les corons.


En 1885, Zola est déjà un écrivain renommé et le chef de file du naturalisme. Le naturalisme
est ce mouvement littéraire né dans la seconde moitié du XIXème siècle, mû par la volonté
de décrire la réalité de façon objective et fortement influencé par les sciences naturelles et
sociales. Le naturalisme traite de sujets quotidiens, rendant par-là la littérature accessible au
plus grand nombre, et met notamment en scène la réalité sociale, participant également à la
prise de conscience des inégalités sociales et à l’émergence du droit d’expression. L’écriture
naturaliste est donc dictée par le réalisme et le souci documentaire.


Afin de retranscrire le plus fidèlement possible le métier et les conditions de travail dans les
fosses, Zola s’est rendu dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, notamment sur le site
d’Anzin, allant à la rencontre des mineurs, des porions, les contremaîtres de la mine, et des
ingénieurs qui les commandent.


Germinal immerge ainsi avec précision dans le quotidien des mineurs : le réveil matinal (à
4h), le petit-déjeuner frugal, la marche à travers la campagne, du coron jusqu’à la fosse, en
passant devant les hauts fourneaux et les fours à coke. Puis la descente dans la cage qui
emmène dans les entrailles de la terre, jusqu’à 550m de profondeur et l’eau qui ruisselle
autour comme une pluie continue. Le labyrinthe des galeries, boueuses et glissantes,
soutenues par des étais de bois. La galerie de roulage glacée qui contraste avec les voies
isolées par les portes d’aérage où la chaleur est telle que les ouvriers au bord du malaise en
retirent leurs vêtements et travaillent nus, les hommes comme les femmes.


Zola nous présente les métiers de la mine : les « haveurs » qui exploitent les veines à coup
de pelle et de pioche et les « herscheurs » qui poussent les berlines remplies de charbon –
à cette profondeur, on trouve même des chevaux de traie. Et il n’épargne pas les risques
encourus par ces travailleurs : les boisages rapidement exécutés qui cèdent parfois faisant
s’effondrer les galeries, le grisou qui se dégage imperceptiblement et peut tout faire
exploser, le charbon qui rentre dans les poumons et fait cracher noir, sans parler de la
pauvreté qui mènera les mineurs de Montsou à la grève. Zola complète sa fresque sociale
en montrant aussi l’autre versant de la mine : les exploitants, des familles bourgeoises dont
les soucis contrastent dramatiquement avec les conditions de vie des principaux
protagonistes qui ont à peine de quoi manger.

Le décor planté, Zola peut alors dérouler son histoire : celle d’ouvriers acculés par la pauvreté qui déclarent la grève, mettant ainsi en scène l’éveil de la conscience ouvrière à son époque.

Germinal est à la fois un récit romanesque et bien ancré dans le réel. C’est aussi une œuvre plurielle, monument littéraire adapté de nombreuses fois au cinéma, au théâtre ou encore en bande-dessinée. Sa dernière adaptation cinématographique fut dantesque pour l’époque. Le film réalisé par Claude Berri mettant en scène des acteurs(chanteurs) populaires tels que Renaud, Gérard Depardieu, Miou-Miou ou encore Jean Carmet a nécessité 165 millions de francs, ce qui en faisait à sa sortie en 1993 le film le plus cher de histoire du cinéma français.

Autant de déclinaisons qui élargissent la portée de Germinal, tant dans son message
politique que dans sa retranscription sans fard d’un corps de métiers d’un autre temps.

 

 

 

Affiche Emile Lévy (fin du XIXe siècle) pour une
représentation au Théâtre du Châtelet, à Paris, de la
pièce Germinal tirée du roman de Zola, sur laquelle
sont représentés des scènes et artefacts typiques de
l’exploitation minière, aussi bien sur que sous la
terre.

2021 ◊ Les fourmis

Pendant les quelques secondes qui vont vous être nécessaires pour lire ces 4 lignes :
– 40 humains et 700 millions de fourmis sont en train de naître sur Terre.
– 30 humains et 500 millions de fourmis sont en train de mourir sur Terre.

HUMAIN : Mammifère dont la taille varie entre : 1 et 2 mètres. Poids : entre 30 et 100 kilos. Gestation des femelles : 9 mois. Mode de nutrition : omnivore. Population estimée : plus de 5 milliards d’individus.

FOURMI : Insecte dont la taille varie entre : 0.01 et 3 centimètres. Poids : entre 1 et 150 milligrammes. Ponte : à volonté selon le stock de spermatozoïdes. Mode de nutrition : omnivore. Population probable : plus d’un milliard de milliards d’individus.

EDMOND WELLS.
Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

 

Cet extrait est tiré du livre « Les Fourmis ». Ce roman est écrit par Bernard Werber, paru aux éditions Le livre de Poche en 1991 et est qualifié par l’auteur d’un nouveau genre littéraire « philosophie fiction ». Dans ce roman scientifique, Bernard Werber nous embarque dans un thriller où nous suivons en parallèle deux personnages principaux, Jonathan Wells et le 327ème mâle, une fourmi.

Jonathan Wells vient de perdre son oncle, Edmond Wells, biologiste et entomologiste, qu’il n’a que très peu connu. Jonathan étant serrurier au chômage, ce triste évènement lui permet toutefois d’hériter d’un grand appartement dans lequel il va venir habiter avec son fils et sa compagne. Dans son testament, Edmond Wells est formel, Jonathan ne doit pas essayer de se rendre à la cave. Evidemment, il s’y rendra et y disparaitra. Ce sera le début d’une suite de plus de vingt disparations. Du côté des fourmis, tout commence par le réveil de la fourmilière de la cité de Bel-o-kan. Le 327ème mâle part alors en expédition de chasse accompagné d’autres fourmis mais alors qu’il s’éloigne de l’équipe pour cueillir une fleur, elles se font toutes tuer ! Le 327ème mâle se lance alors dans une quête pour prévenir sa cité et élucider ce mystère.

Au cours de ce roman, nous en apprenons beaucoup sur les fourmis, leur comportement, leur reproduction, leurs interactions, etc. Bien que certains de ces faits soient romancés pour le bien du scénario, il est cependant indéniable que de nombreuses informations reposent sur des données scientifiques tout ce qu’il y a de plus rigoureuses. Ces éléments changent perceptiblement notre vision sur ce petit peuple qu’on fréquente, mais surtout qu’on ignore, au quotidien.

Par son roman, l’auteur nous pousse aussi à réfléchir sur la société humaine, en mettant en exergue ses points communs existants avec les sociétés myrmécéennes. Bien qu’il insiste régulièrement sur les actions totalement altruistes des fourmis, il les individualise et les personnifie, ce qui développe notre empathie pour elles.

De plus, le récit est ponctué régulièrement d’extrait d’un livre fictif, écrit par Edmond Wells, l’oncle de Jonathan, intitulé l’ « Encyclopédie du savoir relatif et absolu », par lequel l’auteur communique de nombreuses informations aussi bien sur les fourmis, les humains, mais aussi la science en général. Par le biais du Professeur Wells, des petites énigmes sont également proposées aux personnages (et donc à nous aussi) comme : « Comment faire quatre triangles équilatéraux avec six allumettes ? » ou encore :
« 1
   11
   21
   1211
   111221
   312211
Quelle sera la prochaine ligne ? ». De quoi ravir les amateurs de devinettes et autres problèmes !

Enfin, ce livre nous transmet de nombreuses informations scientifiques, sans que ce soit sa vocation première. On se fait prendre par la main pour découvrir le monde myrmicéen et on en redemande ! Nul doute que de nombreuses personnes se sont d’avantage renseignées sur les fourmis après la lecture de cet ouvrage, rien que par curiosité de démêler les faits scientifiques de la fiction. Et finalement, n’est-ce pas tout l’intérêt de la science-fiction que de stimuler notre imagination pour faciliter la compréhension de concepts scientifiques parfois compliqués ?

Léa Lange

2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux

La guerre du Vietnam (1961-1975) opposant les États-Unis au Front national de libération du Sud Viêt Nam (ou Vietcong) est la plus grande guerre chimique de tous les temps.

Elle doit en grande partie ce titre à l’opération Ranch Hand (littéralement ouvrier agricole) effectuée par l’armée américaine de 1962 à 1975. Cette dernière a consisté en la pulvérisation massive de fines gouttelettes d’herbicide sur le territoire vietnamien. Cette opération, menée avec l’aide d’industries chimiques comme Monsanto, avait un triple objectif : empêcher les Vietcongs de se cacher en forêt, détruire leurs récoltes et prévenir les éventuelles attaques en dégageant les abords des installations militaires.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux »

2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock

 

Pochette de The 2nd Law, 6ème album de Muse

Comme pour tous leurs disques, MUSE trouve dans The 2nd Law une place pour parler de sciences. De la couverture représentant les connexions cérébrales modélisée par Human Connectome Project, jusqu’au titre qui se réfère à la seconde loi de la thermodynamique, leur sixième album est profondément inspiré par le concept d’entropie qui sera présent dans plusieurs titres. Parmi eux, Big Freeze est une ode à la mort thermique de l’univers, l’une des hypothèses proposées par les physiciens sur la façon dont notre univers pourrait se terminer, dans des millions d’années. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock »

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu, préface de Gérard Mourou, Paris, éditions EDP sciences, 2020.

 

  1. Leloup

 

 

Biographies de la lumière écrites à six mains, trois scientifiques nous font découvrir leur jardin secret.  Jean Audouze, astrophysicien et président d’honneur de la Commission française auprès de l’UNESCO ; Costel Subran, spécialiste des lasers et président de la Fédération française des sociétés scientifiques et Michel Menu, chef du département recherche et restauration des musées de France.

Trois jardiniers faisant pousser devant nos yeux les couleurs du visible et de l’invisible ?

 

Ni guide ni manuel, ce livre s’apparente au genre philosophique du dialogue, genre qui imite les discussions orales, afin de permettre aux lecteurs d’approfondir les domaines concernés. Richement illustré par une iconographie et des dessins variés, il donne envie d’en savoir plus.

D’emblée, la finalité de l’ouvrage est annoncée : « associer la science, la culture et la philosophie aux débats sur la lumière ».

Ces trois passeurs nous présentent trois aspects de la lumière : physique, technique et heuristique.

Et si, au fond la Lumière, source de vie, était le personnage central d’une odyssée de la science, des techniques et des arts ? Une allégorie de la Sagesse au XXIème siècle ?

Fiat lux … Dans la première section, « Lumières du ciel », Jean Audouze nous transporte dans le cosmos et les mystères de l’infiniment grand. Après avoir rappelé les principales caractéristiques de la lumière, il nous explique très clairement l’histoire de l’astronomie marquée par quatre étapes : l’invention des lunettes astronomiques au XVII ème siècle ; l’essor de la radio astronomie après 1945 ; les rayons X et gamma à partir des années 60 ; l’observation des ondes gravitationnelles, émises par la fusion de trous noirs en 2015.

 

Après l’infiniment grand, l’infiniment petit.

Dans la seconde section, « Lumière des lasers », Costel Subran nous montre combien la photonique est devenue la nouvelle science et technologie du XXIème siècle, tant ses applications sont devenues indispensables dans notre civilisation. Comme son ami Jean Audouze, il donne au lecteur des repères historiques très utiles pour comprendre l’essor de cette science récente. En effet, l’invention du laser date de 1960 et va avoir de multiples retombées, d’abord dans le domaine médical, puis dans tous les domaines de la vie quotidienne avec l’invention des codes- barres en 1974, des imprimantes lasers en 1975 ou la première LED bleue en 1994. Sans oublier les transports avec l’aéronautique ou les télécommunications.

Il en ressort que l’économie de la photonique est devenue mondiale. Sans lasers, adieu fibres optiques, éclairages intelligents, smartphones… et couleurs aveugles.

 

Dans la troisième et dernière section, « Lumière et art », Michel Menu rend hommage aux chercheurs qui nous permettent de mieux comprendre et mieux préserver notre patrimoine culturel. En particulier à l’anthropologue André Leroi-Gourhan et à son concept de « chaîne opératoire » « compris comme une syntaxe organisée d’actions, associant gestes, outils, connaissances ». (p.160) En bref, l’intelligence de la main !

 

Retour à la matière. L’œuvre d’art n’est pas une image « pure ». Elle est constituée de matériaux.  Essentielle pour élucider les énigmes de certaines toiles ou sculptures, la lumière permet d’étudier les constituants physico-chimiques des tableaux, de caractériser les couleurs, les procédés ou les remords. Elle fournit une méthodologie pour guider les restaurateurs, et tout simplement, l’œil.

 

En somme, cet ouvrage est comme un jardin à ciel ouvert où l’on a envie de contempler les étoiles, d’apprendre le langage des couleurs des planètes et des nébuleuses, de faire surgir des hologrammes avec des lasers…pour se sentir en osmose avec l’univers.

 

Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu relient sciences, techniques et art au service de notre bien-être, avec leur regard de passionnés. Et c’est cette passion qui illumine cet ouvrage, au moment où le télescope Hubble prend des clichés des limites extrêmes du cosmos.

 

 

Le théorème du parapluie

Le théorème du parapluie (ou l’art d’observer le monde dans le bon sens), Mickaël Launay, J’ai lu

Mickaël Launay nous offre une promenade mathématique. Il nous emmène voyager dans l’histoire des sciences, d’observations en réflexions, il nous accompagne avec son illustratrice, Chloé Bouchaour. Une question sert d’invitation, puis l’auteur dessine un itinéraire où chaque étape apporte un éclairage à l’interrogation initiale et prépare à comprendre la réponse des scientifiques. Une balade bien pensée guide le lecteur, grâce à des illustrations qui aident à comprendre les idées. Et oui, c’est une déambulation avec les yeux grand ouverts sur le monde. Quel billet prendrez-vous ? Celui du Chimborazo pour savoir quelle est la plus haute montagne sur Terre ? Celui de l’infini pour comprendre pourquoi la longueur d’une frontière ou d’un fleuve peut varier de plusieurs centaines de kilomètres selon les sources ? Celui de la quatrième dimension pour éclairer la relativité découverte par Einstein ? Laissez-vous guider, donnez libre-cours à votre curiosité… un voyage à la portée de tous ceux qui acceptent de découvrir les mathématiques sans a priori. Ils en sortiront changés, heureux, ravis d’avoir suivi les pas, les détours et idées des mathématiciens de l’Antiquité au XXème siècle !

A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard

 

La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard, 2020, Saltimbanque éd.

En espagnol, vulgariser se dit « divulgar ». Un si joli faux-ami… divulguer… comme s’il fallait révéler un secret. Il faut que la science se propage. Et bien rarement mission n’a été si bien remplie qu’avec un livre jeunesse, espagnol donc, sorti il y a quelques mois et récent récipiendaire du Prix Sorcières 2021, qui fait se côtoyer harmonieusement dessins flamboyants, rigueur scientifique et clarté du propos, le tout dans un double dispositif de médiation.

Ce livre, c’est La Fabuleuse Histoire de la Terre d’Aina Bestard.

Un titre presque trop académique, qui ne rend pas tout à fait justice au contenu. Le titre original, Paysages Perdus, promettait davantage de poésie, mais en faisait presque oublier le volet scientifique qui est pourtant au cœur de cet ouvrage. Les deux choix éditoriaux se valent et même se complètent en éclairant les deux lignes de force de ce projet unique.

La Fabuleuse Histoire de la Terre, c’est donc un documentaire sur l’histoire de la terre. Articulé autour de 10 chapitres et débutant par une frise explicative très réussie, le dispositif mis en place remonte à la formation de l’univers il y a 13,8 milliards d’années, pour s’achever au commencement de l’Humanité. A destination d’un public jeune, l’ouvrage propose aussi une lecture plus informelle et diffuse, qui prend la forme d’une initiation aux illustrations naturalistes du XIXème siècle.

Le quotidien chilien La Tercera raconte que la fondatrice et éditrice de Zahori Books, Mireia Trius, a eu l’idée de ce livre en visitant la Galerie de paléontologie et d’anatomie comparée de Paris. Elle est revenue en Espagne avec la volonté de faire un livre de paysages (pré-)historiques réels mais qui n’existent plus. Aina Bestard précise : « C’était comme mettre un appareil photo sur un site, qui aurait été là toute la vie de la planète, Continuer la lecture de « A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard »

2018 ◊ De la vulgarisation à la médiation scientifique ?

Doit-on supprimer la vulgarisation scientifique au profit de la médiation scientifique ?

Depuis quelques années, l’univers de la communication scientifique est en proie à plusieurs interrogations et questionnements. La façon dont doivent être transmises les connaissances scientifiques notamment est actuellement en débat. Doit-on garder le modèle (historique) de la vulgarisation scientifique, un modèle descendant et plutôt unidirectionnel ? Ou doit-on céder à cet engouement des deux dernières décennies pour la médiation, qui prône plus d’échanges ? Et si, finalement, la solution se trouvait plus à l’interface entre les deux ? Doit-on forcément remplacer un moyen de communication par l’autre ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ De la vulgarisation à la médiation scientifique ? »

2017 ♦ ta mère la terre (chronique radio)

Hier en ouvrant le journal on pouvait lire ceci : avertissement à l’humanité, deuxième mise en garde. Pour le 1er avertissement ils étaient 1700, aujourd’hui 25 ans plus tard ils sont 15000 scientifiques issus de 184 pays […] pour nous dire « Il sera bientôt trop tard ». […] Regarde comme c’est urgent : car en 25 ans, 1,2 Milliards de km2 de forêts ont disparu […]  80% des insectes ont disparu aussi, les 3 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Et ils nous disent : « mais humain qu’est-ce que tu fais ? » Tu es né dans une maison splendide avec un frigo plein et tu la saccages alors que tu es le plus chanceux du monde. La science nous dit la vie est un miracle franchement. Gagner à l’euromillion à côté de la probabilité de la vie est d’une banalité consternante, l’euromillion c’est les doigts dans le nez alors que la vie c’est être sur cette planète qui :
  • Si elle avait été 4% plus près du soleil aurait été une fournaise comme Vénus
  • Si elle avait été 1% plus loin aurait été glacée comme Mars,
  • Si elle avait été plus petite elle aurait perdu toute son atmosphère comme Mercure
  • Si elle avait été un peu plus grosse comme Jupiter, elle aurait retenu une atmosphère d’ammoniac et de méthane irrespirable.

Continuer la lecture de « 2017 ♦ ta mère la terre (chronique radio) »

2015 ♦ Paris Match (couverture)

Couverture du magazine Paris Match, n° 3463, octobre 2015.

peut-on agir pour nos enfants ?

[par Béatrice PARISI, Certificat CNAM Paris]

La couverture de ce numéro 3463 de Paris Match présente une photographie de la famille princière à l’aquarium du Musée Océanographique de Monaco. L’accroche annonce : avant la conférence sur le climat, l’appel de la terre du Prince Albert « Il faut agir pour nos enfants » Continuer la lecture de « 2015 ♦ Paris Match (couverture) »

2014 ♦ La voiture électrique Zoé (publicité)

pleine-page-parisien
Paru dans le Parisien (mars 2014) assurant la promotion de la Zoé en pleine période de pollution francilienne

Stratégie publicitaire ou nouvelles formes d’écologie ?

(par Chloé CHOQUET, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

Cette page de publicité pour la voiture Renault ZOE,, est paru dans le journal quotidien Le Parisien le 17 mars 2014. A l’heure, ou les interrogations sur la consommation des gaz à effet de serre et des particules fines sont une des préoccupations principales de l’état français, la voiture électrique paraît comme La solution tant attendue. Elle s’inscrit dans une démarche de développement durable et, est plébiscité par les constructeurs automobiles qui y voient un nouveau marché pouvant relancer une économie en crise. Les promesses de cette publicité incitent les citoyens à revoir leur mode de consommation en matière de transport individuel Continuer la lecture de « 2014 ♦ La voiture électrique Zoé (publicité) »

2012 ♦ chroniques de plateterre (bande-dessinée)

Couverture en couleur de la bande-dessinée “Les chroniques de la plateterre. Le pendule de Foucault”, de Didier Convard, Eric Adam et Fred Vignaux, paru chez Glénat en 2012.

lire et non voir tourner la terre

[par Mohamed AOUBAID, Certificat Cnam Paris]

Dans un monde post-apocalytique, la redécouverte de la science… La jeune et impétueuse Kunnskap enrage : comme tous les autres habitants de la Plateterre, elle est obligée de se soumettre à la doctrine de la Voie, la religion en place. Dotée d’une intelligence supérieure, elle brûle de s’affranchir de cette domination oppressante et de permettre enfin à tous d’accéder aux connaissances scientifiques. Elle appartient à une communauté secrète de rebelles hérétiques qui recueille le précieux témoignage d’un voyageur. Celui-ci affirme qu’il existe une population ayant choisi de ne pas suivre la Voie, et dont les membres se nomment les Foucault. Ces derniers détiendraient de quoi faire tomber le clergé : la preuve irréfutable que la terre tourne Sur une planète Terre où l’humanité repart à zéro, cette bande dessinée nous emmène à un moment clé où l’audace d’une poignée d’hommes permettra à ses pairs de s’affranchir de l’obscurantisme. Continuer la lecture de « 2012 ♦ chroniques de plateterre (bande-dessinée) »

2012 ■ L’observatoire du pic du Midi (performance)

Sans titre

pic1_1
© Remy Marion – Pôles d’images pour Yann Kersalé / AIK Pendant 3 nuits, le Pic du Midi se pare de rose

(par Marylène TEIXEIRA, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Nantes juin 2014)

Cette photographie est la résultante de la coopération entre la ligue contre le Cancer et la Région Midi-Pyrénées dans le cadre d’une opération de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Cette campagne a eu lieu du 5 au 7 octobre 2012. Ils ont fait appel à Yann Kersalé, artiste plasticien, spécialisé dans des mises en illumination de monuments afin de leur donner un relief propre à les insérer dans un nouveau récit de l’œuvre. L’idée étant d’associer l’image de l’Observatoire du Pic du Midi, lieu incontournable de la recherche scientifique à celle de la lutte contre la maladie.

Continuer la lecture de « 2012 ■ L’observatoire du pic du Midi (performance) »

2011 ♦ Tu mourras moins bête (bande dessinée)

Couverture de la bande dessinée réalisée par Marion Montaigne en 2011, “Tu mourras moins bête. La science c’est pas du cinéma”, tome 1 paru aux éditions Ankama.

Professeure explique “comment ça marche”

(par Gisèle BUTTERLIN, Cnam Certificat 2018)

La science, c’est pas du cinéma, est le premier tome de la collection « Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même) », bande dessinée créée par Marion Montaigne et publiée aux éditions Ankama en 2011.

De son célèbre coup de crayon et sur un fond rose prononcé, la dessinatrice a illustré la couverture de l’album représentant Professeure Moustache, reconnaissable à ses couettes blondes et sa petite moustache. Parée d’une blouse blanche et de gants verts, elle tient en main un tube à essai duquel s’échappe le titre de la BD. A ses côtés, on peut en voir d’autres sur des portoirs, des fioles diverses, un squelette humain et des souris blanches, incontournables références aux laboratoires. Dans ce joyeux bric-à-brac figurent également de nombreux renvois cinématographiques. Sur le bureau, un casque de Dark Vador porte- crayons, le robot R2D2 et l’affiche du Chubaka fan club, nous rappellent aux bons souvenirs des héros de « Star Wars », film de George Lucas sorti sur les écrans en 1977. Sur la petite étagère, sur la gauche de l’image, on distingue la machine capable de miniaturiser la matière, inventée par Wayne Szalinski, savant excentrique du long métrage « Chérie, j’ai rétréci les gosses » réalisé par Joe Johnston en 1989. Collé sur le mur et épinglé de fléchettes, on reconnaît le portait d’Horatio Caine, chef de la police scientifique dans la série « Les Experts Miami » dont la saison 1 a été diffusée à la télévision française dès 2003 et enfin, négligemment posé sur le sol, un clap semble avoir été abandonné. Continuer la lecture de « 2011 ♦ Tu mourras moins bête (bande dessinée) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search