2010 ■ Fritz Haber (bande-dessinée)

David VERMEULEN (2010) Fritz Haber. 3. Un vautour, c’est déjà presque un aigle, Tournai, Guy Delcourt, [image de la couverture]
David VANDERMEULEN (2010) Fritz Haber. 3. Un vautour, c’est déjà presque un aigle, Tournai, Guy Delcourt, [image de la couverture]
L’ambivalence de la science sur le champ de bataille

(fiche proposée par les auditeurs de la promotion 2012-2013)

Près d’un siècle s’est écoulé entre les faits et le récit qu’en propose cette bande-dessinée aussi saisissante que l’histoire qu’elle raconte. David Vandermeulen, auteur et scénariste issu de la culture underground en Belgique, ose aborder de front l’un des thèmes les plus ambigu de la culture scientifique et technique : la guerre, et avec elle la capacité de destruction et de violence que les savants permettent de déployer sur le terrain. Dans une œuvre au graphisme et au style fantomatique, il rend compte d’un épisode peu glorieux d’une figure de génie, celle de Fritz Haber (1868-1934). Entre janvier et septembre 1915, ce brillant chimiste est en effet l’un des principaux acteurs de la production des gaz de combat et l’instigateur de leur mise au point sur le champ de bataille.

Continuer la lecture de « 2010 ■ Fritz Haber (bande-dessinée) »

2006 ♦ les Fils de l’Homme (roman)

children_of_men_ver3_xlg
Affiche du film Les Fils de l’Homme (2006)
L’humain au bord de l’extinction

(par Nicolas LOQUET, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La fin du monde n’aura jamais paru aussi plausible et étrangement proche que dans les Fils de l’Homme, d’Alfonso Cuaron. Adapté du roman éponyme de P. D. James, le film nous transporte dans une Angleterre dystopique d’un futur proche où l’humanité entière est devenue stérile. Quelle est donc la cause de ce phénomène apparu dix-huit ans auparavant ? Pandémie, pollution environnementale… ? Nul ne le sait, et il semblerait que malgré son degré d’avancement technologique, la race humaine ait échoué à assurer sa continuité. Dans ce contexte empreint de désespoir, la société est au bord du chaos, l’économie s’est écroulée et les gouvernements frôlent le totalitarisme. Continuer la lecture de « 2006 ♦ les Fils de l’Homme (roman) »

1981 ♦ voyages extraordinaires (facsimilé)

Réédition en facsimilé et voyages extraordinaires

(par Cyndie DUPOUX, Cnam Certificat 2018)

Qu’est-ce qu’une couverture ? Une illustration d’une scène du récit, une bande annonce figée, un hommage à l’auteur ou encore une représentation de style, d’époque, de technique ?

Un livre, c’est une histoire, un auteur mais aussi un illustrateur, un relieur, un éditeur. Ce fut et c’est encore dans certains rares cas, un doreur, un presseur, quantité de métiers qui font du papier, l’objet livre.

Cette couverture des éditions de l’Agora de 1981, illustrée par Daniel Boudineau, nous raconte plus d’une histoire. L’histoire de l’auteur et de ces œuvres romanesques, l’histoire d’un procédé de fabrication qu’est la reliure industrielle, l’histoire d’une maison d’édition et de sa collection. Continuer la lecture de « 1981 ♦ voyages extraordinaires (facsimilé) »

1972 ♦ Un bonheur insoutenable (roman)

91Q0E12q92LUn_bonheur_insoutenable

UN BONHEUR INSOUTENABLE ?

(par Clémence COLLET, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Le bonheur peut-il être insoutenable ? N’est-ce pas le but de chaque être humain d’atteindre le bonheur ? C’est justement cette utopie de bonheur universel qui nous est décrite dans ce livre et qui est illustrée par ces deux couvertures, éditées avec 20 ans d’écart.

L’action se déroule dans un futur, plus ou moins proche, où la vie des humains, regroupés sous le nom de Famille, est entièrement gérée par un super Ordinateur, qui décide de tout. Une seule et unique langue est parlée et il n’existe plus que 4 prénoms différents pour désigner tous les humains. Toute forme d’égoïsme et de violence a été éradiquée et seul le bonheur des membres de la Famille compte. Continuer la lecture de « 1972 ♦ Un bonheur insoutenable (roman) »

1969 ♦ des hommes sur la lune (journal)

La Une enthousiaste de France-Soir au lendemain des premiers pas de l’homme sur la Lune. Photo prise à 4’36 de la vidéo en illustration sur le site http://www.francesoir.fr/culture-medias/20-juillet-1969-un-petit-pas-pour-lhomme-video – la Une de France-Soir du 22 juillet 1969

Des hommes sur la Lune à la Une

(par Annie DUMONT, Cnam Certificat 2018)

Le 21 juillet 1969 (temps universel), l’Américain Neil Armstrong exécute — en mondovision — les premiers pas humains sur la lune. Il en restera une phase célèbre « un petit pas pour un homme, un grand bond pour l’humanité ». La veille, le module lunaire se posait dans la « Mer de Tranquillité ». L’Amérique triomphante avait gagné la course à la Lune sur fond de guerre froide. Continuer la lecture de « 1969 ♦ des hommes sur la lune (journal) »

1964 ♦ Supermarché Auchan (presse)

Cliché de la façade du premier supermarché « Auchan », parue dans le quotidien «Nord-Eclair» en 1964.

la grande distribution à petits pas

[par Eloi CIMETIERE, MagisterCnam Paris]

De prime abord, l’image semble banale : on y voit une scène familière de parking de supermarché, avec des clients affairés et la station-service utilisée pour approvisionner des véhicules. Pourtant, en y regardant de plus près, cette photographie publiée en 1964 dans le journal « Nord-Eclair » mérite que l’on s’y arrête. D’abord on remarque le nom de l’enseigne : « Auchan ». C’est là la première fois que ce nom est apposé sur la façade d’un bâtiment. Continuer la lecture de « 1964 ♦ Supermarché Auchan (presse) »

1954 ♦ On a marché sur la lune (bande-dessinée)

onamarc
On a marché sur la lune, couverture de la bande-dessinée de Hergé (1954) publié chez Casterman
On a tous marché sur la Lune avant Amstrong !

(par Dominique MENARD, Licence  Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

La première publication des planches de cet album dans le Journal de Tintin date d’octobre 1950 mais sa parution en album a eu lieu en 1954.

L’image de cette couverture a marqué la mémoire collective depuis plus de 3 générations ( de « 7 à 77ans » comme le disait Hergé) puisque l’album est toujours présent dans les rayons des librairies de nos jours.

Le réalisme de l’image sur la couverture de cette bande dessinée est à mettre en lien avec la réalité du premier pas sur la Lune de Neil Amstrong le 11 juillet 1969, soit 15 ans après la première publication des planches.

L’alunissage de l’équipage d’Hergé a lieu dans le cirque Hipparque situé en plein centre de la face visible de la Lune. Continuer la lecture de « 1954 ♦ On a marché sur la lune (bande-dessinée) »

1953 ♦ Objectif Lune (bande-dessinée)

Tournesol
Les aventures de Tintin, Objectif Lune, extrait page ?? (Casterman édition)
Tournesol, un scientifique dans la Lune ?

(par Quentin HOFFER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Paris, juin 2015)

Zouave (n.m.) : (Familier) (Péjoratif) Individu excentrique.

  • Par ex : Faire le zouave.

Seizième album des Aventures de Tintin, Objectif Lune est d’abord publié dans Le Journal de Tintin sous forme de feuilleton entre 1950 et 1953, avant de connaître une édition couleur sous forme d’album indépendant en 1953. C’est également l’album incluant le plus d’éléments scientifiques.

La réputation internationale des Aventures de Tintin n’est plus à prouver. Avec 24 albums vendus à plus de 230 millions d’exemplaires et traduits dans 90 langues, une série animée et plusieurs adaptations au cinéma, le reporter et ses acolytes ont intégré la culture populaire mondiale.

Tryphon Tournesol, un des personnages secondaires parmi les plus importants de l’univers de Tintin, n’est pas représenté par Hergé comme le savant fou archetypal incarné par les docteurs Moreau et Frankenstein. Inventeur de génie, tout au plus est-il fantaisiste et étourdi. Il est ainsi capable, dans Le Trésor de Rackham le Rouge, de construire un sous-marin d’exploration seul dans son atelier, mais aussi de se fier à la pseudo-science en se pliant aux indications de son pendule de radiesthésie. Un gentil farfelu aux capacités intellectuelles au-delà de la moyenne, en somme. Continuer la lecture de « 1953 ♦ Objectif Lune (bande-dessinée) »

1943 ■ Ravage (roman)

ravage
Extrait du livre de René BARJAVEL « Ravage » paru en 1943.

L’utopie contrariée des technosciences

(par Asta Sibide, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

« L’humanité ne cultivait presque plus rien en terre. Légumes, céréales, fleurs, tout cela poussait à l’usine, dans des bacs.

Les végétaux trouvaient là, dans de l’eau additionnée des produits chimiques nécessaires, une nourriture bien plus riche et plus facile à assimiler que celle dispensée chichement pas la marâtre Nature. Des ondes et des lumières de couleurs et d’intensités calculées, des atmosphères conditionnées accéléraient la croissance des plantes et permettaient d’obtenir, à l’abri des intempéries saisonnières, des récoltes continues, du premier janvier au trente et un décembre.

Continuer la lecture de « 1943 ■ Ravage (roman) »

1937 – L’inauguration du Palais de la Découverte

Science(s) en action

(par Diane Masclary, 2014)

MASCLARY_diane Extrait 1937 Palais de la decouverte
Extrait d’un article paru le 17 juillet 1937 dans le quotidien « l’Humanité » , organe central du Parti Communiste

Le titre initial de cet article du quotidien « l’Humanité » paru le 17 juillet 1937 invite à la balade. « Visitons le palais de la découverte » écrit G. Vigué. L’originalité réside dans la qualité de cet auteur ; il n’est pas journaliste mais agrégé de l’université et c’est hors de son amphithéâtre et de son parterre d’étudiants captifs, qu’il s’adresse au grand public, ciblant à travers l’organe quotidien du Parti Communiste les classes populaires et ouvrières. En 1937, l’Humanité comptabilise un tirage de 300 000 exemplaires. G. Vigué y endosse le rôle de passeur de savoir, à l’instar du médiateur d’aujourd’hui. Le fait est nouveau ; Les chercheurs, les scientifiques étaient jusque-là enfermés dans leur laboratoire, leur « tour d’ivoire », ne s’adressant qu’à des publics avertis. Mais l’environnement a changé. La période est marquée en France par de profonds bouleversements politiques et sociaux. Après les ravages de la grande guerre, les intellectuels du monde entier se mobilisent pour la paix et tentent de faire partager des valeurs fondées sur un esprit de raison. Universitaires et chercheurs affirment la nécessité d’organiser et professionnaliser la recherche scientifique. Ils veulent aussi montrer qu’il est possible de mettre la science à la portée de tous car c’est un moyen avec la culture de lutter « contre l’aliénation de l’homme. » Ils revendiquent également pour la science une place au sein du gouvernement.

Continuer la lecture de « 1937 – L’inauguration du Palais de la Découverte »

1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre)

L’optimisme candide des technosciences

(par Matthieu LEFRANCOIS, Magister Médiation socioculturelle sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Un bâtiment gris et trapu de trente-quatre étages seulement. Au-dessus de l’entrée principale, les mots : CENTRE D’INCUBATION ET DE CONDITIONNEMENT DE LONDRES-CENTRAL, et, dans un écusson, la devise de l’État mondial : COMMUNAUTÉ, IDENTITÉ. STABILITÉ.
L’énorme pièce du rez-de-chaussée était exposée au nord. En dépit de l’été qui régnait au-delà des vitres, en dépit de toute la chaleur tropicale de la pièce elle-même, ce n’étaient que de maigres rayons d’une lumière crue et froide qui se déversaient par les fenêtres. Les blouses des travailleurs étaient blanches, leurs mains, gantées de caoutchouc pâle, de teinte cadavérique. La lumière était gelée, morte, fantomatique. Ce n’est qu’aux cylindres jaunes des microscopes qu’elle empruntait un peu de substance riche et vivante, étendue le long des tubes comme du beurre.
— Et ceci, dit le Directeur, ouvrant la porte, c’est la Salle de Fécondation.
Au moment où le Directeur de l’Incubation et du Conditionnement entra dans la pièce, trois cents Fécondateurs, penchés sur leurs instruments, étaient plongés dans ce silence où l’on ose à peine respirer, dans ce chantonnement ou ce sifflotement inconscient, par quoi se traduit la concentration la plus profonde. Une bande d’étudiants nouvellement arrivés, très jeunes, roses et imberbes, se pressaient, pénétrés d’une certaine appréhension, voire de quelque humilité, sur les talons du Directeur. Chacun d’eux portait un cahier de notes, dans lequel, chaque fois que le grand homme parlait, il griffonnait désespérément. Ils puisaient ici leur savoir à la source même. C’était un privilège rare. Le D.I.C. de Londres-Central s’attachait toujours à faire faire à ses nouveaux étudiants, sous sa conduite personnelle, le tour des divers services. […] Continuer la lecture de « 1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre) »

1909 ▪ Traversée de la Manche par Blériot (presse)

2014-06-09_102654
Première page du quotidien Le Matin le 26 juillet 1909 sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k569134s.langFR

Quelle extraordinaire aventure humaine, vue par le journal Le Matin !

(par Claire Bigeault, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Toulouse, juin 2014)

Quelle extraordinaire aventure humaine ce 25 juillet 1909 !

En ce matin du 26 juillet les vendeurs de journaux de rue crient « Blériot a traversé La Manche en aéroplane! Achetez Le Matin ! Des photos exceptionnelles » !
Quel remarquable « jour de fête de la science et de l’histoire donné par la France » !
Jour de fête populaire ! 2000 personnes étaient à 4h30 aux Baraques à côté de Sangatte, ce dimanche 25 juillet au départ pour encourager ce futur héros !
C’est le journal britannique Le Daily Mail, initiateur de cet exploit. Lord Northcliffe, directeur de ce journal avait annoncé le 5 octobre 1908, offrir une prime de 1000 livres ou 25 000 francs à tout aviateur traversant la Manche avant la fin de l’année 1909. Quelques conditions étaient imposées : voler entre le lever et le coucher du soleil, prévenir le journal britannique 48h avant l’exploit.
Un autre concurrent Hubert Latham a tenté 4 jours auparavant, le 19 juillet. Malheureusement il échoue 2 fois, dont la dernière dans la Manche à quelques 500 m des côtes anglaises.
C’est dans ce contexte que Louis Blériot arrive aux Baraques le 24 juillet avec M. Leblanc et toute son équipe. En cette veille de record, ce pilote, surnommé, roi de la casse, est blessé à la jambe par une brûlure d’huile de moteur et ne peut marcher qu’avec des béquilles.
Le temps n’est pas clément. Il profite d’une accalmie pour s’envoler.

Continuer la lecture de « 1909 ▪ Traversée de la Manche par Blériot (presse) »

1886 ♦ L’Ève future (roman)

La synthèse chimique sublimant la nature

(par les auditeurs 2012)

Voulez-vous me dire quelle impression produit sur vous ce spectacle-ci ? — demanda-t-il en montrant le pâle et sanglant bras féminin posé sur le coussin de soie violâtre.

Lord Ewald contempla, non sans un nouvel étonnement, l’inattendue relique humaine, qu’éclairaient, en ce moment, les lampes merveilleuses.

— Qu’est-ce donc ? dit-il.

— Regardez bien.

Le jeune homme souleva d’abord la main.

— Que signifie cela ? Continua-t-il. Comment ! Cette main… mais elle est tiède, encore!

— Ne trouvez-vous donc rien de plus extraordinaire dans ce bras ?

Après un instant d’examen, lord Ewald jeta une exclamation, tout à coup :

— Oh ! murmura-t-il, ceci, je l’avoue, est une aussi surprenante merveille que l’autre, et faite pour troubler les plus assurés! Sans la blessure, je ne me fusse pas aperçu du chef-d’œuvre !

L’Anglais semblait comme fasciné ; il avait pris le bras et comparait avec sa propre main la main féminine.

— La lourdeur ! Le modelé ! La carnation même !… continuait-il avec une vague stupeur. — N’est-ce pas, en vérité, de la chair que je touche en ce moment ? La mienne en a tressailli, sur ma parole ! Continuer la lecture de « 1886 ♦ L’Ève future (roman) »

1883 ♦ Le Vingtième siècle (livre)

Couverture de l’ouvrage d’Alfred Robida ” Le Vingtième siècle” paru en 1883 aux éditions G. Decaux. Les dessins sont de l’auteur.

les origines de l’anticipation scientifique

(par Mélodie GALLET, Cnam Certificat 2016)

Le livre « Le vingtième siècle » est une œuvre d’anticipation dont l’auteur est Albert Robida (illustrateur, caricaturiste, graveur, journaliste et romancier français né à Compiègne le 14 mai 1848 et mort à Neuilly sur Seine le 11 octobre 1926).
La couverture du livre représente un voyage de fiançailles au XXe siècle dans une machine volante improbable. Le roman est connu pour sa fantaisie imaginative, régulièrement cité pour ses inventions étonnantes comme le téléphonoscope, son tableau de la circulation aérienne dans Paris, ou pour sa représentation de l’émancipation féminine dans la société future. Continuer la lecture de « 1883 ♦ Le Vingtième siècle (livre) »

1883 ♦ Au bonheur des dames (roman)

Au malheur des hommes ?

(par Amélie Le Maux)

Nous sommes à la fin du XIXe siècle et les femmes parisiennes se pâment devant les vitrines des grands bazars modernes qui fleurissent dans la capitale. Il en est un, situé dans le quartier de l’Opéra, qui conquiert tous les cœurs et toutes les bourses. En effet, Au bonheur des Dames est une machinerie bien huilée, dirigée d’une main de maître par Octave Mouret. Ce jeune célibataire ambitieux aligne les maîtresses et aspire à conquérir toutes les femmes grâce à son grand magasin qui fait perdre la tête, même à la plus raisonnable maîtresse de maison. Toutes, sauf une, Denise Baudu, jeune provinciale simple et aimable, qui lui résistera jusqu’aux dernières lignes du roman « Au bonheur des Dames », paru en 1883. Continuer la lecture de « 1883 ♦ Au bonheur des dames (roman) »

1865 ■ De la terre à la lune (roman)

Résumer dans un roman les connaissances amassées par la science moderne

(par Christelle Barclay, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

Extrait du chapitre VII, l’hymne au boulet

— Oui, un obus, répondit Barbicane ; il le faut absolument; un boulet plein

 de cent huit pouces pèserait plus de deux cent mille livres, poids évidemment

 trop considérable ; cependant, comme il faut conserver une certaine stabilité au projectile,  je propose de lui donner un poids de cinq mille livres.

— Quelle sera donc l’épaisseur de ses parois ? demanda le major.

— Si nous suivons la proportion réglementaire, reprit Morgan, un diamètre de cent huit pouces exigera des parois de deux pieds au moins.

— Ce serait beaucoup trop, répondit Barbicane; remarquez-le bien, il ne s’agit pas ici d’un boulet destiné à percer des plaques ; il suffira donc de lui donner des parois assez fortes pour résister à la pression des gaz de la poudre. Voici donc le problème: quelle épaisseur doit avoir un obus en fonte de fer pour ne peser que vingt mille livres ? Notre habile calculateur, le brave Maston, va nous l’apprendre séance tenante.

— Rien n’est plus facile», répliqua l’honorable secrétaire du Comité. Continuer la lecture de « 1865 ■ De la terre à la lune (roman) »

1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal)

Léon Foucault invite les Parisiens à venir voir tourner la Terre

(par Lise ESCANDE, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Toulouse, juin 2014)

L’expérience qui attire en ce moment sous la coupole du Panthéon l’affluence des curieux a fourni dans presque tous nos journaux la matière d’explications plus ou moins claires et à la portée de toutes les intelligences. Nous aurions eu à choisir dans cette foule d’articles ou à essayer nous-même une explication. Le savant auteur de la démonstration expérimentale du mouvement de rotation de la terre nous a épargné la tâche difficile et même l’embarras de choix entre tous les illustrateurs de son expérience. Nous lui empruntons une grande partie de l’article qu’il a publié dans le Journal des Débats du 31 mars. Nous n’en avons retranché que ce qui ne concourait pas directement à l’explication, en y ajoutant des figures qui rendront la chose encore plus sensible :

Continuer la lecture de « 1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal) »

1818 ■ Frankenstein ou le Prométhée moderne

La galaxie “Frankenstein”

(par Aurélie Dezac, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Quiconque veut analyser les causes de la vie, doit, pour commencer, se tourner vers la mort. Je me familiarisai avec l’anatomie, mais ce n’était pas suffisant ; je devais aussi observer le dépérissement et la corruption du corps humain. Tout au long de mon éducation, mon père avait pris d’infinies précautions pour éviter que mon esprit ne soit troublé par quelque horreur surnaturelle. Je n’ai pas souvenir  d’avoir jamais tremblé en entendant conter l’une ou l’autre asuperstition ou d’avoir craint l’apparition d’un fantôme. Les ténèbres étaient sans effet sur mon imagination ; un cimetière n’était pour moi que le réceptacle de corps privés de vie, qui après avoir été le siège de la beauté et de la force, étaient devenus la nourriture des vers. Et voici que j’étais amené à étudier la cause et l’évolution de cette dégradation et contraint à passer des jours et des nuits dans des caveaux et des charniers. Mon attention se concentrait sur les objets les plus supportables à la délicatesse des sentiments humaines.

Continuer la lecture de « 1818 ■ Frankenstein ou le Prométhée moderne »

1813 ♦ le livre de tous les ménages (livre)

Une licence libre avant l’heure ?

(par Régis SORET, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

410702902 Trois ans après la première édition de 1810, le Livre de tous les ménages garde la simplicité des couvertures des livres techniques et scientifiques de l’époque. On retrouvera la même, en 1876, sur celle de l’ouvrage de Pasteur sur la bière. Mais, alors que ce dernier y affiche ostensiblement ses qualités et prétentions scientifiques et l’enrichissement de l’œuvre par des illustrations, la couverture de Nicolas Appert revendique, lui, son lectorat populaire, ses fondements techniques (un Art) et sa finalité pratique. Dans sa courte biographie il fait montre de son expérience de terrain et de son engagement personnel dans la modernisation de son pays. Modernisation à laquelle contribuent d’ailleurs, par leur labeur, les lecteurs et bénéficiaires de la technique d’appertisation. Continuer la lecture de « 1813 ♦ le livre de tous les ménages (livre) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search