Du code-barres au QR code, ce qu’ils nous racontent…

Par Mari le Diraison, promotion 2021-2022

 

 

Depuis quelques années le QR code s’est inséré dans notre vie quotidienne. La banalité de son usage, du passe-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants aux cartels d’exposition, témoigne de l’accessibilité des technologies dans notre société moderne ainsi que l’entreprise qu’elles exercent sur nos vies. 

 

Un peu d’histoire nous permettra d’éclairer l’interprétation de ce dispositif. Lee QR code a pour ancêtre le code-barres, et tous deux trouvent leurs origines dans le secteur de l’industrie. Ces signes de notre modernité agissent comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle, ils sont une porte entre deux mondes : le monde physique et le monde numérique. Créés dans une logique économique, ils sont les symboles des mutations du capitalisme dans son ensemble. 

Tout commence en 1952, quand Bernard Silver et Norman Joseph, deux ingénieurs américains, s’inspirent du code Morse et proposent un nouveau dispositif : des points et des barres qui se succèdent pour transmettre une information. Partant d’une motivation commerciale, le but de cette innovation était d’accélérer le travail et la productivité. L’idée était née, mais son usage quotidien n’était pas encore possible, il nécessitait quelques améliorations. C’est en 1976 que Georges Laurer propose la forme finale du code-barres tel qu’on le connait aujourd’hui. Mais il faudra attendre la fin des années 1980 pour qu’il se standardise et s’impose sur toutes les marchandises du monde. Ce dispositif se présente alors comme un véritable jackpot dans le secteur industriel : il augmente la productivité du travail et facilite la collecte d’informations qui serviront à guider la production industrielle. 

Quelques années plus tard, en 1994, le QR code fait son apparition dans le secteur de l’automobile au Japon. Acronyme de Quick Response Code, c’est un type de code-barres au design de labyrinthe en noir et blanc, capable de stocker une grande quantité d’informations. Cette fois-ci c’est surtout une motivation logistique qui poussera l’ingénieur Taiichi Ohno, grand maître d’œuvre de l’organisation scientifique du travail, à créer ce dispositif pour améliorer la production de l’entreprise Toyota dans laquelle il travaillait. 200 fois plus puissant qu’un code-barres standard, il aura dû attendre le passe sanitaire pour percer chez nous.

L’histoire de ces dispositifs témoigne en premier lieux de la part industrielle entourant chaque innovation informatique. Si la technologie et l’avancée des sciences et techniques ont rendu cela possible, c’est avant tout une motivation commerciale, logistique et économique qui poussent à l’innovation. De plus, l’exemple du code-barres et du QR code nous montre l’enjeu du progrès technique dans l’organisation sociale et économique. Que ce soit dans le secteur marchand, administratif, médical, culturel ou éducatif, le QR code s’est inséré dans tous les domaines et a mainte fois prouvé sa valeur, notamment durant durant la crise sanitaire. La simplicité apparente de cette technologie, ainsi que son accessibilité font qu’elle a réussie à se fonder très facilement et à une vitesse ahurissante dans nos vies quotidiennes. La standardisation de ce dispositif témoigne en second lieu de la démocratisation et de l’accessibilité des nouvelles technologies. Symboles du progrès technique dans notre société moderne où tout nous semble pouvoir être simplifié et amélioré, ce genre de technologie apporte des avantages tels que nous faisons abstraction des inconvénients qu’elle peut apporter. 

Le code-barres et le QR code, quel que soit le contexte d’usage, ont su répondre aux besoins et aux désirs de notre société. Difficile de les diaboliser. Pourtant, ils poussent à remettre en question certaines normes d’usage, et à s’interroger sur ka place que nous donnons aux technologies dans nos vies. Avons-nous réellement besoin d’un QR code remplaçant les menus de restaurant ? Est-ce nécessaire à la médiation culturelle d’un musée de disposer un QR code sous chaque œuvre, donnant des explicatifs au lieu de faire appel à un guide ? Comme les nombreuses applications sur votre smartphone, nombre de leurs usages ne sont pas nécessaires, mais ils le semblent pour nous. Les technologies, par leur accessibilité et leur pouvoir de simplifier nos actions quotidiennes, permettent de créer des besoins imaginaires et de nouveaux désirs insatiables, car le consommateur en veut toujours plus. Signes du langage du commerce, de la grande distribution, de la consommation de masse et du toujours plus, ils sont aussi les symboles de notre société capitaliste, dans laquelle la vitesse, la productivité et l’efficacité sont devenus le nouvel orgasme de l’être humain contemporain. La performance de la technologie et de l’informatique permet de rentabiliser et de simplifier nombre de nos actions quotidiennes, mais cela au détriment de l’humain et de la relation sociale. Des caisses automatiques aux bornes dans les gares, ou encore internet, reliant tout ce qui est dans ce monde sans les contraintes de la matérialité et du face à face, ces phénomènes on transformé la pensé moderne, et marquent la naissance d’un nouveau paradigme où notre relation au monde et à l’autre s’est transformé. Bien qu’ils nous facilitent la vie, de nombreuses conséquences en émanent, et parfois néfastes. L’avancée des sciences et techniques et leur insertion dans nos vies se font à une vitesse telle que nous ne prenons pas toujours du recul face à elles. Désormais omniprésentes, il nous parait difficile de vivre sans toutes ces technologies. Crées pour nous servir, leurs usages ont un pouvoir considérable sur nos vies, tant que nous en sommes parfois soumis, et ce sans que nous nous en rendions compte. 

Finalement, le QR code, symbole des technologies invasives, nous poussent à nous interroger sur notre manière de vivre et la place que nous donnons à ce genre de dispositif. Leurs avantages nous paraissent directement, nous remarquons tout de suite ce qu’ils nous apportent. A contrario, les désavantages peuvent êtres perçus que si nous prenons du recul et que nous remettons en question les normes d’usage qui régissent nos vies. Enfon, ce n’est pas un appel au boycott, ou a la lutte contre le progrès technique, mais un encouragement à la prise de recul et à la remise en question. Pour Simone Weil, le progrès technique apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Avait-elles raison ? A vous d’y réfléchir… 

2021 ◊ Dansons la science des mouvements

Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant
Photo « TranscenDanse », chorégraphie de Russell Maliphant

 

Les instantanés chorégraphiques pris en photos révèlent beaucoup d’informations sur les techniques propre à la photographie, aux lumières de scène et aussi sur les corps en mouvements. La médiation scientifique par la danse va être illustrée à travers cette photo, extraite d’un des spectacles de danse du chorégraphe anglais de danse contemporaine Russell Maliphant.

Contexte et description du dispositif

Cette photo récente des années 2015 met en scène des mouvements dansés par un duo de danseurs lors d’une répétition de danse ou d’un spectacle devant un public. On devine que l’un des deux artistes porte l’autre allongé sur son dos, les bras et les jambes dans le vide à un instant donné. On ignore dans quel sens va basculer celui qui est porté (à gauche ou à droite ?). Il s’agit ici de mettre en avant des termes utilisés pour qualifier une qualité de mouvement en danse. Ils feront le lien avec le monde scientifique et des mécanismes sociaux, amplifiés par le flou artistique de la photo.

Du flou de mouvements a été créé sous un éclairage bleu-vert sur fond noir. On y aperçoit à la fois la forme, le volume, la profondeur, les courbes, la rotation et des projections. Les deux corps dessinent un espace sur la scène. Il est possible de décortiquer la cinétique des gestes et des mouvements de pieds de la personne portée, plutôt une exécution d’un temps rapide au ralenti. Un mélange de parties nettes et floues des deux corps peut rendre les postures irréalistes. Le genre de ces artistes est masqué par cet effet artistique. Les deux corps fusionnent quasiment, laissant imaginer une autre forme de vie étrange, comme un corps humain avec une tête de monstre et deux bras qui font des hélices.

Après cette parenthèse imaginative, revenons à la danse. L’exécution de ce porté nécessite un ancrage dans le sol de la personne qui fait l’appui. Les centres de gravité des deux danseurs sont en jeu pour acquérir une stabilité avant d’arriver au déséquilibre. Quand cette succession de mouvements est réalisée et maîtrisée, alors on y ressent de la légèreté, fluidité et de l’harmonie.

 

Les aspects culturels et scientifiques de la danse

Cette séquence photographiée met l’accent sur les points suivants :

  • Un phénomène artistique et culturel

Outre son appartenance aux arts vivants, la danse est un moyen de rassembler les personnes, comme les ballets et les danses folkloriques. Elle fait partie intégrante d’une culture et favorise les interactions sociales.

  • Science du mouvement

La photo représente un extrait de danse contemporaine où la rencontre de deux corps va être régie par des forces physiques. Ce choc s’entremêle de dynamisme et de statique.

En la décryptant, on parle de gravité, d’équilibre-déséquilibre, de force d’attraction dans les portées.

Ces qualités de mouvements demandent de connaître son corps (anatomie, biologie, physiologie), de l’accepter et de les contraindre à sortir d’une zone de confort. On s’approprie de la mécanique du corps. Certains chorégraphes de danse contemporaine conçoivent leur chorégraphie sur le déséquilibre ou le contact ou bien la maîtrise de l’équilibre dans des dizaines et des dizaines de tours.

Des chercheurs scientifiques étudient différentes thématiques à travers ces mouvements (la proprioception, la cognition, la robotique etc).

 

  • Mémoire par l’apprentissage et la notation chorégraphique

Quand il s’agit de chorégraphie, la mémoire est sollicitée ! Des zones de notre cortex cérébral sont donc activées pour l’apprentissage et la mémoire du corps par les cinq sens. La mémoire d’une séquence dansée fait souvent appel à la visualisation.

A ce propos, les plus vielles notations chorégraphiques datent du 17ème siècle. Elles ont été enrichies au début du 20ème siècle par des architectes et mathématiciens passionnés de danse (Laban, Benesh). On aperçoit un système organisé avec la symétrie, des rondes… caractéristiques des ballets de danse classique.

 

Notation de Laban
Notation de Laban
  • Moyen de communication et inspirations de la nature (vols d’étourneaux, parade nuptiale des oiseaux de paradis) ?

 

  • Modélisation 3D du corps

Ces corps en mouvements ont donné des idées à des concepteurs et des modélisateurs de films d’animation, de jeux interactifs de danse et de robots humanoïdes.

L’ensemble de ces mouvements de danse peuvent être considérés comme une représentation artistique des sciences. La danse est donc vectrice d’une multitude de messages relevant de la médiation culturelle et scientifique (biologie, physique, les mathématiques et la communication par le langage corporel) ! 

 

Claire Semler

2018 ◊ Cyclisme augmenté

Vélodrome National


Quoi de plus symbolique qu’un cycliste en pleine action, pour illustrer la page d’accueil du site internet du Vélodrome National !

Situé à Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines et ouvert au public en 2014, le vélodrome sert régulièrement de centre d’entraînement pour l’équipe de France sur piste. Comme le rappelle le logo à gauche, ce complexe sportif deviendra au cœur de l’été 2024, lors des Jeux Olympiques organisés à Paris et en Île-de-France, le temple des épreuves de cyclisme sur piste.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Cyclisme augmenté »

2018 ♦ Gucci (scène)

Cliché pris par le groupe Imaxtree lors du défilé Automne-Hiver Gucci le 21 février 2018 à Milan

Gucci habille un avenir post-humain

(par Meryem HAMEG, Cnam Magister 2018)

Ce cliché a été pris le 21 février 2018, à l’occasion de la Fashion Week milanaise durant laquelle Alessandro Michele, directeur artistique de la marque Gucci a présenté sa collection Automne-Hiver 2018/2019. Depuis son arrivée à la tête de la maison de luxe en 2015, le créateur star ne cesse de faire parler de lui, autant pour ses choix artistiques que pour son audace marketing. Cette année, il semble avoir carrément fasciné le monde de la mode, moins par ses créations vestimentaires que par la mise en scène troublante de son défilé. Jugés dérangeants, voire perturbants, les choix d’Alessandro Michele n’ont pas laissé indifférent. Continuer la lecture de « 2018 ♦ Gucci (scène) »

2017 ♦ Jeu Exploria (publicité)

La grande récré, jeu exploria “à la découverte du papier”, le plaisir de découvrir et d’explorer la nature afin de mieux la détruire

[proposition de Marie DANIELE, 2018]

Novembre 2017, les fêtes de fin d’année approchent, les stratégies commerciales des magasins de jouets se font de plus en plus agressives. La publicité inonde les boîtes aux lettres des consommateurs qui y trouvent parmi les habituelles promotions, le catalogue la Grande Récré « Nos moments préférés – Jouets spécial noël ». 212 pages de jouets,  pour tous âges, de quoi convaincre quiconque cherchant des cadeaux pour des enfants. Continuer la lecture de « 2017 ♦ Jeu Exploria (publicité) »

2017 ◊ L’air du futur selon Nike (publicité)

Cliché pris le 28 juillet à 19h22 à la station Bibliothèque François Mitterrand sur le quai en direction Saint-Lazare.

Vous achèterez bien des runnings avant de crever dans la pollution, non ?

Paris estival et caniculaire le 28 juillet. Ligne 14 du métro, station bibliothèque François Mitterrand aux heures les plus fréquentées, au moment le plus infréquentable. La foule piétine densément devant les parois de séparation en verre entre la plateforme et les voies. Cette surface de protection avec ses portes automatiques offre un espace publicitaire avantageux si l’annonceur veut bien y mettre le prix. Nike y a ainsi fait récemment apposer les affiches de sa campagne pour ses chaussures de sport de la gamme Vapormax®. Avec un choix graphique qui paraît au premier abord un peu étrange. Continuer la lecture de « 2017 ◊ L’air du futur selon Nike (publicité) »

2017 ♦ décoration chez Alinea (objet)

Panneau de décoration murale en métal, vendu dans le magasin de décorations et de mobiliers Alinéa en décembre 2017

Cadeau de Noël pour un « vegan »

(par Morgane PETIT, Cnam Certificat 2018)

Me voici partie, en ce weekend de décembre 2017, à la recherche de cadeaux pour Noël. Chemin faisant, je passe les portes à tambour du magasin de meubles et décorations Alinéa, un endroit où, somme toute, on ne s’attend pas à trouver de la science.

Et pourtant… c’est au sous-sol, dans le rayon libre-service, que je tombe sur cette grande affiche murale en métal (90 cm de hauteur quand même). Mon œil est immédiatement attiré par ces quatre animaux noirs ; une poule, un cochon, un mouton et une vache, qui se découpent nettement sur le fond blanc de l’affiche. Plus étrange encore, leurs corps sont défigurés par des écritures en lettres blanches. Elles sont en anglais, mais je comprends malgré tout leur signification (de haut en bas) : « œuf », « bacon », « laine », « lait ». Continuer la lecture de « 2017 ♦ décoration chez Alinea (objet) »

2017 ♦ Rachel Carson (photographie)

Portrait de Rachel Carson par Irving Penn (1951), photographié au Grand Palais le 7 octobre 2017 lors d’une rétrospective consacrée à Irving Penn.

L’appel de la nature

(par Tanit HALFON, Cnam Certificat 2018)

Une femme d’un certain âge observe les visiteurs se pressant au Grand Palais. Attirée par son regard triste, je m’arrête pour contempler ce portrait en noir et blanc d’Irving Penn. Immortalisée en 1951, la photographie de Rachel Carson était exposée au Grand Palais lors de la rétrospective consacrée au photographe, du 21 septembre 2017 au 29 janvier 2018. Avec pour légende : « Rachel Carson, biologiste marin et zoologiste, a lancé une mise en garde contre l’emploi massif du pesticide DDT. Son ouvrage Printemps silencieux (1962) est à l’origine du mouvement écologiste moderne. » Si Rachel Carson m’est inconnue, les mots « pesticide » et « mouvement écologiste » n’ont jamais été autant d’actualité. Continuer la lecture de « 2017 ♦ Rachel Carson (photographie) »

2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)

Campagne Publicitaire TSF JAZZ – Print – Avril 2017 – Photo : Vincent DIXON (photo issue d’un des trois visuels disponibles)

le jazz comme expression de notre humanité créatrice à travers la nouvelle campagne publicitaire de la radio TSF JAZZ.

par Vera sur Si tu savais STS

Studio d’enregistrement, trompette posée au sol, micro en attente. Au centre de la photo en noir et blanc, un robot à l’air dubitatif est assis sur une chaise. Objet étrange que cet humanoïde dans ce décor. Cette intelligence artificielle saura-t-elle faire preuve de créativité et trouver l’inspiration ?

La radio française spécialisée en jazz a déjà sa réponse : « It’s a human thing. »

A l’heure où les algorithmes et les big databases permettent de créer des titres de musique au succès quasi garanti, TSF Jazz rappelle ici que ce courant musical est fait d’humanité et ne peut être la création d’un robot. Deux questions se posent alors : la première, concernant la représentation du jazz dans la création musicale, la seconde,  l’impossibilité pour une intelligence artificielle de pouvoir créer.

Le jazz est difficile à définir. Courant musical aux multiples sous genres, loin des compositions de musique classique qui doivent être jouées de façon rigoureuse et précise, il laisse une part importante à l’interprétation et à l’improvisation. Continuer la lecture de « 2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité) »

2015 ◊ le tennis augmenté (publicité)

le tennis augmente

Tennis augmenté ? … bigre !!!

Depuis quelques jours fleurissent sur les espaces publicitaires du réseau des transports parisiens plusieurs affiches de celle présentée ci-dessus. Sous son titre “le tennis augmenté” figurent tour à tour chacune des stars mondiales du tennis. Le qualificatif “augmenté”, habituellement accolé au mot “homme” semble ici pourtant un peu étrange. Mais pourquoi pas… Après tout, l’un des champs d’application des technosciences en dehors du domaine militaire est bien le matériel sportif pour la haute compétition. Les nanomatériaux y sont testés, les pratiques éprouvées avant de finir en innovations commerciales pour la consommation de masse.

Cette affiche publicitaire pose néanmoins bien d’autres questions, renvoie à des images plus ou moins ambiguës sur le rôle que tiennent les technosciences aujourd’hui dans la fabrication de nos imaginaires. Richard Gasquet n’a-t-il pas sur cette affiche un faux air d’homme bionique ou même valant 3 milliards ? N’est-il pas dit ici qu’au-delà du tennis il est évident que l’excellence et la performance ne sont désormais  possibles qu’à condition de recourir aux techniques d’augmentation des capacités humaines ? … A prendre le temps de la réflexion, cette image renvoie assurément à bien des interrogations plus ou moins subtiles, à bien des interprétations de sens derrière l’intention première des créatifs de nous inciter à venir voir s’affronter sur le court les monstres sacrés du moment. Vous avez des questions ou des interprétations à suggérer ? Indiquez-les s’il vous plaît dans le fil des commentaires !

2014 ♦ Fondation Louis-Vuitton (affiche)

Anonyme, Affiche publicitaire annonçant l’ouverture de la Fondation Louis Vuitton – Architecture illustrée : œuvre de Frank Gehry, 2014.

la création est un voyage

[par Agathe ALBI, Licence Cnam Paris]

Cette affiche publicitaire largement diffusée à Paris en 2014 annonçait l’ouverture prochaine de la Fondation Louis Vuitton, une fondation d’entreprise créée en 2006 à l’initiative de Bernard Arnault, président et directeur général du groupe de luxe français LVMH. Son projet officiel : une mission d’intérêt général, une œuvre philanthropique qui offrirait au grand public la possibilité d’avoir accès à des œuvres d’art moderne et contemporain bien au-delà de leur budget, à travers des collections permanentes, des expositions temporaires et diverses manifestations. Son but officiel : promouvoir la création contemporaine et favoriser son dialogue avec le public. Continuer la lecture de « 2014 ♦ Fondation Louis-Vuitton (affiche) »

2014 ♦ Albert Einstein (figurine)

Le designer Chris Collicott a conçu une figurine solaire d’Einstein capable d’animer nos étagères, nos méditations et nos zygomatiques.

Des photons dans la tête : Einstein solaire, icône du génie ou de la folie ?

(par Delphine BLANCHARD, Cnam Magister 2018)

Au dernier étage des Galeries Lafayette de Paris Haussmann, entourée de dizaines de Reines d’Angleterre miniatures, une petite statue d’Albert Einstein (1879-1955) propage sa réflexion. A priori.

Commercialisée par Kikkerland, une société américaine fondée par le hollandais Jan van der Lande, la « Einstein Solar Figurine » est emblématique de la marque. Depuis sa sortie en 2014, elle connaît un succès conséquent dans les rayons gadgets et objets scientifiques de ses revendeurs internationaux. Le fabricant lui a même dédié une vidéo officielle tourbillonnante sur YouTube, sous le slogan « Why don’t you just use your head ? » (« Pourquoi n’utilisez-vous pas simplement votre tête ? »). Les commentaires en sont cependant désactivés, allez savoir pourquoi… Continuer la lecture de « 2014 ♦ Albert Einstein (figurine) »

2013 ■ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration)

T-shirt Rachel Ignotofsky
T-shirt portant le modèle de Marie Curie, par l’illustratrice Rachel Ignotofsky

S´habiller en science

(par Jara Blanco Aguilar , Licence médiation culturelle des sciences et techniques, Toulouse, 2015)

Marie Curie n’aurait surement pu s´imaginer qu´elle deviendrait 80 ans après sa mort un modèle d’illustration pour T-shirt de coton, porté sur les épaules de gens autour du monde. C’est ce qu’a pourtant fait l’illustratrice Rachel Ignotofsky.

Madame Sklodowska, puis Curie, a été la première d’une série d’illustration consacrée aux femmes de science, « women in science ». Marie Curie est non seulement la première femme nobélisée, mais aussi la seule à avoir été récompensée deux fois. Née en Pologne, elle arrive à Paris en 1891 et étudie à la Sorbonne. Quatre ans après elle se marie avec Pierre Curie. Avec lui, elle poursuit des travaux partant de la découverte « des rayons uraniques » par Henri Becquerel. Elle s’installe dans un laboratoire de fortune au rez-de-chaussée de l’École de physique et de chimie, et là, ils identifient deux nouveaux éléments chimiques : le radium et le polonium. Plus encore, ils mettent au jour le phénomène de la radioactivité. Grâce à ces découvertes, elle se voit attribuer deux prix Nobel. Le premier, en physique, en 1903 avec Becquerel et Pierre. Le deuxième en chimie, en 1911. Continuer la lecture de « 2013 ■ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration) »

2013 ♦ Gingerbread man (objet)

Dissected Gingerbread man – Jason Freeny (objet décoratif)

l’art de l’anatomie ludique

[par Caroline SINEAU, Certificat Cnam Paris]

Le bonhomme de pain d’épices est une figure délicieuse, traditionnelle et incontournable des hivers anglo-saxons et fêtes de fin d’année. Son apparition est estimée au XVIe siècle. En effet, les premiers bonshommes de pain d’épices connus auraient été servis à la cour de la reine Élisabeth I d’Angleterre (1533 – 1603) qui aimait beaucoup offrir à ses invités de marques des bonshommes à leur effigie. Il est, depuis, devenu un personnage récurrent des contes merveilleux. Il occupe une place de choix dans l’imaginaire collectif. On a récemment pu à ce titre le croiser au casting de la série des films d’animation mondialement célèbre « Shrek ». Continuer la lecture de « 2013 ♦ Gingerbread man (objet) »

2013 ♦ Diabète … Testez-vous ! (affiche)

722c71d7a4_afd-affiche-a4-2013
Affiche de campagne de prévention contre le diabète (AFD 2013)

Le dépistage peut-il protéger de son héritage familial ?

(par Valérie HAXAIRE-GREGOIRE, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes)

En juin 2013, l’association française des diabétiques (AFD) met en scène les Dalton sur des affiches et dans des spots radio lors d’une campagne de prévention. Fondée en 1938 et reconnue d’utilité publique, l’AFD se déclare totalement indépendante de toute institution publique, de tout organisme ou entreprise privée, de toute corporation professionnelle. Forte de cette indépendance, l’AFD bénéficie d’une légitimité reconnue auprès des pouvoirs publics, des professionnels de santé et des laboratoires pharmaceutiques. L’ensemble de la Fédération est pleinement engagé dans la gouvernance de la santé. En outre, l’AFD œuvre à la guérison du diabète en soutenant la recherche et développe des actions de solidarité internationale. Ses centaines de militants et milliers de bénévoles sont unis et solidaires, afin de remplir les missions suivantes : Continuer la lecture de « 2013 ♦ Diabète … Testez-vous ! (affiche) »

1988 ♦ Jacques Chirac en campagne (cliché)

comment mieux vivre à Paris

[par Lauriane OBRY, Certificat Cnam Paris]

Dans cinq ans, on pourra à nouveau se baigner dans la Seine. Et je serai le premier à le faire ! … Ces quelques mots ont été prononcé le 28 novembre 1988 par Jacques Chirac, alors maire de Paris. Cette fameuse promesse a immédiatement suscité de nombreuses railleries. Elle fut le point de départ d’un engouement politico-scientifique. La médiatisation de cette déclaration donne à l’opinion publique l’occasion de s’interroger sur la propreté du fleuve et sur le respect de l’environnement, ce qui soulève des questions sanitaires d’ordres scientifiques et techniques. Continuer la lecture de « 1988 ♦ Jacques Chirac en campagne (cliché) »

1976 ▪ Tricatel (logo de fiction)

logo_TRICATEL
Logo de l’entreprise Tricatel telle qu’elle apparait dans le film de Claude Zidi “L’aile ou la cuisse” (1976)

Ce plat pourri qui est le mien !

(par Audrey Navarre, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam Toulouse, juin 2014)

Où vont tous ces gens dont pas un seul ne rit, questionnait le poète. Ils vont chez TRICATEL bien sûr, ou plutôt au Restoroute de Jacques Borel ! Se dirigeant d’un seul homme vers la pancarte aux couleurs éclatantes résultant d’un savant mélange de ketchup et de moutarde, telle une toile de Van Gogh.

Bien que nous  devions à Jacques Borel les tickets restaurant, nous lui devons aussi les premiers fast-foods importés en France : les Wimpy, ainsi que sa merveilleuse chaîne de Restoroutes lancée en  1968 (année d’une certaine révolution populaire) qui ont fait vomir plus d’un Renaud et d’un Coluche ! Coluche d’ailleurs à l’affiche aux côtés de Louis de Funès dans la comédie satirique « L’aile ou la cuisse » de Claude Zidi sortie en 1976, se moquant éperdument de notre cher industriel le déguisant à peine sous une quasi-homonymie.

Continuer la lecture de « 1976 ▪ Tricatel (logo de fiction) »

1973 ♦ dark side of the moon (album)

La portée des Lumières

(par Mireille RINEAU, Cnam Certificat 2018)

Pink Floyd est un groupe de rock londonien. Précurseur dans le style musical de rock progressif et psychédélique. L’album « The Dark Side of the Moon », sortit en 1973, est le troisième album le plus vendu de tous les temps, ce qui permis d’obtenir une dimension mondiale à ce groupe et une diffusion planétaire de la pochette de son album !

Cette pochette d’album est donc pratiquement connue et reconnue, partout et par tous. Elle représente un prisme triangulaire. Il s’agit d’une représentation en deux dimensions de ce prisme. En réalité, nous voyons sur cette pochette un triangle. Nous reconnaissons ici un prisme parce qu’un trait blanc épais arrive de la droite jusqu’au côté gauche du triangle et le traverse. Une fois à l’intérieur de ce triangle il s’épaissit, s’élargit de manière diffuse jusqu’à toucher le bord droit du triangle. Lorsqu’il ressort à droite, c’est sous la forme d’un trait s’élargissant vers la gauche, et se composant de six traits de couleurs accolées et fondant de l’une à l’autre. Nous pouvons apparenter cela à un arc en ciel. Continuer la lecture de « 1973 ♦ dark side of the moon (album) »

1972 ♦ Plaque des sondes Pionner 10 et 11 (objet)

Plaque métallique placée sur les sondes d’exploration spatiale Pioneer 10 et 11

la quête de l’image universelle

[par Frédéric PITOUT, Magiste Cnam Paris]

Cette plaque se trouve à bord des sondes spatiales Pioneer 10 et 11 lancées respectivement en 1972 et 1973. Pourquoi ces gravures se sont retrouvées sur des engins partis explorer les confins de l’espace ? Pour communiquer ! Oui, communiquer avec d’hypothétiques formes intelligentes extra-terrestres que pourraient rencontrer les sondes. Cette plaque est la première tentative de message, scientifique en l’occurrence, qui est destiné à être universellement compris, accessible à tous, à toute logique, à toute forme d’intelligence. Vaste défi ! Quel message faire passer et comment ? Continuer la lecture de « 1972 ♦ Plaque des sondes Pionner 10 et 11 (objet) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search