De la minette aux fleurs…

Hey-ho, Hey-ho, on rentre du boulot ! … oui mais quel boulot ? 

L’image associée à cette ritournelle, montrant les 7 nains de Blanche Neige poussant des berlines pleines à craquer de gemmes et de diamants dans le rire et la bonne humeur, n’a toujours été qu’une lointaine utopie, particulièrement en Lorraine. 

Des années durant, les mines de la région ont charrié des tonnes de charbon et de fer. Moins connues, pourtant plus nombreuses, ces mines ont fait naitre la plus forte industrie du pays : la sidérurgie. 

Cette époque bénie fît la richesse de tout un pays, de toute une région, de tout un peuple. Derrière le drame de la fermeture des mines et des aciéries lorraines, s’est jouée la vie de nombreuses familles, dont le seul revenu perlait au front du paternel…mineur de son état. Qu’il fût robineur (qui remplissait les berlines) ou herscheurs (qui poussait les berlines), la mine était toute sa vie et elle réglait, pour ne pas dire régulait, le rythme de milliers de gens. Ainsi, ces derniers passaient des années à descendre dans le puits, à creuser, à charger et manœuvrer ces berlines de « cailloux de fer » qui une fois fondus, servaient à produire les rails sur lesquels roulent encore de nos jours tant de trains, au milieu de nos belles campagnes fleuries. 

Le minerai lorrain, appelé minette à cause de sa faible teneur en fer (30% environ), fût exploité très tôt. Des fouilles ont mis à jour un important site près de Nancy, remontant au VIIIe – Xe siècles. Mais sa haute teneur en phosphore, qui rend l’acier cassant, limita son utilisation à la fonderie principalement. Sa pleine exploitation fût donc retardée jusqu’à la mise au point du procédé Thomas, qui permet une déphosphoration efficace de la fonte. Ainsi, avec des réserves de minerai estimées à 6 milliards de tonnes, le gisement Lorrain fût classé parmi les plus vastes du monde. La Lorraine devint même la deuxième productrice de fer au monde, derrière les Etats-Unis, en 1913, avec une production dépassant les 41 millions de tonnes. 

Malheureusement, au début des années 1960 le prix des minerais importés devient plus avantageux, notamment grâce à la baisse des prix de transport par bateau ! La concurrence s’accroît, le marché devient mondial et non plus régional. Les usines sidérurgiques devant être au plus prêt des sources de fer, on privilégie celles dites « côtières » qui peuvent décharger les bateaux facilement. Le choc pétrolier de 1973, l’apparition de nouveaux procédés (fours électriques à arc qui permettent de produire des aciers et alliages en recyclant la ferraille usagée et à faible coût, laminage à chaud en continue…) et de nouveaux matériaux (plastiques, béton précontraint) affecteront grandement l’industrie sidérurgique, entrainant les mines de Lorraine dans un inexorable déclin. 

La vallée de la Fensch, que chante si bien Bernard Lavilliers, organise alors la résistance autour de son laminoir à chaud, l’un des plus vieux et des plus performants d’Europe, pour produire des tôles. La production s’oriente vers le marché de l’automobile, grâce aux aciers à haute valeur ajoutée qui sortent de l’usine de Florange, en Moselle, dès 1984. 

Mais cela ne suffira pas à sauver les mines de fer de Lorraine qui fermeront les unes après les autres. Les coûts d’exploitations trop élevés, sonnent le glas des chevalements, porions et autres briquets (le casse-croûte des mineurs) remisant ainsi au placard, tout un vocable local. La dernière mine de fer ferme en 1997, c’est celle des Terres Rouges à Audun-le-Tiche en Moselle. 

Aujourd’hui les jolies fleurs de nos campagnes existent toujours (et c’est tant mieux !) mais elles garnissent les berlines, réduites au simple rôle de bac à fleurs, qui ornent places publiques et autres rondpoints lorrains. Ces wagonnets de mine, rappellent aux dernières générations encore en vie et témoins de ce drame de la sidérurgie, un passé glorieux (et pas si lointain) que ne peuvent comprendre, voir ignorer totalement, les nouvelles générations… 

 

Thierry HOTTON, CNAM 2022 

L’école La Cigogne à Bois-Colombes

Par Damien Prevosto, CNAM 2022.

 

L’école La Cigogne, à Bois-Colombes, en banlieue parisienne, est un grand bâtiment blanc, d’apparence moderne, dont les façades sont en partie cachées par les arbres du parc des Bruyères qui l’entourent. Ce qui frappe le regard, quand on s’approche de l’école, c’est l’immense ouverture circulaire qui surplombe l’entrée du bâtiment. Et, de manière symétrique, une deuxième ouverture apparait à l’arrière du bâtiment, recouverte de 3 grands anneaux concentriques.

Si cet étrange édifice semble aujourd’hui banal pour les écoliers et les visiteurs du parc, il a pourtant hébergé la soufflerie privée la plus importante du monde pendant les années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale. Il est le dernier témoin de la riche histoire industrielle du constructeur Hispano-Suiza dans ce quartier de Bois-Colombes.

Quand Hispano-Suiza décide de construire cette soufflerie, en 1936, l’entreprise est déjà implantée sur ce site depuis plus de 20 ans. D’abord spécialisée dans l’assemblage des automobiles de luxe de la marque espagnole, l’usine de Bois-Colombes oriente rapidement sa production vers l’aéronautique pour soutenir l’effort de guerre français pendant la première guerre mondiale. C’est un moteur conçut par Hispano-Suiza qui équipera les célèbres avions de chasse SPAD, dont les exploits seront rendus célèbres par les “as” de l’escadrille des Cigognes : Georges Guynemer et René Fonck.

Avec la construction de la soufflerie, peu avant la deuxième guerre mondiale, Hispano-Suiza accélère encore le développement de son activité aéronautique: cet équipement lui permet en effet de réaliser des essais de moteurs d’avion en reproduisant les conditions de vol.
Cette soufflerie, longue de 55 mètres, fonctionne selon un principe de “circuit ouvert” mis au point par Gustave Eiffel au début du 20ème siècle : le flux d’air est capté sur un côté du bâtiment grâce à un collecteur en forme d’entonnoir; il circule ensuite au travers d’une chambre d’expérience où sont placés les moteurs testés; puis il ressort du bâtiment par un diffuseur.

Cette installation prestigieuse souffre néanmoins d’un défaut majeur : le bruit qu’elle génère lorsqu’elle est activée. Les riverains de l’usine déposent à plusieurs reprises des plaintes pour nuisance sonore ! Certaines mauvaises langues disent qu’on entend la soufflerie jusqu’à Paris…

Malgré les bombardements de 1943, la soufflerie tourne à plein régime jusque dans les années 1950, avant d’être progressivement délaissée et reconvertie en bureaux pour les employés. Puis c’est tout le site industriel d’Hispano-Suiza qui est touché par des réorganisations successives, avant une fermeture définitive en avril 1999. La soufflerie échappe cependant à la destruction, grâce à la mobilisation d’anciens salariés et d’habitants de Bois-Colombes qui souhaitaient conserver une trace emblématique de cet ancien grand site industriel. Elle est ainsi inscrite en 2000 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, puis réhabilitée en école. De nombreuses rues aux alentours ont également été renommées (rue Guynemer, rue Hispano-Suiza, …), comme autant d’indices d’un passé qu’on a du mal à imaginer tant le quartier a été reconstruit depuis une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, plusieurs grands panneaux illustrés, accrochés aux grilles de l’école, retracent l’histoire de la soufflerie. Les passants curieux découvrent alors l’origine de ce bâtiment étrange, qui fait maintenant partie du patrimoine industriel de la ville.

La stèle Farman, hommage invisible à un exploit oublié

C’est un bloc de pierre posé entre une voie de tramway et un boulevard périphérique, aux confins de Paris et d’Issy-les-Moulineaux. Pour les usagers du tram en attente à la station Suzanne-Lenglen, les automobilistes coincés au feu rouge tout proche et les piétons pressés de rallier leur bureau ou le centre commercial de l’Aquaboulevard, il passe un peu inaperçu.

Pour qui a le temps et la curiosité de s’approcher, la stèle prend un peu plus de sens, en face de l’héliport de Paris et des bâtiments de la Direction de l’Aviation civile. Réalisée par Paul Landowski, sculpteur français de renommée mondiale, inaugurée en 1930, elle célèbre un pionnier de l’aéronautique, Henri Farman, et scelle le souvenir d’un vol accompli le 13 janvier 1908 ici même où pas très loin, là où vrombissent désormais les hélicoptères.

La principale face du monument est divisée en 5 « étages » : un aigle, un pilote aux commandes, des ingénieurs et un schéma, un dessin d’avion, un texte ainsi libellé : « Sous le contrôle de l’Aéro-Club de France sur ce terrain, le 13 janvier 1908 pour la première fois au monde un kilomètre en circuit fermé a été parcouru par Henri Farman sur biplan conçu et construit par les frères Gabriel et Charles Voisin moteur Antoinette créé par Levavasseur gagnant ainsi le Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon et portant les records mondiaux d’aviation à distance : 1000m, durée : 1m28s. » 

La stèle est surmontée d’un aigle aux ailes spectaculaires. Comme un rappel que l’aventure de l’aviation a commencé avec le désir de l’homme d’imiter les oiseaux. Vainqueur des lois de la nature et de l’attraction terrestre, il semble convoquer cet aigle, ici, pour se mettre sous sa protection en même temps qu’il lui signifie la domination définitive de la technique humaine.

Le vainqueur, en l’occurrence, est l’aviateur Henri Farman, représenté dans la posture classique des premiers pilotes des premiers avions : lové dans un entrelacs de baguettes qui maintiennent la voilure, tenant un volant, moustache et barbe, casquette à l’envers. Suivant le même itinéraire que nombre de ses pairs, il s’intéressait, à tout ce qui permettait d’aller toujours plus vite au tournant du siècle. D’abord coureur cycliste en 1892-1893, Farman se lance dans la course automobile dans les années 1900 avant de multiplier les performances aux commandes de ces drôles de machines volantes. À noter que l’orthographe de son prénom, Henri et non Henry, naturalise définitivement cet Anglais né à Paris.

La progression de l’industrie aéronautique au début du XXe siècle passionnait la presse et le public. La technique, alors, cette « locomotion mécanique dans les airs » nourrissait les rêves et l’imagination. Chaque vol un peu plus long que les autres, un peu plus haut ou un peu plus rapide se racontait à la une de nombreux journaux à grand tirage, déplaçait les foules sur les terrains d’aviation dont celui qui fait face à la stèle, aujourd’hui occupé par l’héliport de Paris.

Ainsi, l’action pour laquelle Farman est célébré faisait à l’époque figure d’exploit et le jour de son accomplissement, le 13 janvier 1908, reste une date dans l’histoire de l’aviation. Un schéma montre où se situa, entre Issy et la porte de Sèvres, la boucle effectuée par Farman. Près de 120 ans après, ce « kilomètre en circuit fermé » n’a pas la résonance d’un exploit comme c’est le cas, par exemple des traversées de Blériot (1909) ou Lindbergh (1927). Sa technicité n’a pas résisté au temps. En fait, Farman est le premier à effectuer un virage en avion à une époque où certains jugeaient cela impossible. C’est donc, en effet, un jour décisif pour tous ceux qui conçoivent et fabriquent les avions.

En notamment les frères Charles et Gabriel Voisin, ingénieurs également mis à l’honneur sur la stèle, où figurent leurs deux profils sculptés. Eux aussi sont des acteurs de premier plan des débuts de l’aviation moderne (leur nom résonne toujours dans le quartier à travers une école, une allée, un terminus d’autobus). Leurs ateliers et leurs usines à Issy et Boulogne fournissent les appareils qui vont entrer dans la légende en même temps que leurs pilotes. Le biplan de Farman est représenté de face et de façon stylisée sur le monument mais décrit de manière détaillée : « un biplan Voisin avec moteur Antoinette créé par [Léon] Levavasseur », autre ingénieur renommé.

Le texte, enfin, au bas de la stèle, précise que la performance de Farman a été dûment homologuée par l’Aéro-Club de France, organisme né dès 1898 pour encourager la « locomotion aérienne », qui édicte les règlements et délivre les brevets de pilote. Enfin, elle a eu lieu dans le cadre du Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon, du nom d’Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon, deux des cofondateurs de l’Aéro-Club de France. L’un est avocat, l’autre gère une société de pétrole; les deux ont mis leur fortune au service de cette industrie naissante, qui progresse au gré de compétitions (Grand Prix d’aviation, coupe Gordon-Bennett, courses à étapes…) dont ils financent les primes.

Cette stèle n’oublie donc rien ni personne de l’écosystème qui a fait progresser l’aviation jusqu’à la Première guerre mondiale : des ingénieurs à la pointe de l’innovation, des pilotes prêts à risquer leur vie pour un record, des mécènes fortunés et passionnés.

Bientôt, ce sont les guerres qui feront progresser l’aéronautique avant que le développement de l’aviation commerciale et du tourisme ne fasse du voyage en avion un événement banal… désormais montré du doigt pour sa lourde contribution au dérèglement climatique. Ainsi à quelques mètres du monument, autour du terrain de l’héliport de Paris, il n’est plus question de héros mais de nuisances: trop de pollution, trop de bruit…

En 92 ans d’existence, la stèle Farman a été déplacée deux fois, pour cause de travaux, mais elle a survécu au chamboulement du quartier. Hommage quasi invisible à un exploit oublié, mais témoignage préservé d’une époque glorieuse.

Isabelle Thalès, CNAM 2022

 

 

L’arsenal de Brest

Un projet urbain

Cette fresque de Benjamin Flao s’inscrit dans le cadre d’un important programme de revitalisation du quartier des Quatre Moulins de Brest intitulé « Les murs prennent la parole », destiné à améliorer la qualité urbaine de ces habitants.

Cette initiative d’embellissement urbain du quartier s’aménage d’un parcours de neuf fresques dont les thématiques sont diverses : le voyage, la musique, l’océanographie, etc. Toutes ces thématiques sont reliées au patrimoine et à l’identité de la ville de Brest.

Initié en 2000, le projet est issu de l’implication et de la collaboration des habitants, des acteurs du territoire, et du chanteur Miossec, parrain du projet. Le parcours a été réalisé par CitéCréation, une entreprise coopérative lyonnaise spécialiste mondiale en matière de décoration et de scénographie urbaine.

C’est Benjamin Flao, illustrateur et auteur de bande dessinée, qui a été retenu pour concevoir cette fresque ; elle évoque à travers la construction d’un bateau imaginaire, l’ambiance et l’atmosphère des chantiers de construction navale de l’ancien arsenal de Brest au XIXe siècle.



De l’imaginaire à l’histoire

En regardant l’oeuvre, notre imaginaire s’envole. Nous pouvons imaginer le bruit des machines, du chantier, des hommes et des mouettes volant au-dessus du site industriel. Nous pouvons imaginer l’odeur de différentes émanations produites par le chantier, nous pouvons imaginer les éclats de voix des ouvriers tantôt entrain de pester, tantôt entrain de rire le temps d’une pause ou à la fin d’une dure journée. À travers cette fresque, nous retournons dans le passé de l’arsenal de Brest, dans son histoire.

C’est une histoire riche, avec un passé industriel unique. Car l’histoire de l’arsenal de Brest fait partie de l’histoire militaire-naval de la France. L’arsenal de Brest fût créé en 1631 par le cardinal Richelieu, le but était de renouveler la flotte royale. L’arsenal a été conçu de manière à pouvoir accueillir les grands navires de guerre du XVIIe siècle. Niché au cœur de la ville, l’arsenal construisait, armait et réparait en partie les vaisseaux de guerre devenant ainsi un gigantesque complexe militaro-industriel, à l’image des ports Toulon et de Rochefort.



Technico-industriel

L’arsenal était donc le siège d’une véritable activité industrielle. La construction d’un navire met en jeu, tout un panel de savoir-faire complexe et de techniques. Des innovations voient le jour pour mécaniser, rationaliser et faciliter ces opérations qui demandent une logistique considérable, en raison des poids et des volumes à assembler et à déplacer.

Les principaux corps de métiers sont les maîtres de haches, qui deviennent les maîtres-constructeurs (architectes navals), les charpentiers, les calfats, les sculpteurs. Les corps de métiers dominants concernent directement la fabrication de la coque du navire. De nombreux ateliers spécialisés préparent les pièces nécessaires aux navires : corderie, voilerie, menuiserie, sculpture, forges.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, il se modernise considérablement pour répondre aux nouvelles exigences de la flotte. Car la Marine s’engage dans trois innovations technologiques majeures : la propulsion à vapeur, l’obus explosif et la construction métallique. Ces mutations techniques imposent à l’arsenal d’entreprendre d’importantes transformations de son infrastructure : creusement de nouveaux bassins et agrandissement des anciens, création d’ateliers d’ajustage, de forges et de fonderies.

Véritable poumon de la ville, l’arsenal a rythmé la croissance et la prospérité de la cité au fil des siècles.

C’est donc au détour d’une rue que le street-art met en scène par l’imaginaire, le souvenir de l’histoire d’une ville. Au-delà de la seule charge nostalgique d’une activité industrielle disparue, la fresque expose la relation entre l’art et l’industrie dans le nouveau paysage urbain brestois.



FRANS Gwenaëlle



Maître d’ouvrage : Brest Métropole Océane – Communauté urbaine / Maitre d’œuvre : CitéCréation

2021 ◊ Un voyage spatial dans le métro parisien

Il y a 11 ans, le collectif de photographies émergentes Fetart, a créé le festival CIRCULATION(S), dédié à la photographie contemporaine en Europe. Les photographes retenus par le jury voient leurs œuvres diffusées à travers l’Europe et autre pays partenaires dans des expositions, projections et conférences. En France, c’est généralement  au CENTQUATRE-PARIS que le festival pose ses valises.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ Un voyage spatial dans le métro parisien »

2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché)

photo de la Grande Perspective prise le 3 juin 2018 dans les Jardins de Versailles (inauguration le 6 mai 1682)

sciences et techniques au service du pouvoir

(par Jeanne-Thalie DEPRINCE, Cnam Magister 2018)

Le pouvoir a besoin d’être matérialisé, ritualisé pour être ressenti par les masses ; que cela soit par l’intermédiaire d’un trône ou d’un bureau ovale, d’un château ou d’une maison blanche. Et lorsque cette matérialisation fait appel aux sciences et techniques, le rayonnement de ces dernières en est décuplé. Ainsi, le château de Versailles et les jardins sont une concrétisation emblématique du pouvoir du roi Louis XIV. Continuer la lecture de « 2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché) »

2015 ■ Stop plastic pollution (street art)

RAEMANN Street art deviant_2015
Impression photographique sur papier – affiche murale collée – angle de la Kopernikusstraße et Libauer Straße (Berlin) – attribuée au groupe Raemann (2015) – 120 x 80 cm env.

Street art déviant

(par Michel LETTE, Cnam Paris, 2015)

Ce cliché a été pris le 6 août 2015 dans Berlin, à l’angle de la Kopernikusstraße et de la Libauer Straße. Il cadre une affiche murale, totalement délavée par la pluie, noyée dans une composition de graffitis et de tags s’étalant du sol au plafond. Impossible de l’ignorer pourtant. L’image, intrigante, interpelle forcément la multitude des passants.

L’impression photographique sur papier collé à même le mur est une des techniques employées par les artistes d’art de rue –  « street art » – une des formes d’expression culturelle qui s’est largement répandue à Berlin. Agglomération en perpétuelle transformation depuis la chute de son mur en 1989, elle offre à ces artistes contemporains des espaces particulièrement adaptés à ce type de créativité. Les réhabilitations, opérations de rénovation ou de réaffectation d’anciens sites industriels font exister autant de zones en transition, multipliant les opportunités de créer de véritables galeries d’art en plein air. Tout est support potentiel pour une transformation temporaire ou éphémère de l’environnement urbain : façades et entrées d’immeubles, conteneurs de poubelles et palissades de chantiers, lampadaires et mobiliers urbains, et même toits et trottoirs sont habillés (ou souillés, c’est selon) par les pinceaux ou rouleaux de peinture, les bombes et vaporisateurs, les pochoirs et posters, les collages et bandes adhésives, les marqueurs et autres moyens non conventionnels de création aux antipodes de l’art traditionnel des musées et galeries. Quelques artistes de rue sont néanmoins devenus célèbrent et se vendent plutôt bien. Ils sont désormais nombreux à s’exposer et à répondre à la commande officielle, témoignant de l’évolution des canons de l’art contemporain. Continuer la lecture de « 2015 ■ Stop plastic pollution (street art) »

2015 ♦ la COP21 selon Liam Gillick (installation)

L’inaccessible message de Liam Gillick

(par Alexandre Ben Othman, Cnam Magister 2018)

Le changement climatique est un problème majeur pour notre planète. En effet, notre surpopulation et nos méthodes de production ont de plus en plus d’impact sur l’environnement et l’écosystème global, engendrant de nombreux effets néfastes tels que :  les catastrophes “naturelles” ayant de plus en plus d’ampleur au niveau mondial, la disparition d’espèces animales et végétales, la pollution des océans, rivières, fleuves et autres points d’eau, des records de températures atteints d’année en année … Continuer la lecture de « 2015 ♦ la COP21 selon Liam Gillick (installation) »

2015 ■ Mobile Lovers (graffe)

Mobile Lovers graffe de Banksy
« Mobile Lovers », tag découvert à Clement Street à Bristol (UK) et reconnu par Banksy

Cet objet chéri qui nous veut du bien

(par Jérôme GAZEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Angleterre, 15 avril 2014, comme bien d’autres dans la bouillonnante banlieue de Bristol, éclot sur une vieille porte condamnée, un graffe. Le lendemain, Banksy, le célèbre et énigmatique tagueur anarchiste britannique, figure emblématique de la contestation griffant sur les murs les dérives de la science, des techniques et de la société, le reconnaît sur son site officiel. Continuer la lecture de « 2015 ■ Mobile Lovers (graffe) »

2014 ■ Zone sur écoute (street art)

oreille_butteauxcaille_orange
Photo d’une des oreilles (zone sur écoute) du duo d’artistes: Urban Solid prise dans le quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris au printemps 2014. Ici cliché en provenance de instagram : http://tofo.me/p/757727916227554552_1405067298

– “Mur, que vous avez de grandes oreilles !”
– “C’est pour mieux vous entendre …”

(par Corinne Burlaud, Cnam Paris, 2015)

Cette « maxi-oreille » d’un orange vif et sa légende « zone sur écoute », collées sur une façade d’un immeuble du quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris, ont été prises en photo au printemps 2014. Véritable appendice sortant littéralement du mur, cette sculpture envahit de façon irrévérencieuse l’espace public ouvrant un dialogue inattendu avec les passants.

Déambulant dans une métropole comme Paris, qui n’est pas déjà tombé sur un tag, un graffiti, un pochoir, un collage etc. ? Cette forme d’expression culturelle, le Street Art, ne date en effet pas d’hier. Son émergence remonte en France au milieu des années 1960. Ernest Pignon-Ernest installe alors un parcours de pochoirs sur le plateau d’Albion (Vaucluse) afin d’alerter les citoyens de l’installation de la force de frappe atomique sur leur territoire : une performance artistique assurément militante face au déploiement de la technologie nucléaire. Depuis, le Street Art s’est répandu et diversifié, tant sur la forme que sur le fond : les possibilités sont infinies. Même si certains artistes renommés s’exposent au musée ou en galerie, le Street Art s’exprime avant tout dans les rues ! Ces artistes, honnis ou admirés, investissent la plupart du temps l’espace public en toute illégalité. En France, les tags, les graffitis et autres inscriptions non autorisées sont considérés comme des actes de vandalisme. Les peines encourues peuvent être des amendes s’élevant jusqu’à 4000 euros et des travaux d’intérêt général. Certes pratiquer le Street art est une transgression, mais il permet à l’artiste de faire de la rue un musée « à ciel ouvert », de s’adresser directement au passant : « Monsieur tout le monde ». Continuer la lecture de « 2014 ■ Zone sur écoute (street art) »

2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité)

contrex-velo-rose-prev1
Issue d’un spot publicitaire diffusé à partir de septembre 2011 de la marque Contrex

Une communication innovante !

(par Fabienne VELTER, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La marque contrex a lancé en 2011 sa campagne de « contrexpérience » en utilisant l’installation digitale pour promouvoir sa réputation de « partenaire minceur ».

Aujourd’hui, la silhouette est pour beaucoup une obsession. C’est la raison pour laquelle les salles de sport ont la pêche ! Et les régimes en tout genre ont la cote. Le culte de la minceur – effet de mode du moment – y est pour quelque chose ! L’enseigne de cette eau minérale l’a bien compris. Faire du sport pour brûler des calories sans les récupérer par la suite, tel est le message adressé au public concerné. L’offre répond bien à la demande. Continuer la lecture de « 2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité) »

2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public)

La technologie et l’innovation se fondent dans la nature

(par Artemis CHRYSOVITSANOU, Magister Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris)

Alors que plus de 4.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour dans le monde à cause de l’absence de traitement des eaux, en France on compte près de 20.000 stations d’épuration. Leur construction et leur entretien représentent un enjeu majeur de santé publique et d’investissement dans les technologies.

Depuis la Préhistoire, l’Homme s’installe près de cours d’eau. Il s’en sert pour boire, pour transporter, pour produire de l’énergie, mais aussi pour assainir ses campements. Durant l’Antiquité et le Moyen Âge, des égouts sont construits dans certaines villes. Mais ce sont la révolution industrielle et la croissance démographique qui imposent un système de traitement des eaux usées. Continuer la lecture de « 2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public) »

la banalité urbaine des STS

« Le vivant comme modèle » : le CNRS s’affiche dans le métro
FRESQUE CNRS RATP; COULOIR CORRESPONDANCEParis, 7 décembre 2016

Que ce soit pour concevoir de nouveaux matériaux ou inventer la médecine de demain, les chercheurs du CNRS prennent souvent « Le vivant comme modèle » pour innover. Leurs réalisations sont l’objet d’une exposition conçue par le CNRS, en partenariat avec la RATP, que les usagers du métro parisien pourront découvrir dans le couloir de la station Montparnasse-Bienvenüe, à partir du 5 décembre et pour 2 mois. Elle est aussi présentée sur un site web, enrichie de ressources multimédias (www.cnrs.fr/bioinspiration).

Le tennis augmenté .. bigre !
le tennis augmente
Déambulation parisienne

(par Amélie LE MAUX, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

hmFFuoh0H7teTIcuMO_T5aqBLlTBcRj5SzzMO2GOlR3WU0_CiRGhGDVeDmwQALyZQBpbaA=w1886-h806 janyuGHJLsx8QOP0yJi_ygPGYXfYd6lxZtROzBxIApKOQWrCDum0VsNWZAZBq5qQa7jdcg=w1886-h806 jOecX7BU8bjqCkkS9s4MN3fR8LzHc-RaZ2Z5kKgzRPiD88JzQOSaHd1PTBm7dYyeYwQpDA=w1886-h806 LVTbGIdOkw0miUJd0tIlWoGzzBsf0hmHiabIODpqkw6AwEzXBn4US_secO0zMMXruGeRZg=w1886-h806 qxhuzFIP2qYEaWAPWos_EIJ9kmBDkIIB8UIjtANps8SPZmZG-V7VkoNG4Xy4Pv8j-YQCBA=w1886-h806 RA15WeR7HsyilyATnSWemLGiJAAta74ISsHrjx5UT1GpfM_U0vBSN-fkslFjhHX5vwLBBQ=w1886-h806 SMUKdUD9c73oz0CT2Y5YHJ4e2nfdXW0pWo98BbyxC5xaYIhcyc8WNx_4T3eQh66Bf6qFkg=w1886-h806 ULwoCCi1mNcWLIoEcoKf1QvEkwMyDvpf4dLkRsC0oNw-5US_6_kmafBiA-_bVGC1bLexmA=w1886-h806 Aqd1PMQon-q_mLSnECamzCgC8tO4ESk_n--Uxpdl87xedSlNb8Y3t_CxWnv5-EKwhTK2Iw=w1886-h806veyHkxVnpWUgWHt3jbJCB23HwYNat7npUTG11wXj-M1qWArT76o-ZpyV45dKfOfCrRiTQg=w1886-h80683fKH4FmUp3tIjuYfCK2IHoMPr7IFpRoKVLOFOi-hLPz62FlX07n50Fn4ISlSO6cgvvu8A=w1886-h806 Exposition 2015_art et science4VtCG62gXMPp31cRRvphVXA4gteRNP2aMRoRdH52RQTCkZ3Y9_ByfcGWUZrf0KKvsSZa1Q=w1886-h806

2004 ♦ les Becher (affiche)

Patrimoine industriel et / ou art contemporain ?

(par Julie DAVIET-DRAYE, Cnam Certificat 2018)

Lorsque le centre Pompidou organise une exposition, une immense affiche d’environ 3,5 x 2,5 m est tendue sur son bâtiment, dans la partie droite. Il organise en parallèle une opération de communication, avec des publicités dans les journaux, sur les réseaux sociaux, dans le métro etc. … Les citoyens de toute la France peuvent alors accéder à l’affiche et au(x) nom(s) des artistes exposé.e.s. Afin d’illustrer très fidèlement l’œuvre des Becher, dont le Centre Pompidou organise une grande rétrospective en 2004, il est décidé de mettre en image à la fois leur travail et leur manière de travailler. Les parisien.ne.s du quartier et plus largement les français.e.s découvrent cette image, qui est à la fois répétition du semblable sans être le même. Ces photographies représentent des chevalements de mines. La multiplication du même motif le rend peu à peu étrange, et l’on s’étonne de commencer à y voir comme des oiseaux fatigués, qui semblent enfoncer leur long bec dans le sol. La monotonie de cet étrange rassemblement est rompu par le sens des images : si les toboggans des chevalements sont situés vers la gauche sur la première et la troisième ligne, ils sont inversés sur la deuxième. Monotonie rompue mais tout en restant ordonnée. Continuer la lecture de « 2004 ♦ les Becher (affiche) »

2000 ♦ La méridienne verte (objet)

Médaillon commémoratif en bronze, fixé sur une borne à Paris, au point d’intersection de la rue de Rivoli et du passage de Richelieu (20 cm de diamètre). Photo mai 2016, I. Charton.

ligne imaginaire posée sur l’an 2000

[par Isabelle CHARTON, Licence Cnam Paris]

Au croisement de la rue de Rivoli et du passage Richelieu, elle est là, assise sur une borne, adossée à l’une des portes du Musée du Louvre. Elle arbore un air discret, mais non moins mystérieux. Cet œil de bronze présente en effet quelques signes étranges. Des points relient Dunkerque à Barcelone. Des courbes sont traversées d’inscriptions : An 2000 – La méridienne verte. L’objet, en bronze, est en réalité l’empreinte urbaine et artistique d’une histoire, d’un projet politique au croisement des sciences, des techniques et de la société. Continuer la lecture de « 2000 ♦ La méridienne verte (objet) »

1980s ♦ Observatoire de Paris (gravure)

L’Observatoire de Paris et la Tour de Marly / Plan de l’Observatoire Royal de Paris, bâti sous le règne de Louis le Grand l’an 1667 sur le dessin de Mr Perrault […] Gravure de Antoine Coquart tirée de L’Atlas curieux ou Le Monde représenté dans des cartes […] Fer, Nicolás de (1705) / reproduction partielle sur planche d’une partie de la gravure/1980 env./ 90×180 cm

L’Observatoire de Paris en vrai et en image

(par Maïder BUGNON OLANO, Cnam Certificat 2018)

Cette planche est située dans l’entrée du bâtiment Perrault, bâtiment historique de l’Observatoire de Paris. C’est à la suite de mes recherches que j’ai appris qu’il s’agissait de la reproduction partielle d’une gravure qui se composait de trois parties. Toutes représentent l’Observatoire, qui a été achevé en 1672.

La partie qui nous intéresse représente la vue orientale de l’Observatoire de Paris et la tour de Marly au début du XVIIIe siècle.

La planche est visible par le public qui – théoriquement (travaux en cours pour la mise aux normes ERP depuis 3 ans et pour quelques temps encore) – visite l’Observatoire les mercredi matin. Continuer la lecture de « 1980s ♦ Observatoire de Paris (gravure) »

1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale)

Buste_E-Livet-d60b5
Inauguration du buste d’Eugène Livet le 8 janvier 1933 à Nantes, fondateur de l’École national professionnelle (carte postale, Saby éditeur) – Archives Lycée Livet

L’enseignement technique mis sur un piédestal

(par Prisca GNAEDIG, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes 2015)

La scène se passe le 8 janvier 1933 : on inaugure à Nantes le monument sur lequel repose le buste d’Eugène Livet, personnalité locale et figure de l’enseignement technique en France. Cette inauguration résulte d’une volonté politique de la Ville et du don par l’association des anciens élèves du lycée Livet (Amicale Nationale des Nant’z’Arts) du buste de Livet, copie d’un premier réalisé par Charles-Auguste Lebourg à l’occasion du cinquantenaire de l’École nationale professionnelle (ENP) en 1894.

On se trouve sur l’ancienne place Notre Dame, rebaptisée place E. Livet en 1913 peu après sa mort (sur proposition du Maire P. Bellamy) : la commémoration de 1933 est donc une nouvelle marque d’attention à Livet dans ce lieu de mémoire.

Sont présents le sous-secrétaire d’État à l’enseignement technique, H. Ducos, le directeur de l’ENP, R. Bayle, quelques élus locaux ainsi que des anciens élèves et élèves de l’époque de l’établissement. Continuer la lecture de « 1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale) »

1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative)

Plaque_Scott_de_Martinville,_9_rue_Vivienne,_Paris_2
Plaque commémorative en l’honneur d’Édouard-Léon SCOTT DE MARTINVILLE au 9 rue Vivienne dans le IIème arrondissement de Paris. (Photo : By Wikimedia Commons / Mu (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons)
Un amateur de science au 19ème siècle

(par Christophe BOURRIAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Gravé sur les murs du monument où sont conservés les oeuvres de la littérature et des sciences, il sera l’objet, nous en prenons ici l’engagement solennel, de l’immortel respect du peuple de Paris. ». Le 15 novembre 1929, un conseiller municipal clôture par ces mots le discours inaugural de la plaque à la mémoire d’Edouard-Léon Scott de Martinville. Elle est apposée sur les murs de la Bibliothèque Nationale au 9 de la rue Vivienne dans le IIe arrondissement de Paris. À ce numéro, se dressait la maison dans laquelle il mourut le 26 avril 1879.

Continuer la lecture de « 1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search