1908 ♦ Le Familistère de Guise (carte postale)

FamilistA-re-guise.jpg-3_diaporama_main
Le Familistère : un phalanstère pour les familles ouvrières – Vue du Familistère de Godin, à Guise – Carte postale – vers 1905-1908, Paris, BNF.
Le familistère de Guise… une utopie réalisée « au poêle »

(par Estelle LEONARD, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Plongeons en l’an 1908. En France, plusieurs gros-titres ont fait la Une. Le quotidien Les Echos a fait paraître sa première, le régime local est né en Alsace et Moselle. Le 18 mai, le Pourquoi Pas, navire d’exploration polaire du commandant Charcot, est lancé à Saint-Malo. Mais à l’autre bout du monde, des exécutions se déroulent en Indochine, et les cartes postales relatant cet évènement arrivent en France. D’ailleurs, cela fait une cinquantaine d’années que la carte postale circule. Ces premières cartes étaient des cartes commerciales en papier glacé, pouvant circuler à découvert car l’administration des postes l’avait admis en 1856. Enfin… on ne connaît pas vraiment la date officielle de l’invention de la carte postale puisque les vexations franco-germaniques ont monté en épingle l’existence d’un inventeur antérieur à un autre… Bref. Continuer la lecture de « 1908 ♦ Le Familistère de Guise (carte postale) »

1908 ♦ Statue de Philippe Le Bon (carte postale)

Square Philippe LEBON à Chaumont, (carte postale vers 1906, postée le 15 Avril 1908, éditions Jullien et Morel)

Hommage au savant oublié, inventeur du gaz d’éclairage

(Par Jessica SIGNAHODE, Cnam Certificat 2018)

L’exposition Universelle de 1900 inaugure l’ère de la production massive et marque l’explosion de l’usage de la carte postale. Les correspondances vont de la simple salutation, à des souvenirs d’excursion ou d’échanges amoureux. Au début du XXème siècle, la phototypie représente le principal mode d’impression des cartes postales en nombreux exemplaires. A partir d’un cliché photographique en noir et blanc pris par un amateur ou par un photographe en quête de postérité, les éditeurs divulguent ici un monument de Haute-Marne à Chaumont (52) : le square Philippe LEBON, « inventeur du gaz d’éclairage ». Continuer la lecture de « 1908 ♦ Statue de Philippe Le Bon (carte postale) »

1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument)

Monument_à_Levassor_1907
Émile Levassor et le “Monument de l’automobiliste” par Jules Dalou érigé en 1907 – actuellement au square Alexandre-et-René-Parodie.
La course au progrès

(par Maïté CARRIVE, Licence CNAM Paris, 2015)

Place de la porte Maillot ; Un flot de voiture incessant ; Un bruit assourdissant. Coincé entre le périphérique et les grands boulevards, le square Alexandre-et-René Parodi apparaît comme un îlot de verdure qui contraste avec le gris des grandes artères routières. Pour y accéder, il faut emprunter un passage souterrain.

Parmi les allées désertes bordées de bancs se dresse un cadre de pierre richement orné. A l’intérieur du cadre, c’est l’effervescence. Pierre Giffard, directeur du Petit journal est là, au bras de sa femme, pour saluer l’exploit. Derrière, la foule est venue acclamer l’arrivée triomphale d’Emile Levassor au volant de son bolide, La Panhard. Penché en avant sur son « automobile sans chevaux », le visage déterminé, il vient de franchir l’arrivée de la course historique Paris-Bordeaux-Paris, en un temps record de 48 heures et 47 minutes. Sa femme, Louise, un pichet d’eau à la main, se précipite pour accueillir le héros. Quel exploit ! Une moyenne de 24 km/h avec des pointes à 30 km/h….. La scène se déroulait au printemps 1895. Continuer la lecture de « 1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument) »

1902 ♦ Auguste Comte (statue/cliché)

Photo d’auteur anonyme (1902) de l’inauguration de la Statue d’Auguste Comte

Les sciences s’élèvent à la spiritualité

(par Karine GUILLON, Cnam Certificat 2018)

Le document choisi est une photo de l’inauguration de la statue d’Auguste Comte.

L’idée d’élever le philosophe Auguste Comte, précurseur de la sociologie (1798-1857) aux yeux de tous, est lancée en 1898 par Pierre Laffitte, son successeur.

La statue en marbre est l’œuvre du sculpteur Injalbert et de l’architecte Lemaresquier.

Au centre, Juché sur son piédestal, la tête légèrement inclinée, le buste d’Auguste Comte semble saluer le parterre des personnalités françaises et étrangères venues lui rendre hommage. Parmi eux, des gens qui adhèrent vraisemblablement à sa philosophie. Continuer la lecture de « 1902 ♦ Auguste Comte (statue/cliché) »

1896 – Le boulevard Pasteur

Une voie d’exaltation de la science au travers de l’une de ses figures les plus populaires

Boulevard Pasteur Paris 15e
Plaque émaillée sur pilier du métro aérien de la ligne n° 6 entre les stations Sèvres-Lecourbe et Pasteur, 2011

(par les auditeurs de la promotion 2012-2013)

Par un arrêté du 28 juillet 1896, le prolongement du boulevard Vaugirard se voit attribuer le nom de Louis Pasteur, décédé depuis moins d’un an, le 28 septembre 1895. La décision de lui rendre hommage par l’inscription de son nom dans l’espace public est acquise en un temps remarquablement court. Pas ou peu de récriminations lors des débats pour immortaliser de cette façon le souvenir d’une personnalité que la science française revendique comme l’incarnation du pur génie. L’image du savant désintéressé et bienfaiteur de l’humanité fait apparemment consensus. Continuer la lecture de « 1896 – Le boulevard Pasteur »

1895 ♦ accident gare de l’Ouest (photographie)

Accident de train à la gare de l’Ouest (maintenant gare Montparnasse) – 25 octobre 1895

Quand la technologie traverse les murs

(par Pisca CEZ, Cnam Certificat 2018)

Un évènement bien particulier va marquer les esprits en octobre 1895. L’un des plus spectaculaires accidents ferroviaires du siècle va se produire à Paris. Que s’est-il passé ?

Le 22 octobre 1895, le train express n°56 part de Granville à 8h55. A 16h55, il pénètre dans la gare avec 7 minutes de retard à une vitesse supérieure à la normale. Le train se compose d’une locomotive, de deux fourgons bagages, d’un wagon-poste, de six wagons occupés par 131 voyageurs et le fourgon de queue. Dans sa course, il renversa le buttoir, le trottoir entre les buttoirs sur 15 mètres pour heurter au final le mur du fond et le balcon de la façade pour s’échouer sur la place de Rennes en contrebas de la gare de l’Ouest (maintenant la gare Montparnasse) vers 16h00.  Continuer la lecture de « 1895 ♦ accident gare de l’Ouest (photographie) »

1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture)

Sur la place de Laënnec dans l’imaginaire collectif des quimpérois

(par Amandine Élodie FLEMIN, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Nantes, juin 2014)

15 août 1868. C’est jour de fête nationale à Quimper. Dans l’effervescence ambiante, la cité armoricaine s’apprête à rendre hommage à l’un de ses plus illustres fils : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec. Quatre ans plus tôt, à l’initiative de l’Association des médecins de France, le conseil municipal votait l’élévation d’un monument à son effigie. Le document choisi est une carte postale ancienne représentant la statue du docteur Laënnec. Ce support a fait office de formidable outil de valorisation scientifique à l’époque. Conservée aux Archives de Quimper, elle a été éditée par Anglaret en 1868, année de l’inauguration du monument. Amenée à circuler, elle a contribué à perpétuer la mémoire du médecin décédé à l’âge de quarante-cinq ans.  Né à Quimper le 17 février 1781, Laënnec descend d’une longue lignée de responsables politiques bretons. Parmi ces derniers figure son grand-père, Michel Alexandre, un ancien maire de la ville.  Orphelin de mère à six ans, son éducation est prise en charge par son oncle Guillaume. Auprès de celui-ci, Laënnec trouve sa vocation. Lui qui se rêvait marin, embrassera la profession de médecin.

Continuer la lecture de « 1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture) »

1739 ♦ Le Paris de Turgot (plan)

Paris, ville lumière !

(par Thierry LEDEME, Cnam Certificat 2016)

Ce plan à vol d’oiseau, le plus vaste jamais entrepris, connu sous le nom de plan de Turgot, est un plan de la ville de Paris au 1/400e. Il est composé d’un assemblage de vingt feuilles pour former un rectangle de 316 cm sur 245. Il fut commandé en 1734 par Michel-Etienne Turgot, prévôt des marchands dont le rôle se rapprochait de celui du maire de Paris. La version dessinée est terminée en 1736 par Louis Brétez, dessinateur d’architecture et membre de l’Académie de peinture. Le travail de gravure, effectué par Antoine Coquart et Claude Lucas, se termine en 1739. A l’époque, les plans de Paris sont imparfaits et ne sont plus conformes. Continuer la lecture de « 1739 ♦ Le Paris de Turgot (plan) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search