2021 ◊ Les fourmis

Pendant les quelques secondes qui vont vous être nécessaires pour lire ces 4 lignes :
– 40 humains et 700 millions de fourmis sont en train de naître sur Terre.
– 30 humains et 500 millions de fourmis sont en train de mourir sur Terre.

HUMAIN : Mammifère dont la taille varie entre : 1 et 2 mètres. Poids : entre 30 et 100 kilos. Gestation des femelles : 9 mois. Mode de nutrition : omnivore. Population estimée : plus de 5 milliards d’individus.

FOURMI : Insecte dont la taille varie entre : 0.01 et 3 centimètres. Poids : entre 1 et 150 milligrammes. Ponte : à volonté selon le stock de spermatozoïdes. Mode de nutrition : omnivore. Population probable : plus d’un milliard de milliards d’individus.

EDMOND WELLS.
Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

 

Cet extrait est tiré du livre « Les Fourmis ». Ce roman est écrit par Bernard Werber, paru aux éditions Le livre de Poche en 1991 et est qualifié par l’auteur d’un nouveau genre littéraire « philosophie fiction ». Dans ce roman scientifique, Bernard Werber nous embarque dans un thriller où nous suivons en parallèle deux personnages principaux, Jonathan Wells et le 327ème mâle, une fourmi.

Jonathan Wells vient de perdre son oncle, Edmond Wells, biologiste et entomologiste, qu’il n’a que très peu connu. Jonathan étant serrurier au chômage, ce triste évènement lui permet toutefois d’hériter d’un grand appartement dans lequel il va venir habiter avec son fils et sa compagne. Dans son testament, Edmond Wells est formel, Jonathan ne doit pas essayer de se rendre à la cave. Evidemment, il s’y rendra et y disparaitra. Ce sera le début d’une suite de plus de vingt disparations. Du côté des fourmis, tout commence par le réveil de la fourmilière de la cité de Bel-o-kan. Le 327ème mâle part alors en expédition de chasse accompagné d’autres fourmis mais alors qu’il s’éloigne de l’équipe pour cueillir une fleur, elles se font toutes tuer ! Le 327ème mâle se lance alors dans une quête pour prévenir sa cité et élucider ce mystère.

Au cours de ce roman, nous en apprenons beaucoup sur les fourmis, leur comportement, leur reproduction, leurs interactions, etc. Bien que certains de ces faits soient romancés pour le bien du scénario, il est cependant indéniable que de nombreuses informations reposent sur des données scientifiques tout ce qu’il y a de plus rigoureuses. Ces éléments changent perceptiblement notre vision sur ce petit peuple qu’on fréquente, mais surtout qu’on ignore, au quotidien.

Par son roman, l’auteur nous pousse aussi à réfléchir sur la société humaine, en mettant en exergue ses points communs existants avec les sociétés myrmécéennes. Bien qu’il insiste régulièrement sur les actions totalement altruistes des fourmis, il les individualise et les personnifie, ce qui développe notre empathie pour elles.

De plus, le récit est ponctué régulièrement d’extrait d’un livre fictif, écrit par Edmond Wells, l’oncle de Jonathan, intitulé l’ « Encyclopédie du savoir relatif et absolu », par lequel l’auteur communique de nombreuses informations aussi bien sur les fourmis, les humains, mais aussi la science en général. Par le biais du Professeur Wells, des petites énigmes sont également proposées aux personnages (et donc à nous aussi) comme : « Comment faire quatre triangles équilatéraux avec six allumettes ? » ou encore :
« 1
   11
   21
   1211
   111221
   312211
Quelle sera la prochaine ligne ? ». De quoi ravir les amateurs de devinettes et autres problèmes !

Enfin, ce livre nous transmet de nombreuses informations scientifiques, sans que ce soit sa vocation première. On se fait prendre par la main pour découvrir le monde myrmicéen et on en redemande ! Nul doute que de nombreuses personnes se sont d’avantage renseignées sur les fourmis après la lecture de cet ouvrage, rien que par curiosité de démêler les faits scientifiques de la fiction. Et finalement, n’est-ce pas tout l’intérêt de la science-fiction que de stimuler notre imagination pour faciliter la compréhension de concepts scientifiques parfois compliqués ?

Léa Lange

2021 ◊ Terraforming Mars 

« Terraforming Mars » est un jeu de société paru en 2016, conçu pour 1 à 5 joueurs et créé par Jacob Fryxelius. Il est produit par Fryxgames et édité et traduit en France par Intrafin Games. L’auteur propose de faire l’expérience de la terraformation de Mars, c’est-à-dire rendre la planète Mars habitable pour l’être humain. Pour ce faire les joueurs devront faire évoluer 3 paramètres principaux : augmenter la température moyenne à la surface de -30C° à +8C , augmenter le niveau d’oxygène de 0 à 14% et créer de grandes quantités d’eau liquide à la surface. Les joueurs font évoluer ces paramètres via des « projets » qui ont la particularité d’être scientifiquement et techniquement vraisemblables. Un projet est une action de jeu, qui représente un dispositif technique et qui aura un impact significatif sur le climat de mars. Par exemple, le projet « grands réflecteurs solaires » permet de réchauffer l’atmosphère et d’augmenter la température moyenne. Le jeu compte plus de 300 projets différents. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Terraforming Mars  »

2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux

La guerre du Vietnam (1961-1975) opposant les États-Unis au Front national de libération du Sud Viêt Nam (ou Vietcong) est la plus grande guerre chimique de tous les temps.

Elle doit en grande partie ce titre à l’opération Ranch Hand (littéralement ouvrier agricole) effectuée par l’armée américaine de 1962 à 1975. Cette dernière a consisté en la pulvérisation massive de fines gouttelettes d’herbicide sur le territoire vietnamien. Cette opération, menée avec l’aide d’industries chimiques comme Monsanto, avait un triple objectif : empêcher les Vietcongs de se cacher en forêt, détruire leurs récoltes et prévenir les éventuelles attaques en dégageant les abords des installations militaires.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ La guerre du Vietnam : La science aux tribunaux »

2021 ◊ Un voyage spatial dans le métro parisien

Il y a 11 ans, le collectif de photographies émergentes Fetart, a créé le festival CIRCULATION(S), dédié à la photographie contemporaine en Europe. Les photographes retenus par le jury voient leurs œuvres diffusées à travers l’Europe et autre pays partenaires dans des expositions, projections et conférences. En France, c’est généralement  au CENTQUATRE-PARIS que le festival pose ses valises.

Continuer la lecture de « 2021 ◊ Un voyage spatial dans le métro parisien »

2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock

 

Pochette de The 2nd Law, 6ème album de Muse

Comme pour tous leurs disques, MUSE trouve dans The 2nd Law une place pour parler de sciences. De la couverture représentant les connexions cérébrales modélisée par Human Connectome Project, jusqu’au titre qui se réfère à la seconde loi de la thermodynamique, leur sixième album est profondément inspiré par le concept d’entropie qui sera présent dans plusieurs titres. Parmi eux, Big Freeze est une ode à la mort thermique de l’univers, l’une des hypothèses proposées par les physiciens sur la façon dont notre univers pourrait se terminer, dans des millions d’années. Continuer la lecture de « 2021 ◊ Muse jette un froid dans l’univers du rock »

[kosmopoliːt]

Aujourd’hui c’est jour de fête ! On retourne enfin au restau !

Bienvenu à [kosmopoliːt] le restaurant le plus cosmopolite du monde !

 

[kosmopoli:t] est le fruit d’un projet de médiation scientifique mené par le laboratoire dynamique des langues de Lyon (CNRS / Université Lumière Lyon 2).

Le but est de sensibiliser le public à la diversité des langues du monde et aux enjeux de leur conservation via la création d’un jeu de société. Aujourd’hui près de 40 % des langues sont menacées et beaucoup sont déjà éteintes.

            

          «[kosmopoliːt] se joue de 4 à 8 joueurs parmi lesquels il y a toujours une Serveuse, un Maître d’Hôtel et des Cuistots. La Serveuse gérera la salle de restaurant sur l’appli. Elle aura ses écouteurs sur les oreilles et pourra prendre les commandes des clients qu’elle transmettra aux Cuistots et surtout au Maître d’Hôtel. Sauf que nos clients viennent du monde entier, et souhaitent déguster des plats typiques qu’ils demandent dans l’une de leurs 60 langues natives !
Le Maître d’Hôtel note du mieux qu’il peut toutes les commandes de la Serveuse, et les répète en permanence aux Cuistots. Il a le rôle pivot du restaurant, il fait le lien durant toute la partie entre la salle et la cuisine, et a la charge de coordonner et manager l’ensemble.

Chaque Cuistot gère des types d’aliments en ayant les tas de cartes correspondant, et est aussi le cuisinier expert d’un continent : il a donc toutes les cartes de ce continent. Chacune de ces cartes correspond à une langue, et comprend les 6 plats que l’on sert dans cette langue. Chaque plat est écrit par une translittération (tel qu’on l’entend en français), et accompagné du nom et dessin d’un de ses ingrédients.                                                       

Quand un Cuistot a trouvé un plat sur une carte, il demande aux autres l’ingrédient nécessaire (s’il ne l’a pas lui-même) et donne ces 2 cartes (langue + ingrédient) au Maître d’hôtel. Ce dernier ajoute donc à ces 2 cartes la carte Table adéquate (qu’il avait normalement bien noté !!) et donne le tout à la Serveuse. Dès que la Serveuse le peut, elle va servir la table sur l’appli en sélectionnant la table en question, puis le bon ingrédient, puis la bonne langue »

     

                                                                                                       

            Il faut insister sur un point essentiel [kosmopoli:t] n’est pas un « serious game » mais bien un « game » tout court. C’est un bijou ludique d’une efficacité redoutable. [kosmopoli:t] ne sera pas rangé sur une étagère à l’écart de la ludothèque. Comme ce jeu  qu’on a tous acheté à un moment ou un autre, il a de belles illustrations des plus beaux châteaux de France, avec quelques mots sur l’histoire du lieu. Apprendre en s’amusant… Youpi ! Sauf que personne ne veut jamais y jouer, parce que soyons honnête, les illustrations sont chouettes mais l’expérience de jeu l’est nettement moins. Il prend la poussière quelque part, personne ne sait plus trop où.

 

            Avec [kosmopoli:t] on joue une partie, puis une autre et encore une. Vers 1h du matin, après les avoir enchaîné toute la soirée, vous avez parlé ou entendu 60 langues différentes. C’est probablement plus que la totalité des langues auxquelles vous avez été exposé tout le long de votre vie. Des langues des 4 coins du monde. Carrément, des 5 continents ! Vous aurez découvert également autant de spécialités culinaires. Vous vous êtes arrêté uniquement pour aller manger, ce jeu a la fâcheuse tendance de donner faim.                                                                                         

À ce stade la médiation est déjà une réussite. On a expérimenté la diversité incroyable des langues du monde et entraperçu l’entremêlement d’une langue et sa culture.

 

Mais le voyage ne s’arrête pas là ! A l’intérieur de la boîte on trouve un « petit » livret, (60 pages quand même) qui propose une médiation plus en profondeur. On y plonge dans les choix et les difficultés conceptuelles auxquels ont été confrontées les auteurs du jeu. On y apprend par exemple que les 60 langues du jeu ont été enregistrées uniquement avec des locuteurs dont c’est la langue maternelle. Mais aussi comprendre certains choix éditoriaux. Parler de langue, c’est parler de sujets complexes, de rapport de force entre les cultures, de colonisation, de langues et cultures en danger. Les choix d’édition ne sont pas à prendre à la légère. Le simple fait de nommer une langue avec son nom « francais » est par certains aspects problématique. Le livret est rempli également d’informations sur chacune des langues du jeu. Le nom endogène de la langue, le nom francisé, la région du monde ou elle est parlé, le nombre de locuteurs et bien plus encore.

Ça n’est pas tout ! On y découvre une multitude de concepts linguistique : phonologie, morphologie, syntaxe, sociolinguistique, origine des langues…

Enfin, il y a aussi un making-of dans le quel les auteurs racontent la collecte des données, leur méthode de travail mais aussi l’élaboration de la translittération utilisée dans le jeu. En effet le jeu n’utilise pas la translittération phonétique « officielle » qui ne serait pas accessible aux joueurs non habitué à la lire. Ils formulent également un bilan sur leur travail de représentation de la diversité des langues, des cultures et des régions du monde. Car il n’y a jamais que 60 langues dans le jeu pour 6 000 à 7 000 langues répertoriées dans le patrimoine mondial. Cela représente des choix à faire et forcément, des concessions.

 

            Pour finir  on peut parcourir l’application en mode «exploration» et se laisser simplement porter par l’enregistrement des langues du monde entier.

 

            Je vous propose de vous laisser avec un avant goût sous forme de musique. Vous connaissez peut-être Miriam Makeba, chanteuse Sud Africaine. Mais savez-vous qu’elle chante en Khoekhoegowab ? Une des très rare langue à « click », les sons sont produits avec de l’air qui entre dans la bouche et ne sont pas liés à la respiration.

 

 

 

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu

Lumières par Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu, préface de Gérard Mourou, Paris, éditions EDP sciences, 2020.

 

  1. Leloup

 

 

Biographies de la lumière écrites à six mains, trois scientifiques nous font découvrir leur jardin secret.  Jean Audouze, astrophysicien et président d’honneur de la Commission française auprès de l’UNESCO ; Costel Subran, spécialiste des lasers et président de la Fédération française des sociétés scientifiques et Michel Menu, chef du département recherche et restauration des musées de France.

Trois jardiniers faisant pousser devant nos yeux les couleurs du visible et de l’invisible ?

 

Ni guide ni manuel, ce livre s’apparente au genre philosophique du dialogue, genre qui imite les discussions orales, afin de permettre aux lecteurs d’approfondir les domaines concernés. Richement illustré par une iconographie et des dessins variés, il donne envie d’en savoir plus.

D’emblée, la finalité de l’ouvrage est annoncée : « associer la science, la culture et la philosophie aux débats sur la lumière ».

Ces trois passeurs nous présentent trois aspects de la lumière : physique, technique et heuristique.

Et si, au fond la Lumière, source de vie, était le personnage central d’une odyssée de la science, des techniques et des arts ? Une allégorie de la Sagesse au XXIème siècle ?

Fiat lux … Dans la première section, « Lumières du ciel », Jean Audouze nous transporte dans le cosmos et les mystères de l’infiniment grand. Après avoir rappelé les principales caractéristiques de la lumière, il nous explique très clairement l’histoire de l’astronomie marquée par quatre étapes : l’invention des lunettes astronomiques au XVII ème siècle ; l’essor de la radio astronomie après 1945 ; les rayons X et gamma à partir des années 60 ; l’observation des ondes gravitationnelles, émises par la fusion de trous noirs en 2015.

 

Après l’infiniment grand, l’infiniment petit.

Dans la seconde section, « Lumière des lasers », Costel Subran nous montre combien la photonique est devenue la nouvelle science et technologie du XXIème siècle, tant ses applications sont devenues indispensables dans notre civilisation. Comme son ami Jean Audouze, il donne au lecteur des repères historiques très utiles pour comprendre l’essor de cette science récente. En effet, l’invention du laser date de 1960 et va avoir de multiples retombées, d’abord dans le domaine médical, puis dans tous les domaines de la vie quotidienne avec l’invention des codes- barres en 1974, des imprimantes lasers en 1975 ou la première LED bleue en 1994. Sans oublier les transports avec l’aéronautique ou les télécommunications.

Il en ressort que l’économie de la photonique est devenue mondiale. Sans lasers, adieu fibres optiques, éclairages intelligents, smartphones… et couleurs aveugles.

 

Dans la troisième et dernière section, « Lumière et art », Michel Menu rend hommage aux chercheurs qui nous permettent de mieux comprendre et mieux préserver notre patrimoine culturel. En particulier à l’anthropologue André Leroi-Gourhan et à son concept de « chaîne opératoire » « compris comme une syntaxe organisée d’actions, associant gestes, outils, connaissances ». (p.160) En bref, l’intelligence de la main !

 

Retour à la matière. L’œuvre d’art n’est pas une image « pure ». Elle est constituée de matériaux.  Essentielle pour élucider les énigmes de certaines toiles ou sculptures, la lumière permet d’étudier les constituants physico-chimiques des tableaux, de caractériser les couleurs, les procédés ou les remords. Elle fournit une méthodologie pour guider les restaurateurs, et tout simplement, l’œil.

 

En somme, cet ouvrage est comme un jardin à ciel ouvert où l’on a envie de contempler les étoiles, d’apprendre le langage des couleurs des planètes et des nébuleuses, de faire surgir des hologrammes avec des lasers…pour se sentir en osmose avec l’univers.

 

Jean Audouze, Costel Subran, Michel Menu relient sciences, techniques et art au service de notre bien-être, avec leur regard de passionnés. Et c’est cette passion qui illumine cet ouvrage, au moment où le télescope Hubble prend des clichés des limites extrêmes du cosmos.

 

 

Le théorème du parapluie

Le théorème du parapluie (ou l’art d’observer le monde dans le bon sens), Mickaël Launay, J’ai lu

Mickaël Launay nous offre une promenade mathématique. Il nous emmène voyager dans l’histoire des sciences, d’observations en réflexions, il nous accompagne avec son illustratrice, Chloé Bouchaour. Une question sert d’invitation, puis l’auteur dessine un itinéraire où chaque étape apporte un éclairage à l’interrogation initiale et prépare à comprendre la réponse des scientifiques. Une balade bien pensée guide le lecteur, grâce à des illustrations qui aident à comprendre les idées. Et oui, c’est une déambulation avec les yeux grand ouverts sur le monde. Quel billet prendrez-vous ? Celui du Chimborazo pour savoir quelle est la plus haute montagne sur Terre ? Celui de l’infini pour comprendre pourquoi la longueur d’une frontière ou d’un fleuve peut varier de plusieurs centaines de kilomètres selon les sources ? Celui de la quatrième dimension pour éclairer la relativité découverte par Einstein ? Laissez-vous guider, donnez libre-cours à votre curiosité… un voyage à la portée de tous ceux qui acceptent de découvrir les mathématiques sans a priori. Ils en sortiront changés, heureux, ravis d’avoir suivi les pas, les détours et idées des mathématiciens de l’Antiquité au XXème siècle !

A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard

 

La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard, 2020, Saltimbanque éd.

En espagnol, vulgariser se dit « divulgar ». Un si joli faux-ami… divulguer… comme s’il fallait révéler un secret. Il faut que la science se propage. Et bien rarement mission n’a été si bien remplie qu’avec un livre jeunesse, espagnol donc, sorti il y a quelques mois et récent récipiendaire du Prix Sorcières 2021, qui fait se côtoyer harmonieusement dessins flamboyants, rigueur scientifique et clarté du propos, le tout dans un double dispositif de médiation.

Ce livre, c’est La Fabuleuse Histoire de la Terre d’Aina Bestard.

Un titre presque trop académique, qui ne rend pas tout à fait justice au contenu. Le titre original, Paysages Perdus, promettait davantage de poésie, mais en faisait presque oublier le volet scientifique qui est pourtant au cœur de cet ouvrage. Les deux choix éditoriaux se valent et même se complètent en éclairant les deux lignes de force de ce projet unique.

La Fabuleuse Histoire de la Terre, c’est donc un documentaire sur l’histoire de la terre. Articulé autour de 10 chapitres et débutant par une frise explicative très réussie, le dispositif mis en place remonte à la formation de l’univers il y a 13,8 milliards d’années, pour s’achever au commencement de l’Humanité. A destination d’un public jeune, l’ouvrage propose aussi une lecture plus informelle et diffuse, qui prend la forme d’une initiation aux illustrations naturalistes du XIXème siècle.

Le quotidien chilien La Tercera raconte que la fondatrice et éditrice de Zahori Books, Mireia Trius, a eu l’idée de ce livre en visitant la Galerie de paléontologie et d’anatomie comparée de Paris. Elle est revenue en Espagne avec la volonté de faire un livre de paysages (pré-)historiques réels mais qui n’existent plus. Aina Bestard précise : « C’était comme mettre un appareil photo sur un site, qui aurait été là toute la vie de la planète, Continuer la lecture de « A la recherche des paysages perdus : La Fabuleuse Histoire de la Terre, Aina Bestard »

2018 ◊ Numerus clausus et annus horibilis

« Première année » met en scène deux étudiants en première année de médecine. L’occasion pour Thomas Lilti de dresser un constat doux-amer, entre camaraderie, bachotage absurde et ascenseur social en panne.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Numerus clausus et annus horibilis »

2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs

Histoire et géographie des lieux de culture scientifique

culture scientifique, centres de sciences, STS, sciences

© Flickr.

Les lieux de diffusion des savoirs et de la culture scientifique sont très variés en France : des musées classiques, aux Fab Labs, en passant par les associations d’aide aux malades. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les dispositifs et pour tous les publics.

La majorité des lieux actuels de diffusion des savoirs prennent leurs racines dans les années ’70-80, lorsqu’il y a eu un changement de contexte politique, notamment sous Mitterrand. La présentation des sciences et techniques, ainsi que les connaissances des publics évoluent. Cela correspond également à une période où les publics s’intéressent de nouveaux aux sciences et se les réapproprient.

Ces lieux de diffusion des savoirs sont multiples et peuvent avoir des objectifs différents :

  • Culturels et historiques sont plutôt orientés vers la diffusion ;
  • Politiques sont plutôt des endroits où se joue la question de la participation ;
  • Économiques sont plutôt axés sur la valorisation.

Quels sont ces lieux et quelle est leur histoire ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Des lieux divers et variés pour diffuser les savoirs »

2018 ◊ De la vulgarisation à la médiation scientifique ?

Doit-on supprimer la vulgarisation scientifique au profit de la médiation scientifique ?

Depuis quelques années, l’univers de la communication scientifique est en proie à plusieurs interrogations et questionnements. La façon dont doivent être transmises les connaissances scientifiques notamment est actuellement en débat. Doit-on garder le modèle (historique) de la vulgarisation scientifique, un modèle descendant et plutôt unidirectionnel ? Ou doit-on céder à cet engouement des deux dernières décennies pour la médiation, qui prône plus d’échanges ? Et si, finalement, la solution se trouvait plus à l’interface entre les deux ? Doit-on forcément remplacer un moyen de communication par l’autre ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ De la vulgarisation à la médiation scientifique ? »

2018 ◊ Cyclisme augmenté

Vélodrome National


Quoi de plus symbolique qu’un cycliste en pleine action, pour illustrer la page d’accueil du site internet du Vélodrome National !

Situé à Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines et ouvert au public en 2014, le vélodrome sert régulièrement de centre d’entraînement pour l’équipe de France sur piste. Comme le rappelle le logo à gauche, ce complexe sportif deviendra au cœur de l’été 2024, lors des Jeux Olympiques organisés à Paris et en Île-de-France, le temple des épreuves de cyclisme sur piste.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Cyclisme augmenté »

2018 ♦ Gucci (scène)

Cliché pris par le groupe Imaxtree lors du défilé Automne-Hiver Gucci le 21 février 2018 à Milan

Gucci habille un avenir post-humain

(par Meryem HAMEG, Cnam Magister 2018)

Ce cliché a été pris le 21 février 2018, à l’occasion de la Fashion Week milanaise durant laquelle Alessandro Michele, directeur artistique de la marque Gucci a présenté sa collection Automne-Hiver 2018/2019. Depuis son arrivée à la tête de la maison de luxe en 2015, le créateur star ne cesse de faire parler de lui, autant pour ses choix artistiques que pour son audace marketing. Cette année, il semble avoir carrément fasciné le monde de la mode, moins par ses créations vestimentaires que par la mise en scène troublante de son défilé. Jugés dérangeants, voire perturbants, les choix d’Alessandro Michele n’ont pas laissé indifférent. Continuer la lecture de « 2018 ♦ Gucci (scène) »

2018 ♦ alambics en cuivre (objet)

Alambics traditionnels en cuivre et outils de distillation exposés fièrement dans un magasin de cosmétiques parisien

L’essence de la vie : le rôle bénéfique de l’alambic pour notre santé et notre bien-être

(par Nathalie POUDEROUX, Cnam Magister 2018)

On découvre parfois dans les boutiques de cosmétiques d’anciens alambics en cuivre, témoins de l’ancestrale création de nos essences naturelles aux mille et une vertus vers lesquelles on semble tous se retourner.

On parle souvent d’un retour à la nature comme si celle-ci paraissait avoir été perdue par la civilisation moderne au profit des innovations industrielles et des évolutions technologiques. Pourtant, les nombreuses scénographies sur le thème de la chimie dans les magasins de cosmétiques ne sont pas rares. J’ai immortalisé en guise d’exemple le mur d’un magasin de cosmétiques garni d’étagères sur lesquelles trônent des alambics traditionnels en cuivre de formes et de tailles variées ainsi que d’autres outils de distillation comme des pots en cuivre. Ce magasin possède son propre laboratoire, ce n’est pas le seul ! Ces curiosités et mon intérêt pour les produits naturels m’ont conduit à tenter d’expliquer pourquoi l’alambic est valorisé pour témoigner de l’omniprésence de la nature dans notre société et dans nos progrès scientifiques. Continuer la lecture de « 2018 ♦ alambics en cuivre (objet) »

2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché)

photo de la Grande Perspective prise le 3 juin 2018 dans les Jardins de Versailles (inauguration le 6 mai 1682)

sciences et techniques au service du pouvoir

(par Jeanne-Thalie DEPRINCE, Cnam Magister 2018)

Le pouvoir a besoin d’être matérialisé, ritualisé pour être ressenti par les masses ; que cela soit par l’intermédiaire d’un trône ou d’un bureau ovale, d’un château ou d’une maison blanche. Et lorsque cette matérialisation fait appel aux sciences et techniques, le rayonnement de ces dernières en est décuplé. Ainsi, le château de Versailles et les jardins sont une concrétisation emblématique du pouvoir du roi Louis XIV. Continuer la lecture de « 2018 ♦ les jardins de Versailles (cliché) »

2017 ♦ Jeu Exploria (publicité)

La grande récré, jeu exploria “à la découverte du papier”, le plaisir de découvrir et d’explorer la nature afin de mieux la détruire

[proposition de Marie DANIELE, 2018]

Novembre 2017, les fêtes de fin d’année approchent, les stratégies commerciales des magasins de jouets se font de plus en plus agressives. La publicité inonde les boîtes aux lettres des consommateurs qui y trouvent parmi les habituelles promotions, le catalogue la Grande Récré « Nos moments préférés – Jouets spécial noël ». 212 pages de jouets,  pour tous âges, de quoi convaincre quiconque cherchant des cadeaux pour des enfants. Continuer la lecture de « 2017 ♦ Jeu Exploria (publicité) »

2017 ◊ L’air du futur selon Nike (publicité)

Cliché pris le 28 juillet à 19h22 à la station Bibliothèque François Mitterrand sur le quai en direction Saint-Lazare.

Vous achèterez bien des runnings avant de crever dans la pollution, non ?

Paris estival et caniculaire le 28 juillet. Ligne 14 du métro, station bibliothèque François Mitterrand aux heures les plus fréquentées, au moment le plus infréquentable. La foule piétine densément devant les parois de séparation en verre entre la plateforme et les voies. Cette surface de protection avec ses portes automatiques offre un espace publicitaire avantageux si l’annonceur veut bien y mettre le prix. Nike y a ainsi fait récemment apposer les affiches de sa campagne pour ses chaussures de sport de la gamme Vapormax®. Avec un choix graphique qui paraît au premier abord un peu étrange. Continuer la lecture de « 2017 ◊ L’air du futur selon Nike (publicité) »

2017 ♦ ta mère la terre (chronique radio)

Hier en ouvrant le journal on pouvait lire ceci : avertissement à l’humanité, deuxième mise en garde. Pour le 1er avertissement ils étaient 1700, aujourd’hui 25 ans plus tard ils sont 15000 scientifiques issus de 184 pays […] pour nous dire « Il sera bientôt trop tard ». […] Regarde comme c’est urgent : car en 25 ans, 1,2 Milliards de km2 de forêts ont disparu […]  80% des insectes ont disparu aussi, les 3 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Et ils nous disent : « mais humain qu’est-ce que tu fais ? » Tu es né dans une maison splendide avec un frigo plein et tu la saccages alors que tu es le plus chanceux du monde. La science nous dit la vie est un miracle franchement. Gagner à l’euromillion à côté de la probabilité de la vie est d’une banalité consternante, l’euromillion c’est les doigts dans le nez alors que la vie c’est être sur cette planète qui :
  • Si elle avait été 4% plus près du soleil aurait été une fournaise comme Vénus
  • Si elle avait été 1% plus loin aurait été glacée comme Mars,
  • Si elle avait été plus petite elle aurait perdu toute son atmosphère comme Mercure
  • Si elle avait été un peu plus grosse comme Jupiter, elle aurait retenu une atmosphère d’ammoniac et de méthane irrespirable.

Continuer la lecture de « 2017 ♦ ta mère la terre (chronique radio) »

2017 ♦ décoration chez Alinea (objet)

Panneau de décoration murale en métal, vendu dans le magasin de décorations et de mobiliers Alinéa en décembre 2017

Cadeau de Noël pour un « vegan »

(par Morgane PETIT, Cnam Certificat 2018)

Me voici partie, en ce weekend de décembre 2017, à la recherche de cadeaux pour Noël. Chemin faisant, je passe les portes à tambour du magasin de meubles et décorations Alinéa, un endroit où, somme toute, on ne s’attend pas à trouver de la science.

Et pourtant… c’est au sous-sol, dans le rayon libre-service, que je tombe sur cette grande affiche murale en métal (90 cm de hauteur quand même). Mon œil est immédiatement attiré par ces quatre animaux noirs ; une poule, un cochon, un mouton et une vache, qui se découpent nettement sur le fond blanc de l’affiche. Plus étrange encore, leurs corps sont défigurés par des écritures en lettres blanches. Elles sont en anglais, mais je comprends malgré tout leur signification (de haut en bas) : « œuf », « bacon », « laine », « lait ». Continuer la lecture de « 2017 ♦ décoration chez Alinea (objet) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search