Les dessous techniques des sons

Dans son journal en ligne, le Centre National de Recherche Scientifique a réalisé un dossier sur « La science en musique » en 2017. Deux extraits en audio et vidéo vont illustrer un ensemble non exhaustif de techniques à redécouvrir relevant de l’artisanat, de l’ingénierie, du corps sans oublier les sciences. Les sons musicaux et non musicaux sont scannés au peigne fin par les chercheurs. L’ethnomusicologie et un instrument de musique : plusieurs cultures, des chants, des notes de musiques mais pas que ! C’est aussi une alliance de techniques complexes et incroyables qui évoluent dans le temps pour donner du son et le retransmettre, sur fond de sciences.

 

Que nous dit l’ethnomusicologie ?

 

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie CNRS-Musée de l’Homme de Nanterre (CREM) recense plus de 48000 enregistrements sonores et vidéos numérisés dans sa base de données, la plus importante dans le monde entier. On y trouve principalement des chants de peuples pour continuer à valoriser le patrimoine culturel de certaines régions du globe où il manque les infrastructures. Plus récemment, des environnements sonores, hors musique, sont également captés. Dans cet audio, le CREM nous dévoile quelques-unes de ses archives sonores et musicales avec des supports anciens et actuels, accessibles aux amateurs et professionnels de la musique.

Les premiers extraits datent de l’exposition universelle de Paris de 1900 sur des cylindres de cires ! Notons aussi la technique de voix polyphoniques de Pygmées gravées sur disque puis d’expressions vocales des chants mauritaniens sur les premières bandes magnétiques dans les années 1950.

 

La guitare

 

L’assemblage d’une guitare fait appel à des théories et des applications de la physique, principalement de la vibration, et du savoir-faire d’un luthier pour le choix des matériaux (bois et cordes). Entre vibromètre et microphones, le laboratoire d’Acoustique de l’Université du Mans nous montre dans cette vidéo les instruments utilisés pour mesurer et cartographier la vibration de la corde et du son. Quant à la guitare électrique, la problématique repose sur l’aimant et la bobine qui vont influer sur le timbre de l’instrument. Avec ces nouvelles méthodes de mesure enregistrées dans une base de données, le luthier va pouvoir choisir les matériaux adéquats pour fabriquer une guitare sur mesure qui donnera le bon timbre.

 

 

Pour en savoir plus :

https://archives.crem-cnrs.fr/

https://lejournal.cnrs.fr/dossiers/la-science-en-musique

 

Claire Semler

L’entente cordiale entre la science et le capital: le cas de l’obsolescence programmée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Le modèle capitaliste de l’économie mondiale prend son envol au XIXème siècle avec
l’innovation et l’invention de nouveaux procédés de production. Parmi eux, le machinisme
effréné qui selon Karl Marx est inarrêtable (sauf par une révolution du prolétariat) depuis
que le libre-échange légiféré entraine la concurrence. Cette dernière est mû par la volonté
de réduire toujours et toujours les frais de production afin d’être le plus compétitif.


Le XIXème siècle est alors une période d’augmentation spectaculaire de la quantité de biens
produits. Parallèlement, les industriels cherchent à se démarquer sur le marché en s’intéressant -cette fois- à la dimension qualitative du bien. La tâche est de créer le produit le
plus fiable possible, celui qui résiste à la dégradation du temps et que le poids des années
d’utilisation n’use qu’un peu.


Cependant, cette ingénierie du produit ultime est vite abandonnée pour des raisons
économiques. Le capital ayant comme condition de survie une consommation continue, il ne
peut se permettre de produire les outils de sa propre destruction : des objets qui ne
s’achètent qu’une fois car trop robuste.


La science et la technologie s’alignent donc sur ce modèle économique qui leur sied bien, en
plus d’être un terreau fertile pour leur développement. C’est le début de l’entente cordiale
dans laquelle le rôle de la science est d’innover afin d’amener de la diversité et du choix pour
le consommateur. En revanche, dans ce pacte nous le verrons explicite, elle doit poliment se
brider en ce qui concerne la quête du qualitatif. La survie de l’économie capitaliste a fait
stagner l’avancé scientifique et technologique dans certains domaines. Plus que cela, elle l’a
même contraint à reculer. Voyons cela avec quelques exemples :


L’ampoule incandescente


L’ampoule est une découverte de Thomas Edison. En 1881, elle durait 1500 heures.
La marche naturelle de la science, qui amène au perfectionnement et à la maitrise d’une
nouvelle technologie a permis à l’ampoule en 1924 d’atteindre 2500 heures d’utilisation. Par
des recherches et des expérimentations sur les composants des filaments, le produit s’est
bonifié. Jusque-là, rien d’anormal. Pourtant dans les années 40, l’ampoule ne dure plus que
1000 heures.

 

Une ampoule à Livermore


brille depuis 1901 !L’explication se trouve simplement dans la logique économique. Une ampoule qui s’achète toutes les 1000 heures est plus rentable qu’une ampoule vendue toutes les 2500. « C’est dangereux pour les affaires » pour reprendre les mots déclarés dans les rapports de réunion du premier cartel du monde : Phoebus. Cartel industriel, il réunit les principaux fabricants d’ampoule pour trouver un point d’accord sur la durée de vie des produits découlant de la découverte d’Edison.

 Leur concurrence ne profite qu’au consommateur qui s’éclaire deplus en plus longtemps pour le même prix. Suite à cela, les recherches des services d’ingénierie et prototype recommencent à 0. Ils établissent de nouveaux calculs dans l’objectif d’atteindre la médiocrité : une ampoule durant 1000 heures soit 2/3 de la durée de vie d’il y a 60 ans à l’époque de l’inventeur américain. Dans cette union d’industrielle de l’ampoule, un cahier était tenu. Celui qui produisait des trop bons produits était sanctionné financièrement.

Les collants en nylon

Dans le même cas de figure, l’entreprise DuPont trouve après des années de
commercialisation, la composition chimique garantissant aux collants résistance et élasticité
pour le plus grand plaisir du consommateur. La solution scientifique aux bas qui s’effilochent
n’est appliquée encore une fois qu’un court temps pour ne pas enrayer un modèle
économique qui doit sans cesse recommencer de produire. Petit à petit la formule
synthétique du Nylon remonte dans le temps, les collants s’appauvrissent en additif
protecteur de la fibre. Tout le progrès qualitatif obtenu par la recherche est alors
abandonné.


L’imprimante

Si l’on veut se rattacher à des phénomènes récents en lien avec notre société de consommation contemporaine ; nous pouvons deviner la tentation pour l’industriel d’inclure
le concept d’obsolescence programmée dans l’électronique. Aujourd’hui les circuits imprimés sont omniprésents dans nos foyers, vous êtes d’ailleurs en train de lire ce texte via un smartphone, un ordinateur ou une tablette qui n’est sûrement pas votre premier appareil acheté. L’exemple qui nous intéresse est celui de l’imprimante. Un logiciel permet aux puces de certaines imprimantes de se réinitialiser


En effet, si l’avancé technologique a pu se brider avec l’ampoule ou revenir en arrière avec
les collants ; elle va jusqu’à devenir purement destructrice pour le cas de cet outil de travail
indispensable. Greffée aux circuits imprimés des imprimantes se trouve une puce
comptabilisant le nombre d’impression. Une fois la quantité atteinte, elle bloque le
mécanisme entier de l’appareil en affichant un message d’erreur la rendant inutilisable. De
manière imagée, la recherche a façonné un cœur fragile dépérissant par l’usure de la
matière (filaments d’ampoule fin, nylon) puis à créer un organe en pleine santé mais
programmée pour s’arrêter après une attaque cardiaque subite. On passe alors d’un
processus voulu d’usure, de mort lente à un processus de sabotage, de meurtre soudain.

Les résistances à ce modèle


Cette mouvance de l’obsolescence programmé s’est naturellement calibrée avec la
loi du marché. La même règle autodestructrice du calcul financier régit tous les aspects de
l’existence comme disait Keynes. Cependant la victoire de ce mode de production qui a
façonné notre mode de consommation puis notre rapport au matériel, notre conception des
biens, a connu des résistances.


Les premières furent éthiques avec un débat interne chez les ingénieurs dans les années 50.
La seconde, idéologique était portée par l’ennemi séculaire de l’économie capitaliste à savoir
l’économie communiste. Son marché régulé à outrance et centralisé ne trouve pas d’intérêt
dans le cycle court de consommation. C’est de là que naît le mythe de l’outillage
d’Allemagne de l’Est incassable. En 1981, une entreprise de Berlin-Est déposait le brevet
d’une ampoule longue durée. La commercialisation n’a jamais eu lieu.


Une loi d’URSS stipulait aussi que l’électro-ménager devait tenir au moins 25 ans alors qu’un
des pères du concept d’obsolescence programmé : Bernard London déclarait que tout
devrait avoir une durée de vie légale de 2 ans, puis être remis à l’Etat afin d’être détruit pour
recommencer les cycles de production, de consommation et de circulation des capitaux.
Selon la droite lignée de l’entente cordiale de la science et du capital depuis plus de 100 ans,
il apparait évident que ce mariage est solide. Malgré certaines crises, le compromis a profité
aux deux partis qui ne cessent de prendre de la proportion jour après jour. Qui des deux
conditionne le comportement de l’autre ? Et surtout la science sera-t-elle capable de trouver
la solution à ce jeu risqué pour la planète ?


Source principale : Prêt à jeter, ARTE, https://www.youtube.com/watch?v=5eSoBBapXCg

La cuisine moléculaire

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Dans les années 80, la cuisine moléculaire est encore en gestation. Il faudra attendre
que les grands chefs s’approprient l’apport de la science à la cuisine pour que ce mouvement
se développe, impulsé par les porte-étendards étoilés.


Alternative à la cuisine traditionnelle, elle fascine et conquiert les estomacs voyant dans ses
compositions, une pratique nouvelle portée par une vision neuve de l’art culinaire. Le
raffinement de ses assiettes s’oppose d’emblée à la cuisine grossière, les pots-au-feu et
autres plats à consonance rurale. Par une association d’idée, la cuisine dite du terroir ou
généreuse appartient à la campagne, elle-même souvent perçue comme en retard sur l’ère
du temps. La cuisine moléculaire s’inscrit pour ce qui la concerne dans le modernisme.
Cuire, mixer plusieurs légumes pour ne former qu’un tout, fouetter la mayonnaise ; toutes
ces actions banales sont déjà une chimie des aliments. On parle d’une recette de cuisine
comme on parle d’une recette pharmaceutique. Lavoisier, figure française de la chimie a
travaillé en 1783 sur le bouillon de bœuf. Le lien étroit entre ces 2 disciplines est établi
depuis longtemps.

Le mouvement culinaire moderne des années 80-90 se rapproche toujours plus de la science de Mendeleïev et d’Alfred Nobel jusqu’à devenir une synthèse de cette dernière et de la science du régal, à la manière d’un métissage.

Il se caractérise par l’étude poussée des propriétés physiques des aliments, des réactions chimiques qui interviennent lors de la cuisson dans un but de sublimation ultime du produit.

La cuisine moléculaire c’est alors penser la cuisine, l’expérimenter, la définir, la pratiquer
avec le prisme de l’exactitude scientifique. En d’autres mots, c’est une assiette dressée avec
des mains de chefs et des yeux de scientifique.

Pour appuyer le propos, voyons les similitudes entre la cuisine moléculaire et la physique-
chimie.


Le vocabulaire :

Les analogies de vocabulaire avec la physique forment le premier point commun. Le
chef Thierry Marx – un des précurseurs – dispose dans son restaurant à Paulhac d’un
laboratoire dans lequel lui et ses compères mènent des expériences sans blouses ni gants en
latex mais bien en tablier. Ils cherchent la transformation physique d’un aliment pour selon
le chef étoilé « trouver le meilleur confort de dégustation » que ce soit pure, glacé, en
mousse, en sphère etc… Encore plus équivoque ; Marx est le fondateur du «Food Lab» dans
lequel il organise la réunion d’esprits scientifiques (physiciens, chimistes) et de cuisiniers de
métier, comme un parfait symbole du mariage entre les différentes disciplines.


Scientification du goût :

La cuisine moléculaire emprunte également des notions et des résultats de recherche scientifique afin de tendre vers la perfection. Cuire un aliment à la poêle jusqu’à ce que se forme une légère croute brunit porte le nom de réaction de Maillard. Elle intervient selon les aliments (180° pour un steack) lorsqu’une certaine température est atteinte, ce qui provoque un chamboulement atomique dans le produit. Ce phénomène entraine un éclatement des protéines en une multitude d’acides aminés qui viennent se fixer sur le glucose. Le résultat de cette réaction chimique est un goût plus prononcé. Les grands cuisiniers cherchent à tout prix à atteindre la cuisson Maillard.

De même, ils privilégient la mousse car la recherche anatomique a démontré que l’arôme
présent dans les bulles d’air montait dans le réseau rétro-nasal lorsque celles-ci éclataient.
Ce qui en quelques sortes multiplierait le goût car les capteurs de la langue et les muqueuses
olfactives traitent plus d’information que les capteurs de la langue seul.

 

La méthode et le matériel utilisé.


Cryogénisation, émulsification, floculation, sphérification, azote liquide.. Oui nous
parlons toujours de cuisine moléculaire. Et pourtant ce sont des phénomènes physiques que
l’on manipule en laboratoire. Le cuisinier moléculaire s’essaye à des transformations
atomiques complexes à la manière d’un physicien.

Pour se faire il ajoute aux couteaux affutés de sa besace du véritable matériel scientifique tel-
que : le thermomètre pour la température idéale de libération des arômes, le siphon pour la
mousse, ou même un scanner IRM afin de repérer les nerfs de l’anguille parasitant le goût !
Selon Hervé This physicien-chimiste, auteur de la thèse « La gastronomie moléculaire et
physique » en 1996 ; la cuisine moléculaire consiste simplement à accepter le progrès
matériel et à s’aider de l’outillage des physiciens. Seul la technologie de pointe permettrait
d’atteindre la précision scientifique dans la cuisine moléculaire. C’est ainsi que la cheffe
Christèle Gendre propose sur sa carte des mouilletes de jaune d’œuf cuit à 68° précisément.
Toutes ces données nous amènent à penser que la cuisine moléculaire est une discipline qui
pour passer un cap d’excellence a sût recourir à la science, à ses procédés et son matérielle.
Ce n’est peut-être que le commencement. La vision scientiste de la cuisine a encore de
beaux jours devant elle puisque les futurs chefs ont désormais dans leur cursus une
formation scientifique.

 

Sources
http://secrets-de-la-casserole.e-monsite.com/pages/histoire-de-la-cuisine-moleculaire.html
http://tpecuisinemol.e-monsite.com/pages/qu-est-ce-que-la-gastronomie-moleculaire/les grands-chefs-de-la-cuisine-moleculaire.html
https://www.lemonde.fr/dans-l-assiette/article/2015/04/07/les-electrons-libres-de-la-cuisine-
moleculaire_4610896_4575442.html
https://nouvellesgastronomiques.com/la-gastronomie-moleculaire-ce-nest-pas-la-cuisine-moleculaire-par-herve-this/
https://www.youtube.com/watch?v=Kc2fjylFIa4
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/18613_1
https://www.youtube.com/watch?v=MTgx5m7JNCI

IA l’esprit informatique

 

200m², 10 ilots, une quarantaine d’expériences interactives, c’est ce que propose le centre
science, à travers son exposition « IA l’esprit informatique ».


Cette exposition interactive a pour but de mettre en relation le public et les domaines de l’innovation informatique, du numérique et de l’intelligence artificielle. Dès le plus jeune âge,
tous pourront évoluer selon trois axes tournés autour de l’intelligence artificielle. Tous d’abord, des expériences et manipulations dites « débranchées », c’est-à-dire non connectées, feront découvrir les bases du codage, des algorithmes et de la programmation.


Même les plus jeunes seront ravis de pouvoir explorer cette partie du monde de
l’informatique. Puis, la suite de l’exposition portera sur les évolutions récentes en
informatique et les avancées de l’intelligence artificielle grâce à des robots et différents
dispositifs numériques. L’accent est mis sur les relations homme-machine et la place du Big
Data dans notre monde. Puis le troisième axe donnera la parole à des scientifiques qui
partageront leurs questionnements au sujet de l’impact de l’IA sur les grands enjeux de notre
quotidien, comme le transport, la sécurité, l’environnement ou encore la santé.


Petits et grands pourront, à travers une quarantaine d’éléments interactifs, se poser des
questions sur des thèmes comme : Tout est code / Algorithmes au quotidien / Vitesse de
calcul / Triez et Empilez / Est-ce bien logique ? / La nature programmée / Robots et automates
/ Calculs et stratégies / Informations et stockage / Un monde numérique ou hyper connecté ? /
Perspectives de l’IA.

MD

 

 

Source : https://www.centre-sciences.org/ressources/ia-lesprit-informatique

L’Arbre aux Hérons ou la joie de donner vie à ses rêves

Depuis 2004, l’Ile aux Machines est installée sur l’Ile de Nantes, aux bords de la Loire. Un partenariat entre Nantes Métropole et la compagnie « La Machine », croisant le théâtre et l’urbanisme, a permis l’installation d’un atelier où collaborent des artistes, techniciens et décorateurs de théâtre. Né de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le public a découvert en 2007 le Grand Eléphant et la Galerie des Machines, puis en 2012, le Carrousel des Mondes Marins. Le projet initial prévoyait aussi la conception de l’Arbre aux Hérons dont une branche prototype est visible depuis 2007. Les visiteurs admirent, se promènent et patientent en observant les gestes et le savoir-faire de ceux qui donnent vie à ce projet rêvé. Au cœur de la création d’un nouveau jardin urbain, le Jardin Extraordinaire, l’Arbre aux Hérons s’inscrit petit à petit dans l’environnement. Dessiné, rêvé, imaginé, ce sont des techniciens, des artistes peintres, des mécaniciens, hommes et femmes qui œuvrent à sa conception. 1700 tonnes d’acier feront une sculpture de 35 m de haut et 50 m de diamètre. Le tronc, de 15 m de diamètre, portera des jardins suspendus où les visiteurs pourront déambuler. Le monde souterrain sera également accessible aux curieux. Un bestiaire mécanique de trente animaux et plantes habitera les lieux, surplombés par un couple de hérons, nichant à la cime de l’arbre. Ces oiseaux mécaniques déploieront leurs 91 plumes sur 16 m d’envergure pour faire voler une quinzaine de passagers à plus de 40 m au-dessus de la ville ! Une occasion de voir les lieux autrement et de célébrer l’ingéniosité des techniciens et l’imagination des artistes qui feront partager leurs rêves au public. Chaque jour, ils œuvrent à donner vie à cet incroyable projet grâce à leur savoir-faire. Le projet s’inscrit dans une aventure artistique, humaine et industrielle. Des temps de partage avec les habitants permettent de l’inclure dans la vie locale, les ateliers sont ouverts aux visiteurs plusieurs mois par an, exposant les avancées en cours. Les artistes présentent les machines au public, leur fonctionnement et leur donnent vie. Plusieurs animaux du bestiaire sont déjà prêts (créations de Pierre De Menecquenem) : une chenille, un colibri, un paresseux et depuis peu un caméléon aux couleurs irisées qui étend sa langue pour attraper des mouches ! L’aventure se poursuit jusqu’en 2024 où l’Arbre aux Hérons deviendra réalité. Souhaitons que d’autres rêves fleurissent d’ici-là, pour continuer de les partager à l’Ile aux Machines.

Nathalie ROTH

Avec Holo-Math : Plongez au cœur des maths

Comprendre des concepts mathématiques grâce à l’immersion dans la réalité virtuelle ? C’est

le pari du projet Holo-math de l’Institut Henri Poincaré à Paris.




Source : https://www.holoforge.io/project/holomath/

La réalité mixte 1930 est l’année où le terme « réalité virtuelle » a été utilisé pour la première fois. Et la première expérience date des années 1960. Tandis que celle-ci plonge l’utilisateur dans un monde virtuel composé d’images de synthèse, la réalité mixte permet, grâce à des lunettes Hololens ou encore Meta 2 par exemple, l’ajout d’objets de synthèse sous forme d’hologrammes, dans l’environnement réel. L’utilisateur a la possibilité d’interagir avec ces objets. Les lunettes de réalité mixte ne sont pas composées d’écrans, mais d’une visière transparente sur laquelle sont projetés des éléments virtuels. Ces éléments apparaitront en 3D dans l’environnement réel de l’utilisateur. Cette réalité mixte est souvent utilisée par les professionnels pour la maintenance de matériels de pointe ou encore par des concepteurs, ingénieurs ou architectes pour visualiser un produit futur et l’améliorer ou corriger les défauts. Le deuxième pôle d’utilisation est l’enseignement et la formation.

L’Institut Henri Poincaré à Paris lance d’ailleurs un nouveau projet de réalité mixte grâce à un casque HoloLens : le projet Holo-Math. Comprendre des concepts mathématiques grâce à l’immersion dans la réalité virtuelle  Le projet débute en 2017 avec une expérience et des tests pilotes au Palais de la découverte. Puis elle est testée auprès du grand public un an après, au Panthéon. Les années suivantes, le premier « épisode » sur le mouvement brownien est développé, designé et expérimenté lors de sessions d’immersion. Le concept, présenté dans des musées, des centres scientifiques, des écoles et lors d’évènements spéciaux, réuni une dizaine de personnes autour d’un médiateur.

Grâce à un casque HoloLens qui les plongent dans un univers d’objets et de théories mathématiques, les participants se déplacent, tournent dans la pièce et cliquent sur les objets virtuels. Contrairement à la réalité virtuelle « totale », les participants peuvent encore se percevoir les uns les autres. Mais la réalité est augmentée grâce aux hologrammes du casque et l’utilisateur voit se matérialiser devant lui des concepts mathématiques et physique comme le mouvement brownien ou la planche de Galton. La Maison Poincaré, dédié aux mathématiques, qui ouvrira à Paris en 2022 a prévu un espace dédié pour l’expérience Holo- Math. Cela permettra de tester une autre manière de « voir les mathématiques ».

MD

 

Kerbal space programme: Vers l’infini et au-delà!

 

Kerbal space programme (KSP) est un jeu vidéo de simulation de construction, lancement et pilotage de fusée, satellite et vaisseaux spatiaux. Le jeu propose une expérience extrêmement réaliste d’un point de vue de la physique (gravité, friction, vélocité, calcule des trajectoires) tout en affichant une direction artistique très cartoon. À cet égard, le jeu peut paraître assez simple aux premiers abords, mais dès lors que vous vous retrouvez aux manettes, la réalité de la physique cruelle et immuable vous rattrape. KSP est un jeu difficile. C’est ce qui en fait tout l’attrait. S’extirper de la gravité terrestre* est un défi. Vous raterez beaucoup, vraiment beaucoup… vos premières fusées vont pour la plupart exploser au décollage. Ici vous comprenez pourquoi le jeu possède des graphismes cartoon, il est judicieux de s’écarter du photoréalisme quand vos 50 premières fusées explosent sur le Pas de tire avec vos astronautes à l’intérieur ! Quand par miracle au bout d’un nombre d’essais un peu trop élevé à votre goût, votre fusée atteint enfin l’espace, le jeu vous rappelle immédiatement à la réalité : « gravity is a bitch ». Votre fusée amorce sa chute et se désintégrera durant sa réentrée dans l’atmosphère dans un feu d’artifice digne des plus beaux 14 juillets. Piqué dans votre ego vous vous relancez, bientôt le vocabulaire spatial n’a plus de secret pour vous. Vous parlez couramment de « Delta V », d’ergol liquide et solide, d’Apoapsis et de Periapsis. Vous êtes un expert. Vous maîtrisez la mécanique orbitale comme personne. Votre fusée « SPOUTNIK 56 » arrive en orbite stable autour de la terre à tous les coups. Vous êtes un génie. Le champ des possibles s’ouvre à vous.

Préparer une mission lunaire habitée, construire une station spatiale, envoyer des sondes vers toutes les planètes du système solaire ou encore construire un réseau de satellite géostationnaire ou GPS : tout est possible. Le jeu est un immense bac à sable à l’image du vrai monde véritable. Bientôt vous vous retrouvez sur YouTube à regarder tantôt des documentaires sur les missions Apollo pour essayer de reproduire les plus emblématiques d’entre elles, tantôt sur des tutos KSP parce que vous avez tout compris, mais vous ne crachez pas sur un peu d’aide. Rien n’est facile, chaque mission vous demande des recherches sur le fonctionnement d’une fusée, sur les mécaniques stellaires ou encore sur la chimie des différents moyens de propulsion que vous utilisez. Mais les sensations d’accomplissement sont réelles, la sensation quand votre premier cosmonaute pose le pied sur la Lune est indescriptible (teinté d’une légère tension, vous n’êtes pas vraiment sûr d’avoir embarqué assez de carburant pour le trajet retour)

KSP est un jeu difficile qui ne fait pas de cadeaux et qui ne plaira sans doute pas à tout le monde. C’est aussi une aventure extraordinaire de laquelle on ressort avec des connaissances que l’on n’aurait jamais imaginé avoir. Une compréhension des mécanismes d’orbite et bien d’autres concepts qu’aucun autre support que le jeu vidéo nous aurait poussés à aller chercher. L’envie de réussir l’exploit, de poser notre petite sonde sur une autre planète pousse le joueur à à creuser toujours un peu plus pour comprendre le monde de l’espace et les règles qui le régis. Je propose de vous quitter une nouvelle fois sur une vidéo YouTube que j’ai moi-même publiée il y a quelques années à l’occasion de la mission « Exo Mars » de l’ESA. J’essaie d’y simuler la mission au sein du jeu.

 

https://youtu.be/U2atEbzrlGU

 

* Pour des raisons de simplicité je parle du système solaire alors que KSP ne reproduit pas exactement le système solaire mais une version légèrement modifiée de celui-ci, mes excuses aux experts qui l’auront sûrement remarqué.

La Tronche en Biais

La tronche en Biais est une chaîne YouTube créée par Thomas C. Durand et Vled Tapas, biologiste et musicologue. Sur cette chaîne, ils nous aident à distinguer le vrai du faux, ce qui relève de la science ou de la croyance. Mais leur contenu n’évoque pas que les sciences mais bien tous les biais cognitifs en rapport avec la rhétorique, le débat, la controverse. Un guide pour débattre en toute conscience et avec intelligence. Ils replacent la vérité dans des controverses qui prêtent trop souvent à confusion. Thomas C. Durand et Vled Tapas se veulent critiques et déchiffrent les malentendus scientifiques. Ils ont pour but d’éclairer leur public sur les défauts de rationalité et de leur perception des événements.

Plusieurs formats de vidéo sont disponibles sur leur chaîne:

“La boutique des erreurs” dans laquelle ils interprètent un disciple et un maître qui “explore les limites de la mauvaise foi” en combattant les sophismes, plusieurs exemples sont donnés et par la force des choses plusieurs faux arguments concernant les controverses du monde scientifique. Les créateurs abordent par exemple la question de la théorie de l’évolution et de la religion dans un entretien de presque deux heures avec un chercheur en philosophie : sont-elles compatibles ?

Dans le format “Interviews” ils réalisent des entretiens avec plusieurs chercheurs, physiciens, médecins, cosmologues. Ils y soulèvent la question de l’expertise, parlent de la relation entre la science et la société, décrypte le vrai du faux des médecines alternatives …

Dans la playlist “Tronche de fake”, les deux passionnés décortiquent la très controversée et mal racontée théorie de la mémoire de l’eau. Ils y déchiffrent les principes de l’homéopathie et de toutes les déviances et fausses vérité qui l’accompagnent.

BREF un tas de sujets captivants qu’ils développent en vidéo de manière intelligente, décalée et pleine de pédagogie.

 

Lumière sur : De cause à effets, le magazine de l’environnement

Il s’ouvre sur une version remaniée du Requiem pour un con de Gainsbourg, pourtant on se le sent un peu moins après avoir écouté ce podcast.

Si vous aimez la nature et la touche France Culture, cette émission est faite pour vous. Au programme, une heure de débats sur des questions environnementales et sociétales autour de spécialistes : scientifiques, agriculteurs, journalistes, avocats… L’émission traite à voix libre des sujets qui fâchent : dérèglement climatique, pollution, disparition de la biodiversité, lobbys… mais aussi de solutions, de villes en transition, d’économie circulaire, de permaculture.

Découvrez ainsi aux côtés de Nicolas Hulot, de Sasha l’influenceuse virtuelle ou encore de
photographes animaliers les transformations de notre monde et comment agir pour une société plus durable.

Présentée par Aurélie Luneau, docteure en histoire et diplômée de sciences politiques,
documentariste et productrice notamment de l’émission « La Marche des sciences » (de 2009 à
2016), ce podcast est disponible sur toutes les plateforme de podcasts et sur le site de France
Culture.

Fouloscopie, ce que la foule dit de nous.

 

Mehdi Moussaïd est chercheur à l’Institut Max Planck de Berlin où il étudie le comportement de la foule. Dans son livre, Fouloscopie, il partage son parcours : ses interrogations, ses expériences, ses rencontres et ses découvertes. Ce terme, qui n’existe pas dans la langue française, a été inventé par l’illustratrice Marion Montaigne. Mehdi Moussaïd se l’est approprié pour désigner la science du comportement des foules et ainsi parler de son travail. Il nous donne à comprendre les questions et les enjeux de ses recherches d’une manière très accessible.

 

On apprend que cette science utilise de la biologie, des mathématiques, de la physique, de l’informatique ou de la psychologie ! On se laisse volontiers porter vers des thèmes aussi différents que les déplacements collectifs, la contagion sociale ou l’intelligence collective.

 

M. Moussaïd illustre ses propos par des exemples récents qui nous montrent combien ces études sont au cœur de notre vie quotidienne : comment se propagent les informations ou les fake news, comment se comportent les piétons lors d’une évacuation d’urgence, comment prévoir la propagation d’une épidémie, comment des internautes collaborent à la résolution de problèmes scientifiques…

 

Et ces découvertes profitent à bien des domaines : de la biologie à l’économie, de la sécurité à la politique, du cinéma à la rédaction d’encyclopédies… Les applications sont nombreuses et montrent que ce nouveau mot pourrait bientôt trouver sa place dans un dictionnaire entre la biologie et la sociologie. Une science qui a tout pour attirer les foules. 

 

On retrouve aussi Mehdi Moussaïd sur son blog (articles et vidéos complètent son livre) : http://www.mehdimoussaid.com/

 

Le livre est édité par humenSciences, éditeur qui donne la parole aux chercheurs les plus en pointe dans leur domaine afin de partager leurs découvertes avec le grand public.

https://www.humensciences.com/livre/Fouloscopie/53

Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible.

Art d’exception et milieu secret, la joaillerie nécessite de maîtriser de nombreuses techniques avant de créer une œuvre : la gemmologie, le travail traditionnel à l’établi, la ciselure, le repoussé, le sertissage… la taille des pierres, le polissage. Mais pas seulement. Comptent aussi la culture, la curiosité, l’expérience et la recherche créative. C’est l’art de l’infiniment petit.

Continuer la lecture de « Du bijou ou comment rendre accessible l’inaccessible. »

Foldit : Un jeu informatique qui permet de faire contribuer les publics dans la recherche médicale.

Connaître la structure d’une protéine est essentiel pour saisir son fonctionnement et la cibler avec des médicaments… Mais le nombre de façons qu’une protéine peut avoir de se plier est juste colossale. Déterminer comment ces protéines sont pliées reste un problème de taille pour la biologie ! Une meilleure compréhension des processus de repliement permet une fabrication de nouvelle protéine et donc de nouveaux médicaments ! Et si c’était un jeu qui pouvait aider les chercheurs à avancer sur la question ?

Continuer la lecture de « Foldit : Un jeu informatique qui permet de faire contribuer les publics dans la recherche médicale. »

2019 ◊ La machine de Turing (théâtre)

billet proposé par clancyaddict

Alan TURING, à quelques instants de son suicide, vous raconte comment sa vie qui aurait dû être faite de reconnaissance et de renommée l’a conduit à choisir la mort par pomme empoisonnée.

Par une série de flash back nous conduisant des années 30 aux années 50, il nous est révélé mathématicien de génie, héros de guerre, amoureux transis, mais aussi dépravé et proscrit.

Benoît Soles nous fait découvrir un Alan Turing, mi-génie attachant, mi-savant fou émouvant, appuyé par un Amaury de Crayencour qui le pousse à dévoiler ses failles et ses secrets.

Une immanquable découverte de la bouleversante et fascinante histoire de ce mathématicien britannique.

 

2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ?

Une culture scientifique à domination masculine…

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Image de .

Des victoires récentes, un combat incessant

Aujourd’hui, c’est le 8 Mars, la Journée Internationale des Droits des Femmes. Une bonne occasion pour débroussailler un peu le thème du genre dans les sciences (ce n’est absolument pas une étude qui se veut exhaustive !).

Pour commencer, quelques rappels de dates historiques françaises sur les droits des femmes en sciences et dans le milieu professionnel :

Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre
Femmes en Sciences, Cite Ta Scientifique, Sciences, Genre

Ce ne sont que quelques dates clés illustrant les combats menés pour la recherche d’une égalité entre les hommes et les femmes, au niveau professionnel et, en particulier, dans les sciences.

Mais il y a encore beaucoup de chemin à faire et de combats à mener ! Car oui, la science a un « genre » et est inégalitaire…

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les sciences sont-elles « genrées » ? »

2018 ◊ Intelligence artificielle et santé. Quoi de neuf ?

Le 21 novembre dernier s’est déroulé sur Nancy la première journée de l’IA, avec pour thème “Intelligence artificielle en santé. Le CHRU de demain à l’ère de l’IA”.

Petit tour d’horizon sur les points qui ont été abordés à cette occasion.

01-prog-ia-vf_mail-1
Continuer la lecture de « 2018 ◊ Intelligence artificielle et santé. Quoi de neuf ? »

2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent

Parce que nous avons tous connu des petits soucis un jour ou l’autre…

© Pxhere.

Des échecs, nous en rencontrons tous dans notre vie quotidienne. Il y a pléthore de citations et autres expressions à ce sujet. Churchill lui-même disait que “le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme”.

Donc, oui, des erreurs et des échecs nous en faisons et nous en côtoyons partout. Tant dans la vie personnelle que dans la vie professionnelle. Pourtant, au final, c’est ce qui nous fait avancer et nous fait grandir.  Sans échec, nous ne pouvons pas apprendre de nos erreurs.

Le monde de la communication scientifique, et en particulier les événements de communication scientifique, ne fait pas exception. Qu’est-ce que l’on entend par “événement de communication scientifique” ? Si l’on en croit Wikipédia, la communication scientifique correspond à la diffusion des problématiques et des résultats de recherche fondamentale ou appliquée vers un large public. L’événement ici sert d’outil pour la transmission et peut prendre des formes variées : festivals, conférences, mais aussi l’annonce de nouvelles expositions avec un caractère temporaire et sensationnel.

Parfois, ces événements ne sont pas des réussites, voire même carrément des échecs. Pourquoi ? À quoi cela peut-il servir de les analyser ? Quelles leçons tirer de ces erreurs ?

Elodie Chabrol, directrice de Pint of Science France, Robin Jamet, médiateur scientifique au département mathématiques du Palais de la Découverte, Marion Sabourdy, chargée des nouveaux médias au CCSTI (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle) de Grenoble, La Casemate, et responsable éditoriale d’Echosciences Grenoble et Pascal Moutet, web project manager et média lab manager à La Casemate ont accepté de témoigner pour nous et de nous livrer leurs réflexions sur le sujet.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Les échecs de la communication scientifique, ce qu’ils nous apprennent »

2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI !

Compte-rendu du Science Shakers du 30 octobre 2018

Et si on se retrouvait autour d’apéros tout en parlant médiation scientifique ? Rien d’étonnant me diriez-vous, mais si on rajoutait à ces ingrédients quelques zombies de compagnie. Voilà qui devient intéressant aussitôt répliquerez-vous.
Le mardi mardi 30 octobre, à la veille de Halloween, les passionnées de la médiation scientifique se sont donnés rendez-vous au pub écossais The Highlander pour discuter Zombies et médiation scientifique. Science Shakers, est un projet qui propose mensuellement des apéros thématiques pour réunir passionnés, scientifiques, étudiants, chercheurs, etc. dans l’ambiance chaleureuse d’un bar parisien.
Après avoir détendu l’atmosphère avec un quizz cinéma et quelques bières, trois experts ont répondu à l’appel des zombies pour nous faire immerger dans leur monde.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Zombies et Médiation scientifique ? Maintenant OUI ! »

2018 ◊ Les dimanches du numérique en ateliers avec le Reset

Tous les dimanches de 11:00 à 17:00 à la Mutinerie

Source : https://www.facebook.com/events/2578255132412182/

     Le Reset est un hackerspace, c’est à dire un espace de partage où des personnes ayant un intérêt commun se rejoignent. La plupart du temps, c’est le cas du Reset, l’apprentissage concerne les techniques du numérique. Ce hackerspace féministe ouvre ses portes à toute personne acceptant de respecter la charte.  Le maître mot de ce rendez-vous hebdomadaire est donc le respect de chacun.e.s afin que les apprentissages se déroulent dans les meilleures conditions. En accédant aux différents ateliers, la participante ou le participant se devra de veiller à ne pas juger les personnes présentes sur l’âge, l’identité et expression de genre, l’ethnicité, l’orientation sexuelle et romantique, le handicap, les apparences, les capacités, les races, les religions, le statut économique, les choix technologiques ou encore le niveau de compétences et de connaissances.

Lire la suite

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search