2015 ◊ “Histoire des sciences et des savoirs” (web radio)

Couverture histoire des sciences et des savoirsPour (ré)écouter l’émission “la Marche des Sciences” d’Aurélie Luneau (12/11/15 sur France Culture) consacrée à la parution aux Éditions du Seuil de “l’Histoire des Sciences et des Savoirs”, publié en 3 volumes sous la direction de Dominique Pestre, c’est par ici.

2015 ◊ leçon de désenvoutement du numérique (web radio)

une_19Dans sa leçon de clôture du forum “L’année vu par le numérique”, organisé par France Culture et Sciences Po, le sociologue Dominique Cardon donne les clefs pour repolitiser le débat sur les nouvelles technologies.webcampus

Le sociologue Dominique Cardon s’oppose tant aux zélotes qu’aux cassandres pour en finir avec le Numérique avec un grand “N”. Selon l’auteur de “A quoi rêvent les algorithmes?”, le “débat ontologique” opposant de façon simpliste l’homme à la machine nous empêche de politiser ce terrain, et de faire des choix de sociétés: veut-on un monde d’autorité, centralisé/décentralisé, un monde de popularité… ?

pour aller plus loin …

2015 ◊ relations des journalistes avec les scientifiques (radio)

IMG_5104Journalisme scientifique : Quelles relations entre journalistes et scientifiques ?

Sciences et journalisme : comment vulgariser sans simplifier ? Diffuser sans trahir ?

 

Une émission “secret des sources” à ré-écouter sur France Culture ici

Invité(s) :
Aline Richard, journaliste scientifique. Chef de rubrique au site The conversation
Cyrille Vanlerberghe, rédacteur en chef Sciences et Médecine au Figaro
Sylvestre Huet, historien de formation, journaliste spécialisé en sciences depuis 1986 et travaille à Libération depuis 1995
Isabelle Veyrat-Masson, historienne et sociologue des médias, directrice de recherche au CNRS

 

CURIOSITas INSIDE

Dimanche 27 septembre 2015, 19h.

Coucher de soleil illuminant le domaine du CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) de Gif-sur-Yvette lors des derniers moments du premier temps fort du festival CURIOSITas. Sentiments partagés… La satisfaction de l’énorme travail accompli par tous les acteurs du festival (organisateurs, artistes, scientifiques, médiateurs, etc.) se mélange à une nostalgie grandissante que l’acte soit déjà consommé.

Imagine your cells - Ondine Lefebvre, Institut Villebon Georges Charpak – ParisTech, Université Paris Descartes, Université Paris-Sud, Université Paris- Saclay - festival CURIOSITas édition 2015 - CNRS Gif-sur-Yvette.
Imagine your cells – Ondine Lefebvre, Institut Villebon Georges Charpak – ParisTech, Université Paris Descartes, Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay – festival CURIOSITas édition 2015 – CNRS Gif-sur-Yvette.

Continuer la lecture de « CURIOSITas INSIDE »

2015 ◊ la COP21 selon la CNPD (débat public)

wwviews_1Le débat citoyen planétaire (World Wide Views) sur le climat et l’énergie

World Wide Views permet aux citoyens de se saisir des enjeux des négociations internationales afin d’être partie prenante des décisions publiques, valorisant ainsi la parole citoyenne sur des enjeux complexes. Le même protocole sera strictement appliqué d’un pays à l’autre, afin que les résultats soient consolidés et respectent les mêmes critères de qualité. Ils seront disponibles dès le 7 juin sur Internet.

tous les détails sur http://www.debatpublic.fr/debat-citoyen-planetaire-world-wide-views-climat-lenergie

Continuer la lecture de « 2015 ◊ la COP21 selon la CNPD (débat public) »

2015 ◊ L’invention de la science (ouvrage)

9782021111477La nouvelle religion de l’âge industriel

« La science a prouvé que… » D’où nous vient cette idée selon laquelle la science serait garante du vrai ?

Guillaume Carnino propose une enquête historique et généalogique permettant de comprendre pourquoi et comment, en France, à l’heure de la IIIe République, cette idée en est venue à être unanimement partagée. Il dévoile les rouages de la carrière de savants comme Louis Pasteur, mais aussi l’histoire de simples artisans et pêcheurs dont les découvertes furent convoitées par les industriels. Il montre de quelle manière l’image d’un Galilée anticlérical a pu être fabriquée et renouvelle le regard que l’on porte sur la mise en place de l’école gratuite et obligatoire par Jules Ferry.

Parallèlement à la décision démocratique, la pratique scientifique devient peu à peu un mode de gouvernement des êtres et des choses, qui marque l’avènement de la civilisation des experts. La science, désormais auréolée d’un prestige quasi religieux et présentée comme pure ? c’est-à-dire indifférente aux intérêts individuels ?, se révèle finalement un moyen d’administrer la société autant que de transformer la nature par l’industrie.

http://www.seuil.com/livre-9782021111477.htm

2015 ◊ Une histoire des techniques (réédition)

9782757845400Nouvelle édition d’Une Histoire des techniques, parue aux éditions du Seuil. L’ouvrage, initialement publié en 1990, nécessitait une mise à jour. Dans la nouvelle édition qui sort aujourd’hui, trois chapitres ont été totalement réécrits – origines, l’âge du numérique, le drone –  et le reste de l’ouvrage a été actualisé (Bruno Jacomy)

sur le site de l’éditeur : http://www.seuil.com/livre-9782757845400.htm

Comment pourrions-nous assurer la maîtrise de la technique sans en connaître l’histoire ?

Pour la mettre à la portée de tous, le présent ouvrage propose, concernant six grandes périodes, une vision synthétique, puis la présentation d’un objet et d’un personnage emblématiques. Ainsi le moulin à eau vient-il illustrer les techniques médiévales, le rivet la civilisation industrielle et le drone la technologie contemporaine, comme Héron d’Alexandrie représente les innovateurs de l’Antiquité, Jacques Vaucanson ceux de l’âge classique et les laboratoires Bell ceux des Temps modernes.

La clarté de son écriture, ainsi que ses très nombreux tableaux et illustrations, font de ce livre une excellente initiation à un domaine essentiel.

Bruno Jacomy

Directeur scientifique du musée des Confluences à Lyon, il fut responsable scientifique de la rénovation du musée des Arts et Métiers, à Paris. Ingénieur de formation, il enseigne l’histoire des techniques et la muséologie scientifique et technique.

2015 ◊ Les frontières de l’humain et le posthumain (livre)

Couv37_page droite-1Créer un être artificiel à l’image de l’être humain est un mythe qui traverse les cultures depuis toujours. La science rejoint maintenant la fiction. Des recherches autour du cyborg et du clonage côtoient les nombreuses figures fictionnelles. Dans ce contexte, le terme de « posthumain » fait florès et interroge les liens entre nature et culture. Les textes de ce cahier explorent en littérature et au cinéma les représentations de l’humain et de ses avatars à l’aube du posthumain. Comment l’imaginaire représente-t-il ce corps? Comment interpréter un vocabulaire nouveau, entre transhumanisme et posthumanisme? Le posthumain annonce-t-il une perfection attendue ou une monstruosité? Des questions qui autorisent à réfléchir sur le rapport ontologique du sujet au monde, aujourd’hui.

Textes de Pierre Cassou-Noguès, Jean-François Chassay, Laurence Dahan-Gaida, Elaine Després, Antonio Dominguez-Leiva, Gaïd Girard, Mélanie Joseph-Vilain, Alexandre Klein, Hélène Machinal, Denis Mellier, Arnaud Regnauld et Tony Thörstrom

plus sur : http://figura.uqam.ca/biblio/les-fronti-res-du-lhumain-et-le-posthumain

2014 ◊ la fabrique des sciences modernes (parution)

9782021036169La fabrique des sciences modernes

présentation de l’éditeur :

La nature à l’aube des Lumières n’est plus un livre à déchiffrer, mais un champ à travailler. Comètes, marées, tremblements de terre, cessent d’être considérés comme les prodiges d’un univers immuable et transcendant. Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’avènement du capitalisme industriel et son développement mondial jouent un rôle fondamental dans la constitution des sciences modernes. La nature devenue chantier peut être explorée, contrôlée et instrumentalisée.

Dans les observatoires et laboratoires, cours et académies, théâtres et manufactures, les Newton, Lavoisier, Kant, Lord Kelvin, mais aussi des artisans, des médecins, des jésuites, des hommes de spectacles s’attèlent à une nouvelle forme à la fois de connaissance et de gouvernement de la nature : les sciences expérimentales.

Bien au-delà d’une simple généalogie progressiste, Simon Schaffer met en œuvre une véritable archéologie des sciences modernes, cherchant leurs racines et suivant leurs multiples ramifications sociales et culturelles, des capitales européennes jusqu’aux mondes lointains. Il éclaire les micro-pouvoirs et les dispositifs qui organisent les sciences comme technologies disciplinaires et agencement de l’information. Ces processus multiples permettent de comprendre comment ces sciences finissent par façonner un monde naturel et social à leur mesure.

Simon Schaffer, historien et philosophe des sciences réputé, enseigne à l’université de Cambridge. Il est l’auteur, avec Steven Shapin, d’un ouvrage qui a fait date en histoire des ◊sciences, Léviathan et la pompe à air : Hobbes et Boyle entre science et politique, La Découverte, 1993.

Traduit de l’anglais par Frédérique Aït-Touati, Loïc Marcou, Stéphane Van Damme

2010 ♦ Bic Cristal® (page web)

A l’occasion du 60e anniversaire de la création du Bic Cristal®, l’entreprise Bic publie en 2010 sur son site http://www.bicworld.com une page célébrant son stylo vedette.

histoire écrite à l’encre invisible

[par Fabienne THOMAS, Certificat Cnam Paris]

Les pages suivantes brossent un récit « officiel » de l’histoire du Bic Cristal® et des raisons de son succès, dévoilant certains « secrets » de fabrication et éléments historiques et entretenant soigneusement le mystère sur d’autres aspects. Pour que l’objet reste légendaire, il faut maintenir la légende et éviter de diffuser de cet objet une image différente de celle voulue par la marque. Si vous contactez le service communication de Bic pour obtenir des informations complémentaires on vous répondra que tout ce qui peut être rendu public sur ce sujet a déjà été publié sur le site cité ci-dessus. Continuer la lecture de « 2010 ♦ Bic Cristal® (page web) »

Seuls ensemble en 140 caractères

Proposition de distinguer le film d’animation réalisé par Sylvain Chomet et écrit avec Orelsan pour le clip vidéo de la chanson Carmen de Stromae, extraite de son album Racine carrée paru en 2015.

Sur l’air de Carmen de Bizet, le chanteur Stromae pointe la servitude volontaire à laquelle nous semblons succomber si facilement face à l’attraction qu’exercent les réseaux sociaux en général – et ici singulièrement Tweeter. En 3 minutes d’images, un « prends garde à toi ! » entêtant et des jeux de mots incisifs, ce clip questionne les risques d’addiction et leurs conséquences psychosociales. Le scénario met en scène le chanteur rythmant dès son plus jeune âge chaque instant de sa vie par des tweets compulsifs. L’oiseau bleu icône de Tweeter y occupe toute la place, au sens propre comme figuré. D’abord piaf sympathique, il devient un effrayant monstre agressif, aux yeux hypnotiques et au bec affublé de crocs. La fin montre un monstre dont la croissance impose la digestion de nouveaux utilisateurs, tous finissants dans une poubelle. Si dénoncer les faux-semblants de ces entreprises cotées à plusieurs milliards de dollars n’est en rien original, le lien avec les STS l’est en revanche un peu plus. Aucune vocation pour l’artiste de faire ici acte de médiation culturelle de ces questions. Il aborde pourtant – certes de façon informelle – le thème de l’aliénation par les réseaux sociaux. Audio-visuellement percutant, le propos ne peut que piquer à vif leurs adeptes. Une communication au cordeau sur Facebook aura au demeurant généré 8 millions de vues en moins de 48h, ce qui en aura fait un redoutable vecteur de prolifération tant du message que du succès commercial de l’opération. Continuer la lecture de « Seuls ensemble en 140 caractères »

1834 ■ La Recherche de l’Absolu

Extrait du livre d’Honoré de Balzac

“La recherche de l’Absolu” paru en 1834

L’homme est un matras. Ainsi, selon moi, l’idiot serait celui dont le cerveau contiendrait le moins de phosphore ou tout autre produit de l’électromagnétisme, le fou celui dont le cerveau en contiendrait trop, l’homme ordinaire celui qui en aurait peu, l’homme de génie celui dont la cervelle en serait saturée à un degré convenable.

L’homme constamment amoureux, le portefaix, le danseur, le grand mangeur, sont ceux qui déplaceraient la force résultante de leur appareil électrique. Ainsi, nos sentiments…

Continuer la lecture de « 1834 ■ La Recherche de l’Absolu »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search