De formidables médiateurs scientifiques, avec près de 170 volcans en éruption à leur actif.

LE FILM “FIRE OF LOVE” (93′ – 2022) réalisé par Sara Dosa 
 © Sandbox Films – Intuitive Pictures – Cottage M

Sorti en salles via le réseau MK2, diffusé en ouverture du dernier festival Pariscience  (13 au 31 octobre 2022 au MNHN/Paris) et multi-primé en festivals, le documentaire de Sara Dosa, “Fire of Love” présente les images d’archives des deux volcanologues français Katia et Maurice Krafft. Dès leur enfance, ils sont emportés par la passion des volcans lors de vacances familiales au pied du Stromboli. Tous deux originaires de Strasbourg, ils se rencontrent à l’université, où Katia étudie la géochimie et Maurice la géologie. Amoureux, ils se marient et, amoureux des volcans, ils décident de ne pas avoir d’enfant pour se consacrer à leur passion : les volcans.Pendant vingt ans, caméra et appareil photos en mains, Katia et Maurice Krafft sillonnent la planète entière pour nous rapporter quantités d’images, uniques à l’époque, des éruptions volcaniques en cours. Formidables médiateurs scientifiques, ils sont bien les seuls à pouvoir se rendre sur place à tout moment, grâce à l’indépendance financière que leur confèrent leurs images.Avec près de 170 volcans en éruption à leur actif, Katia et Maurice Krafft définissent ainsi deux types de volcans : Les Gris et les Rouges.Selon eux, les volcans “Gris” sont les volcans recouverts de cendres d’une température dépassant les 600°, qui dévalent les pentes jusqu’à 70 km/h, telle une avalanche de poudreuse.  Par opposition, les volcans “Rouges” produisent beaucoup de lave visqueuse et incandescente, coulant tel un fleuve le long des pentes, et dont la trajectoire est facile à prévoir, donc facile à éviter. Cependant, le besoin de capturer de nouvelles images sensationnelles, celles-là même qui financent leurs expéditions, les précipitent vers leur destin.C’est au Japon, en juin 1991, qu’une avalanche de poudreuse grise les ensevelit, au pied du funeste Mont Unzen. Ils entraînent avec eux dans la mort les 41 journalistes japonais qui les suivent, pensant qu’avec leur connaissance exceptionnelle du terrain, il n’y a pas de danger….A la place de la localisation de leur caméra, on ne retrouve qu’une montre indiquant 15h18 et une paire de chaussures.

par Christine CHAPON.

Exposition scientifique “Océans et mers plastifiés”

Oceans_et_mers_plastifiés

 

Conçue par des spécialistes des milieux marins, “Océans et mers plastifiés” pointe l’impact de notre consommation, de nos modes de production et de notre vie quotidienne sur les fleuves, les mers et l’océan.

A travers six thèmes majeurs, le visiteur découvre l’origine de la pollution plastique des océans, sa circulation, son accumulation et sa fragmentation pour terminer en microplastiques. Les impacts, non seulement sur la vie marine mais aussi sur notre planète et ses habitants ne vous laisseront pas indifférents. Et oui ! le plastique ne disparaît jamais. Pire encore, il entre désormais dans la chaîne alimentaire. Sur une note plus positive, les actions de l’association Expédition MED sont présentées en fin de circuit, ainsi que des solutions et des alternatives au plastique.

Créée par l’association Expédition MED, cette exposition itinérante a posé ses valises au pavillon de l’eau de Paris depuis le 05 octobre 2021 et ce jusqu’à la fin de l’année 2022. Elle se veut pédagogique et scientifique, accessible quels que soient votre niveau scientifique et votre âge. Le sujet vous intéresse ? Alors foncez !



Lieu : Pavillon de l’eau, 77 avenue de Versailles, 75016 Paris – 01 42 24 54 02

Horaires : visite libre et gratuite tous les mercredis de 10h00 à 17h00 et le premier dimanche du mois de 13h30 à 18h00.



Pour en savoir plus : https://www.expedition-med.org/nos-actions/les-expositions-oceans-et-mers-plastifies/



Cette exposition est également à retrouver à travers la France :

– Montbéliard : Espace Damassine, du 1er juin au 31 août 2022

– Laval : Agglo Hôtel communautaire, du 1 octobre au 30 novembre 2022

– Métropole de Rouen Normandie de mars à novembre 2023.

Sens-Fiction, quand la fiction augure des usages.

(Par Marie Le Diraison, CNAM 2022)

Quel est le sens que prend la fiction dans nos vies ? Pour y répondre, l’exposition met au cœur de son propos deux grandes notions : la Fiction et le Design. L’un comme l’autre ont un rôle essentiel dans nos sociétés car ils façonnent nos usages et nos mœurs. Pas à pas, la visite nous fait voyager à travers l’Histoire et des œuvres de science-fiction pour mieux comprendre la manière dont l’imaginaire écrit nos futurs. Un voyage fascinant pour comprendre le cheminement de ce processus, nous posant pour dernière question : comment définir les usages de demain par la fiction d’aujourd’hui ?

 

 
Une exposition étonnante. 

Du 6 octobre au 2 janvier 2022, une exposition originale s’est installée au Lieu Unique, centre d’art atypique situé au centre-ville de Nantes. Conçue par RF Studio et son Bureau des Usages, elle nous invite à explorer le monde de la fiction à travers une scénographie atypique. Mais qu’est-ce que la fiction exactement ? Étymologiquement ce terme originaire du latin, signifie “action d’imaginer” ou “chose imaginée”. Cette notion est au cœur du propos de l’exposition, pour comprendre son influence sur nos vies. C’est aussi une étude sur le design pour écrire et imaginer nos futurs, menée par Ramy Fisher et Scott Longfellow, commissaires de cette exposition. Car, lorsque la fiction rencontre le design, le dispositif nécessaire est alors inventé pour parvenir à ce demain imaginaire. C’est ainsi que nos usages qui rythment nos vies sont façonnés. De la cuisine robotisée à la maison intelligente, ou encore du monde virtuel au transhumanisme, c’est la fiction qui, lorsqu’elle est appliquée par les designers, écrit nos usages quotidiens de demain et anticipe nos rapports à la vie. Une visite au propos intéressant, au questionnement pertinent, et riche dans sa mise en scène. Plus qu’une enquête sur l’influence qu’a la fiction sur nos vies, c’est une révélation de notre rapport au monde qui nous amène à méditer sur notre futur.

 

Hugo Gernsback et ses revues de science-fiction, photo par Anouk Desury
Photo par David Gallard
 
Une visite captivante. 

Divisée en en plusieurs parties, l’exposition nous offre un voyage dans le monde de la fiction et du design pour observer le sens de nos usages. Notre visite débute par une première section intitulée “Sapiens se la raconte”, nous interrogeant sur la place de « l’Imaginaire dans l’odyssée de nos futurs » si nous reprenons les mots de l’exposition. Elle porte un regard sur la relation entre l’homo sapiens et la fiction d’anticipation, nous montrant l’importance du récit dans la construction de nos sociétés. Nous entrons ensuite dans une deuxième section s’intéressant au merveilleux-scientifique, que nous retrouvons par exemple dans les récits de Jules Verne (1828-1905) avec ses aventures extraordinaires. Mais c’est surtout Hugo Gernsback (1884–1967) qui est ici mis en avant, considéré comme père de la science-fiction en tant que genre littéraire. La section suivante, divisée en deux parties, nous invite à explorer la relation entre les deux grandes notions de l’exposition. Dans la première, « Fiction for Design », alors que nous sommes installés confortablement dans nos transats devant de grandes structures télévisuelles, nous voyageons dans le temps, du début des années 1900 à aujourd’hui. Nous observons à travers l’Histoire comment le design, en interaction avec la fiction, a dessiné notre monde d’aujourd’hui. Ensuite, “Design in Fiction” nous montre à travers des œuvres de science-fiction la représentation de nos usages quotidiens et l’influence qu’ils ont sur nos vies. De Black Mirror à Terminator, ou encore Retour vers le Futur et Blade Runner, ces œuvres nous permettent une anticipation de nos vies et de nos problématiques futures. Enfin, nous terminons notre visite par le laboratoire de « Sens-fiction », une réflexion sur nos futurs désirables. Un espace pour donner un sens à la fiction et à nos imaginaires dans la création des usages de notre avenir.

 

Une scénographie originale. 

Une visite captivante, en raison de son contenu, mais aussi par son dispositif de médiation fort original. Un espace où design et fiction se rencontrent, dans le propos autant que dans la scénographie. Du visuel à l’ouïe, nos sens sont sollicités par un agencement de grands écrans, de lumière et de micros, une immersion totale dans un design futuriste. La mise en scène de l’exposition témoigne de ce postulat de l’interaction entre la fiction et le design, et l’influence qu’elle a sur nos usages quotidiens. Une habile mise en abîme qui nous permet d’être spectateurs de cette interaction et de vivre une expérience unique. Cette présentation ingénieuse rend explicite le propos de l’exposition, et nous amène à mieux comprendre la manière dont ont été pensé nos futurs usages, mœurs et habitudes par le design et la fiction.

 

Une interaction qui dessine nos futurs. 

Comment bien comprendre cette interaction entre design et fiction ? La fiction, au sens étymologique du terme, l’imaginaire et le récit ont été, depuis la nuit des temps, le moteur de la création d’un nouveau demain. Notre voyage dans le temps affirme cela et dévoile la manière dont cette interaction a façonné nos vies d’aujourd’hui. A travers les images et les œuvres de fiction du passé, du cinéma à la littérature, en passant par la publicité et l’architecture, nous observons comment les designers ont dessiné nos usages présents par la force de l’imaginaire. Un autre regard sur cette interaction nous révèle à travers des œuvres de science-fiction à quel point celles-ci ont influencé notre monde actuel. Ces œuvres permettent une anticipation de notre avenir et de nos futurs usages. On imaginait autrefois des maisons intelligentes, des technologies au cœur de nos vies quotidiennes et de notre travail, des réseaux nous reliant tous les uns aux autres dans le monde entier, ou encore le virtuel remplaçant notre réalité. Tout cela fait aujourd’hui partie de nos vies. Nous comprenons alors la portée de cette relation réciproque entre fiction et design dans la création de nos sociétés de demain, et le sens que prend la fiction dans nos vies. A nous donc, par la force de nos imaginaires, de définir nos usages futurs et d’écrire notre avenir.

 

« J’ai eu vraiment beaucoup de plaisir à visiter cette exposition qui nous fait vivre un étonnant voyage dans le temps, un peu comme un “retour dans le futur”. En effet, elle nous plonge dans un futur qui est déjà notre présent, voire notre passé. Le parti pris de l’exposition de nous montrer comment l’art, plus particulièrement l’imagination artistique a été précurseur de bien de modes de vie actuels et a suscité les recherches et inventions scientifiques, est très intéressant car assez rare. Il donne même une grande bouffée d’espoir dans un avenir qui nous semble pourtant assez noir. Enfin, la scénographie sert très bien le propos de l’exposition par sa sobriété et les multi-écrans où défilent images et écrits. » – Bénédicte, agent culturel

« J’ai trouvé que c’était une belle exposition rétrospective, parce qu’elle a regroupé plusieurs œuvres de science-fiction de manière très esthétique. Avec Sens-fiction, qui utilise l’espace pour faire défiler le temps, on voyage à travers les décennies pour comprendre ce qui pousse l’Homme à faire de la science-fiction à chaque époque. On suit les courants de la S-F pour prendre du recul sur la société actuelle. Plusieurs supports sont illustrés et nous stimulent en tant que spectateurs.rices, auditeurs.rices. En sortant, on se demande quel futur on imaginera plus tard dans la science-fiction, comme lorsqu’on voulait anticiper autrefois. On ressort d’autant plus curieux.se. » – Enora, étudiante

IA l’esprit informatique

 

200m², 10 ilots, une quarantaine d’expériences interactives, c’est ce que propose le centre
science, à travers son exposition « IA l’esprit informatique ».


Cette exposition interactive a pour but de mettre en relation le public et les domaines de l’innovation informatique, du numérique et de l’intelligence artificielle. Dès le plus jeune âge,
tous pourront évoluer selon trois axes tournés autour de l’intelligence artificielle. Tous d’abord, des expériences et manipulations dites « débranchées », c’est-à-dire non connectées, feront découvrir les bases du codage, des algorithmes et de la programmation.


Même les plus jeunes seront ravis de pouvoir explorer cette partie du monde de
l’informatique. Puis, la suite de l’exposition portera sur les évolutions récentes en
informatique et les avancées de l’intelligence artificielle grâce à des robots et différents
dispositifs numériques. L’accent est mis sur les relations homme-machine et la place du Big
Data dans notre monde. Puis le troisième axe donnera la parole à des scientifiques qui
partageront leurs questionnements au sujet de l’impact de l’IA sur les grands enjeux de notre
quotidien, comme le transport, la sécurité, l’environnement ou encore la santé.


Petits et grands pourront, à travers une quarantaine d’éléments interactifs, se poser des
questions sur des thèmes comme : Tout est code / Algorithmes au quotidien / Vitesse de
calcul / Triez et Empilez / Est-ce bien logique ? / La nature programmée / Robots et automates
/ Calculs et stratégies / Informations et stockage / Un monde numérique ou hyper connecté ? /
Perspectives de l’IA.

MD

 

 

Source : https://www.centre-sciences.org/ressources/ia-lesprit-informatique

L’Arbre aux Hérons ou la joie de donner vie à ses rêves (installation)

Depuis 2004, l’Ile aux Machines est installée sur l’Ile de Nantes, aux bords de la Loire. Un partenariat entre Nantes Métropole et la compagnie « La Machine », croisant le théâtre et l’urbanisme, a permis l’installation d’un atelier où collaborent des artistes, techniciens et décorateurs de théâtre. Né de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le public a découvert en 2007 le Grand Eléphant et la Galerie des Machines, puis en 2012, le Carrousel des Mondes Marins. Le projet initial prévoyait aussi la conception de l’Arbre aux Hérons dont une branche prototype est visible depuis 2007. Les visiteurs admirent, se promènent et patientent en observant les gestes et le savoir-faire de ceux qui donnent vie à ce projet rêvé. Au cœur de la création d’un nouveau jardin urbain, le Jardin Extraordinaire, l’Arbre aux Hérons s’inscrit petit à petit dans l’environnement. Dessiné, rêvé, imaginé, ce sont des techniciens, des artistes peintres, des mécaniciens, hommes et femmes qui œuvrent à sa conception. 1700 tonnes d’acier feront une sculpture de 35 m de haut et 50 m de diamètre. Le tronc, de 15 m de diamètre, portera des jardins suspendus où les visiteurs pourront déambuler. Le monde souterrain sera également accessible aux curieux. Un bestiaire mécanique de trente animaux et plantes habitera les lieux, surplombés par un couple de hérons, nichant à la cime de l’arbre. Ces oiseaux mécaniques déploieront leurs 91 plumes sur 16 m d’envergure pour faire voler une quinzaine de passagers à plus de 40 m au-dessus de la ville ! Une occasion de voir les lieux autrement et de célébrer l’ingéniosité des techniciens et l’imagination des artistes qui feront partager leurs rêves au public. Chaque jour, ils œuvrent à donner vie à cet incroyable projet grâce à leur savoir-faire. Le projet s’inscrit dans une aventure artistique, humaine et industrielle. Des temps de partage avec les habitants permettent de l’inclure dans la vie locale, les ateliers sont ouverts aux visiteurs plusieurs mois par an, exposant les avancées en cours. Les artistes présentent les machines au public, leur fonctionnement et leur donnent vie. Plusieurs animaux du bestiaire sont déjà prêts (créations de Pierre De Menecquenem) : une chenille, un colibri, un paresseux et depuis peu un caméléon aux couleurs irisées qui étend sa langue pour attraper des mouches ! L’aventure se poursuit jusqu’en 2024 où l’Arbre aux Hérons deviendra réalité. Souhaitons que d’autres rêves fleurissent d’ici-là, pour continuer de les partager à l’Ile aux Machines.

Nathalie ROTH

The Parisianer s’invite au jardin des plantes

La science et l’art font-ils bon ménage ? La réponse nous la connaissons : c’est oui !

Ces dernières années les initiatives se sont multipliées. Une des dernières en date : la collaboration entre le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et l’association d’artistes La lettre P.  Depuis 2013, ce collectif d’artistes réalise les couvertures d’un magazine fictif, The Parisianer, qui met à l’honneur la ville de Paris à travers des séries d’illustrations.

Du 20 mai au 13 octobre 2021 des couvertures de The Parisianer sont exposés à l’entrée du Jardin des plantes.  Une dizaine d’illustrations crées à cette occasion, accompagnées d’un texte sur les sciences, y sont exposées.

Toutes signées par des artistes aux genres variés, magnifiques et pleines d’humour, elles sont une porte d’entrée du muséum et des controverses scientifiques et environnementales que nous traversons. Ainsi, sont mises à l’honneur les grandes idées scientifiques portées par les galeries et le jardin du muséum.

Un exemple, comment expliquer la reproduction des plantes ? Dans un premier temps, transformez chaque arbre et plante du jardin afin de faire apparaitre leurs organes reproducteurs. Ensuite, faite jouer l’imaginaire collectif en rapprochant leurs organes mâles et femelles de ceux que nous connaissons bien.  Le résultat, une magnifique illustration colorée et drôle qui aura su très facilement véhiculer un contenu scientifique.

Ces illustrations nous rappellent que chaque interrogation, découverte et développement scientifique a pour origine la curiosité, l’imagination et le rêve. Elle ne sont pas uniquement réservées aux arts. Ce sont des notions communes à deux mondes trop souvent opposés.

Ces affiches méritent le détour et que l’on prenne le temps de les déchiffrer.

 

 Où retrouver l’exposition physique :

Jardin des plantes, 57 Rue Cuvier, 75005 Paris

Où retrouver une partie de l’exposition virtuelle :

https://www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/exposition/parisianer-chroniques-museum

 

« PLASTIK PANIC DANS L’OCÉAN »

Billes plastiques que l’on retrouve dans le sable. Photo tirée du site Océanopolis, de Erwan Amice /CNRS

            En me promenant sur Brest, je suis tombé sur l’exposition photos « Plastik Panic dans l’océan » pilotée par Océanopolis. Sur le long d’une voie piétonne, 8 panneaux recto/verso montrent de manière artistique et scientifique l’impact de la pollution plastique dans l’océan. Les photos de Erwan Amice (CNRS) ou de Sébastien Hervé (UBO) nous montrent comment les scientifiques travaillent sur cette problématique ainsi que sur le devenir du plastique dans l’océan. Certaines sont percutantes comme les billes de plastique qui se confondent avec les grains de sables d’autres nous font rêver comme la photo prise sur le bateau avec comme fond la rade de Brest.

 

           

            Ne donnant que peu d’informations sur le sujet (seulement des légendes sur les photos) je suis allé sur le site d’Océanopolis afin de mieux comprendre l’objectif de cette exposition. Les scientifiques que nous y voyons sont ceux du laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin (LEMAR) de Plouzané (CNRS, Ifremer, UBO) qui étudient la pollution marine par les microplastiques. Ils nous apprennent que plus de 90 % des déchets plastiques ont une taille inférieure à 5 mm. C’est plutôt déroutant lorsqu’on s’étonne déjà de la quantité de macrodéchets sur nos plages. D’ailleurs, il semblerait que les brestois soient bien loti puisque la rade de Brest serait 1 000 fois moins contaminée en plastique que la mer Méditerranée.

 

            Pour plus d’informations, je vous invite donc à faire un tour le temps d’une balade à la promenade du Moulin Blanc, à l’extérieur d’Océanopolis pour y découvrir les effets de la pollution plastique sur l’océan. Ou bien vous pouvez vous renseigner sur leur site internet où vous aurez accès à un large panel d’informations.

 

Exposition-évènement Pierres Précieuses.

Depuis le 16 septembre 2020, l’exposition pierres précieuses s’est installée dans la grande galerie de l’évolution à Paris. Dans celle-ci, en collaboration avec Van Cleef & Arpels, la minéralogie, la gemmologie et la joaillerie sont rassemblées pour créer un univers à l’intersection de l’art et de la science.

Continuer la lecture de « Exposition-évènement Pierres Précieuses. »

2019 ◊ La machine de Turing (théâtre)

billet proposé par clancyaddict

Alan TURING, à quelques instants de son suicide, vous raconte comment sa vie qui aurait dû être faite de reconnaissance et de renommée l’a conduit à choisir la mort par pomme empoisonnée.

Par une série de flash back nous conduisant des années 30 aux années 50, il nous est révélé mathématicien de génie, héros de guerre, amoureux transis, mais aussi dépravé et proscrit.

Benoît Soles nous fait découvrir un Alan Turing, mi-génie attachant, mi-savant fou émouvant, appuyé par un Amaury de Crayencour qui le pousse à dévoiler ses failles et ses secrets.

Une immanquable découverte de la bouleversante et fascinante histoire de ce mathématicien britannique.

 

2019 ◊ 8e Forum national de la CSTI

21 et 22 mars 2019

Le département des Relations entre science et société du M.E.S.R.I. organise, en partenariat avec le Secrétariat Général pour l’Investissement et l’ANRU, la 8ème édition du Forum national de la Culture scientifique, technique et industrielle, les 21 et 22 mars prochains au 20 avenue de Ségur à Paris.

Rendez-vous national et annuel d’échange autour de  la politique publique de culture scientifique, technique et industrielle, le Forum national permet : l’identification des lignes de force structurant le paysage et notamment le lien entre l’État et les collectivités territoriales, les Régions étant désormais chargées de la coordination des actions de C.S.T.I. à l’échelle de leur territoire ; la mise en débat des enjeux émergents qui caractérisent les relations entre science et société ; l’analyse des évolutions à l’œuvre dans le paysage national ; la mise en réflexion des dynamiques et des relations entre les acteurs de terrain.

Inscription ICI

2019 ◊ L’art de la rencontre chercheurs-publics : comment en mesurer l’impact ?

20 mars 2019

Rencontre nationale, le 20 mars 2019, à l’Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes ESPCI Paris – PSL, à Paris

Dans le cadre de sa mission d’observation et de développement professionnels, l’Ocim organise depuis 2016 L’art de la rencontre. Ce rendez-vous annuel, construit pour et avec les acteurs de terrain et les chercheurs offre un espace d’échange, questionnement et valorisation des pratiques.
L’édition 2019 interrogera plus spécifiquement l’impact des projets. Pourquoi et comment formaliser certains éléments de bilan ? Sur quels indicateurs s’appuyer et selon quelles méthodologies au regard des objectifs et des attentes plus ou moins spécifiques ? Quels sont des bénéfices pour les équipes, les partenaires et pour soi en termes de pratiques professionnelles et de compétences des médiateurs-formateurs ? Jusqu’où prendre en compte ensuite ces enseignements pour adapter et faire évoluer l’ingénierie des actions ? A partir de retours d’expérience, cette journée invite à poursuivre la réflexion autour des enjeux et des réceptions qui fondent la rencontre chercheurs-publics.

Rencontre nationale organisée par l’Ocim dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir Réseau des Experimentarium co-porté par l’Université de Bourgogne, l’Université de Franche-Comté, l’Université d’Aix-Marseille et Science Action Normandie.

Inscription ICI

2019 ◊ Remise du Prix Jean Perrin

13 mars 2019

Azar Khalatbari, journaliste scientifique, lauréate du prix Jean Perrin 2018

La Société Française de Physique décernera le 13 mars le prix Jean Perrin 2018 à Azar Khalatbari pour son travail de journaliste scientifique qui allie la rigueur scientifique, le souci de l’intelligibilité de l’information et une volonté permanente de mise en perspective, à la fois historique, épistémologique et sociale. Responsable des sciences de l’Univers et cheffe du service « fondamental, sciences de la Terre » du magazine Sciences et Avenir, Azar Khalatbari donnera une conférence sur les méandres du métier de journaliste scientifique, à travers des exemples d’actualités sur la physique et l’astrophysique qu’elle a traitées au cours de sa carrière.

Conférence d’Azar Khalatbari aura lieu au Palais de la Découverte le 13 mars à 19h.

2019 ◊ Muse-IC : quand science et musique se rencontrent

12 mars 2019

Concert de musique de chambre, le 12 mars, salle Cortot, 78 rue Cardinet, 75017 Paris

Le projet Muse-IC propose à six compositeurs de réaliser une oeuvre musicale inspirée directement d’une découverte scientifique récente de haut niveau dans les domaines de l’astrophysique, la biologie, et la biophysique. Ce concert mêle vulgarisation scientifique et valorisation de la musique contemporaine.

Info et inscription ICI

2019 ◊ Nos mobilités exposées aux Archives nationales : faites un détour !

Du 16/01/2019 au 29/04/2019

Affiche de l’exposition Mobile Immobile 2019. Source : http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/mobile-immobile

L’exposition Mobile/Immobile. Artistes et chercheurs explorent nos modes de vie, présentée par le Forum Vies mobiles, a ouvert ses portes aux visiteurs le 16 janvier dernier aux Archives nationales. Œuvres d’art contemporain, documents d’archives et captations vidéos de chercheurs en sciences sociales ont investi les sites de l’Hôtel de Soubise et de Pierrefitte-sur-Seine. Le but du projet : envisager l’impact de la mobilité sur nos modes de vie, interroger son futur.

Continuer la lecture de « 2019 ◊ Nos mobilités exposées aux Archives nationales : faites un détour ! »

2019 ◊ Paradoxal

03 au 19 février 2019

Théâtre de Belleville
du 03 au 19 février
Lundi 19h, Mardi 21h15, Dimanche 17h

PARADOXAL, Thriller scientifique

De et par Marien Tillet, Production Le cri de l’armoire

Peut-on vraiment différencier le rêve de la réalité ? Une jeune journaliste souffrant d’insomnie intègre un programme médical de recherche à destination des rêveurs lucides. L’expérience dérape. Paradoxal est un thriller qui crée le doute et le propage dans la tête du spectateur.

Continuer la lecture de « 2019 ◊ Paradoxal »

2019 ◊ Binôme, le poète et le savant

du 31 janvier au 6 février 2019

Festival de théâtre au Grand Parquet – Maison d’artistes, 35 rue d’Aubervilliers, Paris (jeudi 31 janvier, vendredi 1er février à 19h et samedi 2 février à 17h)

Festival de théâtre au Grand Parquet Six spectacles binôme seront présentés.  Avec binôme, le chercheur devient l’objet d’étude d’un auteur de théâtre qui écrit une pièce librement inspirée de leur rencontre.

Le résultat est sensible, souvent drôle et nous offre un regard inhabituel sur la science et ceux qui la font. La compagnie les sens des mots développe cette collection de spectacles depuis 2010, il existe aujourd’hui 37 binômes.

Continuer la lecture de « 2019 ◊ Binôme, le poète et le savant »

2018 ◊ Sous Influences, la Science du Choix

Exposition : Mars 2018 -Juin 2019

Qu’ils soient conscients ou inconscients, humains ou artificiels, nos choix nous apprennent beaucoup sur notre société et sur nous-même. L’ESPGG vous propose d’explorer toutes les influences qui les précèdent.

Comment la science décrit nos prises de décision d’un point de vue biologique, sociologique ou encore informatique ? Quels sont les choix faits par des machines et quelle est leur influence sur mes propres choix au quotidien et pour demain ?
Comment évolue la notion de choix et comment la science nous accompagne dans ce changement ?

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Sous Influences, la Science du Choix »

2018 ◊ Appel URGENT à soutien pour les Petits Débrouillards Île-de-France

Depuis plus de 30 ans, les petits débrouillards Île-de-France accompagnent chaque année près de 45 000 enfants et jeunes sur l’ensemble du territoire francilien : pour développer l’esprit critique par la pratique des sciences, stimuler l’exercice de la citoyenneté et lutter contre les inégalités.

Par leurs actions de terrains – ateliers, stages, activités de rue, formations – et leur présence dans plus de 150 villes d’Ile-de-France, ils agissent au plus près des lieux de vie et des préoccupations des jeunes de tout horizon afin de leur donner des clés de compréhension du monde qui les entoure.

En dépit de soutiens confirmés de la part de nombreux partenaires, le contexte actuel de baisse des subventions publiques et la fin des emplois aidés contraignent considérablement nos moyens d’action et menacent nos missions.

Continuer la lecture de « 2018 ◊ Appel URGENT à soutien pour les Petits Débrouillards Île-de-France »

2018 ◊ Cycle Cinéma Présences extraterrestres Saison 2

Du 07 novembre 2018 au 18 juin 2019

Cycle de films-débats à découvrir au Grand Action (5 rue des Ecoles, Paris 5e), dans le cadre du projet Origines et conditions d’apparition de la vie (OCAV) de Paris Sciences et Lettres et en partenariat avec Sciences et Avenir.

En compagnie d’écrivains, d’astrophysiciens, de chercheurs en sciences physiques, en sciences naturelles et en sciences humaines et sociales, ce cycle de 8 films-débats invite à réfléchir à ce que sont, ou pourraient être, des vies humaines dans l’espace. Programme

2018 ◊ Art et lumières de Daguerre, vers l’image du futur

Du 7 au 18 novembre 2018

Bry-sur-Marne, ce mercredi. Jusqu’à ce dimanche, la propriété Daguerre ouvre les portes de son parc pour Ciné sous les étoiles. LP/M.K.

La ville de Bry-sur-Marne a longtemps souhaité faire de la villa Daguerre un musée.  Cependant la réhabilitation des lieux prendra une tout autre forme. En effet, cette demeure accueillera un pôle dédié à l’image et à l’innovation audiovisuelle.

Lire la suite
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search