◊ 2017-2018-2019 ◊

2017 ◊ L’air du futur selon Nike

Vous achèterez bien des runnings avant de crever dans la pollution, non ?

Paris estival et caniculaire le 28 juillet. Ligne 14 du métro, station bibliothèque François Mitterrand aux heures les plus fréquentées, au moment le plus infréquentable. La foule piétine densément devant les parois de séparation en verre entre la plateforme et les voies. Cette surface de protection avec ses portes automatiques devient un espace publicitaire si l’annonceur veut bien y mettre le prix. Nike y a ainsi fait récemment apposer les affiches de sa campagne pour ses chaussures de sport de la gamme Vapormax®. Avec un choix graphique qui paraît au premier abord un peu étrange.

A hauteur et dimension humaine, vous êtes projeté dans l’affiche, non seulement poussé dans le dos par vos voisins à l’approche de la rame mais parce que l’affiche vous attire complètement. Vous êtes situé légèrement en surplomb d’un paysage urbain dense. L’horizon cependant est indistinct tant l’atmosphère est saturée d’une brume couleur pollution, mélange de jaunes, de rose et de gris. L’image est celle d’une ville déserte, peut être au petit matin, et plutôt dans un pays du sud. Au premier plan on y aperçoit une branche végétale, un arbre. Il ne semble pas au meilleur de sa forme. On devine le soleil de plomb à venir. Les poussières. Le sable. On pense aux trésors d’ingéniosité qu’il faudra déployer dans la journée pour échapper aux particules fines, aux gaz d’échappements des véhicules bloqués dans la circulation et en général à l’atmosphère suffocante et polluée de la ville. Bref bien des indices sur cette image semblent clairement signifier que l’air de cet environnement n’est pas celui dont on rêve spontanément dans le métro aux heures de pointes.

Quel peut bien être le sens des intentions des créatifs et des responsables du marketing ? A défaut de pouvoir leur poser directement la question, supposons, mais surtout livrons ce que cette affiche inspire dans le contexte d’une réflexion sur la culture ordinaire des sciences et techniques en société. S’agit-il ici d’un rappel de la situation environnementale catastrophique dans laquelle la génération des clients de ce type de produit va bien devoir consentir à supporter ? Sans doute. Ce type d’image est par exemple un classique des films du genre climat-fiction mettant en scène une terre post-catastrophe environnementale. Il faut s’habituer à cette idée de devoir survivre demain dans le chaos et l’apocalypse environnementale.

On va donc tous crever dans les suffocations de l’air futur ? Don’t panic ! Respirez. Nike est là pour vous tirer d’affaire. Chaussez vos baskets et vous pourrez continuer à courir au-dessus de tout cela. Ce que deux affiches voisines vous indiquent. L’une et l’autre, chacune avec sa ou son magnifique coureur de moins de 30 ans survolant la chaussée, avec sa ville polluée en contre-bas. Vous pourrez ainsi vous affranchir de la pollution, celle d’aujourd’hui comme de celle du futur. La planète s’enfonce dans l’effet de serre ? M’en fous, j’ai mes baskets au pied moi ! Certes ce n’est pas tout à fait conseillé de courir dans un pic de pollution mais c’est quand même cool en baskets à près de 200 euros, non ?

2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)

Campagne Publicitaire TSF JAZZ – Print – Avril 2017 – Photo : Vincent DIXON (photo issue d’un des trois visuels disponibles)

Le jazz comme expression de notre humanité créatrice à travers la nouvelle campagne publicitaire de la radio TSF JAZZ.

par Vera sur Si tu savais STS

Studio d’enregistrement, trompette posée au sol, micro en attente. Au centre de la photo en noir et blanc, un robot à l’air dubitatif est assis sur une chaise. Objet étrange que cet humanoïde dans ce décor. Cette intelligence artificielle saura-t-elle faire preuve de créativité et trouver l’inspiration ?

La radio française spécialisée en jazz a déjà sa réponse : « It’s a human thing. »

A l’heure où les algorithmes et les big databases permettent de créer des titres de musique au succès quasi garanti, TSF Jazz rappelle ici que ce courant musical est fait d’humanité et ne peut être la création d’un robot. Deux questions se posent alors : la première, concernant la représentation du jazz dans la création musicale, la seconde,  l’impossibilité pour une intelligence artificielle de pouvoir créer.

Le jazz est difficile à définir. Courant musical aux multiples sous genres, loin des compositions de musique classique qui doivent être jouées de façon rigoureuse et précise, il laisse une part importante à l’interprétation et à l’improvisation.

« Le Jazz est la seule musique dans laquelle la même note peut être jouée nuit après nuit tout en étant différente à chaque fois », Ornette Coleman

En regardant cette image de robot face à un instrument posé au sol, la référence aux premiers automates musiciens ne peut être négligée. Virtuosités mécaniques telles que le flûteur automate (Vaucanson – 1738) ou la joueuse de tympanon (Peter Kintzing – 1780), ces machines confirment la nature des attentes : reproduire les capacités humaines et pouvoir les répéter sans fin. Toujours la même note, toujours le même tempo réglé comme du papier à musique (ou carte perforée), considéré comme l’ancêtre de la programmation informatique. Le jazz, par sa nature même de musique spontanée et incarnée, ne pourrait donc jamais être programmée. Le jazz est à l’image de l’être humain. Il possède une personnalité, une vitalité et n’existe que par son interaction avec d’autres humains, d’autres musiciens.

Ce n’est donc pas tant ici le fait que le robot ne puisse pas créer qui est remis en question dans cette image, c’est le jazz lui-même qui ne peut être l’œuvre d’une programmation, aussi intelligente soit-elle. Cette publicité valorise avant tout ce style musical dont le caractère central est l’improvisation. Ce discours est vanté par une radio qui passe en boucle des titres figés par l’enregistrement d’une interprétation unique. Ironique non ?

En y regardant de plus près, le robot représenté dans cette publicité prend une posture particulièrement humaine, celle de la réflexion.  Il semble étudier et réfléchir au problème que lui pose ce genre musical. Car s’il lui semble impossible de copier, d’imiter ou de reproduire la musique jazz aujourd’hui, c’est peut être qu’il lui manque quelques petits ajustements techniques, voir des programmations incluant le mode aléatoire.

Représenté ce robot au centre d’un lieu de création artistique en position de penseur forme un étrange miroir entre humanité spontanée et apprentissage programmé. Le jazz se pense comme une forteresse musicale imprenable par les innovations technologiques et la spontanéité et l’improvisation comme des qualités humaines se défendant contre la rationalité algorithmique. Jusqu’à quand ?

Pour voir les autres visuels proposés par la campagne publicitaire TSF JAZZ c’est ici.

2017-2018 ◊ scène de science friction … genre toujours

Sciences de l’identité sexuelle et naturalisation des rapports sociaux selon le sexe

L’impératif de connaissances permettant de distinguer sans ambiguïté l’identité sexuelle des individus est une constante pluriséculaire. Dissocier le féminin du masculin a toujours été une préoccupation des savants en charge de dire le vrai tel que contenu dans la nature des choses et des êtres. La stabilité et l’ordonnancement du monde en dépendent. A la question « où se situe le centre absolu du féminin ? », les savants ont apporté (et continuent d’apporter) bien des réponses. La puissance de calcul des ordinateurs, couplée aujourd’hui à l’imagerie neuronale, permet par exemple une figuration spectaculaire de la manifestation de l’activité cérébrale. Le cerveau est ainsi (re)devenu l’un de ces lieux d’observation en vogue afin de situer l’origine de la différence indiscutable entre hommes et femmes.

D’observation de ces phénomènes, certain∙e∙s s’emparent de ces données objectives pour en faire des explications de la spécificité des attitudes et des comportements chez l’une et l’un, puis d’en faire des justifications conséquentes de leurs attitudes et comportements, et enfin de leurs rôles et fonctions sociales. Les rapports sociaux selon le sexe sont de cette façon naturalisés. Quelques scientifiques en viennent ainsi à légitimer la domination et la violence masculine faite aux femmes, comme les situations de subordination et les discriminations, les rapports de force et les hiérarchies selon le sexe.

Si le cerveau est ce dernier lieu à la mode d’exploration du sexe biologique, il prolonge et complète toute une série de propositions qui, selon les moyens techniques disponibles et les cultures du moment, cherchent à rendre compte en nature de la différence des sexes. L’utérus comme matrice a longtemps tenu lieu de justification d’une démarcation nette et indiscutable entre le masculin et le féminin. Il a été le siège des humeurs responsables des écarts avec un humain universel, nécessairement mâle, blanc et rationnel.

La distinction des appareils génitaux fonde ainsi la première l’évidence des fonctions naturelles. Il s’accompagne plus tard du sexe psychanalytique. Il complète la panoplie des justifications d’assignation. La production de connaissances sur les gènes et les hormones assure les mêmes fonctions de distinction naturelle des sexes comme autant d’explications, puis de légitimation des rapports de genre. Les hommes comme les femmes sont essentialisés. Ils sont de cette façon dotés de spécificités les destinant respectivement à des tâches sociales, culturellement et politiquement dédiées, à des capacités de pensée et d’action propres au sexe biologique.

Ce rappel du rôle des connaissances scientifiques sur le féminin et le masculin dans les processus sociaux d’assignation commande quelques remarques. D’abord celle concernant le sexe lui-même des producteurs de ces savoirs justificateurs d’autorité, de naturalisation des rapports sociaux entre hommes et femmes, mais aussi de justification d’une appropriation médicale du corps de ces dernières. Il est de façon écrasante masculin. Depuis la prise de décision sur les orientations et la définition même des objets de la recherche, jusqu’à la validation de leurs résultats, en passant par les fonctions d’encadrement et de direction, la production de ces savoirs est le fait très majoritairement des hommes. Ce constat d’une exclusion de fait des femmes du processus d’authentification des connaissances qui les concerne au premier chef est en soi un problème pour une science revendiquant son universalité. L’observation ne manque pas d’interpeler. D’autant que l’une des conséquences de cette production quasi-exclusivement masculine sur le féminin est la justification tacite de l’exclusion des femmes du processus de production de ces connaissances. Les femmes sont selon les circonstances réputées hystériques, trop émotionnelles ou incapables de cette rationalité si froide qui sied tant à l’élaboration d’une science si neutre. Le résultat reste que les savoirs sur le féminin et sur ses supposés attributs sociaux naturels sont produits par des hommes, qu’ils ont pour corollaire la discrimination de la moitié des humains, qu’ils sont en actes des outils puissants d’assujettissement.

Comment discuter voire contredire les mécanismes de ce cercle vicieux ? Soumettre les femmes à l’injonction de devoir s’armer de courage afin d’investir le champ de la production scientifique dans ces domaines ne suffit pas. Il faut encore agir sur les processus sous-jacents aux justifications les plus insidieuses d’une exclusion traditionnelle des femmes de la production de savoirs sur un féminin fondamentalement pensé comme un non-masculin.

Certes les stéréotypes et clichés sexistes imprègnent toute la société. Ils opèrent cependant dès le stade de la production des sciences sur la distinction du féminin et du masculin. L’utérus, le sexe, les hormones, le gène et le cerveau comme centres absolus du féminin sont toujours l’objet de travaux dont les femmes restent majoritairement exclues. Ils donnent toujours lieu à des justifications d’assignations, à des discours d’autorité sur les nécessaires rapports sociaux selon le sexe, largement repris comme des évidences biologiques ou physiologiques. L’instinct maternel, les penchants naturels, les aptitudes selon le sexe et bien d’autres caractéristiques supposées masculines ou féminines s’imposent comme des certitudes que le bon sens commun reprend en permanence sans autre forme d’interrogation sur leurs fondements.

Ainsi David Douillet, un sympathique médaillé olympique parmi les plus populaires de son époque peut dans une autobiographie justifier ce qu’il appelle sa « misogynie rationnelle » de la façon suivante : « C’est la mère qui a dans ses gènes, dans son instinct, cette faculté originelle d’élever des enfants. Si Dieu a donné le don de procréation aux femmes, ce n’est pas par hasard… De fait, cette femme-là, quand elle a une activité professionnelle externe, pour des raisons de choix ou de nécessité, elle ne peut plus jouer ce rôle d’accompagnement essentiel… Je considère que ce noyau est déstructuré. Les fondements sur lesquels étaient bâtie l’humanité, l’éducation en particulier, sont en partie ébranlés ».

Ce type de propos est d’une grande banalité. Il est partagé par nombre d’individus, hommes et femmes. Leur puissance d’assignation ne fait pourtant pas de doute. Non plus leurs effets bien réels en matière d’exclusion des femmes des fonctions sociales les plus valorisantes, celles dont les hommes s’assurent le monopole. C’est ce type de liens entre production de connaissances réputées scientifiques sur le féminin et leurs traductions en termes de rapports de genre qu’il s’agit de discuter à partir d’une mise en scène des corps et discours que nous désignons par « scènes de science friction ».

Ce projet de création d’une scène de science friction a été discuté en 2017 au sein de nos formations à la médiation culturelle des sciences et techniques en société. Il se concrétisera cette année avec la livraison du résultat de nos travaux et réflexions sous la forme d’une représentation au Théâtre de la reine blanche le lundi 28 mai 2018. Une convention de partenariat avec ce lieu de la culture des sciences nous permet de disposer d’un espace privilégié de travail pour l’organisation d’ateliers et d’un séminaire.

D’autres moments de travail pour la production de cette scène de science friction sont par ailleurs organisés au Cnam dans le cadre du Magister « Médiation culturelle des STS » et du cours CCE116 « Médiation par le théâtre » dont le calendrier est en cours de consolidation.