Une histoire socioculturelle des sciences et techniques

Journée – 9 avril – Rencontres des Séminaires “Légitimation” (Cnam) et “Sciences et techniques en interférence” (ESPE)

http://technique-societe.cnam.fr/recherche/programmes-et-projets/phase-2-du-programme-legitimations-du-savoir-2015-708264.kjsp

http://technique-societe.cnam.fr/recherche/programmes-et-projets/dispositifs-multi-acteurs-de-negociation-et-de-gestion-du-savoir–708728.kjsp?RH=cdhte

Contexte et genèse du projet

L’atelier “la Lucarne” est, à son origine, un projet de recherche collaborative sur l’histoire socioculturelle des sciences et techniques, proposé par Michel Letté et Loïc Petitgirard, enseignants-chercheurs du laboratoire HT2S (Histoire des TechnoSciences en Société), en 2013 et en lien avec la formation dispensée aux auditeurs du Cnam. Son objet est d’interroger la pertinence d’un regard portant non plus sur la culture scientifique et technique prescrite par les acteurs traditionnels de la médiation (les savants vulgarisateurs et les concepteurs de dispositifs culturels dédiés à la transmission des connaissances) mais sur la manifestation des imaginaires populaires pétris de science et de technique. Le projet s’inscrit dans les recherches menées au laboratoire, dans l’axe 2 “Production, diffusion, médiation des savoirs et des cultures scientifiques et techniques”. Il est jusqu’à présent resté assez confidentiel avant d’être récemment articulé à deux perspectives : la Médiation culturelle des S&T et la formation aux métiers de ce domaine d’activité (qui sont autant de missions du Cnam / Site dédié).

Le premier temps du projet a consisté à nourrir une réflexion sur les processus de médiation des sciences et techniques dans la société, aujourd’hui et au travers de leurs évolutions durant les deux derniers siècles de montée en puissance de la science, de la technique, de l’industrie (selon les époques, le terme médiation recouvrant la vulgarisation, la popularisation, la diffusion de la CST, etc.). Il est apparu important d’interroger les modes d’appropriation par les publics de ces cultures scientifiques et techniques. S’est dégagé progressivement le constat que les manifestations culturelles, banales et ordinaires dans l’espace public des rapports science / technique / société ont été quelque peu délaissées tant par les analyses sur le pourquoi et le comment de la médiation que par le champ des STS.

La médiation en question, très souvent résumée à la diffusion de la “Culture scientifique et technique” en France, comporte aujourd’hui encore une dimension très normative visant l’adhésion des publics, parfois jugés rétifs aux principes d’une économie rationnelle, performante, à une culture du progrès, du risque et de l’innovation. Au-delà des prescriptions du modèle diffusionniste de la CST, le projet de “La Lucarne” est d’observer l’arrière-cour culturelle et populaire des technosciences en société, en sondant les façons dont les publics s’approprient eux-mêmes ces questions au travers de la production et de la consommation culturelle de masse (le projet scientifique est explicité avec plus de détail dans la publication la Lucarne n°1 téléchargeable ici).

Comment construire l’enquête et tenter d’apporter des réponses dans ce cadre problématique ? Il est apparu nécessaire de constituer un Corpus de ces manifestations, constituées d’images, de textes, de films, de documents en un sens très large, concernant les 200 dernières années. D’emblée, nous avons assumé un triple choix pour ce Corpus : hétérogène, représentatif de l’espace public “français” et “massif”. Hétérogène par la nature des documents, ce qui n’empêche pas de distinguer et de constituer plusieurs catégories (comme ce qui a été initié sur Cinéma et STS). “Français” car il s’agit de considérer prioritairement l’espace public français, ce qui a eu une exposition significative ou une diffusion massive dans cet espace (et non pas seulement ce qui a été produit en langue française ou dans un espace géographique donné). Le Corpus devra être massif, en tant que collection d’une masse importante de documents, et être représentatif d’une culture massive et/ou populaire.

 

Dispositif éditorial

Sur cette base, en 2013-14, le projet est devenu un Atelier, avec une dimension éditoriale qui a pris le nom “La Lucarne” à travers une plateforme Web dédiée (sous sa forme actuelle, un Carnet de Recherche). Le projet éditorial accompagnant la démarche est destiné à instruire et enrichir un Corpus. Il incarne les visées scientifiques, pédagogiques et culturelles. Sans repère au début, nous nous sommes raccrochés, à un modèle de type “anthologie” de textes et documents : présenter des documents assortis d’un commentaire n’excédant pas 5000 signes. On a pu également s’inspirer de modèle d’ouvrages collectifs comme les dictionnaires (particulièrement le “Dictionnaire culturel des sciences”) mais sans ambition d’exhaustivité. La Lucarne est ouverte à la consultation pour permettre à un public élargi d’avoir accès non seulement aux documents, mais aussi à l’éclairage proposé sur chaque document, sur ce qu’il dit et représente des relations sciences, techniques, société.

Pour répondre aux objectifs fixés, en particulier d’appréhender le caractère massif de ce corpus, la Lucarne a été intégrée au processus pédagogique. Car il est apparu nécessaire d’associer un ensemble large de contributeurs, d’horizons différents pour proposer des objets à intégrer dans le Corpus et/ou les commenter. En inscrivant la Lucarne au titre des outils pédagogiques mobilisé par les formations du Cnam, il s’agit de dépasser les regards “autorisés” d’enseignants-chercheurs académiques, et attirer des regards du “terrain” : formateurs, médiateurs et médiateurs en formation. Ce travail en Atelier est en outre pertinent et formateur pour ces futurs professionnels : ils s’exercent à l’analyse des représentations, à l’analyse de type STS, et à leur médiation à travers l’édition sur La Lucarne. Il faut souligner ici que les élèves du Cnam ont la particularité d’être des personnes en activité, ayant une ou plusieurs expériences professionnelles, notamment dans le domaine de la médiation / communication / journalisme.

Pour que ce dispositif multi-utilisateurs d’édition collaborative, hétérogène par les profils de ses collaborateurs comme par la nature des documents collectés soit opérationnel, il est nécessaire d’en assurer le pilotage et la coordination. Le projet éditorial rejoint là encore le processus pédagogique, car le pilotage se fait à la fois “en classe” et en ligne. La classe de l’année universitaire en cours est initiée au dispositif, avec pour objectif une participation de chacun à La Lucarne, à travers un choix de documents et la construction d’un commentaire afférent. Etant dans une perspective de formation d’adultes, et en nous inspirant d’un mode d’enseignement mutuel, les élèves s’exerçent au commentaire à la fois collectivement (par échanges en classe, lectures commentées d’articles et d’ouvrages, par les élèves pour les élèves) et individuellement. La Lucarne peut prendre en charge également supports, bibliographies, outils permettant la critique du Corpus, sur propositions des collaborateurs.

Phase 0 = 2013-14

Entre juin 2014 et Septembre 2014 : premiers rendus, modestes car le dispositif était en phase de tests et la priorité donnée au processus pédagogique (par rapport au projet scientifique et ses ambitions). En bref, la plateforme et le projet sont encore en cours de développement, par tâtonnements.

En Octobre 2014 est sortie en outre une édition « papier » / téléchargeable : ce document rassemble une sélection des fiches écrites au cours de la première année d’exploitation avec les auditeurs de la formation du Cnam.

Dans le développement à venir apparaîtra rapidement la nécessité d’associer des acteurs, collaborateurs, plus extérieurs encore. La renégociation et la redéfinition de l’organisation et du pilotage s’imposeront.

Problématique touchant à la Table ronde (Édition collaborative et médiation des sciences et techniques)

Le défi de “La Lucarne” est de faire émerger de l’alternatif dans les productions et les interrogations de la Médiation culturelle des S&T (par rapport au champ institué de la CST). L’hypothèse de l’Atelier est d’utiliser un dispositif de production (édition ouverte, collaborative, favorisant l’appropriation collective aussi bien qu’individuelle) permettant de démultiplier les points de vue et de les croiser.

Ce mode de production va de paire avec une interrogation sur la légitimité tant des discours institués, que des acteurs porteurs de ces discours. Symétriquement, le processus questionne la légitimité des contributeurs-acteurs de l’Atelier, qui détermine en grande partie leur engagement.

En d’autres termes, créer de l’alternatif au normatif implique de renégocier les légitimités des discours et des collaborateurs/acteurs du projet. D’autant plus que la légitimation est une condition initiale de l’appropriation, de la participation, de l’engagement dans le projet des acteurs / collaborateurs. Le contexte de la formation de Médiateurs, par l’exercice d’une pratique de Médiation, est autant un facilitateur (par le fait qu’ils sont orientés et contraints par le suivi de la formation) qu’un obstacle à leur implication. La nature hybride de l’objet (scientifique / pédagogique / culturel), son ouverture, son ambition peuvent être des obstacles à l’implication, il faut trouver des moyens de les contourner. Au premier rang des tentatives = la délégation de l’éditorialisation et une certaine souplesse dans la forme, sur les formats des fiches par exemple.

Comment “autoriser” ces acteurs et quelles formes / quels outils permettent de renégocier leur légitimité ? Dans quelle mesure l’outil numérique facilite-t-il ces processus ? Ces interrogations sont d’autant plus importantes que le pari initial – générer de l’alternatif – passe par la démultiplication des points de vue, pour mieux pénétrer la culture populaire et observer les représentations des STS qui s’y construisent.

La dimension cumulative de la collecte de ces représentations est constitutive du projet. Il repose sur la multiplicité des regards par des acteurs variés et autorisés, sur la synergie entre collaborateurs pour dépasser la “simple” collecte de données et produire une méta-analyse sur les représentations des STS. Le projet entend produire un savoir collectif en interrogeant la nature et la signification de l’omniprésence des S&T dans l’espace public.

YABON STPenser la place des sciences et techniques dans la société plutôt que les célébrer

La culture scientifique et technique a jusqu’à présent eu pour vocation d’assurer l’adhésion inconditionnelle des publics aux principes d’une économie rationnelle et performante. S’affichant comme un enjeu socioculturel de la compétition économique, elle dispense auprès de populations réputées rétives des savoirs et des valeurs conformes à une culture du progrès, du risque et de l’innovation. Or, face à cette culture hors-sol et largement prescrite, les publics se sont appropriés la question de leurs enjeux sociopolitiques sous-jacents, dont témoignent leurs manifestations au travers de la culture de masse. Il est temps d’interroger la nature et la signification de cette omniprésence des sciences et techniques dans l’espace public. C’est l’objectif de La Lucarne. Fenêtre ouverte sur l’arrière-cour culturelle et populaire des technosciences, elle ambitionne une histoire de la médiation culturelle des sciences et techniques en société, en version originale et publique, massive et populaire.

Analyse de textes et documents de la culture informelle des STS

Une série de textes ou de documents considérés comme des supports de médiation et de diffusion massive d’une production culturelle et populaire à caractère scientifique et technique. Au travers d’une mise en contexte historique, elle suggère une dimension problématique en lien avec la question des sciences et techniques en société. Le corpus des textes et documents reste borné par la longue période dite de l’industrialisation commencée au 18e siècle.

Le cinéma est l’un des supports de diffusion culturelle parmi les plus populaires et massifs des questions de STS. Pour cette raison, il figure au premier rang des espaces publics étudiés par les acteurs de la recherche dédiée aux questions de médiation culturelle des sciences et techniques.

Événements

Une sélection de colloques, journée d’étude, de forum, etc. mais aussi de films, de spectacles vivants et d’expositions au cœur de l’actualité culturelle des STS, sans oublier ce qui se diffuse au travers de tous les médias (radio, internet…)

Équipe

Michel Letté et Loïc Petitgirard, maîtres de conférence au laboratoire HT2S (Histoire des technosciences en société), CNAM – auditeur(trice)s CNAM des formations dédiées à la médiation socioculturelle des sciences et techniques (Formation mediation socioculturelle des ST)

3 réflexions au sujet de « Une histoire socioculturelle des sciences et techniques »

  1. http://WWW.PALÉO-ÉNERGETIQUE.ORG
    Bonjour,
    bravo pour cette magnifique démarche qui nous conforte dans notre projet !!
    La Paléo-énergie est un projet de recherche collaboratif mélant chercheurs et citoyens.
    Grâce à une frise chronologique online ainsi qu’une exposition itinérante lowtech, nous ré-écrivons, ensemble, une nouvelle histoire de l’énergie.
    Son but est de ressusciter les tech­ni­ques dis­pa­rues, mon­trer et révéler la capa­cité d’inno­va­tion sur les territoires en exhumant des inno­va­tions oubliées et une capa­cité d’inno­va­tion sociale, ver­na­cu­laire, décen­tra­li­sée, inat­ten­due.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *