Le blob : qu’est-ce que c’est ?

De son petit nom savant Physarum Polycephalum, le blob n’est ni un animal, ni un végétal, ni un champignon. Il est généralement jaune, informe, à la texture spongieuse et bouge très lentement (2 à 4cm par heure). Ce curieux organisme est totalement dépourvu de cerveau ou d’appareil digestif. Il n’a ni jambes pour se déplacer, ni bouche pour manger. Le blob, qui a l’air de sortir tout droit d’un film de science-fiction, se révèle être une étrange créature, insolite, nous réservant de multiples surprises !


Son surnom « blob » a été inspiré par le film « The Blob » avec Steve McQueen (1958). Le film raconte l’histoire d’un organisme extraterrestre gélatineux arrivant sur Terre et dévorant tout sur son passage. Heureusement pour nous, le blob terrien est inoffensif.

Selon des études sur son génome, le blob serait apparu il y a 500 millions à 1 milliard d’années, soit bien avant l’arrivée des végétaux et animaux (430 à 500 millions d’années).

À ce jour, il existe 1000 espèces différentes de blobs répertoriées. Il est présent sur toute la planète, sous n’importe quel climat. Pour en trouver, il faut d’abord un peu de chance et fouiller dans les zones humides forestières. En général, les blobs aiment l’humidité et l’obscurité et adorent s’agglutiner sur du bois mort. Nous pouvons également trouver certaines espèces dans notre jardin, notamment dans le composteur car le blob raffole de la décomposition.

 

Un organisme intelligent et grandissant

Le blob est unicellulaire, il ne possède donc qu’une seule et unique cellule, avec plusieurs noyaux. Le blob grandit au gré des divisions de ses noyaux.

Il est capable d’atteindre une taille gigantesque contenant des milliards de noyaux. Sa plus grande taille jamais observée dans un laboratoire est de 5 m2, et dans un milieu naturel, un blob s’étendait jusqu’à 1.3 km2 (soit 138 terrains de football). Mais nous sommes loin du blob envahisseur de notre film de 1958. À maturité, le blob disparaît en dispersant de multiples spores dans l’environnement.

Le blob est doté d’une certaine intelligence sans posséder de cerveau et il a même de la mémoire. Il est capable d’apprendre, et de résoudre des problèmes complexes comme trouver le chemin le plus court dans un labyrinthe. De plus, il peut transmettre de nombreuses informations en fusionnant avec ses congénères.

Il a une capacité d’adaptation assez exceptionnelle, il peut modifier ses goûts, son comportement selon son environnement et se révèle également être sensible au stress.

 

Le blob-trotteur

Sans bras ni jambes, cet organisme est capable de se déplacer grâce à son réseau veineux. Concrètement, les mouvements internes du courant sanguin le propulsent dans une direction choisie. Et comme son réseau veineux est très dense et très complexe, il peut se déplacer dans plusieurs directions à la fois, en générant des extensions : des bras appelés « pseudopodes » (ce qui lui donne cette figure multiforme). Et qu’importe sa taille, le blob est capable de se faufiler dans un trou de 1 micromètre de diamètre !

Lorsque le blob se déplace, il laisse derrière lui du mucus, comme un escargot. Ce mucus lui permet de circuler en évitant d’explorer plusieurs fois la même zone afin de trouver sa nourriture de façon plus efficace.

 
Ça mange quoi un blob ?

Sans bouche, ni estomac, il enveloppe sa nourriture puis la digère grâce à des substances chimiques. Il peut maintenir un apport optimal de nutriments essentiels à sa croissance et à sa survie. Le blob peut se nourrir de différentes choses : bactéries, moisissures, levures et même ses congénères ! Les chercheurs étudiant les blobs les nourrissent généralement de flocons d’avoine. Le blob raffole des repas protéinés. Un blob sustenté peut doubler sa taille chaque jour. Un blob bien nourri est un blob bien portant !

 
Reproduction du blob

Existe-t-il des blobs mâles ou femelles ? La réponse à cette question est complexe car le blob ne possède pas d’appareil reproducteur, pourtant il possède 720 sexes différents. Chez le blob, on parle davantage de fusion que de reproduction.

Plus précisément, les cellules sexuées du blob sont appelées des spores. Une spore va libérer une cellule (gamète) en quête d’une cellule sexuellement opposée. Quand deux cellules sexuées compatibles se rencontrent, elles fusionnent en une seule cellule devenant ainsi un blob. De plus, deux blobs génétiquement identiques peuvent fusionner s’ils sont à proximité l’un de l’autre.

Plus étonnant encore, nous pouvons obtenir plusieurs clones d’un seul et même blob. En effet, si vous coupez un blob en plusieurs morceaux (il saigne mais cicatrise en moins de deux minutes), vous créerez des clones. En quelques heures, chaque morceau de blob coupé aura réorganisé tout un système veineux à part entière.

 
Du laboratoire à l’ISS

Le blob est longtemps resté comme un sujet scientifique sans grand intérêt pour le grand public. Mais ces dernières années, le blob a obtenu une certaine médiatisation grâce aux travaux de recherche d’Audrey Dussutour, éthologue (spécialiste du comportement des espèces animales) et chercheuse au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), et de son équipe.

En avril 2021, des blobs ont voyagé dans l’espace à bord de la Station Spatiale Internationale avec Thomas Pesquet. Ce projet intitulé « Élève ton blob » fut mené conjointement par le CNRS et le CNES (Centre National d’Études Spatiales). Le but était d’étudier le vieillissement cellulaire du blob ainsi que son comportement en impesanteur. 4500 écoles ont effectué les mêmes expériences que l’astronaute, permettant ainsi de comparer les données terriennes et spatiales.

Plus tard, en octobre 2021, le CNRS lançait un projet de science participative : « Derrière le blob, la recherche ». 10 000 apprentis scientifiques furent invités à participer à une expérience inédite dirigée par Audrey Dussutour. L’expérience commencera en printemps 2022, avec pour but d’étudier les effets du changement climatique sur le blob.



Pour en savoir plus sur ce fameux blob, je vous invite à vous procurer l’ouvrage d’Audrey Dussutour, « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur LE BLOB sans jamais oser le demander » aux éditions J’ai Lu. Prix du livre Sciences pour Tous, ce livre a très largement inspiré l’écriture de cet article.



FRANS Gwenaëlle


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search