L’impossible débat public sur le nucléaire

Par Adélaïde Robault (promotion 2022)

centrale nucléaire

©Carol M. Highsmith

 

La décision de construire de nouvelles centrales, annoncée par Emmanuel Macron, s’est fait sans concertation préalable, au grand regret des opposants au nucléaire et des défenseurs de la démocratie participative. Mais un débat sur ce sujet est-il possible ?

 

Le président de la République ne s’est pas embarrassé de consulter l’Assemblée nationale ou les Français avant de dévoiler, le 9 novembre dernier, un plan de relance du nucléaire civil qui prévoit la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, les SMR (small modular reactors, ou petits réacteurs modulaires). Aucun débat public sur la question n’est prévu à ce jour alors qu’il s’agit « d’un choix démocratique majeur engageant les générations futures » a relevé la Commission nationale du débat public (CNDP). Cette instance indépendante, dont la mission est justement d’organiser des débats publics sur des projets qui touchent à l’environnement, s’est poliment mais fermement exprimée sur le sujet dans son avis du 1 décembre 2021. Elle y déplore que « les annonces de la relance ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information ; la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ainsi que l’article 7 de la Charte de l’environnement, de portée constitutionnelle ». En clair, l’exécutif ne respecte pas ses engagements nationaux et internationaux. « Dans tous les cas, la CNDP sera saisie projet par projet comme le prévoit le Code de l’environnement, précise sa présidente, Chantal Jouanno, mais la recommandation du 1 décembre demande un débat public sur la politique générale d’ensemble sur la place et le besoin du nucléaire dans la transition ». Sauf que rien n’oblige le gouvernement à aller dans ce sens et que toute possibilité de consultation citoyenne a tout bonnement été rayée du Plan de programmation pluriannuel sur l’énergie. Affaire réglée donc, dans le dos de la CNDP si on en croit sa présidente qui regrette d’avoir découvert ce tour de passe-passe a postériori.

 

« Chevelus », « khmers verts », les militants antinucléaires sont caricaturés par leurs adversaires

 

Quand bien même un débat public était envisagé, comment l’organiser de manière équilibré, dans de bonnes conditions avec un sujet clivant, technique, idéologique et parasité par de nombreux biais. Chez Sortir du nucléaire, une fédération de 895 associations, on ne veut pas discuter mais arrêter le nucléaire. Le plan de relance a « sonné » les militants. «  Il y a un défaitisme chez les anciens antinuc, c’est compliqué de leur demander de débattre du nucléaire civil, c’est une question qu’on aurait du poser il y a quarante ans mais c’est trop tard, témoigne Angélique Huguin, administratrice du réseau Sortir du nucléaire. Et comment débattre alors qu’on est de la génération « fée électricité », maintenant que toute la population est habituée à l’électricité et que la radioactivité reste invisible ? Comment être audible alors qu’on est caricaturés par certaines figure médiatiques comme Jean-Marc Jancovici, ou traités de gauchistes, de sectaires, de khmers verts ? comment se faire entendre ? voilà ce qui fausse le contexte et la possibilité de la discussion ». La bataille de la communication et de l’image fait rage. « Les youtubeurs qui vont voir l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) croient rencontrer des scientifiques, et nous on est que des chevelus » résume la militante. Sous entendu des hippies idéologues et non des experts dotés d’un argument d’autorité.

 

« Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum »

 

En plus d’exiger un cadre neutre débarrassé des a priori idéologiques et des clichés véhiculés par les uns et les autres, la tenue d’un débat public dépend d’un paramètre essentiel : l’argent. Les associations savent qu’elles auront du mal à rivaliser avec les experts « en blouse blanche » et les industriels concernant les moyens de communication et la possibilité d’effectuer certaines recherches scientifiques pour nourrir les échanges. Quant à la CNDP, elle ne possède qu’un budget de fonctionnement et une équipe de 13 salariés. Le travail de terrain qu’elle effectue sous forme de rencontres, d’ateliers, avec les citoyens volontaires, sur des projets d’infrastructures qui touchent à l’environnement (implantations d’éoliennes, projets de transports,…), est financé par un fond spécial, abondé par les maitres d’ouvrage et les responsables de chaque projet concerné. L’Etat dans le cas du nucléaire. « Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum. Il faudrait une campagne de communication énorme, acheter des espaces, car l’un des enjeux majeurs serait que tout le monde soit informé » précise Chantal Jouanno. Un investissement de taille pour répondre aussi à trois prérequis posés par la CNDP : la transparence de l’information, son accessibilité et sa compréhensibilité. L’information disponible sur le nucléaire répond-elle à ces exigences ? « Le sujet de la transparence est très clivant. On nous renvoie le secret défense ou industriel ce qui crée des tensions et est très mal vécu par le public comme on l’a vu lors du débat sur la centrale de Penly, en 2010, rapporte la présidente de la CNDP. Nous n’avons pas été confrontés à cette difficulté dans le débat sur le plan de gestion des déchets du fait que la Cour des comptes a beaucoup publié sur le nucléaire ». Concernant l’accessibilité de l’information, la CNDP rassemble les données de l’Etat, des associations et de la Cour des comptes. Quant à la compréhensibilité, elle commande des outils de communication (films, etc) pour faire de la pédagogie.

 

Entre bataille de l’image et de communication, enjeux industriels et militaires, débattre collectivement du nucléaire semble hypothétique et les choix politiques en la matière relever du domaine réservé de l’exécutif. A cela s’ajoute le calendrier de 2022 et l’élection présidentielle qui favorise d’avantage les tensions que la sérénité espérée pour confronter calmement les opinions divergentes. L’annonce de la relance de la filière a de facto propulsé le sujet dans la campagne et obligé les candidats à prendre position, ce qui peut être interprété comme une stratégie pour lancer le débat public sans impliquer l’État, lequel se contentera de regarder comment chaque camp s’affronte.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search