Ariane 6 : Du russe Roscosmos à l’américain Amazon

Sanctionné économiquement en février 2022 par l’Europe du fait du conflit russo-ukrainien, Moscou, par la voix de Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos, a décidé de ne plus permettre l’exploitation de son lanceur Soyouz implanté au Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou. Une alternative à cet arrêt catastrophique pour l’institution européenne spatiale semble avoir été trouvée : Amazon, nouveau partenaire.

Le Centre Spatial Guyanais, fer de lance technologique de l’Europe spatiale

Pour rivaliser avec la concurrence internationale et pour se développer techniquement, l’Agence Spatiale Européenne (ASE ou ESA) et l’Agence Spatiale Russe, Roscosmos s’étaient associées en 2002. En effet, le lancement-test concluant du lanceur Soyouz depuis la Guyane, le 21 octobre 2001, avait permis d’envoyer dans l’espace les deux premiers satellites européens Galiléo IOV (In Orbit Validation) à la constellation(1) spatiale dédiée. L’entente avec Moscou, complétant alors l’offre de services de l’ASE, a été actée.

Arianespace SAS est la société française créée pour commercialiser et exploiter les systèmes des lanceurs civils européens : Ariane 5, Soyouz, Véga et prochainement Ariane 6 et Véga C. Elle planifie la mise en orbite des satellites destinés à l’internet de haut débit.

L’ASE et Arianespace SAS en panne de moteurs

Soyouz permettait à la France de rivaliser avec les lanceurs américains de SpaceX, dont le Falcon 9. Il assurait les lancements annuels des quatre « fusées » des institutions européennes ainsi que ceux d’autres clients. Soyouz était l’engin le plus adapté pour ces voyages en orbite basse, soit environ à 600 km d’altitude au-dessus de la Terre (l’équivalent de 2000 Tour Eiffel superposées). Pour assurer ces prestations, Arianespace SAS exploitait le lanceur Soyouz. Avec le conflit russo-ukrainien, ces lancements étaient bloqués.

Les clients des satellites Galiléo, Oneweb(2) et autres européens auraient-ils patienter ?

Coup de théâtre : la plus grande acquisition commerciale de lanceurs de l’histoiredixit Amazon

Désormais les clients peuvent retrouver une place sur le carnet de commande d’Arianespace SAS, aujourd’hui réactivé. En effet, le 5 avril 2022, un nouveau partenariat avec le géant américain de la vente en ligne, Amazon, assure au nouveau lanceur Ariane 6 d’effectuer 18 tirs au lieu des 11 prévus. « Un grand moment dans l’histoire » de la société selon son président exécutif, Stéphane Israël.

« La fourniture de services de lancement de charges lourdes dans le cadre du Projet de la constellation Kuiper » désormais financé par Amazon permettra à l’ASE de mettre en orbite 35 satellites par lancement avec une prévision de 6 tirs par an pendant trois ans.

Amazon, qui diversifie largement le champ de ses activités économiques, a prévu de positionner pas moins de 3236 satellites en 5 ans.

L’aura d’Amazon

Toutefois, Amazon est accusé par des ONG, des députés français et européens, d’évasion fiscale. Par ailleurs, Attac, les Amis de la Terre, Droit au Logement et l’Union Syndicale Solidaire accusent la société américaine d’avoir un impact désastreux sur l’environnement et d’infliger des conditions de travail déplorables à ses salarié.e.s. Le ministère de la Culture et le Syndicat de la Librairie française pointent également Amazon du doigt pour ses pratiques commerciales agressives. Toutes ces accusations ne semblent pas freiner la France et l’Europe dans leur volonté de s’associer avec le géant américain.

La pollution terrestre sera-t-elle reproduite dans l’espace malgré la catastrophe climatique à nos portes ? La volonté de conquête spatiale européenne(3) mettra-t-elle un voile sur ces enjeux ? Peut-on convenir aussi aisément d’une telle collaboration sans entendre les palpitations de la planète ?

Et si le désaccord géopolitique franco-russe avait signé la première guerre … spatiale ?

P. Nathalie DESIREE

 

(1) Zone formée par l’agglutination de satellites mis en orbite

(2) ex WorldVu, mégaconstellation de 650 satellites de télécommunication de 150 kilo circulant sur une orbite basse permettant l’accès à l’internet à haut débit dans les régions mal desservies par les liaisons terrestres. Elle devrait atteindre 6372 satellites selon l’étude en cours

(3) consulter l’article “Algérie et Guyane : Spots de l’histoire du Spatial français” sur   https://lamediacuscitech.wixsite.com/gwankarayib-e-sud/post/algerie-et-guyane-spots-de-l-histoire-du-spatial-francais

 

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-conflit-ukraine-russie-suspend-utilisation-soyouz-depuis-kourou-marque-point-97007/

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/internet-spatial-contrats-geants-d-amazon-avec-trois-lanceurs-dont-ariane-6_162701

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search