« Don’t look up, déni cosmique » : un dispositif informel de médiation ?

Ce film est paru en 2021, mettant en scène Leonardo Di Caprio et Jennifer Lawrence. La découverte d’une comète dont l’impact destructeur avec la Terre est inéluctable à très court terme et la recherche de solutions sont traitées dans une comédie dramatique parfois caricaturale, mais qui donne à réfléchir.

Le titre « Don’t look up » signifie « ne regardez pas en l’air » ; il invite à penser que le thème du film est le déni d’un événement imminent, aux conséquences dramatiques. La création des mouvements « look up » par les trois protagonistes scientifiques et « Don’t look up » par le gouvernement américain à la moitié du film semble figer la controverse sur la réalité de la comète et son impact avec notre planète. Or, de mon point de vue, le sujet du film est celui de la prise de décision par le gouvernement américain pour une solution technologique hasardeuse, non validée par la communauté scientifique mais proposée par une firme technologique privée.

Au départ, il y a effectivement un moment de déni par les politiques, très court, le temps que les données scientifiques établies par les chercheurs d’une université peu connue soient vérifiées par d’autres scientifiques de plus grande notoriété. Cette première partie du film informe implicitement le public de la façon dont est habituellement validée une information scientifique majeure, par les pairs.

On assiste également dans le film à l’impuissance des trois scientifiques à faire entendre la dangerosité de l’impact de la comète sur Terre et ses conséquences, à savoir l’anéantissement de toute forme de vie sur la planète. Face au scepticisme de la Présidence américaine, ils tentent de convaincre le grand public grâce aux médias, la presse écrite d’abord puis une émission de télévision de grande audience. Effectivement, tant que la comète n’apparaît pas dans le ciel nocturne, le message semble ne pas passer auprès du public : et quand sa présence est évidente, il ne reste que quelques jours avant l’impact ; il est trop tard pour réagir. C’est ici l’administration de la preuve qui est évoquée de façon informelle ; au public, les paroles telles que « on l’a vue au télescope, on l’a même prise en photo », ou encore, « maintenant qu’on vous la dit » ne semblent pas suffire quand c’est la conception même du risque encouru qui est en jeu. Il faut voir la comète de ses propres yeux pour croire les scientifiques qui préviennent pourtant depuis des semaines.

Le mouvement Don’t look up a pour but de retarder le plus longtemps possible la prise de conscience du danger ; l’impact avec la comète signifiant la fin du monde, le gouvernement craint effectivement les réactions de violence d’une population qui n’a plus rien à perdre.

Pour moi, le véritable sujet du film se situe au niveau des prises de décision :

Dans cette fiction, le gouvernement américain paraît légitime pour régler le problème au nom du monde entier, au moins dans un premier temps. Il monte tout d’abord une opération pour détourner la comète, opération qui semble-t-il paraît la solution cohérente validée par la communauté scientifique internationale. C’est sans compter sur l’appât du gain !

En effet, influencée par un milliardaire américain à la tête d’une entreprise technologique de première envergure, la Présidente ordonne pendant son lancement le sabordage de cette opération. Sa prise de décision est unilatérale, sans aucune concertation et à partir de ce moment-là, on comprend que la communauté scientifique mondiale n’a plus son mot à dire dans la solution choisie par la première puissance mondiale, celle proposée par un richissime illuminé.

La promesse technologique joue alors son rôle à plein, doublée d’une promesse sociale annonçant des richesses inouïes qui permettraient d’éradiquer tous les problèmes de l’humanité, dont la faim dans le monde. La solution proposée par le milliardaire visionnaire est certes imaginée et modélisée par quelques scientifiques détenteurs de Prix Nobel employés dans sa firme ; cependant, exalté par la promesse de richesse, de pouvoir, de reconnaissance, il convainc la présidence de le suivre au mépris de la règle élémentaire de certification scientifique de sa proposition, à savoir la validation indépendante par les pairs.

Etablir un parallèle entre l’arrivée fictive d’une comète tueuse sur Terre et la réalité du changement climatique à venir est facile à faire ; là encore, j’y vois un dispositif informel de médiation, qui vise à illustrer dans une fiction parfois outrancière l’inaction actuelle de la majorité des gouvernements du monde face aux menaces du changement climatique. L’issue du film, qui met en image la catastrophe annoncée de la fin du monde, envoie un avertissement à ceux qui ne prennent pas très au sérieux la menace, toute énorme qu’elle soit, et justement sans doute parce qu’elle l’est, énorme. Rapports très sérieux des scientifiques du GIEC, parallèle moins sérieux d’une fiction comme Don’t look up, en termes de lutte pour la transition écologique, tout est bon à prendre ; alors, ne boudons pas notre plaisir !

Nathalie Lenormand, juin 2022


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search