L’école La Cigogne à Bois-Colombes

Par Damien Prevosto, CNAM 2022.

 

L’école La Cigogne, à Bois-Colombes, en banlieue parisienne, est un grand bâtiment blanc, d’apparence moderne, dont les façades sont en partie cachées par les arbres du parc des Bruyères qui l’entourent. Ce qui frappe le regard, quand on s’approche de l’école, c’est l’immense ouverture circulaire qui surplombe l’entrée du bâtiment. Et, de manière symétrique, une deuxième ouverture apparait à l’arrière du bâtiment, recouverte de 3 grands anneaux concentriques.

Si cet étrange édifice semble aujourd’hui banal pour les écoliers et les visiteurs du parc, il a pourtant hébergé la soufflerie privée la plus importante du monde pendant les années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale. Il est le dernier témoin de la riche histoire industrielle du constructeur Hispano-Suiza dans ce quartier de Bois-Colombes.

Quand Hispano-Suiza décide de construire cette soufflerie, en 1936, l’entreprise est déjà implantée sur ce site depuis plus de 20 ans. D’abord spécialisée dans l’assemblage des automobiles de luxe de la marque espagnole, l’usine de Bois-Colombes oriente rapidement sa production vers l’aéronautique pour soutenir l’effort de guerre français pendant la première guerre mondiale. C’est un moteur conçut par Hispano-Suiza qui équipera les célèbres avions de chasse SPAD, dont les exploits seront rendus célèbres par les “as” de l’escadrille des Cigognes : Georges Guynemer et René Fonck.

Avec la construction de la soufflerie, peu avant la deuxième guerre mondiale, Hispano-Suiza accélère encore le développement de son activité aéronautique: cet équipement lui permet en effet de réaliser des essais de moteurs d’avion en reproduisant les conditions de vol.
Cette soufflerie, longue de 55 mètres, fonctionne selon un principe de “circuit ouvert” mis au point par Gustave Eiffel au début du 20ème siècle : le flux d’air est capté sur un côté du bâtiment grâce à un collecteur en forme d’entonnoir; il circule ensuite au travers d’une chambre d’expérience où sont placés les moteurs testés; puis il ressort du bâtiment par un diffuseur.

Cette installation prestigieuse souffre néanmoins d’un défaut majeur : le bruit qu’elle génère lorsqu’elle est activée. Les riverains de l’usine déposent à plusieurs reprises des plaintes pour nuisance sonore ! Certaines mauvaises langues disent qu’on entend la soufflerie jusqu’à Paris…

Malgré les bombardements de 1943, la soufflerie tourne à plein régime jusque dans les années 1950, avant d’être progressivement délaissée et reconvertie en bureaux pour les employés. Puis c’est tout le site industriel d’Hispano-Suiza qui est touché par des réorganisations successives, avant une fermeture définitive en avril 1999. La soufflerie échappe cependant à la destruction, grâce à la mobilisation d’anciens salariés et d’habitants de Bois-Colombes qui souhaitaient conserver une trace emblématique de cet ancien grand site industriel. Elle est ainsi inscrite en 2000 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, puis réhabilitée en école. De nombreuses rues aux alentours ont également été renommées (rue Guynemer, rue Hispano-Suiza, …), comme autant d’indices d’un passé qu’on a du mal à imaginer tant le quartier a été reconstruit depuis une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, plusieurs grands panneaux illustrés, accrochés aux grilles de l’école, retracent l’histoire de la soufflerie. Les passants curieux découvrent alors l’origine de ce bâtiment étrange, qui fait maintenant partie du patrimoine industriel de la ville.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search