La stèle Farman, hommage invisible à un exploit oublié

C’est un bloc de pierre posé entre une voie de tramway et un boulevard périphérique, aux confins de Paris et d’Issy-les-Moulineaux. Pour les usagers du tram en attente à la station Suzanne-Lenglen, les automobilistes coincés au feu rouge tout proche et les piétons pressés de rallier leur bureau ou le centre commercial de l’Aquaboulevard, il passe un peu inaperçu.

Pour qui a le temps et la curiosité de s’approcher, la stèle prend un peu plus de sens, en face de l’héliport de Paris et des bâtiments de la Direction de l’Aviation civile. Réalisée par Paul Landowski, sculpteur français de renommée mondiale, inaugurée en 1930, elle célèbre un pionnier de l’aéronautique, Henri Farman, et scelle le souvenir d’un vol accompli le 13 janvier 1908 ici même où pas très loin, là où vrombissent désormais les hélicoptères.

La principale face du monument est divisée en 5 « étages » : un aigle, un pilote aux commandes, des ingénieurs et un schéma, un dessin d’avion, un texte ainsi libellé : « Sous le contrôle de l’Aéro-Club de France sur ce terrain, le 13 janvier 1908 pour la première fois au monde un kilomètre en circuit fermé a été parcouru par Henri Farman sur biplan conçu et construit par les frères Gabriel et Charles Voisin moteur Antoinette créé par Levavasseur gagnant ainsi le Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon et portant les records mondiaux d’aviation à distance : 1000m, durée : 1m28s. » 

La stèle est surmontée d’un aigle aux ailes spectaculaires. Comme un rappel que l’aventure de l’aviation a commencé avec le désir de l’homme d’imiter les oiseaux. Vainqueur des lois de la nature et de l’attraction terrestre, il semble convoquer cet aigle, ici, pour se mettre sous sa protection en même temps qu’il lui signifie la domination définitive de la technique humaine.

Le vainqueur, en l’occurrence, est l’aviateur Henri Farman, représenté dans la posture classique des premiers pilotes des premiers avions : lové dans un entrelacs de baguettes qui maintiennent la voilure, tenant un volant, moustache et barbe, casquette à l’envers. Suivant le même itinéraire que nombre de ses pairs, il s’intéressait, à tout ce qui permettait d’aller toujours plus vite au tournant du siècle. D’abord coureur cycliste en 1892-1893, Farman se lance dans la course automobile dans les années 1900 avant de multiplier les performances aux commandes de ces drôles de machines volantes. À noter que l’orthographe de son prénom, Henri et non Henry, naturalise définitivement cet Anglais né à Paris.

La progression de l’industrie aéronautique au début du XXe siècle passionnait la presse et le public. La technique, alors, cette « locomotion mécanique dans les airs » nourrissait les rêves et l’imagination. Chaque vol un peu plus long que les autres, un peu plus haut ou un peu plus rapide se racontait à la une de nombreux journaux à grand tirage, déplaçait les foules sur les terrains d’aviation dont celui qui fait face à la stèle, aujourd’hui occupé par l’héliport de Paris.

Ainsi, l’action pour laquelle Farman est célébré faisait à l’époque figure d’exploit et le jour de son accomplissement, le 13 janvier 1908, reste une date dans l’histoire de l’aviation. Un schéma montre où se situa, entre Issy et la porte de Sèvres, la boucle effectuée par Farman. Près de 120 ans après, ce « kilomètre en circuit fermé » n’a pas la résonance d’un exploit comme c’est le cas, par exemple des traversées de Blériot (1909) ou Lindbergh (1927). Sa technicité n’a pas résisté au temps. En fait, Farman est le premier à effectuer un virage en avion à une époque où certains jugeaient cela impossible. C’est donc, en effet, un jour décisif pour tous ceux qui conçoivent et fabriquent les avions.

En notamment les frères Charles et Gabriel Voisin, ingénieurs également mis à l’honneur sur la stèle, où figurent leurs deux profils sculptés. Eux aussi sont des acteurs de premier plan des débuts de l’aviation moderne (leur nom résonne toujours dans le quartier à travers une école, une allée, un terminus d’autobus). Leurs ateliers et leurs usines à Issy et Boulogne fournissent les appareils qui vont entrer dans la légende en même temps que leurs pilotes. Le biplan de Farman est représenté de face et de façon stylisée sur le monument mais décrit de manière détaillée : « un biplan Voisin avec moteur Antoinette créé par [Léon] Levavasseur », autre ingénieur renommé.

Le texte, enfin, au bas de la stèle, précise que la performance de Farman a été dûment homologuée par l’Aéro-Club de France, organisme né dès 1898 pour encourager la « locomotion aérienne », qui édicte les règlements et délivre les brevets de pilote. Enfin, elle a eu lieu dans le cadre du Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon, du nom d’Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon, deux des cofondateurs de l’Aéro-Club de France. L’un est avocat, l’autre gère une société de pétrole; les deux ont mis leur fortune au service de cette industrie naissante, qui progresse au gré de compétitions (Grand Prix d’aviation, coupe Gordon-Bennett, courses à étapes…) dont ils financent les primes.

Cette stèle n’oublie donc rien ni personne de l’écosystème qui a fait progresser l’aviation jusqu’à la Première guerre mondiale : des ingénieurs à la pointe de l’innovation, des pilotes prêts à risquer leur vie pour un record, des mécènes fortunés et passionnés.

Bientôt, ce sont les guerres qui feront progresser l’aéronautique avant que le développement de l’aviation commerciale et du tourisme ne fasse du voyage en avion un événement banal… désormais montré du doigt pour sa lourde contribution au dérèglement climatique. Ainsi à quelques mètres du monument, autour du terrain de l’héliport de Paris, il n’est plus question de héros mais de nuisances: trop de pollution, trop de bruit…

En 92 ans d’existence, la stèle Farman a été déplacée deux fois, pour cause de travaux, mais elle a survécu au chamboulement du quartier. Hommage quasi invisible à un exploit oublié, mais témoignage préservé d’une époque glorieuse.

Isabelle Thalès, CNAM 2022

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search