Le réchauffement climatique en France s’annonce 50% plus élevé que prévu

D’après de nouvelles projections climatiques, sans une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre, la température moyenne de la France pourrait augmenter de 3,8°C à l’horizon 2100 par rapport au début du XXe siècle.  

Après les canicules, les sécheresses, les incendies et les orages de cet été, les dernières prévisions climatiques s’annoncent encore plus sombres que prévu pour l’Hexagone. Le réchauffement climatique en France pourrait être 50% plus élevé que ce que montraient les dernières prévisions publiées par Météo-France en 2021. C’est le résultat des dernières projections climatiques publiées dans la revue Earth System Dynamics le 4 octobre 2022 par une équipe du CNRS, du CERFACS (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en Calcul Scientifique) et de Météo-France. 

Ces projections se basent sur un scénario intermédiaire, comme défini par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce scénario intermédiaire envisage une trajectoire dans laquelle les tendances d’émissions de gaz à effet de serre (GES) actuelles se maintiennent. Ce qui semble le plus probable d’après les chercheurs. Dans ce cas, la température en France pourrait augmenter de 3,8°C en 2100 comparativement au début du XXe siècle. 

Une nouvelle méthodologie prometteuse 

Afin d’arriver à ces résultats, les chercheurs ont utilisé des modèles utilisés par le GIEC, qu’ils ont adapté à la France et pour lesquels ils ont utilisé une nouvelle méthodologie. Cette méthodologie présente une innovation majeure, consistant en l’utilisation de données climatiques observées sur le terrain pour contraindre les modèles. Pour cela les chercheurs se sont basés sur des données récoltées sur plus de 30 stations météorologiques en France. Les plus anciennes utilisées et considérées comme robustes datent de 1899. Les plus récentes datent de 2020. Ils comparent ensuite ces mesures de terrains, avec les résultats issus des modèles afin de les calibrer et diminuer les incertitudes. Lorsque les modèles reproduisent au mieux les tendances observées par les mesures, alors les chercheurs font des projections sur le futur. Ces projections suivent différents scénarios présentés par le GIEC, du plus optimiste au plus pessimiste.  

Un modèle à l’échelle de la France 

L’autre élément innovant de cette méthodologie est qu’elle permet de faire des projections climatiques à l’échelle de la France seulement. Contrairement, aux résultats du groupe d’experts du GIEC, simulant les projections climatiques à l’échelle de grandes régions comme le bassin méditerranéen ou l’Europe, cette méthodologie permet une réduction d’échelle dans les projections. Ce qui est une grande avancée. En effet, la prise de décision, la planification à l’adaptation climatique, ainsi que les politiques de prévention se font à une échelle locale et nationale. D’où l’importance de pouvoir avoir des projections à une échelle plus réduite.  

Des prévisions plus dramatiques que prévu 

Basé sur cette nouvelle méthodologie, les scientifiques ont tout d’abord montré que la température en France actuelle est supérieure de 1,66°C par rapport aux températures mesurées entre 1900 et 1930. D’après l’étude, 1,63°C degré serait à attribuer uniquement à l’activité humaine.  

L’analyse de données de températures plus précises entre 2010 et 2019, montre que sur cette courte période, la France se réchauffe de 0,1°C tous les 3 ans. Ce réchauffement est à imputer seulement à l’activité humaine. Ce qui de manière plus concrète aura pour conséquence, toujours à partir d’un scénario intermédiaire, une hausse des températures moyenne de 3,2°C en hiver et de 5,1°C en été à l’horizon 2100. L’hexagone connaîtra alors des étés avec des canicules quasi permanentes et les sécheresses seront plus longues de 5 à 10 jours. La neige aura quasiment disparu des régions de moyenne montagne, et dans le sud du massif alpin il neigera moins de 5 jours par an. 

Ces nouvelles prévisions sont encore plus dramatiques que les dernières prévues par Météo-France publiées en 2021. Cette dernière étude prévoyait alors une hausse des températures de 2,2°C dans un scénario intermédiaire et de 3.9°C dans un scénario pessimiste à l’horizon 2100. Ces nouvelles prévisions montrent que le scénario pessimiste correspond finalement à un scénario modéré, à l’échelle de la France.  

L’étude publiée dans la revue Earth System Dynamics, présente également différents scénarios possibles, en fonction du choix fait par nos sociétés. En considérant le scénario le plus optimiste, envisageant une évolution croissante vers des pratiques durables, alors l’augmentation de la température pourrait se limiter à 2,3 °C en 2100 par rapport au début du XXe siècle. En considérant le scénario le plus pessimiste, où nos sociétés continueraient à augmenter leurs émissions de GES, alors la température en France pourrait augmenter de 6,7°C en 2100. Des chiffres qui posent d’immenses défis d’adaptation et qui promettent des changements sévères dans l’agriculture, les écosystèmes et la société française.  

Ces projections sonnent comme un véritable cri d’alarme et montrent l’importance d’une action rapide des gouvernements si l’on veut limiter les impacts du changement climatique. Bien que, comme le soulignent les chercheurs, cette nouvelle méthodologie doit encore être validée par d’autres études dans le monde, il n’en reste pas moins que l’avenir climatique de la France s’annonce sombre. 

par Loïc DUCARME.



Citer ce billet
Promotion 2022-2023 (2023, 21 janvier). Le réchauffement climatique en France s’annonce 50% plus élevé que prévu. La Lucarne. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2t7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search