L’ordinaire culturel des STS / histoire au quotidien d’un objet banal mais jamais anodin

Tout en bois j’en pince pour toi

L’image a quelque chose de sensuelle et de tragique

Elle raconte une étreinte sur le fil, une histoire dramatique

Deux individus luttent ou s’aiment tout en contraste

 

L’un au premier plan, droit comme un pique, tout en plastique

L’autre, tout en bois, s’accroche dans un élan qui semble vivant

La rigidité froide de l’un est toute militaire, comme les galons qu’il arbore tout fier sur son uniforme vert.

L’autre désespère, nu comme un ver.

L’ensemble forme une chimère, mariage d’artifice et de nature

L’un sent l’usine et le container venu de Chine

L’autre est, sous son aspect banal, un produit local

L’un brille en rayon, pour pas cher, sous son blister

L’autre attend, sans ornement, l’achat conscient

L’un vous assure de polluer dès demain pour 1000 ans

L’autre vous garantit le cycle infini de la vie sur terre

 

L’ensemble est une misère, mariage d’éphémère et d’ancien

L’un aux lignes arrogantes et droites vous promet de décliner à vitesse grand V

L’autre aux courbes usées et gauches vous promet fidélité

L’un a perdu sa moitié que la pluie et le soleil ont fragilisé, puis cassé

L’autre est fait de belle matière, il a trouvé un partenaire pour durer

 

Ce bricolage finalement dit une danse à 2 temps

Un temps pour le jetable, regrettable mais pardonnable si on agit maintenant

L’autre pour le recyclable et le renouvelable, on répare et ça dure longtemps

 

par Michel LETTE.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Michel Lette (11 février 2023). L’ordinaire culturel des STS / histoire au quotidien d’un objet banal mais jamais anodin. . Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2ta


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search