Dans le cabinet de physique d’un lycée

Ici un appareil étrange avec des tiges en métal circulaires, le tout relié à une courroie et une poulie. Les tiges, sous l’effet de la rotation, s’aplatissent. L’appareil montre l’effet de la rotation sur la forme aplatie de la Terre. On tourne la tête et des étincelles jaillissent d’un appareil à grandes roues : c’est une machine de Wimshurst destinée à accumuler de l’électricité statique issue du frottement de balais métalliques sur les deux roues. Et puis à côté, d’autres objets aux noms tout aussi mystérieux : électroscope, tube de Crookes. Nous sommes dans les recoins d’un laboratoire de physique d’un lycée, ou d’un cabinet de physique comme on disait auparavant.

Ces objets sont beaux, ils nous fascinent même ! Ils sont les témoins d’une époque où l’émerveillement était le point de départ de l’enseignement. Mais surtout une époque où l’expérience était bien plus concrète, plus sensorielle même. On faisait des travaux pratiques. Le geste était aussi important que le savoir, le geste appuyait le savoir. Agir avant de penser, agir pour bien penser. Ces travaux pratiques permettaient de voir, de toucher, d’entendre les phénomènes, parfois même de les sentir en chimie. La science n’était pas seulement sur la paillasse, on expérimentait la science à travers ses sens, on intériorisait la science.

Aujourd’hui, les travaux pratiques n’ont plus cours, place aux activités expérimentales ! On a gommé le geste, jusque dans le nom même des pratiques pédagogiques. A la précision nécessaire de ces gestes, on a substitué le déroulé de la démarche : c’est la compréhension du déroulé qui prime. La réalisation, le geste, sa précision ne sont que secondaires.

Donc les ordinateurs et python (le langage de programmation utilisé dans les classes) ont remplacé la main de l’élève. Alors, les professeurs tournent, nostalgiques, les pages des inventaires réalisés au début du 20ème siècle. Ils tentent parfois de ressusciter ces objets et en font de brèves petites démonstrations ! Et tout de suite, les yeux des élèves pétillent. Et malgré eux, ils leur transmettent un peu de leur nostalgie. Mais surtout, ils leur transmettent la beauté de la science et l’émerveillement qu’elle suscite !

par Floriane MALVOLTI-BERNARDINI.

 

1ère page de l’inventaire du cabinet de physique du lycée de jeunes filles de Saint Cloud (actuellement lycée Alexandre Dumas), photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.
machine de Wimshurst, photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.
Appareil servant à montrer l’aplatissement de la Terre, photo par Alexis Chantereau, adjoint technique au lycée Alexandre Dumas de Saint Cloud.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Promotion 2022-2023 (25 février 2023). Dans le cabinet de physique d’un lycée. . Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2tb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search