Quand l’affiche publicitaire devient une porte ouverte vers le monde des Sciences :  promouvoir la connaissance au XIXe siècle.

De nos jours, tout le monde a un dictionnaire à la maison. Soit en version papier, soit en se connectant à internet. La connaissance est donc seulement à un clic de souris. Mais quand on remonte le temps, 126 ans en arrière pour être exact, la situation est bien différente. 

1897, à l’aube du XXe siècle, cette affiche publicitaire « dictionnaire général des sciences théoriques et pratiques » est placardée dans les rues de Paris. Chromolithographie typique de cette période avec des couleurs flamboyantes et un style artistique extrêmement travaillé. Pourquoi autant de détails dans une simple affiche, pourrait-on s’interroger ? Les raisons sont simples. 

Première raison, c’est qu’à cette époque les affiches s’avèrent être encore le meilleur moyen pour faire sa publicité. Être dans la presse coûte trop cher et bien souvent les annonces sont mal présentées reléguées en quatrième page et entassées avec d’autres annonces qui pour bon nombre d’entre elles sont fallacieuses. Les éditeurs ne lésinent donc pas sur les moyens en engageant des artistes connus, ici Besnier pour réaliser cette affiche qui promeut un dictionnaire des sciences. 

Deuxième raison, capter l’attention et déclencher des émotions chez le passant en utilisant les couleurs. Ici, deux couleurs primaires dominent ; le rouge et le bleu. Pendant que re rouge captant le regard recouvre quasiment la totalité de l’affiche, le bleu utilisé avec parcimonie vient y apporter de la profondeur. Ces couleurs n’ont pas été choisies au hasard. La couleur rouge attise les émotions fortes, pour créer un sentiment d’urgence, pousser à l’achat impulsif. À l’inverse, le bleu invite au calme et à l’apaisement. Mais c’est l’association des deux qui est la plus pertinente. Le bleu met en confiance et le rouge invite à consommer plus rapidement. C’est une alliance bien connue dans le divertissement, l’alimentation et les jeux. On comprend donc l’utilité d’avoir utilisé ces deux couleurs dans cette affiche publicitaire. 

Troisième raison, c’est qu’à travers le dessin on étaie un propos pour amplifier, prolonger un texte. L’encadrement formé par l’arc et les colonnes imite de façon symbolique une porte ou bien une ouverture par laquelle on peut entrevoir un nouvel univers. Un univers où il est possible de découvrir et de comprendre un monde jusque-là peut-être inconnu. Un monde de sciences. Les dessins qui se trouvent à l’intérieur viennent sublimer les thématiques retrouvées dans le dictionnaire. La locomotive et les bateaux pour la mécanique, l’homme noir pour l’ethnologie. L’éléphant animal spectaculaire tant par sa taille que par sa forme, pour les sciences naturelles. Ou bien encore, représentée par les astres et le ciel bleu nuit ; l’astronomie sujet phare du XIXe siècle. En-dehors de sublimer les dessins questionnent. Certains objets sont complexes et inconnus. L’éléphant interroge, à cette époque qui pouvait avoir la chance d’observer cet animal ? 

Mais pourquoi en cette fin de XIXe siècle promouvoir un dictionnaire qui inventorie tout ce qui gravite de près ou de loin aux sciences ? L’essor fulgurant des progrès scientifiques et techniques de ces deux derniers siècles a aussi favorisé en parallèle l’essor de la vulgarisation scientifique. 

Les sciences et techniques, ne sont plus perçues comme une propriété privée à laquelle ne peuvent accéder que de rares privilégiés (la bourgeoisie). Ceux qui leur accordent de l’intérêt sont de plus en plus nombreux.  De plus, la compétition est rude à cette époque, puisqu’un florilège de revues de vulgarisation scientifique existent déjà. 

Donc pour capter et vendre à ces nouveaux curieux l’esthétisme de l’affiche est capital. Mais pas seulement, un dictionnaire relié à la fin du XIXe siècle coûte excessivement cher.  À cette époque, seule une certaine élite peut s’en procurer. Le système d’achat est donc adapté en utilisant la vente par livraison (ici à 10 centimes). Le principe est simple. L’acheteur achète chapitre (parfois juste quelques feuillets) par chapitre le dictionnaire. Une fois la totalité achetée, l’acheteur retourne chez l’éditeur qui lui relie gratuitement l’ouvrage. Ce système permet aux classes sociales les plus modestes la possibilité d’avoir accès à la culture scientifique.

En conclusion, cette affiche pourrait être le reflet de l’état des connaissances de la société en cette fin de XIXe siècle. Mais aussi le reflet d’une population qui a la soif d’apprendre et de comprendre la société dans laquelle elle évolue. Une population à qui on offre la possibilité d’avoir accès à une culture scientifique longtemps réservée à une certaine partie de la bourgeoisie. Cela irait dans la continuité de la volonté de la IIIe République de transformer la société, en faisant de l’éducation son fer de lance. 

Pourtant, des questions demeurent. Ce genre d’ouvrage pouvait-il vraiment être proposé à la population entière, quand on sait qu’un ouvrier de cette époque gagnait tout juste de quoi se nourrir et se loger. 

La culture scientifique, si elle n’était pas à un clic de souris, était elle vraiment à portée de main ? 

Par Alice BAMAS 



Citer ce billet
Promotion 2022-2023 (2023, 21 mai). Quand l’affiche publicitaire devient une porte ouverte vers le monde des Sciences :  promouvoir la connaissance au XIXe siècle. La Lucarne. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2tc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search