L’Inserm met la science insipide au placard

Durant 6 mois, une campagne de publicité de l’Inserm s’est emparée des murs du métro parisien et des gares françaises. Ces affiches, colorées au ton humoristique, sont brodées de mystérieux termes scientifiques à côté de photographies qui portraient des personnes dans des situations du quotidien.

Sur l’affiche ci-dessus, nous avons un texte en police informelle, voire enfantine et une photo d’une personne âgée, hilare, contorsionnée dans ce qui semble être un placard. Un texte plus petit nous propose un slogan “ On gagne tous les jours à s’intéresser à la santé” au-dessous duquel l’affiche semble être expliquée. Un logo Inserm nous informe du commanditaire de cette publicité et une phrase nous propose d’en savoir plus sur leur site.

Le texte principal, en gros, ne nous donne pas d’information sur le lieu d’être de cette publicité ni sur ce qu’il se passe sur la photographie. Il nous apprend que “les chondrocytes sont pratiques”. Ce qui semble être du jargon de laboratoire. Lorsque l’on ne sait pas ce que sont les chondrocytes, on ne sait pas ce que cela veut dire. Si nous avons du temps d’attente pour notre train ou notre métro, la curiosité suscitée par le gros texte nous incite à lire le plus petit texte, espérant y trouver plus d’informations. C’est ainsi que l’on comprend que les
“chondrocytes” sont des cellules du cartilage. Les personnes souffrant d’arthrose ayant un cartilage “abîmé”. Et c’est ainsi que l’on comprend le lien entre la phrase principale et la photographie, le cartilage en bonne santé de la personne dans le placard lui permettant de jouer à des jeux d’enfant. Mais par le petit texte, l’Inserm ne nous dit pas qu’il guérit l’arthrose, il nous dit qu’il “envisage” cette possibilité. Que sa recherche dans le domaine permettra peut-être un jour de réparer le cartilage abîmé. Que sa recherche pourrait aller plus loin, mais à quelle condition ? 

Le lecteur ou le public de cette affiche devrait donc se demander comment aider l’Inserm à parvenir à cette possibilité. Il pourrait ainsi être prêt à chercher plus d’informations sur le site internet mentionné.

Le but de cette publicité se joue sûrement à ce niveau-là. Quel besoin à l’Inserm de faire campagne de notoriété dans ce registre ? Elle cherche à impliquer le lecteur dans la recherche publique. Elle ne fait pas appel aux dons, mais elle montre aux contribuables l’intérêt de l’existence de cet institut public. Elle nous présente de façon réductrice mais ludique le rôle de la recherche dans la société. En effet, au lieu du pathos désormais habituel employé par les campagnes de publicité liées à la santé, nous avons ici l’emploi d’une énigme scientifique. C’est un jeu de piste moins austère que des photos de chercheurs dans des laboratoires.

Ceci est finalement l’emploi d’un dispositif de médiation scientifique. Il explique de façon légère et plus ou moins accessible des termes employés seulement par les connaisseurs. Et il offre une raison de s’y intéresser par une ouverture sur la santé publique. Est-ce réussi ? Est-ce que le public va lire le petit texte ? Est-ce qu’il va ensuite surfer sur Internet pour avoir plus d’informations sur cet institut qu’il finance indirectement par les subventions de l’Etat ? Peut-être que non. Mais il a un accès soudain à une certaine proximité avec cet institut. Ce qui est potentiellement une autre motivation de l’Inserm pour une telle campagne.

Après les flagrantes contradictions des experts de la communauté scientifique durant les premiers pics de l’épidémie de SARS-COV-2, la confiance du public envers la communauté scientifique s’affaiblit. Il s’agit donc de renforcer cette confiance en se mettant à disposition du public. À disposition pour lui apprendre des “trucs”, et à disposition pour lui donner de plus amples informations.

Avec cette affiche, la fonction de compréhension et de transmission dans la médiation est réalisée. Cependant, il manque la fonction d’échange et d’écoute. Car ici, nous avons la réponse à des questions que le grand public ne se pose peut-être pas. Et être sensibilisé à la fonction des chondrocytes paraît un peu superficiel. Si nous gagnons tous les jours à nous intéresser à la science, peut-elle nous apprendre des “trucs” plus utiles ? Des “trucs” plus essentiels ? Le pari fait par cette campagne est qu’avec des informations scientifiques légères, elle peut nous impliquer dans la recherche scientifique. Est-ce que cette vieille dame dans le placard nous donne envie d’aller plus loin ? Pour répondre à cette question un sondage grand public semble tout indiqué.

Par Anaïs DEVOUGE



Citer ce billet
Promotion 2022-2023 (2023, 3 juin). L’Inserm met la science insipide au placard. La Lucarne. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2tl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search