Twitter, ou le mythe de Narcisse 2.0

Cette image est une capture d’écran du clip de Stromae “Carmen”. Sur une musique réarrangée à partir de la partition “L’amour est un oiseau rebelle” de l’opéra Carmen de Georges Bizet, Stromae dépeint les affres d’une surconsommation des réseaux sociaux, en particulier de Twitter. 

Les personnages qui marquent en premier lieu sont ces oiseaux bleus, à la moue froncée. Certains sont grands, d’autres plus petits, mais tous sont chevauchés par des personnages humains et reconnaissables. En effet, sur l’oiseau le plus gros, nous pouvons reconnaître Barack Obama, président des États-Unis d’Amérique, au moment où sort le clip. Au centre et sur l’oiseau le plus petit, c’est la Reine d’Angleterre Elizabeth II. Et enfin, l’auteur de la chanson lui-même, Stromae, chevauche le dernier oiseau, le plus à droite. Tous ont une attitude très passive sur leurs oiseaux, semblant ignorer ce qu’il y a autour d’eux. 

Au milieu de ce monde hagard, une jeune fille court, seul personnage qui semble libre de ses mouvements. Elle aussi va cependant dans la même direction.

En arrière-plan, de grandes flèches de néons criards de couleur vertes, jaunes, roses et violettes sont accrochées à différentes hauteurs sur des poteaux métalliques. Toutes indiquent la même direction : celle que suivent les oiseaux, et avec eux, les personnages juchés dessus. Le sol très lisse, qui semble artificiel, reflète les néons. La scène baigne de surcroît dans une lumière blafarde, créant par métonymie une impression d’artificialité.

Cette ambiance angoissante dénonce la superficialité des réseaux sociaux et les addictions qui résultent d’une surconsommation de ces médias. En effet, Stromae utilise l’image d’un oiseau bleu, logo de Twitter, un des réseaux les plus utilisés au monde. C’est le réseau sur lequel toute personne qui cherche une visibilité se doit d’être active. Mais ces oiseaux ne sont pas exactement ceux du logo. Ils font peur. Ils sont repris du graphisme du dessin animé “Angry Birds”, peut-être un moyen pour inclure les enfants dans cet univers. 

Mais en tout cas, en regardant cette image, tout le monde reconnaît une métaphore de Twitter, nul besoin de le mentionner. Même les non-utilisateurs de Twitter n’ont aucun mal à faire le lien, signe de la place que ce réseau social a gagné dans nos sociétés, occidentales ou non d’ailleurs !

Twitter est par excellence le monde de l’immédiateté, de la superficialité représentée par ces lumières et ce sol blafard : les utilisateurs (les “twittos”) publient des messages courts (les “tweets”), limités à 280 caractères. Ces messages se doivent d’être percutants et accrocheurs, à l’équivalent des slogans utilisés par les publicistes. Les sujets traités ne sont pas approfondis, on ne fait que réagir, et le plus brièvement possible. Twitter reprend ainsi les standards courants de la communication publicitaire normés aux besoins du capital. Le développement des nouvelles technologies de communication réduit les êtres pensants que nous sommes à l’équivalent de machines narcissiques restreintes dans leurs capacités d’échange à des messages les plus brefs possibles.

Les personnages sont juchés sur des oiseaux dont la taille symbolise le nombre d’abonnés à leur compte. La scène apparaît en plan large, les personnages sont issus de différents pays, symbole de la globalisation de Twitter.

Mais Stromae dénonce également un monde désincarné, où les utilisateurs ne sont que le pâle reflet d’eux même. Ce sol lisse qui reflète les néons et les personnages, rappelle que ces réseaux ne sont que des miroirs pour leurs utilisateurs, Narcisses des temps modernes. On s’y épanche sans filtre, on montre sa vie sous toutes les coutures, ou au contraire, on ne laisse filtrer qu’une image déformée. Twitter incite à devenir de plus en plus égocentré. 

Tout le monde va dans le même sens, celui indiqué par les flèches. Désincarnation toujours : les personnages ne maîtrisent pas leur déplacement, ils se laissent porter, donnant l’impression d’être sur un tapis roulant. Ils semblent même totalement absents. Une manière encore de dénoncer la norme induite : les personnages n’ont d’autre choix que de suivre le mouvement de tout le monde, ils semblent d’ailleurs ne pas s’en préoccuper. A-t-on des personnages encore conscients ou de simples enveloppes corporelles ? L’image ne permet pas de le dire. 

Cette scène arrive pendant le refrain du clip : “C’est comme ça qu’on s’aime, s’aime, s’aime ; c’est comme ça qu’on somme, somme, somme”. Refrain entêtant, les paroles tournent dans la tête (vous savez le genre de parole dont on n’arrive pas à se débarrasser), et renvoient à l’addiction aux réseaux sociaux. “C’est comme ça qu’on s’aime” : on mesure sa popularité au nombre d’abonnés, au nombre d’utilisateurs qui remarquent et partagent nos tweets. “C’est comme ça qu’on somme” : on compte, on décompte, on classe seulement en fonction du nombre d’abonnés, pas en fonction de la pertinence du tweet. La superficialité, toujours ! Et le jeu de mots qu’on somme/consomme est on ne peut plus explicite. 

Seule cette jeune fille, sans oiseau, semble encore réellement vivante. Elle court après son amoureux, le personnage de Stromae, pour tenter de le sauver. Un peu plus loin dans le clip, elle tombe dans un fossé tandis que les autres tombent dans le bec d’un oiseau. Ou plutôt le terme de “gueule” est-il plus juste, car l’oiseau est devenu un énorme monstre, se nourrissant sans distinction de l’ego et de la superficialité des hommes.

Cet arrêt sur image met en perspective les relations entre sciences, techniques et société. Le développement des réseaux sociaux associés aux innovations de la sphère numérique, impacte la société sur ses aspects fondamentaux, en l’occurrence l’échange et la communication entre humains. Alors que le propre du réseau social devrait être justement de créer du lien, son utilisation et ses besoins de standardisation demandent à l’homme d’intégrer ces normes. Exacerbant les travers de la personnalité, les réseaux sociaux, quintessence des technologies modernes de la communication, exploitent la nature humaine pour mieux la contrôler. L’individu développe ainsi son égocentrisme et son individualisme à l’image de la société capitaliste moderne. Ces nouveaux moyens de communication sont un exemple montrant combien la science et la technologie peuvent nuire à la société et à l’individu. 

L’entièreté du clip reflète tout à fait cet aspect mettant en scène la rupture de ce jeune couple passant d’un amour pour l’autre à un amour pour soi. Quand la réalité des sentiments cherche à s’imposer, c’est un échec.

 

Par Muriel BEN SOUSSANLoïc DUCARME et Floriane MALVOLTI-BERNARDINI . 



Citer ce billet
Promotion 2022-2023 (2023, 21 mai). Twitter, ou le mythe de Narcisse 2.0. La Lucarne. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2td

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search