La conquête de l’air en l’an 2000 : l’apogée du dirigeable

Cette lithographie date de 1899 et fait partie d’un ensemble de 87 dessins réalisés par Jean-Marc Côté associé à d’autres peintres. Cet ensemble nommé “En l’an 2000” a été créé pour l’exposition universelle de Paris en 1900 et distribué sous forme de vignettes dans les boîtes à cigares. Le projet aurait dû également se décliner en cartes postales en 1910, mais faute de financement n’a pas abouti. La seule série de cartes postales connue aujourd’hui a été retrouvée par l’écrivain Isaac Asimov qui les a rendues publiques dans son livre “Futuredays : A Nineteenth Century Vision of the Year 2000”, paru aux Editions Henry Holt & Co le 1er novembre 1986.

L’illustration présentée a pour titre “Aéronat au long cours”. Elle représente un système de voyage aérien composé de deux ballons dirigeables, reliés à une même nacelle. À l’arrière de ces ballons, deux petites voiles sont dessinées, jouant sans doute le rôle d’empennage. La nacelle a une forme de bateau, avec un pont sur lequel on peut voir des voyageurs. Ce choix résonne avec le fait que cette scène se passe au-dessus d’une étendue d’eau. Sur l’avant de cette embarcation, une armature en bois soutient un mât sur lequel est fixée l’hélice du moteur. En effet, avec l’avènement du moteur au XIXe siècle, les aérostats en ont rapidement été équipés, cela permettant une plus grande maniabilité. Le drapeau français entre les deux ballons rappelle l’excellence scientifique de la France, qui doit être démontrée lors de cette exposition universelle. 

Les falaises en arrière-plan évoquent la Normandie, il est possible que ce voyage soit donc un voyage transatlantique. À cette époque, le seul moyen de se rendre sur le continent américain était par voie maritime, l’avion motorisé n’est pas encore apparu et les aérostats commencent à l’être. Cela explique que la représentation d’un voyage dans les airs en l’an 2000 utilise cet engin.

La conquête de l’air est un thème récurrent depuis bien longtemps et en cette fin du XIXe siècle, dans la France de la Belle époque, la société est dans une époque faste, marquée par des progrès sociaux, économiques et technologiques. Grâce à l’influence de la révolution industrielle, le progrès technique est synonyme d’espoir, l’ère industrielle continue, la mécanisation est de plus en plus présente et rien ne semble impossible, y compris la conquête de l’air, tant fantasmée depuis toujours. L’industrie naissante permet de développer des matières innovantes telles celles utilisées dans les ballons.

La couleur jaune de ces derniers en est un parfait exemple. En effet, les toiles des ballons ont évolué au fil du temps et en cette fin du XIXe siècle, elles sont souvent caoutchoutées, spécificité reconnaissable à leur couleur jaune, comme sur la lithographie de Jean-Marc Côté. Ces étoffes étaient plus résistantes et plus imperméables que les étoffes vernies et se sont surtout développées après la mise au point du procédé de vulcanisation en 1839, rendant notamment le caoutchouc plus élastique et supprimant la thermosensilbilité de ce dernier. Cette teinture jaune était à base de chromate de plomb ou d’aniline et servait à protéger le caoutchouc des ultra-violets. La toile des ballons était composée d’un tissu jaune à l’extérieur du ballon, une pellicule de caoutchouc, un autre tissu et une autre pellicule de caoutchouc côté intérieur du ballon. 

Au moment de la parution de cette illustration, il est possible que le public ait vu en elle, un rêve inaccessible, mais tout de même empreint d’une possible réalité, car le ballon dirigeable se développait à ce moment-là. En effet, comme toutes les œuvres de cette série, celle-ci s’appuie sur des éléments réels et sur l’optimisme et l’espoir illimité dans les prouesses techniques. Cette démarche permet de rendre crédible l’engin décrit. Ce dessin n’est pas sans rappeler le monde imaginaire de Jules Verne, contemporain de cette époque, ou encore les dessins visionnaires de Léonard de Vinci, on se trouve ici dans le domaine du rétrofuturisme.

Ceci étant, cette illustration n’était pas qu’un rêve. À partir de cette époque, la conquête de l’air s’est accélérée et aujourd’hui fait partie de notre réalité. De nos jours, quels sont les rêves techniques qui pourraient donner lieu à des séries d’illustrations ? Voyager sur Mars ? Voyager dans le temps ? Atteindre l’immortalité ? Coloniser d’autres planètes ? 

La liste pourrait être longue, depuis toujours l’homme rêve de conquêtes et d’explorations et le progrès technique ouvre le champ des possibles, pour le meilleur ou pour le pire…

Par Muriel BEN SOUSSAN



Citer ce billet
Promotion 2022-2023 (2023, 21 mai). La conquête de l’air en l’an 2000 : l’apogée du dirigeable. La Lucarne. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2tf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search