Le voyage dans la lune

Cette affiche nous parle d’un temps que les moins de 55 ans ne peuvent pas connaître… le temps où à la lune gardait encore toute une part de mystère. Un temps où l’Homme pouvait fantasmer sur ce qu’il découvrirait lorsqu’il aurait trouvé le moyen d’en fouler le sol. Un temps où je n’étais pas née et que j’aurais souhaité connaître. 

Année 1902, au détour d’une attraction de fête foraine, le public découvre l’affiche présentant le film de Georges Méliès : « Le Voyage dans la lune ». Impossible de ne pas focaliser son regard sur la grosse lune blanche représentée au centre de l’affiche, se détachant du fond noir.  Les motifs floraux sur les côtés suggèrent que l’astre est observé depuis la terre. La lune semble très proche, telle que l’a découverte le grand public grâce à la grande lunette présentée lors de l’exposition universelle de 1900 qui montre sur grand écran « la lune à un mètre ».

Mais même à cette époque, personne n’est dupe du côté irréaliste de la représentation proposée par Méliès. Les traits anthropomorphiques attribués à la lune en carton-pâte ne trompent personne. La deuxième figure sur le bord de la Lune rappelle les représentations humaines des différentes phases de la lune. L’affiche n’annonce donc pas un film scientifique, la vision de Méliès est volontairement fantaisiste, poétique et intemporelle, proche de la vision fantasmagorique de la lune. Le spectateur est prévenu. 

Le second élément marquant de cette affiche est l’obus qui se plante « en plein dans l’œil » dira Méliès. Cet obus est totalement démesuré par rapport à la taille réelle de la lune. L’impact est présenté comme violent. De l’œil coulent des larmes et du sang (plus visibles sur la même affiche colorisée). La figure humaine nous amène à compatir, elle semble bouleversée que l’Homme, sur qui elle a veillé si longtemps, l’attaque aussi violemment. Mais elle semble également résignée, acceptant par là le désir et l’envie de l’homme de fouler son territoire. Il y a d’ailleurs un décalage entre le titre « Le voyage dans la lune» qui amène au rêve et l’impact violent représenté. 

C’est d’ailleurs la première fois que la science-fiction propose un voyage « dans » la lune. Les découvertes scientifiques de la fin du 19e siècle ont peut-être contribué à ce choix : les observations de plus en plus précises des astronomes et physiciens, ainsi que les premières photographies de notre satellite naturel confirment la structure géologique de la lune. Rien d’étonnant à ce que Méliès ait recherché un nouvel horizon inconnu plus propice à la fantaisie « dans » la lune.

Cette affiche nous présente l’alunissage de l’obus afin de bien montrer que les voyageurs du film sont arrivés à destination et aiguiser la curiosité chez le futur spectateur. Atteindre la lune est également une source d’inspiration inépuisable pour la science-fiction du 19e siècle. Ce n’est qu’un demi-siècle plus  tard, que les scientifiques et ingénieurs commenceront à considérer ce rêve d’un trajet terre-lune accessible après avoir mis au point les premiers moteurs de fusée.

Moins de 70 ans après le succès du film de Georges Méliès, l’homme marchera sur la lune et la réalité a tué le rêve. Des milliers de spectateurs et auditeurs du monde entier suivent l’événement à la télévision ou à la radio. « C’est un petit pas pour l’Homme, mais c’est un pas-de-géant pour l’humanité », affirme Neil Armstrong. C’est surtout une grosse désillusion. Les images envoyées par la mission Apollo montrent une lune sous un jour plus cru et « décevant », loin, très loin des rêves de Méliès et de ses contemporains. 

Cet événement est décisif pour le monde et tout particulièrement pour notre société occidentale. Il démontre la puissance scientifique et technique de l’être humain et des Américains en particulier qui ont pour objectif d’assumer leur supériorité sur le reste du monde. Dès le moment où l’homme pose le pied sur la lune, le fantasme change de dimension. Une nouvelle ère spatiale est ouverte et les êtres humains rêvent de fouler d’autres astres plus lointains et d’explorer toujours plus loin notre univers. La conquête de l’espace ne fait que commencer.

Aujourd’hui, la réalité a rattrapé la fiction : le retour vers la lune est à nouveau amorcé, elle devient cruciale pour les entreprises privées qui souhaitent développer le tourisme spatial, extraire des matières premières sur d’autres astres ou poursuivre le trajet vers l’espace. Les plus riches de notre monde ont déjà fabriqué et présenté leurs « alunisseurs » privés. Donald Trump a demandé à la NASA d’y envoyer des êtres humains en 2024 en vue d’y rester. 

La vision de Georges Méliès, décrite dans cette affiche était donc prémonitoire. La représentation de la lune éborgnée par un projectile de fabrication terrestre est restée dans l’imagerie populaire et est représentée sur divers goodies. Que nous dit-elle aujourd’hui alors que nous savons que la prophétie s’est réalisée ? Que l’homme, de tout temps, a cherché à connaître son environnement et qu’il est capable d’énormes prouesses technologiques, mais également de grands dégâts. Après avoir détruit son environnement, exploité les ressources de sa planète et pollué l’univers, il est capable de « crever l’œil » des astres. 

Je n’aurais vécu ni le temps où notre satellite restait à découvrir, ni l’événement du premier pas de l’homme sur la lune.  Cette affiche, d’un autre siècle, devrait nous alerter sur l’actualité : nous pourrions assister au moment où la lune sera « défigurée » par l’activité humaine.

Par Rachel DUBIEZ



Citer ce billet
Promotion 2022-2023 (2023, 1 juin). Le voyage dans la lune. La Lucarne. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2tj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search