CONTE DES TEMPS MODERNES

Par Marie PRIEUR

Il était une fois, au plus haut sommet de la plus haute tour du campus, la Belle Marjolaine rêvait. En ce dimanche pluvieux, elle regarde défiler le générique de sa rom-com d’un œil hagard. 

À quoi rêve-t’elle demandez vous ? Mais à son prince charmant bien sûr ! Un doux mélange entre le Marc Darcy de Bridget Jones et celui d’Elizabeth Bennet. 

Se rappelant soudain l’acte valeureux de l’héroïne du film pour retrouver l’âme sœur, la Belle Marjolaine reprend ses esprits et sent jaillir en elle la flamme de l’espoir. 

Ni une, ni deux, elle attrape son téléphone et en quelques clics se retrouve au bal des célibataires du XXIe siècle. Sur cette application magique où l’on retrouve la fine fleur du célibat mondial, elle trouvera, c’est sûr, celui qui fera battre son cœur. 

Virevoltant de gauche à droite sur le bottin, la Belle Marjolaine fait défiler les prétendants. On trouve de tout sur cette application miraculeuse : des grands, des petits, des musclés, des drôles, des Transformers…

Pardon ? Des quoi ? Que signifient ces sacrées sornettes* ? Pourquoi diantre y a-t-il un capot de voiture au beau milieu de la galerie des portraits ?! La Belle Marjolaine est perplexe. Ce n’est pourtant pas un bal masqué ici !

Elle avait déjà vu beaucoup de prétendants passionnés poser devant leur véhicule, mais encore jamais la voiture n’avait remplacé l’individu ! Les hommes-machines de La Mettrie et de Chaplin auraient-ils pris le dessus sur le monde ?!

Interloquée, la Belle Marjolaine décide d’aller trouver le grand sage Internetus Le-Sais-Tus affinâtes de répondre à questions : 

“- Oh Grand sage Internetus, sais-tu pourquoi les gentilshommes choisissent leur voiture en guise de portrait pour séduire les dames ?”

Et le Grand Sage de répondre : 

“- Et bien mon enfant, c’est parce que cela fonctionne tout simplement. Regardez, Belle Marjolaine, les travaux de mon confrère anglais, l’elfe Click4Reg. Il y a trois années de cela, ce spécialiste des voitures s’est intéressé à leur utilisation dans les philtres d’amour : le résultat est sans appel ! Après deux centaines de tentatives, il apparaît que la présence d’une voiture augmente significativement le taux de popularité du portrait**. Attention toutefois ! Le succès de la recette n’est assuré que par certains types de véhicules très précieux originaires d’Allemagne (le top 3 : BMW, Audi, Mercedes). Or, il semble que votre prétendant ne respecte pas ces critères avec une voiture tchèque. De plus, Click4Reg n’a pas étudié les portraits de voitures seules, selon lui, l’humain reste central”.

En prenant congé du sage, la tête de notre Belle Marjolaine reste bien pleine de questions. Elle décide donc de poursuivre sa quête dans les vieux grimoires de la bibliothèque. 

Dans un volume de sociologie et de philosophie, elle apprend que la voiture est un “objouet” social total***, c’est-à-dire que l’impact des voitures dépasse celui du code de la route pour s’insinuer dans tous les domaines de la société. En effet, si posséder une voiture est un signe social d’intégration, de réussite et de liberté, des mages Ansay et Pervanchon relèvent une relation plus ontologique entre les gentilshommes et leur carrosse. 

Maryse Pervanchon a écrit dans ses manuscrits qu’ “avoir une voiture c’est être”, au sens où l’entendait feu Baruch Spinoza : être puissant. Ceci s’expliquerait par le sentiment de maîtrise de l’espace-temps que l’on ressent depuis nos voitures. En plus de nous apporter une nouvelle façon d’occuper l’espace et de le parcourir à notre guise, nous sommes désormais maîtres du temps. Il ne dépend plus, ni des saisons, nu de l’horloge, mais bien du nombre de chevaux sous le capot de notre carrosse, et de nos capacités de pilote.

Ce détail est d’ailleurs fondamental pour le mage Pierre Ansay, dont la plume décrit la relation presque charnelle de “seconde peau”, que certains partagent avec leur voiture. Il ajoute même que “ma voiture montre mon désir, ma manière d’être à moi”.

La Belle Marjolaine est pensive… Si ce gentilhomme considère sa voiture comme une seconde peau, cela explique pourquoi il l’a choisie pour le représenter. Cela rappelle à notre protagoniste une vieille comptine du mage Philippe Descola****:

Les animistes et les totémiques, 

Partagent leur âme avec la Nature, 

Et le corps des joyeux totémistes, 

Ne fait qu’un avec les créatures, 

Non comme les strictes analogistes, 

Qui eux séparent Nature et Culture, 

Enfin chez nous les naturalistes, 

Nos corps font partie de la Nature, 

Mais nos âmes ne sont que Culture. 

Si la comptine dit vrai, alors où se place donc notre prince charmant ? Et où se place notre automobile ? Peut-on parler d’un totémisme technique où l’homme ne formerait qu’un esprit (libre et puisant) et qu’un corps avec sa voiture, au point de considérer son image suffisante pour le présenter au monde ? 

Après avoir retourné les ouvrages de la bibliothèque, notre Belle Marjolaine n’est pas beaucoup plus avancée. Elle sait tout de même que ce portrait n’est pas le signe que les Transformers ont conquis le monde. Au contraire, notre protagoniste a découvert qu’en plus d’être un objet technique omniprésent dans le monde d’aujourd’hui, la voiture est un objet social total.

Au final, se dit notre Belle Marjolaine en rentrant chez elle, peut-être que ce prince n’est pas si mal. Friand de liberté, capable de maîtriser le temps et l’espace, il serait sûrement capable de terrasser bien des dragons. Et s’il suffit d’un simple baiser pour rompre le sortilège qui a enfermé cet homme dans une seconde peau de métal, alors peut-être cela vaut il le coup de l’inviter à danser sur la droite…

… En plus, la Belle Marjolaine a toujours rêvé d’un voyage à Prague. 

 

*Note de l’auteur : les jurons ont été légèrement poétisés afin de ne pas heurter la sensibilité de nos lecteurs. 

**En langage scientifique, cela signifie que le portrait obtient plus de “match”.

***Paroles du grimoire La voiture, cet incontournable objet du désir.

****Ces mots ne sont pas ceux exacts de Descola, mais reprennent sa pensée sur l’air qu’il vous plaira de chanter. 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Promotion 2022-2023 (5 juin 2023). CONTE DES TEMPS MODERNES. . Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2tm


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search