2013 ♦ HER (film)

1:45 L’OS a dépassé le maître

HER 1h45
     HER (2013) de Spike Jonze – arrêt sur image 1h45′

(par Sabine GUIRAUD, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, 2015)

Sur cette capture d’image de la 105′ du film, on voit Joaquin Phenix, le héros, alias Théodore Twombly assis sur un fauteuil vert, encadré de séparateurs oranges, devant son bureau, digne d’une start-up sophistiquée. Les livres reliure-cuir relégués dans le fond sont les traces d’un passé presque révolu. De droite à gauche sur le bureau on voit une lampe, des fournitures, un écran d’ordinateur, du papier kraft d’emballage et une bannette pas trop moche.

Environnement à 99 % des travailleurs du tertiaire, au smiley en post-it près. J-P, tourné vers la gauche, chemise blanche et pantalon taille haute, on y reviendra, est pensivement assis, un livre dos carré-collé dans les mains. L’objet l’absorbe, l’acteur au regard triste semble d’autant plus englué dans ses pensées, qu’il médite sur le recueil de ses lettres à la couverture bleu-ciel. Devant lui l’écran, résidence principale du personnage non moins secondaire, l’Operating System, qui résonne déraisonnablement dans son oreille tout le film.

Ouvrier-Écrivain sensible et inspiré, T.T. au bureau de «beautiful-lettersmanuscrit.com», améliore les échanges entre les gens qui veulent s’aimer. Pris à son propre je-jeu, la technologie va lui voler la vedette en la présence de l’Intelligence Artificielle Samantha.

Les sentiments, les souvenirs et la création de l’identité, l’ego.

« La technologie n’est peut-être pas le meilleur moyen pour exprimer ses sentiments mais s’il est le seul, alors c’est mieux que rien » (Spike Jonze)

D’autres définitions de l’être, raffinement et subtilité de style, pantalon taille haute de Hoyte van Hoytema chef op’ d’Interstellar, disent des interpénétrations cinéphiles. Mais aussi la nostalgie fréquente des érudits en quête de mémoire, d’histoire et d’identité, sujet n°1 des neurosciences contemporaines. Qui sommes nous ?

La communication ciment des hommes et talon d’Achille.

T.T. divorcé au caractère complexe est inconsolable. Il fait alors l’acquisition d’un OS ultramoderne au logo de l’infini, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, Samantha, la voix féminine, intelligente, intuitive et étonnamment drôle le séduit et peu à peu, ils tombent amoureux. Peut on s’attacher à une intelligence artificielle et adaptative ?

C’est ce que propose Christopher Priest avec le Mercerisme : boîte à empathie à travers laquelle on ressent avec d’autres personnes les souffrances d’un héros icône.

L’intelligence artificielle placebo ou menace ?

La petite voix vous dit, en tout cas pas n’importe laquelle, puisque l’AI de Her, si elle est réduite à un clapet gros comme un miroir de poche et une oreillette, est la suave tonalité de Scarlett Johanson. Dans cet espace intime, elle chuchote et son timbre reconnu rend notre héros marteau. D’abord assistante, puis copine, psy, maîtresse, compagne et finalement étrangère, à mesure qu’elle verbalise les désirs de T.T., elle en accroît la sensation et le besoin, qu’ils ne tardent pas à satisfaire en confondant complicité avec lui même et soupirante virtuelle.

Le substrat de la SF philtre d’amour contemporain :

Le film épuré suit l’évolution de leur dialogue. JP, acteur borderline, plus discret que d’habitude, lui à l’écran, elle en «off», fournit l’essentiel de Her, c’est un défi de cinéma ; la variation de l’expérimentation sur l’incarnation, la voix de Scarlett c’est un peu les fesses de J-LO.

Le recueil est un symbole, classique et transcendant comme vecteur de l’amour dans la littérature d’Ovide par exemple. « Des héroïnes souffrent de l’absence de l’homme qu’elles aiment et qui, le plus souvent, les a perfidement abandonnées. En inventant, le genre de la lettre amoureuse, à la fois monologue tragique et cantate lyrique, Ovide explore le vertige des héro(ïne)s blessés. »

Le design et la SF

A L.A. au milieu des gratte-ciel, les déplacements urbains se font dans un grand vortex techno-architectural. Très réussi dans sa vision plastique d’une mégalopole, Her ne projette pas un futur anxiogène à la Metropolis ou Blade Runner, mais une anticipation à peine exagérée de notre présent, une société consumériste et confortable, sourdement rongée par les difficultés relationnelles, la mélancolie et la solitude.

La part de l’homme dans la supériorité de la machine.

« La relation entre Théodore et Samantha parcourt des chemins ultra balisés : […] L’intelligence, fût-elle artificielle, ne fait guère bon ménage avec la passion amoureuse ». (Aurélien Ferenczi Telerama)

L’évasion ludique qui nous empêche d’étouffer sous le poids de la mélancolie tient à un jeu intuitif, irrévérencieux et aliénant, mais qui brouille les limites entre virtuel-réel et fiction puisqu’il a été développé pour de vrai. La fiction peint les murs de notre quotidien et David O’Reilly, créateur du jeu, amateur de contre-pieds, a réellement présenté à l’E3 Mountain un micro-univers à flanc de montagne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.