2015 ■ Mobile Lovers (graffe)

Mobile Lovers graffe de Banksy
« Mobile Lovers », tag découvert à Clement Street à Bristol (UK) et reconnu par Banksy
Cet objet chéri qui nous veut du bien

(par Jérôme GAZEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Angleterre, 15 avril 2014, comme bien d’autres dans la bouillonnante banlieue de Bristol, éclot sur une vieille porte condamnée, un graffe. Le lendemain, Banksy, le célèbre et énigmatique tagueur anarchiste britannique, figure emblématique de la contestation griffant sur les murs les dérives de la science, des techniques et de la société, le reconnaît sur son site officiel.

La rue reste le dernier espace libre d’expression directe, de colère, de refus pour celui qui veut malgré tout se faire entendre et manifester envers et contre tous. Les vitupérations anarchiques de l’enfant chéri de Bristol jonchent les murs du monde entier. Et c’est dans cette galerie à ciel ouvert que l’artiste Banksy choisit d’exprimer ses engagements anticapitalistes, anti-répression en fait anti-plein de choses. Les réseaux sociaux relayés par les médias s’empressent de divulguer sa dernière satire intitulée « Mobile Lovers ». Le tag plongé dans l’obscurité met en scène deux amoureux enlacés et cachés qui, sous la lueur romantique de leurs écrans, consultent leurs téléphones mobiles au lieu de s’embrasser. Ce nouveau coup de maître de l’homme invisible du Street Art alerte l’opinion sur la présence constante, voire encombrante, des technologies dans nos vies. Il porte un regard acide sur la société contemporaine et son hyper connectivité. Il dénonce à travers l’attitude des deux amants notre dépendance et notre fascination sans borne pour un objet numérique ultra-performant qui s’immisce ici subrepticement dans leur relation amoureuse pour mieux l’aliéner.

Depuis l’âge de la pierre taillée, l’environnement humain est constitué d’objets dont l’importance n’a cessé de croître. Nous sommes maintenant submergés voire saturés de technologie et tous confrontés à une société de subordination à la machine. Le smartphone incarne cet outil de communication numérique omniprésent dont l’ambivalence de son usage soulève des questions éthiques majeures. Certaines inventions technologiques ne sont pas forcément souhaitables lorsqu’elles risquent de détériorer l’espace public, les relations interpersonnelles et globalement la façon dont le monde fonctionne.

En affranchissant en partie les barrières spatiales et temporelles, le téléphone cellulaire facilite la communication directe et rend davantage accessible l’individu. Il sert à relever les courriels, à naviguer sur internet, à télécharger, à encourager à faire du sport, à nous prévenir en cas d’infraction de nos biens, à commander à distance un four ou à chater avec nos « amis » Facebook ou plus si affinité…D’un côté l’objet et le progrès nous adoucissent en satisfaisant nos nouveaux besoins. D’un autre côté comme les pratiques des utilisateurs évoluent encore plus vite que les technologies, ils accroissent l’ampleur de nos débordements. Induisant une disponibilité permanente et sans limite, la prégnance des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) sur nos vies nous mène vers une dépendance parfois addictive chez certains qui pèse fortement sur les relations entre les individus et brouille la frontière entre vie professionnelle et vie privée. Il déclenche des conflits ou favorise l’escalade du conflit, autorise des comportements abusifs, des harcèlements, exacerbe les émotions, déclenche du stress, de la pression et génère de l’agressivité.

Alors ? Envie de jeter son portable par la fenêtre ?

Attendez !

La déviance de l’objet et les mauvaises utilisations du progrès ne remettent pas pour autant en cause cette technologie numérique. Elle n’est pas responsable des comportements humains qui en résultent. Pour préserver notre intimité, vivre ensemble en harmonie et éviter de perdre totalement le contrôle, rien ne nous empêche de nous déconnecter quand il est encore temps. Et au-delà de l’aspect caricatural du graffe, son auteur masqué ne nous dit-il pas qu’en définitive, le véritable problème de l’homme réside peut-être en l’homme lui-même ?

A l’heure actuelle où les innovations et le progrès technique n’ont jamais fourni autant d’outils de communication, dans une société dorénavant numérique, c’est l’opacité sur laquelle règne la méthode adoptée par cet insaisissable et talentueux Robin des villes et la simplicité patente du support utilisé qui paradoxalement corroborent l’intensité de l’impact du message qu’il a voulu faire passer. Cette représentation artistique sur une simple porte fera le tour du monde et des collectionneurs privés se l’arracheront à prix d’or.

N’est-il pas préférable aujourd’hui de se mettre dans l’illégalité et de porter un masque pour être écouté ?

Noyés que nous sommes dans cet océan d’informations plus ou moins utiles et de sollicitations intempestives, n’allons-nous pas bientôt être forcés de retourner dessiner sur les parois des cavernes pour nous faire entendre ?


Une réflexion sur « 2015 ■ Mobile Lovers (graffe) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.