1953 ♦ Objectif Lune (bande-dessinée)

Tournesol
Les aventures de Tintin, Objectif Lune, extrait page ?? (Casterman édition)
Tournesol, un scientifique dans la Lune ?

(par Quentin HOFFER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Paris, juin 2015)

Zouave (n.m.) : (Familier) (Péjoratif) Individu excentrique.

  • Par ex : Faire le zouave.

Seizième album des Aventures de Tintin, Objectif Lune est d’abord publié dans Le Journal de Tintin sous forme de feuilleton entre 1950 et 1953, avant de connaître une édition couleur sous forme d’album indépendant en 1953. C’est également l’album incluant le plus d’éléments scientifiques.

La réputation internationale des Aventures de Tintin n’est plus à prouver. Avec 24 albums vendus à plus de 230 millions d’exemplaires et traduits dans 90 langues, une série animée et plusieurs adaptations au cinéma, le reporter et ses acolytes ont intégré la culture populaire mondiale.

Tryphon Tournesol, un des personnages secondaires parmi les plus importants de l’univers de Tintin, n’est pas représenté par Hergé comme le savant fou archetypal incarné par les docteurs Moreau et Frankenstein. Inventeur de génie, tout au plus est-il fantaisiste et étourdi. Il est ainsi capable, dans Le Trésor de Rackham le Rouge, de construire un sous-marin d’exploration seul dans son atelier, mais aussi de se fier à la pseudo-science en se pliant aux indications de son pendule de radiesthésie. Un gentil farfelu aux capacités intellectuelles au-delà de la moyenne, en somme.

Et pourtant, dans cet album, Hergé redonne ses lettres de noblesse au scientifique. Le passage sélectionné représente un moment crucial dans la perception de Tryphon Tournesol, voire de la Science, dans les Aventures de Tintin. Dans les pages précédentes il apparaît comme partie prenante dans un programme spatial syldave, mais reste présenté comme un ressort comique, par sa maladresse et sa surdité. Toutefois, une brimade de trop de la part du Capitaine Haddock et le drame survient : Tryphon franchit la limite du nervous breakdown et assène aux personnages et aux lecteurs une leçon hystérique de science en marche. Fini l’inventeur tête-en-l’air, place au directeur de programme international ! En parcourant le complexe scientifique, il remet en avant l’important travail effectué par son équipe et lui-même pour mettre en place une expédition lunaire. Après tout, il s’agit simplement pour Tournesol d’engager la plus grande aventure de ce siècle, et ce, 10 ans avant même que J.F. Kennedy n’ose émettre le souhait de voir les États-Unis remporter la course à la Lune. Les américains n’ont qu’à bien se tenir !

Hergé évoque et représente sur ces cases les nombreux collaborateurs qui assistent Tournesol dans la réalisation de son objectif : ingénieurs, dessinateurs, et personnel en charge de la pile atomique. Le complexe scientifique, non représenté ici, ressemble d’ailleurs fortement à l’Usine K25 d’enrichissement de l’uranium d’Oak Ridge, construite dans le cadre du Projet Manhattan. Hergé offre donc à Tournesol un cadre crédible pour l’établissement d’un programme de recherche, bien loin du laboratoire solitaire du Dr. Frankenstein. L’équipe scientifique occupe une place prépondérante dans le succès futur du projet, ce qui prouve d’autant plus l’incongruité de considérer Tournesol comme un savant fou. Aller sur la Lune n’est plus une idée complètement fantaisiste. La Science le permet et Hergé, par une documentation assidue, nous livre un embryon de recette. La scène est d’ailleurs une introduction dynamique à la présentation de la fusée lunaire.

Pour assurer sa crédibilité scientifique, Hergé se réclame ici d’influences variées. Si Jules Verne est d’habitude une source d’inspiration de l’auteur dans ses ouvrages, Objectif Lune se place bien loin du canon géant de De la Terre à la Lune. Les deux références les plus évidentes sont l’Astronautique d’Alexandre Ananoff et le film de fiction « réaliste » Destination Lune, d’Irving Pechel, tous deux parus en 1950. L’actualité scientifique de l’époque (le projet Manhattan, les fusées de Werner von Braun, les travaux d’Hermann Oberth) ont également fourni des bases de travail à l’auteur, même si l’utilisation des technologies est totalement pacifiste.

Éloignons nous un instant du contexte spatial et observons les lieux. L’action pourrait se dérouler dans n’importe quel laboratoire. Elle nous montre l’importance des travailleurs de l’ombre dans les projets de recherche, souvent masqués aux yeux du public par leur directeur, personnalité médiatique et représentant de la communauté. La nécessité de faire appel à des collaborateurs nombreux est souvent oubliée dans la représentation populaire des épopées scientifiques face au génie solitaire, bien plus identifiable et vendeur. De nombreux exemples de films, fictionnels ou biographiques (Interstellar ou Imitation Game, la biographie d’Alan Turing, pour citer les exemples les plus récents) confortent les spectateurs dans cette vision de l’accomplissement individuel au détriment de la réalité d’un travail de recherche co-construit.

Finalement, en offrant à ces aventures un cadre crédible et rigoureux (pour l’époque!), Hergé ne ferait-il pas d’Objectif Lune un des précurseurs de la « hard science » ? Ce courant littéraire, branche « sérieuse » de la science-fiction, porté originellement par Hal Clement et Arthur C. Clarke et aujourd’hui par des auteurs tels que Stephen Baxter ou Greg Bear, trouve ses racines dans la plausibilité scientifique du récit. Si Hergé n’a pas poursuivi dans cette voie après Objectif Lune et s’en est même éloigné dans le fantaisiste Vol 714 pour Sydney, il n’en a pas moins signé un ouvrage de référence ayant à coup sûr alimenté nombre de vocations scientifiques – celle de votre serviteur y compris !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.