1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale)

Buste_E-Livet-d60b5
Inauguration du buste d’Eugène Livet le 8 janvier 1933 à Nantes, fondateur de l’École national professionnelle (carte postale, Saby éditeur) – Archives Lycée Livet
L’enseignement technique mis sur un piédestal

(par Prisca GNAEDIG, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes 2015)

La scène se passe le 8 janvier 1933 : on inaugure à Nantes le monument sur lequel repose le buste d’Eugène Livet, personnalité locale et figure de l’enseignement technique en France. Cette inauguration résulte d’une volonté politique de la Ville et du don par l’association des anciens élèves du lycée Livet (Amicale Nationale des Nant’z’Arts) du buste de Livet, copie d’un premier réalisé par Charles-Auguste Lebourg à l’occasion du cinquantenaire de l’École nationale professionnelle (ENP) en 1894.

On se trouve sur l’ancienne place Notre Dame, rebaptisée place E. Livet en 1913 peu après sa mort (sur proposition du Maire P. Bellamy) : la commémoration de 1933 est donc une nouvelle marque d’attention à Livet dans ce lieu de mémoire.

Sont présents le sous-secrétaire d’État à l’enseignement technique, H. Ducos, le directeur de l’ENP, R. Bayle, quelques élus locaux ainsi que des anciens élèves et élèves de l’époque de l’établissement.

Le buste en bronze représente Eugène Livet âgé de 70 ans. Un vieil homme au cheveu rare, au visage accueillant, portant une barbe naissante. Vraisemblablement une volonté du sculpteur de représenter « le bon père » Livet, tel que souvent décrit par ceux l’ayant connu. On le devine vêtu de sa redingote noire (portée semble-t-il invariablement), avec une chemise blanche et un nœud papillon. Aucun symbole n’est ajouté à cette sobriété dans la représentation de l’homme (pas de référence à l’imagerie de l’ENP, par exemple).

Certains regrettent déjà la disproportion entre la petitesse du buste et son imposant piédestal en pierre. D’autres pensent qu’E. Livet repose sur un socle solide symbolisant l’importance de l’institution qu’il a créée. Au dos de ce socle, une plaque commémorative retrace brièvement sa vie. Elle fait l’éloge de ses qualités humaines et décrit son implication pour l’enseignement technique.

Si Eugène Livet suscite autant d’égard auprès des institutionnels et des élèves du Lycée (anciens et actuels), c’est que son parcours et son engagement dans l’enseignement technique ont été déterminants. E. Livet est né le 13 août 1820 à Vernantes, dans le Maine-et-Loire. Il entre, en 1836 à l’école normale d’Angers (formation des instituteurs). En 1838, il est recruté à l’école élémentaire de La Pouëze (nord-ouest d’Angers) puis rapidement promu (en 1841) directeur adjoint à l’école normale d’Angers.

Son parcours aurait pu se stabiliser à ce stade s’il n’avait eu le projet de créer une institution valorisant le travail technique et son apprentissage. A cet effet, il fait l’acquisition à Nantes du pensionnat Notre Dame en 1846 pour en faire un institut. Simple école élémentaire pour garçons, avec peu d’élèves inscrits dans les sections professionnelles, l’institut Livet acquiert progressivement une réputation nationale. Il propose un enseignement de type primaire supérieur en internat sur trois ans (géométrie, arpentage, dessin linéaire, physique, chimie), mais également des exercices de mécanique et de menuiserie. La 3ème année est consacrée à la préparation au concours de l’école des Arts et Métiers et de l’École Centrale.

Les effectifs d’élèves vont passer d’une centaine dans les années 1850 à plus de 200 en 1865, obligeant l’école à déménager. L’établissement est financé par les rétributions des élèves et par une subvention du Conseil Général, qui est multipliée par six de 1872 à 1879 (500 à 3050 francs).

Eugène Livet fait partie des défenseurs de « l’atelier à l’école », ce qui le différencie d’une autre figure locale de l’enseignement technique : Arsène Leloup, directeur de l’École Primaire Supérieure (EPS). Ce dernier défend un « enseignement général préparatoire pour les professions agricoles, industrielles et commerciales ». E. Livet, lui, considère l’enseignement technique professionnel comme une éducation et non comme un apprentissage.

En 1895, l’institut Livet est repris par l’État et se transforme en ENP. Celle-ci fait partie des quatre premières créées en France entre 1881 et 1898, avec Vierzon (Cher), Armentières (Nord) et Voiron (Isère). Les ENP ont pour vocation d’être des écoles de techniciens, se situant entre les Écoles des Arts et Métiers et les collèges techniques.

Livet quitte alors ses fonctions de directeur. Il décède dix-huit plus tard (22 août 1913) à 93 ans, dans son appartement sis à l’angle de la rue Voltaire et de la Place Notre Dame (où l’hommage lui est rendu en 1933). Cette place est à une centaine de mètres de la rue Désiré Colombe où se trouvait le pensionnat Notre-Dame: son buste dans ce quartier, sur cette place, face à sa dernière demeure est un véritable hommage à la réflexion d’E. Livet sur l’enseignement technique dans la ville.

En 1944, sous le régime de Vichy, le buste en bronze est fondu. Un moulage est effectué dans la perspective de son remplacement ultérieur (une copie en pierre). Celle-ci est réalisée en 1946 par le sculpteur Charles-Eugène Breton et est encore en place aujourd’hui.

Le 16 mai 1996, une plaque commémorative est apposée au pied de la statue par le Lycée Livet pour célébrer le 150ème anniversaire de l’enseignement technique en France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.