1813 ♦ le livre de tous les ménages (livre)

Une licence libre avant l’heure ?

(par Régis SORET, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

410702902 Trois ans après la première édition de 1810, le Livre de tous les ménages garde la simplicité des couvertures des livres techniques et scientifiques de l’époque. On retrouvera la même, en 1876, sur celle de l’ouvrage de Pasteur sur la bière. Mais, alors que ce dernier y affiche ostensiblement ses qualités et prétentions scientifiques et l’enrichissement de l’œuvre par des illustrations, la couverture de Nicolas Appert revendique, lui, son lectorat populaire, ses fondements techniques (un Art) et sa finalité pratique. Dans sa courte biographie il fait montre de son expérience de terrain et de son engagement personnel dans la modernisation de son pays. Modernisation à laquelle contribuent d’ailleurs, par leur labeur, les lecteurs et bénéficiaires de la technique d’appertisation.

Dès sa création, Appert soumet son invention à l’épreuve de ses contemporains qui ne peuvent que constater son efficacité. En 1809, le gouvernement, conscient de la portée tant technique que politique de la méthode, apporte et affiche son soutien à l’auteur. La première édition est tirée à 6000 exemplaires. Les autorités en font distribuer 200 auprès des préfectures avec la consigne de contribuer au plus vite à la vulgarisation de cette découverte pour le bien des populations. La presse relaie amplement l’information. La population désigne Appert comme « bienfaiteur de l’humanité », qui use et jouit au quotidien de sa découverte.

La technique est empirique. Elle est dénuée de théories scientifiques. Si Appert évoque les « ferments » que « le calorique » élimine, il ne sait rien des microorganismes. Il démontre, par la mise à l’épreuve de la pratique, que le bocal de conserve doit être fermé avant d’être chauffé, sinon la conservation échoue, sans connaitre la contamination aérosol. Même les marins qui louent ses conserves, ignorent l’existence des vitamines, bien qu’ils souffrent de leur carence. Appert n’est donc pas un scientifique mais un technicien qui a cherché et trouvé une solution à un problème.

 « J’ai cherché à la rendre digne de l’accueil que le public a fait aux précédentes » : Appert à propos de cette dernière édition. Les trois premières (entre 1810 et 1813) sont rapidement épuisées tant sont grands l’accueil et l’utilisation populaires de la technique diffusée. Pour répondre à cet engouement, Appert n’a de cesse que de remettre au travail, améliorant son procédé par de nouvelles techniques. Et il l’affiche dès la couverture, justifiant par là cette ultime édition. Dans sa préface, l’auteur s’adresse directement aux mères, utilisatrices et prescriptrices de son invention. Il revendique un but : simplifier sa méthode et en amenuiser encore les coûts pour l’usager. Dès lors, le procédé technique n’appartient plus à son père mais aux multitudes qui l’ont lu et mis en œuvre. L’oubli du nom de Nicolas Appert au profit de l’usage universel de son œuvre est sans doute la meilleure preuve d’une appropriation massive de son procédé technique. Elle marque une forme d’hommage inconscient, tel un patronyme incorporé aux noms communs.

Nicolas Appert aurait pu breveter son invention. Mais il préfère, en 1809, l’aide ponctuelle du gouvernement pour publier et diffuser son livre. Ramenée à notre époque, cette démarche de l’auteur trouve écho dans les courants universalistes de la diffusion des connaissances techno-scientifiques. Mais tout comme l’usager d’un logiciel libre ne connaît pas son créateur, la mémoire populaire a oublié l’inventeur. Qui, aujourd’hui, connaît Nicolas Appert ? Pasteur, lui, a beaucoup plus marqué la mémoire collective. Par ses explications scientifiques, il démontre et justifie l’efficacité de la technique d’appertisation soixante ans après. Tout en lui en rendant hommage, il ne manque pas de la dénigrer un peu, lui reprochant d’altérer les qualités intrinsèques des produits frais. Défaut que ne présente pas sa technique à lui, la pasteurisation, basée sur la réflexion scientifique. La Science d’alors impressionne les masses, les faisant adhérer à ses théories et aux applications qui en découlent. Aujourd’hui l’aura est ternie, le doute s’est installé. Les masses se méfient de cette Science dont on ne sait plus trop si elle est autonome ou orientée par des intérêts politico-économiques.

Mais la démarche désintéressée d’Appert aurait-elle de nos jours le succès d’édition qu’elle a eu en son temps ? Ce livre trouverait-il crédit aux yeux des masses ? Une part d’allégation scientifique, malgré les doutes évoqués, serait sûrement nécessaire pour que la réussite soit au rendez-vous. Le succès de l’invention d’Appert tient au fait qu’il l’a abandonnée aux masses populaires via ses publications. Il les a intégrées à son processus expérimental, elles ont validé ses résultats puis se les sont appropriés. La Science doit sans doute suivre cette voie pour regagner l’estime des publics.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.