1908 ♦ Le Familistère de Guise (carte postale)

FamilistA-re-guise.jpg-3_diaporama_main
Le Familistère : un phalanstère pour les familles ouvrières – Vue du Familistère de Godin, à Guise – Carte postale – vers 1905-1908, Paris, BNF.
Le familistère de Guise… une utopie réalisée « au poêle »

(par Estelle LEONARD, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Plongeons en l’an 1908. En France, plusieurs gros-titres ont fait la Une. Le quotidien Les Echos a fait paraître sa première, le régime local est né en Alsace et Moselle. Le 18 mai, le Pourquoi Pas, navire d’exploration polaire du commandant Charcot, est lancé à Saint-Malo. Mais à l’autre bout du monde, des exécutions se déroulent en Indochine, et les cartes postales relatant cet évènement arrivent en France. D’ailleurs, cela fait une cinquantaine d’années que la carte postale circule. Ces premières cartes étaient des cartes commerciales en papier glacé, pouvant circuler à découvert car l’administration des postes l’avait admis en 1856. Enfin… on ne connaît pas vraiment la date officielle de l’invention de la carte postale puisque les vexations franco-germaniques ont monté en épingle l’existence d’un inventeur antérieur à un autre… Bref.

Alors que les cendres d’Emile Zola sont transférées au Panthéon, et que le projet d’abolition de la peine de mort a échoué, le Ministère du Travail est créé, en pleine mouvance ouvrière. Et c’est justement alors que l’on peut recevoir dans nos boîtes aux lettres de charmantes cartes postales venues de l’Aisne. Cela change assurément des piloris asiatiques. D’ailleurs, c’est probablement un proche qui a envoyé cette carte à sa famille pour lui dire que tout va bien, que la petite dernière est née et que la rentrée des écoles est pour bientôt. On peut tout imaginer. Cependant, on voit bien que la carte postale n’est pas seulement un vecteur de nouvelles privées, mais également de forts témoignages historiques.

Joli lieu de résidence pour les employés de Guise. Guise… Godin… les poêles Godin ?

Mais qui donc peut se permettre de vivre là ? Est-ce une prison avec ce toit de verre ? Pourtant les gens ont l’air de s’y sentir bien…

En fait, toute l’histoire commence en 1840 où un petit ouvrier serrurier inventif, né en 1817 dans l’Aisne, lui-même fils de serrurier, crée un petit atelier de poêles en fonte de fer et pour lesquels il dépose un brevet. De 1859 à 1884, Jean-Baptiste André Godin crée une interprétation critique et originale du phalanstère qu’il nommera Familistère.

Lorsque l’on pénètre dans l’enceinte du bâtiment du pavillon central, dans la cour, on se trouve sous un immense toit de verre qui repose sur les murs des appartements. « L’isolement des maisons est non seulement inutile, mais nuisible à la société » selon Godin. Très curieuse aujourd’hui, cette phrase est évidemment à remettre dans son contexte d’époque, et au but visé par lui. Le bâtiment est toujours tempéré, grâce aux aérations par le bas et par le haut. Par le haut, grâce justement à cette verrière qui n’est que posée sur les murs, et par le bas via un réseau souterrain amenant en permanence de l’air extérieur. D’ailleurs on le voit bien, sur la petite carte reçue, ces petites grilles au sol…Une véritable innovation.

Oh, un petit enfant dans la cour ! Mais il va à l’école on dirait !

Oui, parlons des enfants. A cette époque, les enfants ne sont pas considérés comme des personnes à part entière. Chez nous, ils sont utilisés sans vergogne par les industriels qui les mettent en danger, en les faisant passer par des conduits trop petits pour les adultes par exemple. Et le salaire est proportionnel à la taille. A Guise, au Familistère, les enfants se regroupent dans la cour protégée du pavillon central pour partir à l’école.

Sur une autre carte reçue il sera peut-être écrit «tu viendras voir la piscine ». La piscine ? Pour permettre aux enfants de se baigner (comprendre se laver) sans se noyer dans l’Oise, une piscine sur plancher mobile actionné par des treuils a été réalisée. Innovation. Encore. Et il se baisse pour permettre la nage des adultes.

Mais où sont donc les fils à linge, les femmes et leur savon ? Pas sur la carte. Non, c’est au-dessus de la piscine, justement, qu’une grande buanderie est construite qui comprend la salle de lavage et au-dessus, un immense séchoir dans les combles. Là encore tout est prévu. Le mur des combles est ajouré ce qui permet à l’air de circuler (un grand merci aux briques rouge du nord qui permettent cette mosaïque architecturale). Pourquoi cette grande buanderie ? C’est simple. Un linge qui sèche mal dans un appartement où vit une famille entière permet la prolifération des bactéries. Cette prolifération permet celle des maladies. L’hygiène et la sécurité sanitaire de tout l’ensemble est compromis. Une grande leçon pour certains bâtiments sensément modernes.

Et la liberté individuelle dans tout cela ? L’univers carcéral questionné plus haut ? Il se trouve que les employés ne sont pas obligés de vivre dans cet ensemble. C’est leur choix.

Alors Godin, ce ne sont pas que des poêles, ce sont aussi des conditions de vie extraordinaires pour l’époque, et leur représentation en cartes postales qui vont circuler à travers la France.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *