1978 ▪ The man machine – Kraftwerk (musique)

kraftwerk_man_machine_1998_retail_cd-front[2]
The Man Machine – Kraftwerk, Germany 1978
 « We are the robots, we’re fonctionning automatic »

(par Fanny GIRAUDEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

Kraftwerk est un groupe allemand de Düsseldorf fondé en 1970 par Ralf Hütter et Florian Schneider qui seront rejoint 5 ans plus tard par Wolfgang Flur et Karl Bartos. Alors que la vague hippie inonde le paysage culturel, et que les courants rock émergent, Kraftwerk se place rapidement à la marge en cherchant à exprimer des idées novatrices à travers des formes inédites et expérimentales. Kraftwerk est considéré comme un des groupes précurseurs de la musique électronique. Ils ont joué un rôle important dans son développement et sa popularisation et ont influencé de nombreux autres courants musicaux et artistes majeurs d’aujourd’hui. Malgré l’apparente rigidité et froideur de leur musique, Kraftwerk a su, tout au long de sa carrière doser une alliance entre musique électronique avant-gardiste, et musique populaire largement diffusée dans les clubs.

Kraftwerk exprime, par la musique, les mots et l’image, une dynamique de la modernité technologique, dans laquelle l’homme et la machine sont en parfaite symbiose… Le nom Kraftwerk qui veut dire « centrale électrique » n’a d’ailleurs pas été choisi au hasard. Leur production musicale émane de leur région d’origine la Rhur, qui à l’époque, est la plus grande région industrielle d’Europe. On retrouve dans la musique du quatuor l’atmosphère industrielle faite de sons répétitifs et métalliques, et de rythmes électriques. Dans un pays où l’industrie est fleurissante, et où le modernisme devient une culture, Kraftwerk fait table rase d’une Allemagne ravagée et meurtrie par la crise.

A l’époque où les punks scandaient « No Future », Kraftwerk incarne la volonté de vivre dès à présent dans le futur en jouant avec des modèles artistiques hérités du passé. Bien plus que des pionniers de la musique électronique, Kraftwerk a injecté dans sa musique des idées issues des mouvements artistiques les plus puissants du XXe  siècle : l’expressionnisme, le futurisme, le constructivisme russe et le Bauhaus qui sont des courants artistiques résolument tournés vers l’avenir, le progrès social et technologique. Metropolis, un des morceaux du groupe rendra un bel hommage au film expressionniste allemand de science-fiction réalisé en 1927 par Fritz Lang. Kraftwerk marque finalement la jonction entre culture électronique et la modernité des années 1920 et 1930, qui a amené l’électricité, les trains, la production industrielle de masse, le design et une nouvelle typographie caractéristique de la production en série.

La manifestation la plus frappante est cette pochette de l’album The Man-Machine sorti en 1978. Toutes en formes géométriques et en angles a 90°, le graphisme, tranché et industriel, est directement inspiré du Bauhaus et du constructivisme russe. Cette pochette fait référence aux travaux d’El Lissitzky, plasticien de l’avant-garde russe. Tous habillés de chemises rouges, de cravates noires et de pantalons gris, les cheveux plaqués et les lèvres rouges, les membres du groupe apparaissent avec des visages lisses, inexpressifs et interchangeables, comme ceux qu’on prête à des humanoïdes. Leurs visages sont tournés vers un Est symbolique. Leurs regards pointent loin …   Les couleurs, blanche, rouge et noir typiques du constructivisme russe, confèrent à ce visuel une dimension révolutionnaire voire totalitaire. Comment ne pas penser aux affiches de propagandes nazies et communistes ? Faut-il y voir la nature contradictoire de la vie urbaine moderne ? Entre sentiment d’oppression, d’aliénation, et célébration de la vie moderne et de ses avancées technologiques. La répétition du titre de l’album « The Man-Machine » sert probablement à évoquer le côté répétitif et mécanique de la musique, mais exprime également l’idée selon laquelle les hommes ne seraient que des articles de série issus d’un processus de création. Cette idée d’universalité humaine est renforcée par la déclinaison du titre de l’album en trois langues : le russe, l’allemand, et le français. L’emploi du russe n’est pas anodin : il rappelle l’origine slave du mot « robot », un des titres emblématiques de l’album, mais aussi la nationalité de bons nombres d’artistes constructivistes.

The Man-Machine repose sur le pouvoir de fascination qu’a la technologie et sur sa capacité à nous projeter dans un avenir proche. Plus qu’homme-machine, ou qu’une critique d’une société qui serait pervertie par la machine, The Man-Machine n’est qu’un seul mot « Menschemaschine ». C’est l’homme moderne, dont le mode de vie est fusionné avec la machine. Sur scène, les doublures robotiques de Kraftwerk créées à l’occasion de la sortie de l’album paraissent plus vivantes que leur modèle humain … Et ce qui nous paraît moderne ce sont précisément ces êtres mécaniques et leurs machines électroniques.

Groupe emblématique et visionnaire, Kraftwerk a tracé les contours d’une vie future en imaginant et en se projetant dans l’ère du tout numérique, celle que nous connaissons aujourd’hui. Bien avant l’existence des téléphones portables, ou des ordinateurs personnels, Kraftwerk prédisait déjà un monde dans lequel nous serions tous reliés aux machines… dans lequel nous serions tous Menschemaschine ? Plus de 40 plus tard Kraftwerk incarne toujours ces principes de modernité. The Man-Machine symbolise un concept intemporel, inépuisable et largement véhiculé dans la culture et l’imaginaire populaire … d’hier et d’aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.