1932 ♦ Le meilleur des mondes (livre)

L’optimisme candide des technosciences

(par Matthieu LEFRANCOIS, Magister Médiation socioculturelle sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Un bâtiment gris et trapu de trente-quatre étages seulement. Au-dessus de l’entrée principale, les mots : CENTRE D’INCUBATION ET DE CONDITIONNEMENT DE LONDRES-CENTRAL, et, dans un écusson, la devise de l’État mondial : COMMUNAUTÉ, IDENTITÉ. STABILITÉ.
L’énorme pièce du rez-de-chaussée était exposée au nord. En dépit de l’été qui régnait au-delà des vitres, en dépit de toute la chaleur tropicale de la pièce elle-même, ce n’étaient que de maigres rayons d’une lumière crue et froide qui se déversaient par les fenêtres. Les blouses des travailleurs étaient blanches, leurs mains, gantées de caoutchouc pâle, de teinte cadavérique. La lumière était gelée, morte, fantomatique. Ce n’est qu’aux cylindres jaunes des microscopes qu’elle empruntait un peu de substance riche et vivante, étendue le long des tubes comme du beurre.
— Et ceci, dit le Directeur, ouvrant la porte, c’est la Salle de Fécondation.
Au moment où le Directeur de l’Incubation et du Conditionnement entra dans la pièce, trois cents Fécondateurs, penchés sur leurs instruments, étaient plongés dans ce silence où l’on ose à peine respirer, dans ce chantonnement ou ce sifflotement inconscient, par quoi se traduit la concentration la plus profonde. Une bande d’étudiants nouvellement arrivés, très jeunes, roses et imberbes, se pressaient, pénétrés d’une certaine appréhension, voire de quelque humilité, sur les talons du Directeur. Chacun d’eux portait un cahier de notes, dans lequel, chaque fois que le grand homme parlait, il griffonnait désespérément. Ils puisaient ici leur savoir à la source même. C’était un privilège rare. Le D.I.C. de Londres-Central s’attachait toujours à faire faire à ses nouveaux étudiants, sous sa conduite personnelle, le tour des divers services. […]
Grand, plutôt maigre, mais bien droit, le Directeur s’avança dans la pièce. Il avait le menton allongé et les dents fortes, un peu proéminentes, que parvenaient tout juste à recouvrir, lorsqu’il ne parlait pas, ses lèvres pleines à la courbe fleurie. Vieux, jeune ? Trente ans ? Cinquante ? Cinquante-cinq ? C’était difficile à dire. Et, au surplus, la question ne se posait pas ; dans cette année de stabilité, cette année 632 de N.F., il ne venait à l’idée de personne de la poser. […]
Toujours appuyé contre les couveuses, il leur servit, tandis que les crayons couraient illisiblement d’un bord à l’autre des pages, une brève description du procédé moderne de la fécondation ; il parla d’abord, bien entendu, de son introduction chirurgicale, « cette opération subie volontairement pour le bien de la société, sans compter qu’elle comporte une prime se montant à six mois d’appointements » ; il continua par un exposé sommaire de la technique de la conservation de l’ovaire excisé à l’état vivant et en plein développement ; passa à des considérations sur la température, la salinité, la viscosité optima ; fit allusion à la liqueur dans laquelle on conserve les ovules détachés et venus à maturité ; et, menant ses élèves aux tables de travail, leur montra effectivement comment on retirait cette liqueur des tubes à essais ; comment on la faisait tomber goutte à goutte sur les lames de verre pour préparations microscopiques spécialement tiédies ; comment les ovules qu’elle contenait étaient examinés au point de vue des caractères anormaux, comptés, et transférés dans un récipient poreux ; comment (et il les emmena alors voir cette opération) ce récipient était immergé dans un bouillon tiède contenant des spermatozoïdes qui y nageaient librement, – « à la concentration minima de cent mille par centimètre cube », insista-t-il ; et comment, au bout de dix minutes, le vase était retiré du liquide et son contenu examiné de nouveau ; comment, s’il y restait des ovules non fécondés, on l’immergeait une deuxième fois, et, si c’était nécessaire, une troisième ; comment les ovules fécondés retournaient aux couveuses ; où les Alphas et les Bêtas demeuraient jusqu’à leur mise en flacon définitive, tandis que les Gammas, les Deltas et les Epsilons en étaient extraits, au bout de trente-six heures seulement, pour être soumis au Procédé Bokanovsky. […]
Un œuf, un embryon, un adulte, – c’est la normale. Mais un œuf bokanovskifié a la propriété de bourgeonner, de proliférer, de se diviser : de huit à quatre-vingt-seize bourgeons, et chaque bourgeon deviendra un embryon parfaitement formé, et chaque embryon, un adulte de taille complète. On fait ainsi pousser quatre-vingt-seize êtres humains là où il n’en poussait autrefois qu’un seul. Le progrès. […]
Mais l’un des étudiants fut assez sot pour demander en quoi résidait l’avantage. — Mon bon ami ! Le Directeur se tourna vivement vers lui, vous ne voyez donc pas ? Vous ne voyez pas ? Il leva la main ; il prit une expression solennelle : Le Procédé Bokanovsky est l’un des instruments majeurs de la stabilité sociale !

Aldous Huxley (1932), Le Meilleur des Mondes, Trad. Jules Castier, édition Pocket 2014, p. 25-30

An 632 après la commercialisation de la Ford T. Centre d’Incubation et de Conditionnement de Londres-Central.

Dans un laboratoire, un homme, le Directeur du Centre, fait visiter les installations à un groupe d’étudiants, admiratifs devant la source de savoir qui se présente à eux. Il leur décrit le procédé moderne de fécondation et l’ensemble des opérations techniques nécessaires à l’élaboration des futurs citoyens, en fonction du rôle qui est prévu pour eux dans la société. Grâce au procédé Bokanovsky, il est désormais possible d’augmenter significativement le rendement de production et de créer un grand nombre d’individus tous identiques à chaque traitement. Dans ce lieu, point de fantaisie, les centaines de fécondateurs s’effacent derrière leurs instruments, seules traces colorées et vivantes dans cette ambiance terne et silencieuse. La devise de cet État mondial : Communauté, Identité, Stabilité.

Ainsi commence « Brave new world », écrit en 1932 par Aldous Huxley, en seulement quatre mois. Oeuvre majeure, archétype du roman dystopique, le roman est immédiatement traduit en plusieurs langues et connaît une forte diffusion, notamment en France sous le titre « Le meilleur des mondes », maintes fois réédité depuis. Huxley y décrit sa vision du monde six siècles après notre ère, à une époque où Ford règne en Dieu et où la science et la technologie ont banni toute notion de malheur.

Le processus d’ectogenèse, dont le Directeur nous détaille la méticulosité à grands renforts de mots savants, est considéré comme « un des instruments majeurs de la stabilité sociale ». En effet, imaginez pouvoir ainsi dupliquer à l’infini tout embryon en peu de temps… Quel rendement incomparable en regard de la probabilité d’avoir des jumeaux avant ! Et quelle assurance de pouvoir disposer d’humains tous identiques pour réaliser des tâches similaires. Dès lors, nul doute, pour les étudiants présents, que cette technoscience, et l’homme qui la symbolise ici, représente la fusion parfaite entre savoir scientifique, industrialisation et progrès. En définitive, les fondations indispensables à toute société stable. Communauté, Identité, Stabilité.

Dans ce monde fordiste, le citoyen semble avoir pleinement accepté l’emprise des technosciences sur la conduite de la société. Qu’il s’agisse du mécanisme de procréation ou de l’utilisation régulière du soma, une drogue conçue pour rendre heureux, les nouvelles normes sociales, morales et humaines sont désormais définies par la technologie. Toute pratique naturelle est jugée imparfaite et abolie ; l’usage du conditionnement et de la drogue maintient les membres de chaque caste à leur place afin qu’ils n’envient pas ceux des castes supérieures.

Difficile de ne pas tisser un lien entre ce discours technoscientifique et le contexte personnel d’Aldous Huxley. En effet, son grand-père n’est autre que Thomas Henry Huxley, naturaliste, surnommé « le Bouledogue de Darwin » pour son soutien inconditionnel à sa théorie de l’évolution. Mais il est également le frère de Julian Huxley, biologiste, partisan de l’eugénisme qui écrira en 1939 le Manifeste des généticiens avec John B.S. Haldane (inventeur en 1924 du concept d’ectogenèse).

Le personnage du Directeur renvoie aux courants positiviste et béhavioriste qui se développent en ce début du XXème siècle. Il est ainsi intimement persuadé qu’il ne peut y avoir de société florissante si elle n’est pas gouvernée par la rationalité, scientifique ou industrielle (mais peut-être n’est-ce là que l’expression de son conditionnement ?).

À cet égard, le nom donné par Huxley à l’inventeur du procédé de fécondation, Bokanovsky, n’est en rien anodin. Maurice Bokanowski était un politicien français, farouche défenseur de la rationalisation de l’industrie comme méthode de stabilité économique dans une France marquée par la sortie de la guerre. Pour chaque personnage de son roman, Huxley a ainsi composé avec des noms de politiques, capitalistes ou communistes, et de scientifiques. Comme si les frontières entre ces deux fonctions s’estompaient dans ce nouveau monde.

À l’opposé de ces personnages abandonnant leur identité et leur liberté au diktat de la technoscience, un grain de sable viendra gripper cette machine bien rodée. Cet être conçu naturellement, ce « bon Sauvage » qui débarquera depuis la Réserve où ses semblables sont parqués, se singularisera par son profil littéraire, amateur de Shakespeare. Il est le reflet des réflexions et des craintes d’Aldous Huxley et de son lecteur. À cette époque s’opère en France un durcissement dans les théories eugéniques, conséquence directe de la crise économique et de la crainte de la surpopulation.

La fin du roman marquera l’affrontement de ces deux mondes, scientifique et littéraire. Se pose la problématique de la médiation et de la réconciliation de ces « deux cultures », pour reprendre les termes de C.P. Snow. Comment mettre la science en culture afin qu’elle questionne son impact sur la société ? Comme l’écrit Huxley dans sa préface, « le thème du Meilleur des mondes n’est pas le progrès de la science en tant que tel ; c’est le progrès de la science en tant qu’il affecte les individus humains. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.