1889 ♦ Inventions & découvertes (jeu)

005
Jeu de loto « Inventions & découvertes », 1889, éditeur H.C., Collection privée
Apprendre les sciences, une partie de plaisir ?

(par Amélie HUYNH LE MAUX, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Lorsque j’étais enfant, un de nos rituels nécessitait un coffret défraîchi ayant appartenu à ma grand-mère. La première fois que mon père avait sorti cette vielle boîte écornée, j’avais soupiré, redoutant une nouvelle lubie de collectionneur. Pourtant, je m’étais vite prise au jeu, au sens littéral. En effet, cet écrin rouge renfermait un loto dit « instructif et amusant ». Pourtant féru d’objets liés aux sciences et techniques, mon père n’a jamais réussi à trouver son éditeur, ce fameux « H.C. » gravé sur le devant de la boîte. Ce jeu revêtait un intérêt tout particulier pour lui, au-delà de son attachement sentimental. En effet, il avait été édité lors de l’exposition universelle de Paris de 1889, image flagrante de la révolution industrielle en marche accessible à tous les publics. Ainsi, ce jeu avait participé, à son échelle, à l’éducation scientifique des foules. Même si je doute, étant donné la valeur de l’objet, qu’il ait été vraiment abordable pour les classes populaires. Le jeu est organisé en 24 cartons, chacun composé de deux scénettes représentant grands inventeurs et explorateurs. Je me souviens encore de ma scénette préférée, figurant Vaucanson au milieu de ses automates. En quelque sorte, ce jeu a posé les premières bases de mon initiation scientifique, bien que je sache maintenant qu’il n’est qu’une vision restrictive de l’accumulation des savoirs – une découverte ou invention ne pouvant être attribuée à une seule personne! Chaque gravure présente huit emplacements où peuvent se positionner les cartons sortis d’un sac de toile. A l’époque, je tirais un jeton de ce sac rouge, que je tendais ensuite à mon frère pour qu’il le lise. Chaque jeton comporte deux cases, donnant la possibilité de jouer deux types de partie. La case du haut obligeait mon frère à demander « Par qui et quand fut inventé tel ou tel objet ? », tandis que la case du bas amenait à une question du type « Qui fut et que fit untel ?». Tous nous empressions alors d’examiner nos scénettes afin d’y trouver la case correspondante. Le joueur capable d’y répondre gagnait le jeton en question, au moyen duquel il couvrait sa case pour compléter sa gravure.

Mon moment préféré arrivait après la partie, lorsque mon père nous narrait des passages du journal de ma grand-mère. Je ne me lassais pas d’écouter les extraits de 1889, dont voici mon favori :

« Paris, le 2 septembre 1889

Enfin ! Père nous a emmenées hier à la grande exposition universelle de Paris ! Il nous a fait la surprise de prendre une hirondelle pour arriver sur les berges de Seine, près du pont de l’Alma. A la sortie du bateau, un monsieur m’a donné un plan-guide de l’exposition mais il contenait beaucoup de réclames Felix Potin et je ne l’ai gardé que pour les belles illustrations. Nous avons utilisé toute la journée le guide illustrée de Mère afin de ne pas nous perdre, je ne pensais pas que cela pouvait être aussi grand ! Nous avons laissé derrière nous l’esplanade des invalides pour remonter le quai d’Orsay vers la tour Eiffel. J’aurais voulu voir l’exposition coloniale, surtout le palais de la Cochinchine dont m’avait parlé mon amie Sarah. Mais, j’ai rapidement tout oublié à la vue de la Tour Eiffel. Je n’avais jamais rien vu de pareil, la tour brillait dans le soleil du matin. Un soudain coup de canon m’a fait m’agripper aux jupes de Mère. Mais un ami de la famille, Mr Fischer, m’a expliqué que cela annonçait l’ouverture et la fermeture de l’exposition chaque jour. Vite, nous nous somme dépêchés d’arriver au bas afin d’être parmi les premiers à prendre un ascenseur pour admirer Paris du haut de la plus haute tour du monde ! Père et son ami parlaient de prouesse technique, de chef-d’œuvre architectural et de la grandeur scientifique de la France. Je ne comprenais pas toujours ce qu’ils racontaient. Peut-être est-ce lié à ce que le maître d’école nous a appris sur les 72 savants dont les noms sont écrits sur une frise entourant la Tour ? Ce que j’ai trouvé le plus impressionnant ensuite a été le palais des machines. Sous cette immense verrière, tout était en mouvement, si bruyant et plein de vapeur ! Mr Fischer a alors essayé de m’expliquer la révolution industrielle et l’électricité, mais Mère a dit que j’étais peut-être encore jeune pour comprendre. Il a aussi conseillé à Père d’aller voir la fontaine lumineuse du palais de l’industrie. Mais nous n’avons pas eu le temps, j’espère que nous y reviendrons avant la fermeture en octobre. Nous avons fini la journée au parc du Trocadéro que Mr Fischer nous a fait visiter, car il venait de participer à un congrès de zoologie dans le palais. J’étais fatiguée mais le retour par le petit train Decauville m’a totalement réveillée !

A la maison m’attendait un paquet contenant un jeu que mon oncle avait laissé à mon attention. La boîte est rouge luisante et une Tour Eiffel (encore !) dorée brille sur son devant ! C’est un jeu de loto sur les inventions et découvertes du monde entier. Mère a dit que cela ne l’étonnait pas de la part de son ingénieur de frère. On y voit des personnages ayant vécu il y a longtemps, comme Jules César. Et d’autres dont j’ai entendu le nom aujourd’hui comme Edison, il y avait même une exposition à son nom ! Je suis loin de tous les connaître et Mère est heureuse que ce jeu participe à mon instruction. Père a précisé que ce sont des hommes qui ont rendu service à l’humanité, dont beaucoup de grands scientifiques. Effectivement, il n’y a pas beaucoup de femmes dans le jeu. Il faudra que je demande à Père pourquoi… »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.